Afrique Centrale
1 juillet 2020

Passé colonial : après les excuses historiques du Roi Philippe, Bruxelles veut approfondir sa relation avec Kinshasa

Relation Bruxelles Kinshasa | Pour le 60ème anniversaire de son indépendance, c’est un cadeau plutôt inattendu qu’a reçu le peuple […]

3 avril 2020 Afrique Centrale

Coronavirus en RDC: quarantaine décrétée dans le centre de Kinshasa

Le coeur politique, diplomatique et économique de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, va être « mis en […]

Lire la suite »
23 décembre 2019 Afrique Centrale

RDC: Kinshasa sans eau pendant les festivités de fin d’année

La fourniture d’eau va être interrompue pendant les fêtes de fin d’année à Kinshasa, faute de moyens financiers et matériels, […]

Lire la suite »
13 novembre 2019 Politique

Paris-Kinshasa : une aide inédite de 65 millions d’euros pour soutenir le développement de la RDC

Paris (© 2019 Afriquinfos)- Le président congolais, Félix Tshisekedi a pris une part active au Sommet de Paris sur la […]

Lire la suite »
2 septembre 2019 R.D. Congo

L’Archevêque de Kinshasa, Mgr Ambongo, parmi les 13 nouveaux cardinaux créés au consistoire du 5 octobre

Kinshasa (© 2019 Afriquinfos)-Sûr la liste des noms des 13 nouveaux cardinaux qui seront créés au consistoire du 5 octobre […]

Lire la suite »
19 octobre 2018 R.D. Congo

Des Congolais expulsés d’Angola: Kinshasa envisage saisir les instances internationales

Kinshasa (© 2018 Afriquinfos)- Au Congo, les autorités du pays menacent de saisir les instances internationales au cas où Luanda ne […]

Lire la suite »
18 octobre 2018 R.D. Congo

Expulsion de migrants Congolais : brouille diplomatique entre Kinshasa et Luanda

Kinshasa (© 2018 Afriquinfos)- L’expulsion de plusieurs milliers de migrants Congolais et les violences présumées qui les auraient émaillées, sont […]

Lire la suite »
19 avril 2018 R.D. Congo

Fin de la garde à vue du patron du foot congolais à Kinshasa

Kinshasa (© 2018 Afriquinfos) – Le président de la Fédération congolaise de football association (Fecofa), Constant Omari, et trois autres […]

Lire la suite »
17 septembre 2016 R.D. Congo

RDC: Amnesty et le pouvoir de Kinshasa s’écharpent à nouveau autour de la liberté des Congolais

Nairobi (© 2016 Afriquinfos) – Amnesty International s’inquiète d’une «répression systématique» des personnes qui s’opposent au maintien au pouvoir de […]

Lire la suite »
2 juin 2014 Reste du Monde

Ouverture à Kinshasa des travaux de la commission mixte de deux Congo sur les expulsions

KINSHASA (Xinhua) – Les travaux de la commission mixte entre la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo se sont ouverts lundi à Kinshasa avec comme objectif de débattre la question des expulsions des ressortissants rd-congolais en République du Congo, a constaté Xinhua sur place.

Lire la suite »
5 juillet 2013 Football

3e Championnat d’Afrique des nations : Match aller des éliminatoires Congo-RDC dimanche à Kinshasa

BRAZZAVILLE (Xinhua) – L’équipe nationale de football du Congo, les Diables Rouges, va affronter dimanche prochain à Kinshasa, son homologue de la République démocratique du Congo (RDC), dans le cadre du match aller comptant pour les éliminatoires de la troisième édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN).

Lire la suite »
29 janvier 2013 Non classé

Le Congo s’engage à faire aboutir les études sur le projet pont-route-rail Brazzaville-Kinshasa

BRAZZAVILLE (Xinhua) – L’année 2013 sera consacrée à faire aboutir les études de faisabilité du projet pont-route- rail Brazzaville-Kinshasa et du prolongement du chemin de fer Kinshasa-Illébo, dans le cadre de l’ntégration sous-régionale.

Lire la suite »
6 mars 2012 Congo

Catastrophe de Brazza, près de 1300 Congolais victimes rapatriés à Kinshasa

KISNHASA (Xinhua) – 1.018 Congolais de Kinshasa, victimes de l’explosion d’un dépôt de munitions dimanche Brazzaville, sont arrivés mardi à Kinshasa, par le beach Ngobila, faisant ainsi un total de 1.247 Congolais rapatriés dans la capitale depuis lundi.

Lire la suite »
25 janvier 2012 Sports

Les 20e Coupe du Congo de boxe du 13 au 18 février 2012 à Kinshasa

KINSHASA, 24 janvier (Xinhua) – La Fédération congolaise de boxe (FCB) organisera du 13 au 18 février à Kinshasa la 20e édition de la Coupe du Congo de boxe, a-t-on appris mardi des membres de la FCB.

Lire la suite »
18 décembre 2011 R.D. Congo

KINSHASA (Xinhua) – L’Année 2011 tire vers sa fin et des Congolais réfléchissent déjà sur les perspectives et attentes de la nouvelle année 2012.

KINSHASA (Xinhua) – L’Année 2011 tire vers sa fin et des Congolais réfléchissent déjà sur les perspectives et attentes de la nouvelle année 2012.

Lire la suite »
24 novembre 2011 R.D. Congo

Une trentaine d’observateurs électoraux congolais de la diaspora à Kinshasa

KINSHASA (Xinhua) – Une trentaine d’observateurs électoraux congolais vivant à l’étranger, principalement de la Belgique et de la France, séjourne en RDC en vue de participer à l’observation des élections présidentielle et des députés nationaux prévues le 28 novembre 2011.

Lire la suite »
20 octobre 2011 Sports

Coupe du Congo de basket-ball: ONATRA de Kinshasa bat Victoria de Matadi (78-34)

KINSHASA (Xinhua) – ONATRA de Kinshasa a défait Victoria de Matadi sur la marque de 78-34, chez les messieurs de la poule A, mercredi au stade des Martyrs de la Pentecôte de Kinshasa, en match de la 5ème journée de la 28ème Coupe du Congo de basket-ball.

Lire la suite »
17 octobre 2011 Sports

28ème Coupe du Congo de basket-ball : Arc-en-ciel de Kinshasa étrille Lumière de Matadi (145-14)

KINSHASA (Xinhua) – Arc-en-ciel de Kinshasa a étrillé Lumière de Matadi ( Sud-ouest de la RDC) par 145-14, lundi au stade des Martyrs, en match des dames, poule B, comptant pour la 3ème journée de la 28ème Coupe du Congo de basket-ball.

Lire la suite »
30 août 2011 Sports

Maputo : Un premier groupe d’athètes congolais quittent Kinshasa mardi

KINSHASA (Xinhua) – Un premier groupe d’athlètes de la RDC partira mardi pour Maputo à l’occasion des 10èmes Jeux africains, a annoncé lundi Me Alain Badiashile Kayatshi, président de la délégation et secrétaire général du Comité olympique congolais (COC).

Lire la suite »
22 août 2011 Sports

10èmes Jeux africains de Maputo : Les athlètes congolais quitte Kinshasa le 29 août 2011

KINSHASA (Xinhua) – Le Le départ pour Maputo, au Mozambique, des athlètes congolais sélectionnés pour participer aux 10èmes Jeux africains prévus du 3 au 18 septembre 2011 dans ce pays est fixé au lundi 29 août, a annoncé dimanche le chef de mission du Comité olympique congolais (COC), François Claude Kabulo Mwana Kabulo.

Lire la suite »
13 août 2011 Sports

IVème Jeux congolais : La compétition est reportée du 20 au 25 août 2011 à Kinshasa

KINSHASA (Xinhua) – La 4ème édition des Jeux congolais, initialement prévue du 15 au 22 août 2011 à Kinshasa, est reportée du 20 au 25 août 2011 dans la capitale congolaise, a- t-on apprit vendredi au bureau exécutif du comité olympique congolais (COC).

Lire la suite »
28 juillet 2011 R.D. Congo

Exposition à Kinshasa d’oeuvres pluridisciplinaires des artistes étrangers et congolais

KINSHASA (Xinhua) – Trente artistes étrangers et un Congolais exposent à l’Institut français de Kinshasa, leurs oeuvres d’arts pluridisciplinaires sur l’importance sociale du rêve.

Lire la suite »
25 juillet 2011 Sports

Coupe du Congo de football : Sanga Balende bat Motema Pembe de Kinshasa (1-0)

KINSHASA (Xinhua) – SM Sanga Balende de Mbuji-Mayi a battu le DC Motema Pembe de Kinshasa sur le score étriqué de 1-0, dimanche au stade des Jeunes, à Kananga dans le centre-ouest de la RDC, ce qui lui donne le droit de rencontrer l’US Tshinkunku de Kananga en finale de la poule B des éliminatoires de la 47ème Coupe du Congo de football.

Lire la suite »
10 juillet 2011 Sports

RDC/Congo: Combat à Kinshasa entre les lutteurs Stev et Bob le 16 juillet

KINSHASA (Xinhua) – Le combat devant mettre au corps à corps le 16 juillet 2011 les lutteurs professionnels Nanga Stev et Ondele Bob, deux champions respectivement de Kinshasa, du club Zenga Mambu et de Brazzaville du club Mokonzi a été confirmé samedi au cours de la signature d’un protocole d’ accord à Kinshasa.

Lire la suite »
7 juillet 2011 Sports

Championnat de la RDC : Elima du Bas-Congo et Motema Pembe de Kinshasa fait match nul (0-0)

KINCHASA (Xinhua) – Le Club de football du Bas-Congo, le TC Elima de Matadi, et le Club de Kinshasa, le DC Motema Pembe de Kinshasa, se sont séparés sur le score de parité 0-0, mercredi au stade Lumumba, à Matadi, en match comptant pour la 8ème journée du tour final du 16ème championnat de la Ligue nationale de football (LINAFOOT).

Lire la suite »
18 juin 2011 R.D. Congo

L’artiste congolais Ray Lema annonce la création d’une école supérieure musicale à Kinshasa

KINSHASA (Xinhua) – L’artiste musicien congolais de renommée internationale, Ray Lema a annoncé samedi son projet de créer une école supérieure de musique à Kinshasa.

Lire la suite »
La République démocratique du Congo également connue sous le nom de RD Congo, la RDC, DROC, Congo-Kinshasa, ou simplement le Congo, est un pays situé en Afrique centrale. Il s’appelait autrefois le Zaïre (1971–1997). C’est, par zone, le plus grand pays d’Afrique subsaharienne, le deuxième plus grand de toute l’Afrique (après l’Algérie) et le 11e au monde. Avec une population de plus de 84 millions d’habitants, la République démocratique du Congo est le pays officiellement francophone le plus peuplé, le quatrième pays le plus peuplé d’Afrique et le 16e pays le plus peuplé du monde. L’est de la RD Congo est le théâtre d’un conflit militaire en cours au Kivu depuis 2015. Centré sur le bassin du Congo, le territoire de la RDC a été habité pour la première fois par des butineuses centrafricaines il y a environ 90 000 ans et a été atteint par l’expansion bantoue il y a environ 3 000 ans. À l’ouest, le royaume de Kongo a régné autour de l’embouchure du fleuve Congo du 14e au 19e siècles. Au centre et à l’est, les royaumes de Luba et Lunda ont régné des XVIe et XVIIe siècles au XIXe siècle. Dans les années 1870, juste avant le début de la Scramble for Africa, une exploration européenne du bassin du Congo a été réalisée, dirigée pour la première fois par Henry Morton Stanley sous le parrainage de Léopold II de Belgique. Léopold a officiellement acquis les droits sur le territoire du Congo lors de la Conférence de Berlin en 1885 et a fait de la terre sa propriété privée, le nommant l’État libre du Congo. Pendant l’État libre, son unité militaire coloniale, la Force publique, a forcé la population locale à produire du caoutchouc. De 1885 à 1908, des millions de Kongo sont morts des suites de maladies et d’exploitation. En 1908, Léopold, malgré ses réticences initiales, a officiellement annexé le soi-disant État libre à la Belgique, ainsi il est devenu connu sous le nom de Congo belge. Le Congo est devenu indépendant de la Belgique le 30 juin 1960 sous le nom de République du Congo. Le nationaliste congolais Patrice Lumumba a été élu premier Premier ministre, tandis que Joseph Kasa-Vubu est devenu le premier président. Un conflit a éclaté à propos de l’administration du territoire, connu sous le nom de crise du Congo. Les provinces du Katanga, sous Moïse Tshombe, et du Sud Kasaï ont tenté de faire sécession. Après que l’ONU et les gouvernements occidentaux ont refusé ses demandes d’aide et Lumumba a déclaré qu’il était ouvert à tout pays, y compris l’Union soviétique, pour une assistance dans la crise, les États-Unis et la Belgique sont devenus méfiants et ont supervisé sa destitution par Kasa-Vubu le 5 septembre et exécution définitive par les troupes katangaises dirigées par la Belgique le 17 janvier 1961. Le 25 novembre 1965, le chef d’état-major de l’armée Joseph-Désiré Mobutu, qui se rebaptisa plus tard Mobutu Sese Seko, prit officiellement le pouvoir par un coup d’État. En 1971, il rebaptise le pays Zaïre. Le pays était dirigé comme un État à parti unique dictatorial, avec son Mouvement populaire de la Révolution comme seul parti légal. Le gouvernement de Mobutu a reçu un soutien considérable des États-Unis, en raison de sa position anticommuniste pendant la guerre froide. Au début des années 1990, le gouvernement de Mobutu a commencé à s’affaiblir. La déstabilisation à l’est résultant du génocide rwandais de 1994 et de la privation des droits de la population de l’est des Banyamulenge (Tutsi congolais) a conduit à une invasion de 1996 dirigée par le Rwanda dirigé par le FPR tutsi, qui a déclenché la Première Guerre du Congo. Le 17 mai 1997, Laurent-Désiré Kabila, chef des forces tutsies de la province du Sud-Kivu, est devenu président après la fuite de Mobutu au Maroc, faisant revenir le nom du pays en République démocratique du Congo. Les tensions entre le président Kabila et la présence rwandaise et tutsie dans le pays ont conduit à la deuxième guerre du Congo de 1998 à 2003. Finalement, neuf pays africains et une vingtaine de groupes armés se sont impliqués dans la guerre, qui a fait 5,4 morts millions de personnes. Les deux guerres ont dévasté le pays. Le président Laurent-Désiré Kabila a été assassiné par l’un de ses gardes du corps le 16 janvier 2001 et a été succédé huit jours plus tard à la présidence par son fils Joseph. La République démocratique du Congo est extrêmement riche en ressources naturelles mais a connu une instabilité politique, un manque d’infrastructures, des problèmes de corruption et des siècles d’extraction et d’exploitation commerciales et coloniales avec peu de développement holistique. Outre la capitale Kinshasa, les deux plus grandes villes suivantes, Lubumbashi et Mbuji-Mayi, sont toutes deux des communautés minières. Les exportations les plus importantes de la RD Congo sont les minéraux bruts, la Chine ayant accepté plus de 50% des exportations de la RDC en 2012. En 2016, le niveau de développement humain de la RD Congo était classé 176e sur 187 pays selon l’indice de développement humain. En 2018, environ 600000 Congolais avaient fui vers les pays voisins des conflits au centre et à l’est de la RDC. Deux millions d’enfants risquent de mourir de faim et les combats ont déplacé 4,5 millions de personnes. L’État souverain est membre des Nations Unies, du Mouvement des pays non alignés, de l’Union africaine et du COMESA.

Congo Kinshasa : L’histoire

Histoire ancienne

La zone géographique maintenant connue sous le nom de République démocratique du Congo a été peuplée il y a 90 000 ans, comme le montre la découverte en 1988 du harpon Semliki à Katanda, l’un des plus anciens harpons barbelés jamais trouvés, qui aurait été utilisé pour capturer poisson-chat de rivière géant. Les peuples bantous ont atteint l’Afrique centrale à un moment donné au cours du premier millénaire avant JC, puis ont progressivement commencé à s’étendre vers le sud. Leur propagation a été accélérée par l’adoption du pastoralisme et des techniques de l’âge du fer. Les habitants du sud et du sud-ouest étaient des groupes de recherche de nourriture, dont la technologie n’impliquait qu’une utilisation minimale des technologies métalliques. Le développement d’outils métalliques au cours de cette période a révolutionné l’agriculture. Cela a conduit au déplacement des groupes de chasseurs-cueilleurs à l’est et au sud-est. La dernière vague de l’expansion bantoue a été achevée au Xe siècle, suivie de la création des royaumes bantous, dont la population croissante a rapidement rendu possible des réseaux commerciaux locaux, régionaux et étrangers complexes qui faisaient principalement le commerce d’esclaves, de sel, de fer et de cuivre.

État libre du Congo (1877–1908)

L’exploration et l’administration belges ont eu lieu des années 1870 jusqu’aux années 1920. Il a d’abord été dirigé par Sir Henry Morton Stanley, qui a entrepris ses explorations sous le parrainage du roi Léopold II de Belgique. Les régions orientales du Congo précolonial ont été fortement perturbées par des raids d’esclaves constants, principalement de la part des marchands d’esclaves arabo-swahili tels que l’infâme Tippu Tip, bien connu de Stanley. Léopold avait des plans sur ce qui allait devenir le Congo en tant que colonie. Dans une succession de négociations, Léopold, professant des objectifs humanitaires en sa qualité de président de l’organisation de façade Association Internationale Africaine, a en fait joué un rival européen contre un autre. Léopold a officiellement acquis les droits sur le territoire du Congo lors de la Conférence de Berlin en 1885 et a fait de la terre sa propriété privée. Il l’a appelé l’État libre du Congo. Le régime de Léopold a commencé divers projets d’infrastructure, tels que la construction du chemin de fer qui allait de la côte à la capitale de Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa), qui a duré huit ans. Presque tous ces projets d’infrastructure visaient à faciliter l’augmentation des actifs que Léopold et ses associés pouvaient extraire de la colonie. Dans l’État libre, les colons ont contraint la population locale à produire du caoutchouc, pour lequel la propagation des automobiles et le développement des pneus en caoutchouc ont créé un marché international en croissance. Les ventes de caoutchouc ont fait fortune pour Léopold, qui a construit plusieurs bâtiments à Bruxelles et à Ostende pour honorer lui-même et son pays. Pour faire respecter les quotas de caoutchouc, l’armée, la Force publique, a été appelée et a fait de la pratique de couper les membres des indigènes une question de politique. Au cours de la période 1885–1908, des millions de Congolais sont morts des suites de l’exploitation et de la maladie. Dans certaines régions, la population a diminué de façon spectaculaire – on a estimé que la maladie du sommeil et la variole ont tué près de la moitié de la population dans les régions entourant le cours inférieur du fleuve Congo. Des nouvelles des abus ont commencé à circuler. En 1904, le consul britannique à Boma au Congo, Roger Casement est chargé par le gouvernement britannique d’enquêter. Son rapport, appelé Casement Report, a confirmé les accusations d’abus humanitaires. Le Parlement belge a contraint Léopold II à créer une commission d’enquête indépendante. Ses conclusions ont confirmé le rapport d’abus de Casement, concluant que la population du Congo avait été « réduite de moitié » au cours de cette période. Il est impossible de déterminer avec précision le nombre de personnes décédées, car il n’existe aucun enregistrement précis.

Congo belge (1908-1960)

En 1908, le Parlement belge, malgré ses réticences initiales, se plie à la pression internationale (notamment du Royaume-Uni) et succède à l’État libre au roi Léopold II. Le 18 octobre 1908, le parlement belge vote en faveur de l’annexion du Congo en tant que colonie belge. Le pouvoir exécutif revient au ministre belge des Affaires coloniales, assisté d’un Conseil colonial (tous deux situés à Bruxelles). Le Parlement belge exerçait une autorité législative sur le Congo belge. En 1926, la capitale coloniale s’est déplacée de Boma à Léopoldville, à quelque 300 kilomètres (190 mi) plus en amont à l’intérieur. La transition de l’État libre du Congo au Congo belge a été une rupture, mais elle a également comporté une grande continuité. Le dernier gouverneur général de l’État libre du Congo, le baron Théophile Wahis, est resté en poste au Congo belge et la majorité de l’administration de Léopold II avec lui. L’ouverture du Congo et de ses richesses naturelles et minérales à l’économie belge est restée le principal motif d’expansion coloniale, mais d’autres priorités, telles que les soins de santé et l’éducation de base, ont lentement gagné en importance. Les administrateurs coloniaux régnaient sur le territoire et il existait un double système juridique (un système de tribunaux européens et un autre de tribunaux indigènes, les tribunaux indigènes). Les tribunaux autochtones n’avaient que des pouvoirs limités et demeuraient sous le contrôle ferme de l’administration coloniale. Les archives montrent qu’en 1936, 728 administrateurs belges dirigeaient la colonie. Les autorités belges n’ont autorisé aucune activité politique au Congo et la Force publique, une armée recrutée localement sous commandement belge, a mis fin à toute tentative de rébellion. La population belge de la colonie est passée de 1 928 en 1910 à près de 89 000 en 1959. Le Congo belge a été directement impliqué dans les deux guerres mondiales. Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), une confrontation initiale entre la Force publique et l’armée coloniale allemande en Afrique de l’Est allemande (Tanganyika) s’est transformée en guerre ouverte avec une invasion conjointe anglo-belgo-portugaise du territoire colonial allemand en 1916 et 1917 pendant la campagne d’Afrique de l’Est. La Force publique remporte une victoire notable lorsqu’elle entre à Tabora en septembre 1916 sous le commandement du général Charles Tombeur après de violents combats. Après 1918, la Belgique a été récompensée pour la participation de la Force publique à la campagne d’Afrique de l’Est avec un mandat de la Société des Nations sur l’ancienne colonie allemande du Ruanda-Urundi. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Congo belge a fourni une source cruciale de revenus pour le gouvernement belge en exil à Londres, et la Force Publique a de nouveau participé aux campagnes alliées en Afrique. Les forces belges congolaises sous le commandement d’officiers belges ont notamment combattu l’armée coloniale italienne en Éthiopie à Asosa, Bortaï et Saïo sous les ordres du major-général Auguste-Eduard Gilliaert lors de la deuxième campagne d’Afrique de l’Est.

Indépendance et crise politique (1960-1965)

En mai 1960, un mouvement nationaliste grandissant, le Mouvement National Congolais (MNC) dirigé par Patrice Lumumba, remporte les élections législatives. Patrice Lumumba est ainsi devenu le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo, alors connue sous le nom de République du Congo, le 24 juin 1960. Le Parlement a élu Joseph Kasavubu président du parti de l’Alliance des Bakongo (ABAKO). Les autres partis qui ont émergé sont le Parti Solidaire Africain (PSA) dirigé par Antoine Gizenga et le Parti National du Peuple (PNP) dirigé par Albert Delvaux et Laurent Mbariko. Le Congo belge a accédé à l’indépendance le 30 juin 1960 sous le nom de «République du Congo» . La colonie française voisine du Moyen-Congo ayant également choisi le nom de « République du Congo » au moment de son indépendance, les deux pays étaient plus communément appelés « Congo-Léopoldville » et « Congo-Brazzaville », d’après leurs capitales. Peu de temps après l’indépendance, la Force publique s’est mutinée et, le 11 juillet, la province du Katanga (dirigée par Moïse Tshombe) et le sud du Kasaï se sont engagés dans des luttes sécessionnistes contre la nouvelle direction. La plupart des 100 000 Européens qui étaient restés après l’indépendance ont fui le pays, ouvrant ainsi la voie aux Congolais pour remplacer l’élite militaire et administrative européenne. Le 5 septembre 1960, Kasavubu a démis Lumumba de ses fonctions. Lumumba a déclaré l’action de Kasavubu inconstitutionnelle et une crise entre les deux dirigeants s’est développée. Les événements déclenchés par les États-Unis et la Belgique le 14 septembre ont destitué Lumumba de ses fonctions avec des forces fidèles à Joseph Mobutu. Le 17 janvier 1961, il a été remis aux autorités katangaises et exécuté par des troupes katangaises dirigées par des Belges. Une enquête menée par le Parlement belge en 2001 a conclu que la Belgique était « moralement responsable » du meurtre de Lumumba, et le pays s’est depuis officiellement excusé pour son rôle dans sa mort. Au milieu d’une confusion et d’un chaos généralisés, un gouvernement temporaire était dirigé par des techniciens (le Collège des commissaires généraux). La sécession a pris fin en janvier 1963 avec l’aide des forces de l’ONU. Plusieurs gouvernements éphémères, de Joseph Ileo, Cyrille Adoula et Moise Tshombe, ont succédé rapidement. Lumumba avait précédemment nommé Joseph Mobutu chef d’état-major de la nouvelle armée congolaise, Armée Nationale Congolaise (ANC). Profitant de la crise de leadership entre Kasavubu et Tshombe, Mobutu a obtenu suffisamment de soutien au sein de l’armée pour lancer un coup d’État. Avec le soutien financier des États-Unis et de la Belgique, Mobutu a payé ses soldats en privé. Un référendum constitutionnel l’année précédant le coup d’État de Mobutu en 1965 a entraîné le changement de nom officiel du pays en «République démocratique du Congo».  En 1971, Mobutu a changé de nouveau le nom, cette fois en «République du Zaïre».

Mobutu et Zaïre (1965–1997)

Le nouveau président a reçu le ferme soutien des États-Unis en raison de son opposition au communisme; les États-Unis pensaient que son administration servirait de contre-pouvoir efficace aux mouvements communistes en Afrique.  Un système de parti unique a été mis en place et Mobutu s’est déclaré chef de l’État. Il tenait périodiquement des élections dont il était le seul candidat. Bien qu’une paix et une stabilité relatives aient été atteintes, le gouvernement de Mobutu s’est rendu coupable de graves violations des droits de l’homme, de répression politique, de culte de la personnalité et de corruption. À la fin de 1967, Mobutu avait réussi à neutraliser ses adversaires politiques et ses rivaux, soit en les cooptant dans son régime, en les arrêtant, soit en les rendant autrement politiquement impuissants.  Tout au long de la fin des années 1960, Mobutu a continué de mélanger ses gouvernements et de faire circuler les fonctionnaires à l’intérieur et à l’extérieur du bureau pour maintenir le contrôle. La mort de Kasa-Vubu en avril 1969 a fait en sorte qu’aucune personne possédant les pouvoirs de la Première République ne puisse contester son règne.  Au début des années 1970, Mobutu tentait d’affirmer que le Zaïre était une nation africaine de premier plan. Il a voyagé fréquemment à travers le continent tandis que le gouvernement se faisait plus entendre sur les questions africaines, en particulier celles relatives à la région sud. Le Zaïre a établi des relations semi-clientélistes avec plusieurs petits États africains, notamment le Burundi, le Tchad et le Togo. La corruption est devenue si courante que le terme «le mal Zairois» ou «maladie zaïroise», signifiant corruption grave, vol et mauvaise gestion, a été inventé par Mobutu lui-même . L’aide internationale, le plus souvent sous forme de prêts, a enrichi Mobutu tout en permettant aux infrastructures nationales telles que les routes de se détériorer à un quart de ce qui existait en 1960. Le Zaïre est devenu une kleptocratie, Mobutu et ses associés ayant détourné des fonds publics. Dans une campagne pour s’identifier au nationalisme africain, à partir du 1er juin 1966, Mobutu renomma les villes du pays: Léopoldville devint Kinshasa (le pays était maintenant Congo-Kinshasa), Stanleyville devint Kisangani, Elisabethville devint Lubumbashi et Coquilhatville devint Mbandaka. Cette campagne de changement de nom a été achevée dans les années 1970. En 1971, Mobutu a rebaptisé le pays la République du Zaïre, son quatrième changement de nom en onze ans et son sixième au total. Le fleuve Congo a été renommé fleuve Zaïre. Au cours des années 1970 et 1980, il a été invité à visiter les États-Unis à plusieurs reprises, rencontrant les présidents américains Richard Nixon, Ronald Reagan et George H. W. Bush.  Après la dissolution de l’Union soviétique, les relations des États-Unis avec Mobutu se sont refroidies, car il n’était plus considéré comme un allié de la guerre froide. Les opposants au Zaïre ont intensifié leurs demandes de réforme. Cette atmosphère a contribué à la déclaration de Mobutu de la troisième République en 1990, dont la constitution était censée ouvrir la voie à une réforme démocratique. Les réformes se sont avérées largement cosmétiques. Mobutu est resté au pouvoir jusqu’à ce que les forces armées l’obligent à fuir en 1997. « De 1990 à 1993, les États-Unis ont facilité les tentatives de Mobutu pour détourner le changement politique », écrit un universitaire, et « ont également aidé la rébellion de Laurent-Désiré Kabila qui a renversé le Régime de Mobutu.  »

Guerres continentales et civiles (depuis 1996)

En 1996, à la suite de la guerre civile et du génocide rwandais et de l’ascension d’un gouvernement dirigé par les Tutsis au Rwanda, les milices rwandaises hutues (Interahamwe) ont fui vers l’est du Zaïre et ont utilisé des camps de réfugiés comme base d’incursions contre le Rwanda. Ils se sont alliés aux Forces armées zaïroises (FAZ) pour lancer une campagne contre les Tutsis de souche congolaise dans l’est du Zaïre. Une coalition d’armées rwandaises et ougandaises a envahi le Zaïre pour renverser le gouvernement de Mobutu, et finalement pour contrôler les ressources minérales du Zaïre, déclenchant la Première Guerre du Congo. La coalition s’est alliée à quelques personnalités de l’opposition, dirigée par Laurent-Désiré Kabila, devenant l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL). En 1997, Mobutu s’est enfui et Kabila est entré à Kinshasa, s’est nommé président et a rétabli le nom du pays en République démocratique du Congo. Kabila a ensuite demandé que les forces militaires étrangères retournent dans leur propre pays. Il craignait que les officiers rwandais qui dirigeaient son armée complotent pour donner la présidence à un Tutsi qui relèverait directement du président rwandais, Paul Kagame. Les troupes rwandaises se sont retirées à Goma et ont lancé un nouveau mouvement militaire rebelle dirigé par des Tutsi, appelé le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) pour combattre Kabila, tandis que l’Ouganda a incité à la création d’un nouveau mouvement rebelle appelé le Mouvement pour la libération du Congo (MLC), dirigé par le seigneur de guerre congolais Jean-Pierre Bemba. Les deux rebelles Des mouvements, ainsi que des troupes rwandaises et ougandaises, ont déclenché la deuxième guerre du Congo en attaquant l’armée de la RDC en 1998. Des militaires angolais, zimbabwéens et namibiens sont entrés dans les hostilités aux côtés du gouvernement. Kabila a été assassiné en 2001. Son fils Joseph Kabila lui a succédé et a appelé à des pourparlers de paix multilatéraux. Les soldats de la paix de l’ONU, la MONUC, maintenant connue sous le nom de MONUSCO, sont arrivés en avril 2001. En 2002 et 2003, Bemba est intervenue en République centrafricaine au nom de son ancien président, Ange-Félix Patassé. Les discussions ont abouti à un accord de paix en vertu duquel Kabila partagerait le pouvoir avec d’anciens rebelles. En juin 2003, toutes les armées étrangères, à l’exception de celles du Rwanda, s’étaient retirées du Congo. Un gouvernement de transition a été mis en place jusqu’à la fin des élections. Une constitution a été approuvée par les électeurs et le 30 juillet 2006, la RDC a tenu ses premières élections multipartites. Un différend sur les résultats des élections entre Kabila et Jean-Pierre Bemba s’est transformé en une bataille totale entre leurs partisans dans les rues de Kinshasa. La MONUC a pris le contrôle de la ville. Une nouvelle élection a eu lieu en octobre 2006, que Kabila a remportée, et en décembre 2006, il a prêté serment en tant que président.

Conflit au Kivu

Laurent Nkunda, membre du RCD-Goma, une branche du RCD intégrée à l’armée, a fait défection avec les troupes qui lui étaient fidèles et a formé le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), qui a déclenché une rébellion armée contre le gouvernement, à partir de le conflit du Kivu. Ils étaient soupçonnés. D’être à nouveau soutenus par le Rwanda afin de s’attaquer au groupe hutu, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). En mars 2009, après un accord entre la RDC et le Rwanda, les troupes rwandaises sont entrées en RDC et ont arrêté Nkunda et ont été autorisées à poursuivre les militants des FDLR. Le CNDP a signé un traité de paix avec le gouvernement dans lequel il a accepté de devenir un parti politique et d’intégrer ses soldats dans l’armée nationale en échange de la libération de ses membres emprisonnés. En 2012, Bosco Ntaganda, le chef du CNDP, et les troupes qui lui sont fidèles, se sont mutinés et ont formé le mouvement militaire rebelle du 23 mars, affirmant que le gouvernement avait violé le traité. Lors de la rébellion du M23 qui en a résulté, le M23 a brièvement capturé la capitale provinciale de Goma en novembre 2012. Les pays voisins, en particulier le Rwanda, ont été accusés d’armer des groupes rebelles et de les utiliser comme mandataires pour prendre le contrôle du pays riche en ressources, une accusation qu’ils nient. En mars 2013, le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé la Brigade d’intervention des forces des Nations Unies, la première unité offensive de maintien de la paix des Nations Unies, à neutraliser les groupes armés. Le 5 novembre 2013, le M23 a déclaré la fin de son insurrection. De plus, dans le nord du Katanga, les Mai-Mai créés par Laurent Kabila ont échappé au contrôle de Kinshasa avec les Mai Mai Kata Katanga de Gédéon Kyungu Mutanga qui ont brièvement envahi la capitale provinciale de Lubumbashi en 2013 et 400 000 personnes déplacées dans la province en 2013. Des combats intermittents dans le conflit en Ituri ont eu lieu entre le Front nationaliste et intégrationniste (FNI) et l’Union des patriotes congolais (UPC), qui prétendaient représenter respectivement les groupes ethniques Lendu et Hema. Dans le nord-est, la LRA de Joseph Kony a quitté ses bases d’origine en Ouganda et au Soudan du Sud pour la RD Congo en 2005 et a installé des camps dans le parc national de la Garamba. En 2009, le New York Times a rapporté que les habitants du Congo continuaient à mourir à un rythme estimé à 45 000 par mois – les estimations du nombre de personnes décédées à la suite du long conflit vont de 900 000 à 5 400 000. Le nombre de morts est dû à une maladie généralisée et à la famine; les rapports indiquent que près de la moitié des personnes décédées sont des enfants de moins de cinq ans. Il a été fait état à maintes reprises de porteurs d’armes tuant des civils, de destructions de biens, de violences sexuelles généralisées, provoquant la fuite de centaines de milliers de personnes, et d’autres violations du droit humanitaire et des droits de l’homme. Une étude a révélé que plus de 400 000 femmes sont violées en République démocratique du Congo chaque année. La guerre au Congo a été décrite comme la guerre la plus sanglante depuis la Seconde Guerre mondiale. Le 8 décembre 2017, quatorze soldats des Nations Unies et cinq soldats réguliers congolais ont été tués lors d’une attaque rebelle à Semuliki dans le territoire de Beni. On pensait que les rebelles étaient des forces démocratiques alliées. Les enquêtes de l’ONU ont confirmé cet agresseur lors de l’attaque de décembre. Selon Human Rights Watch et le Congo Research Group basé à l’Université de New York, les troupes armées dans la région est du Kivu en RDC ont tué plus de 1 900 civils et kidnappé au moins 3 300 personnes entre juin 2017 et juin 2019.

Mandat de Kabila et multiples manifestations anti-gouvernementales

En 2015, d’importantes manifestations ont éclaté à travers le pays et les manifestants ont exigé que Joseph Kabila démissionne de son poste de président. Les protestations ont commencé après l’adoption d’une loi par la chambre basse congolaise qui, si elle était également adoptée par la chambre haute congolaise, garderait Kabila au pouvoir au moins jusqu’à ce qu’un recensement national soit effectué (un processus qui prendrait probablement plusieurs années et donc lui au pouvoir après les élections prévues de 2016, auxquelles il est constitutionnellement interdit de participer). Ce projet de loi a été adopté ; cependant, il a été vidé de la disposition qui maintiendrait Kabila au pouvoir jusqu’à ce qu’un recensement ait lieu. Un recensement est censé avoir lieu, mais il n’est plus lié au moment des élections. En 2015, des élections étaient prévues pour la fin de 2016 et une paix fragile s’est tenue au Congo. Le 27 novembre, le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, a déclaré à la presse qu’aucune élection n’aurait lieu en 2016, après le 20 décembre, fin du mandat du président Kabila. Lors d’une conférence à Madagascar, Tshibanda a déclaré que le gouvernement de Kabila avait « consulté des experts électoraux » du Congo, des Nations Unies et d’ailleurs, et « qu’il a été décidé que l’opération d’inscription des électeurs prendrait fin le 31 juillet 2017 et que les élections se aura lieu en avril 2018 ». Des manifestations ont éclaté dans le pays le 20 décembre, à la fin du mandat de Kabila. Dans tout le pays, des dizaines de manifestants ont été tués et des centaines arrêtés.

Reprise de la violence

Selon Jan Egeland, actuellement secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, la situation en RDC s’est aggravée en 2016 et 2017 et constitue un défi moral et humanitaire majeur comparable aux guerres en Syrie et au Yémen, qui reçoivent beaucoup plus d’attention. Les femmes et les enfants sont victimes d’abus sexuels et « abusés de toutes les manières possibles ». Outre le conflit au Nord-Kivu, la violence a augmenté dans la région du Kasaï. Les groupes armés sont à la recherche d’or, de diamants, de pétrole et de cobalt pour remplir les poches des hommes riches dans la région et à l’étranger. Il y a aussi des rivalités ethniques et culturelles en jeu, ainsi que des motifs religieux et la crise politique avec des élections reportées. Il dit que les gens croient que la situation en RDC est « stablement mauvaise » mais qu’en fait elle est devenue bien pire. « Les grandes guerres du Congo qui étaient vraiment en tête de liste il y a 15 ans sont de retour et s’aggravent ». En raison de la perturbation des plantations et des récoltes causée par le conflit, l’ONU a estimé en mars 2018 que deux millions d’enfants risquaient de mourir de faim. Human Rights Watch a déclaré en 2017 que Joseph Kabila avait recruté d’anciens combattants du M23 pour réprimer les protestations à l’échelle nationale concernant son refus de démissionner à la fin de son mandat. « Les combattants du M23 ont patrouillé dans les rues des principales villes du Congo, tirant ou arrêtant des manifestants ou toute autre personne considérée comme une menace pour le président », ont-ils déclaré. De violents combats ont éclaté à Masisi entre les forces gouvernementales et un puissant chef de guerre local, le général Delta. La mission des Nations Unies en RDC est son effort de maintien de la paix le plus important et le plus coûteux, mais elle a fermé cinq bases de l’ONU près de Masisi en 2017, après que les États-Unis aient mené une campagne pour réduire les coûts.

Conflit ethnique

Un conflit tribal a éclaté du 16 au 17 décembre 2018 à Yumbi dans la province de Mai-Ndombe, à 400 km (250 miles) au nord de Kinshasa. Près de 900 Banunu de quatre villages ont été massacrés par des membres de la communauté Batende dans une rivalité profondément enracinée au sujet des droits tribaux mensuels, des terres, des champs et des ressources en eau. Une centaine de Banunus ont fui vers l’île Moniende dans le fleuve Congo et 16 000 autres dans le district de Makotimpoko en République du Congo. Des tactiques de style militaire ont été utilisées dans le bain de sang et certains assaillants étaient vêtus d’uniformes de l’armée. Les autorités locales et des éléments des forces de sécurité étaient soupçonnés de leur apporter leur soutien.

Élection 2018 et nouveau président

Le 30 décembre, les élections générales de 2018 en République démocratique du Congo ont eu lieu. Le 10 janvier 2019, la commission électorale a annoncé que le candidat de l’opposition Félix Tshisekedi était le vainqueur du vote présidentiel. Il a officiellement prêté serment en tant que président le 24 janvier 2019. Cependant, on soupçonnait largement que les résultats avaient été truqués et qu’un accord avait été conclu entre Tshisekedi et Kabila. L’Église catholique a déclaré que les résultats officiels ne correspondaient pas aux informations recueillies par ses observateurs électoraux. Le gouvernement a également « retardé » le vote jusqu’en mars dans certaines régions, citant l’épidémie d’Ebola au Kivu ainsi que le conflit militaire en cours. Cela a été critiqué car ces régions sont connues comme des bastions de l’opposition. En août 2019, six mois après l’inauguration de Félix Tshisekedi, un gouvernement de coalition a été annoncé. Une importante épidémie de rougeole dans le pays a fait près de 5 000 morts en 2019.

La politique

Gouvernement

Après un intermède de quatre ans entre deux constitutions, avec de nouvelles institutions politiques établies aux différents niveaux de gouvernement, ainsi que de nouvelles divisions administratives pour les provinces à travers le pays, une nouvelle constitution est entrée en vigueur en 2006 et la politique en République démocratique du le Congo s’est finalement installé dans une république démocratique présidentielle stable. La constitution transitoire de 2003 avait établi un parlement avec une législature bicamérale, composée d’un Sénat et d’une Assemblée nationale. Le Sénat était notamment chargé de rédiger la nouvelle constitution du pays. Le pouvoir exécutif était confié à un cabinet de 60 membres, dirigé par un président et quatre vice-présidents. Le président était également le commandant en chef des forces armées. La constitution de transition a également établi un système judiciaire relativement indépendant, dirigé par une Cour suprême dotée de pouvoirs d’interprétation constitutionnelle. La constitution de 2006, également connue sous le nom de Constitution de la IIIe République, est entrée en vigueur en février 2006. Elle avait cependant autorité concomitante avec la constitution de transition jusqu’à l’investiture des élus issus des élections de juillet 2006. Sous la nouvelle constitution, la législature est restée bicamérale; l’exécutif a été concomitamment entrepris par un président et le gouvernement, dirigé par un Premier ministre, nommé par le parti capable d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale. Le gouvernement et non le président est responsable devant le Parlement. La nouvelle constitution a également accordé de nouveaux pouvoirs aux gouvernements provinciaux, créant des parlements provinciaux qui contrôlent le gouverneur et le chef du gouvernement provincial, qu’ils élisent. La nouvelle constitution a également vu la disparition de la Cour suprême, divisée en trois nouvelles institutions. La prérogative d’interprétation constitutionnelle de la Cour suprême appartient désormais à la Cour constitutionnelle. Bien que située dans la sous-région des Nations Unies en Afrique centrale, la nation est également affiliée économiquement et régionalement à l’Afrique australe en tant que membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

La corruption

Mobutu Sese Seko a dirigé la RDC, qu’il a rebaptisée Zaïre, de 1965 à 1997. Un parent a expliqué comment le gouvernement percevait illicitement des revenus: « Mobutu demanderait à l’un de nous d’aller à la banque et d’en retirer un million. Nous irions à un intermédiaire et lui dire d’obtenir cinq millions. Il irait à la banque avec l’autorité de Mobutu et en retirerait dix. Mobutu en a obtenu un, et nous avons pris les neuf autres.  » Mobutu a institutionnalisé la corruption pour empêcher ses rivaux politiques de défier son contrôle, conduisant à un effondrement économique en 1996. Mobutu aurait volé jusqu’à 4 à 5 milliards de dollars américains alors qu’il était au pouvoir. Il n’était en aucun cas le premier dirigeant congolais corrompu: « Le gouvernement en tant que système de vol organisé remonte au roi Léopold II », a noté Adam Hochschild en 2009. En juillet 2009, un tribunal suisse a déterminé que le délai de prescription avait expiré dans une affaire internationale de recouvrement d’avoirs d’environ 6,7 millions de dollars de dépôts de Mobutu dans une banque suisse, et que les actifs devaient donc être restitués à la famille de Mobutu. Le président Joseph Kabila a créé la Commission de répression des crimes économiques lors de son accession au pouvoir en 2001. Cependant, en 2016, le projet Enough a publié un rapport affirmant que le Congo est géré comme une kleptocratie violente.

L’économie

La Banque centrale du Congo est responsable du développement et du maintien du franc congolais, qui est la principale forme de monnaie en République démocratique du Congo. En 2007, la Banque mondiale a décidé d’accorder à la République démocratique du Congo jusqu’à 1,3 milliard de dollars en fonds d’assistance au cours des trois années suivantes. Le gouvernement congolais a commencé à négocier l’adhésion à l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA), en 2009. La République démocratique du Congo est largement considérée comme l’un des pays les plus riches du monde en ressources naturelles; ses gisements inexploités de minéraux bruts sont estimés à plus de 24 000 milliards de dollars EU. Le Congo possède 70% du coltan mondial, un tiers de son cobalt, plus de 30% de ses réserves de diamants et un dixième de son cuivre. Malgré une si grande richesse minérale, l’économie de la République démocratique du Congo a considérablement diminué depuis le milieu des années 80. Le pays africain a généré jusqu’à 70% de ses revenus d’exportation de minéraux dans les années 1970 et 1980, et a été particulièrement touché lorsque les prix des ressources se sont détériorés à cette époque. En 2005, 90% des revenus de la RDC provenaient de ses minéraux (Exenberger et Hartmann 2007 : 10).  Les citoyens congolais sont parmi les plus pauvres de la planète. La RD Congo a toujours le PIB nominal par habitant le plus bas, ou presque le plus bas du monde. La RDC est également l’un des vingt pays les moins bien classés sur l’indice de perception de la corruption.

Exploitation minière

La République démocratique du Congo (RDC) est le plus grand producteur mondial de minerai de cobalt et un important producteur de cuivre et de diamants. Ces derniers viennent de la province du Kasaï à l’ouest. De loin, les plus grandes mines de la RDC sont situées dans le sud de la province du Katanga (anciennement Shaba) et sont hautement mécanisées, avec une capacité de plusieurs millions de tonnes par an de minerai de cuivre et de cobalt, et une capacité de raffinage du minerai métallique. La RDC est le deuxième pays producteur de diamants au monde, et les mineurs artisanaux et à petite échelle représentent l’essentiel de sa production. Lors de son indépendance en 1960, la RDC était le deuxième pays le plus industrialisé d’Afrique après l’Afrique du Sud ; il possédait un secteur minier florissant et un secteur agricole relativement productif. Les première et deuxième guerres du Congo ont commencé en 1996. Ces conflits ont considérablement réduit la production nationale et les recettes publiques, accru la dette extérieure et entraîné la mort de plus de cinq millions de personnes à cause de la guerre et de la famine et des maladies associées. La malnutrition touche environ les deux tiers de la population du pays. Les entreprises étrangères ont réduit leurs activités en raison de l’incertitude quant à l’issue du conflit, du manque d’infrastructures et de l’environnement d’exploitation difficile. La guerre a intensifié l’impact de problèmes fondamentaux tels qu’un cadre juridique incertain, la corruption, l’inflation et le manque d’ouverture dans la politique économique et les opérations financières du gouvernement. Les conditions se sont améliorées fin 2002, lorsqu’une grande partie des troupes étrangères envahissantes se sont retirées. Un certain nombre de missions du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale ont rencontré le gouvernement pour l’aider à élaborer un plan économique cohérent, et le président Joseph Kabila a commencé à mettre en œuvre des réformes. Une grande partie de l’activité économique se situe toujours en dehors des données du PIB. Un rapport des Nations Unies sur l’indice de développement humain montre que l’indice de développement humain de la RDC est l’un des pires que le pays ait connu depuis des décennies. En 2011, la RDC avait l’indice de développement humain le plus bas des 187 pays classés. Il se classe plus bas que le Niger, malgré une marge d’amélioration plus élevée que ce dernier pays par rapport aux chiffres de 2010. L’économie de la RDC dépend fortement de l’exploitation minière. Cependant, l’activité économique à plus petite échelle de l’exploitation minière artisanale se produit dans le secteur informel et n’est pas reflétée dans les données du PIB. Un tiers des diamants de la RDC seraient sortis clandestinement du pays, ce qui rend difficile la quantification des niveaux de production de diamants. En 2002, de l’étain a été découvert dans l’est du pays, mais à ce jour n’a été exploité qu’à petite échelle. La contrebande de minéraux de conflit tels que le coltan et la cassitérite, les minerais de tantale et d’étain, respectivement, a contribué à alimenter la guerre dans l’est du Congo. En septembre 2004, la société d’État Gécamines a signé un accord avec Global Enterprises Corporate (GEC), société issue de la fusion de Dan Gertler International (DGI) avec Beny Steinmetz Global, pour la réhabilitation et l’exploitation des mines de cuivre de Kananga et Tilwezembe. L’accord a été ratifié par décret présidentiel. En 2007, un rapport de la Banque mondiale a passé en revue les trois plus grands contrats miniers de la RD Congo, concluant que les accords de 2005, dont un avec Global Enterprises Company, avaient été approuvés avec « un manque total de transparence » (Mahtani, 3 janvier 2007). Gertler et Steinmetz ont placé la participation de 75% de GEC dans Komoto Oliveira Virgule (KOV), le projet composé de Tilwezembe et Kananga, ainsi que du concentrateur Kolwesi, dans Nikanor plc. Enregistré dans l’île de Man, a atteint une capitalisation boursière de 1,5 milliard de dollars en 2007. En février 2007, 22% de la société Nikanor Mining appartenait au Gertner Family Trust et 14% à Dan Gertler. En janvier 2008, Katanga Mining a acquis Nikanor pour 452 millions de dollars. En avril 2006, la DGI de Gertler a pris une participation importante dans DEM Mining, une société d’extraction et de services de cobalt-cuivre basée au Katanga. En juin 2006, Gertler a acheté Tremalt à l’homme d’affaires zimbabwéen John Bredenkamp pour environ 60 millions de dollars. Tremalt détenait une demi-part de la mine Mukondo. En 2007, Tremalt appartenait à Prairie International Ltd, dont la fiducie familiale de Dan Gertler était un actionnaire important. Tremalt détenait 80% de Savannah Mining, qui détenait les concessions C17 et C18 dans la province du Katanga et 50% du projet Mukondo. Les 50% restants de Mukondo étaient détenus par Boss Mining, qui à son tour était détenue à 80% par la Central African Mining & Exploration Company (CAMEC). Boss Mining avait loué et exploité la moitié de Mukondo à Bredenkamp. Gertler a mis fin à cet arrangement. Katanga Mining Limited, une entreprise suisse, possède l’usine métallurgique de Luilu, qui a une capacité de 175 000 tonnes de cuivre et 8 000 tonnes de cobalt par an, ce qui en fait la plus grande raffinerie de cobalt au monde. Après un important programme de réhabilitation, la société a repris ses activités de production de cuivre en décembre 2007 et de cobalt en mai 2008. En avril 2013, des ONG anti-corruption ont révélé que les autorités fiscales congolaises n’avaient pas comptabilisé 88 millions de dollars du secteur minier, malgré une production en plein essor et des performances industrielles positives. Les fonds manquants datent de 2010 et les autorités fiscales auraient dû les verser à la banque centrale. Plus tard en 2013, l’Initiative pour la transparence des industries extractives a suspendu la candidature du pays à l’adhésion en raison de rapports, de suivi et d’audits indépendants insuffisants, mais en juillet 2013, le pays a amélioré ses pratiques comptables et de transparence au point où l’ITIE a donné au pays la qualité de membre à part entière. En février 2018, la société de gestion d’actifs mondiale AllianceBernstein a défini la RDC comme étant économiquement « l’Arabie saoudite de l’ère des véhicules électriques », en raison de ses ressources en cobalt, comme essentielle aux batteries lithium-ion qui conduisent les véhicules électriques.

Congo Kinshasa : La démographie

Statistiques démographiques selon la World Population Review en 2019. Une naissance toutes les 9 secondes Un décès toutes les 40 secondes Un migrant net toutes les 28 minutes Gain net d’une personne toutes les 12 secondes Les statistiques démographiques suivantes sont extraites du CIA World Factbook. Population 85.281.024 (juillet 2018 est.) 81,34 millions Remarque: les estimations pour ce pays prennent explicitement en compte les effets de la surmortalité due au SIDA; cela peut entraîner une espérance de vie plus faible, des taux de mortalité et de mortalité infantiles plus élevés, des taux de population et de croissance plus faibles et des changements dans la répartition de la population par âge et par sexe que ce à quoi on s’attendrait autrement (juillet 2017 est.) Pyramide des ages 0-14 ans: 41,25% (hommes 17.735.697 / femmes 17.446.866) 15-24 ans: 21,46% (hommes 9,184,871 / femmes 9,117,462) 25-54 ans: 30,96% (hommes 13.176.714 / femmes 13.225.429) 55-64 ans: 3,63% (homme 1472758 / femme 1625637) 65 ans et plus: 2,69% (hommes 974293 / femmes 1321297) (2018 est.) Âge moyen total: 18,8 ans. Comparaison des pays au monde: 206e homme: 18,6 ans femme: 19 ans (2018 est.) Taux de natalité 32,8 naissances / 1000 habitants (est.2018) Comparaison des pays au monde: 29e 33,5 naissances / 1000 habitants (2017 est.) Taux de mortalité 9,4 décès / 1000 habitants (est.2018) Comparaison des pays au monde: 50e 9,6 décès / 1000 habitants (2017 est.) Taux de fécondité total 4,54 enfants nés / femme (2018 est.) Comparaison des pays au monde: 25e Taux de croissance de la population 2,33% (2018 est.) Comparaison des pays au monde: 31e 2,42% (2016) Âge moyen de la mère à la première naissance 19,9 ans (2013/14 est.) note: âge médian à la première naissance chez les femmes de 25 à 29 ans.

Congo Kinshasa : L’éducation

En 2014, le taux d’alphabétisation de la population âgée de 15 à 49 ans était estimé à 75,9% (88,1% d’hommes et 63,8% de femmes) selon une enquête nationale du DHS. Le système éducatif en République démocratique du Congo est régi par trois ministères : le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (MEPSP), le ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire (MESU) et le ministère des Affaires sociales (MAS). L’enseignement primaire en République démocratique du Congo n’est ni gratuit ni obligatoire, même si la Constitution congolaise le prévoit (article 43 de la Constitution congolaise de 2005). À la suite de la guerre civile qui a duré six ans à la fin des années 90, au début des années 2000, plus de 5,2 millions d’enfants dans le pays n’ont reçu aucune éducation. Depuis la fin de la guerre civile, la situation s’est considérablement améliorée, le nombre d’enfants inscrits dans les écoles primaires passant de 5,5 millions en 2002 à 13,8 millions en 2015 et le nombre d’enfants inscrits dans les écoles secondaires passant de 2,8 millions en 2007 à 4,6 millions en 2015 selon l’UNESCO. La fréquentation scolaire réelle s’est également considérablement améliorée ces dernières années, la fréquentation nette de l’école primaire étant estimée à 82,4% en 2014 (82,4% des enfants de 6 à 11 ans fréquentaient l’école; 83,4% pour les garçons, 80,6% pour les filles).

Les langues

Le français est la langue officielle de la République démocratique du Congo. Elle est culturellement acceptée comme la lingua franca facilitant la communication entre les nombreux groupes ethniques différents du Congo. Selon un rapport de l’OIF de 2014, 33 millions de Congolais (47% de la population) pouvaient lire et écrire en français. Dans la capitale Kinshasa, 67% de la population savait lire et écrire le français et 68,5% pouvait le parler et le comprendre. Environ 242 langues sont parlées dans le pays, mais seulement quatre ont le statut de langues nationales: le kituba (« Kikongo ya leta »), le lingala, le tshiluba et le swahili. Bien que certaines personnes parlent ces langues régionales ou commerciales comme premières langues, la plupart de la population les parle comme une deuxième langue après leur propre langue tribale. Le lingala était la langue officielle de l’armée coloniale, la « Force Publique », sous la domination coloniale belge, et reste à ce jour la langue prédominante dans les forces armées. Depuis les récentes rébellions, une bonne partie de l’armée à l’Est utilise également le swahili où il est répandu. Lorsque le pays était une colonie belge, les colonisateurs belges ont institué l’enseignement et l’utilisation des quatre langues nationales dans les écoles primaires, ce qui en fait l’un des rares pays africains à avoir eu l’alphabétisation dans les langues locales pendant la période coloniale européenne. Cette tendance s’est inversée après l’indépendance, lorsque le français est devenu la seule langue d’enseignement à tous les niveaux. Depuis 1975, les quatre langues nationales ont été réintroduites dans les deux premières années de l’enseignement primaire, le français devenant la seule langue d’enseignement à partir de la troisième année, mais dans la pratique, de nombreuses écoles primaires des zones urbaines utilisent uniquement le français dès la première année à partir de l’école.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés