Afrique
25 septembre 2020

Mali: le président de transition désigné fait sa première apparition publique

Le président désigné au Mali pour conduire la transition devant ramener les civils au pouvoir, Bah Ndaw, a fait jeudi […]

23 septembre 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : Bah N’Daw, un militaire à la retraite et ex-ministre d’IBK pour conduire la délicate Transition

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- L’ex-ministre de la Défense, le colonel-major d’aviation à la retraite, Bah N’Daw, a été désigné ce […]

Lire la suite »
18 septembre 2020 Afrique de l'Ouest

L’ex-Président ghanéen J. Rawlings conseille l’humilité à la junte malienne pour relever le pays 

Accra (© 2020 Afriquinfos)- Profitant de leur présence à Accra pour le mini-sommet extraordinaire consacré à la situation malienne ce […]

Lire la suite »
14 septembre 2020 Afrique

Mali : le Mouvement du 5 juin rejette le plan de transition de la junte

Le mouvement qui a mené la contestation dans la rue au Mali contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par […]

Lire la suite »
11 septembre 2020 Afrique

Mali : les putschistes sous pression

Les militaires qui dirigent le Mali ont lancé jeudi une concertation aussi cruciale qu’ardue avec des centaines d’acteurs nationaux pour […]

Lire la suite »
8 septembre 2020 Afrique

Mali : la CEDEAO donne 8 jours à la junte pour confier la transition aux civils

Les voisins du Mali ont donné lundi huit jours à la junte qui dirige désormais ce pays d’Afrique de l’Ouest […]

Lire la suite »
7 septembre 2020 Afrique

Mali : IBK autorisé à se soigner aux Émirats pour trois mois seulement

La junte au pouvoir au Mali a levé le voile dimanche sur les conditions de l’évacuation sanitaire samedi soir aux […]

Lire la suite »
4 septembre 2020 Afrique

Mali : qui est le colonel Assimi Goïta, le mystérieux chef de la junte ?

Rarement un putschiste installé chef de l’Etat se sera montré aussi peu disert que le colonel Assimi Goïta, nouvel homme […]

Lire la suite »
3 septembre 2020 Afrique

Mali : IBK hospitalisé après un court AVC

L’ex-président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui n’a plus été vu en public depuis qu’il a été déposé par des militaires, […]

Lire la suite »
2 septembre 2020 Afrique

Mali: la junte réunit partis et société civile ce week-end sur la transition

Les militaires à la tête du Mali depuis deux semaines ont fait un pas vers la transition devant ramener les […]

Lire la suite »
30 août 2020 Afrique de l'Ouest

Mali: La CEDEAO dessine les grands traits de la Transition politique et pacifique qui ne doit excéder 12 mois 

Abuja (© 2020 Afriquinfos)- Suite à la libération de l’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta, jeudi dernier, la Communauté économique […]

Lire la suite »
27 août 2020 Afrique de l'Ouest

Mali: IBK libre de ses mouvements, le Sommet extraordinaire de la CEDEAO très attendu

Bamako (© 2020 Afriquinfos) – Après plus d’une semaine de détention dans le camp militaire de Kati, près de Bamako, […]

Lire la suite »
Afrique

Mali : le M5-RFP disposé à collaborer avec la junte

Le mouvement de contestation qui a mobilisé pendant des semaines contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit mercredi […]

Lire la suite »
24 août 2020 Afrique

Mali : la junte prévoit une transition militaire de trois ans

La junte qui a pris le pouvoir en début de semaine au Mali a annoncé dimanche soir une transition de […]

Lire la suite »
21 août 2020 Afrique

Mali : la CEDEAO réclame le rétablissement d’IBK et décrète des sanctions

Les pays voisins du Mali, réunis en Sommet extraordinaire, ont réclamé jeudi le « rétablissement » du président malien Ibrahim Boubacar Keïta […]

Lire la suite »
20 août 2020 Afrique de l'Ouest

L’engagement français au Sahel à l’épreuve du coup d’Etat au Mali

Le coup d’Etat perpétré par l’armée au Mali fragilise la stratégie de la France, intensément engagée au Sahel avec plus […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Mali: un colonel nouvel homme fort à Bamako après le coup d’Etat dénoncé à l’étranger

Un colonel de l’armée malienne, Assimi Goita, s’est présenté mercredi comme le nouvel homme fort à Bamako, au lendemain du […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Mali: Ferments de la contestation qui a emporté le pouvoir d’IBK

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui a démissionné dans la nuit de mardi à mercredi après une révolte militaire, […]

Lire la suite »
19 août 2020 Afrique de l'Ouest

Mali: des militaires renversent le président IBK et promettent des élections

Les militaires qui ont renversé mardi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ont promis mercredi une transition politique et des […]

Lire la suite »
18 août 2020 Afrique de l'Ouest

Mali: le président Keïta arrêté par des soldats en révolte

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre Boubou Cissé ont été arrêtés mardi en fin d’après-midi par […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Mali: des militaires prennent le contrôle d’une garnison proche de Bamako

Des militaires maliens ont pris mardi le contrôle d’une garnison proche de Bamako, suscitant l’inquiétude de Washington et des voisins […]

Lire la suite »
8 août 2020 Afrique de l'Ouest

Aya Nakamura continue d’enregistrer des victoires musicales et d’électriser les réseaux sociaux 

PARIS (© 2020 Afriquinfos) – Le succès grandissant du morceau «Jolie nana» cet été en Occident et dans le monde […]

Lire la suite »
7 août 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : l’Unesco va réhabiliter le précieux patrimoine de Bandiagara

Mopti (@Afriquinfos 2020)- La situation sécuritaire au Mali faite d’attaques djihadistes et de conflits intercommunautaires, n’a pas eu de répercussions […]

Lire la suite »
1 août 2020 Afrique de l'Ouest

Musique: La Franco-Malienne Aya Nakamura bat des records sur les réseaux sociaux

Paris (© 2020 Afriquinfos)- C’est la chanteuse francophone et française la plus écoutée du moment. En seulement quelques jours, le […]

Lire la suite »
29 juillet 2020 Afrique

Mali: l’opposition « exige plus que jamais » la démission du président Keïta

La coalition d’opposants au Mali M5-RFP a rejeté mardi le plan de sortie de crise adopté la veille par les […]

Lire la suite »
28 juillet 2020 Afrique

Mali : vers un gouvernement d’union nationale, pour sortir de la crise ?

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a constitué lundi un cabinet restreint chargé de négocier la formation d’un gouvernement d’union […]

Lire la suite »
24 juillet 2020 Afrique

Mali: l’Afrique de l’Ouest peine à résoudre la crise, sommet extraordinaire lundi

Cinq chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest réunis jeudi à Bamako ne sont pas parvenus à faire accepter à l’opposition malienne […]

Lire la suite »
23 juillet 2020 Afrique

Cinq chefs d’Etat africains à Bamako pour dénouer la crise politique au Mali

Cinq chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest vont tenter jeudi à Bamako, lors d’un sommet de quelques heures au format inédit, […]

Lire la suite »
21 juillet 2020 Afrique

Mali: la contestation annonce une trève avant une nouvelle médiation africaine

Le mouvement de contestation au Mali va observer une « trêve » à l’approche de la grande fête musulmane de l’Aid al-Adha […]

Lire la suite »
20 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

Crise au Mali: La CEDEAO rappelle qu’elle n’est favorable à « aucune forme de changement non constitutionnel »

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- Après une précédente mission le 18 juin dernier, la CEDEAO a dépêché de nouveau son équipe […]

Lire la suite »
Afrique

Mali: fin de mission pour la médiation qui n’a pas convaincu le mouvement de contestation

La médiation ouest africaine venue chercher une solution à la crise socio-politique au Mali a émis dimanche, à l’issue de […]

Lire la suite »
15 juillet 2020 Afrique

Qui est Mahmoud Dicko, l’imam qui fait trembler IBK

L’imam Mahmoud Dicko, principale figure de la contestation qui secoue le pouvoir malien, a fait dans la crise en cours […]

Lire la suite »
13 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

L’UE, la CEDEAO et l’ONU appellent à une résolution consensuelle de la crise malienne

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- Bamako, la capitale du Mali est en proie de violences depuis vendredi. Préoccupés par la situation, […]

Lire la suite »
Afrique

Mali : après deux nuits de violence qui ont fait trembler le pouvoir, l’Imam Dicko appelle au calme

L’imam à la tête de la coalition qui réclame un changement de pouvoir au Mali a appelé ses partisans au […]

Lire la suite »
10 juillet 2020 Afrique

Le mystère des têtes coupées de Fana au Mali

Visage dénué d’expression, comme tétanisé, Boubou Sangaré montre le sol du doigt. C’est là, devant la porte de cette maison […]

Lire la suite »
8 juillet 2020 Afrique

Mali : IBK cherche un compromis pour apaiser les tensions

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a indiqué mardi qu’il pourrait nommer au Sénat des candidats malheureux qui briguaient un […]

Lire la suite »
6 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : revirement des anti-IBK qui exigent, à nouveau, la démission du président

Bamako (© 2020 Afriquinfos) – Les responsables du mouvement de contestation dit du 5 juin, coalition de responsables religieux et […]

Lire la suite »
3 juillet 2020 Afrique

Les Maliens manifestent pour la libération de Soumaïla Cissé, toujours aux mains des djihadistes

Libération de Soumaïla Cissé | Plusieurs centaines de personnalités politiques et militants maliens de tous bords se sont réunis jeudi […]

Lire la suite »
2 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : les contestataires ouverts à un dialogue pragmatique sous conditions avec IBK

Contestations politiques au Mali | La fronde menée par le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) contre la […]

Lire la suite »
29 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : KeyOpsTech signe un partenariat avec ‘La Poste du Mali’ et dresse un bilan positif de son activité, malgré la pandémie de la Covid-19

KeyOpsTech au Mali | Installé au Mali depuis juillet 2019, KeyOpsTech renforce son ancrage local et devient le nouveau partenaire […]

Lire la suite »
22 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Mali : Apres le rejet des recommandations de la CEDEAO, les partisans d’IBK en action

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- Au Mali, un mouvement de contestation réuni autour de l’imam Mahmoud Dicko réclame toujours le départ […]

Lire la suite »
Afrique

Crise au Mali : IBK, de la poigne de fer à la main tendue

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, à la réputation d’homme à poigne, s’est récemment converti à la politique de la […]

Lire la suite »
20 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Crise au Mali: les solutions de la CEDEAO pour éviter un embrasement politique

Bamako (© 2020 Afriquinfos) – Vue la situation socio-politique tendue au Mali, la Cedeao craignant que la contestation en cours […]

Lire la suite »
18 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Manifestation du 19 juin : la CEDEAO joue aux facilitateurs, les Maliens dans l’expectative

Manifestation du 19 juin au Mali | Une délégation de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est annoncée […]

Lire la suite »
Afrique

Mali : l’imam Dicko appelle à de nouvelles manifestations massives vendredi 19 juin

Imam Dicko | Le chef de file de la contestation en cours contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, l’imam […]

Lire la suite »
17 juin 2020 Afrique

Le président malien ouvre la porte à un gouvernement d’union face à la contestation

Gouvernement d’union face à la contestation au Mali | Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé mardi des discussions […]

Lire la suite »
15 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Mali: IBK tend la main à tous les courants contestataires de son pouvoir et maintient son Premier ministre 

IBK maintient son Premier ministre | Le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta s’est adressé à la Nation le dimanche 14 juin. […]

Lire la suite »
12 juin 2020 Afrique

Mali : IBK reconduit Boubou Cissé, malgré la crise, et le charge de former un nouveau gouvernement

IBK reconduit Boubou Cissé | Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a reconduit jeudi à son poste son Premier ministre […]

Lire la suite »
8 juin 2020 Afrique

Mali : l’Imam Dicko et l’opposition veulent qu’IBK démissionne

Une coalition d’hommes politiques, de religieux et de la société civile au Mali, a lancé vendredi un ultimatum au président […]

Lire la suite »
20 mai 2020 Afrique de l'Ouest

Covid-19 : Mali, premier pays africain à obtenir un moratoire sur sa dette

Moratoire sur la dette du Mali | Le Mali est devenu le premier pays africain à obtenir un moratoire de […]

Lire la suite »
1 2 3 47

Mali officiellement la République du Mali est un pays sans littoral en Afrique de l’Ouest. Le Mali est le huitième plus grand pays d’Afrique, avec une superficie d’un peu plus de 1 240 000 kilomètres carrés (480 000 milles carrés). La population du Mali est de 19,1 millions d’habitants. On estime que 67% de sa population avait moins de 25 ans en 2017. Sa capitale est Bamako. L’État souverain du Mali se compose de huit régions et ses frontières au nord s’étendent profondément au milieu du désert du Sahara, tandis que la partie sud du pays, où vivent la majorité des habitants, comprend les fleuves Niger et Sénégal. L’économie du pays est centrée sur l’agriculture et l’exploitation minière. Certaines des ressources naturelles les plus importantes du Mali incluent l’or, étant le troisième plus grand producteur d’or sur le continent africain et le sel. Le Mali actuel faisait autrefois partie de trois empires ouest-africains qui contrôlaient le commerce transsaharien : l’Empire du Ghana (pour lequel le Ghana est nommé), l’Empire du Mali (pour lequel le Mali est nommé) et l’Empire Songhaï. Pendant son âge d’or, il y avait une floraison de mathématiques, astronomie, littérature et art. À son apogée en 1300, l’empire du Mali couvrait une superficie d’environ deux fois la taille de la France moderne et s’étendait jusqu’à la côte ouest de l’Afrique. À la fin du XIXe siècle, lors de la bataille pour l’Afrique, la France a pris le contrôle du Mali, en faisant une partie du Soudan français. Le Soudan français (alors connu sous le nom de République soudanaise) a rejoint le Sénégal en 1959, accédant à l’indépendance en 1960 en tant que Fédération du Mali. Peu de temps après, après le retrait du Sénégal de la fédération, la République soudanaise s’est déclarée République indépendante du Mali. Après une longue période de régime à parti unique, un coup d’État en 1991 a conduit à la rédaction d’une nouvelle constitution et à l’établissement du Mali en tant qu’État démocratique multipartite. En janvier 2012, un conflit armé a éclaté dans le nord du Mali, au cours duquel les rebelles touaregs ont pris le contrôle d’un territoire dans le nord et ont déclaré en avril la sécession d’un nouvel État, l’Azawad. Le conflit a été compliqué par un coup d’État militaire qui a eu lieu en mars et par la suite des combats entre Touaregs et d’autres factions rebelles. En réponse aux gains territoriaux, l’armée française a lancé l’Opération Serval en janvier 2013. Un mois plus tard, les forces maliennes et françaises ont repris la majeure partie du nord. Des élections présidentielles ont eu lieu le 28 juillet 2013, avec un second tour de scrutin le 11 août, et des élections législatives ont eu lieu les 24 novembre et 15 décembre 2013.

L’histoire du Mali

Le Mali faisait autrefois partie de trois célèbres empires ouest-africains qui contrôlaient le commerce transsaharien d’or, de sel, d’esclaves et d’autres produits précieux. Ces royaumes sahéliens n’avaient ni frontières géopolitiques rigides ni identités ethniques rigides. Le plus ancien de ces empires était l’Empire du Ghana, qui était dominé par les Soninké, un peuple parlant le mandé. L’empire s’est étendu dans toute l’Afrique de l’Ouest du VIIIe siècle jusqu’en 1078, date à laquelle il a été conquis par les Almoravides. L’empire du Mali s’est formé plus tard sur le cours supérieur du fleuve Niger et a atteint le sommet de la puissance au 14ème siècle. Sous l’empire du Mali, les anciennes villes de Djenné et Tombouctou étaient des centres de commerce et d’apprentissage islamique. L’empire a plus tard décliné à la suite d’une intrigue interne, finalement supplanté par l’empire Songhaï. Le peuple Songhai est originaire du nord-ouest du Nigéria actuel. Les Songhaï étaient depuis longtemps une puissance majeure en Afrique de l’Ouest soumise à la domination de l’Empire du Mali. À la fin du 14ème siècle, les Songhaï ont progressivement acquis leur indépendance de l’Empire du Mali et se sont étendus, subsumant finalement toute la partie orientale de l’Empire du Mali. L’effondrement final de l’Empire Songhaï était en grande partie le résultat d’une invasion marocaine en 1591, sous le commandement de Judar Pacha. La chute de l’empire Songhaï a marqué la fin du rôle de la région en tant que carrefour commercial. À la suite de l’établissement de routes maritimes par les puissances européennes, les routes commerciales transsahariennes ont perdu de leur importance. L’une des pires famines de l’histoire enregistrée de la région s’est produite au XVIIIe siècle. Selon John Iliffe, « Les pires crises ont eu lieu dans les années 1680, lorsque la famine s’est étendue de la côte sénégambienne au Nil supérieur et que » beaucoup se sont vendus pour des esclaves, seulement pour se nourrir « , et en particulier en 1738-1756, lorsque l’Afrique de l’Ouest la plus grande crise de subsistance enregistrée, due à la sécheresse et aux criquets, aurait tué la moitié de la population de Tombouctou.

Régime colonial français

Le Mali est tombé sous le contrôle de la France à la fin du XIXe siècle. En 1905, la majeure partie de la zone était sous contrôle français ferme en tant que partie du Soudan français. Au début de 1959, le Soudan français (qui a changé son nom en République soudanaise) et le Sénégal se sont unis pour devenir la Fédération du Mali. La Fédération du Mali a obtenu son indépendance de la France le 20 juin 1960. Le Sénégal s’est retiré de la fédération en août 1960, ce qui a permis à la République soudanaise de devenir la République indépendante du Mali le 22 septembre 1960, et cette date est désormais le jour de l’indépendance du pays. Modibo Keïta a été élu premier président. Keïta a rapidement établi un État à parti unique, a adopté une orientation africaine et socialiste indépendante avec des liens étroits avec l’Est et a mis en œuvre une nationalisation extensive des ressources économiques. En 1960, la population du Mali serait d’environ 4,1 millions d’habitants.

Moussa Traoré

Le 19 novembre 1968, après un déclin économique progressif, le régime de Keïta a été renversé par un coup d’État militaire sans effusion de sang dirigé par Moussa Traoré, jour qui est désormais commémoré comme le jour de la libération. Le régime militaire dirigé par la suite, avec Traoré comme président, a tenté de réformer l’économie. Ses efforts ont été frustrés par les troubles politiques et une sécheresse dévastatrice entre 1968 et 1974, au cours desquelles la famine a tué des milliers de personnes. Le régime de Traoré a connu des troubles étudiants à partir de la fin des années 1970 et trois tentatives de coup d’État. Le régime Traoré a réprimé tous les dissidents jusqu’à la fin des années 1980. Le gouvernement a continué de tenter des réformes économiques, et la population est devenue de plus en plus insatisfaite.En réponse aux demandes croissantes de démocratie multipartite, le régime Traoré a permis une libéralisation politique limitée. Ils ont refusé d’inaugurer un système démocratique à part entière. En 1990, des mouvements d’opposition cohésifs ont commencé à émerger et ont été compliqués par la montée turbulente de la violence ethnique dans le nord après le retour de nombreux Touaregs au Mali. Les manifestations antigouvernementales de 1991 ont conduit à un coup d’État, à un gouvernement de transition et à une nouvelle constitution. L’opposition au régime corrompu et dictatorial du général Moussa Traoré s’est accrue dans les années 80. Pendant cette période, des programmes stricts, imposés pour satisfaire les demandes du Fonds monétaire international, ont accru les difficultés de la population du pays, tandis que les élites proches du gouvernement vivaient soi-disant dans une richesse croissante. Les manifestations pacifiques d’étudiants en janvier 1991 ont été brutalement réprimées, avec des arrestations massives et la torture de dirigeants et de participants. Des émeutes et des actes de vandalisme dispersés dans les bâtiments publics ont suivi, mais la plupart des actions des dissidents sont restées non violentes.

Révolution de mars

Du 22 mars au 26 mars 1991, des rassemblements massifs en faveur de la démocratie et une grève nationale ont eu lieu dans les communautés urbaines et rurales, qui ont pris le nom de les événements («les événements») ou Révolution de mars. À Bamako, en réponse à des manifestations de masse organisées par des étudiants universitaires et rejoints par la suite par des syndicalistes et d’autres, des soldats ont ouvert le feu sans discrimination sur les manifestants non violents. Des émeutes ont éclaté brièvement après les tirs. Des barricades ainsi que des barrages routiers ont été érigés et Traoré a déclaré l’état d’urgence et imposé un couvre-feu nocturne. Malgré une perte estimée à 300 vies en quatre jours, des manifestants non violents ont continué à retourner à Bamako chaque jour pour demander la démission du président dictatorial et la mise en œuvre de politiques démocratiques. Le 26 mars 1991 est le jour qui marque l’affrontement entre militaires et étudiants manifestants pacifiques qui ont culminé en massacre de dizaines sous les ordres du président d’alors Moussa Traoré. Lui et trois associés ont ensuite été jugés et condamnés et condamnés à mort pour leur participation au processus décisionnel de ce jour-là. De nos jours, cette journée est une fête nationale afin de se souvenir des événements tragiques et des personnes qui ont été tuées. Le coup d’État est rappelé comme la révolution de mars du Mali en 1991. Le 26 mars, le refus croissant des soldats de tirer sur les foules de protestation en grande partie non violentes s’est transformé en tumulte à grande échelle et a conduit des milliers de soldats à déposer les armes et à rejoindre le mouvement pro-démocratie. Cet après-midi-là, le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré a annoncé à la radio qu’il avait arrêté le président dictatorial, Moussa Traoré. En conséquence, les partis d’opposition ont été légalisés et un congrès national des groupes civils et politiques s’est réuni pour rédiger une nouvelle constitution démocratique à approuver par référendum national.

Présidence d’Amadou Toumani Touré

En 1992, Alpha Oumar Konaré a remporté la première élection présidentielle démocratique et multipartite du Mali, avant d’être réélu pour un deuxième mandat en 1997, qui était le dernier autorisé par la constitution. En 2002, Amadou Toumani Touré, un général à la retraite qui avait dirigé le volet militaire du soulèvement démocratique de 1991, a été élu. Au cours de cette période démocratique, le Mali était considéré comme l’un des pays les plus stables politiquement et socialement d’Afrique. L’esclavage persiste au Mali aujourd’hui avec jusqu’à 200 000 personnes détenues directement en servitude envers un maître. Lors de la rébellion touareg de 2012, les ex-esclaves étaient une population vulnérable avec des informations selon lesquelles certains esclaves auraient été repris par leurs anciens maîtres.

Conflit au nord du Mali

En janvier 2012, une rébellion touareg a commencé dans le nord du Mali, dirigée par le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).  En mars, l’officier militaire Amadou Sanogo a pris le pouvoir lors d’un coup d’État, citant les échecs de Touré à réprimer la rébellion, et conduisant à des sanctions et à un embargo de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Le MNLA a rapidement pris le contrôle du nord, déclarant l’indépendance Azawad. Cependant, des groupes islamistes, dont Ansar Dine et Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui avaient aidé le MNLA à vaincre le gouvernement, se sont tournés contre les Touaregs et ont pris le contrôle du Nord dans le but de mettre en œuvre la charia au Mali. Le 11 janvier 2013, les forces armées françaises sont intervenues à la demande du gouvernement intérimaire. Le 30 janvier, l’avance coordonnée des troupes françaises et maliennes a affirmé avoir repris le dernier bastion islamiste de Kidal, qui était également la dernière des trois capitales provinciales du nord. Le 2 février, le président français, François Hollande, a rejoint le président intérimaire du Mali, Dioncounda Traoré, lors d’une apparition publique à Tombouctou récemment repris.

Conflit au centre du Mali

Dans la province de Mopti, au centre du Mali, le conflit s’est intensifié depuis 2015 entre les communautés agricoles comme les Dogon et les Bambara et les pasteurs Peuls (ou Peuls). Historiquement, les deux parties se sont disputées sur l’accès à la terre et à l’eau, facteurs qui ont été exacerbés par le changement climatique à mesure que les Peuls s’installent dans de nouvelles zones. Les communautés Dogon et Bambara ont formé des milices ou «groupes d’autodéfense» pour combattre les Peuls. Ils accusent les Peuls de travailler avec des islamistes armés liés à Al-Qaïda. Alors que certains Peuls ont rejoint des groupes islamistes, Human Rights Watch rapporte que les liens ont été « exagérés et instrumentalisés par différents acteurs à des fins opportunistes ». Ajout d’un haut commandant militaire du Mali : «J’ai discuté de la violence croissante avec mes commandants et avec les chefs de village de tous les côtés. Oui, bien sûr, il y a des djihadistes dans cette zone, mais le vrai problème est le banditisme, le vol d’animaux, le règlement des comptes – les gens s’enrichissent en utilisant la lutte contre les terroristes comme couverture. » Le conflit a vu la création et la croissance des milices Dogon et Bambara. Le gouvernement du Mali est soupçonné de soutenir certains de ces groupes sous prétexte qu’ils sont mandataires dans la guerre contre les islamistes dans le nord du Mali. Le gouvernement le nie. L’une de ces milices est le groupe Dogon Dan Na Ambassagou, créé en 2016.

En septembre 2018, le Centre pour le dialogue humanitaire a négocié un cessez-le-feu unilatéral avec Dan Na Ambassagou « dans le contexte du conflit qui oppose le groupe à d’autres groupes armés communautaires dans le centre du Mali ». Cependant, le groupe a été blâmé pour le massacre du 24 mars 2019 de 160 villageois peuls. Le groupe a nié l’attaque, mais après, le président malien Keita a ordonné au groupe de se dissoudre. Le conseiller spécial des Nations unies pour la prévention du génocide, Adama Dieng, a mis en garde contre une ethnisation croissante du conflit.  Les Nations Unies ont indiqué que le nombre d’enfants tués dans le conflit au cours des six premiers mois de 2019 était deux fois plus élevé pour toute l’année 2018. De nombreux enfants ont été tués dans des attaques intercommunautaires attribuées à des milices ethniques, la majorité d’attaques survenues autour de Mopti. Il est rapporté qu’environ 900 écoles ont fermé leurs portes et que des milices armées recrutent des enfants. Au cours de la première semaine d’octobre 2019, deux attaques djihadistes dans les villes de Boulikessi et Mondoro ont tué plus de 25 soldats maliens près de la frontière avec le Burkina Faso. Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a déclaré qu ‘ »aucun coup d’État militaire ne prévaudra au Mali », affirmant qu’il ne pense pas que « cela soit à l’ordre du jour et ne puisse pas nous inquiéter ».

La politique du Mali

Jusqu’au coup d’État militaire du 22 mars 2012 et au second coup d’État militaire de décembre 2012, le Mali était une démocratie constitutionnelle régie par la Constitution du 12 janvier 1992, modifiée en 1999. La constitution prévoit une séparation des pouvoirs entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire du gouvernement. Le système de gouvernement peut être qualifié de « semi-présidentiel ». Le pouvoir exécutif est confié à un président, qui est élu pour un mandat de cinq ans au suffrage universel et est limité à deux mandats.

Le président est chef d’État et commandant en chef des forces armées. Un Premier ministre nommé par le président est chef du gouvernement et nomme à son tour le Conseil des ministres. L’Assemblée nationale monocamérale est le seul organe législatif du Mali, composé de députés élus pour un mandat de cinq ans. Après les élections de 2007, l’Alliance pour la démocratie et le progrès a détenu 113 des 160 sièges de l’Assemblée. L’Assemblée tient deux sessions ordinaires chaque année, au cours desquelles elle débat et vote sur les lois soumises par un membre ou par le gouvernement. La constitution du Mali prévoit un pouvoir judiciaire indépendant, mais l’exécutif continue d’exercer une influence sur le pouvoir judiciaire en vertu du pouvoir de nommer des juges et de superviser à la fois les fonctions judiciaires et l’application des lois. Les plus hautes juridictions du Mali sont la Cour suprême, qui a des pouvoirs judiciaires et administratifs, et une Cour constitutionnelle distincte qui assure le contrôle judiciaire des actes législatifs et sert d’arbitre électoral. Il existe plusieurs tribunaux inférieurs, bien que les chefs de village et les anciens règlent la plupart des différends locaux dans les zones rurales.

L’économie du Mali

La Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest gère les affaires financières du Mali et des autres membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Le Mali est l’un des pays les plus pauvres du monde. Le salaire annuel moyen d’un travailleur est d’environ 1 500 $ US. Le Mali a subi une réforme économique, à partir de 1988, en signant des accords avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.  De 1988 à 1996, le gouvernement du Mali a largement réformé les entreprises publiques. Depuis l’accord, seize entreprises ont été privatisées, 12 partiellement privatisées et 20 liquidées. En 2005, le gouvernement malien a concédé une compagnie de chemin de fer à la Savage Corporation. Deux grandes sociétés, la Société de télécommunications du Mali (SOTELMA) et la Cotton Ginning Company (CMDT), devaient être privatisées en 2008. Entre 1992 et 1995, le Mali a mis en œuvre un programme d’ajustement économique qui s’est traduit par une croissance économique et une réduction des déséquilibres financiers. Le programme a amélioré les conditions sociales et économiques et a conduit le Mali à rejoindre l’Organisation mondiale du commerce le 31 mai 1995. Le Mali est également membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté depuis. En 2002, le PIB s’élevait à 3,4 milliards de dollars EU et a augmenté à 5,8 milliards de dollars EU en 2005, ce qui représente un taux de croissance annuel d’environ 17,6%. Le Mali fait partie de la « Zone Franc » (Zone Franc), ce qui signifie qu’il utilise le franc CFA. Le Mali est lié au gouvernement français par convention depuis 1962 (création de la BCEAO). Aujourd’hui, les sept pays de la BCEAO (y compris le Mali) sont connectés à la Banque centrale française.

Exploitation minière

En 1991, avec l’aide de l’Association internationale de développement, le Mali a assoupli l’application des codes miniers, ce qui a entraîné un regain d’intérêt et d’investissement étrangers dans l’industrie minière. L’or est extrait dans la région sud et le Mali a la troisième production d’or en Afrique (après l’Afrique du Sud et le Ghana). L’émergence de l’or en tant que principal produit d’exportation du Mali depuis 1999 a contribué à atténuer certains des effets négatifs des crises du coton et de la Côte d’Ivoire. Les autres ressources naturelles comprennent le kaolin, le sel, le phosphate et le calcaire.

La démographie du Mali

En 2018, la population du Mali était estimée à 19,1 millions d’habitants. La population est principalement rurale (68% en 2002) et 5% à 10% des Maliens sont nomades. Plus de 90% de la population vit dans la partie sud du pays, en particulier à Bamako, qui compte plus d’un million d’habitants. En 2007, environ 48% des Maliens étaient âgés de moins de 12 ans, 49% de 15 à 64 ans et 3% de 65 ans et plus. L’âge médian était de 15,9 ans. Le taux de natalité en 2014 est de 45,53 naissances pour 1 000, et le taux de fécondité total (en 2012) était de 6,4 enfants par femme. Le taux de mortalité en 2007 était de 16,5 décès pour 1 000. L’espérance de vie à la naissance était de 53,06 ans au total (51,43 pour les hommes et 54,73 pour les femmes). Le Mali a l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés au monde, avec 106 décès pour 1 000 naissances vivantes en 2007.

L’éducation du Mali

L’éducation publique au Mali est en principe gratuite et obligatoire pendant neuf ans entre sept et seize ans. Le système comprend six années d’enseignement primaire à partir de 7 ans, suivies de six années d’enseignement secondaire. Le taux réel de scolarisation primaire au Mali est faible, en grande partie parce que les familles ne sont pas en mesure de couvrir le coût des uniformes, des livres, des fournitures et des autres frais nécessaires pour y assister. En 2017, le taux de scolarisation dans le primaire était de 61% (65% d’hommes et 58% de femmes). À la fin des années 90, le taux de scolarisation dans le secondaire était de 15% (20% d’hommes et 10% de femmes). Le système éducatif souffre du manque d’écoles dans les zones rurales, ainsi que de la pénurie d’enseignants et de matériel. Les estimations des taux d’alphabétisation au Mali varient de 27 à 30 à 46,4%, les taux d’alphabétisation étant nettement inférieurs chez les femmes que chez les hommes. L’Université de Bamako, qui comprend quatre universités constituantes, est la plus grande université du pays et accueille environ 60 000 étudiants de premier cycle et des cycles supérieurs.

Les langues du Mali

La langue officielle du Mali est le français et plus de 40 langues africaines sont également parlées par les différents groupes ethniques. Environ 80% de la population du Mali peut communiquer à Bambara, qui constitue une importante lingua franca. Selon le recensement de 2009, les langues parlées au Mali étaient le bambara de 51,5%, le fula de 8,3%, le dogon de 6,6% le soninké de 5,7%, le songhaï de 5,3%, le malinké de 5,2%, le minianka de 3,8%, le tamasheq de 3,2% , Sénoufo de 2%, Bobo de 1,9%, Tieyaxo Bozo de 1,6%, Kassonké de 1,1%, Maure de 1%, Dafing de 0,4%, Samogo de 0,4%, arabe de 0,3%, autres langues maliennes de 0,5%, autres Les langues africaines de 0,2%, les langues étrangères de 0,2% et 0,7% n’ont pas déclaré leur langue. Le Mali a 12 langues nationales à côté du français et du bambara, à savoir le bomu, le tieyaxo bozo, le toro so dogon, le maasina fulfulde, l’arabe hassaniya, le mamara senoufo, le kita maninkakan, le soninké, le koyraboro senni, le syenara senoufo, le tamasheq et le xaasongaxango. Chacune est parlée comme première langue principalement par le groupe ethnique auquel elle est associée.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés