Afrique de l'Ouest
1 juillet 2020

Djihadisme en Afrique : le G5 Sahel note des avancées dans la lutte coalisée et remobilise les troupes

Djihadisme en Afrique | Mohamed Cheikh El Ghazouani, Président de la République Islamique de Mauritanie, Président en exercice du G5 […]

9 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Mali : l’alliance jihadiste liée à Al-Qaïda revendique des attaques, l’ONU dénonce des « lâches »

New York (© Afriquinfos 2017)-Le “Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans”, principale alliance jihadiste du Sahel, liée à […]

Lire la suite »
14 avril 2014 Maroc

Maroc : Arrestation de plusieurs terroristes liés à Al-Qaida

RABAT (© 2014 Afriquinfos) – Une cellule affiliée à Al-Qaida a été démantelée, ses membres étaient présents dans plusieurs villes marocaines.

Lire la suite »
6 mars 2014 Maroc

Arrestation d’extrémistes liés à Al-Qaida au Maroc

RABAT (© 2014 Afriquinfos) – Ils utilisaient leurs escroqueries pour financer le départ de djihadistes dans des groupes d’Al Qaïda.

Lire la suite »
25 janvier 2014 Égypte

Un groupe inspiré par al-Qaïda revendique la vague d’attentats au Caire

LE CAIRE (Xinhua) – Ansar Beit al-Maqdis, un groupe inspiré par al-Qaïda et basé au Sinaï (est de l’Egypte), a revendiqué la responsabilité de tous les attentats à la bombe qui ont frappé l’Egypte vendredi et samedi, d’après un communiqué du groupe publié samedi.

Lire la suite »
7 octobre 2013 Libye

Les Etats-Unis confirment la capture d’un membre d’al-Qaïda en Libye

WASHINGTON (Xinhua) – Le Pentagone a confirmé dimanche que l’armée américaine avait capturé, en Libye, un membre d’al-Qaïda qui était derrière les attentats contre les ambassades des Etats-Unis au Kenya et en Tanzanie en 1998.

Lire la suite »
19 août 2013 Reste du Monde

Al-Qaïda prévoirait des attentats en Europe

BREVES INTERNATIONALES (© 2013 Afriquinfos) – Des sources proches des services secrets affirment qu’Al-Qaïda projette des attentats en Europe.

Lire la suite »
3 août 2013 Ailleurs

Interpol soupçonne l’Al-Qaïda d’être impliqué dans plusieurs évasions en Irak, en Libye…

PARIS (Xinhua) – Après une série d’évasions dans neuf pays membres d’Interpol au mois de juillet, notamment en Irak, en Libye et au Pakistan, Interpol, dont le siège est à Lyon en France, a diffusé samedi une « alerte globale de sécurité » pour proposer de renforcer la vigilance.

Lire la suite »
19 mars 2013 Maroc

Le prochain film d’Oliver Stone sur Al-Qaïda tourné au Maroc ?

RABAT (© 2013 Afriquinfos) – Après son film Alexandre, le réalisateur, scénariste et producteur américain privilégierait le Maroc pour réaliser son prochain film intitulé Katiba, une adaptation de roman.

Lire la suite »
27 décembre 2012 Reste du Monde

Bilan 2012 : La mouvance Al-Qaïda toujours en expansion en Afrique

BEIJING (Xinhua) – Au cours des dernières années, surtout en 2012, l’activité terroriste des groupes affiliés à la mouvance Al-Qaïda n’a cessé de se développer et de prendre de l’ampleur à travers le monde, notamment dans les pays du Maghreb et en Afrique occidentale.

Lire la suite »
Afrique

Bilan 2012 : La mouvance Al-Qaïda toujours en expansion en Afrique

BEIJING (Xinhua) – Au cours des dernières années, surtout en 2012, l’activité terroriste des groupes affiliés à la mouvance Al-Qaïda n’a cessé de se développer et de prendre de l’ampleur à travers le monde, notamment dans les pays du Maghreb et en Afrique occidentale.

Lire la suite »
7 août 2012 Mali

La Mauritanie ne mène pas une guerre contre Al-Qaïda au nord du Mali

NOUAKCHOTT (Xinhua) – La Mauritanie « ne mène pas une guerre contre Al-Qaïda dans le nord du Mali, mais plutôt protège ses citoyens, ses frontières et ses visiteurs », a affirmé, lundi, le président mauritanien Oudl Abdoul Aziz.

Lire la suite »
24 juillet 2012 Ailleurs

Des avions de combat yéménites abattent 7 combattants d’Al-Qaïda à Abyan

ADEN (Xinhua) – Au moins sept combattants d’Al-Qaïda, dont les dirigeants locaux du mouvement, ont été tués dans une frappe aérienne nocturne menée par des avions de chasse yéménites dans la province d’Abyan dans le sud du pays, a rapporté mardi à Xinhua un responsable du gouvernement.

Lire la suite »
5 juin 2012 Ailleurs

Yémen : 23 insurgés d’Al-Qaïda tués par l’armée yéménite

ADEN (Yémen), (Xinhua) – Le ministère yéménite de la Défense a annoncé mardi que l’armée yéménite avait repoussé une attaque menée par des insurgés d’Al-Qaïda dans la province d’Abyane, dans le sud du Yémen, et qu’elle avait tué 23 terroristes lors de cette contre-attaque.

Lire la suite »
30 avril 2012 Somalie

Les branches d’al-Qaïda constituent les menaces les plus importantes pour les Etats-Unis selon un haut responsable américain

WASHINGTON (Xinhua) – Un haut responsable des renseignements américain a indiqué que les différentes branches du groupe terroriste d’al-Qaïda étaient devenues les plus importantes menaces pour les Etats-Unis, à la veille de l’anniversaire de la mort d’Oussama Ben Laden, leader d’al-Qaïda il y a un an.

Lire la suite »
5 avril 2012 Mauritanie

L’ancien numéro trois d’Al-Qaïda entendu par la sécurité mauritanienne

NOUKCHOTT (xinhua) – L’ancien numéro trois d’Al-Qaïda et jurisconsulte de Ben Laden, le Mauritanien Mahfoudh Ould Waled, est depuis deux jours entendu à Nouakchott par les services de sécurité mauritaniens, a appris Xinhua de source sécuritaire.

Lire la suite »
Mauritanie

L’ancien numéro trois d’Al-Qaïda entendu par la sécurité mauritanienne

NOUKCHOTT (xinhua) – L’ancien numéro trois d’Al-Qaïda et jurisconsulte de Ben Laden, le Mauritanien Mahfoudh Ould Waled, est depuis deux jours entendu à Nouakchott par les services de sécurité mauritaniens, a appris Xinhua de source sécuritaire.

Lire la suite »
22 mars 2012 Algérie

Un groupe lié à Al-Qaida au Maghreb islamique revendique la tuerie de Toulouse

TOULOUSE (Xinhua) – Un groupe lié à Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué, dans un communiqué mis en ligne jeudi, la tuerie de Toulouse et appelé la France à reconsidérer sa politique « hostile » aux musulmans.

Lire la suite »
29 février 2012 Égypte

L’Egypte arrête un responsable d’Al-Qaïda

LE CAIRE (Xinhua) – Les autorités égyptiennes ont arrêté mercredi un responsable de haut rang d’Al-Qaïda, Seïf al-Adel, après son arrivée à l’aéroport international du Caire en provenance du Pakistan, a rapporté l’agence de presse officielle MENA.

Lire la suite »
Égypte

Le leader présumé d’Al-Qaïda en Egypte nie tous liens avec le groupe terroriste

LE CAIRE (Xinhua) – Le leader égyptien présumé d’Al-Qaïda, Saïf al-Adel, arrêté mercredi à l’aéroport à son arrivée au Caire, a nié tous liens avec le groupe terroriste depuis 1989, a rapporté l’agence de presse officielle MENA.

Lire la suite »
Égypte

URGENT Egypte: le leader présumé d’Al-Qaïda nie tout lien avec le groupe terroriste

LE CAIRE (Xinhua) – Le leader égyptien présumé d’Al-Qaïda, Saïf al-Adel, arrêté mercredi à l’aéroport à son arrivée au Caire, a nié tous liens avec le groupe terroriste depuis 1989, a rapporté l’agence de presse officielle MENA.

Lire la suite »

Al-Qaïda est une organisation militante salafiste extrémiste transnationale fondée en 1988 par Oussama ben Laden, Abdullah Azzam et plusieurs autres volontaires arabes pendant la guerre soviéto-afghane.

Al-Qaïda fonctionne comme un réseau d’extrémistes islamiques et de djihadistes salafistes. L’organisation a été désignée comme groupe terroriste par le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Union européenne, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, l’Inde et divers autres pays. Al-Qaïda a lancé des attaques contre des cibles non militaires et militaires dans divers pays, notamment les attentats à la bombe contre l’ambassade des États-Unis en 1998, les attentats du 11 septembre et les attentats de Bali en 2002.

Le gouvernement américain a réagi aux attaques du 11 septembre en lançant la « guerre contre le terrorisme », qui visait à saper al-Qaïda et ses alliés. La mort de dirigeants clés, y compris celle d’Oussama Ben Laden, a conduit les opérations d’al-Qaïda à passer de l’organisation descendante et de la planification des attaques à la planification des attaques menées par des groupes associés et des opérateurs de loups isolés. Al-Qaïda emploie de manière caractéristique des attaques qui comprennent des attentats-suicides et le bombardement simultané de plusieurs cibles. Les activités attribuées à al-Qaïda impliquent les actions de ceux qui ont fait un serment de fidélité à Ben Laden, ou les actions de personnes liées à al-Qaïda qui ont suivi une formation dans l’un de ses camps en Afghanistan, au Pakistan. , En Irak ou au Soudan. Les idéologues d’Al-Qaïda envisagent la suppression de toutes les influences étrangères dans les pays musulmans.

Les membres d’Al-Qaïda croient qu’une alliance judéo-chrétienne conspire pour détruire l’islam. En tant que djihadistes salafistes, les membres d’Al-Qaïda estiment que le meurtre de non-combattants est religieux. Cette croyance ignore les aspects des écritures religieuses qui interdisent le meurtre de non-combattants et les combats intestins. Al-Qaïda s’oppose également à ce qu’elle considère comme des lois créées par l’homme et souhaite les remplacer par une forme stricte de la charia.

Al-Qaïda a mené de nombreuses attaques contre des personnes qu’elle considère comme du kafir. Al-Qaïda est également responsable de l’incitation à la violence sectaire parmi les musulmans. Les dirigeants d’Al-Qaïda considèrent les musulmans libéraux, les chiites, les soufis et d’autres sectes comme hérétiques et ses membres et sympathisants ont attaqué leurs mosquées et leurs rassemblements. Des exemples d’attaques sectaires comprennent les attentats de la communauté yézidie, les attentats de Sadr City, le massacre d’Ashoura et les attentats de Bagdad en avril 2007.

Après la mort de Ben Laden en 2011, le groupe était dirigé par l’Égyptien Ayman al-Zawahiri.

Organisation

La philosophie d’Al-Qaïda appelle à la centralisation de la prise de décision, tout en permettant la décentralisation de l’exécution. Cependant, après la guerre contre le terrorisme, la direction d’Al-Qaïda est devenue isolée. En conséquence, la direction est devenue décentralisée et l’organisation s’est régionalisée en plusieurs groupes d’al-Qaïda.

De nombreux experts du terrorisme ne croient pas que le mouvement djihadiste mondial soit dirigé à tous les niveaux par les dirigeants d’Al-Qaïda. Cependant, Ben Laden avait une influence idéologique considérable sur certains extrémistes musulmans avant sa mort. Les experts soutiennent qu’al-Qaïda s’est fragmenté en un certain nombre de mouvements régionaux disparates et que ces groupes ont peu de liens les uns avec les autres. 

Cette vue reflète le récit donné par Oussama ben Laden dans son interview d’octobre 2001 avec Tayseer Allouni :

cette affaire ne concerne aucune personne en particulier et … ne concerne pas l’organisation al-Qa’idah. Nous sommes les enfants d’une nation islamique, avec le Prophète Muhammad comme chef, notre Seigneur est un … et tous les vrais croyants sont frères. Donc, la situation n’est pas comme l’Occident la décrit, qu’il existe une «organisation» avec un nom spécifique (comme «al-Qa’idah») et ainsi de suite. Ce nom particulier est très ancien. Il est né sans aucune intention de notre part. Frère Abu Ubaida … a créé une base militaire pour former les jeunes hommes à lutter contre l’empire soviétique vicieux, arrogant, brutal et terrorisant … Donc, cet endroit s’appelait « La Base », comme dans une base de formation, donc ce nom a grandi et est devenu. Nous ne sommes pas séparés de cette nation. Nous sommes les enfants d’une nation, et nous en sommes une partie indissociable, et de ces manifestations publiques qui se sont propagées de l’Extrême-Orient, des Philippines, en Indonésie, en Malaisie, en Inde, au Pakistan, atteignant la Mauritanie … et donc nous discutons de la conscience de cette nation.

Bruce Hoffman, cependant, voit Al-Qaïda comme un réseau cohérent qui est fortement dirigé par les zones tribales pakistanaises.

Direction

Oussama ben Laden (1988 – mai 2011)

Oussama ben Laden a été l’émir d’Al-Qaïda depuis la fondation de l’organisation en 1988 jusqu’à son assassinat par les forces américaines le 1er mai 2011. Atiyah Abd al-Rahman aurait été commandant en second avant sa mort le 22 août 2011.

Ben Laden a été conseillé par un conseil de la Choura, composé de hauts responsables d’Al-Qaïda. On estimait que le groupe était composé de 20 à 30 personnes.

Après mai 2011

Ayman al-Zawahiri avait été l’émir adjoint d’Al-Qaïda et avait assumé le rôle d’émir après la mort de Ben Laden. Al-Zawahiri a remplacé Saif al-Adel, qui avait été commandant par intérim. 

Le 5 juin 2012, des responsables des services de renseignement pakistanais ont annoncé que le successeur présumé d’al-Rahman au poste de commandant en second, Abu Yahya al-Libi, avait été tué au Pakistan. 

Nasir al-Wuhayshi serait devenu le commandant en second et le directeur général d’Al-Qaïda en 2013. Il était simultanément le chef d’al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) jusqu’à ce qu’il soit tué par une frappe aérienne américaine au Yémen en juin. 2015. 

Abu Khayr al-Masri, le successeur présumé de Wuhayshi en tant qu’adjoint d’Ayman al-Zawahiri, a été tué par une frappe aérienne américaine en Syrie en février 2017.

Le réseau d’Al-Qaïda a été construit à partir de zéro comme un réseau conspirateur qui s’appuyait sur la direction d’un certain nombre de nœuds régionaux. L’organisation s’est divisée en plusieurs comités, dont :

  • Le Comité militaire, qui est responsable de la formation des agents, de l’acquisition d’armes et de la planification des attaques.

  • Le Comité Argent / Affaires, qui finance le recrutement et la formation des agents à travers le système bancaire hawala. Les efforts menés par les États-Unis pour éradiquer les sources de « financement du terrorisme » ont été couronnés de succès au cours de l’année qui a immédiatement suivi les attentats du 11 septembre. Al-Qaïda continue de fonctionner par le biais de banques non réglementées, comme les quelque 1 000 hawaladars au Pakistan, dont certaines peuvent traiter des transactions pouvant atteindre 10 millions de dollars EU. Le comité se procure également de faux passeports, paie les membres d’Al-Qaïda et supervise les entreprises à but lucratif. Dans le rapport de la Commission sur le 11/9, il a été estimé qu’Al-Qaïda avait besoin de 30 millions de dollars par an pour mener ses opérations.

  • Le Comité juridique examine la charia et décide des mesures à prendre pour s’y conformer.

  • Le Comité d’étude islamique / Fatwah publie des édits religieux, comme un édit de 1998 disant aux musulmans de tuer les Américains.

  • Le comité des médias dirigeait le journal Nashrat al Akhbar, aujourd’hui disparu, et s’occupait des relations publiques.

  • En 2005, al-Qaïda a créé As-Sahab, une maison de production médiatique, pour fournir ses matériels vidéo et audio.

Structure de commandement

Al-Qaïda n’est pas géré de manière opérationnelle par Ayman al-Zawahiri. Il existe plusieurs groupes opérationnels qui consultent les dirigeants dans les situations où des attaques sont en préparation.

Interrogé en 2005 sur la possibilité d’un lien entre al-Qaïda et les attentats de Londres du 7 juillet 2005, le commissaire de la police métropolitaine, Sir Ian Blair, a déclaré : « Al-Qaïda n’est pas une organisation. Al-Qaïda est une façon de travailler mais cela a la caractéristique de cette approche al-Qaïda a clairement la capacité de fournir une formation de fournir une expertise et je pense que c’est ce qui s’est produit ici.  » Le 13 août 2005, le Un journal indépendant a rapporté que les kamikazes du 7 juillet avaient agi indépendamment d’un cerveau d’Al-Qaïda.

Nasser al-Bahri, qui était le garde du corps d’Oussama Ben Laden pendant quatre ans à l’approche du 11 septembre, a écrit dans ses mémoires une description très détaillée du fonctionnement du groupe à l’époque. Al-Bahri a décrit la structure administrative officielle et le vaste arsenal d’Al-Qaïda. Cependant, l’auteur Adam Curtis a fait valoir que l’idée d’Al-Qaïda en tant qu’organisation formelle est avant tout une invention américaine. Curtis a affirmé que le nom « al-Qaïda » avait été porté à l’attention du public pour la première fois lors du procès de Ben Laden en 2001 et des quatre hommes accusés des attentats à la bombe perpétrés contre l’ambassade américaine en 1998 en Afrique de l’Est. Curtis a écrit :

La réalité était que Ben Laden et Ayman al-Zawahiri étaient devenus le centre d’une association lâche de militants islamistes désabusés attirés par la nouvelle stratégie. Mais il n’y avait pas d’organisation. Ce sont des militants qui ont pour la plupart planifié leurs propres opérations et ont cherché à Ben Laden des fonds et de l’aide. Il n’était pas leur commandant. Rien ne prouve non plus que Ben Laden ait utilisé le terme «al-Qaïda» pour désigner le nom d’un groupe avant les attentats du 11 septembre, quand il s’est rendu compte que c’était le terme que les Américains lui avaient donné.

Lors du procès de 2001, le ministère américain de la Justice devait prouver que Ben Laden était le chef d’une organisation criminelle afin de l’inculper par contumace en vertu du Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act. Le nom de l’organisation et les détails de sa structure ont été fournis dans le témoignage de Jamal al-Fadl, qui a dit qu’il était un membre fondateur du groupe et un ancien employé de Ben Laden. Un certain nombre de sources ont soulevé des questions sur la fiabilité du témoignage d’al-Fadl en raison de ses antécédents de malhonnêteté et parce qu’il le livrait dans le cadre d’un accord de plaidoyer de culpabilité après avoir été reconnu coupable de complot en vue d’attaquer des établissements militaires américains. Sam Schmidt, un avocat de la défense qui a défendu al-Fadl a déclaré :

Il y avait des parties sélectives du témoignage d’al-Fadl que je crois être fausses, pour aider à soutenir l’image qu’il a aidé les Américains à se rassembler. Je pense qu’il a menti dans un certain nombre de témoignages précis au sujet d’une image unifiée de ce qu’était cette organisation. Il a fait d’Al-Qaïda la nouvelle mafia ou les nouveaux communistes. Cela les a rendus identifiables en tant que groupe et a donc facilité la poursuite de toute personne associée à Al-Qaïda pour tout acte ou déclaration de Ben Laden.

Agents de terrain

Le nombre d’individus du groupe qui ont suivi une formation militaire appropriée et sont capables de commander des forces insurgées est largement inconnu. Les documents capturés lors du raid sur l’enceinte de Ben Laden en 2011 montrent que le noyau des membres d’Al-Qaïda en 2002 était de 170. En 2006, on estimait qu’al-Qaïda avait plusieurs milliers de commandants intégrés dans 40 pays différents. En 2009, on pensait que pas plus de 200 à 300 membres étaient encore des commandants actifs.

Selon le documentaire de la BBC de 2004 The Power of Nightmares, al-Qaïda était si faiblement lié les uns aux autres qu’il était difficile de dire qu’il existait en dehors de Ben Laden et d’une petite clique de proches associés. L’absence d’un nombre significatif de membres d’Al-Qaïda condamnés, malgré un grand nombre d’arrestations pour terrorisme, a été citée par le documentaire comme une raison de douter de l’existence d’une entité répandue répondant à la description d’al-Qaïda. 

Forces insurgées

Selon l’auteur Robert Cassidy, al-Qaïda maintient deux forces distinctes qui sont déployées aux côtés des insurgés en Irak et au Pakistan. Le premier, au nombre de dizaines de milliers, a été « organisé, formé et équipé en tant que forces de combat insurgées » dans la guerre soviéto-afghane. La force était composée principalement de moudjahidines étrangers d’Arabie saoudite et du Yémen. Beaucoup de ces combattants ont continué à combattre en Bosnie et en Somalie pour le jihad mondial. Un autre groupe, qui était au nombre de 10 000 en 2006, vit en Occident et a reçu une formation rudimentaire au combat.

D’autres analystes ont décrit la base d’Al-Qaïda comme étant « à prédominance arabe » au cours de ses premières années de fonctionnement, mais que l’organisation comprend également « d’autres peuples » depuis 2007. On estime que 62% des membres d’Al-Qaïda ont une formation universitaire.

Le financement

Dans les années 90, le financement d’Al-Qaïda provenait en partie de la richesse personnelle d’Oussama ben Laden. Les autres sources de revenus comprenaient le commerce d’héroïne et les dons de sympathisants au Koweït, en Arabie saoudite et dans d’autres États du Golfe islamique. Un câble interne du gouvernement américain publié en 2009 par WikiLeaks a déclaré que « le financement du terrorisme émanant d’Arabie saoudite demeure une grave préoccupation ». 

Parmi les premiers éléments de preuve concernant le soutien de l’Arabie saoudite à al-Qaïda se trouve la soi-disant « Chaîne d’or », une liste des premiers bailleurs de fonds d’Al-Qaïda saisis lors d’un raid en 2002 à Sarajevo par la police bosniaque. La liste manuscrite a été validée par le transfuge d’al-Qaïda Jamal al-Fadl, et comprenait les noms des donateurs et des bénéficiaires. Le nom d’Oussama ben Laden est apparu sept fois parmi les bénéficiaires, tandis que 20 hommes d’affaires et politiciens saoudiens et du Golfe figuraient parmi les donateurs. Les donateurs notables étaient Adel Batterjee et Wael Hamza Julaidan. Batterjee a été désigné comme financier du terrorisme par le Département américain du Trésor en 2004, et Julaidan est reconnu comme l’un des fondateurs d’Al-Qaïda.

Les documents saisis lors du raid en Bosnie en 2002 ont montré qu’al-Qaïda exploitait largement des œuvres caritatives pour acheminer un soutien financier et matériel à ses agents à travers le monde. Cette activité a notamment exploité l’Organisation internationale de secours islamique (IIRO) et la Ligue mondiale musulmane (MWL). L’IIRO avait des liens avec des associés d’Al-Qaïda dans le monde entier, y compris le député d’Al-Qaïda, Ayman al Zawahiri. Le frère de Zawahiri travaillait pour l’OCRCVM en Albanie et avait activement recruté au nom d’Al-Qaïda. Le MWL a été ouvertement identifié par le chef d’Al-Qaïda comme l’un des trois organismes de bienfaisance dont Al-Qaïda comptait principalement sur les sources de financement.

Allégations de soutien du Qatar

Plusieurs citoyens qataris ont été accusés de financer al-Qaïda. Cela comprend Abd Al-Rahman al-Nuaimi, un citoyen qatari et un activiste des droits de l’homme qui a fondé l’organisation non gouvernementale (ONG) basée en Suisse Alkarama. Le 18 décembre 2013, le Trésor américain a désigné Nuaimi comme terroriste pour ses activités de soutien à al-Qaïda. Le Trésor américain a déclaré que Nuaimi « a facilité un soutien financier important à al-Qaïda en Irak et a servi d’interlocuteur entre al-Qaïda en Irak et les donateurs basés au Qatar ». 

Nuaimi a été accusé d’avoir supervisé un transfert mensuel de 2 millions de dollars à al-Qaïda en Irak dans le cadre de son rôle de médiateur entre les officiers supérieurs d’Al-Qaïda basés en Irak et les citoyens qatariens. Nuaimi aurait entretenu des relations avec Abu-Khalid al-Suri, le principal envoyé d’Al-Qaïda en Syrie, qui a traité un transfert de 600 000 $ vers al-Qaïda en 2013. Nuaimi est également connu pour être associé à Abd al-Wahhab Muhammad ‘Abd al-Rahman al-Humayqani, un politicien yéménite et membre fondateur d’Alkarama, qui a été répertorié comme terroriste mondial spécialement désigné (SDGT) par le Trésor américain en 2013. Les autorités américaines ont affirmé que Humayqani avait exploité son rôle à Alkarama pour collecter des fonds au nom d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Figure éminente de l’AQAP, Nuaimi aurait également facilité le flux de financement vers les affiliés de l’AQAP basés au Yémen. Nuaimi a également été accusé d’avoir investi des fonds dans l’organisme de bienfaisance dirigé par Humayqani pour finalement financer AQAP. Environ dix mois après avoir été sanctionné par le Trésor américain, Nuaimi a également été empêché de faire des affaires au Royaume-Uni.

Un autre citoyen qatari, Kalifa Mohammed Turki Subayi, a été sanctionné par le Trésor américain le 5 juin 2008 pour ses activités en tant que « financier d’Al-Qaïda basé dans le Golfe ». Le nom de Subayi a été ajouté à la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2008 pour avoir fourni un soutien financier et matériel à la haute direction d’Al-Qaïda. Subayi aurait transféré des recrues d’al-Qaïda dans des camps d’entraînement basés en Asie du Sud. Il a également soutenu financièrement Khalid Sheikh Mohammed, un ressortissant pakistanais et officier supérieur d’Al-Qaïda qui serait le cerveau de l’attaque du 11 septembre selon le rapport de la Commission du 11 septembre.

Les Qataris ont apporté leur soutien à Al-Qaïda par le biais de la plus grande ONG du pays, la Qatar Charity. Le transfuge d’Al-Qaïda al-Fadl, qui était un ancien membre de Qatar Charity, a déclaré devant le tribunal que Abdullah Mohammed Yusef, qui a été directeur de Qatar Charity, était affilié à al-Qaeda et simultanément au Front islamique national, un groupe politique qui a donné au chef d’Al-Qaïda le port d’Oussama Ben Laden au Soudan au début des années 1990. 

Les poursuites judiciaires engagées contre les États-Unis contre Enaam M. Arnaout ont révélé que Qatar Charity avait été citée par Ben Laden en 1993 comme l’un des organismes de bienfaisance utilisés pour acheminer un soutien financier à des agents d’Al-Qaïda à l’étranger. Les mêmes documents font également état de la plainte de Ben Laden selon laquelle la tentative d’assassinat ratée du président égyptien Hosni Moubarak avait compromis la capacité d’Al-Qaïda d’exploiter des œuvres de bienfaisance pour soutenir ses agents dans la mesure où cela était possible avant 1995. Il est allégué. Que l’organisme de bienfaisance du Qatar a apporté un soutien financier à des membres d’Al-Qaïda en Tchétchénie. Cette accusation a été publiquement niée par Hamad bin Nasser al-Thani. Qatar Charity fait partie des ONG qui auraient acheminé des fonds vers Ansar Dine dans le nord du Mali, selon les rapports des services de renseignement français de l’intervention de la France dans le pays début 2013.

Le Qatar a financé les entreprises d’Al-Qaïda par le biais de l’ancienne filiale d’Al-Qaïda en Syrie, Jabhat al-Nusra. Le financement a été principalement acheminé par enlèvement contre rançon. Le Consortium contre le financement du terrorisme (CATF) a indiqué que le pays du Golfe finance Al-Nusra depuis 2013. En 2017, Asharq Al-Awsat a estimé que le Qatar avait déboursé 25 millions de dollars pour soutenir al-Nosra au moyen d’un enlèvement contre rançon. En outre, le Qatar a lancé des campagnes de collecte de fonds au nom d’al-Nusra. Al-Nusra a reconnu une campagne parrainée par le Qatar « comme l’un des canaux privilégiés pour les dons destinés au groupe ».

Stratégie

Dans le désaccord sur la question de savoir si les objectifs d’Al-Qaïda sont religieux ou politiques, Mark Sedgwick décrit la stratégie d’Al-Qaïda comme politique dans l’immédiat mais avec des objectifs ultimes qui sont religieux. Le 11 mars 2005, Al-Quds Al-Arabi a publié des extraits du document de Saif al-Adel « La stratégie d’Al-Qaïda jusqu’en 2020 ». Abdel Bari Atwan résume cette stratégie en cinq étapes pour débarrasser la Oummah de toutes les formes d’oppression :

  1. Provoquer les États-Unis et l’Occident à envahir un pays musulman en organisant une attaque massive ou une série d’attaques sur le sol américain qui entraîne des pertes civiles massives.

  2. Incitez la résistance locale aux forces d’occupation.

  3. Étendez le conflit aux pays voisins et engagez les États-Unis et leurs alliés dans une longue guerre d’usure.

  4. Convertir al-Qaïda en une idéologie et un ensemble de principes de fonctionnement qui peuvent être librement franchisés dans d’autres pays sans nécessiter de commandement et de contrôle directs, et via ces franchises inciter à des attaques contre les États-Unis et les pays alliés aux États-Unis jusqu’à ce qu’ils se retirent du conflit, comme est arrivé avec les attentats de 2004 à Madrid, mais qui n’a pas eu le même effet avec les attentats de Londres du 7 juillet 2005.

  5. L’économie américaine s’effondrera enfin d’ici 2020, sous la pression de multiples engagements dans de nombreux endroits. Cela conduira à un effondrement du système économique mondial et à une instabilité politique mondiale. Cela conduira à un djihad mondial dirigé par al-Qaïda, et un califat wahhabite sera ensuite installé à travers le monde.

Atwan a noté que, bien que le plan soit irréaliste, « il est décevant de considérer que cela décrit pratiquement la chute de l’Union soviétique ».

Selon Fouad Hussein, journaliste et auteur jordanien qui a passé du temps en prison avec Al-Zarqawi, la stratégie d’Al-Qaïda comprend sept phases et est similaire au plan décrit dans la stratégie d’Al-Qaïda jusqu’en 2020. Ces phases comprennent :

  1. « L’éveil. » Cette phase devait durer de 2001 à 2003. Son objectif est de provoquer les États-Unis à attaquer un pays musulman en exécutant une attaque sur le sol américain qui tue de nombreux civils.

  2. « Ouverture des yeux. » Cette phase devait durer de 2003 à 2006. L’objectif de cette phase était de recruter de jeunes hommes à la cause et de transformer le groupe d’al-Qaïda en mouvement. L’Irak était censé devenir le centre de toutes les opérations avec un soutien financier et militaire pour des bases dans d’autres États.

  3. «Se lever et se lever» devait durer de 2007 à 2010. Au cours de cette phase, al-Qaïda a voulu exécuter des attaques supplémentaires et concentrer son attention sur la Syrie. Hussein pensait que d’autres pays de la péninsule arabique étaient également en danger.

  4. Al-Qaïda s’attendait à une croissance régulière de ses rangs et territoires en raison du déclin du pouvoir des régimes dans la péninsule arabique. Au cours de cette phase, l’attaque était principalement ciblée sur les fournisseurs de pétrole et le cyberterrorisme, ciblant l’économie américaine et les infrastructures militaires.

  5. La déclaration d’un califat islamique, qui était prévue entre 2013 et 2016. Dans cette phase, al-Qaïda s’attendait à ce que la résistance d’Israël soit fortement réduite.

  6. La déclaration d’une « armée islamique » et d’un « combat entre croyants et non-croyants », également appelé « confrontation totale ».

  7. « Victoire définitive », qui devrait être achevée d’ici 2020.

Selon la stratégie en sept phases, la guerre devrait durer moins de deux ans.

Selon Charles Lister de l’Institut du Moyen-Orient et Katherine Zimmerman de l’American Enterprise Institute, le nouveau modèle d’al-Qaïda est de «socialiser les communautés» et de construire une large base territoriale d’opérations avec le soutien des communautés locales, gagnant également un revenu indépendant du financement des cheiks.

Nom

Le nom anglais de l’organisation est une translittération simplifiée du nom arabe al-qāʿidah, qui signifie «la fondation» ou «la base». Le premier al- est l’article défini arabe « le », d’où « la base ». 

En arabe, al-Qaïda a quatre syllabes. Cependant, comme deux des consonnes arabes du nom ne sont pas des téléphones trouvés en anglais, les prononciations anglaises naturalisées courantes incluent / ælˈkaɪdə /, / ælˈkeɪdə / et / ˌælkɑːˈiːdə /. Le nom d’Al-Qaida peut également être translittéré comme al-Qaida, al-Qaida ou el-Qaida. 

Ben Laden a expliqué l’origine du terme dans une interview enregistrée sur bande vidéo avec le journaliste d’Al Jazeera Tayseer Alouni en octobre 2001 :

Le nom «al-Qaïda» a été créé il y a longtemps par hasard. Le regretté Abu Ebeida El-Banashiri a établi les camps d’entraînement de nos moudjahidin contre le terrorisme russe. Nous avions l’habitude d’appeler le camp d’entraînement al-Qaïda. Le nom est resté. 

Il a été avancé que deux documents saisis au bureau de Sarajevo de la Benevolence International Foundation prouvent que le nom n’a pas été simplement adopté par le mouvement moudjahidin et qu’un groupe appelé al-Qaïda a été créé en août 1988. Ces deux documents contiennent des réunions tenues pour établir un nouveau groupe militaire et contenir le terme « al-Qaïda ».

L’ancien ministre britannique des Affaires étrangères, Robin Cook, a écrit que le mot al-Qaïda devrait être traduit par « la base de données », car il faisait à l’origine référence au fichier informatique des milliers de militants moudjahidin qui ont été recrutés et formés avec l’aide de la CIA pour vaincre les Russes. En avril 2002, le groupe a pris le nom de Qa’idat al-Jihad (قاعدة الجهاد qāʿidat al-jihād), qui signifie « la base du Jihad ». Selon Diaa Rashwan, cela était « apparemment le résultat de la fusion de la branche d’outre-mer d’Al-Jihad en Égypte, dirigée par Ayman al-Zawahiri, avec les groupes que Ben Laden a placés sous son contrôle après son retour en Afghanistan dans le milieu des années 90. « 

Idéologie

Le mouvement islamiste radical s’est développé pendant la renaissance islamique et la montée du mouvement islamiste après la révolution iranienne.

Certains ont soutenu que les écrits de l’auteur et penseur islamique Sayyid Qutb, ont inspiré l’organisation al-Qaïda. Dans les années 1950 et 1960, Qutb a prêché qu’en raison de l’absence de la charia, le monde musulman n’était plus musulman et était revenu à l’ignorance pré-islamique connue sous le nom de jahiliyyah. Pour restaurer l’islam, Qutb a soutenu qu’une avant-garde de musulmans justes était nécessaire pour établir de « vrais états islamiques », appliquer la charia et débarrasser le monde musulman de toute influence non musulmane. De l’avis de Qutb, les ennemis de l’islam incluaient le « monde juif », qui « complotait des complots » et s’opposait à l’islam.

Selon les termes de Mohammed Jamal Khalifa, un ami proche de Ben Laden au collège :

L’islam est différent de toute autre religion; C’est une manière de vivre. Nous (Khalifa et Ben Laden) essayions de comprendre ce que l’Islam a à dire sur la façon dont nous mangeons, avec qui nous nous marions, comment nous parlons. Nous lisons Sayyid Qutb. C’est lui qui a le plus affecté notre génération.

Qutb a également influencé le mentor de Ben Laden, Ayman al-Zawahiri. L’oncle de Zawahiri et patriarche de la famille maternelle, Mafouz Azzam, était l’élève de Qutb, son protégé, son avocat personnel et un exécuteur testamentaire de sa succession. Azzam a été l’une des dernières personnes à voir Qutb vivant avant son exécution. Zawahiri a rendu hommage à Qutb dans son ouvrage Chevaliers sous la bannière du prophète.

Qutb a fait valoir que de nombreux musulmans n’étaient pas de vrais musulmans. Certains musulmans, a expliqué Qutb, étaient des apostats. Ces prétendus apostats comprenaient des dirigeants de pays musulmans, car ils n’avaient pas appliqué la charia.

Le djihad afghan contre le gouvernement pro-soviétique a développé davantage le mouvement jihadiste salafiste qui a inspiré Al-Qaïda. 

Al-Qaïda : Compatibilité religieuse

Abdel Bari Atwan a écrit ceci :

Alors que la plate-forme théologique de la direction est essentiellement salafiste, l’organisation est suffisamment large pour englober diverses écoles de pensée et de tendances politiques. Al-Qaïda compte parmi ses membres et sympathisants des personnes associées au wahhabisme, au chafi’isme, au malikisme et au hanafisme. Il y a même des membres d’Al-Qaïda dont les croyances et les pratiques sont en contradiction directe avec le salafisme, comme Yunis Khalis, l’un des chefs des moudjahidines afghans. C’était un mystique qui visitait les tombes des saints et cherchait leurs bénédictions – pratiques hostiles à l’école de pensée wahhabite-salafiste de Ben Laden. La seule exception à cette politique panislamique est le chiisme. Al-Qaïda semble implacablement opposé à cela, car il considère le chiisme comme une hérésie. En Irak, il a ouvertement déclaré la guerre aux Brigades Badr, qui ont pleinement coopéré avec les États-Unis, et considère désormais même les civils chiites comme des cibles légitimes d’actes de violence. 

Attaques contre des civils

À la suite de son attaque du 11 septembre 2001 et en réponse à sa condamnation par des savants islamiques, Al-Qaïda a fourni une justification pour le meurtre de non-combattants / civils, intitulée « Une déclaration de Qaidat al-Jihad concernant les mandats des héros et des Légalité des opérations à New York et à Washington « . Selon quelques critiques, Quintan Wiktorowicz et John Kaltner, il fournit « d’amples justifications théologiques pour tuer des civils dans presque toutes les situations imaginables ».

Parmi ces justifications, il y a le fait que l’Amérique mène l’Occident en menant une guerre contre l’islam afin que les attaques contre l’Amérique soient une défense de l’islam et que tous les traités et accords entre les États à majorité musulmane et les pays occidentaux qui seraient violés par des attaques soient nuls et non avenus. Selon le tract, plusieurs conditions permettent de tuer des civils, notamment :

  • des représailles pour la guerre américaine contre l’islam qui, selon Al-Qaïda, visait « les femmes, les enfants et les personnes âgées musulmans » ;

  • lorsqu’il est trop difficile de faire la distinction entre les non-combattants et les combattants lors de l’attaque d’une « forteresse » ennemie (hist) et / ou que les non-combattants restent en territoire ennemi, il est permis de les tuer ;

  • ceux qui aident l’ennemi « en acte, en parole, en esprit » sont éligibles au meurtre, et cela inclut la population générale dans les pays démocratiques parce que les civils peuvent voter aux élections qui portent les ennemis de l’islam au pouvoir ;

  • la nécessité de tuer pendant la guerre pour protéger l’islam et les musulmans ;

  • le prophète Mohammed, lorsqu’on lui a demandé si les combattants musulmans pouvaient utiliser la catapulte contre le village de Taif, a répondu par l’affirmative, même si les combattants ennemis étaient mélangés à une population civile ;

  • si les femmes, les enfants et les autres groupes protégés servent de boucliers humains à l’ennemi ;

  • si l’ennemi a violé un traité, le meurtre de civils est autorisé.

L’histoire

Le Guardian en 2009 a décrit cinq phases distinctes dans le développement d’Al-Qaïda : ses débuts à la fin des années 80, une période « sauvage » en 1990-1996, son « apogée » en 1996-2001, une période de réseau de 2001 à 2005, et une période de fragmentation de 2005 à 2009.

Jihad en Afghanistan

Les origines d’Al-Qaïda remontent à la guerre soviétique en Afghanistan (décembre 1979 – février 1989). Les États-Unis considéraient le conflit en Afghanistan en termes de guerre froide, avec les marxistes d’un côté et les moudjahidines afghans indigènes de l’autre. Cette opinion a conduit à un programme de la CIA appelé Opération Cyclone, qui a canalisé des fonds par l’intermédiaire de l’agence de renseignement inter-services du Pakistan vers les moudjahidines afghans. Le gouvernement américain a fourni un soutien financier substantiel aux militants islamiques afghans. L’aide à Gulbuddin Hekmatyar, un chef moudjahidin afghan et fondateur du Hezb-e Islami, s’est élevée à plus de 600 millions de dollars. En plus de l’aide américaine, Hekmatyar a reçu l’aide saoudienne. Au début des années 1990, après que les États-Unis eurent retiré leur soutien, Hekmatyar « travailla en étroite collaboration » avec Ben Laden.

Dans le même temps, un nombre croissant de moudjahidines arabes ont rejoint le jihad contre le régime marxiste afghan, facilité par des organisations musulmanes internationales, en particulier le Maktab al-Khidamat (MAK). En 1984, le MAK a été créé à Peshawar, au Pakistan, par Ben Laden et Abdullah Yusuf Azzam, un universitaire islamique palestinien et membre des Frères musulmans. Le MAK a organisé des maisons d’hôtes à Peshawar, près de la frontière afghane, et a rassemblé des fournitures pour la construction de camps d’entraînement paramilitaires afin de préparer des recrues étrangères pour le front de guerre afghan. MAK a été financé par le gouvernement saoudien ainsi que par des musulmans individuels, y compris des hommes d’affaires saoudiens. Ben Laden est également devenu un important financier des moudjahidines, dépensant son propre argent et utilisant ses relations pour influencer l’opinion publique sur la guerre.

À partir de 1986, MAK a commencé à mettre en place un réseau de bureaux de recrutement aux États-Unis, dont le centre était le centre de réfugiés d’Al Kifah à la mosquée Farouq sur l’avenue Atlantic à Brooklyn. Parmi les personnalités notables du centre de Brooklyn, il y avait le « double agent » Ali Mohamed, que l’agent spécial du FBI Jack Cloonan a appelé « le premier entraîneur de Ben Laden », et « Blind Sheikh » Omar Abdel-Rahman, l’un des principaux recruteurs de moudjahidines pour l’Afghanistan. Azzam et Ben Laden ont commencé à établir des camps en Afghanistan en 1987. 

Les volontaires moudjahidin du MAK et étrangers, ou « Arabes afghans », n’ont pas joué un rôle majeur dans la guerre. Alors que plus de 250 000 moudjahidines afghans ont combattu les Soviétiques et le gouvernement afghan communiste, on estime qu’il n’y a jamais eu plus de 2 000 moudjahidines étrangers sur le terrain à un moment donné. Néanmoins, des volontaires moudjahidines étrangers sont venus de 43 pays, et le nombre total de ceux qui ont participé au mouvement afghan entre 1982 et 1992 serait de 35 000. Ben Laden a joué un rôle central dans l’organisation de camps d’entraînement pour les volontaires musulmans étrangers.

L’Union soviétique s’est retirée d’Afghanistan en 1989. Le gouvernement afghan communiste de Mohammad Najibullah a duré trois ans de plus, avant d’être envahi par des éléments des moudjahidines.

Expansion des opérations

Vers la fin de la mission militaire soviétique en Afghanistan, certains moudjahidines étrangers voulaient étendre leurs opérations pour inclure les luttes islamistes dans d’autres parties du monde, comme la Palestine et le Cachemire. Un certain nombre d’organisations se chevauchant et interdépendantes ont été constituées pour répondre à ces aspirations. L’un d’eux était l’organisation qui allait finalement s’appeler al-Qaïda.

Les recherches suggèrent qu’Al-Qaïda a été formée le 11 août 1988, lors d’une réunion en Afghanistan entre les dirigeants du Jihad islamique égyptien, Abdullah Azzam et Ben Laden. Un accord a été conclu pour lier l’argent de Ben Laden à l’expertise de l’organisation du Jihad islamique et reprendre la cause jihadiste ailleurs après le retrait des Soviétiques d’Afghanistan.

Les notes indiquent qu’Al-Qaïda était un groupe officiel au 20 août 1988. Une liste des conditions d’adhésion énuméra les éléments suivants: capacité d’écoute, bonnes manières, obéissance et engagement (bayat) à suivre ses supérieurs. Dans ses mémoires, l’ancien garde du corps de Ben Laden, Nasser al-Bahri, donne la seule description accessible au public du rituel du don de bayat lorsqu’il a juré allégeance au chef d’al-Qaïda. Selon Wright, le vrai nom du groupe n’a pas été utilisé dans les déclarations publiques parce que « son existence était encore un secret bien gardé ». 

Après que Azzam ait été assassiné en 1989 et que le MAK se soit séparé, un nombre important de partisans du MAK ont rejoint la nouvelle organisation de Ben Laden.

En novembre 1989, Ali Mohamed, un ancien sergent des forces spéciales stationné à Fort Bragg, en Caroline du Nord, a quitté le service militaire et a déménagé en Californie. Il s’est rendu en Afghanistan et au Pakistan et est devenu « profondément impliqué dans les plans de Ben Laden ». En 1991, Ali Mohammed aurait aidé à orchestrer la réinstallation de Ben Laden au Soudan.

Guerre du Golfe et début de l’inimitié américaine

Après le retrait de l’Union soviétique d’Afghanistan en février 1989, Ben Laden est retourné en Arabie saoudite. L’invasion irakienne du Koweït en août 1990 avait mis le Royaume et sa maison au pouvoir en danger. Les gisements de pétrole les plus précieux du monde se trouvaient à proximité des forces irakiennes au Koweït, et l’appel de Saddam à la panarabie / à l’islamisme pourrait potentiellement rallier la dissidence interne.

Face à une présence militaire irakienne apparemment massive, les propres forces de l’Arabie saoudite étaient en infériorité numérique. Ben Laden a offert les services de ses moudjahidines au roi Fahd pour protéger l’Arabie saoudite de l’armée irakienne. Le monarque saoudien a refusé l’offre de Ben Laden, optant plutôt pour permettre aux forces américaines et alliées de déployer des troupes sur le territoire saoudien.

Le déploiement a mis en colère Ben Laden, car il pensait que la présence de troupes étrangères dans le « pays des deux mosquées » (La Mecque et Médine) profanait le sol sacré. Après s’être prononcé publiquement contre le gouvernement saoudien pour avoir hébergé des troupes américaines, il a été banni et contraint de vivre en exil au Soudan.

Soudan

Entre 1992 et 1996, al-Qaïda et Ben Laden se sont installés au Soudan à l’invitation du théoricien islamiste Hassan al-Turabi. Cette décision fait suite à un coup d’État islamiste au Soudan, dirigé par le colonel Omar al-Bashir, qui s’est engagé à réorganiser les valeurs politiques musulmanes. Pendant cette période, Ben Laden a aidé le gouvernement soudanais, acheté ou créé diverses entreprises commerciales et établi des camps d’entraînement.

Un tournant décisif pour Ben Laden s’est produit en 1993 lorsque l’Arabie saoudite a apporté son soutien aux accords d’Oslo, qui ont ouvert la voie à la paix entre Israël et les Palestiniens. En raison de l’agression verbale continue de Ben Laden contre le roi Fahd d’Arabie saoudite, Fahd a envoyé un émissaire au Soudan le 5 mars 1994 pour demander le passeport de Ben Laden. La citoyenneté saoudienne de Ben Laden a également été révoquée. Sa famille a été persuadée de couper son allocation, 7 millions de dollars par an, et ses avoirs saoudiens ont été gelés. Sa famille l’a publiquement renié. Il existe une controverse sur la mesure dans laquelle Ben Laden a continué à recueillir le soutien des membres par la suite.

En 1993, une jeune écolière a été tuée dans une tentative infructueuse de la vie du Premier ministre égyptien, Atef Sedki. L’opinion publique égyptienne s’est retournée contre les bombardements islamistes et la police a arrêté 280 membres d’al-Jihad et en a exécuté 6. En juin 1995, une tentative d’assassinat du président égyptien Moubarak a conduit à l’expulsion du Jihad islamique égyptien (EIJ) et, en mai 1996, de Ben Laden du Soudan.

Selon l’homme d’affaires pakistanais-américain Mansoor Ijaz, le gouvernement soudanais a offert à l’administration Clinton de nombreuses occasions d’arrêter Ben Laden. Les affirmations d’Ijaz sont apparues dans de nombreux articles d’opinion, dont un dans le Los Angeles Times et un dans le Washington Post co-écrit avec l’ancien ambassadeur au Soudan Timothy M. Carney. Des allégations similaires ont été faites par David Rose, rédacteur en chef de Vanity Fair, et Richard Miniter, auteur de Losing bin Laden, dans une interview accordée à World en novembre 2003.

Plusieurs sources contestent la demande d’Ijaz, y compris la Commission du 11/9, qui a conclu en partie :

Le ministre de la Défense du Soudan, Fatih Erwa, a affirmé que le Soudan avait proposé de remettre Ben Laden aux États-Unis. La Commission n’a trouvé aucune preuve crédible que tel était le cas. L’ambassadeur Carney n’avait pour instructions que de pousser les Soudanais à expulser Ben Laden. L’Ambassadeur Carney n’avait aucune base légale pour demander davantage aux Soudanais car, à l’époque, aucun acte d’accusation n’était en suspens.

Refuge en Afghanistan

Après la chute du régime communiste afghan en 1992, l’Afghanistan a été effectivement non gouverné pendant quatre ans et en proie à des luttes intestines constantes entre divers groupes de moudjahidines. Cette situation a permis aux Taliban de s’organiser. Les talibans ont également obtenu le soutien des diplômés des écoles islamiques, appelées madrassa. Selon Ahmed Rashid, cinq dirigeants des Taliban étaient diplômés de Darul Uloom Haqqania, une madrassa de la petite ville d’Akora Khattak. La ville est située près de Peshawar au Pakistan, mais l’école est largement fréquentée par les réfugiés afghans. Cette institution reflétait les croyances salafistes dans ses enseignements, et une grande partie de son financement provenait de dons privés d’Arabes riches. Quatre des chefs talibans ont assisté à une madrassa financée et influencée de la même manière à Kandahar. Les contacts de Ben Laden blanchissaient des dons à ces écoles et les banques islamiques étaient utilisées pour transférer de l’argent à un « éventail » d’organismes de bienfaisance qui servaient de groupes de façade à Al-Qaïda.

Beaucoup de moudjahidines qui ont rejoint les talibans se sont battus aux côtés du groupe Harkat i Inqilabi du chef de guerre afghan Mohammad Nabi Mohammadi au moment de l’invasion russe. Ce groupe a également bénéficié de la loyauté de la plupart des combattants arabes afghans.

L’illégalité persistante a permis à des Talibans en pleine croissance et bien disciplinés d’étendre leur contrôle sur le territoire afghan, et il est venu établir une enclave qu’il a appelée l’Émirat islamique d’Afghanistan. En 1994, il a capturé le centre régional de Kandahar, et après avoir fait des gains territoriaux rapides par la suite, les talibans ont capturé la capitale Kaboul en septembre 1996.

En 1996, l’Afghanistan, contrôlé par les Taliban, a fourni un lieu de rassemblement idéal pour al-Qaïda. Bien qu’il ne travaille pas officiellement ensemble, Al-Qaïda a bénéficié de la protection des Taliban et a soutenu le régime dans une relation symbiotique si forte que de nombreux observateurs occidentaux ont qualifié l’émirat islamique d’Afghanistan des Taliban de « premier État parrainé par le terrorisme au monde », à cette époque, seuls le Pakistan, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis reconnaissaient les Taliban comme le gouvernement légitime de l’Afghanistan.

En Afghanistan, le gouvernement taliban a chargé al-Qaïda de former la brigade 055, un élément d’élite de l’armée des talibans. La brigade était principalement composée de combattants étrangers, de vétérans de l’invasion soviétique et de partisans de l’idéologie des moudjahidines. En novembre 2001, alors que l’opération Enduring Freedom avait renversé le gouvernement taliban, de nombreux combattants de la Brigade 055 ont été capturés ou tués, et ceux qui ont survécu auraient fui au Pakistan avec Ben Laden.

À la fin de 2008, certaines sources ont indiqué que les Taliban avaient rompu tout lien avec Al-Qaïda, mais il y a lieu d’en douter. Selon de hauts responsables du renseignement militaire américain, il restait moins de 100 membres d’Al-Qaïda en Afghanistan en 2009.

Le chef d’Al-Qaïda, Asim Omar, a été tué dans le district de Musa Qala en Afghanistan après une frappe aérienne conjointe d’un commando américano-afghan le 23 septembre, a confirmé la Direction nationale de la sécurité (NDS) afghane en octobre 2019.

Appel au djihadisme salafiste mondial

En 1994, les groupes salafistes pratiquant le djihadisme salafiste en Bosnie sont entrés en déclin, et des groupes tels que le Jihad islamique égyptien ont commencé à s’éloigner de la cause salafiste en Europe. Al-Qaïda est intervenu et a pris le contrôle d’environ 80% des cellules armées non étatiques en Bosnie à la fin de 1995. Dans le même temps, les idéologues d’al-Qaïda ont demandé aux recruteurs du réseau de rechercher des musulmans internationaux djihadistes qui croyaient que le jihad extrémiste devait être combattu au niveau mondial. Al-Qaïda a également cherché à ouvrir la « phase offensive » du jihad salafiste mondial. En 2006, les islamistes bosniaques ont appelé à « la solidarité avec les causes islamiques dans le monde », soutenant les insurgés au Cachemire et en Irak ainsi que les groupes se battant pour un État palestinien.

Fatwas

En 1996, al-Qaïda a annoncé son jihad pour expulser les troupes et les intérêts étrangers de ce qu’ils considéraient comme des terres islamiques. Ben Laden a publié une fatwa, qui équivalait à une déclaration publique de guerre contre les États-Unis et ses alliés, et a commencé à recentrer les ressources d’al-Qaïda sur des frappes de propagande à grande échelle.

Le 23 février 1998, Ben Laden et Ayman al-Zawahiri, un chef du Jihad islamique égyptien, ainsi que trois autres dirigeants islamistes, ont cosigné et publié une fatwa appelant les musulmans à tuer les Américains et leurs alliés. Sous la bannière du Front islamique mondial pour la lutte contre les juifs et les croisés, ils ont déclaré :

La décision de tuer les Américains et leurs alliés – civils et militaires – est un devoir individuel pour tout musulman qui peut le faire dans n’importe quel pays où il est possible de le faire, afin de libérer la mosquée al-Aqsa à Jérusalem et la sainte mosquée à La Mecque de leur emprise, et afin que leurs armées se retirent de toutes les terres de l’Islam, vaincues et incapables de menacer aucun musulman. Ceci est conforme aux paroles d’Allah le Tout-Puissant, «et combattez les païens tous ensemble comme ils vous combattent tous ensemble», et «combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de tumulte ou d’oppression, et que règnent la justice et la foi en Allah».

Ni Ben Laden ni al-Zawahiri ne possédaient les qualifications savantes islamiques traditionnelles pour émettre une fatwa. Cependant, ils ont rejeté l’autorité des oulémas contemporains (qu’ils considéraient comme les serviteurs payés des dirigeants jahiliyya) et l’ont prise sur eux-mêmes.

Irak

Al-Qaïda a lancé des attaques contre la majorité chiite irakienne dans le but d’inciter à la violence sectaire. Al-Zarqawi aurait déclaré une guerre totale contre les chiites tout en revendiquant la responsabilité des attentats à la bombe contre la mosquée chiite. Le même mois, une déclaration prétendant appartenir à Al-Qaïda en Irak a été rejetée comme une « fausse ». Dans une vidéo de décembre 2007, al-Zawahiri a défendu l’État islamique en Irak, mais s’est distancié des attaques contre des civils, qu’il a jugées être perpétrées par « des hypocrites et des traîtres existant dans les rangs ».

Les responsables américains et irakiens ont accusé Al-Qaïda en Irak d’avoir tenté de faire glisser l’Irak dans une guerre civile à grande échelle entre la population chiite irakienne et les Arabes sunnites. Cela a été fait à travers une campagne orchestrée de massacres civils et un certain nombre d’attaques provocatrices contre des cibles religieuses de haut niveau. Avec des attentats, notamment l’attentat à la bombe contre la mosquée Imam Ali en 2003, le jour de l’Achoura de 2004 et les attentats à Karbala et Najaf, le premier attentat à la bombe contre la mosquée al-Askari en 2006 à Samarra, la série meurtrière d’un jour d’attentats au cours desquels au moins 215 personnes ont été tuées à Bagdad. Quartier chiite de Sadr City et deuxième bombardement d’al-Askari en 2007, Al-Qaïda en Irak a provoqué des milices chiites pour déclencher une vague d’attaques de représailles, entraînant des meurtres de type escadron de la mort et de nouvelles violences sectaires qui se sont intensifiées en 2006. En 2008, des attentats sectaires imputables à Al-Qaïda en Irak ont ​​tué au moins 42 personnes au sanctuaire Imam Husayn de Karbala en mars et au moins 51 personnes à un arrêt de bus à Bagdad en juin.

En février 2014, après un différend prolongé avec al-Qaïda au sein de l’organisation qui a succédé à l’Iraq, l’État islamique d’Iraq et du Levant (ISIS), al-Qaïda a annoncé publiquement qu’il rompait tous les liens avec le groupe, apparemment pour sa brutalité et sa «notoriété l’intractabilité « . 

Somalie et Yémen

En Somalie, des agents d’Al-Qaïda ont collaboré étroitement avec son aile somalienne, créée à partir du groupe al-Shabaab. En février 2012, al-Shabaab a officiellement rejoint al-Qaïda, déclarant sa loyauté dans une vidéo. Somalian al-Qaïda a recruté des enfants pour une formation de kamikazes, recruté des jeunes pour participer à des actions militantes contre les Américains. 

Le pourcentage d’attaques dans le premier monde en provenance de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan (AfPak) a diminué à partir de 2007, alors qu’al-Qaïda s’est déplacé vers la Somalie et le Yémen. Alors que les dirigeants d’al-Qaïda se cachaient dans les zones tribales le long de la frontière AfPak, les dirigeants de niveau intermédiaire ont intensifié leurs activités en Somalie et au Yémen.

En janvier 2009, la division d’Al-Qaïda en Arabie saoudite a fusionné avec son aile yéménite pour former al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Centré au Yémen, le groupe profite de la mauvaise économie, de la démographie et de la sécurité intérieure du pays. En août 2009, le groupe a tenté d’assassiner un membre de la famille royale saoudienne. Le président Obama a demandé à Ali Abdullah Saleh d’assurer une coopération plus étroite avec les États-Unis dans la lutte contre l’activité croissante d’Al-Qaïda au Yémen, et a promis d’envoyer une aide supplémentaire. Les guerres en Irak et en Afghanistan ont attiré l’attention des États-Unis de la Somalie et du Yémen. En décembre 2011, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a déclaré que les opérations américaines contre al-Qaïda « se concentrent désormais sur des groupes clés au Yémen, en Somalie et en Afrique du Nord ». Al-Qaïda dans la péninsule arabique a revendiqué la responsabilité de 2009 attentat à la bombe sur le vol 253 de Northwest Airlines par Umar Farouk Abdulmutallab. L’AQPA a déclaré l’émirat d’Al-Qaïda au Yémen le 31 mars 2011, après avoir capturé la majeure partie du gouvernorat d’Abyan.

Alors que l’escalade de l’intervention militaire dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen en juillet 2015, 50 civils ont été tués et 20 millions avaient besoin d’aide. En février 2016, les forces d’Al-Qaïda et les forces de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont toutes deux été vues en train de combattre des rebelles houthis dans la même bataille. En août 2018, Al Jazeera a rapporté qu ‘ »une coalition militaire combattant les rebelles houthis a conclu des accords secrets avec al-Qaïda au Yémen et a recruté des centaines de combattants du groupe. (…) les arrangements et retardé les attaques de drones contre le groupe armé, qui a été créé par Oussama ben Laden en 1988. »

Opérations aux États-Unis

En décembre 1998, le directeur du Centre de lutte contre le terrorisme de la CIA a signalé au président Bill Clinton qu’Al-Qaïda se préparait à lancer des attaques aux États-Unis et que le groupe formait du personnel pour détourner des avions. Le 11 septembre 2001, al-Qaïda a attaqué les États-Unis, détournant quatre avions de ligne à l’intérieur du pays et en écrasant délibérément deux dans les tours jumelles du World Trade Center à New York. Le troisième avion s’est écrasé dans la partie ouest du Pentagone dans le comté d’Arlington, en Virginie. Le quatrième avion s’est écrasé dans un champ à Shanksville, Pennsylvanie. Au total, les assaillants ont tué 2 977 victimes et blessé plus de 6 000 autres.

Les responsables américains ont noté qu’Anwar al-Awlaki avait une portée considérable aux États-Unis. Un ancien agent du FBI a identifié Awlaki comme un « recruteur principal connu d’Al-Qaïda » et un motivateur spirituel. Aux États-Unis, trois des pirates de l’air du 11 septembre ont assisté aux sermons d’Awlaki et ont accusé le tireur de Fort Hood Nidal Malik Hasan. Le renseignement américain a intercepté des courriels de Hasan à Awlaki entre décembre 2008 et début 2009. Sur son site Web, Awlaki a salué les actions de Hasan dans la fusillade de Fort Hood.

Un responsable anonyme a affirmé qu’il y avait de bonnes raisons de croire qu’Awlaki « était impliqué dans des activités terroristes très graves depuis qu’il avait quitté les États-Unis en 2002, notamment en préparant des attaques contre l’Amérique et nos alliés. » Le président américain Barack Obama a approuvé l’assassinat ciblé d’al-Awlaki d’ici avril 2010, faisant d’al-Awlaki le premier citoyen américain jamais placé sur la liste des cibles de la CIA. Cela nécessitait le consentement du Conseil national de sécurité des États-Unis, et les responsables ont fait valoir que l’attaque était appropriée parce que l’individu représentait un danger imminent pour la sécurité nationale. En mai 2010, Faisal Shahzad, qui a plaidé coupable à la tentative d’attentat à la voiture piégée de 2010 à Times Square, a déclaré aux interrogateurs qu’il était « inspiré » d’Al-Awlaki, et des sources ont déclaré que Shahzad avait pris contact avec al-Awlaki sur Internet. La représentante Jane Harman l’a qualifié de « terroriste numéro un » et Investor’s Business Daily l’a appelé « l’homme le plus dangereux du monde ». En juillet 2010, le Département du Trésor américain l’a ajouté à sa liste de terroristes mondiaux spécialement désignés, et l’ONU l’a ajouté à sa liste de personnes associées à Al-Qaïda. En août 2010, le père d’al-Awlaki a intenté une action contre le gouvernement américain avec l’American Civil Liberties Union, contestant son ordre de tuer al-Awlaki. En octobre 2010, des responsables américains et britanniques ont lié al-Awlaki au complot de la bombe de l’avion cargo de 2010. En septembre 2011, al-Awlaki a été tué lors d’une attaque ciblée par drone au Yémen. Le 16 mars 2012, il a été signalé qu’Oussama ben Laden avait comploté pour tuer le président américain Barack Obama.

Décès d’Oussama Ben Laden

Le 1er mai 2011, le président américain Barack Obama a annoncé qu’Oussama Ben Laden avait été tué par « une petite équipe d’Américains » agissant sous des ordres directs, lors d’une opération secrète à Abbottabad, au Pakistan. L’action a eu lieu à 50 km (31 mi) au nord d’Islamabad. Selon des responsables américains, une équipe de 20 à 25 US Navy SEAL sous le commandement du Joint Special Operations Command a pris d’assaut le complexe de Ben Laden avec deux hélicoptères. Ben Laden et ceux qui l’accompagnaient ont été tués lors d’un échange de tirs au cours duquel les forces américaines n’ont fait aucune victime. Selon un responsable américain, l’attaque a été perpétrée à l’insu ou sans le consentement des autorités pakistanaises. Au Pakistan, certaines personnes auraient été choquées par l’incursion non autorisée des forces armées américaines. Le site est à quelques kilomètres de l’Académie militaire du Pakistan à Kakul. Dans son annonce diffusée, le président Obama a déclaré que les forces américaines « avaient pris soin d’éviter les pertes civiles ». Des détails sont rapidement apparus que trois hommes et une femme ont été tués avec Ben Laden, la femme tuée alors qu’elle était « utilisée comme bouclier » par un combattant de sexe masculin « . L’ADN du corps de Ben Laden, comparé aux échantillons d’ADN enregistrés par sa sœur décédée, a confirmé l’identité de Ben Laden. Le corps a été retrouvé par l’armée américaine et était sous sa garde jusqu’à ce que, selon un responsable américain, son corps soit enterré en mer selon les traditions islamiques. Un responsable américain a déclaré qu’il aurait été « difficile de trouver un pays prêt à accepter les restes du terroriste le plus recherché au monde. » placé en état d’alerte élevé, a déclaré un haut responsable américain. Des foules se sont rassemblées devant la Maison Blanche et à Times Square à New York pour célébrer la mort de Ben Laden.

Syrie

En 2003, le président Bashar al-Assad a révélé dans une interview à un journal koweïtien qu’il doutait que Al-Qaïda existe même. Il aurait déclaré : « Existe-t-il vraiment une entité appelée al-Qaïda? Était-ce en Afghanistan ? Existe-t-elle maintenant  ? » Il a poursuivi en faisant des remarques sur Ben Laden, commentant « il ne peut pas parler au téléphone ou utiliser Internet, mais il peut diriger des communications aux quatre coins du monde ? C’est illogique. » 

À la suite des manifestations de masse qui ont eu lieu en 2011, qui ont exigé la démission d’al-Assad, les groupes affiliés à al-Qaida et les sympathisants sunnites ont rapidement commencé à constituer une force de combat efficace contre al-Assad. Avant la guerre civile syrienne, la présence d’Al-Qaïda en Syrie était négligeable, mais sa croissance par la suite a été rapide. Des groupes tels que le Front al-Nusra et l’État islamique d’Irak et du Levant ont recruté de nombreux moudjahidines étrangers pour s’entraîner et combattre dans ce qui est progressivement devenu une guerre hautement sectaire. Sur le plan idéologique, la guerre civile syrienne a servi les intérêts d’Al-Qaïda alors qu’elle oppose une opposition principalement sunnite à un gouvernement chiite. Al-Qaïda et d’autres groupes militants sunnites fondamentalistes ont investi massivement dans le conflit civil, soutenant et soutenant parfois activement l’opposition syrienne dominante.

Le 2 février 2014, al-Qaïda s’est distanciée de Daech et de ses actions en Syrie. Cependant, en 2014-2015, Daech et le Front al-Nosra lié à Al-Qaïda  ont pu coopérer occasionnellement. dans leur lutte contre le gouvernement syrien. Al-Nusra (soutenu par l’Arabie saoudite et la Turquie dans le cadre de l’Armée de conquête au cours de la période 2015-2017) a lancé de nombreuses attaques et bombardements, principalement contre des cibles affiliées ou soutenant le gouvernement syrien. Depuis octobre 2015, les frappes aériennes russes ont ciblé des positions détenues par le Front al-Nusra, ainsi que d’autres rebelles islamistes et non islamistes, tandis que les États-Unis ont également visé al-Nusra avec des frappes aériennes. Début 2016, un important idéologue de l’EIIL a décrit al-Qaïda comme les « Juifs du djihad ». 

Inde

En septembre 2014, al-Zawahiri a annoncé qu’Al-Qaïda établissait un front en Inde pour «mener le djihad contre ses ennemis, libérer sa terre, restaurer sa souveraineté et raviver son califat». Al-Zawahiri a nommé l’Inde comme tête de pont pour le jihad régional dans les pays voisins tels que le Myanmar et le Bangladesh. La motivation de la vidéo a été remise en question, car il semblait que le groupe militant avait du mal à rester pertinent à la lumière de la montée en puissance d’ISIS. La nouvelle aile devait être connue sous le nom de « Qaedat al-Jihad fi’shibhi al-qarrat al-Hindiya » ou al-Qaida dans le sous-continent indien (AQIS). Les dirigeants de plusieurs organisations musulmanes indiennes ont rejeté la déclaration d’al-Zawahiri, disant qu’ils ne voyaient rien de bon à en tirer et la considéraient comme une menace pour la jeunesse musulmane du pays.

En 2014, Zee News a rapporté que Bruce Riede (ancien analyste de la CIA et fonctionnaire du Conseil de sécurité nationale pour l’Asie du Sud) a accusé les renseignements militaires pakistanais – Inter-Services Intelligence (ISI) – d’avoir organisé et aidé Al-Qaïda à s’organiser en Inde, que le Pakistan doit être averti qu’il sera placé sur la liste des États parrainant le terrorisme, et écrit que « Zawahiri a fait la cassette dans sa cachette au Pakistan, sans aucun doute, et de nombreux Indiens soupçonnent que l’ISI aide à le protéger ».

Attaques

Al-Qaïda a mené au total six attaques majeures, dont quatre dans son jihad contre l’Amérique. Dans chaque cas, la direction a planifié l’attaque des années à l’avance, en organisant l’expédition d’armes et d’explosifs et en utilisant ses activités pour fournir aux agents des refuges et de fausses identités.

Al-Qaïda a mené au total six attaques majeures, dont quatre dans son jihad contre l’Amérique. Dans chaque cas, la direction a planifié l’attaque des années à l’avance, en organisant les armes d’armes et d’explosifs et en utilisant ses activités pour fournir aux agents des refuges et des fausses identités.

1992

Le 29 décembre 1992, al-Qaïda a lancé sa première attaque, les attentats à la bombe contre le Yémen en 1992. Deux bombes ont explosé à Aden, au Yémen. La première cible était l’hôtel Movenpick et la seconde était le parking de l’hôtel Goldmohur.

Les bombardements étaient une tentative d’éliminer des soldats américains en route vers la Somalie pour participer à l’effort international de secours contre la famine, l’opération Restore Hope. Sur le plan interne, al-Qaïda a considéré l’attentat à la bombe comme une victoire qui a effrayé les Américains, mais aux États-Unis, l’attaque a à peine été remarquée. Aucun soldat américain n’a été tué parce qu’aucun militaire ne résidait dans l’hôtel bombardé. Cependant, un touriste australien et un employé d’hôtel yéménite ont été tués dans l’attentat. Sept autres, principalement des Yéménites, ont été gravement blessés. Deux fatwas auraient été nommées par les membres d’Al-Qaïda, Mamdouh Mahmud Salim, pour justifier les tueries selon la loi islamique. Salim a fait référence à une fameuse fatwa nommée par Ibn Taymiyyah, un érudit du XIIIe siècle très admiré par les Wahhabites, qui a sanctionné la résistance par tous les moyens pendant les invasions mongoles.

Fin des années 1990

En 1996, Ben Laden a personnellement conçu un complot visant à assassiner le président américain Bill Clinton alors qu’il était à Manille pour la coopération économique Asie-Pacifique. Cependant, des agents du renseignement ont intercepté un message avant le départ du cortège et ont alerté les services secrets américains. Les agents ont découvert plus tard une bombe posée sous un pont. 

Le 7 août 1998, al-Qaïda a bombardé les ambassades américaines en Afrique de l’Est, tuant 224 personnes, dont 12 Américains. En représailles, un barrage de missiles de croisière lancé par l’armée américaine a dévasté une base d’al-Qaïda à Khost, en Afghanistan. La capacité du réseau n’a pas été endommagée. À la fin de 1999 et 2000, Al-Qaïda a planifié des attaques pour coïncider avec le millénaire, dirigées par Abu Zubaydah et impliquant Abu Qatada, qui comprendraient le bombardement de lieux saints chrétiens en Jordanie, le bombardement de l’aéroport international de Los Angeles par Ahmed Ressam, et le bombardement de l’USS The Sullivans (DDG-68).

Le 12 octobre 2000, des militants d’Al-Qaïda au Yémen ont bombardé le destroyer lance-missiles USS Cole dans un attentat-suicide, tuant 17 militaires américains et endommageant le navire alors qu’il se trouvait au large. Inspiré par le succès d’une telle attaque effrontée, le noyau de commandement d’al-Qaïda a commencé à se préparer à une attaque contre les États-Unis eux-mêmes.

Attentats du 11 septembre

Les attaques du 11 septembre contre l’Amérique par Al-Qaïda ont tué 2 977 personnes – 2 507 civils, 343 pompiers, 72 officiers chargés de l’application des lois et 55 militaires. Deux avions de ligne commerciaux ont délibérément volé dans les tours jumelles du World Trade Center, un troisième dans le Pentagone et un quatrième, initialement destiné à cibler le Capitole des États-Unis ou la Maison Blanche, s’est écrasé dans un champ du canton de Stonycreek près de Shanksville, Pennsylvanie. C’était également l’attaque étrangère la plus meurtrière sur le sol américain depuis l’attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

Les attaques ont été menées par al-Qaïda, agissant conformément à la fatwa de 1998 émise contre les États-Unis et leurs alliés par des personnes placées sous le commandement de ben Laden, d’al-Zawahiri et d’autres. Les preuves indiquent que des escadrons suicides dirigés par le commandant militaire d’al-Qaïda, Mohamed Atta, sont les coupables des attaques, avec Ben Laden, Ayman al-Zawahiri, Khalid Sheikh Mohammed et Hambali comme principaux planificateurs et faisant partie du commandement politique et militaire.

Des messages émis par Ben Laden après le 11 septembre 2001 ont salué les attaques et expliqué leur motivation tout en niant toute implication. Ben Laden a légitimé les attaques en identifiant les griefs ressentis par les musulmans traditionnels et islamistes, tels que la perception générale que les États-Unis oppressaient activement les musulmans.

Ben Laden a affirmé que l’Amérique massacrait des musulmans en « Palestine, Tchétchénie, Cachemire et Irak » et que les musulmans devraient conserver le « droit d’attaquer en représailles ». Il a également affirmé que les attaques du 11 septembre n’étaient pas dirigées contre des personnes, mais «les icônes de la puissance militaire et économique des États-Unis», malgré le fait qu’il prévoyait d’attaquer le matin alors que la plupart des personnes dans les cibles prévues étaient présentes et générant ainsi la nombre maximal de victimes humaines. 

Des preuves ont depuis été révélées que les cibles initiales de l’attaque pourraient être des centrales nucléaires sur la côte est des États-Unis. Plus tard, les cibles ont été modifiées par al-Qaïda, car on craignait qu’une telle attaque «ne devienne incontrôlable».

Guerre contre la terreur

Immédiatement après les attentats du 11 septembre, le gouvernement américain a réagi et a commencé à préparer ses forces armées à renverser les talibans, qui, selon lui, abritaient Al-Qaïda. Les États-Unis ont offert au chef des Taliban, le mollah Omar, la possibilité de remettre Ben Laden et ses principaux associés. Les premières forces à être entrées en Afghanistan étaient des officiers paramilitaires de la Division des activités spéciales d’élite (SAD) de la CIA.

Les talibans ont proposé de remettre Ben Laden à un pays neutre pour le procès si les États-Unis fournissaient des preuves de la complicité de Ben Laden dans les attaques. Le président américain George W. Bush a répondu : « Nous savons qu’il est coupable. Retournez-le », et le Premier ministre britannique Tony Blair a mis en garde le régime taliban : « Rendez-vous à Ben Laden, ou rendez-vous au pouvoir ». 

Peu de temps après, les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Afghanistan et, avec l’Afghanistan Northern Alliance, ont destitué le gouvernement taliban dans le cadre de la guerre en Afghanistan. Du fait des forces spéciales américaines et de l’appui aérien aux forces terrestres de l’Alliance du Nord, un certain nombre de camps d’entraînement des Taliban et d’al-Qaïda ont été détruits, et une grande partie de la structure opérationnelle d’Al-Qaïda aurait été perturbée. Après avoir été chassés de leurs positions clés dans la région de Tora Bora en Afghanistan, de nombreux combattants d’al-Qaïda ont tenté de se regrouper dans la région accidentée de Gardez.

Au début de 2002, al-Qaïda avait subi un coup sérieux à sa capacité opérationnelle, et l’invasion afghane semblait être un succès. Néanmoins, une insurrection talibane importante est restée en Afghanistan.

Le débat s’est poursuivi sur la nature du rôle d’Al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre. Le Département d’État américain a publié une vidéo montrant Ben Laden parlant avec un petit groupe d’associés quelque part en Afghanistan peu de temps avant que les Taliban ne soient démis de leurs fonctions. Bien que son authenticité ait été mise en doute par quelques personnes, la bande implique définitivement Ben Laden et al-Qaïda dans les attentats du 11 septembre. La bande a été diffusée sur de nombreuses chaînes de télévision, accompagnée d’une traduction anglaise fournie par le Département américain de la défense. 

En septembre 2004, la Commission du 11 septembre a officiellement conclu que les attaques avaient été conçues et mises en œuvre par des agents d’Al-Qaïda. En octobre 2004, Ben Laden a semblé revendiquer la responsabilité des attaques dans une bande vidéo diffusée via Al Jazeera, affirmant qu’il s’était inspiré des attaques israéliennes contre les gratte-ciel lors de l’invasion du Liban en 1982 : « En regardant ces tours démolies au Liban, il m’est venu à l’esprit que nous devrions punir l’oppresseur en nature et que nous devrions détruire les tours en Amérique afin qu’ils goûtent une partie de ce que nous avons goûté et pour qu’ils soient dissuadés de tuer nos femmes et nos enfants. « 

Fin 2004, le gouvernement américain a proclamé que les deux tiers des plus hauts responsables d’Al-Qaïda de 2001 avaient été capturés et interrogés par la CIA : Abu Zubaydah, Ramzi bin al-Shibh et Abd al-Rahim al-Nashiri à 2002 ; Khalid Sheikh Mohammed en 2003 ; et Saif al Islam el Masry en 2004. Mohammed Atef et plusieurs autres ont été tués. L’Occident a été critiqué pour ne pas être en mesure de gérer Al-Qaida malgré une décennie de guerre.

Activités

Afrique

L’implication d’Al-Qaïda en Afrique a inclus un certain nombre d’attentats à la bombe en Afrique du Nord, tout en soutenant les parties aux guerres civiles en Érythrée et en Somalie. De 1991 à 1996, Ben Laden et d’autres dirigeants d’al-Qaïda étaient basés au Soudan.

Les rebelles islamistes du Sahara se faisant appeler al-Qaïda au Maghreb islamique ont intensifié leur violence ces dernières années. Les responsables français affirment que les rebelles n’ont aucun lien réel avec la direction d’Al-Qaïda, mais cela a été contesté. Il semble probable que Ben Laden ait approuvé le nom du groupe fin 2006, et les rebelles « ont pris le label de franchise d’Al-Qaïda », près d’un an avant que la violence ne commence à s’intensifier. 

Au Mali, la faction Ansar Dine a également été signalée comme un allié d’Al-Qaïda en 2013. La faction Ansar al Dine s’est alignée sur l’AQMI.

Après la guerre civile libyenne, le retrait de Kadhafi et la période de violence qui a suivi en Libye après la guerre civile, divers groupes militants islamistes affiliés à al-Qaïda ont pu étendre leurs opérations dans la région. L’attaque de Benghazi en 2012, qui a entraîné la mort de l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens et de trois autres Américains, est soupçonnée d’avoir été perpétrée par divers réseaux djihadistes, tels qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique, Ansar al-Sharia et plusieurs autres d’autres groupes affiliés à Al-Qaida. La capture de Nazih Abdul-Hamed al-Ruqai, ​​un haut responsable d’Al-Qaïda recherché par les États-Unis pour sa participation aux attentats à la bombe de l’ambassade des États-Unis en 1998, le 5 octobre 2013, par des sceaux de la marine américaine, des agents du FBI et de la CIA illustre la importance que les États-Unis et d’autres alliés occidentaux ont accordée à l’Afrique du Nord.

L’Europe

Avant les attaques du 11 septembre, al-Qaïda était présente en Bosnie-Herzégovine et ses membres étaient pour la plupart des vétérans du détachement El Mudžahid de l’armée musulmane de Bosnie de la République de Bosnie-Herzégovine. Trois agents d’Al-Qaïda ont perpétré l’attentat à la voiture piégée de Mostar en 1997. Ces agents étaient étroitement liés et financés par le Haut-Commissariat saoudien aux secours de Bosnie-Herzégovine, fondé par le prince d’alors, le roi Salman d’Arabie saoudite.

Avant les attentats du 11 septembre et l’invasion américaine de l’Afghanistan, les occidentaux qui avaient été recrutés dans les camps d’entraînement d’Al-Qaïda étaient recherchés par la branche militaire d’Al-Qaïda. Les compétences linguistiques et la connaissance de la culture occidentale étaient généralement trouvées chez les recrues d’Europe, comme ce fut le cas avec Mohamed Atta, un ressortissant égyptien étudiant en Allemagne au moment de sa formation, et d’autres membres de la cellule de Hambourg. Oussama ben Laden et Mohammed Atef désigneront plus tard Atta comme chef de file des pirates de l’air du 11 septembre. Après les attaques, les agences de renseignement occidentales ont déterminé que les cellules d’al-Qaïda opérant en Europe avaient aidé les pirates de l’air à financer et à communiquer avec les dirigeants centraux basés en Afghanistan.

En 2003, des islamistes ont mené une série d’attentats à Istanbul, tuant cinquante-sept personnes et en blessant sept cents. Soixante-quatorze personnes ont été inculpées par les autorités turques. Certains avaient déjà rencontré Ben Laden, et bien qu’ils aient spécifiquement refusé de prêter allégeance à al-Qaïda, ils ont demandé sa bénédiction et son aide.

En 2009, trois Londoniens, Tanvir Hussain, Assad Sarwar et Ahmed Abdullah Ali, ont été reconnus coupables d’avoir comploté pour faire exploser des bombes déguisées en boissons non alcoolisées sur sept avions à destination du Canada et des États-Unis. L’enquête du MI5 concernant le complot a impliqué plus d’un an de travail de surveillance. menée par plus de deux cents officiers. Les responsables britanniques et américains ont déclaré que le complot – contrairement à de nombreux complots de militants islamiques européens d’origine locale – était directement lié à al-Qaïda et guidé par des membres d’al-Qaïda au Pakistan.

En 2012, les services de renseignement russes ont indiqué qu’Al-Qaïda avait lancé un appel en faveur du «jihad forestier» et a commencé des incendies de forêt massifs dans le cadre d’une stratégie de «mille coupes».

Le monde arabe

Après l’unification yéménite en 1990, les réseaux wahhabites ont commencé à déplacer des missionnaires dans le pays. Bien qu’il soit peu probable que Ben Laden ou Saudi al-Qaïda soient directement impliqués, les liens personnels qu’ils ont établis seront établis au cours de la prochaine décennie et utilisés dans l’attentat à la bombe contre l’USS Cole.  Les inquiétudes ont grandi au sujet du groupe d’Al-Qaïda au Yémen.

En Irak, les forces d’al-Qaïda vaguement associées à la direction ont été intégrées au groupe Jama’at al-Tawhid wal-Jihad commandé par Abu Musab al-Zarqawi. Spécialisés dans les opérations suicides, ils ont été un « moteur clé » de l’insurrection sunnite. Bien qu’ils aient joué un petit rôle dans l’insurrection globale, entre 30% et 42% de tous les attentats-suicides qui ont eu lieu dans les premières années ont été revendiqués par le groupe de Zarqawi. Des rapports ont indiqué que des oublis tels que le fait de ne pas contrôler l’accès à l’usine de munitions Qa’qaa à Yusufiyah ont permis à de grandes quantités de munitions de tomber entre les mains d’al-Qaida. En novembre 2010, le groupe militant État islamique d’Irak, lié à al-Qaïda en Irak, a menacé « d’exterminer tous les chrétiens irakiens ».

Al-Qaïda n’a commencé à former des Palestiniens qu’à la fin des années 90. De grands groupes tels que le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont rejeté une alliance avec al-Qaïda, craignant qu’Al-Qaïda ne coopte leurs cellules. Cela a peut-être changé récemment. Les services de sécurité et de renseignement israéliens pensent qu’al-Qaïda a réussi à infiltrer des membres des territoires occupés en Israël et attend une occasion d’attaquer.

Depuis 2015, l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie soutiennent ouvertement l’armée de conquête, un groupe rebelle parapluie combattant dans la guerre civile syrienne contre le gouvernement syrien, qui comprendrait un Front al-Nosra lié à Al-Qaïda. et une autre coalition salafiste connue sous le nom d’Ahrar al-Sham. 

Cachemire

Ben Laden et Ayman al-Zawahiri considèrent l’Inde comme faisant partie d’une prétendue conspiration croisée-sioniste-hindoue contre le monde islamique. Selon un rapport de 2005 du Congressional Research Service, Ben Laden a été impliqué dans la formation de militants pour le Jihad au Cachemire alors qu’il vivait au Soudan au début des années 1990. En 2001, le groupe militant cachemirien Harkat-ul-Mujahideen faisait partie de la coalition al-Qaïda. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), al-Qaïda aurait établi des bases au Pakistan, au Cachemire administré (en Azad Cachemire et, dans une certaine mesure, au Gilgit-Baltistan) pendant la guerre de Kargil en 1999 et y a continué d’opérer avec l’approbation tacite des services de renseignement pakistanais. 

De nombreux militants actifs au Cachemire ont été formés dans les mêmes madrasas que les Taliban et al-Qaïda. Fazlur Rehman Khalil du groupe militant du Cachemire Harkat-ul-Mujahideen était signataire de la déclaration d’al-Qaïda de Jihad contre l’Amérique et ses alliés en 1998. Dans une «Lettre au peuple américain» (2002), Ben Laden a écrit que l’une des raisons pour lesquelles il combattait l’Amérique était à cause de son soutien à l’Inde sur la question du Cachemire. En novembre 2001, l’aéroport de Katmandou est passé en état d’alerte après les menaces selon lesquelles Ben Laden prévoyait de détourner un avion et de l’écraser sur une cible à New Delhi. En 2002, le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, lors d’un voyage à Delhi, a suggéré qu’al-Qaïda était actif au Cachemire, bien qu’il n’ait aucune preuve. Rumsfeld a proposé des capteurs au sol de haute technologie le long de la ligne de contrôle pour empêcher les militants de s’infiltrer dans le Cachemire sous administration indienne. Une enquête menée en 2002 a révélé que Al-Qaïda et ses sociétés affiliées prospéraient au Cachemire sous administration pakistanaise avec l’approbation tacite des renseignements interservices pakistanais. En 2002, une équipe spéciale de Special Air Service et Delta Force a été envoyée au Cachemire sous administration indienne pour chasser Ben Laden après avoir reçu des informations selon lesquelles il était hébergé par le groupe militant du Cachemire Harkat-ul-Mujahideen, qui était responsable de l’enlèvement de l’ouest touristes au Cachemire en 1995. Le plus haut gradé britannique d’Al-Qaïda, Rangzieb Ahmed, avait auparavant combattu au Cachemire avec le groupe Harkat-ul-Mujahideen et avait passé du temps dans une prison indienne après avoir été capturé au Cachemire.

Les responsables américains estiment qu’al-Qaïda aidait à organiser des attaques au Cachemire afin de provoquer un conflit entre l’Inde et le Pakistan. Leur stratégie était de forcer le Pakistan à déplacer ses troupes vers la frontière avec l’Inde, allégeant ainsi la pression sur les éléments d’Al-Qaïda se cachant dans le nord-ouest du Pakistan. En 2006, al-Qaïda a affirmé avoir établi une aile au Cachemire. Cependant, le général de l’armée indienne H.S. Panag a soutenu que l’armée avait exclu la présence d’al-Qaïda au Jammu-et-Cachemire sous administration indienne. Panag a également déclaré qu’Al-Qaïda avait des liens étroits avec les groupes militants cachemiriens Lashkar-e-Taiba et Jaish-e-Mohammed basés au Pakistan. Il a été noté que le Waziristan est devenu un champ de bataille pour les militants cachemiriens qui combattent l’OTAN pour soutenir al-Qaïda et les Taliban. Dhiren Barot, qui a écrit l’armée de Médine au Cachemire et était un agent d’Al-Qaïda reconnu coupable d’avoir participé au complot des bâtiments financiers de 2004, avait reçu une formation sur les armes et les explosifs dans un camp d’entraînement pour militants au Cachemire.

Maulana Masood Azhar, fondatrice du groupe cachemirien Jaish-e-Mohammed, aurait rencontré Ben Laden à plusieurs reprises et aurait reçu un financement de sa part. En 2002, Jaish-e-Mohammed a organisé l’enlèvement et le meurtre de Daniel Pearl lors d’une opération menée conjointement avec al-Qaïda et financée par Ben Laden. Selon l’expert américain en contre-terrorisme Bruce Riedel, al-Qaïda et les Taliban ont été étroitement impliqués dans le détournement en 1999 du vol 814 d’Indian Airlines vers Kandahar qui a conduit à la libération de Maulana Masood Azhar et Ahmed Omar Saeed Sheikh d’une prison indienne. Ce détournement, a déclaré Riedel, a été décrit à juste titre par le ministre indien des Affaires étrangères de l’époque, Jaswant Singh, comme une «répétition générale» des attaques du 11 septembre. Ben Laden a personnellement accueilli Azhar et a organisé une somptueuse fête en son honneur après sa libération. Ahmed Omar Saeed Sheikh, qui avait été emprisonné pour son rôle dans les enlèvements de touristes occidentaux en Inde en 1994, a ensuite assassiné Daniel Pearl et a été condamné à mort au Pakistan. L’agent d’Al-Qaïda, Rashid Rauf, qui était l’un des accusés du complot d’aéronefs transatlantiques de 2006, était lié à Maulana Masood Azhar par mariage.

Lashkar-e-Taiba, un groupe militant du Cachemire qui serait à l’origine des attentats de Mumbai en 2008, est également connu pour avoir des liens étroits avec les hauts dirigeants d’Al-Qaïda vivant au Pakistan. Fin 2002, le haut responsable d’Al-Qaïda, Abu Zubaydah, a été arrêté alors qu’il était hébergé par Lashkar-e-Taiba dans une maison sûre à Faisalabad. Le FBI estime qu’al-Qaïda et Lashkar sont «entrelacés» depuis longtemps tandis que la CIA a déclaré qu’al-Qaïda finance Lashkar-e-Taiba. Jean-Louis Bruguière a déclaré à Reuters en 2009 que « Lashkar-e-Taiba n’est plus un mouvement pakistanais avec seulement un agenda politique ou militaire au Cachemire. Lashkar-e-Taiba est membre d’al-Qaïda. » 

Dans une vidéo publiée en 2008, Adam Yahiye Gadahn, un haut responsable américain d’Al-Qaïda, a déclaré que « la victoire au Cachemire a été retardée pendant des années ; c’est la libération du djihad de cette ingérence qui, si Allah le veut, sera la première pas vers la victoire sur les occupants hindous de cette terre islamique. « 

En septembre 2009, un drone américain aurait tué Ilyas Kashmiri qui était le chef de Harkat-ul-Jihad al-Islami, un groupe militant du Cachemire associé à al-Qaïda. Le Cachemire a été décrit par Bruce Riedel comme un membre «proéminent» d’Al-Qaïda tandis que d’autres l’ont décrit comme le chef des opérations militaires d’Al-Qaïda. Le Cachemire a également été inculpé par les États-Unis dans un complot contre Jyllands-Posten, le journal danois qui était au centre de la controverse sur les caricatures de Jyllands-Posten Muhammad. Les responsables américains pensent également que le Cachemire a été impliqué dans l’attaque du Camp Chapman contre la CIA. En janvier 2010, les autorités indiennes ont notifié à la Grande-Bretagne un complot d’Al-Qaïda visant à détourner une compagnie aérienne indienne ou un avion d’Air India et à l’écraser dans une ville britannique. Ces informations ont été découvertes lors de l’interrogatoire d’Amjad Khwaja, un agent de Harkat-ul-Jihad al-Islami, qui avait été arrêté en Inde.

En janvier 2010, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, lors d’une visite au Pakistan, a déclaré qu’Al-Qaïda cherchait à déstabiliser la région et prévoyait de provoquer une guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan.

Internet

Al-Qaïda et ses successeurs ont migré en ligne pour échapper à la détection dans une atmosphère de vigilance internationale accrue. L’utilisation d’Internet par le groupe est devenue plus sophistiquée, avec des activités en ligne qui incluent le financement, le recrutement, le réseautage, la mobilisation, la publicité et la diffusion, la collecte et le partage d’informations.

Le mouvement al-Qaïda d’Abou Ayyub al-Masri en Irak publie régulièrement de courtes vidéos glorifiant l’activité des kamikazes djihadistes. De plus, tant avant qu’après la mort d’Abou Musab al-Zarqawi (l’ancien chef d’Al-Qaïda en Irak), l’organisation faîtière à laquelle appartient Al-Qaïda en Irak, le Conseil des moudjahidines Shura, est régulièrement présente au La toile.

La gamme de contenus multimédias comprend des clips de formation à la guérilla, des photos de victimes sur le point d’être assassinées, des témoignages de kamikazes et des vidéos montrant la participation au djihad à travers des portraits stylisés de mosquées et des partitions musicales. Un site Web associé à Al-Qaïda a publié une vidéo de l’entrepreneur américain capturé Nick Berg décapité en Irak. D’autres vidéos et photos de décapitation, y compris celles de Paul Johnson, Kim Sun-il et Daniel Pearl, ont été publiées pour la première fois sur des sites Web djihadistes.

En décembre 2004, un message audio prétendant provenir de Ben Laden a été publié directement sur un site Web, plutôt que d’en envoyer une copie à al Jazeera comme il l’avait fait par le passé. Al-Qaïda s’est tourné vers Internet pour la publication de ses vidéos afin d’être certain qu’elles seraient disponibles non éditées, plutôt que de risquer la possibilité qu’Al Jazeera édite tout ce qui critiquait la famille royale saoudienne.

Alneda.com et Jehad.net étaient peut-être les sites Web d’Al-Qaïda les plus importants. Alneda a été initialement abattu par l’Américain Jon Messner, mais les opérateurs ont résisté en déplaçant le site vers divers serveurs et en déplaçant stratégiquement le contenu.

Le gouvernement américain a inculpé un spécialiste britannique des technologies de l’information, Babar Ahmad, d’infractions terroristes liées à son exploitation d’un réseau de sites Web d’Al-Qaïda en anglais, comme Azzam.com. Il a été reconnu coupable et condamné à 12 ans et demi de prison. 

Communications en ligne

En 2007, al-Qaïda a publié Mujahedeen Secrets, un logiciel de cryptage utilisé pour les communications en ligne et cellulaires. Une version ultérieure, Mujahideen Secrets 2, a été publiée en 2008.

Réseau d’aviation

Al-Qaida exploiterait un réseau aérien clandestin comprenant « plusieurs Boeing 727 », des turbopropulseurs et des avions de ligne, selon un article de 2010 de Reuters. Basé sur un rapport du département américain de la Sécurité intérieure, l’histoire a déclaré qu’al-Qaïda utilisait peut-être des avions pour transporter des drogues et des armes d’Amérique du Sud vers divers pays instables d’Afrique de l’Ouest. Un Boeing 727 peut transporter jusqu’à 10 tonnes de fret. Les drogues finissent par être introduites en contrebande en Europe pour être distribuées et vendues, et les armes sont utilisées dans des conflits en Afrique et peut-être ailleurs. Des hommes armés ayant des liens avec al-Qaïda ont de plus en plus kidnappé des Européens pour obtenir une rançon. Les bénéfices des ventes de drogues et d’armes et des enlèvements peuvent, à leur tour, financer des activités plus militantes.

Al-Qaïda : Implication alléguée de la CIA

Les experts débattent de la notion que les attaques d’al-Qaïda sont un résultat indirect du programme Opération Cyclone de la CIA américaine pour aider les moudjahidines afghans. Robin Cook, ministre britannique des Affaires étrangères de 1997 à 2001, a écrit qu’Al-Qaïda et Ben Laden étaient « le produit d’une erreur de calcul monumentale de la part des agences de sécurité occidentales », et que « Al-Qaida, littéralement » la base de données « , était à l’origine le fichier informatique des milliers de moudjahidines recrutés et entraînés avec l’aide de la CIA pour vaincre les Russes. « 

Munir Akram, représentant permanent du Pakistan auprès des Nations Unies de 2002 à 2008, a écrit dans une lettre publiée dans le New York Times le 19 janvier 2008 :

La stratégie de soutien aux Afghans contre l’intervention militaire soviétique a été élaborée par plusieurs agences de renseignement, dont le C.I.A. et Inter-Services Intelligence, ou ISI. Après le retrait soviétique, les puissances occidentales se sont éloignées de la région, laissant derrière elles 40 000 militants importés de plusieurs pays pour mener le jihad antisoviétique. Le Pakistan a dû faire face au retour de l’extrémisme, des drogues et des armes à feu.

Diverses sources, dont le journaliste de CNN Peter Bergen, le brigadier pakistanais ISI Mohammad Yousaf et des agents de la CIA impliqués dans le programme afghan, tels que Vincent Cannistraro, nient que la CIA ou d’autres responsables américains aient eu des contacts avec les moudjahidines ou ben Laden étrangers, seuls, armés, entraînés, entraînés ou endoctrinés.

Bergen et d’autres font valoir qu’il n’était pas nécessaire de recruter des étrangers qui ne connaissaient pas la langue, les coutumes ou la configuration du territoire, car un quart de million d’Afghans locaux étaient prêts à se battre. Bergen fait en outre valoir que les moudjahidines étrangers n’avaient pas besoin de fonds américains puisqu’ils recevaient plusieurs millions de dollars par an de sources internes. Enfin, il fait valoir que les Américains n’auraient pas pu former les moudjahidines parce que les responsables pakistanais ne permettraient pas à plus d’une poignée d’entre eux d’opérer au Pakistan et aucun en Afghanistan, et que les Arabes afghans étaient presque invariablement des islamistes militants hostiles par réflexe aux Occidentaux, qu’ils le fassent ou non. les Occidentaux aidaient les Afghans musulmans.

Selon Bergen, qui a réalisé la première interview télévisée avec Ben Laden en 1997 : l’idée que « la CIA a financé Ben Laden ou formé Ben Laden … est un mythe populaire. Il n’y a aucune preuve de cela … Ben Laden avait son propre argent, il était anti-américain et il opérait secrètement et indépendamment … La vraie histoire ici est que la CIA n’avait pas vraiment la moindre idée de qui était ce type jusqu’en 1996 quand ils ont mis en place une unité pour vraiment commencer le suivi lui. « 

Jason Burke a également écrit :

Une partie des 500 millions de dollars que la CIA a versés en Afghanistan a atteint le groupe d’Al-Zawahiri. Al-Zawahiri est devenu un proche collaborateur de Ben Laden … Ben Laden n’était que vaguement lié à la faction Hezb-i-Islami des moudjahidines dirigée par Gulbuddin Hekmatyar, servant sous un autre commandant du Hezb-i-Islami appelé Ingénieur Machmud. Cependant, le bureau des services de Ben Laden, créé pour recruter à l’étranger pour la guerre, a reçu de l’argent américain. 

Implication présumée de l’Arabie saoudite et des Emirats

Un rapport de CNN a révélé que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) avaient distribué des armes sophistiquées de fabrication américaine à des combattants liés à Al-Qaïda au Yémen.

En octobre 2014, le vice-président américain Joe Biden a déclaré que la Turquie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avaient « versé des centaines de millions de dollars et des dizaines de milliers de tonnes d’armes à quiconque combattrait contre Al-Assad, sauf que le peuple qui étaient approvisionnés étaient al-Nosra et al-Qaïda, et les éléments extrémistes des djihadistes venant d’autres parties du monde. « 

Influence plus large

Anders Behring Breivik, l’auteur des attentats de Norvège en 2011, a été inspiré par Al-Qaïda, le qualifiant de « mouvement révolutionnaire le plus réussi au monde ». Tout en admettant des objectifs différents, il a cherché à «créer une version européenne d’Al-Qaida».

La réponse appropriée aux ramifications est un sujet de débat. Un journaliste a rapporté en 2012 qu’un planificateur militaire américain de haut rang avait demandé : « Devrions-nous recourir à des drones et à des raids d’opérations spéciales chaque fois qu’un groupe lève la bannière noire d’Al-Qaïda ? Combien de temps pouvons-nous continuer à chasser des ramifications de ramifications à travers le monde ? « 

Al-Qaïda : Critiques

L’extrémisme islamique remonte aux Kharijites du 7e siècle. À partir de leur position essentiellement politique, les Kharijites ont développé des doctrines extrêmes qui les distinguent des musulmans sunnites et chiites traditionnels. Les Kharijites étaient particulièrement connus pour avoir adopté une approche radicale à l’égard du Takfir, selon laquelle ils déclaraient les autres musulmans incroyants et les jugeaient donc dignes de mort.

Selon plusieurs sources, une « vague de répulsion » a été exprimée contre al-Qaïda et ses affiliés par des « érudits religieux, anciens combattants et militants », alarmés par le takfir d’al-Qaïda et son assassinat de musulmans dans les pays musulmans, en particulier en Irak. 

Noman Benotman, ancien Arabe afghan et membre militant du Groupe islamique de combat libyen (LIFG), a rendu public une lettre ouverte de critique à Ayman al-Zawahiri en novembre 2007, après avoir persuadé les hauts dirigeants emprisonnés de son ancien groupe d’entrer dans les négociations de paix avec le régime libyen. Alors qu’Ayman al-Zawahiri a annoncé l’affiliation du groupe à al-Qaïda en novembre 2007, le gouvernement libyen a libéré 90 membres du groupe de prison plusieurs mois après « qu’ils auraient renoncé à la violence ».

En 2007, à l’anniversaire des attentats du 11 septembre, le cheikh saoudien Salman al-Ouda a réprimandé personnellement Ben Laden. Al-Ouda, érudit religieux et l’un des pères des Sahwa, le mouvement d’éveil fondamentaliste qui a balayé l’Arabie saoudite dans les années 1980, est un critique largement respecté du djihadisme. Al-Ouda s’est adressé au chef d’Al-Qaïda sur la télévision lui demandant :

Mon frère Oussama, combien de sang a été versé ? Combien d’innocents, d’enfants, de personnes âgées et de femmes ont été tués … au nom d’Al-Qaïda ? Serez-vous heureux de rencontrer Dieu Tout-Puissant portant le fardeau de ces centaines de milliers ou millions de victimes sur votre dos ?  

Selon les sondages de Pew, le soutien à al-Qaïda avait diminué dans le monde musulman avant 2008. Le soutien aux attentats-suicides en Indonésie, au Liban et au Bangladesh a diminué de moitié ou plus au cours des cinq dernières années. En Arabie saoudite, seulement 10% avaient une opinion favorable d’al-Qaïda, selon un sondage de décembre 2017 par Terror Free Tomorrow, un groupe de réflexion basé à Washington.

En 2007, l’imam emprisonné Sayyed Imam Al-Sharif, un influent arabe afghan, « parrain idéologique d’al-Qaïda », et ancien partisan du takfir, a retiré son soutien d’al-Qaïda avec un livre Wathiqat Tarshid Al-‘Aml Al-Jihadi fi Misr w’Al-‘Alam.

Bien qu’associé à al-Qaïda, le LIFG a achevé en septembre 2009 un nouveau « code » pour le jihad, un document religieux de 417 pages intitulé « Études correctives ». Compte tenu de sa crédibilité et du fait que plusieurs autres djihadistes de premier plan au Moyen-Orient se sont retournés contre al-Qaïda, le renversement du LIFG pourrait être une étape importante vers la cessation du recrutement d’al-Qaïda.

Autres critiques

Bilal Abdul Kareem, journaliste américain basé en Syrie, a réalisé un documentaire sur al-Shabab, la filiale d’Al-Qaïda en Somalie. Le documentaire comprenait des entretiens avec d’anciens membres du groupe qui ont expliqué les raisons de leur départ d’al-Shabab. Les membres ont accusé la ségrégation, le manque de conscience religieuse et la corruption interne et le favoritisme. En réponse à Kareem, le Global Islamic Media Front a condamné Kareem, l’a traité de menteur et a nié les accusations des anciens combattants. 

Mi-2014, après que l’État islamique d’Iraq et du Levant a déclaré avoir rétabli le califat, une déclaration audio a été publiée par le porte-parole de l’époque du groupe Abu Muhammad al-Adnani, affirmant que « la légalité de tous les émirats, groupes, les États et les organisations deviennent nuls par l’expansion de l’autorité du califat « . Le discours incluait une réfutation religieuse d’Al-Qaïda pour avoir été trop indulgente envers les chiites et leur refus de reconnaître l’autorité Abu Bakr al-Baghdadi, al-Adnani notant spécifiquement: « Il ne convient pas qu’un État fasse allégeance à une organisation » . Il a également rappelé un cas dans lequel Oussama ben Laden a appelé des membres et sympathisants d’al-Qaïda à prêter allégeance à Abu Omar al-Baghdadi alors que le groupe opérait encore uniquement en Irak, en tant qu’État islamique d’Iraq, et a condamné Ayman al- Zawahiri pour ne pas avoir fait la même revendication pour Abu Bakr al-Baghdadi, et que Zawahiri encourageait le factionnalisme et la division entre les anciens alliés de l’EIIL tels que le Front al-Nusra.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés