Afrique du Nord
27 mai 2020

Libye : Moscou vole au secours de Haftar, Ndjaména réclame l’apaisement 

Moscou au secours du maréchal Haftar | Le Groupe de Contact de l’Union Africaine (UA) sur la Libye a tenu […]

26 mai 2020 Afrique

Les défis qui s’imposent à l’UA 57 ans après sa naissance selon Moussa F. Mahamat

Les défis de l’Union Africaine | L’Afrique a commémoré ce lundi 25 mai, le 57ème anniversaire de la création de […]

Lire la suite »
25 mai 2020 Afrique

Fonds de l’UA contre la Covid-19 : les membres du comité de gestion désormais connus

Fonds de l’UA contre la Covid-19 | En vue de renforcer la réponse continentale au COVID-19 et d’atténuer son impact […]

Lire la suite »
30 avril 2020 Afrique

Intégration africaine : report de la mise en œuvre de la ZLECA

Abuja (© 2020 Afriquinfos) –  Intégration africaine – Selon les conclusions du sommet extraordinaire de l’Union Africaine (UA) tenu à […]

Lire la suite »
17 avril 2020 Afrique

L’étonnante résilience de l’Afrique face au Coronavirus (Par Bruno Clément-Bollée)

PARIS (© 2020 Afriquinfos) – Général de corps d’armée, ancien commandant de l’opération Licorne, en Côte d’Ivoire (2007-2008), Bruno Clément-Bollée […]

Lire la suite »
29 mars 2020 Afrique

Lutte contre le Covid-19 sur le continent : L’Union africaine va créer un fonds continental anti-COVID-19

Addis-Abeba(© 2020 Afriquinfos)- Comme action dans la lutte contre l’épidémie du nouveau coronavirus en Afrique, le Bureau de l’Assemblée des […]

Lire la suite »
29 février 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée : l’Union Africaine rappelle sa mission d’observation électorale

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)- L’Union Africaine (UA) à travers la voix du Président de sa Commission, Moussa Faki Mahamat reste […]

Lire la suite »
11 février 2020 Fil AFP

Une quarantaine de dirigeants du continent à l’ouverture du 33e sommet de l’Union africaine

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)-Le levé de rideau du 33ème  sommet l’Union Africaine  (UA), doit avoir lieu en présence d’une quarantaine […]

Lire la suite »
10 février 2020 Fil AFP

11e Sommet extraordinaire de l`Union Africaine : L’UA et la Chine renforcent leur coopération

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)-L’Union africaine (UA) a exprimé samedi sa solidarité avec la Chine dans la lutte contre le nouveau […]

Lire la suite »
7 février 2020 Fil AFP

L’Union Africaine ambitionne faire taire les armes en 2020

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)- Plusieurs dizaines de chefs d’État et de gouvernement sont attendus au 33ème  sommet des chefs d’État […]

Lire la suite »
14 janvier 2020 Non classé

L’accord de cessez-le-feu en Libye salué par l’Union Africaine

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)-Le nouvel accord de cessez-le-feu conclu entre les factions belligérantes en Libye  a été salué par le […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Société

Le soutien de la BAD et de l’Union Africaine au Sommet mondial du Genre

Kigali (© 2019 Afriquinfos)- Le Sommet mondial du Genre, le tout premier qu’accueille l’Afrique s’est ouvert, lundi, à Kigali sur […]

Lire la suite »
5 novembre 2019 Afrique du Nord

La langue berbère, le tamazight, officiellement intégrée à l’Union africaine

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)-Placé sous le haut patronage de l’Académie africaines des langues, le sommet d’Addis-Abeba qui s’est tenu, du […]

Lire la suite »
31 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Crise en Guinée-Bissau: la CEDEAO reçoit le soutien de l’ONU et de l’Union africaine

Lomé (© 2019 Afriquinfos)- Force est de constater que malgré l’ultimatum donné par la Communauté économique des Etats de l’Afrique […]

Lire la suite »
19 septembre 2019 Afrique

Un appel fort de l’Union Africaine pour la promotion de la paix

Luanda (© 2019 Afriquinfos)-La Biennale de Luanda-Forum panafricain pour la culture de paix ouvert ce mercredi 18 septembre, a été […]

Lire la suite »

L’Union africaine (UA) est une union continentale composée de 55 États membres situés sur le continent africain. L’UA a été annoncée dans la Déclaration de Syrte à Syrte, en Libye, le 9 septembre 1999, appelant à la création de l’Union africaine. Le bloc a été fondé le 26 mai 2001 à Addis-Abeba, en Éthiopie, et lancé le 9 juillet 2002 à Durban, en Afrique du Sud. L’intention de l’UA était de remplacer l’Organisation de l’unité africaine (OUA), créée le 25 mai 1963 à Addis-Abeba par 32 gouvernements signataires; l’OUA a été dissoute le 9 juillet 2002. Les décisions les plus importantes de l’UA sont prises par l’Assemblée de l’Union africaine, une réunion semestrielle des chefs d’État et de gouvernement de ses États membres. Le secrétariat de l’UA, la Commission de l’Union africaine, est basé à Addis-Abeba. La plus grande ville de l’UA est Lagos, au Nigéria, tandis que la plus grande agglomération urbaine est le Caire, en Égypte.

L’Union africaine compte un peu plus d’un milliard d’habitants et une superficie d’environ 29 millions de km2 (11 millions de milles carrés) et comprend des monuments mondiaux populaires, notamment le désert du Sahara et le Nil. Les principales langues de travail sont l’arabe, l’anglais, le français, le portugais et le swahili étant en cours d’élaboration. Au sein de l’Union africaine, il existe des organes officiels tels que le Conseil de paix et de sécurité et le Parlement panafricain.

Aperçu

Les objectifs de l’UA sont les suivants :

  • Pour réaliser une plus grande unité, cohésion et solidarité entre les pays africains et les nations africaines.
  • Défendre la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance de ses États membres.
  • Accélérer l’intégration politique et socio-économique du continent.
  • Promouvoir et défendre les positions africaines communes sur les questions intéressant le continent et ses peuples.
  • Encourager la coopération internationale, en tenant dûment compte de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
  • Promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent. Promouvoir les principes et institutions démocratiques, la participation populaire et la bonne gouvernance.
  • Promouvoir et protéger les droits de l’homme et des peuples conformément à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et aux autres instruments pertinents relatifs aux droits de l’homme.
  • Établir les conditions nécessaires qui permettent au continent de jouer son rôle légitime dans l’économie mondiale et dans les négociations internationales.
  • Promouvoir le développement durable aux niveaux économique, social et culturel ainsi que l’intégration des économies africaines.
  • Promouvoir la coopération dans tous les domaines de l’activité humaine pour élever le niveau de vie des peuples africains.
  • Coordonner et harmoniser les politiques entre les Communautés économiques régionales existantes et futures pour la réalisation progressive des objectifs de l’Union.
  • Faire progresser le développement du continent en promouvant la recherche dans tous les domaines, notamment en science et technologie.
  • Travailler avec les partenaires internationaux concernés dans l’éradication des maladies évitables et la promotion d’une bonne santé sur le continent.

L’Union africaine est composée d’organes politiques et administratifs. L’organe de décision suprême est l’Assemblée de l’Union africaine, composée de tous les chefs d’État ou de gouvernement des États membres de l’UA. L’Assemblée est présidée par Cyril Ramaphosa, président de l’Afrique du Sud. L’UA a également un organe représentatif, le Parlement panafricain, qui se compose de 265 membres élus par les législatures nationales des États membres de l’UA. Son président est Roger Nkodo Dang.

Les autres institutions politiques de l’UA comprennent :

  • le Conseil exécutif, composé de ministres des affaires étrangères, qui prépare les décisions de l’Assemblée ;

  • le Comité des représentants permanents, composé des ambassadeurs à Addis-Abeba des États membres de l’UA ;

  • et le Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC), un organe consultatif de la société civile.

La Commission de l’UA, le secrétariat des structures politiques, est présidée par Nkosazana Dlamini-Zuma d’Afrique du Sud. Le 15 juillet 2012, Mme Dlamini-Zuma a remporté un vote très contesté pour devenir la première femme à la tête de la Commission de l’Union africaine, en remplacement de Jean Ping, du Gabon.

D’autres structures de l’UA sont hébergées par différents États membres :

  • la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples est basée à Banjul, Gambie ;

  • et les Secrétariats du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et du MAEP et le Parlement panafricain se trouvent à Midrand, en Afrique du Sud.

La première intervention militaire de l’UA dans un État membre a été le déploiement en mai 2003 d’une force de maintien de la paix composée de soldats d’Afrique du Sud, d’Éthiopie et du Mozambique au Burundi pour superviser la mise en œuvre des différents accords. Des troupes de l’UA ont également été déployées au Soudan pour le maintien de la paix pendant le conflit au Darfour, avant que la mission ne soit remise aux Nations Unies le 1er janvier 2008 à la MINUAD. L’UA a également envoyé une mission de maintien de la paix en Somalie, composée de troupes de l’Ouganda et du Burundi.

L’UA a adopté un certain nombre de nouveaux documents importants établissant des normes au niveau continental, pour compléter ceux déjà en vigueur lors de sa création. Il s’agit notamment de la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption (2003), la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance (2007), du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et de sa Déclaration associée sur la démocratie, la gouvernance politique, économique et d’entreprise.

Histoire

Les fondements historiques de l’Union africaine ont leur origine dans le premier Congrès des États africains de l’indépendance, qui s’est tenu à Accra, au Ghana, du 15 au 22 avril 1958. La conférence visant à former la Journée de l’Afrique, pour marquer chaque année le mouvement de libération concernant la volonté de le peuple africain à se libérer de la dictature étrangère, ainsi que les tentatives ultérieures d’unir l’Afrique, y compris l’Organisation de l’unité africaine (OUA), qui a été créée le 25 mai 1963, et la Communauté économique africaine en 1981. Les critiques ont fait valoir que l’OUA en particulier n’a pas fait grand-chose pour protéger les droits et libertés des citoyens africains de leurs propres dirigeants politiques, la surnommant souvent le « Club des dictateurs ». 

L’idée de créer l’UA a été relancée au milieu des années 90 sous la direction du chef de l’État libyen Mouammar al-Kadhafi: les chefs d’État et de gouvernement de l’OUA ont publié la Déclaration de Syrte (du nom de Syrte, en Libye) le 9 septembre. 1999, appelant à la création d’une Union africaine. La Déclaration a été suivie de sommets à Lomé en 2000, lorsque l’Acte constitutif de l’Union africaine a été adopté, et à Lusaka en 2001, lorsque le plan de mise en œuvre de l’Union africaine a été adopté. Au cours de la même période, l’initiative de création du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) a également été lancée.

L’Union africaine a été lancée à Durban le 9 juillet 2002 par son premier président, l’Afrique du Sud Thabo Mbeki, lors de la première session de l’Assemblée de l’Union africaine. La deuxième session de l’Assemblée s’est tenue à Maputo en 2003 et la troisième session à Addis-Abeba le 6 juillet 2004.

Depuis 2010, l’Union africaine envisage la création d’une agence spatiale africaine conjointe. 

Barack Obama a été le premier président des États-Unis à prendre la parole devant l’Union africaine à Addis-Abeba, le 29 juillet 2015. Avec son discours, il a encouragé le monde à resserrer ses liens économiques via les investissements et le commerce avec le continent, et a salué les progrès réalisés dans l’éducation, les infrastructures et l’économie. Mais il a également critiqué le manque de démocratie et les dirigeants qui refusent de démissionner, la discrimination contre les minorités (y compris les personnes LGBT, les groupes religieux et les ethnies) et la corruption. Il a suggéré une intensification de la démocratisation et du libre-échange, afin d’améliorer considérablement la qualité de vie des Africains.

La géographie

Les États membres de l’Union africaine couvrent la quasi-totalité de l’Afrique continentale, à l’exception de plusieurs territoires détenus par l’Espagne (îles Canaries, Plazas de soberanía) ; France (Mayotte, Réunion, îles éparses de l’océan Indien) ; Portugal (Madère, îles sauvages) ; et le Royaume-Uni (Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha). Par conséquent, la géographie de l’Union africaine est extrêmement diversifiée, y compris le plus grand désert chaud du monde (le Sahara), d’immenses jungles et savanes et le plus long fleuve du monde (le Nil).

L’UA a actuellement une superficie de 29 922 059 kilomètres carrés (11 552 972 milles carrés), avec 24 165 kilomètres (15 015 milles) de côtes. La grande majorité de cette zone se trouve sur l’Afrique continentale, tandis que le seul territoire significatif au large du continent est l’île de Madagascar (la quatrième plus grande île du monde), et la péninsule du Sinaï représentant un peu moins de 2% du total.

Démographie

Population

La population totale de l’Union africaine en 2017 est estimée à plus de 1,25 milliard, avec un taux de croissance de plus de 2,5% par an.

Les langues

Les principales langues de travail de l’Union africaine sont l’anglais et le français. Dans une moindre mesure, le portugais et l’arabe sont utilisés. L’Acte constitutif, par exemple, est rédigé en anglais, français et arabe, tandis que le protocole modifiant l’Acte constitutif est rédigé en anglais, français et portugais. À partir de 2020, le site Web de l’UA est disponible dans son intégralité en anglais, partiellement en français et au minimum en arabe. Les versions portugaise et swahili ont été ajoutées comme « à venir » (em breve) en avril 2019.

Selon l’Acte constitutif de l’Union africaine, les langues de travail de l’Union et de toutes ses institutions sont, si possible, les langues africaines, l’arabe, l’anglais, le français et le portugais.

Un protocole modifiant l’Acte constitutif a été adopté en 2003 et, en avril 2020, a été ratifié par 30 des 37 États membres nécessaires à une majorité des deux tiers. Cela changerait le libellé ci-dessus.

1. Les langues officielles de l’Union et de toutes ses institutions sont l’arabe, l’anglais, le français, le portugais, l’espagnol, le kiswahili et toute autre langue africaine.

2.Le Conseil exécutif détermine le processus et les modalités pratiques d’utilisation des langues officielles comme langues de travail.

Fondée en 2001 sous les auspices de l’UA, l’Académie Africaine des Langues promeut l’usage et la perpétuation des langues africaines auprès des Africains. En 2004, Joaquim Chissano du Mozambique s’est adressé à l’assemblée en swahili, mais a dû traduire ses paroles lui-même. L’UA a déclaré 2006 Année des langues africaines. 2006 a également marqué le 55e anniversaire du Ghana depuis qu’il a fondé le Bureau of Ghana Languages, connu à l’origine sous le nom de Gold Coast Vernacular Literature Bureau.

Politique

L’Union africaine compte un certain nombre d’organes officiels :

  • Parlement panafricain (PAP) : Devenir l’organe législatif suprême de l’Union africaine. Le siège du PAP est à Midrand, Johannesburg, Afrique du Sud. Le Parlement est composé de 265 représentants élus des 55 États de l’UA et a pour objectif de fournir une participation populaire et de la société civile aux processus de gouvernance démocratique. Son président est Roger Nkodo Dang, du Cameroun.

  • Assemblée de l’Union Africaine : Composée de chefs d’État et de chefs de gouvernement des États de l’UA, l’Assemblée est actuellement l’organe directeur suprême de l’Union africaine. Il transfère progressivement certains de ses pouvoirs de décision au Parlement panafricain. Il se réunit une fois par an et prend ses décisions par consensus ou à la majorité des deux tiers. Le président actuel de l’UA est le président sud-africain Cyril Ramaphosa.
  • Commission (ou Autorité) de l’Union africaine : Le secrétariat de l’Union africaine, composé de dix commissaires et du personnel d’appui et dont le siège est à Addis-Abeba, en Éthiopie. De manière similaire à son homologue européenne, la Commission européenne, il est responsable de l’administration et de la coordination des activités et des réunions de l’UA.
  • Cour de justice de l’Union africaine L’Acte constitutif prévoit une Cour de justice pour statuer sur les différends relatifs à l’interprétation des traités de l’UA. Un protocole portant création de cette Cour de justice a été adopté en 2003 et est entré en vigueur en 2009. Il a toutefois été remplacé par un protocole créant une Cour africaine de justice et des droits de l’homme, qui intégrera la Cour africaine des droits de l’homme et des Droits des peuples et ont deux chambres : une pour les questions juridiques générales et une pour les décisions sur les traités relatifs aux droits de l’homme.
  • Conseil exécutif : Composé de ministres désignés par les gouvernements des États membres. Il décide de questions telles que le commerce extérieur, la sécurité sociale, l’alimentation, l’agriculture et les communications, rend compte à l’Assemblée et prépare les documents dont l’Assemblée doit discuter et approuver. Il est présidé par Shawn Makuyana du Zimbabwe (2015–).

  • Comité des représentants permanents : Composé de représentants permanents nommés des États membres, le Comité prépare les travaux du Conseil exécutif, à l’instar du rôle du Comité des représentants permanents dans l’Union européenne.

  • Conseil de paix et de sécurité (COPS) : Proposé au sommet de Lusaka en 2001 et établi en 2004 en vertu d’un protocole à l’Acte constitutif adopté par l’Assemblée de l’UA en juillet 2002. Le protocole définit le COPS comme un dispositif de sécurité collective et d’alerte rapide pour faciliter une réponse rapide et efficace aux conflits et situations de crise en Afrique. Les autres responsabilités conférées au COPS par le protocole comprennent la prévention, la gestion et la résolution des conflits, la consolidation de la paix après les conflits et l’élaboration de politiques de défense communes. Le COPS compte quinze membres élus sur une base régionale par l’Assemblée. Intention et fonctionnement similaires au Conseil de sécurité des Nations Unies.

  • Conseil économique, social et culturel : Un organe consultatif composé de représentants professionnels et civiques, similaire au Comité économique et social européen. Le président de l’ECOSOCC, élu en 2008, est l’avocat camerounais Akere Muna de l’Union panafricaine des avocats (PALU).

  • Comités techniques spécialisés : Tant le Traité d’Abuja que l’Acte constitutif prévoient la création de comités techniques spécialisés composés de ministres africains chargés de conseiller l’Assemblée. En pratique, ils n’ont jamais été créés. Les dix thèmes proposés sont : l’économie rurale et les questions agricoles ; Affaires monétaires et financières ; Commerce, douanes et immigration; Industrie, science et technologie ; Énergie, ressources naturelles et environnement ; Transports, communications et tourisme ; Santé ; Travail et affaires sociales; Éducation, culture et ressources humaines.

Institutions financières : Banque centrale africaine – Abuja, Nigéria Banque africaine d’investissement – Tripoli, Libye Fonds monétaire africain – Yaoundé, Cameroun.

Ces institutions n’ont pas encore été établies, cependant, les comités directeurs travaillant à leur fondation ont été constitués. À terme, l’UA vise à avoir une monnaie unique (l’afro).

Santé

Les Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC Afrique), fondés en 2016 et lancés en 2017.

Droits humains

La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, qui existe depuis 1986, est établie en vertu de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (la Charte africaine) plutôt qu’en vertu de l’Acte constitutif de l’Union africaine. C’est le premier organisme africain des droits de l’homme, chargé de surveiller et de promouvoir le respect de la Charte africaine. La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a été créée en 2006 pour compléter les travaux de la Commission, suite à l’entrée en vigueur d’un protocole à la Charte africaine prévoyant sa création. Il est prévu de fusionner la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples avec la Cour de justice de l’Union africaine (voir ci-dessus).

Adhésion

Tous les États membres de l’ONU basés en Afrique et sur les eaux africaines sont membres de l’UA, tout comme la République arabe sahraouie démocratique contestée (RASD). Le Maroc, qui revendique la souveraineté sur le territoire de la RASD, s’est retiré de l’Organisation de l’unité africaine, le prédécesseur de l’UA, en 1984 en raison de l’admission de la RASD en tant que membre. Cependant, le 30 janvier 2017, l’UA a admis le Maroc en tant qu’État membre.

Membres

  • Algérie

  •  Angola

  •  Bénin

  •  Botswana

  •  Burkina Faso

  •  Burundi

  •  Cap-Vert

  •  Cameroun  

  • République centrafricaine

  •  Tchad  

  • Comores

  •  République Démocratique du Congo

  •  Djibouti

  •  Egypte

  •  Guinée Équatoriale

  •  Érythrée

  •  Eswatini  

  • Ethiopie  

  • Gabon  

  • Gambie

  •  Ghana

  •  Guinée

  •  Guinée-Bissau

  •   Côte d’Ivoire

  •  Kenya  

  • Lesotho

  •  Libéria

  •  Libye

  •  Madagascar

  •  Malawi

  •  Mali

  •  Mauritanie

  •  Maurice

  •  Maroc

  •  Mozambique

  •  Namibie

  •  Niger  

  • Nigeria  

  • République du Congo

  •  Rwanda

  •  République arabe sahraouie démocratique

  •  São Tomé et Príncipe 

  • Sénégal  

  • les Seychelles

  •  Sierra Leone

  •  Somalie  

  • Afrique du Sud

  •  Soudan du sud  

  • Soudan

  •  Tanzanie

  •  Togo

  •  Tunisie  

  • Ouganda

  •  Zambie

  •  Zimbabwe

La gouvernance

Le principal sujet de débat lors du sommet de l’UA de juillet 2007 à Accra, au Ghana, a été la création d’un gouvernement de l’Union, dans le but de progresser vers les États-Unis d’Afrique. Une étude sur le gouvernement de l’Union a été adoptée fin 2006 et propose diverses options pour «achever» le projet de l’Union africaine. Il y a des divisions entre les États africains sur les propositions, certains (notamment la Libye) suivant une vision maximaliste conduisant à un gouvernement commun avec une armée de l’UA ; et d’autres (en particulier les États d’Afrique australe) soutenant plutôt un renforcement des structures existantes, avec certaines réformes pour faire face aux défis administratifs et politiques pour rendre la Commission de l’UA et d’autres organes vraiment efficaces.

À la suite d’un débat houleux à Accra, l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement est convenue, sous la forme d’une déclaration, de réexaminer la situation de l’UA en vue de déterminer sa disposition à l’égard d’un gouvernement de l’Union. En particulier, l’Assemblée est convenue de :

  • Accélérer l’intégration économique et politique du continent africain, y compris la formation d’un gouvernement de l’Union africaine ;
  • Effectuer un audit des institutions et organes de l’UA ; examiner la relation entre l’UA et les CER ; trouver des moyens de renforcer l’UA et élaborer un calendrier pour établir un gouvernement de l’Union africaine.

La déclaration a enfin noté « l’importance d’impliquer les peuples africains, y compris les Africains de la diaspora, dans les processus conduisant à la formation du gouvernement de l’Union ».

Suite à cette décision, un panel de personnalités éminentes a été mis en place pour effectuer la « revue d’audit ». L’équipe d’examen a commencé ses travaux le 1er septembre 2007. L’examen a été présenté à l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet de janvier 2008 à Addis-Abeba. Cependant, aucune décision finale n’a été prise sur les recommandations et un comité de dix chefs d’État a été nommé pour examiner l’examen et faire rapport au sommet de juillet 2008 qui se tiendra en Égypte. Lors du sommet de juillet 2008, une décision a de nouveau été reportée, pour un débat « final » lors du sommet de janvier 2009 qui se tiendra à Addis-Abeba.

Rôle de l’Union africaine

L’un des principaux débats relatifs à la réalisation d’une plus grande intégration continentale est la priorité relative qui devrait être accordée à l’intégration du continent en tant qu’unité en soi ou à l’intégration des sous-régions. Le Plan d’action de Lagos de 1980 pour le développement de l’Afrique et le traité de 1991 portant création de la Communauté économique africaine (également appelé Traité d’Abuja), proposaient la création de Communautés économiques régionales (CER) comme base de l’intégration africaine, avec un calendrier pour l’intégration régionale puis continentale à suivre. 

Actuellement, huit CER sont reconnues par l’UA, chacune établie en vertu d’un traité régional distinct. Elles sont :

  • l’Union du Maghreb arabe (UMA)
  • le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA)
  • la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD)
  • la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC)
  • la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)
  • la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)
  • l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)
  • la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC)

La composition de nombreuses communautés se chevauche et leur rationalisation fait l’objet de discussions depuis plusieurs années et a constitué le thème du sommet de Banjul en 2006. Lors du sommet d’Accra de juillet 2007, l’Assemblée a finalement décidé d’adopter un protocole sur les relations entre l’Union africaine et les communautés économiques régionales. Ce protocole vise à faciliter l’harmonisation des politiques et à garantir le respect du calendrier du Traité d’Abuja et du Plan d’action de Lagos.

Sélection du président

En 2006, l’UA a décidé de créer un comité «pour examiner la mise en œuvre d’un système de rotation entre les régions» en relation avec la présidence. La controverse a éclaté lors du sommet de 2006 lorsque le Soudan a annoncé sa candidature à la présidence de l’UA, en tant que représentant de la région de l’Afrique de l’Est. Plusieurs États membres ont refusé de soutenir le Soudan en raison des tensions au Darfour. Le Soudan a finalement retiré sa candidature et le président Denis Sassou-Nguesso de la République du Congo a été élu pour un mandat d’un an. Lors du sommet de janvier 2007, Sassou-Nguesso a été remplacé par le président John Agyekum Kufuor du Ghana, malgré une nouvelle tentative du Soudan pour obtenir la présidence. 2007 a été le 50e anniversaire de l’indépendance du Ghana, un moment symbolique pour le pays de détenir la présidence de l’UA et d’accueillir le sommet de mi-année au cours duquel le gouvernement d’union proposé a également été discuté. En janvier 2008, le président de la Tanzanie, Jakaya Kikwete, a pris la présidence, représentant la région de l’Afrique de l’Est et mettant ainsi fin apparemment à la tentative du Soudan de devenir président – du moins jusqu’à ce que la rotation revienne en Afrique de l’Est. Le président actuel est l’Afrique du Sud.

Quartier général

La principale capitale administrative de l’Union africaine se trouve à Addis-Abeba, en Éthiopie, où se trouve le siège de la Commission de l’Union africaine. Un nouveau complexe du siège, le Centre de conférence et le complexe de bureaux de l’UA (AUCC), a été inauguré le 28 janvier 2012, lors du 18e sommet de l’UA. Le complexe a été construit par China State Construction Engineering Corporation en tant que cadeau du gouvernement chinois et abrite, entre autres installations, une salle plénière de 2500 places et une tour de bureaux de 20 étages. La tour mesure 99,9 mètres de haut pour indiquer la date du 9 septembre 1999, date à laquelle l’Organisation de l’unité africaine a voté pour devenir l’Union africaine. Le bâtiment a coûté 200 millions de dollars américains à construire.

Accusations d’espionnage

Le 26 janvier 2018, cinq ans après l’achèvement du bâtiment, le journal français Le Monde a publié un article déclarant que le gouvernement chinois avait lourdement mis le bogue sur le bâtiment, installé des appareils d’écoute dans les murs et les meubles et mis en place le système informatique pour copier des données vers des serveurs à Shanghai quotidiennement. Le gouvernement chinois a nié avoir mis sur écoute le bâtiment, déclarant que les accusations étaient « totalement infondées et ridicules. » Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a rejeté le rapport des médias français. Moussa Faki Mahamat, chef de la Commission de l’Union africaine, a déclaré que les allégations contenues dans le rapport du Monde étaient fausses. « Ce sont des allégations totalement fausses et je pense que nous les ignorons complètement. »  L’Union africaine a remplacé ses serveurs chinois et a commencé à chiffrer ses communications après l’événement. 

Migration

En 2018, l’Union africaine a adopté le Protocole sur la libre circulation. Ce protocole permet la libre circulation des personnes entre les pays qui font partie de l’Union africaine.

L’article 14 du Protocole au traité instituant la communauté économique africaine relatif à la libre circulation des personnes, au droit de séjour et au droit d’établissement traite de la libre circulation des travailleurs. 

L’Union africaine a également un cadre de politique migratoire pour l’Afrique (MPFA). 

En empêchant l’immigration irrégulière de personnes, les menaces associées à l’immigration irrégulière peuvent également être évitées pour ces personnes.

Le déplacement forcé de personnes et de groupes a également été au centre des préoccupations de l’UA – plus de trente États ont ratifié la Convention de Kampala, le seul traité régional axé sur les personnes déplacées dans le monde.

Relations étrangères

Les différents États membres de l’Union africaine coordonnent la politique étrangère par le biais de cette agence, en plus de mener leurs propres relations internationales État par État. L’UA représente les intérêts des peuples africains dans leur ensemble auprès des organisations intergouvernementales (OIG) ; par exemple, il est observateur permanent à l’Assemblée générale des Nations Unies. L’Union africaine et les Nations Unies travaillent en tandem pour résoudre les problèmes d’intérêt commun dans divers domaines. La Mission de l’Union africaine aux Nations Unies aspire à servir de pont entre les deux organisations.

L’adhésion à l’UA chevauche d’autres OIG et, à l’occasion, ces organisations tierces et l’UA coordonneront des questions de politique publique. L’Union africaine maintient une représentation diplomatique spéciale avec les États-Unis et l’Union européenne.

En 2016, l’Union a introduit des passeports à l’échelle du continent. 

Lors de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, en 2017, ce dernier a adopté un décret exécutif interdisant les citoyens de sept pays soupçonnés d’être liés au terrorisme, qui concerne trois pays africains. Lors du 28e sommet de l’Union africaine, en Éthiopie, les dirigeants africains ont critiqué l’interdiction alors qu’ils exprimaient leurs préoccupations croissantes pour l’économie africaine, dans le cadre des politiques de Trump.

Relations Afrique-Chine

La République populaire de Chine (RPC) est l’un des principaux partenaires économiques du continent. En septembre 2018, le bloc a tenu son troisième sommet sur la coopération sino-africaine à Beijing, en Chine.

Économie

Les objectifs futurs de l’UA comprennent la création d’une zone de libre-échange, d’une union douanière, d’un marché unique, d’une banque centrale et d’une monnaie commune, établissant ainsi l’union économique et monétaire. Le plan actuel est de créer une Communauté économique africaine avec une monnaie unique d’ici 2023.

Culture

Symboles

L’emblème de l’Union africaine consiste en un ruban d’or portant de petits anneaux rouges entrelacés, à partir desquels les feuilles de palmier s’enroulent autour d’un cercle extérieur en or et d’un cercle vert intérieur, à l’intérieur duquel se trouve une représentation en or de l’Afrique. Les anneaux rouges entrelacés représentent la solidarité africaine et le sang versé pour la libération de l’Afrique ; les feuilles de palmier pour la paix; l’or, pour la richesse et l’avenir radieux de l’Afrique ; le vert, pour les espoirs et les aspirations africaines. Pour symboliser l’unité africaine, la silhouette de l’Afrique est dessinée sans frontières intérieures.

L’Union africaine a adopté son nouveau drapeau lors de sa 14ème session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement qui s’est tenue à Addis-Abeba 2010. Lors du 8ème sommet de l’Union africaine qui s’est tenu à Addis-Abeba les 29 et 30 janvier 2007, les chefs de L’État et le gouvernement ont décidé de lancer un concours pour la sélection d’un nouveau drapeau pour l’Union. Ils ont prescrit un fond vert pour le drapeau symbolisant l’espoir de l’Afrique et des étoiles pour représenter les États membres.

Conformément à cette décision, la Commission de l’Union africaine (CUA) a organisé un concours pour la sélection d’un nouveau drapeau pour l’Union africaine. L’AUC a reçu un total de 106 candidatures proposées par des citoyens de 19 pays africains et 2 de la diaspora. Les propositions ont ensuite été examinées par un panel d’experts mis en place par la Commission de l’Union africaine et sélectionnés parmi les cinq régions africaines pour une présélection selon les principales orientations données par les chefs d’État et de gouvernement.

Lors de la 13ème Session ordinaire de l’Assemblée, les chefs d’État et de gouvernement ont examiné le rapport du Panel et en ont sélectionné une parmi toutes les propositions. Le drapeau fait maintenant partie de l’attirail de l’Union africaine et remplace l’ancien.

L’ancien drapeau de l’Union africaine porte une large bande horizontale verte, une étroite bande d’or, l’emblème de l’Union africaine au centre d’une large bande blanche, une autre étroite bande d’or et une dernière large bande verte. Encore une fois, le vert et l’or symbolisent les espoirs et les aspirations de l’Afrique ainsi que sa richesse et son brillant avenir, et le blanc représente la pureté du désir de l’Afrique d’avoir des amis à travers le monde. Le drapeau a conduit à la création des « couleurs nationales » de l’Afrique d’or et de vert (parfois avec du blanc). Ces couleurs sont visibles d’une manière ou d’une autre dans les drapeaux de nombreuses nations africaines. Ensemble, les couleurs vert, or et rouge constituent les couleurs panafricaines.

L’Union africaine a adopté l’hymne « Unissons-nous tous et célébrons ensemble ».

Fête

La Journée de l’Afrique, anciennement Journée de la liberté de l’Afrique et Journée de la libération de l’Afrique, est une commémoration annuelle de la fondation de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), le 25 mai 1963, et qui se déroule chaque année à la même date du mois. Les autres célébrations sont les suivantes :

  • Le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde : une semaine de célébration de l’harmonie entre les cultures avec la danse, la musique marocaine, les expositions d’art et les films.
  • Le festival Knysna Oyster : organisé à Knysna et axé sur le sport, la nourriture et leur patrimoine ostréicole. 
  • Festival du lac des étoiles : célébration de trois jours qui a lieu dans le lac Malawi, mettant en vedette la musique africaine et accueillant des gens du monde entier.
  • Fête du Vodoun : également connu sous le nom de Ouidah Voodoo Festival. Il est centré autour de leurs rituels sur les temples vaudous, avec des divertissements qui incluent des courses de chevaux et des performances de tambours traditionnels. 
  • Umhlanga (cérémonie) : est principalement un événement privé pour les jeunes femmes, mais les sixième et septième jours, les traditions se font publiquement. 
  • Festival culturel du lac Marsabit Turkana : organisé au Kenya et célèbre l’harmonie entre les tribus avec leur culture, leurs chants, leurs danses et leurs costumes traditionnels.
  • Enkutatash est le mot pour le nouvel an éthiopien en amharique, la langue officielle de l’Éthiopie. Il se produit le 11 septembre dans le calendrier grégorien ; sauf pour l’année précédant une année bissextile, lorsqu’elle survient le 12 septembre.

Questions d’actualité

L’UA fait face à de nombreux défis, notamment des problèmes de santé tels que la lutte contre le paludisme et l’épidémie de sida / VIH ; des questions politiques telles que la confrontation à des régimes non démocratiques et la médiation dans les nombreuses guerres civiles; des problèmes économiques tels que l’amélioration du niveau de vie de millions d’Africains pauvres et sans instruction ; les problèmes écologiques tels que la gestion des famines récurrentes, la désertification et le manque de durabilité écologique ; ainsi que les questions juridiques concernant le Sahara occidental.

Le SIDA en Afrique

L’UA a été active dans la lutte contre la pandémie de sida en Afrique. En 2001, l’UA a créé AIDS Watch Africa pour coordonner et mobiliser une riposte à l’échelle du continent. L’Afrique subsaharienne, en particulier l’Afrique australe et orientale, est la zone la plus touchée au monde. Bien que cette région ne abrite que 6,2% de la population mondiale, elle abrite également la moitié de la population mondiale infectée par le VIH. Alors que la mesure des taux de prévalence du VIH s’est révélée difficile sur le plan méthodologique, plus de 20% de la population sexuellement active de nombreux pays d’Afrique australe peut être infectée, l’Afrique du Sud, le Botswana, le Kenya, la Namibie et le Zimbabwe devant tous l’espérance de vie de 6,5 ans en moyenne. La pandémie a eu des implications massives pour l’économie du continent, réduisant les taux de croissance économique de 2 à 4% en Afrique. 

En juillet 2007, l’UA a approuvé deux nouvelles initiatives pour lutter contre la crise du sida, notamment une campagne pour recruter, former et intégrer 2 millions d’agents de santé communautaires dans les systèmes de santé du continent. 

En janvier 2012, l’Assemblée de l’Union africaine a demandé à la Commission de l’Union africaine d’élaborer « une feuille de route de responsabilité partagée pour tirer parti des efforts africains pour un financement viable de la santé avec le soutien de partenaires traditionnels et émergents pour lutter contre la dépendance au sida ». Une fois créée, la feuille de route (comme on l’appelle officiellement) a fourni un groupe de solutions qui renforceraient la responsabilité partagée et la solidarité mondiale pour les ripostes au sida, à la tuberculose et au paludisme en Afrique d’ici 2015. La feuille de route était organisée en trois piliers qui étaient : diversifiés financement, accès aux médicaments et gouvernance améliorée de la santé. La feuille de route a tenu les parties prenantes responsables de la réalisation de ces solutions entre 2012 et 2015.

Le premier pilier, le financement diversifié, garantit que les pays commencent à élaborer des plans de viabilité financière spécifiques au pays avec des objectifs clairs, et à identifier et maximiser les opportunités de diversifier les sources de financement afin d’augmenter l’allocation des ressources nationales au sida et à d’autres maladies.

Le deuxième pilier, l’accès à des médicaments abordables et de qualité garantie, tente de promouvoir et de faciliter l’investissement dans les principaux fabricants de pôles de médecine en Afrique, d’accélérer et de renforcer l’harmonisation de la réglementation des médicaments et de créer une législation qui aiderait à protéger les connaissances des chercheurs qui les développent. médicaments vitaux.

Le troisième pilier, renforcement du leadership et de la gouvernance, tente d’investir dans des programmes qui aident les personnes et les communautés à prévenir le VIH et à garantir que le leadership à tous les niveaux est mobilisé pour mettre en œuvre la feuille de route. Plusieurs organisations assureront la bonne mise en œuvre de la feuille de route, notamment le NEPAD, l’ONUSIDA, l’OMS et plusieurs autres partenaires des Nations Unies. 

La corruption

Daniel Batidam, membre du conseil consultatif anti-corruption de l’Union africaine, a démissionné après avoir déclaré que l’organisation avait « de multiples irrégularités » et que « des problèmes sont apparus à maintes reprises » concernant la corruption. L’Union africaine a rapidement accepté sa démission, Batidam affirmant que c’était un signe que la mauvaise gestion de la corruption « se poursuivra comme d’habitude ». 

Dans un article publié le 12 mars 2020, le personnel de l’UA a allégué que le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, était coupable de corruption et de copinage, ainsi que d’avoir dirigé « un » cartel « de type mafieux » qui fonctionne en toute impunité. Les allégations étaient contenues dans un mémo divulgué au South African Mail & Guardian. Cela faisait suite à des allégations de harcèlement sexuel soulevées fin 2018.

Libye

En 2011, lorsque le conflit en Libye a commencé, l’Union africaine a d’abord été critiquée pour ne rien faire pour empêcher l’escalade du conflit. De plus, l’UA a hésité à prendre parti. Il n’était pas clair si l’UA soutenait le régime libyen ou les citoyens libyens. Cela s’est produit alors que plusieurs violations des droits de l’homme ont été perpétrées contre des membres du régime libyen. On s’est rendu compte plus tard que l’hésitation de l’UA était due à son manque de capacité et à son incapacité à s’engager dans une réforme démocratique. 

L’UA a tenté de servir de médiateur au début de la guerre civile libyenne de 2011, en formant un comité ad hoc de cinq présidents (le président congolais Denis Sassou Nguesso, le président malien Amadou Toumani Touré, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le président sud-africain Jacob Zuma, et le président ougandais Yoweri Museveni) pour négocier une trêve. Cependant, le début de l’intervention militaire dirigée par l’OTAN en mars 2011 a empêché le comité de se rendre en Libye pour rencontrer le chef libyen Mouammar Kadhafi. En tant qu’organe, l’UA s’est fortement opposée à la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies de créer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, bien que quelques États membres, tels que le Botswana, le Gabon, la Zambie, et d’autres ont exprimé leur soutien à la résolution.

À la suite de la défaite de Kadhafi à la bataille de Tripoli (la bataille décisive de la guerre), en août 2011, la Ligue arabe a voté pour reconnaître le Conseil national de transition anti-Kadhafi en tant que gouvernement légitime du pays, en attendant les élections. Le conseil a été reconnu par plusieurs États membres de l’UA, dont deux membres de la Ligue arabe.  Cependant, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a voté le 26 août 2011 pour ne pas le reconnaître, insistant sur un cessez-le-feu et sur la formation d’un gouvernement d’unité nationale par les deux parties. Un certain nombre d’États membres de l’UA dirigés par l’Éthiopie, le Nigéria et le Rwanda ont demandé à l’UA de reconnaître le CNT en tant qu’autorité dirigeante intérimaire de la Libye et plusieurs autres États membres de l’UA ont reconnu le CNT indépendamment du Conseil de paix et de sécurité. Cependant, l’Algérie et le Zimbabwe, membres de l’UA, ont indiqué qu’ils ne reconnaîtraient pas le CNT, et l’Afrique du Sud a également exprimé des réserves.

Le 20 septembre 2011, l’Union africaine a officiellement reconnu le Conseil national de transition comme le représentant légitime de la Libye. 

Dans la Libye de l’après-Kadhafi, l’Union africaine estime qu’elle a toujours une responsabilité importante envers le pays malgré son échec à contribuer au conflit à son origine. L’UA mène cependant une bataille difficile en raison de leur incapacité à soutenir les rebelles libyens. Bien que l’Union africaine soit là pour maintenir la paix, ce n’est pas une solution à long terme. L’objectif, comme l’a déclaré l’UA, est d’établir un gouvernement libyen qui soit durable pour assurer la paix en Libye. Pour parvenir à un certain niveau de paix en Libye, l’UA doit modérer les pourparlers de paix qui visent également à parvenir à des compromis et à des accords de partage du pouvoir. 

Militaire

Togo

En réponse à la mort de Gnassingbé Eyadéma, président du Togo, le 5 février 2005, les dirigeants de l’UA ont décrit la nomination de son fils, Faure Gnassingbé, à la présidence comme un coup d’État militaire. La constitution togolaise appelle le président du parlement à succéder au président en cas de décès. Selon la loi, le président du parlement doit déclencher des élections nationales pour choisir un nouveau président dans les soixante jours. La protestation de l’UA a forcé Gnassingbé à organiser des élections. Sous de lourdes allégations de fraude électorale, il a été officiellement élu président le 4 mai 2005.

Mauritanie

Le 3 août 2005, un coup d’État en Mauritanie a conduit l’Union africaine à suspendre le pays de toutes activités organisationnelles. Le Conseil militaire qui a pris le contrôle de la Mauritanie a promis de tenir des élections dans un délai de deux ans. Celles-ci ont eu lieu au début de 2007, la première fois que le pays a organisé des élections qui étaient généralement acceptées comme étant d’un niveau acceptable. Après les élections, l’adhésion de la Mauritanie à l’UA a été rétablie. Cependant, le 6 août 2008, un nouveau coup d’État a renversé le gouvernement élu en 2007. L’UA a de nouveau suspendu la Mauritanie de l’organisme continental. La suspension a de nouveau été levée en 2009 après que la junte militaire eut convenu avec l’opposition d’organiser des élections.

Mali

En mars 2012, un coup d’État militaire a été organisé au Mali, lorsqu’une alliance de forces touaregs et islamistes a conquis le nord, entraînant l’arrivée au pouvoir des islamistes. Cela a entraîné la mort de centaines de soldats maliens et la perte de contrôle sur leurs camps et leurs positions. Après une intervention militaire avec l’aide des troupes françaises, la région était aux commandes de l’armée malienne. Pour réinstaller les autorités locales, l’UA a aidé à former un gouvernement intérimaire, le soutenant et organisant des élections présidentielles au Mali en juillet 2013. En 2013, un sommet de l’Union africaine s’est tenu et il a été décidé que l’Union africaine allait étendre sa présence militaire au Mali. L’UA a décidé de le faire en raison des tensions croissantes entre les forces d’Al-Qaïda et l’armée malienne. Plusieurs groupes rebelles se disputent le contrôle de certaines parties du Mali. Ces groupes rebelles comprennent le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), le Front national pour la libération de l’Azawad (FLNA), Ganda Koy, Ganda Izo, Ansar ad-Din et Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) . Les forces de l’UA ont été chargées de missions de contre-insurrection au Mali ainsi que de gouverner les élections présidentielles pour assurer une transition du pouvoir aussi harmonieuse que possible.

Conflits régionaux et maintien de la paix

L’un des objectifs de l’UA est de « promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent ». Parmi ses principes figure « la résolution pacifique des conflits entre les États membres de l’Union par les moyens appropriés qui peuvent être décidés par l’Assemblée ». Le principal organe chargé de la mise en œuvre de ces objectifs et principes est le Conseil de paix et de sécurité. Le COPS a le pouvoir, entre autres, d’autoriser des missions de soutien de la paix, d’imposer des sanctions en cas de changement anticonstitutionnel de gouvernement et de « prendre les initiatives et les mesures qu’il juge appropriées » en réponse à des conflits potentiels ou réels. Le COPS est un organe de décision à part entière, et ses décisions lient les États membres.

L’article 4, point h), de l’Acte constitutif, repris à l’article 4 du Protocole à l’Acte constitutif sur le COPS, reconnaît également le droit de l’Union d’intervenir dans un État membre en cas de crimes de guerre, de génocide et de crimes contre l’humanité. Toute décision d’intervenir dans un État membre en vertu de l’article 4 de l’Acte constitutif sera prise par l’Assemblée sur recommandation du COPS.

Depuis sa première réunion en 2004, le COPS a été actif dans le cadre des crises au Darfour, aux Comores, en Somalie, en République démocratique du Congo, au Burundi, en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays. Il a adopté des résolutions créant les opérations de maintien de la paix de l’UA en Somalie et au Darfour et imposant des sanctions contre les personnes portant atteinte à la paix et à la sécurité (telles que les interdictions de voyager et le gel des avoirs contre les dirigeants de la rébellion aux Comores). Le Conseil est en train de superviser la création d’une « force en attente » pour servir de force de maintien de la paix africaine permanente. 

Le traité fondateur de l’UA a également appelé à la mise en place de l’architecture africaine de paix et de sécurité (APSA), y compris la Force africaine en attente (FAA), qui doit être déployée en cas d’urgence. Cela signifie qu’en cas de génocide ou d’autres violations graves des droits de l’homme, une mission ASF peut être lancée même contre la volonté du gouvernement du pays concerné, à condition qu’elle soit approuvée par l’Assemblée générale de l’UA. Dans les précédentes missions de maintien de la paix de l’UA, le concept n’était pas encore appliqué, des forces devaient être mobilisées des États membres. L’UA prévoit de mettre le concept en pratique d’ici à 2015 au plus tôt. 

Darfour, Soudan

En réponse au conflit en cours au Darfour au Soudan, l’UA a déployé 7 000 soldats de la paix, dont beaucoup du Rwanda et du Nigéria, au Darfour. Alors qu’une conférence des donateurs à Addis-Abeba en 2005 a aidé à collecter des fonds pour soutenir les soldats de la paix tout au long de cette année et jusqu’en 2006, l’UA a déclaré en juillet 2006 qu’elle se retirerait fin septembre à l’expiration de son mandat. Les critiques des soldats de la paix de l’UA, y compris le Dr Eric Reeves, ont déclaré que ces forces étaient largement inefficaces en raison du manque de fonds, de personnel et d’expertise. La surveillance d’une zone à peu près de la taille de la France a rendu encore plus difficile le maintien d’une mission efficace. En juin 2006, le Congrès américain a affecté 173 millions de dollars US à la force de l’UA. Certains, comme le Réseau d’intervention sur le génocide, ont appelé à l’intervention de l’ONU ou de l’OTAN pour augmenter et / ou remplacer les soldats de la paix de l’UA. L’ONU a envisagé de déployer une force, bien qu’elle n’entrerait probablement pas dans le pays avant au moins octobre 2007. La mission de l’UA, sous-financée et mal équipée, devait expirer le 31 décembre 2006, mais a été prolongée jusqu’au 30 juin 2007 et a fusionné avec la Mission de l’Union africaine des Nations Unies au Darfour en octobre 2007. En juillet 2009, l’Union africaine a cessé sa coopération avec l’International La Cour pénale, refusant de reconnaître le mandat d’arrêt international qu’il avait émis contre le chef du Soudan, Omar al-Bashir, inculpé en 2008 pour crimes de guerre.

L’UA a eu du mal à jouer un rôle stratégique dans les pourparlers d’indépendance et le processus de réconciliation du Soudan du Sud, en raison des intérêts écrasants des puissances africaines et non africaines, son influence est encore limitée et non cohérente. 

Somalie

Du début des années 90 à 2000, la Somalie était dépourvue de gouvernement central opérationnel. Un accord de paix visant à mettre fin à la guerre civile qui a éclaté à la suite de l’effondrement du régime de Siad Barre a été signé en 2006 après de nombreuses années de pourparlers de paix. Cependant, le nouveau gouvernement a été presque immédiatement menacé par de nouvelles violences. En février 2007, l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) ont travaillé ensemble pour établir la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Le but de l’AMISOM était de créer une fondation qui, nous l’espérons, fournirait de l’aide à certains des plus vulnérables de Somalie et maintiendrait la paix dans la région. Ils sont chargés de tout, de la protection des institutions fédérales à la facilitation des opérations de secours humanitaire. Une grande partie de l’opposition de l’UA provient d’un groupe extrémiste islamique nommé al-Shabaab. Pour consolider temporairement la base militaire du gouvernement, à partir de mars 2007, les soldats de l’UA ont commencé à arriver à Mogadiscio dans le cadre d’une force de maintien de la paix qui devait à terme être de 8 000 hommes. L’Érythrée a rappelé ses ambassadeurs auprès de l’Union africaine le 20 novembre 2009 après que l’Union africaine a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à leur imposer des sanctions en raison de leur soutien présumé aux islamistes somaliens qui tentaient de renverser le gouvernement fédéral de transition de la Somalie, le gouvernement de la Somalie, reconnu internationalement, qui détient le siège de la Somalie au sein de l’Union africaine. Le 22 décembre 2009, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1907 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a imposé un embargo sur les armes à l’Érythrée, des interdictions de voyager aux dirigeants érythréens et un gel des avoirs des responsables érythréens. L’Érythrée a vivement critiqué la résolution. En janvier 2011, l’Érythrée a rétabli sa mission auprès de l’UA à Addis-Abeba. 

À l’automne 2011, les forces de l’AMISOM, ainsi que les forces kenyanes et éthiopiennes ont lancé une série d’attaques offensives contre al-Shabaab. Lors de ces attaques, les forces de l’AMISOM ont pu récupérer des villes clés, notamment la capitale somalienne de Mogadiscio. En septembre 2013, Ethan Bueno de Mesquita, politologue, a fait valoir qu’avec l’aide des forces de l’AMISOM, elles avaient rendu « quasiment impossible pour al-Shabaab de détenir des territoires même dans ses anciennes forteresses du sud de la Somalie ». Bien que de nombreux progrès aient été accomplis vers la paix dans la région, il convient de noter que les forces de l’Union africaine sont toujours attaquées régulièrement. Bien que l’AMISOM soit efficace, elle est largement sous-financée et de nombreuses forces manquent des ressources nécessaires. Le financement des secours humanitaires et de la formation d’armées a tendance à être largement réduit. 

Anjouan, Comores

Une invasion réussie d’Anjouan en 2008 par les forces de l’UA et des Comores pour arrêter le président autoproclamé Mohamed Bacar, dont la réélection de 2007 a été déclarée illégale. Avant l’invasion, la France a aidé à transporter les troupes tanzaniennes mais leur position dans le désaccord a été mise en doute lorsqu’un hélicoptère de la police française a été soupçonné d’avoir tenté de faufiler Bacar en exil français. La première vague de troupes a atterri sur la baie d’Anjouan le 25 mars et a rapidement pris le contrôle de l’aérodrome d’Ouani, dans le but ultime de localiser Bacar et de le retirer de ses fonctions. Le même jour, l’aéroport, la capitale et la deuxième ville ont été envahis et le palais présidentiel a été déserté. Bacar s’est enfui et a demandé l’asile en France. Le gouvernement des Comores a exigé son retour, afin de déterminer son sort. De nombreux partisans principaux de Bacar ont été arrêtés fin mars, dont Caabi El-Yachroutu Mohamed et Ibrahim Halidi. La demande d’asile de Bacar a été rejetée le 15 mai, la France ayant accepté de coopérer avec la demande du gouvernement comorien. Aux élections du 29 juin, Moussa Toybou a remporté la présidence.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés