Congo : vers un plan d’urgence de développement des secteurs de l’eau et de l’électricité

Afriquinfos Editeur 6 Vues
3 Min de Lecture

M. Ossébi a tenu ces propos en s'adressant aux cadres relevant de son département ministérielle, conformément aux objectifs qui lui ont été assignés pour l'année 2012 par le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou-N'guesso, dans son message des voeux à la nation congolaise le 31 décembre dernier.

Dans une communication faite à cet effet, M. Ossébi leur a demandé de fournir des efforts dans l'accomplissement de leurs tâches respectives, afin de réaliser des bons résultats au premier trimestre 2012.

Le président congolais a déclaré 2012, "année de l'électricité, de l'eau et de la santé", en fixant comme objectif de fournir l' électricité et l'eau à tous les Congolais.

"Notre objectif est d'amener l'électricité et l'eau dans les domiciles des populations congolaises et de faire en sorte que l' électricité ne soit plus une denrée rare, ou un luxe pour les Congolais, car on ne peut pas développer un pays sans ressources énergétiques propres", a déclaré le ministre Ossébi dans sa communication.

Un document de stratégie de développement des secteurs de l' électricité, de l'eau et de l'assainissement a été élaboré par son ministère dans ce cadre et adopté en décembre 2010 par le gouvernement, rappelle-t-on. Il sert de cadre de référence pour la modernisation de ces secteurs stratégiques en vue de l' amélioration des conditions de vie des populations.

Ces dernières années, le gouvernement congolais a investi dans le développement du secteur de l'eau et de l'énergie, plusieurs milliards de FCFA. S'agissant de l'énergie, un boulevard énergétique part de Pointe-Noire en passant par Mindouli, Brazzaville, Ngo pour la partie nord, a-t-on indiqué à cette occasion.

En outre, plusieurs infrastructures de production d'énergie, notamment le barrage hydroélectrique d'Imboulou de 120 MW, la Centrale électrique à gaz du Congo (CEC) de 50 MW, les centrales thermiques d'Oyo et de Brazzaville, ont été construites, permettant ainsi une augmentation de la capacité énergétique du pays, qui est de 160 MW à 400 MW.

De même, des lignes de transport d'électricité sont en train d' être réhabilitées pour permettre l'acheminent du courant électrique dans les différentes villes du Congo.

Dans le secteur de l'eau, le gouvernement a mis en place des potablocs pour fournir de l'eau potable aux Congolais.

Par ailleurs, on a amorcé la construction d'une deuxième usine de traitement d'eau à Djiri, et entrepris des travaux de construction et de réhabilitation d'autres structures dans ce domaine.