Afrique Centrale
15 avril 2020

Tchad: 58 prisonniers de l’opération contre Boko Haram vont être jugés

Une soixantaine de prisonniers, arrêtés durant la récente opération de l’armée tchadienne contre le groupe jihadiste Boko Haram, ont été […]

7 avril 2020 Afrique Centrale

Le Tchad clame s’être débarrassé de Boko Haram

Boko Haram | Il n’y a « plus un seul élément de Boko Haram sur le territoire tchadien », a affirmé à […]

Lire la suite »
6 avril 2020 Afrique Centrale

Le Tchad «nettoyé» de Boko Haram, selon le président Idriss Déby Itno 

Bouma  (© 2020 Afriquinfos)- Idriss Déby Itno – La riposte de l’armée tchadienne après l’attaque de Bouma qui a fait  […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Cameroun: sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram

Kamikazes de Boko Haram | Sept civils camerounais, dont deux adolescents, ont été tués dimanche soir dans un double attentat-suicide […]

Lire la suite »
1 avril 2020 Afrique Centrale

Le Tchad déploie des militaires au Nigeria et au Niger pour lutter contre Boko Haram

Le Tchad a envoyé des soldats au Niger et au Nigeria dans le cadre de l’opération de lutte contre Boko […]

Lire la suite »
25 mars 2020 Afrique Centrale

Boko Haram au Sahel: Hommages aux soldats tués au Tchad

Boma (© 2020 Afriquinfos)- Boko Haram au Sahel, ce mercredi, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby, a passé sa […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Perte de 92 soldats : Idriss Déby s’installe à Bouma pour mener la riposte contre Boko Haram

Bouma (© 2020 Afriquinfos)-  Suite à une attaque du groupe djihadiste Boko Haram lundi sur l’île de Bouma, l’armée tchadienne […]

Lire la suite »
20 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Ibrahim Fakoura, « figure de proue » de Boko Haram tuée

Niamey (© 2020 Afriquinfos)- Ibrahim Fakoura, chef de faction du groupe djihadiste a été éliminé lors d’une opération de l’armée […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique Centrale

Tchad: trois soldats tchadiens et une civile tués dans une attaque de Boko Haram

Trois soldats tchadiens et une civile ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans une attaque attribuée […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Afrique Centrale

Tchad: Au lac Tchad, une nouvelle attaque de Boko Haram fait six morts dans l’armée tchadienne

Six soldats tchadiens ont été tués lundi dans une attaque attribuée au groupe jihadiste Boko Haram autour de l’île de […]

Lire la suite »
21 janvier 2020 Afrique Centrale

L’ouest du Tchad meurtri par un nouvel attentat-suicide attribué à Boko Haram

Un nouvel attentat-suicide portant la marque de Boko Haram a tué neuf civils dans la nuit de dimanche à lundi […]

Lire la suite »
18 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : début d’une nouvelle vie pour une centaine de repentis de Boko Haram

En plein milieu des dunes du désert nigérien surgit le camp de Goudoumaria, entouré de barbelés, murs et sacs de […]

Lire la suite »
30 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Qui se cache derrière le pasteur nigérian qui a « adopté » 4.000 enfants réfugiés de Boko Haram

Lagos (© 2019 Afriquinfos)-Un ancien collaborateur de Folorunsho Solomon narre les faits : »au début, il est discret, très doux. On se […]

Lire la suite »
16 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Près de 22.000 disparus dans le conflit contre Boko Haram au Nigeria (CICR)

Près de 22.000 personnes, essentiellement des mineurs, sont toujours portées disparues après 10 ans de conflit dans le nord-est du […]

Lire la suite »
4 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Nouvelles tactiques anti-Boko Haram de l’armée au Nigeria

Abuja (© 2019 Afriquinfos)-  Dans une déclaration rendue publique ce mardi, l’armée nigériane a annoncé  qu’elle avait redéfini ses tactiques […]

Lire la suite »
25 août 2019 Afrique de l'Ouest

Niger: 12 villageois tués par Boko Haram dans la région de Diffa

NIAMEY (© 2019 AFP) – Douze villageois ont été tués vendredi soir au Niger dans une attaque attribuée au groupe […]

Lire la suite »
21 août 2019 Société

Lutte contre Boko Haram : un jeune Camerounais conçoit un drone solaire

Maroua (© 2019 Afriquinfos)- Borel Teguia, 25 ans, a conçu un drone solaire pour renforcer la lutte contre le groupe […]

Lire la suite »
29 juillet 2019 Afrique de l'Ouest

Nigeria : Le bilan d’une attaque de Boko Haram dans le Nord-Est grimpe à 65 morts

GAJIRAM (© 2019 AFP) – Une attaque du groupe jihadiste Boko Haram samedi contre des participants à une cérémonie de […]

Lire la suite »
26 juillet 2019 Non classé

Titre Voici 10 ans qu’apparaissait un monstre régional du nom de Boko Haram

(© 2019 Afriquinfos)- Il y a dix ans, dans la nuit du 26 juillet 2009. Le groupe Jamā‘at ahl al-sunna […]

Lire la suite »
19 juillet 2019 Fil AFP

Bassin du lac Tchad: Un fonds de 100 millions de dollars pour contrer les effets de Boko Haram

NIAMEY (© 2019 AFP) – Les quatre pays qui bordent le lac Tchad (Cameroun, Niger,Nigeria, Tchad,) ont lancé vendredi à […]

Lire la suite »
17 décembre 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: Des centaines d’habitants fuient un village après un incendie organisé par Boko Haram

 (© 2018 Afriquinfos)- Après avoir vu leur village être entièrement incendié par le groupe jihadiste Boko Haram lors d’une attaque, […]

Lire la suite »
24 octobre 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : Les attaques de Boko Haram inquiètent les Nations Unies

New York (© 2018 Afriquinfos)- Les Nations Unies ont fait part de leur inquiétudes suite à une série d’attaques perpétrées […]

Lire la suite »
11 août 2018 Non classé

Le Tchad toujours dans sa « lutte légitime contre Boko Haram » (Idriss Déby)

Ndjamena (© 2018 Afriquinfos)- Le président Idriss Déby Itno, a dans une déclaration affirmé que son pays mène « une […]

Lire la suite »
22 juillet 2018 Tchad

Tchad : Dix-huit morts dans une attaque de Boko Haram

Lac Tchad (© 2018 Afriquinfos)-Ce dimanche, des sources sécuritaires ont annoncés la mort de dix-huit personnes. Selon les mêmes sources, […]

Lire la suite »
10 juillet 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: Plusieurs enfants soupçonnés de liens avec Boko Haram recouvrent la liberté (Unicef)

Abuja (© 2018 Afriquinfos) – Soupçonnés de complicité avec Boko Haram, ils sont plus de 183 enfants dont 8 filles et […]

Lire la suite »
5 juillet 2018 Afrique de l'Ouest

Niger: début du procès des membres présumés de Boko Haram à Diffa (sud-est)

DJIFFA (© 2018 Afriquinfos) –  Ce mardi,  a démarré le procès de plusieurs membres présumés du groupe terroriste Boko Haram […]

Lire la suite »
L’État islamique en Afrique de l’Ouest ou la province de l’Afrique de l’Ouest de l’État islamique (en abrégé ISWA ou ISWAP), et communément appelé Boko Haram est une organisation terroriste djihadiste basée dans le nord-est du Nigéria, également active au Tchad, au Niger et dans le nord du Cameroun. 2019 a vu le nouveau déclin de Boko Haram et la perte d’une grande partie du territoire qu’il aurait autrefois contrôlé.

Fondé par Mohammed Yusuf en 2002, le groupe était dirigé par Abubakar Shekau depuis 2009. Lorsque Boko Haram s’est formé pour la première fois, leurs actions n’étaient pas violentes. Leur objectif principal était de purifier l’islam dans le nord du Nigéria. Depuis mars 2015, le groupe est aligné sur l’État islamique d’Irak et du Levant. Depuis le début de l’insurrection en 2009, Boko Haram a tué des dizaines de milliers de personnes et déplacé 2,3 millions de leurs foyers et a été à une époque le groupe terroriste le plus meurtrier du monde selon le Global Terrorism Index.

Après sa fondation en 2002, la radicalisation croissante de Boko Haram a conduit à l’opération de répression par les forces militaires nigérianes et à l’exécution sommaire de son chef Mohammed Yusuf en juillet 2009. Sa résurgence inattendue, à la suite d’une évasion massive de prison en septembre 2010, s’est accompagnée d’attaques de plus en plus sophistiquées, initialement contre des cibles faciles, mais progressant en 2011 pour inclure des attentats suicides contre des bâtiments de la police et le bureau des Nations Unies à Abuja. La mise en place par le gouvernement d’un état d’urgence au début de 2012, prolongé l’année suivante pour couvrir tout le nord-est du Nigéria, a entraîné une augmentation des abus des forces de sécurité et des attaques militantes.

Sur les 2,3 millions de personnes déplacées par le conflit depuis mai 2013, au moins 250 000 ont quitté le Nigéria et se sont réfugiées au Cameroun, au Tchad ou au Niger. Boko Haram a tué plus de 6 600 personnes en 2014. Le groupe a procédé à des enlèvements massifs, notamment l’enlèvement de 276 écolières de Chibok en avril 2014. La corruption dans les services de sécurité et les violations des droits humains qu’ils ont commises ont entravé les efforts pour lutter contre les troubles.

À la mi-2014, les militants ont pris le contrôle de pans de territoire dans et autour de leur État d’origine, Borno, estimé à 50 000 kilomètres carrés (20 000 mi2) en janvier 2015, mais n’ont pas capturé la capitale de l’État, Maiduguri, où se trouvait le groupe. basé à l’origine. Le 7 mars 2015, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a promis allégeance à l’État islamique d’Irak et du Levant, renommé État islamique en Afrique de l’Ouest. En septembre 2015, le directeur de l’information au quartier général de la défense du Nigéria a annoncé que tous les camps de Boko Haram avaient été détruits, mais les attaques du groupe se poursuivent. En 2019, le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a affirmé que Boko Haram était «techniquement vaincu». Cependant, les attaques de Boko Haram se sont intensifiées et constituent toujours une menace majeure à partir de 2019.

Boko Haram :  pourquoi ce nom ?

Le nom du groupe  a toujours été Jamā’atu Ahli is-Sunnah lid-Da’wati wal-Jihād, ce qui signifie « Groupe du peuple de Sunnah pour Dawa et Jihad ». Il est également connu sous le nom de Wilayat Garb Ifrqiya, qui signifie « Province de l’Afrique de l’Ouest », depuis mars 2015 après avoir fait partie de l’État islamique.

Le nom « Boko Haram » est généralement traduit par « l’éducation occidentale est interdite ». Haram vient de l’arabe  (ḥarām, « interdit ») ; et le mot haoussa boko (la première voyelle est longue, la seconde prononcée à voix basse), signifiant « faux », qui est utilisé pour désigner l’éducation occidentale laïque. Boko Haram a également été traduit par « l’influence occidentale est un péché » et « l’occidentalisation est un sacrilège ». Jusqu’à la mort de son fondateur Mohammed Yusuf, le groupe serait également connu sous le nom de Yusifiyya. Les Nigérians du Nord ont souvent rejeté l’éducation occidentale comme ilimin boko (« fausse éducation ») et les écoles laïques comme makaranta boko.

Boko Haram : Idéologie

Boko Haram a été fondée sur les principes du salafisme qui préconise une stricte adhésion à la charia. Il est devenu un groupe djihadiste en 2009. Le mouvement est diffus et les combattants qui lui sont associés suivent la doctrine salafiste. Leurs croyances ont tendance à être centrées sur une stricte adhésion au Wahabisme, qui est une forme extrêmement stricte de l’islam sunnite qui considère de nombreuses autres formes d’islam comme idolâtres. Le groupe a dénoncé les membres des sectes soufie et chiite comme des infidèles. Boko Haram demande la création d’un État islamique au Nigéria. Il s’oppose à l’occidentalisation de la société nigériane et à la concentration des richesses du pays parmi les membres d’une petite élite politique, principalement dans le sud chrétien du pays. Le Nigéria est la plus grande économie d’Afrique, mais 60% de sa population de 173 millions d’habitants (en 2013) vit avec moins de 1 dollar par jour. La loi de la charia imposée par les autorités locales, commençant par Zamfara en janvier 2000 et couvrant 12 États du nord à la fin de 2002, a peut-être favorisé les liens entre Boko Haram et les dirigeants politiques, mais a été considérée par le groupe comme corrompue.

Selon Borno Sufi Imam Sheik Fatahi, Yusuf a été formé par Kano Salafi Izala Sheik Ja’afar Mahmud Adamu, qui l’appelait le « leader des jeunes »; les deux se sont séparés quelque temps en 2002-2004. Ils ont tous deux prêché dans la mosquée Indimi de Maiduguri, à laquelle assistait le vice-gouverneur de Borno. Beaucoup du groupe auraient été inspirés par Mohammed Marwa, connu sous le nom de Maitatsine (« Celui qui maudit les autres »), un prophète autoproclamé (annabi, un mot haoussa habituellement utilisé uniquement pour décrire le fondateur de l’islam) né dans le nord du Cameroun qui a condamné la lecture de livres autres que le Coran. Dans une interview à la BBC en 2009, Yusuf, décrit par les analystes comme étant bien éduqué, a réaffirmé son opposition à l’éducation occidentale. Il a rejeté la théorie de l’évolution, a déclaré que la pluie n’est pas « une évaporation causée par le soleil » mais qu’elle est plutôt créée et envoyée directement par Dieu, et a déclaré que la Terre n’est pas une sphère.

Boko Haram : Histoire

Contexte

Avant la colonisation et l’annexion subséquente à l’Empire britannique en 1900 en tant que Nigeria colonial, l’Empire Bornu dirigeait le territoire où Boko Haram est actuellement actif. C’était un sultanat souverain dirigé selon les principes de la Constitution de Médine, avec une population musulmane kanuri majoritaire. En 1903, l’émirat de Borno et le califat de Sokoto sont passés sous le contrôle des Britanniques. Les missionnaires chrétiens à cette époque ont diffusé le message chrétien dans la région et ont eu de nombreux convertis. L’occupation britannique a pris fin avec l’indépendance du Nigéria en 1960.

À l’exception d’une brève période de régime civil entre 1979 et 1983, le Nigéria a été gouverné par une série de dictatures militaires de 1966 jusqu’à l’avènement de la démocratie en 1999. Le militantisme ethnique aurait été l’une des causes de la guerre civile de 1967-1970 ; la violence religieuse a atteint un nouveau sommet en 1980 à Kano, la plus grande ville du nord du pays, où la secte fondamentaliste musulmane Yan Tatsine (« les adeptes de Maitatsine ») a déclenché des émeutes qui ont fait quatre ou cinq mille morts. Dans la répression militaire qui a suivi, Maitatsine a été tuée, alimentant une réaction violente accrue qui s’est propagée dans d’autres villes du nord au cours des vingt prochaines années. L’inégalité sociale et la pauvreté ont contribué aux soulèvements de Maitatsine et de Boko Haram.

Au cours des décennies qui ont suivi la fin de l’occupation britannique, des politiciens et des universitaires du nord principalement islamique ont exprimé leur opposition fondamentale à l’éducation occidentale. Des groupes d’intérêts ethno-religieux politiques, dont les membres comprennent des dirigeants politiques, militaires et religieux influents, ont prospéré au Nigéria, bien qu’ils aient été en grande partie supprimés sous le régime militaire. Leurs ailes paramilitaires, formées depuis le retour du pays au régime civil, ont été impliquées dans une grande partie des violences sectaires dans les années qui ont suivi. Le Congrès du peuple d’Arewa, l’aile de milice du Forum consultatif d’Arewa, le principal groupe politique représentant les intérêts du nord du Nigéria, est un groupe bien financé doté d’une expertise militaire et de renseignement, et est considéré comme capable de s’engager dans une action militaire, y compris des bombardements secrets.

Fondateur

Mohammed Yusuf a fondé la secte qui est devenue connue sous le nom de Boko Haram en 2002 à Maiduguri, la capitale de l’État du nord-est de Borno. Il a créé un complexe religieux et une école qui a attiré des familles musulmanes pauvres de tout le Nigéria et des pays voisins. Le centre avait pour objectif politique de créer un État islamique et est devenu un terrain de recrutement pour les djihadistes. En dénonçant la police et la corruption de l’État, Yusuf a attiré des adeptes de jeunes sans emploi. Il aurait utilisé l’infrastructure existante à Borno de la Société Izala (Jama’at Izalatil Bidiawa Iqamatus Sunnah), une secte islamique conservatrice populaire, pour recruter des membres, avant de se séparer pour former sa propre faction. Les Izala ont été initialement accueillis au gouvernement, avec des gens sympathiques à Yusuf. Boko Haram a mené ses opérations plus ou moins pacifiquement au cours des sept premières années de son existence, se retirant de la société dans des régions reculées du nord-est. Le gouvernement a ignoré à plusieurs reprises les avertissements concernant le caractère de plus en plus militant de l’organisation. Le Conseil d’Oulama a conseillé au gouvernement et à la Nigerian Television Authority de ne pas diffuser la prédication de Yusuf, mais leurs avertissements ont été ignorés. L’arrestation de Yusuf l’a élevé au statut de héros. Le vice-gouverneur de Borno, Alhaji Dibal, aurait affirmé qu’al-Qaïda avait des liens avec Boko Haram, mais les a rompus lorsqu’ils ont décidé que Yusuf n’était pas une personne fiable. Stephen Davis, un ancien membre du clergé anglican qui a négocié avec Boko Haram à maintes reprises blâme les politiciens nigérians locaux qui soutiennent les bandits locaux comme Boko Haram afin qu’ils rendent la vie difficile à leurs opposants politiques. Davis a notamment blâmé l’ancien gouverneur de l’État de Borno, Ali Modu Sheriff, qui avait initialement soutenu Boko Haram, mais qui n’en avait plus besoin après les élections de 2007 et a cessé de les financer. Le shérif nie les accusations.

Offensive ouest-africaine après 2015

En 2015, offensive ouest-africaine, Boko Haram a perdu la majeure partie du territoire qu’elle avait occupé au fil du temps et s’est retirée dans la forêt de Sambisa. Boko Haram s’est replié sur des tactiques de guérilla. Mais depuis 2018, il y a eu un pic important d’attaques de Boko Haram. La majorité de ces attaques sont concentrées dans l’État de Borno. Les attaques de Boko Haram ont fait plus de dix-sept cents morts au cours du premier semestre 2019, y compris des pertes de ses propres membres. L’organisation terroriste a pu recruter en grand nombre dans la pauvreté et la violence induites par le changement climatique dans le bassin du lac Tchad en offrant de petits prêts et en promettant de grandes récompenses. Il continue également d’enlever et de forcer de jeunes garçons à les rejoindre. Boko Haram est mieux équipé de drones, d’armes et de véhicules capturés et parfois abandonnés par l’armée nigériane lors d’une embuscade. Pour mieux se fortifier, l’armée nigériane a concentré la population rurale dans ses villes de garnison. Cela a permis à Boko Haram de freiner librement à la campagne. En 2019, ils auraient repris le contrôle de 4 des 10 zones de l’État de Bono.

Campagne de violence

Les attaques de Boko Haram consistent en des kamikazes ainsi qu’en des attaques armées conventionnelles contre des cibles civiles et militaires. Après l’enlèvement de 2014, la majorité des kamikazes de Boko Haram sont des femmes; certains ont à peine sept ans. Les djihadistes de Boko Haram dépendent de la furtivité, se fondent dans les communautés locales ou se cachent dans les vastes campagnes. Les critiques accusent l’armée nigériane de ne pas équiper correctement ses soldats pour combattre Boko Haram. 

2009

En 2008, la police a ouvert une enquête sur le groupe nommé Opération Flush. Le 26 juillet, les forces de sécurité ont arrêté neuf membres de Boko Haram et confisqué des armes et du matériel de fabrication de bombes. Soit cela, soit un affrontement avec la police lors d’un cortège funèbre a conduit à des attaques de revanche contre la police et à des émeutes généralisées. Une opération conjointe de la force opérationnelle militaire a été lancée en réponse et au 30 juillet, plus de 700 personnes avaient été tuées, pour la plupart des membres de Boko Haram, et des postes de police, des prisons, des bureaux gouvernementaux, des écoles et des églises avaient été détruits.  Yusuf a été arrêté et est mort en détention « alors qu’il tentait de s’échapper ». Comme cela avait été le cas des décennies plus tôt à la suite des émeutes de Kano en 1980, le meurtre du chef d’un groupe extrémiste aurait des conséquences inattendues. Il a été succédé par Abubakar Shekau, anciennement son commandant en second. Un câble classifié, apparemment envoyé par l’ambassade des États-Unis à Abuja en novembre 2009, a été publié sur WikiLeaks :

[Les dirigeants politiques et religieux de Borno] … ont affirmé que l’État et le gouvernement fédéral avaient répondu de manière appropriée et, à l’exception du parti d’opposition, ont massivement soutenu la mort de Yusuf sans craindre le meurtre extrajudiciaire. La sécurité est restée une préoccupation à Borno, les habitants se déclarant préoccupés par l’importation d’armes et les échanges de messages religieux à travers des frontières internationales poreuses.

Selon le document divulgué, il a été rapporté que l’adjoint de Yusuf avait survécu, et des cassettes audio seraient en circulation dans lesquelles Boko Haram a menacé de futures attaques. Néanmoins, de nombreux observateurs ne prévoyaient pas d’effusion de sang imminente. La sécurité à Borno a été dégradée. Le responsable du gouvernement de Borno, Alhaji Boguma, estimait que l’État méritait les éloges de la communauté internationale pour avoir mis fin au conflit en si peu de temps, et que la « vague d’intégrisme » avait été « écrasée ». 

Boko haram : 2010

Prison de Bauchi

Le 7 septembre 2010, après s’être regroupés sous leur nouveau chef, Boko Haram a évacué 105 de ses membres de la prison de Bauchi avec plus de 600 autres prisonniers. Le groupe a ensuite intensifié son insurrection, lançant de nombreuses attaques au Nigéria, principalement dans le nord du pays.

Attentats à la bombe de Jos

Le 24 décembre 2010, Boko Haram a fait exploser quatre bombes à Jos.

Attentat d’Abuja en décembre

  Le 31 décembre 2010, Boko Haram a bombardé une caserne à Abuja, tuant quatre civils.

Boko haram : 2011

Sous la direction de Shekau, le groupe a continuellement amélioré ses capacités opérationnelles. Après avoir lancé une série d’attaques à l’engin piégé contre des cibles souples et sa première attaque à l’engin transporté par véhicule en juin 2011, tuant 6 personnes au siège de la police d’Abuja, en août Boko Haram a bombardé le siège des Nations Unies (Abu), à Abuja, a frappé une cible occidentale. Un porte-parole revendiquant la responsabilité de l’attaque, dans laquelle 11 membres du personnel de l’ONU sont morts ainsi que 12 autres, avec plus de 100 blessés, a mis en garde contre les futures attaques prévues contre les intérêts des gouvernements américain et nigérian. S’exprimant peu après l’annonce par l’ambassade des États-Unis de l’arrivée dans le pays du FBI, il a ensuite annoncé les conditions de négociation de Boko Haram, à savoir la libération de tous les membres emprisonnés. La sophistication accrue du groupe a conduit les observateurs à spéculer que Boko Haram était affiliée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui était actif au Niger.

Boko Haram a maintenu un taux d’attaques constant depuis 2011, frappant un large éventail de cibles, plusieurs fois par semaine. Ils ont attaqué des politiciens, des chefs religieux, des forces de sécurité et des cibles civiles. La tactique d’attentat-suicide, utilisée lors des deux attaques dans la capitale contre la police et le siège de l’ONU, était nouvelle au Nigéria. En Afrique dans son ensemble, il n’avait été utilisé que par al-Shabaab en Somalie et dans une moindre mesure par AQMI.

Inauguration présidentielle

Quelques heures après l’inauguration présidentielle de Goodluck Jonathan en mai 2011, Boko Haram a mené une série d’attentats à la bombe à Bauchi, Zaria et Abuja. Le plus réussi de ceux-ci fut l’attaque de la caserne de l’armée à Bauchi. Un porte-parole du groupe a déclaré à la BBC Hausa que l’attaque avait été menée, en guise de test de loyauté, par des membres de l’armée en espérant rejoindre le groupe. Cette accusation a ensuite été réfutée par un porte-parole de l’armée qui a déclaré : « Ce n’est pas une république bananière ». Cependant, le 8 janvier 2012, le président annoncerait que Boko Haram avait en réalité infiltré à la fois l’armée et la police, ainsi que les pouvoirs exécutif, parlementaire et législatif du gouvernement. Le porte-parole de Boko Haram a également revendiqué la responsabilité du meurtre à l’extérieur de son domicile à Maiduguri du politicien Abba Anas Ibn Umar Garbai, le jeune frère du Shehu de Borno, qui était le deuxième musulman le plus en vue du pays après le sultan de Sokoto. Il a ajouté : « Nous faisons ce que nous faisons pour combattre l’injustice, s’ils arrêtent leurs façons sataniques de faire les choses et les injustices, nous arrêterions ce que nous faisons ».

Il s’agit de l’un des nombreux assassinats politiques et religieux perpétrés cette année-là par Boko Haram, avec l’intention présumée de corriger les injustices dans l’État d’origine du groupe, Borno. Pendant ce temps, la piste des massacres s’est poursuivie sans relâche, conduisant apparemment le pays vers la guerre civile. Fin 2011, ces stratégies conflictuelles ont conduit les observateurs à s’interroger sur la cohésion du groupe ; des comparaisons ont été établies avec les motivations diverses des factions militantes du delta du Niger riche en pétrole. Pour ajouter à la confusion, en novembre, le Service de sécurité de l’État a annoncé que quatre syndicats criminels opéraient sous le nom de Boko Haram.

Le thème commun dans tout le nord-est était le ciblage de policiers, qui étaient régulièrement massacrés au travail ou lors de fusillades en voiture à leur domicile, soit pour se venger du meurtre de Yusuf, soit en tant que représentants de l’appareil d’État, soit pour aucune Raison particulière. Cinq officiers ont été arrêtés pour le meurtre de Yusuf, qui n’a eu aucun effet notable sur le niveau des troubles. Les opportunités d’entreprise criminelle ont prospéré. Des centaines de policiers sont morts et plus de 60 postes de police ont été attaqués à la mi-2012. La réponse du gouvernement à cette tendance auto-renforçante à l’insécurité a été d’investir massivement dans du matériel de sécurité, dépensant 5,5 milliards de dollars, soit 20% de son budget global, pour des unités de détection de bombes, des communications et des transports ; et 470 millions de dollars pour un système de vidéosurveillance chinois pour Abuja, qui n’a pas réussi à détecter ou à décourager les actes de terreur.

La défaite électorale de l’ancien dictateur militaire Muhammadu Buhari a accru les tensions politiques ethno-religieuses, car elle a rompu les termes d’un accord tacite selon lequel la présidence alternerait après deux mandats entre des candidats du sud chrétien et du nord musulman du pays. Des émeutes sectaires ont englouti les douze États du nord du pays au cours des trois jours qui ont suivi les élections, faisant plus de 800 morts et 65 000 déplacés. La campagne de violence qui a suivi par Boko Haram a abouti à une série d’attentats à la bombe à travers le pays le jour de Noël. Dans la périphérie d’Abuja, 37 personnes sont mortes dans une église dont le toit avait été arraché. Un habitant a commenté: « Des voitures étaient en flammes et des cadavres jonchaient partout », une phrase souvent répétée dans les articles de presse internationaux sur les attentats. Des événements de Noël similaires avaient été signalés les années précédentes. Jonathan a déclaré l’état d’urgence le soir du Nouvel An dans les zones gouvernementales locales de Jos, Borno, Yobe et Niger et a fermé la frontière internationale dans le nord-est.

Boko haram : 2012

État d’urgence

Trois jours plus tard, ils ont commencé une série d’attaques pour la plupart à petite échelle contre des chrétiens et des membres du groupe ethnique Igbo, faisant fuir des centaines de personnes. À Kano, le 20 janvier, ils ont mené de loin leur action la plus meurtrière, une agression contre des bâtiments de la police, faisant 190 morts. L’une des victimes était une journaliste de la télévision. Les attaques comprenaient l’utilisation combinée de voitures piégées, de kamikazes et d’engins piégés, appuyés par des hommes armés en uniforme.

Amnesty International et Human Rights Watch ont publié des rapports en 2012 qui ont été largement cités par les agences gouvernementales et les médias, sur la base de recherches menées au cours du conflit dans les zones les plus touchées du pays. Les ONG critiquaient à la fois les forces de sécurité et Boko Haram. HRW a déclaré que « Boko Haram devrait cesser immédiatement toutes les attaques et menaces d’attaques qui causent des pertes de vie, des blessures et la destruction de biens. Le gouvernement nigérian devrait prendre des mesures urgentes pour lutter contre les violations des droits de l’homme qui ont contribué à alimenter le militantisme violent » . Selon le rapport 2012 du Département d’État américain sur les pratiques en matière de droits de l’homme :

Les graves problèmes de droits de l’homme comprenaient les exécutions extrajudiciaires par les forces de sécurité, y compris les exécutions sommaires ; torture, viol et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés par les forces de sécurité à des prisonniers, des détenus et des suspects ; conditions pénibles et potentiellement mortelles dans les prisons et les centres de détention; arrestation et détention arbitraires; détention préventive prolongée ; déni d’un procès public équitable; influence de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire ; les atteintes au droit à la vie privée des citoyens ; restrictions à la liberté d’expression, de presse, de réunion, de religion et de circulation.

Le 9 octobre, des témoins à Maiduguri ont affirmé que des membres du « Restore Order » de la JTF [un groupe d’autodéfense], basé à Maiduguri, avaient fait une tuerie après qu’une bombe présumée de Boko Haram ait tué un officier. Les médias ont rapporté que la FOI a tué 20 à 45 civils et rasé 50 à 100 maisons dans le quartier. Le commandant de la FOI à Maiduguri a nié ces allégations. Le 2 novembre, des témoins ont affirmé que la FOI avait tué par balle jusqu’à 40 personnes lors de raids à Maiduguri. L’armée a affirmé qu’elle avait renvoyé certains officiers de l’armée à la suite de prétendus abus commis à Maiduguri, mais il n’y avait aucune poursuite officielle connue à Maiduguri à la fin de l’année.

Des rapports crédibles indiquaient également … que du personnel militaire en uniforme et des policiers mobiles paramilitaires ont procédé à des exécutions sommaires, des agressions, des tortures et d’autres exactions dans les États de Bauchi, Borno, Kano, Kaduna, Plateau et Yobe … La police nationale, l’armée et d’autres forces de sécurité ont commis des exécutions extrajudiciaires et ont fait usage d’une force meurtrière et excessive pour appréhender des criminels et des suspects, ainsi que pour disperser des manifestants. En règle générale, les autorités ne tiennent pas la police responsable du recours à une force excessive ou meurtrière ou de la mort de personnes en détention. Les forces de sécurité ont généralement opéré en toute impunité dans l’arrestation, la détention et parfois l’exécution extrajudiciaire illégales de suspects. Les rapports des commissions d’enquête fédérales ou d’État enquêtant sur les décès suspects sont restés inédits.

Aucun fait nouveau n’est à signaler dans le cas de cinq policiers accusés d’avoir exécuté Muhammad Yusuf en 2009 dans un quartier général de la police d’État. En juillet 2011, les autorités ont traduit en justice cinq officiers de police de la Haute Cour fédérale d’Abuja pour le meurtre de Yusuf. Le tribunal a accordé une mise en liberté sous caution à quatre des officiers, tandis que l’un d’entre eux est resté en détention.

Le recours à une force excessive par la police, y compris l’utilisation de balles réelles, pour disperser les manifestants a entraîné de nombreux assassinats au cours de l’année. Par exemple, bien que les manifestations de janvier sur les subventions au carburant soient restées généralement pacifiques, les forces de sécurité auraient tiré sur des manifestants dans divers États du pays au cours de ces manifestations, faisant 10 à 15 morts et un nombre inconnu de blessés.

Malgré certaines améliorations résultant de la fermeture des postes de contrôle de la police dans de nombreuses régions du pays, les États où la sécurité est renforcée en raison des activités de Boko Haram ont connu une augmentation de la violence et des forces meurtrières aux barrages routiers de la police et de l’armée.

Des enlèvements continus de civils par des groupes criminels ont eu lieu dans le delta du Niger et le sud-est. La police et d’autres forces de sécurité ont souvent été impliquées dans les plans d’enlèvement.

Bien que la constitution et la loi interdisent de telles pratiques et prévoient la répression de ces abus, la torture n’est pas criminalisée et le personnel des services de sécurité, y compris la police, l’armée et les agents du SSS, régulièrement torturé, battu et maltraité les manifestants, criminels suspects, détenus et condamnés. La police a maltraité des civils pour extorquer de l’argent. La loi interdit l’introduction dans les procès de preuves et d’aveux obtenus par la torture ; cependant, la police a souvent utilisé la torture pour arracher des aveux.

Boko haram : 2013

L’État de Borno au Nigéria, où Boko Haram est basé, jouxte le lac Tchad tout comme le Niger, le Cameroun et le pays du Tchad. Le conflit et les réfugiés ont débordé des frontières nationales pour impliquer les quatre pays.

En 2013, Boko Haram a accru ses opérations dans le nord du Cameroun et a participé à des escarmouches le long des frontières du Tchad et du Niger. Ils étaient liés à un certain nombre d’enlèvements, souvent en association avec le groupe dissident Ansaru, attirant vers eux un niveau d’attention international plus élevé.

Le Bureau américain de lutte contre le terrorisme fournit le résumé suivant des opérations à l’étranger de Boko Haram en 2013 :

En février 2013, Boko Haram était responsable de l’enlèvement de sept touristes français dans l’extrême nord du Cameroun. En novembre 2013, des membres de Boko Haram ont enlevé un prêtre français au Cameroun. En décembre 2013, des hommes armés de Boko Haram auraient attaqué des civils dans plusieurs régions du nord du Cameroun. Les forces de sécurité du Tchad et du Niger auraient également participé à des escarmouches contre des membres présumés de Boko Haram le long des frontières du Nigéria. En 2013, le groupe a également kidnappé huit citoyens français dans le nord du Cameroun et obtenu une rançon pour leur libération.

Boko Haram a souvent réussi à échapper à l’armée nigériane en se retirant dans les collines autour de la frontière avec le Cameroun, dont l’armée n’est apparemment pas disposée à les affronter. Le Nigéria, le Tchad et le Niger ont formé une force opérationnelle multinationale conjointe en 1998. En février 2012, le Cameroun a signé un accord avec le Nigéria pour établir un comité conjoint de sécurité transfrontalière, qui a été inauguré en novembre 2013, lorsque le Cameroun a annoncé son intention de mener des mais des « patrouilles frontalières distinctes » en 2014. Il s’est à nouveau réuni en juillet 2014 pour améliorer encore la coopération entre les deux pays.

Fin 2013, Amnesty International a reçu des informations «crédibles» selon lesquelles plus de 950 détenus étaient morts en détention, principalement dans les centres de détention de Maiduguri et Damaturu, au cours du premier semestre. La corruption officielle de l’État a également été documentée en décembre 2013 par le Home Office britannique :

Le NPF [Force de police nigériane], le SSS et le rapport militaire aux autorités civiles; cependant, ces services de sécurité agissent périodiquement en dehors du contrôle civil. Le gouvernement ne dispose pas de mécanismes efficaces pour enquêter et punir les abus et la corruption. Les FNP restent sensibles à la corruption, commettent des violations des droits de l’homme et opèrent généralement en toute impunité dans l’arrestation, la détention illégale et parfois l’exécution de suspects. Le SSS commet également des violations des droits de l’homme, notamment en restreignant la liberté d’expression et de la presse. Dans certains cas, des particuliers ou le gouvernement ont porté des accusations contre les auteurs d’atteintes aux droits humains dans ces unités. Cependant, la plupart des affaires ont traîné devant les tribunaux ou n’ont pas été résolues après une enquête initiale.

L’état d’urgence a été prolongé en mai 2013 pour couvrir l’ensemble des trois États du nord-est de Borno, Adamawa et Yobe, ce qui a accru les tensions dans la région. Dans les 12 mois suivant l’annonce, 250 000 personnes ont fui les trois États, suivies de 180 000 autres entre mai et août 2014. 210 000 autres ont fui les États limitrophes, portant le nombre total de personnes déplacées par le conflit à 650 000. Plusieurs milliers ont quitté le pays. Une vidéo d’Amnesty International d’août 2014 montrait que l’armée et les milices alliées exécutaient des personnes, y compris en leur tranchant la gorge et en jetant leurs cadavres dans des fosses communes. Selon Human Rights Watch, plus de 130 villages et villes ont été attaqués ou contrôlés par le groupe.

Le 11 août 2013, BH a tué 44 personnes lors d’une fusillade en masse contre une mosquée de Konduga, dans l’État de Borno. 

Boko haram : 2014

Enlèvement de Chibok

En avril 2014, Boko Haram a kidnappé 276 écolières de Chibok. Shekau a annoncé son intention de les vendre en esclavage. Plus de 50 se sont échappés. L’incident a attiré l’attention des médias mondiaux sur Boko Haram, en grande partie sur les déclarations de l’ancienne première dame des États-Unis, Michelle Obama en embauchant une firme de relations publiques à Washington.

Les parents des filles disparues et celles qui s’étaient évadées ont été maintenues en attente jusqu’en juillet pour rencontrer le président, ce qui les a inquiétés. En octobre, le gouvernement a annoncé la libération imminente des filles, mais les informations se sont révélées peu fiables. L’annonce aux médias d’un accord de paix et la libération imminente de toutes les filles disparues ont été suivies quelques jours plus tard par un message vidéo dans lequel Shekau a déclaré qu’aucune réunion de ce type n’avait eu lieu et que les filles étaient «mariées». L’annonce aux médias, non accompagnée de toute preuve de la réalité de l’accord, a été considérée par les analystes comme un stratagème politique du président pour accroître sa popularité avant sa confirmation de sa candidature aux élections générales de 2015. Plus tôt dans l’année, la détresse des filles avait figuré sur les affiches de la campagne politique « #BringBackOurGirls » dans les rues de la capitale, dont le président a nié avoir connaissance et a rapidement supprimé après que des critiques aient fait surface. Ces affiches, qui ont été interprétées, au grand dam des militants pour la reprise des filles, comme étant conçues pour bénéficier de la renommée de l’enlèvement, faisaient également partie de la « campagne pré-présidentielle » de Jonathan. En septembre, les affiches de la campagne « # BringBackGoodluck2015 » ont de nouveau suscité des critiques. L’annonce officielle de la candidature du président a été faite avant d’encourager la foule à Abuja le 11 novembre.

En février 2016, les organisations International Alert et UNICEF ont publié une étude révélant que les filles et les femmes libérées de la captivité de Boko Haram sont souvent rejetées à leur retour dans leur communauté et leur famille, en partie à cause d’une culture de stigmatisation liée à la violence sexuelle.

Boko haram : 2015

Massacre de Baga

Le 3 janvier 2015, Boko Haram a attaqué Baga, la saisissant ainsi que la base militaire de la force opérationnelle multinationale interarmées. Alors que les militants avançaient, l’armée s’enfuit. Certains résidents ont réussi à s’échapper au Tchad. Bien que le bilan des morts du massacre ait été estimé antérieurement par les médias occidentaux à plus de 2000, le ministère de la Défense a rejeté ces affirmations comme des «spéculations et conjectures», estimant le chiffre à près de 150. Le 25 janvier, les militants se sont rendus à Monguno, capturant la ville et une base militaire voisine. Leur avance sur Maiduguri et Konduga, à 40 km au sud-est, a été repoussée. Après avoir repris Monguno, l’armée a expulsé les militants de Baga le 21 février.

Le massacre de Baga a été l’une des plus grandes défaites de l’armée nigériane en termes de perte d’équipement et de victimes civiles. Plusieurs officiers ont été traduits en cour martiale. En octobre 2015, le général Enitan Ransome-Kuti a été renvoyé de l’armée et condamné à six mois de prison. Il a été déterminé qu’il avait manqué à son devoir de lancer une contre-attaque après s’être retiré de la ville.

Boko haram : 2016

Attaque des Dalori

Le 30 janvier 2016, au moins 86 personnes ont été tuées et au moins 62 autres blessées dans une attaque de militants de Boko Haram contre le village de Dalori, situé à 4 kilomètres de Maiduguri, au Nigéria. L’armée nigériane n’a pas été en mesure de combattre les militants jusqu’à l’arrivée des renforts, entraînant le retrait de Boko Haram.

Affaiblissement et division

Les chiffres de l’Université Johns Hopkins indiquent que Boko Haram a tué 244 personnes au deuxième trimestre 2016 – le chiffre trimestriel le plus bas depuis cinq ans.

Début août 2016, l’EIIL a annoncé qu’il avait nommé Abu-Musab al-Barnawi au poste de nouveau chef du groupe. Dans une vidéo publiée quelques jours plus tard, Shekau a refusé d’accepter la nomination d’al-Barnawi à la tête et a promis de le combattre tout en déclarant qu’il était toujours fidèle au leader de l’EIIL Abu Bakr al-Baghdadi.

Le groupe s’est depuis divisé en factions pro-Barnawi et pro-Shekau, avec des informations selon lesquelles des affrontements armés ont éclaté entre eux. Shekau a publié des vidéos depuis la scission dans laquelle il fait référence à son groupe sous son ancien nom de Jamatu Ahlis Sunna Lidawatti wal Jihad.

Le 23 août 2016, l’armée nigériane a annoncé qu’elle avait mené une opération aérienne de nuit qui avait «très bien réussi» à tuer les dirigeants de Boko Haram. Parmi les personnes présumées tuées figurait Abubakar Shekau, il est décédé lors d’un bombardement aérien dans le village de Taye. L’armée nigériane affirme que le leader contesté de Boko Haram est décédé des suites de ses blessures aux épaules pendant qu’il faisait la prière.

Le 28 août, le président nigérian Muhammadu Buhari, est revenu sur la déclaration de l’armée et a affirmé que le chef de Boko Haram avait été « blessé » mais pas tué lors de l’attaque aérienne.

Le 31 août 2016, le général de division Lucky Irabor a déclaré que les militants ne contrôlaient désormais que quelques villages et villes près du lac Tchad et dans la forêt de Sambisa. Il a en outre déclaré que l’armée s’attendait à reprendre les derniers bastions du groupe dans quelques semaines.

Boko haram : 2017

Hausse des attentats-suicides d’enfants

L’UNICEF a signalé une augmentation des attentats-suicides d’enfants avec 27 incidents survenus au cours des trois premiers mois de 2017 au Nigéria, au Niger, au Cameroun et au Tchad, contre 30 au cours de l’année précédente, 56 en 2015 et 4 en 2014. Enfants kidnappés qui s’échappent de Boko Haram est souvent détenue ou mise à l’écart par sa communauté ou sa famille. Patrick Rose, coordinateur régional de l’UNICEF, a déclaré: « Ils sont détenus dans des casernes militaires, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées inconnues ». Selon l’ONG: « Le rejet par la société de ces enfants et leur sentiment d’isolement et de désespoir pourraient les rendre plus vulnérables aux promesses de martyre en acceptant des missions dangereuses et mortelles ». En plus des kamikazes d’enfants et bien qu’ils aient été mis en déroute depuis des zones clés et considérablement réduits dans leurs capacités, tout au long de 2016 et jusqu’en 2017, Boko Haram au Nigéria a continué de mener des attaques contre les forces de sécurité nigérianes, les Civil Joint Joint Task Forces (CJTF). ) et des citoyens ordinaires utilisant des engins explosifs improvisés (IED) et d’autres armes brutes. Ceux-ci étaient souvent déployés avec des kamikazes; un nombre croissant de femmes et de filles recrutées pour attaquer les marchés, les dépôts de transport, les mosquées et les camps de personnes déplacées.

Boko haram : 2018

Enlèvement de dapchi

Boko Haram a kidnappé 110 écolières du Government Technical Girls College de Dapchi, Yobe, le 19 février 2018. Boko Haram aurait libéré toutes les filles sauf une le 21 mars au plus tard.

Attaque de la ville de Maiduguri

Le 2 avril, une attaque de Boko Haram à la périphérie de Maiduguri a fait 18 morts et 84 blessés. Cette attaque est intervenue quelques jours à peine après que le gouvernement du Nigéria a déclaré qu’il y avait un cessez-le-feu avec Boko Haram. L’attaque s’est produite dans les villages de Bale Shuwa et Bale Kura, à proximité de Maiduguri et du camp militaire de la ville.

Boko haram : 2019

Attaque près de la maison du chef d’état-major de l’armée nigériane

En janvier, 6 soldats nigérians ont été tués et 14 blessés par les djihadistes de Boko Haram lors d’un raid dans un village près de la maison familiale du chef de l’armée. Quatre véhicules militaires ont également été saisis par les djihadistes et deux ont été complètement détruits.

Attaque contre les forces de sécurité tchadiennes

Le 22 mars, des militants de Boko Haram ont tué au moins 23 soldats tchadiens pendant la nuit, ont indiqué deux sources tchadiennes de sécurité ce jour-là, dans ce qui semblait être l’attaque la plus meurtrière jamais menée au Tchad par les militants islamistes. Le raid s’est produit dans la ville de Dangdala, près des rives du lac Tchad. L’une des sources de sécurité a ajouté que les assaillants auraient traversé la frontière depuis le Niger voisin.

Boko haram : 2020

Attaque de Boma

Le 23 mars, des combattants de Boko Haram ont attaqué des soldats à Boma, au Tchad, tuant 92 et détruisant 24 véhicules de l’armée. Il a marqué l’attaque la plus meurtrière de Boko Haram contre les forces militaires du pays et une grave escalade du conflit. Dans sa contre-opération de huit jours « Opération Bohoma Anger », l’armée Chadiam affirme avoir tué environ un millier de combattants de Boko Haram tout en encourant 52 causalités de ses propres troupes.

Goneri embuscade

Le 23 mars, au moins 50 soldats nigérians ont été tués dans une embuscade par des combattants de Boko Haram près du village de Goneri, dans l’État de Borno. L’armée a déclaré que tous les combattants de Boko Haram avaient été tués, bien que le nombre réel n’ait pas été indiqué.

Organisation

Chef

Boko Haram a été fondée par Mohammed Yusuf qui a dirigé le groupe de 2002 jusqu’à sa mort en 2009. Après sa mort, son adjoint Abubakar Shekau a pris le contrôle du groupe et l’a dirigé jusqu’à nos jours.

Bien que Boko Haram soit organisé selon une structure hiérarchique avec un seul chef, le groupe fonctionne également comme un système de cellules clandestines utilisant une structure en réseau, avec des unités comptant chacune entre 300 et 500 combattants. Les estimations du nombre total de combattants varient entre 500 et 9 000.

Liens avec d’autres groupes militants

Il a longtemps été allégué que Boko Haram avait une relation avec al-Qaïda. En 2011, des lettres de Boko Haram auraient été trouvées dans l’enceinte de Ben Laden.

Trois semaines après le début du soulèvement de Boko Haram en 2009, al-Qaïda au Maghreb islamique a exprimé sa sympathie pour Boko Haram. S’adressant par téléphone aux journalistes en novembre 2012, le porte-parole du groupe, Abu Qaqa, a déclaré: « Nous sommes ensemble avec al-Qaïda, ils font la promotion de la cause de l’islam, tout comme nous le faisons. Par conséquent, ils nous aident dans notre lutte et nous les aidons, aussi. » Le rapport spécial de 2012 de Reuters détaille la manière dont les combattants se sont entraînés avec des affiliés d’Al-Qaïda en petits groupes pendant au moins 6 ans.

Selon la liste du Conseil de sécurité des Nations Unies de Boko Haram sous le régime des sanctions contre al-Qaïda en mai 2014, le groupe «a maintenu une relation avec AQMI à des fins de formation et de soutien matériel» et «a acquis de précieuses connaissances sur la construction de engins explosifs improvisés d’AQMI « . L’ONU a constaté qu’un « nombre de membres de Boko Haram ont combattu aux côtés des groupes affiliés à Al-Qaïda au Mali en 2012 et 2013 avant de retourner au Nigéria avec une expertise terroriste ». AQMI est l’une des branches régionales d’Al-Qaïda, dont le chef, Abu Musab Abdel Wadoud, a prêté serment d’allégeance à la haute direction d’Al-Qaïda.

Malgré les liens historiques, la centrale d’al-Qaïda n’a jamais officiellement accepté Boko Haram comme affilié. Les problèmes entre AQ et Boko Haram étaient liés à l’extrémisme d’Abubakar Shekau en ce qui concerne le fait qu’il déclare que l’ensemble de la population générale des musulmans du Nigéria est non-musulmane. Shekau fait valoir qu’en raison de l’apostasie généralisée des musulmans lors du vote aux élections, il est légitime de tuer des civils musulmans. Al-Qaïda est d’avis que la population en général devrait être considérée comme musulmane et donc tuer des civils n’est pas acceptable.

En juillet 2014, Shekau a publié une vidéo de 16 minutes où il a exprimé son soutien au chef de l’EIIL Abu Bakr al-Baghdadi, au chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri et au chef des talibans afghans Mullah Omar. En mars 2015, Shekau a officiellement juré allégeance à l’EIIL, qui a été accepté par le porte-parole du groupe plusieurs jours plus tard. Le groupe a été rebaptisé nominalement «Wilayat Garb Ifriqiyah» ou «province ouest-africaine» de l’État islamique et était dirigé par Shekau.

En août 2016, l’EIIL a tenté de retirer Shekau de son rôle de leader et de le remplacer par Abu Musab al-Barnawi. La raison en est que Shekau a désobéi à l’ordre d’Abou Bakr al-Baghdadi de cesser de viser les civils musulmans. Shekau a rejeté cette décision, entraînant une scission entre les groupes.

Réponse des autorités nigérianes

L’armée nigériane est, selon les mots d’un ancien attaché militaire britannique parlant en 2014, « l’ombre de ce qu’elle aurait été autrefois. Elle s’est effondrée ». Ils manquent d’équipements de base, notamment des radios et des véhicules blindés. Le moral serait bas. Les officiers supérieurs auraient écrémé les fonds du budget des achats militaires destinés à payer l’équipement standard des soldats. Le budget de défense du pays représente plus d’un tiers du budget de sécurité de 5,8 milliards de dollars, mais seulement 10 pour cent est alloué aux dépenses en capital. Une évaluation réalisée en 2014 par le Département de la défense des États-Unis a indiqué que les fonds étaient « écrémés du haut », les troupes « montraient des signes de peur réelle » et « avaient même peur de s’engager ».

Au cours de l’été 2013, l’armée nigériane a fermé la couverture des téléphones portables dans les trois États du nord-est pour perturber la communication du groupe et sa capacité à faire exploser des engins piégés. Des témoignages d’initiés militaires et des données sur les incidents de Boko Haram avant, pendant et après la panne de téléphone portable suggèrent que la fermeture a été «réussie» d’un point de vue militaro-tactique. Cependant, cela a mis en colère les citoyens de la région (en raison des conséquences sociales et économiques négatives de l’arrêt du mobile) et a engendré des opinions négatives envers l’État et de nouvelles politiques d’urgence. Alors que les citoyens et les organisations ont développé diverses stratégies d’adaptation et de contournement, Boko Haram est passée d’un modèle de réseau ouvert d’insurrection à un système centralisé fermé, déplaçant le centre de ses opérations vers la forêt de Sambisa. Cela a fondamentalement changé la dynamique du conflit.

En juillet 2014, le Nigéria aurait enregistré le plus grand nombre de meurtres terroristes dans le monde au cours de l’année écoulée, 3477, tués dans 146 attaques. Le gouverneur de Borno, Kashim Shettima, de l’opposition ANPP, a déclaré en février 2014 : Boko Haram est mieux armé et plus motivé que nos propres troupes. Compte tenu de la situation actuelle, il nous est absolument impossible de vaincre Boko Haram.

En mars 2015, il a été signalé que le Nigéria avait employé des centaines de mercenaires d’Afrique du Sud et de l’ancienne Union soviétique pour aider à faire des gains contre Boko Haram avant les élections du 28 mars.

En octobre 2015, le général David M. Rodriguez, chef du Commandement des États-Unis pour l’Afrique, a signalé que Boko Haram avait perdu du territoire, contredisant directement les déclarations faites par Boko Haram. Les efforts des États-Unis pour former et partager des renseignements avec les forces militaires régionales sont réputés avoir aidé à repousser Boko Haram, mais les responsables avertissent que le groupe demeure une grave menace.

En avril 2018, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a approuvé une libération de 1 milliard de dollars pour l’achat d’équipement de sécurité pour lutter contre l’insurrection et la révolte dans le pays. Cette annonce est intervenue quelques jours après une attaque de Boko Haram qui a fait 18 morts dans le nord du Nigéria.

Réponses internationales

Réponses des États-Unis

En 2012, le Département d’État des États-Unis a eu un débat interne sur l’opportunité d’inscrire Boko Haram sur sa liste des FTO (organisations terroristes étrangères). Le Bureau de la lutte contre le terrorisme s’est penché vers la désignation tandis que le Bureau des affaires africaines a appelé à la prudence. Des fonctionnaires du Département de la justice, du FBI, de la CIA et d’un certain nombre de membres du Congrès ont exhorté le Département d’État à désigner Boko Haram comme FTO. Le gouvernement nigérian a exprimé son opposition à une désignation FTO, citant des inquiétudes selon lesquelles cela augmenterait la stature de Boko Haram et aurait des implications pour l’aide humanitaire dans la région où Boko Haram opérait. Vingt experts universitaires sur le Nigéria ont signé une lettre au Département d’État pour l’exhorter à ne pas désigner Boko Haram en tant que FTO, disant que cela entraverait les efforts des ONG dans la région et pourrait légitimer les violations des droits de l’homme de l’armée nigériane dans ses efforts pour combattre Boko Haram.

Le Département d’État américain a désigné Boko Haram et sa branche Ansaru comme organisations terroristes en novembre 2013, citant les liens de Boko Haram avec AQMI et sa responsabilité dans « des milliers de morts dans le nord-est et le centre du Nigéria au cours des dernières années, y compris des assassinats ciblés de civils ». Le Département d’État a également cité l’enlèvement et l’exécution d’Ansaru en 2013 de sept travailleurs internationaux de la construction. Dans la déclaration, il a été noté, cependant, « Ces désignations sont une étape importante et appropriée, mais seulement un outil dans ce qui doit être une approche globale par le gouvernement nigérian pour contrer ces groupes à travers une combinaison d’efforts répressifs, politiques et de développement .  » Le Département d’État avait résisté aux appels antérieurs visant à désigner Boko Haram comme groupe terroriste après le bombardement des Nations Unies à Abuja en 2011. Le gouvernement américain ne croit pas que Boko Haram est actuellement (2014) affilié à al-Qaïda central, malgré des promesses périodiques de soutien et de solidarité de la part de ses dirigeants pour al-Qaïda, mais il est particulièrement préoccupé par les liens entre Boko Haram et Al-Qaïda dans le monde islamique. Maghreb (AQMI) (y compris « partage probable de fonds, formation et matériel explosif »).

Les efforts pour coopérer à la libération des écolières de Chibok ont ​​échoué, en grande partie à cause d’une méfiance mutuelle ; l’infiltration de l’armée par Boko Haram signifiait que les responsables américains se méfiaient du partage de données brutes de renseignement, et l’armée nigériane n’avait pas fourni d’informations qui auraient pu aider les vols de drones américains à localiser les filles kidnappées. Le gouvernement nigérian affirme que Boko Haram est « la branche ouest-africaine du mouvement mondial Al-Qaida » avec des liens avec al-Shabaab en Somalie et AQMI au Mali. Le gouvernement nigérian nie avoir commis des violations des droits de l’homme dans le conflit, et s’oppose donc aux restrictions américaines sur les ventes d’armes, qu’il considère comme étant fondées sur une mauvaise application de la loi Leahy par les États-Unis en raison de préoccupations concernant les droits de l’homme au Nigéria. Les États-Unis avaient fourni à l’armée nigériane des camions et du matériel, mais avaient bloqué la vente d’hélicoptères Cobra. En novembre 2014, le département d’État américain a de nouveau refusé de fournir des Cobras, invoquant des inquiétudes quant à la capacité de l’armée nigériane à les entretenir et à les utiliser sans mettre en danger des civils.

Le 1er décembre 2014, l’ambassade des États-Unis à Abuja a annoncé que les États-Unis avaient cessé de former un bataillon nigérian à la demande du gouvernement nigérian. Un porte-parole du département d’État américain a déclaré: « Nous regrettons la fin prématurée de cette formation, car elle devait être la première d’un projet planifié plus vaste qui aurait formé des unités supplémentaires dans le but d’aider l’armée nigériane à renforcer ses capacités pour contrer Boko Haram. Le gouvernement américain poursuivra d’autres aspects des relations bilatérales de sécurité étendues, ainsi que tous les autres programmes d’assistance, avec le Nigéria. Le gouvernement américain est attaché à la longue tradition de partenariat avec le Nigéria et continuera à engager de futures demandes de coopération et de formation. « 

Le 24 septembre 2015, la Maison Blanche a annoncé un programme d’aide militaire aux alliés africains combattant Boko Haram. Le paquet comprenait jusqu’à 45 millions de dollars pour la formation et d’autres soutiens au Bénin, au Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigéria. Le 14 octobre, la Maison Blanche a publié une déclaration, conformément à la résolution sur les pouvoirs de guerre, annonçant le déploiement de 300 soldats au Cameroun pour effectuer des opérations de RSR aéroportées: « Ces forces sont équipées d’armes dans le but d’assurer leur propre protection et sécurité. et ils resteront au Cameroun jusqu’à ce que leur soutien ne soit plus nécessaire. « 

Force de la Coalition africaine

Après une série de réunions sur plusieurs mois, le ministre camerounais des Affaires étrangères a annoncé le 30 novembre 2014 qu’une force de coalition pour lutter contre le terrorisme, dont Boko Haram, serait bientôt opérationnelle. La force comprendrait 3 500 soldats du Bénin, du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Nigéria. Des discussions entre la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au sujet d’une force militaire plus large sont prévues.

Assistance française et britannique

La France et le Royaume-Uni, en coordination avec les États-Unis, ont envoyé des formateurs et une assistance matérielle au Nigéria pour aider à la lutte contre Boko Haram au Nigéria. La France prévoit d’utiliser 3 000 soldats dans la région pour des opérations antiterroristes. Israël et le Canada ont également annoncé leur soutien.

En 2017, le Royaume-Uni a mis en œuvre un programme d’aide d’urgence d’une valeur de 259 millions de dollars. Le Royaume-Uni a également aidé le Nigéria par un soutien militaire et une formation antiterroriste. Le gouvernement britannique a fourni une formation à 28 000 soldats nigérians pour aider contre Boko Haram. Plus de 40 soldats britanniques ont également été envoyés à long terme au Nigéria.

Le 28 août 2018, le gouvernement britannique a publié un communiqué de presse décrivant les détails du partenariat récemment lancé entre le Royaume-Uni et le Nigéria qui avait été formé pour tenter de réduire la menace posée par Boko Haram aux citoyens des deux nations. Le communiqué de presse donne un aperçu des multiples méthodes (y compris l’engagement communautaire et l’intervention directe du gouvernement nigérian) pour prévenir et réduire les impacts des attaques menées par Boko Haram au Nigéria.

Les détails spécifiques de la coopération entre le Royaume-Uni et les gouvernements nigérians comprennent:

Un programme de 13 millions de livres pour éduquer 100 000 enfants vivant dans la zone de conflit et; mettre en œuvre un mécanisme de réponse à la crise au Nigéria pour aider le gouvernement à répondre à des incidents tels que les attaques terroristes et; réduire le nombre de nouvelles recrues rejoignant Boko Haram en s’attaquant aux fausses informations diffusées par le groupe pour recruter de nouveaux membres.

Assistance chinoise

En mai 2014, la Chine a offert au Nigéria une assistance comprenant des données satellitaires et éventuellement du matériel militaire.

Assistance colombienne

En octobre 2015, la Colombie a envoyé une délégation d’experts en sécurité pour aider les autorités nigérianes et partager leur expertise en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. En janvier 2016, une délégation conduite par le lieutenant-général Tukur Yusuf Buratai s’est également rendue en Colombie pour échanger des informations concernant la guerre contre Boko Haram.

Réponse des Nations Unies

En janvier 2019, lorsque des milliers de réfugiés du nord-est du Nigéria ont été forcés de rentrer du Cameroun, malgré la menace continue pour la vie civile des djihadistes de Boko Haram, les Nations Unies ont été « extrêmement alarmées ». « Cette action était totalement inattendue et met en danger la vie de milliers de réfugiés », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. Le HCR a appelé le Cameroun « à continuer sa porte ouverte et sa politique hospitalière » et à arrêter tout retour.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés