Afrique
22 octobre 2021

75 ans de la NBA: NBA Africa rendra hommage à Hakeem Olajuwon, Dikembe Mutombo et Manute Bol

Johannesburg (© 2021 Afriquinfos)– NBA Africa va participer à la célébration de la 75ème Saison de la NBA. Ce sera […]

21 octobre 2021 Afrique

La Franco-Togolaise Mathilde Petitjean à la conquête de la Commission des athlètes du CIO

Lomé (© 2021 Afriquinfos)- La Franco-togolaise Mathilde Petitjean, «première femme d’Afrique de l’Ouest et la première athlète du Togo à […]

Lire la suite »
20 octobre 2021 Afrique

Le changement climatique accélère l’insécurité alimentaire et la pauvreté en Afrique, selon l’OMM

Genève (© 2021 Afriquinfos)– L’évolution du régime des précipitations, la hausse des températures et l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes ont […]

Lire la suite »
19 octobre 2021 Afrique

Kanizat Ibrahim de la CAF décrit les grands contours de la Ligue féminine des Champions 2021 en Afrique

Le Caire (© 2021 Afriquinfos)– La Confédération Africaine de football (CAF) écrira à compter du 5 novembre prochain, une page […]

Lire la suite »
15 octobre 2021 Afrique

Ce que va changer le vaccin Mosquirix dans la lutte contre le paludisme en Afrique

Genève (© 2021 Afriquinfos) – Les enfants d’une grande partie de l’Afrique vont être vaccinés contre le paludisme, un moment […]

Lire la suite »
13 octobre 2021 Afrique

Le lauréat de la fiction la plus importante de la littérature africaine et afrodescendante connu en décembre prochain

Genève (© 2021 Afriquinfos)– Le Lauréat du prestigieux «Prix Les Afriques» sera connu en décembre prochain. Les finalistes de l’édition […]

Lire la suite »
Afrique

Recep Tayyip Erdogan en tournée officielle en Afrique

Ankara c’est ça chef (© 2021 Afriquinfos)- Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, sera en tournée sur le continent dès […]

Lire la suite »
12 octobre 2021 Afrique

Qualifs du Mondial 2022 : La Centrafrique stoppée dans son élan, la Tanzanie se repositionne 

Douala (© 2021 Afriquinfos)– La 4ème journée des éliminatoires Coupe du Monde Zone Afrique s’est poursuivie le week-end écoulé avec […]

Lire la suite »
7 octobre 2021 Afrique

Afrique: Un vaccin pour réduire aux deux tiers les 400 mille décès par an dus au paludisme

Genève (© 2021 Afriquinfos)- ‘’RTS, S’’ : c’est le nom du vaccin antipaludique que vient de recommander l’Organisation mondiale de la […]

Lire la suite »
Afrique

La Commission théologique de l’Eglise catholique a enfin une Commissaire africaine

Rome (© 2021 Afriquinfos) – Parmi les nouveaux membres de la Commission théologique internationale nommés le 29 septembre 2021, figure […]

Lire la suite »
5 octobre 2021 Afrique

Pandora Papers : Le Nigeria, l’Angola et plusieurs pays producteurs de pétrole cités 

Abuja (© 2021 Afriquinfos)– Il faut désormais s’attendre chaque année à de fracassantes révélations sur les évasions fiscales à l’échelle […]

Lire la suite »
1 octobre 2021 Afrique

Wadi Degla vs AS Mandé pour donner le coup d’envoi de la Ligue des Champions féminine CAF 2021

Le Caire (© 2021 Afriquinfos)- C’est un pan de l’histoire du football africain qui s’écrit. Le tirage au sort de […]

Lire la suite »
Afrique

Ethiopian Airlines domine le classement ‘Skytrax 2021’ des meilleures compagnies africaines

Addis-Abeba (© 2021 Afriquinfos)- Malgré les deux derniers exercices 2020 et 2021 assez difficiles pour l’industrie aéroportuaire, le Classement Skytrax […]

Lire la suite »
29 septembre 2021 Afrique

76è AG de l’ONU: Tshisekedi réaffirme le besoin pour l’Afrique de disposer de deux sièges permanents et de deux autres non-permanents

New-York(© 2021 Afriquinfos)– Au nom de ses pairs de l’Union Africaine (UA) et en sa qualité de Président en exercice […]

Lire la suite »
27 septembre 2021 Afrique de l'Ouest

Placer le mandat de la Force du G5 Sahel sous le chapitre VII des Nations Unies, profession de foi de Roch Kabore

New York (© 2021 Afriquinfos)- Le terrorisme demeure un grand défi pour les pays du Sahel d’après le président burkinabè […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Tchad: Parlement de transition enfin en place avec 93 membres « désignés » issus de « 12 composantes »

Le chef de la junte militaire au Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a « désigné » vendredi 24 septembre 93 députés d’un […]

Lire la suite »
25 septembre 2021 Afrique de l'Ouest

Sahel: La mort de l’émérite caporal-chef Maxime Blasco porte à 52 le nombre de soldats français tués au combat depuis 2013

Un soldat français a été tué au combat au Mali vendredi, alors que la France a entamé le désengagement partiel […]

Lire la suite »
24 septembre 2021 Afrique

Foot : 13 nations africaines sur les 40 engagées en éliminatoires du Mondial 2022 obligées de délocaliser leurs matchs

Rabat (© 2021 Afriquinfos)– Plus que quelques jours, et les éliminatoires Coupe du Monde 2022 reprendront droit de cité en […]

Lire la suite »
21 septembre 2021 Afrique

Congrès attrayant des écrivains de langue française les 25 et 26 septembre prochains à Tunis

Tunis (© 2021 Afriquinfos)-La Cité de la Culture de Tunis accueille les 25 et 26 septembre prochain romanciers, essayistes, poètes […]

Lire la suite »
16 septembre 2021 Afrique

Les envois de fonds vers l’Afrique chiffrés à 41 milliards de dollars en 2021, selon un Rapport sur les migrations

Genève  (© 2021 Afriquinfos)– Avec une baisse de 5,4% cette année,  les envois de fonds vers les pays africains devraient passer […]

Lire la suite »
Afrique

Pamela Uba, première femme noire élue Miss Irlande

Dublin (© 2021 Afriquinfos) –Lancé depuis 1947, le concours de beauté national, Miss Irelande vient de couronner Pamela Uba, Miss […]

Lire la suite »
15 septembre 2021 Afrique

Les USA décidés à garder grandement ouverts les yeux au Sahel

Washington (© 2021 Afriquinfos)– Bien que les Etats-Unis aient depuis 2019, considérablement diminués leurs effectifs positionnés dans le Sahel, il […]

Lire la suite »
10 septembre 2021 Afrique

Une idée de l’impact de la Covid-19 sur le commerce de bois tropicaux en Afrique 

Yaoundé (© 2021 Afriquinfos) – Depuis un peu d’un an et la survenance de la Covid-19, tout bilan économique et […]

Lire la suite »
9 septembre 2021 Afrique

Phase 2 des Éliminatoires du Mondial 2022 en Afrique : Les cadors du continent tiennent leur rang 

Yaoundé (© 2021 Afriquinfos) – Après deux journées des éliminatoires Coupe du Monde, certaines sélections peuvent se targuer d’un bilan […]

Lire la suite »
7 septembre 2021 Afrique

Congrès mondial de la Nature 2021 : La protection de la biodiversité en Afrique aussi au cœur des préoccupations  

Marseille (© 2021 Afriquinfos) –La ville française de Marseille abrite depuis le 3 septembre dernier et ce jusqu’au 11 septembre, […]

Lire la suite »
6 septembre 2021 Afrique

Covid-19: Les ministres africains du Tourisme unanimes autour de l’apartheid vaccinal envers l’Afrique

L’île de Sal (© 2021 Afriquinfos)- Se pencher sur la question des vaccins COVID-19 : c’était le principal ordre du jour […]

Lire la suite »
Afrique

Éliminatoires du Mondial 2022 : la 2è phase des matchs s’annonce très serrée

Abidjan (© 2021 Afriquinfos) – Démarrées le 1er septembre dernier les éliminatoires Coupe du Monde Zone Afrique reprennent ce lundi […]

Lire la suite »
2 septembre 2021 Sahel

Multiples menaces terroristes: Le G5 Sahel insiste sur le changement de la stratégie régionale de lutte

Niamey (© 2021 Afriquinfos)-Il faut un changement de stratégie de lutte anti-terroriste dans la région du Sahel. C’est l’objet principal […]

Lire la suite »
31 août 2021 Afrique

Paris via le mécanisme COVAX va livrer 10 millions de vaccins à l’Afrique durant les trois prochains mois

Paris (© 2021 Afriquinfos) – Les initiatives pour permettre à l’Afrique de rattraper son retard vaccinal se multiplient. Paris a […]

Lire la suite »
30 août 2021 Afrique

La China-Africa Business Council fait le point des investissements chinois en Afrique depuis 20 ans

Pékin (© 2021 Afriquinfos) – L’international Dans un rapport élaboré et publié le jeudi 27 août dernier par la China-Africa […]

Lire la suite »
Afrique

L’Afrique royalement aphone autour des tourments de la première République noire du monde, Haïti

Port-au-Prince (© 2021 Afriquinfos) – Haïti vit l’une des pires crises humanitaires de son histoire suite à un énième séisme […]

Lire la suite »
27 août 2021 Afrique

Paludisme en Afrique: Réduction de 70% des cas graves de la maladie chez les enfants grâce à une nouvelle étude

Une nouvelle approche utilisant des remèdes déjà existants contre le paludisme a montré pouvoir réduire de 70% le nombre de […]

Lire la suite »
26 août 2021 Afrique

La CAF s’invite dans la mesure qui risque de priver des sélections africaines de leur stars de Premier League

Le Caire (© 2021 Afriquinfos)– La Confédération africaine de football (CAF) a interpellé le gouvernement britannique sur la décision de […]

Lire la suite »
25 août 2021 Afrique

Éliminatoires du Mondial 2022 : Mané pourra rejoindre sa sélection mais pas Salah

Londres (© 2021 Afriquinfos) – Après plusieurs reports, début septembre, à la faveur de la trêve internationale, les sélections africaines […]

Lire la suite »
23 août 2021 Afrique

Haro onusien sur l’expansion de l’Etat islamique en Afrique

New York (© 2021 Afriquinfos) – Contrôler l’expansion de l’Etat islamique sur le continent à travers une action globale, tel […]

Lire la suite »
20 août 2021 Afrique

Mondiaux U20 d’athlétisme : L’Afrique déroule !

Nairobi (© 2021 Afriquinfos) – Visiblement l’air de Nairobi réussit aux athlètes africains. Alors que les Mondiaux d’Athlétisme des moins de […]

Lire la suite »
Afrique

CAN 2021 : Les Comores et la Gambie, novices, logés à différentes enseignes 

Yaoundé (© 2021 Afriquinfos) – Le tirage au sort de la CAN 2021 a été effectué le mardi dernier et […]

Lire la suite »
19 août 2021 Afrique

CAN 2021 : Des légendes du football africain et coachs réagissent au tirage au sort

Yaoundé (© 2021 Afriquinfos) – Les dés sont désormais jetés. La CAF a procédé ce mardi 17 août au tirage […]

Lire la suite »
17 août 2021 Afrique

Reprise de la Premier League : Les Africains déjà d’attaque 

Londres (© 2021 Afriquinfos) – C’est reparti pour les grands championnats européens. En Premier League anglaise démarrée ce week-end, on […]

Lire la suite »
13 août 2021 Afrique

Pouls du classement FIFA du mois d’août 2021

Dakar (© 2021 Afriquinfos) – La Fédération internationale de football association (FIFA) a dévoilé ce jeudi 12 août, son traditionnel […]

Lire la suite »
12 août 2021 Afrique

Foot européen : Des Africains continuent d’animer le marché des transferts

Alger (© 2021 Afriquinfos) – Alors que la planète football était totalement focalisée sur le transfert de l’Argentin Lionel Messi […]

Lire la suite »
11 août 2021 Afrique

Après Eto’o, Yaya Touré, Hakimi et Gueye prochains coéquipiers africains de Lionel Messi 

Paris (© 2021 Afriquinfos) – C’était encore impensable il y a quelques semaines. C’est pourtant bien fini entre Lionel Messi […]

Lire la suite »
Afrique

Accréditation de l’Etat hébreu à l’UA : Moussa Mahamat calme la colère de certaines puissances africaines

Addis-Abeba (© 2021 Afriquinfos) –La polémique enfle au sein de l’Union Africaine (UA) depuis l’obtention par l’Etat d’Israël de Statut […]

Lire la suite »
10 août 2021 Afrique

Kanye West lance son nouvel opus en Afrique, une mode grandissante chez les stars américaines

Lagos (© 2021 Afriquinfos) – Ces dernières années, les collaborations entre artistes africains et les superstars américaines se sont multipliées. […]

Lire la suite »
Afrique

Le patron de l’olympisme africain note la participation de l’Afrique aux JO Tokyo 2020 

Tokyo (© 2021 Afriquinfos) – Les rideaux sont tombés dimanche sur l’édition nippone des Jeux Olympiques. C’est déjà l’heure du […]

Lire la suite »
6 août 2021 Afrique

Place de l’Afrique dans le ‘Skytrax 2021 World Airport Awards

Le Cap (© 2021 Afriquinfos) – L’industrie du Transport aérien connait l’une des pires périodes de son existence depuis la […]

Lire la suite »
2 août 2021 Afrique

JO 2020 : La Côte d’Ivoire et l’Egypte quittent lamentablement le tournoi de foot au stade des quarts 

Tokyo (© 2021 Afriquinfos) – Alors qu’elle abordait les quarts de finale avec optimisme avec deux qualifiés sur trois pour […]

Lire la suite »
Afrique

Le Patrimoine mondial de l’Unesco s’est enrichi en juillet de nouveaux sites africains

Pékin (© 2021 Afriquinfos)- Sur 33 nouveaux sites (28 sites culturels et 5 sites naturels), deux nouveaux sites africains ont […]

Lire la suite »
30 juillet 2021 Afrique

Football : Le tirage au sort de la CAN 2021 finalement fixé au 17 août

 Yaoundé (© 2021 Afriquinfos) – Entre rumeurs de relocalisation de la compétition et démentis de la CAF et après de […]

Lire la suite »
Afrique

JO Tokyo 2020 & anti-dopage : 14 athlètes africains dont 10 du Nigeria bannis des Jeux

Tokyo (© 2021 Afriquinfos) – Déjà mal embarquée dans ces JO de Tokyo avec très peu de médailles glanées, l’Afrique […]

Lire la suite »
1 2 3 71

L’Afrique est le deuxième plus grand et le deuxième continent le plus peuplé du monde, après l’Asie. À environ 30,3 millions de km2 (11,7 millions de miles carrés), y compris les îles adjacentes, il couvre 6% de la superficie totale de la Terre et 20% de sa superficie. Avec 1,3 milliard de personnes en 2018, elle représente environ 16% de la population humaine mondiale. La population moyenne de l’Afrique est la plus jeune de tous les continents, l’âge médian en 2012 était de 19,7 ans, alors que l’âge médian mondial était de 30,4 ans. Malgré un large éventail de ressources naturelles, le continent est le moins riche par habitant en grande partie en raison des séquelles de la colonisation européenne en Afrique. Malgré cette faible concentration de richesse, l’expansion économique récente et la population jeune et nombreuse font de l’Afrique un marché économique important dans le contexte mondial plus large.

Le continent est entouré par la mer Méditerranée au nord, l’isthme de Suez et la mer Rouge au nord-est, l’océan Indien au sud-est et l’océan Atlantique à l’ouest. Le continent comprend Madagascar et divers archipels. Il contient 54 États souverains (pays) pleinement reconnus, huit territoires et deux États indépendants de fait avec une reconnaissance limitée ou inexistante. L’Algérie est le plus grand pays d’Afrique par zone, et le Nigeria est le plus grand par sa population. Les nations africaines coopèrent par la création de l’Union africaine, dont le siège est à Addis-Abeba.

L’Afrique est à cheval sur l’équateur et englobe de nombreuses zones climatiques ; c’est le seul continent à s’étendre des zones tempérées du nord aux zones tempérées du sud. La majorité du continent et de ses pays se trouvent dans l’hémisphère Nord, avec une partie et un nombre substantiels de pays dans l’hémisphère Sud. L’Afrique abrite une grande biodiversité ; c’est le continent avec le plus grand nombre d’espèces de mégafaune, car il a été le moins affecté par l’extinction de la mégafaune du Pléistocène. Cependant, l’Afrique est également fortement affectée par un large éventail de problèmes environnementaux, notamment la désertification, la déforestation, la pénurie d’eau et d’autres problèmes. Ces préoccupations environnementales bien ancrées devraient s’aggraver à mesure que le changement climatique affecte l’Afrique. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies a identifié l’Afrique comme le continent le plus vulnérable au changement climatique. 

L’Afrique, en particulier l’Afrique centrale et orientale, est largement acceptée comme lieu d’origine des humains et du clade des Hominidae (grands singes), ce qui signifie que l’Afrique a une histoire longue et complexe. Les premiers hominidés et leurs ancêtres remontent à environ 7 millions d’années, dont Sahelanthropus tchadensis, Australopithecus africanus, A. afarensis, Homo erectus, H. habilis et H. ergaster – les premiers Homo sapiens (humains modernes), trouvés en Éthiopie , date d’il y a environ 200 000 ans. Les premières civilisations humaines, comme l’Égypte ancienne et la Phénicie, ont émergé en Afrique du Nord. Après une histoire longue et complexe des civilisations, des migrations et du commerce, l’Afrique abrite une grande diversité d’ethnies, de cultures et de langues. Les 400 dernières années ont vu une influence européenne croissante sur le continent. À partir du XVIe siècle, cela a été stimulé par le commerce, y compris la traite transatlantique des esclaves, qui a créé d’importantes populations de la diaspora africaine dans les Amériques. À la fin du 19e siècle, les pays européens ont colonisé la quasi-totalité de l’Afrique, extrayant des ressources du continent et exploitant les communautés locales ; la plupart des États africains actuels sont sortis d’un processus de décolonisation au XXe siècle.

Afrique : Étymologie

Afri était un nom latin utilisé pour désigner les habitants de l’Afrique du Nord alors connue à l’ouest du Nil et, dans son sens le plus large, faisait référence à toutes les terres au sud de la Méditerranée (Libye antique). Ce nom semble avoir fait référence à l’origine à une tribu libyenne indigène, ancêtre des Berbères modernes; voir Terence pour discussion. Le nom était généralement lié au mot phénicien ʿafar signifiant « poussière », mais une hypothèse de 1981 a affirmé qu’il dérive du mot berbère ifri (pluriel ifran) signifiant « grotte », en référence aux habitants des grottes. Le même mot peut être trouvé dans le nom des Banu Ifran d’Algérie et de Tripolitaine, une tribu berbère originaire de Yafran (également connue sous le nom d’Ifrane) dans le nord-ouest de la Libye. 

Sous la domination romaine, Carthage est devenue la capitale de la province qu’elle a ensuite nommée Africa Proconsularis, après sa défaite des Carthaginois lors de la troisième guerre punique en 146 avant JC, qui comprenait également la partie côtière de la Libye moderne. Le suffixe latin -ica peut parfois être utilisé pour désigner une terre (par exemple, en Celtica de Celtae, tel qu’utilisé par Jules César). La dernière région musulmane d’Ifriqiya, après sa conquête de l’Exarchatus Africae de l’empire byzantin (romain oriental), a également conservé une forme du nom.

Selon les Romains, l’Afrique se trouvait à l’ouest de l’Égypte, tandis que « l’Asie » était utilisée pour désigner l’Anatolie et les terres à l’est. Une ligne définie a été tracée entre les deux continents par le géographe Ptolémée (85-165 après JC), indiquant Alexandrie le long du premier méridien et faisant de l’isthme de Suez et de la mer Rouge la frontière entre l’Asie et l’Afrique. Au fur et à mesure que les Européens comprenaient l’étendue réelle du continent, l’idée de « l’Afrique » s’est élargie avec leurs connaissances.

D’autres hypothèses étymologiques ont été postulées pour l’ancien nom « Afrique » :

  • L’historien juif du 1er siècle Flavius ​​Josephus (Ant. 1.15) a affirmé qu’il a été nommé pour Epher, petit-fils d’Abraham selon Gen.25: 4, dont les descendants, selon lui, avaient envahi la Libye.

  • Isidore de Séville dans son Etymologiae XIV.5.2 du VIIe siècle. suggère que « l’Afrique vient du latin aprica, ce qui signifie » ensoleillé « .

  • Massey, en 1881, a déclaré que l’Afrique est dérivée de l’af-rui-ka égyptien, ce qui signifie «se tourner vers l’ouverture du Ka». Le Ka est le double énergétique de chaque personne et « l’ouverture du Ka » se réfère à un utérus ou lieu de naissance. L’Afrique serait, pour les Égyptiens, «le lieu de naissance» .

  • Michèle Fruyt a proposé en 1976 de relier le mot latin à l’afrique « vent du sud », qui serait d’origine ombrienne et signifiait à l’origine « vent pluvieux ».

  • Robert R. Stieglitz de l’Université Rutgers en 1984 a proposé : « Le nom Afrique, dérivé du latin * Aphir-ic-a, est apparenté à l’hébreu Ophir. »

  • Ibn Khallikan et certains autres historiens affirment que le nom de l’Afrique vient d’un roi himyarite appelé Afrikin ibn Kais ibn Saifi également appelé « Afrikus fils d’Abrahah » qui a soumis Ifriqiya.

Afrique : Histoire

Préhistoire

L’Afrique est considérée par la plupart des paléoanthropologues comme le plus ancien territoire habité de la Terre, l’espèce humaine étant originaire du continent. Au milieu du 20e siècle, les anthropologues ont découvert de nombreux fossiles et des preuves d’occupation humaine il y a peut-être 7 millions d’années (BP = avant aujourd’hui). Des restes fossiles de plusieurs espèces de premiers humains ressemblant à des singes qui auraient évolué vers l’homme moderne, comme Australopithecus afarensis (daté par radiométrie à environ 3,9-3,0 millions d’années BP, Paranthropus boisei (environ 2,3-1,4 millions d’années BP) et Homo ergaster (environ 1,9 million à 600 000 ans BP) ont été découverts. 

Après l’évolution de l’Homo sapiens, environ 350 000 à 260 000 ans BP en Afrique. Le continent était principalement peuplé de groupes de chasseurs-cueilleurs. Ces premiers humains modernes ont quitté l’Afrique et peuplé le reste du globe pendant la migration hors d’Afrique II datée d’environ 50 000 ans BP, quittant le continent soit à travers Bab-el-Mandeb au-dessus de la mer Rouge, le détroit de Gibraltar au Maroc ou de l’isthme de Suez en Égypte.

D’autres migrations d’humains modernes à l’intérieur du continent africain ont été datées de cette époque, avec des preuves d’un établissement humain précoce trouvé en Afrique australe, en Afrique du Sud-Est, en Afrique du Nord et au Sahara.

La taille du Sahara a toujours été extrêmement variable, sa superficie fluctuant rapidement et disparaissant parfois en fonction des conditions climatiques mondiales. À la fin de la période glaciaire, estimée à environ 10 500 avant JC, le Sahara était redevenu une vallée verte et fertile, et ses populations africaines sont revenues des hauts plateaux intérieurs et côtiers de l’Afrique subsaharienne, avec des peintures d’art rupestre représentant une fertile Sahara et grandes populations découvertes au Tassili n’Ajjer datant peut-être de 10 millénaires. Cependant, le climat de réchauffement et de séchage signifiait qu’en 5000 avant JC, la région du Sahara devenait de plus en plus sèche et hostile. Vers 3500 avant JC, en raison d’une inclinaison de l’orbite terrestre, le Sahara a connu une période de désertification rapide. La population a quitté la région du Sahara pour se diriger vers la vallée du Nil, en aval de la deuxième cataracte, où elle a établi des colonies permanentes ou semi-permanentes. Une récession climatique majeure s’est produite, atténuant les pluies abondantes et persistantes en Afrique centrale et orientale. Depuis ce temps, des conditions sèches ont prévalu en Afrique de l’Est et, de plus en plus au cours des 200 dernières années, en Éthiopie.

La domestication du bétail en Afrique a précédé l’agriculture et semble avoir existé aux côtés des cultures de chasseurs-cueilleurs. On suppose que vers 6000 avant JC, le bétail était domestiqué en Afrique du Nord. Dans le complexe Sahara-Nil, les gens ont domestiqué de nombreux animaux, dont l’âne et une petite chèvre à cornes à vis qui étaient communs de l’Algérie à la Nubie.

Vers 4000 avant JC, le climat saharien a commencé à devenir plus sec à un rythme extrêmement rapide. Ce changement climatique a provoqué un rétrécissement significatif des lacs et des rivières et une augmentation de la désertification. Ceci, à son tour, a diminué la quantité de terres propices aux implantations et a contribué à provoquer des migrations des communautés agricoles vers le climat plus tropical de l’Afrique de l’Ouest.

Au premier millénaire avant JC, la ferronnerie avait été introduite en Afrique du Nord et à cette époque s’est également établie dans certaines parties de l’Afrique subsaharienne soit par invention indépendante, soit par diffusion à partir du nord et en 500 avant JC, la métallurgie a commencé à devenir monnaie courante en Afrique de l’Ouest. La ferronnerie a été entièrement établie par environ 500 avant JC dans de nombreuses régions de l’Afrique de l’Est et de l’Ouest, bien que d’autres régions n’aient commencé la ferronnerie qu’au début des siècles après JC. Des objets en cuivre provenant d’Égypte, d’Afrique du Nord, de Nubie et d’Éthiopie datant d’environ 500 avant JC ont été fouillés en Afrique de l’Ouest, suggérant que des réseaux commerciaux transsahariens avaient été établis à cette date.

Premières civilisations

Vers 3300 avant JC, le record historique s’ouvre en Afrique du Nord avec la montée de l’alphabétisation dans la civilisation pharaonique de l’Égypte ancienne. L’une des civilisations les plus anciennes et les plus durables du monde, l’État égyptien a continué, avec des niveaux variables d’influence sur d’autres régions, jusqu’en 343 avant JC. L’influence égyptienne a pénétré profondément la Libye et la Nubie modernes, et, selon Martin Bernal, aussi loin au nord que la Crète.

Un centre de civilisation indépendant avec des liens commerciaux avec la Phénicie a été établi par les Phéniciens de Tyr sur la côte nord-ouest de l’Afrique à Carthage. 

L’exploration européenne de l’Afrique a commencé avec les Grecs et les Romains antiques. En 332 avant JC, Alexandre le Grand a été accueilli comme un libérateur dans l’Égypte occupée par les Perses. Il a fondé Alexandrie en Égypte, qui deviendrait la capitale prospère de la dynastie ptolémaïque après sa mort. 

Après la conquête de la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord par l’Empire romain, la région a été intégrée économiquement et culturellement au système romain. La colonisation romaine s’est produite dans la Tunisie moderne et ailleurs le long de la côte. Le premier empereur romain originaire d’Afrique du Nord fut Septime Sévère, né à Leptis Magna dans l’actuelle Libye – sa mère était romaine italienne et son père punique.

Le christianisme s’est répandu à travers ces régions à une date précoce, de la Judée à l’Égypte et au-delà des frontières du monde romain en Nubie, au plus tard en 340 après JC, il était devenu la religion d’État de l’Empire aksoumite. Les missionnaires syro-grecs, arrivés par la mer Rouge, étaient responsables de ce développement théologique. 

Au début du 7ème siècle, le califat islamique arabe nouvellement formé s’est étendu en Égypte, puis en Afrique du Nord. En peu de temps, l’élite berbère locale avait été intégrée aux tribus arabes musulmanes. Lorsque la capitale omeyyade Damas est tombée au VIIIe siècle, le centre islamique de la Méditerranée s’est déplacé de la Syrie à Qayrawan en Afrique du Nord. L’Afrique du Nord islamique était devenue diversifiée et une plaque tournante pour les mystiques, les érudits, les juristes et les philosophes. Au cours de la période susmentionnée, l’islam s’est propagé à l’Afrique subsaharienne, principalement par le biais des routes commerciales et des migrations. 

En Afrique de l’Ouest, Dhar Tichitt et Oualata en Mauritanie actuelle figurent en bonne place parmi les premiers centres urbains, datés de 2000 ans av. Environ 500 colonies de pierre jonchent la région de l’ancienne savane du Sahara. Ses habitants ont pêché et cultivé du mil. Augustin Holl a découvert que les Soninké des Mandés étaient probablement responsables de la construction de ces colonies. Vers 300 avant JC, la région est devenue plus desséchée et les colonies ont commencé à décliner, se déplaçant très probablement à Koumbi Saleh. Les preuves architecturales et la comparaison des styles de poterie suggèrent que Dhar Tichitt était lié à l’empire du Ghana subséquent. Djenné-Djenno (dans l’actuel Mali) s’est installée vers 300 avant JC, et la ville a grandi pour abriter une population importante de l’âge du fer, comme en témoignent les cimetières surpeuplés. Les structures vivantes étaient faites de boue séchée au soleil. En 250 avant JC, Djenné-Djenno était devenue une grande ville de marché florissante. 

Plus au sud, au centre du Nigéria, vers 1000 avant JC, la culture Nok s’est développée sur le plateau de Jos. C’était une communauté très centralisée. Le peuple Nok a produit des représentations réalistes en terre cuite, y compris des têtes humaines et des figures humaines, des éléphants et d’autres animaux. En 500 avant JC, ils fondaient du fer. En 200 après JC, la culture Nok avait disparu. Basées sur des similitudes stylistiques avec les terres cuites de Nok, les figurines en bronze du royaume yoruba d’Ife et celles du royaume Bini du Bénin sont maintenant considérées comme des continuations des traditions de la culture Nok antérieure.

IXe au XVIIIe siècles

L’Afrique précoloniale possédait peut-être jusqu’à 10 000 États et institutions politiques différents caractérisés par de nombreux types différents d’organisation politique et de gouvernement. Il s’agissait notamment de petits groupes familiaux de chasseurs-cueilleurs tels que le peuple San d’Afrique australe ; des groupes plus grands et plus structurés tels que les groupes de clans familiaux des peuples bantous de l’Afrique centrale, australe et orientale ; des groupes de clans fortement structurés dans la Corne de l’Afrique ; les grands royaumes sahéliens ; et des cités-états et royaumes autonomes tels que ceux des Akan ; les peuples Edo, Yoruba et Igbo en Afrique de l’Ouest ; et les villes de commerce côtières swahili d’Afrique du Sud-Est.

Au neuvième siècle après JC, une chaîne d’États dynastiques, y compris les premiers États Hausa, s’étendait à travers la savane subsaharienne des régions occidentales au centre du Soudan. Les plus puissants de ces États étaient le Ghana, Gao et l’empire Kanem-Bornu. Le Ghana a décliné au XIe siècle, mais a été succédé par l’Empire du Mali qui a consolidé une grande partie de l’ouest du Soudan au XIIIe siècle. Le Kanem a accepté l’islam au XIe siècle.

Dans les régions boisées de la côte ouest-africaine, des royaumes indépendants se sont développés avec peu d’influence du nord musulman. Le Royaume de Nri a été créé autour du IXe siècle et a été l’un des premiers. Il est également l’un des plus anciens royaumes du Nigeria actuel et a été dirigé par les Eze Nri. Le royaume Nri est célèbre pour ses bronzes élaborés, trouvés dans la ville d’Igbo-Ukwu. Les bronzes datent d’aussi loin que le neuvième siècle.

Le Royaume d’Ife, historiquement le premier de ces cités ou royaumes yoruba, a établi le gouvernement sous un oba sacerdotal ( « roi  » ou « souverain  » en langue yoruba), appelé l’Ooni d’Ife. Ife a été noté comme un centre religieux et culturel majeur en Afrique de l’Ouest et pour sa tradition naturaliste unique de sculpture en bronze. Le modèle de gouvernement Ife a été adapté à l’Empire Oyo, où ses obas ou rois, appelés les Alaafins d’Oyo, contrôlaient autrefois un grand nombre d’autres cités et royaumes et royaumes yoruba et non yoruba ; le royaume Fon du Dahomey était l’un des domaines non yoruba sous contrôle Oyo.

Les Almoravides étaient une dynastie berbère du Sahara qui s’est étendue sur une large zone du nord-ouest de l’Afrique et de la péninsule ibérique au cours du XIe siècle. Les Banu Hilal et Banu Ma’qil étaient une collection de tribus bédouines arabes de la péninsule arabique qui ont migré vers l’ouest via l’Égypte entre le XIe et le XIIIe siècle. Leur migration a entraîné la fusion des Arabes et des Berbères, où les habitants étaient arabisés, et la culture arabe a absorbé des éléments de la culture locale, dans le cadre unificateur de l’islam.

Après l’éclatement du Mali, un dirigeant local nommé Sonni Ali (1464–1492) a fondé l’empire Songhaï dans la région du Niger moyen et du Soudan occidental et a pris le contrôle du commerce transsaharien. Sonni Ali s’empare de Tombouctou en 1468 et de Jenne en 1473, bâtissant son régime sur les revenus du commerce et la coopération des marchands musulmans. Son successeur Askia Mohammad I (1493-1528) a fait de l’islam la religion officielle, construit des mosquées et amené à des érudits musulmans de Gao, y compris al-Maghili (décédé en 1504), le fondateur d’une importante tradition d’érudition musulmane soudano-africaine. Au XIe siècle, certains États haoussa – comme Kano, jigawa, Katsina et Gobir – étaient devenus des villes fortifiées engagées dans le commerce, l’entretien des caravanes et la fabrication de marchandises. Jusqu’au XVe siècle, ces petits États étaient à la périphérie des principaux empires soudanais de l’époque, rendant hommage à Songhai à l’ouest et au Kanem-Borno à l’est.

Mansa Musa a gouverné l’Empire du Mali au 14ème siècle.

Hauteur de la traite négrière

L’esclavage était pratiqué depuis longtemps en Afrique. Entre le 7e et le 20e siècle, la traite des esclaves arabes (également connue sous le nom d ‘«esclavage à l’est») a emmené 18 millions d’esclaves d’Afrique par des voies transsahariennes et de l’océan Indien. Entre le XVe et le XIXe siècle, la traite négrière atlantique a emmené environ 7 à 12 millions d’esclaves dans le Nouveau Monde. En outre, plus d’un million d’Européens ont été capturés par des pirates barbaresques et vendus comme esclaves en Afrique du Nord entre le XVIe et le XIXe siècle.

En Afrique de l’Ouest, le déclin de la traite négrière atlantique dans les années 1820 a provoqué des changements économiques dramatiques dans les politiques locales. Le déclin progressif de la traite des esclaves, provoqué par le manque de demande d’esclaves dans le Nouveau Monde, l’augmentation de la législation anti-esclavagiste en Europe et en Amérique, et la présence croissante de la Marine royale britannique au large des côtes ouest-africaines, ont obligé les États africains à adopter de nouvelles économies. Entre 1808 et 1860, l’escadron britannique d’Afrique de l’Ouest a saisi environ 1 600 navires négriers et libéré 150 000 Africains à bord.

Des mesures ont également été prises contre les dirigeants africains qui ont refusé d’accepter les traités britanniques interdisant le commerce, par exemple contre « le roi usurpateur de Lagos », déposé en 1851. Des traités anti-esclavagistes ont été signés avec plus de 50 dirigeants africains. Les plus grandes puissances de l’Afrique de l’Ouest (la Confédération Asante, le Royaume du Dahomey et l’Empire Oyo) ont adopté différentes façons de s’adapter au changement. Asante et Dahomey se sont concentrés sur le développement d’un « commerce légitime » sous forme d’huile de palme, de cacao, de bois et d’or, formant le socle du commerce d’exportation moderne de l’Afrique de l’Ouest. L’empire Oyo, incapable de s’adapter, s’est effondré dans des guerres civiles. 

Le colonialisme et la « ruée vers l’Afrique »

La ruée vers l’Afrique, également appelée la partition de l’Afrique ou la conquête de l’Afrique, a été l’invasion, l’occupation, la division et la colonisation du territoire africain par les puissances européennes pendant une courte période connue des historiens sous le nom de nouvel impérialisme (entre 1881 et 1914) . En 1870, seulement 10% de l’Afrique était sous contrôle européen officiel ; en 1914, cela avait atteint près de 90% du continent, seuls l’Éthiopie (Abyssinie), l’État derviche (une partie de l’actuelle Somalie) et le Libéria restant indépendants. Les colonialistes européens avaient plusieurs motivations : le désir de ressources naturelles précieuses, la recherche de prestige national, la rivalité entre les puissances européennes et le zèle missionnaire religieux. La politique intérieure des autochtones africains a également joué un rôle.

La Conférence de Berlin de 1884, qui a réglementé la colonisation et le commerce européens en Afrique, est généralement désignée comme le point de départ de la ruée vers l’Afrique. Conséquence des rivalités politiques et économiques entre les empires européens au cours du dernier quart du XIXe siècle, la partition de l’Afrique était la façon dont les Européens évitaient de faire la guerre à son sujet. Les dernières années du XIXe siècle ont vu la transition de «l’impérialisme informel» – c’est-à-dire exercer une influence militaire et une domination économique – à la domination directe, provoquant l’impérialisme colonial. 

Luttes pour l’indépendance

La domination impériale par les Européens se poursuivra jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque presque tous les territoires coloniaux restants obtinrent progressivement l’indépendance officielle. Les mouvements d’indépendance en Afrique ont pris de l’ampleur après la Seconde Guerre mondiale, qui a affaibli les grandes puissances européennes. En 1951, la Libye, ancienne colonie italienne, a accédé à l’indépendance. En 1956, la Tunisie et le Maroc ont obtenu leur indépendance de la France. Le Ghana a emboîté le pas l’année suivante (mars 1957), devenant la première des colonies subsahariennes à obtenir son indépendance. La plupart du reste du continent est devenu indépendant au cours de la prochaine décennie.

La présence du Portugal à l’étranger en Afrique subsaharienne (notamment en Angola, au Cap-Vert, au Mozambique, en Guinée-Bissau et à São Tomé et Príncipe) a duré du XVIe siècle à 1975, après le renversement du régime Estado Novo lors d’un coup d’État militaire à Lisbonne. La Rhodésie a déclaré unilatéralement son indépendance du Royaume-Uni en 1965, sous le gouvernement de la minorité blanche d’Ian Smith, mais n’a été reconnue internationalement comme un État indépendant (comme le Zimbabwe) qu’en 1980, lorsque les nationalistes noirs ont pris le pouvoir après une amère guérilla. Bien que l’Afrique du Sud ait été l’un des premiers pays africains à obtenir son indépendance, l’État est resté sous le contrôle de la minorité blanche du pays à travers un système de ségrégation raciale connu sous le nom d’apartheid jusqu’en 1994.

Afrique post-coloniale

Aujourd’hui, l’Afrique compte 54 pays souverains, dont la plupart ont des frontières tracées à l’époque du colonialisme européen. Depuis le colonialisme, les États africains ont souvent été entravés par l’instabilité, la corruption, la violence et l’autoritarisme. La grande majorité des États africains sont des républiques qui fonctionnent sous une forme ou une autre de régime présidentiel. Cependant, peu d’entre eux ont pu maintenir des gouvernements démocratiques sur une base permanente, et beaucoup ont plutôt traversé une série de coups d’État, produisant des dictatures militaires.

Une grande instabilité est principalement le résultat de la marginalisation des groupes ethniques et de la greffe de ces dirigeants. À des fins politiques, de nombreux dirigeants ont attisé les conflits ethniques, dont certains avaient été exacerbés, voire créés, par la domination coloniale. Dans de nombreux pays, l’armée était perçue comme le seul groupe capable de maintenir efficacement l’ordre, et elle dirigeait de nombreuses nations en Afrique au cours des années 70 et au début des années 80. Entre le début des années 60 et la fin des années 80, l’Afrique a connu plus de 70 coups d’État et 13 assassinats présidentiels. Les différends frontaliers et territoriaux étaient également courants, les frontières imposées par de nombreuses nations imposées par l’Europe étant largement contestées dans le cadre de conflits armés.

Les conflits de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique, ainsi que les politiques du Fonds monétaire international, ont également joué un rôle dans l’instabilité. Lorsqu’un pays est devenu indépendant pour la première fois, il était souvent censé s’aligner sur l’une des deux superpuissances. De nombreux pays d’Afrique du Nord ont reçu une aide militaire soviétique, tandis que d’autres en Afrique centrale et australe ont été soutenus par les États-Unis, la France ou les deux. Les années 1970 ont vu une escalade des intrigues de la guerre froide, alors que l’Angola et le Mozambique nouvellement indépendants se sont alignés sur l’Union soviétique, et l’Afrique de l’Ouest et du Sud ont cherché à contenir l’influence soviétique en soutenant des régimes amis ou des mouvements d’insurrection. En Rhodésie, les guérillas de gauche soutenues par les Soviétiques et les Chinois du Front patriotique du Zimbabwe ont mené une guerre de guérilla brutale contre le gouvernement blanc du pays. Il y a eu une famine majeure en Éthiopie, lorsque des centaines de milliers de personnes ont été affamées. Certains ont affirmé que les politiques économiques marxistes avaient aggravé la situation. Le conflit militaire le plus dévastateur de l’Afrique moderne indépendante a été la Seconde Guerre du Congo ; ce conflit et ses suites ont tué environ 5,5 millions de personnes. Depuis 2003, un conflit en cours au Darfour est devenu une catastrophe humanitaire. Un autre événement tragique notable est le génocide rwandais de 1994 au cours duquel environ 800 000 personnes ont été assassinées. Le sida en Afrique post-coloniale a également été un problème répandu.

Au 21e siècle, cependant, le nombre de conflits armés en Afrique a régulièrement diminué. Par exemple, la guerre civile en Angola a pris fin en 2002 après près de 30 ans. Cela a coïncidé avec l’abandon par de nombreux pays d’économies dirigées de style communiste et l’ouverture aux réformes du marché. L’amélioration de la stabilité et des réformes économiques a entraîné une forte augmentation des investissements étrangers dans de nombreux pays africains, principalement en provenance de Chine, ce qui a stimulé une croissance économique rapide dans de nombreux pays, mettant ainsi fin à des décennies de stagnation et de déclin. Plusieurs économies africaines sont parmi les plus dynamiques au monde en 2016. Une part importante de cette croissance, parfois appelée Africa Rising, peut également être attribuée à la diffusion facilitée des technologies de l’information et en particulier du téléphone mobile. La migration des nations africaines a augmenté de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie. 

Afrique : Géologie et géographie

L’Afrique est la plus grande des trois grandes projections vers le sud de la plus grande masse terrestre de la Terre. Séparée de l’Europe par la mer Méditerranée, elle est reliée à l’Asie à son extrémité nord-est par l’isthme de Suez (traversé par le canal de Suez), d’une largeur de 163 km (101 mi). (Géopolitiquement, la péninsule égyptienne du Sinaï à l’est du canal de Suez est également souvent considérée comme faisant partie de l’Afrique.)

Le littoral est de 26 000 km (16 000 mi) de long, et l’absence d’indentations profondes du rivage est illustrée par le fait que l’Europe, qui ne couvre que 10 400 000 km2 (4 000 000 sq mi) – environ un tiers de la surface de l’Afrique – a une littoral de 32 000 km (20 000 mi). Du point le plus au nord, Ras ben Sakka en Tunisie (37 ° 21 ‘N), au point le plus au sud, le cap Agulhas en Afrique du Sud (34 ° 51’15 « S), est une distance d’environ 8 000 km (5 000 mi Le Cap-Vert, 17 ° 33’22 « O, le point le plus à l’ouest, est une distance d’environ 7 400 km (4 600 mi) jusqu’à Ras Hafun, 51 ° 27’52 » E, la projection la plus à l’est qui voisine le Cap. Guardafui, la pointe de la Corne de l’Afrique. 

Le plus grand pays d’Afrique est l’Algérie, et son plus petit pays est les Seychelles, un archipel au large de la côte est. La plus petite nation du continent continental est la Gambie.

Assiette africaine

La plaque africaine est une plaque tectonique majeure chevauchant l’équateur ainsi que le méridien principal. Il comprend une grande partie du continent africain, ainsi que la croûte océanique qui se trouve entre le continent et diverses crêtes océaniques environnantes. Il y a entre 60 millions d’années et 10 millions d’années, la plaque somalienne a commencé à se diviser de la plaque africaine le long du rift est-africain. Étant donné que le continent africain est constitué de croûtes provenant des plaques africaines et somaliennes, certaines publications parlent de la plaque africaine comme de la plaque nubienne pour la distinguer du continent dans son ensemble.

Géologiquement, l’Afrique comprend la péninsule arabique ; les monts Zagros d’Iran et le plateau anatolien de Turquie marquent l’endroit où la plaque africaine est entrée en collision avec l’Eurasie. Le royaume afrotropical et le désert saharo-arabe au nord unissent biogéographiquement la région, et la famille des langues afro-asiatiques unifie linguistiquement le nord.

Climat

Le climat de l’Afrique varie du tropical au subarctique sur ses plus hauts sommets. Sa moitié nord est principalement désertique ou aride, tandis que ses régions centrales et méridionales contiennent à la fois des plaines de savane et des régions de jungle dense (forêt tropicale). Entre les deux, il y a une convergence, où les modèles de végétation tels que le sahel et la steppe dominent. L’Afrique est le continent le plus chaud de la Terre et 60% de toute la surface terrestre est constituée de zones arides et de déserts. Le record de la température la plus élevée jamais enregistrée, en Libye en 1922 (58 ° C (136 ° F)), a été discrédité en 2013.

Faune

L’Afrique possède peut-être la plus grande combinaison au monde de densité et « gamme de liberté » des populations d’animaux sauvages et de la diversité, avec des populations sauvages de grands carnivores (comme les lions, les hyènes et les guépards) et des herbivores (comme les buffles, les éléphants, les chameaux et girafes) s’étendant librement sur des plaines non privées principalement ouvertes. Il abrite également une variété d’animaux de la «jungle», notamment des serpents et des primates et des espèces aquatiques telles que les crocodiles et les amphibiens. En outre, l’Afrique compte le plus grand nombre d’espèces de mégafaune, car elle a été la moins affectée par l’extinction de la mégafaune du Pléistocène.

Écologie et biodiversité

L’Afrique compte plus de 3 000 aires protégées, avec 198 aires marines protégées, 50 réserves de biosphère et 80 réserves de zones humides. La destruction importante de l’habitat, l’augmentation de la population humaine et le braconnage réduisent la diversité biologique et les terres arables de l’Afrique. L’empiètement humain, les troubles civils et l’introduction d’espèces non indigènes menacent la biodiversité en Afrique. Cette situation a été exacerbée par des problèmes administratifs, un personnel insuffisant et des problèmes de financement. 

La déforestation affecte l’Afrique deux fois plus que le monde, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Selon le Centre d’études africaines de l’Université de Pennsylvanie, 31% des pâturages africains et 19% de ses forêts et zones boisées sont classés comme dégradés, et l’Afrique perd plus de quatre millions d’hectares de forêts par an, soit le double du taux moyen de déforestation pour le reste du monde. Certaines sources affirment qu’environ 90% des forêts vierges d’origine en Afrique de l’Ouest ont été détruites. Plus de 90% des forêts d’origine de Madagascar ont été détruites depuis l’arrivée des humains il y a 2000 ans. Environ 65% des terres agricoles africaines souffrent de la dégradation des sols.

Afrique : Problèmes environnementaux

Les problèmes environnementaux africains sont causés par des effets anthropiques sur l’environnement naturel africain et ont des impacts majeurs sur les humains et presque toutes les formes de vie endémique. Les problèmes comprennent la désertification, les problèmes d’accès à un approvisionnement en eau salubre, l’explosion démographique et l’appauvrissement de la faune. Ces problèmes sont finalement liés à la surpopulation en Afrique, ainsi qu’à l’échelle mondiale. Presque tous les problèmes environnementaux de l’Afrique sont géographiquement variables et induits par l’homme, mais pas nécessairement par les Africains.

Changement climatique

Le changement climatique anthropique est déjà une réalité en Afrique, comme ailleurs dans le monde. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, l’Afrique est l’un des continents les plus vulnérables au changement climatique. La vulnérabilité de l’Afrique au changement climatique est due à une série de facteurs qui incluent une faible capacité d’adaptation, une forte dépendance des biens de l’écosystème pour les moyens de subsistance et des systèmes de production agricole moins développés. Les risques du changement climatique sur la production agricole, la sécurité alimentaire, les ressources en eau et les services écosystémiques auront probablement des conséquences de plus en plus graves sur la vie et les perspectives de développement durable en Afrique. La gestion de ce risque nécessite l’intégration de stratégies d’atténuation et d’adaptation dans la gestion des biens et services écosystémiques et des systèmes de production agricole en Afrique. 

Au cours des prochaines décennies, le réchauffement dû au changement climatique est attendu sur presque toute la surface de la terre, et les précipitations moyennes mondiales augmenteront. Les effets régionaux sur la pluviométrie sous les tropiques devraient être beaucoup plus variables dans l’espace et le signe de changement à un endroit donné est souvent moins certain, bien que des changements soient attendus. Conformément à cela, les températures de surface observées ont généralement augmenté en Afrique depuis la fin du 19e siècle jusqu’au début du 21e siècle d’environ 1 ° C, mais localement jusqu’à 3 ° C pour la température minimale au Sahel à la fin de la saison sèche. Les tendances des précipitations observées indiquent des écarts spatiaux et temporels comme prévu. Les changements de température et de précipitation observés varient selon les régions.

En termes d’efforts d’adaptation, les acteurs au niveau régional progressent. Cela comprend l’élaboration et l’adoption de plusieurs stratégies régionales d’adaptation au changement climatique, par exemple Document d’orientation de la SADC sur le changement climatique et la stratégie d’adaptation pour le secteur de l’eau. En outre, d’autres efforts ont été déployés pour améliorer l’adaptation au changement climatique, tels que le programme tripatite sur l’adaptation et l’atténuation du changement climatique en Afrique orientale et australe (COMESA-EAC-SADC).

En tant qu’organisation supranationale de 55 États membres, l’Union africaine a présenté 47 objectifs et actions correspondantes dans un projet de rapport de 2014 pour combattre et atténuer le changement climatique sur le continent. Le Secrétaire général des Nations Unies a également déclaré la nécessité d’une coopération étroite avec l’Union africaine afin de lutter contre le changement climatique, conformément aux objectifs de développement durable de l’ONU.

Afrique : Politique

L’Union Africaine

L’Union africaine (UA) est une fédération de 55 membres composée de tous les États africains. Le syndicat a été créé le 26 juin 2001 à Addis-Abeba (Éthiopie) pour siège. Le syndicat a été officiellement créé le 9 juillet 2002 en tant que successeur de l’Organisation de l’unité africaine (OUA). En juillet 2004, le Parlement panafricain de l’Union africaine (PAP) a été transféré à Midrand, en Afrique du Sud, mais la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples est restée à Addis-Abeba. Une politique est en vigueur pour décentraliser les institutions de la Fédération Africaine afin qu’elles soient partagées par tous les Etats.

L’Union africaine, à ne pas confondre avec la Commission de l’UA, est constituée par l’Acte constitutif de l’Union africaine, qui vise à transformer la Communauté économique africaine, un Commonwealth fédéré, en un État en vertu des conventions internationales établies. L’Union africaine a un gouvernement parlementaire, connu sous le nom de gouvernement de l’Union africaine, composé d’organes législatifs, judiciaires et exécutifs. Il est dirigé par le président de l’Union africaine et chef de l’État, qui est également président du Parlement panafricain. Une personne devient Présidente de l’UA en étant élue au PAP, puis en obtenant un soutien majoritaire au sein du PAP. Les pouvoirs et l’autorité du Président du Parlement africain découlent de l’Acte constitutif et du Protocole du Parlement panafricain, ainsi que de l’héritage de l’autorité présidentielle prévu par les traités africains et par les traités internationaux, y compris ceux subordonnés au Secrétaire Général de la Secrétariat de l’OUA (Commission de l’UA) au PAP. Le gouvernement de l’UA est composé de toutes les autorités syndicales (fédérales), régionales, étatiques et municipales, ainsi que de centaines d’institutions, qui gèrent ensemble les affaires quotidiennes de l’institution.

Les associations politiques telles que l’Union africaine offrent l’espoir d’une plus grande coopération et paix entre les nombreux pays du continent. De nombreuses violations des droits de l’homme se produisent encore dans plusieurs parties de l’Afrique, souvent sous la surveillance de l’État. La plupart de ces violations se produisent pour des raisons politiques, souvent comme effet secondaire de la guerre civile. Les pays où des violations graves des droits de l’homme ont été signalées ces derniers temps sont la République démocratique du Congo, la Sierra Leone, le Libéria, le Soudan, le Zimbabwe et la Côte d’Ivoire.

Économie

Bien qu’elle dispose de ressources naturelles abondantes, l’Afrique reste le continent le plus pauvre et le moins développé du monde, résultat de diverses causes qui peuvent inclure des gouvernements corrompus qui ont souvent commis de graves violations des droits de l’homme, une planification centrale défaillante, des niveaux élevés d’analphabétisme, un manque de l’accès aux capitaux étrangers et les fréquents conflits tribaux et militaires (allant de la guérilla au génocide). Son PIB nominal total reste inférieur à celui des États-Unis, de la Chine, du Japon, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Inde et de la France. Selon le rapport des Nations Unies sur le développement humain en 2003, les 24 pays les moins bien classés (151e à 175e) étaient tous africains. 

La pauvreté, l’analphabétisme, la malnutrition et l’approvisionnement en eau et l’assainissement inadéquats, ainsi que la mauvaise santé, affectent une grande partie des personnes qui résident sur le continent africain. En août 2008, la Banque mondiale a annoncé des estimations révisées de la pauvreté mondiale basées sur un nouveau seuil de pauvreté international de 1,25 $ par jour (contre la mesure précédente de 1,00 $). 81% de la population de l’Afrique subsaharienne vivait avec moins de 2,50 $ (PPA) par jour en 2005, contre 86% pour l’Inde.

L’Afrique subsaharienne est la région du monde qui réussit le moins à réduire la pauvreté (1,25 $ par jour) ; quelque 50% de la population vivant dans la pauvreté en 1981 (200 millions de personnes), un chiffre qui est passé à 58% en 1996 avant de chuter à 50% en 2005 (380 millions de personnes). On estime que le pauvre moyen en Afrique subsaharienne ne vit qu’avec 70 cents par jour et était plus pauvre en 2003 qu’en 1973, ce qui indique une pauvreté croissante dans certaines régions. Certains d’entre eux sont attribués à des programmes de libéralisation économique infructueux menés par des entreprises et des gouvernements étrangers, mais d’autres études ont davantage cité les mauvaises politiques des gouvernements nationaux que les facteurs externes.

L’Afrique risque à nouveau de s’endetter, en particulier dans les pays d’Afrique subsaharienne. La dernière crise de la dette de 2005 a été résolue avec l’aide du programme des pays pauvres très endettés (PPTE). L’Initiative PPTE a eu des effets positifs et négatifs sur l’économie en Afrique. Une dizaine d’années après la résolution de la crise de la dette de 2005 en Afrique subsaharienne, la Zambie est retombée dans les profondeurs. Une petite raison était due à la chute des prix du cuivre en 2011, mais la plus grande raison était qu’une grande partie de l’argent emprunté par la Zambie était gaspillée ou empochée par l’élite.

De 1995 à 2005, le taux de croissance économique de l’Afrique a augmenté, atteignant en moyenne 5% en 2005. Certains pays ont connu des taux de croissance encore plus élevés, notamment l’Angola, le Soudan et la Guinée équatoriale, qui avaient tous récemment commencé à extraire leurs réserves de pétrole ou avaient développé leur extraction de pétrole.

Dans une analyse récemment publiée sur la base des données de la World Values ​​Survey, le politologue autrichien Arno Tausch a soutenu que plusieurs pays africains, notamment le Ghana, réussissent assez bien sur des échelles de soutien massif à la démocratie et à l’économie de marché.

La comparaison des valeurs mondiales de Tausch basée sur le World Values ​​Survey a dérivé les échelles analytiques factorielles suivantes :

1. La société non violente et respectueuse des lois

2. Mouvement démocratique

3. Climat de non-violence personnelle

4. Confiance dans les institutions

5. Bonheur, bien santé

6. Pas d’intégrisme religieux redistributif

7. Accepter le marché

8. Féminisme

9. Engagement politique

10. Optimisme et engagement

11. Pas de mentalité de bien-être, acceptation de l’éthique calviniste du travail.

La diffusion de la performance des pays africains avec des données complètes, a conclu Tausch « est vraiment incroyable ». Alors que l’on devrait être particulièrement optimiste quant au développement de la future démocratie et de l’économie de marché au Ghana, l’article suggère des tendances pessimistes pour l’Égypte et l’Algérie, et en particulier pour la première économie d’Afrique, l’Afrique du Sud. La forte inégalité humaine, telle que mesurée par l’indice des inégalités humaines du Rapport sur le développement humain du PNUD, nuit davantage au développement de la sécurité humaine. Tausch soutient également que le certain optimisme récent, correspondant aux données économiques et relatives aux droits de l’homme, émergeant d’Afrique, se reflète dans le développement d’une société civile.

Le continent détiendrait 90% du cobalt mondial, 90% de son platine, 50% de son or, 98% de son chrome, 70% de sa tantalite, 64% de son manganèse et un tiers des son uranium. La République démocratique du Congo (RDC) possède 70% du coltan du monde, un minéral utilisé dans la production de condensateurs au tantale pour les appareils électroniques tels que les téléphones portables. La RDC possède également plus de 30% des réserves mondiales de diamants. La Guinée est le plus grand exportateur mondial de bauxite. Comme la croissance en Afrique a été tirée principalement par les services et non par l’industrie ou l’agriculture, elle a été une croissance sans emplois et sans réduction des niveaux de pauvreté. En fait, la crise de la sécurité alimentaire de 2008, survenue dans la foulée de la crise financière mondiale, a plongé 100 millions de personnes dans l’insécurité alimentaire.

Ces dernières années, la République populaire de Chine a noué des liens de plus en plus solides avec les pays africains et est le plus grand partenaire commercial de l’Afrique. En 2007, les entreprises chinoises ont investi au total 1 milliard de dollars EU en Afrique.

Une étude de l’Université de Harvard dirigée par le professeur Calestous Juma a montré que l’Afrique pouvait se nourrir en passant de l’importateur à l’autosuffisance. « L’agriculture africaine est à la croisée des chemins ; nous sommes arrivés à la fin d’un siècle de politiques qui favorisaient l’exportation et l’importation de matières premières en Afrique. L’Afrique commence à se concentrer sur l’innovation agricole comme nouveau moteur du commerce régional et de la prospérité. » 

Lors de la visite du président américain Barack Obama en Afrique en juillet 2013, il a annoncé un plan de 7 milliards de dollars pour développer davantage les infrastructures et travailler plus intensément avec les chefs d’État africains. Il a également annoncé un nouveau programme appelé Trade Africa, destiné à stimuler le commerce à l’intérieur du continent ainsi qu’entre l’Afrique et les États-Unis. 

Afrique : Démographie

La population de l’Afrique a augmenté rapidement au cours des 40 dernières années et, par conséquent, elle est relativement jeune. Dans certains États africains, plus de la moitié de la population a moins de 25 ans. Le nombre total de personnes en Afrique est passé de 229 millions en 1950 à 630 millions en 1990. À partir de 2018, la population de l’Afrique est estimée à 1,3 milliard . La population totale de l’Afrique dépassant les autres continents est assez récente. La population africaine a dépassé l’Europe dans les années 90, tandis que les Amériques ont été dépassées vers l’an 2000. La croissance démographique rapide de l’Afrique devrait dépasser les deux seules nations actuellement plus grandes que sa population, à peu près au même moment – l’Inde et la Chine, 1,4 milliard d’habitants, changeront de classement vers l’an 2022. Cette augmentation du nombre de bébés nés en Afrique par rapport au reste du monde devrait atteindre environ 37% en 2050, soit une augmentation de 21% depuis 1990 seulement. 

Les locuteurs des langues bantoues (faisant partie de la famille Niger – Congo) sont majoritaires en Afrique australe, centrale et sud-est. Les peuples de langue bantoue du Sahel se sont progressivement étendus sur la majeure partie de l’Afrique subsaharienne. Mais il existe également plusieurs groupes nilotiques au Soudan du Sud et en Afrique de l’Est, le peuple swahili mixte sur la côte swahili et quelques Khoisan indigènes (« San » ou « Bushmen ») et peuples pygmées en Afrique australe et centrale, respectivement. Les Africains parlant bantou prédominent également au Gabon et en Guinée équatoriale, et se trouvent dans certaines parties du sud du Cameroun. Dans le désert du Kalahari, en Afrique australe, des personnes distinctes connues sous le nom de Bushmen (également «San», étroitement liées aux Hottentots, mais distinctes de celles-ci) sont présentes depuis longtemps. Les San sont physiquement distincts des autres Africains et sont les peuples autochtones d’Afrique australe. Les Pygmées sont les peuples autochtones pré-bantous de l’Afrique centrale.

Les peuples de l’Afrique de l’Ouest parlent principalement les langues du Niger – Congo, appartenant principalement à ses branches non bantoues, bien que certains groupes de langue nilo-saharienne et afro-asiatique se trouvent également. Les ethnies yoruba, igbo, peul, Akan et wolof parlant le Niger – Congo sont les plus importantes et les plus influentes. Au Sahara central, les groupes Mandinka ou Mande sont les plus importants. Des groupes de langue tchadique, y compris les Hausa, se trouvent dans les parties les plus septentrionales de la région la plus proche du Sahara, et des communautés nilo-sahariennes, telles que les Songhai, Kanuri et Zarma, se trouvent dans les parties orientales de l’Afrique de l’Ouest bordant l’Afrique centrale.

Les peuples d’Afrique du Nord se composent de trois principaux groupes autochtones : les Berbères au nord-ouest, les Égyptiens au nord-est et les peuples de langue nilo-saharienne à l’est. Les Arabes arrivés au 7ème siècle après JC ont introduit la langue arabe et l’islam en Afrique du Nord. Les Phéniciens sémitiques (qui ont fondé Carthage) et Hyksos, les Alans indo-iraniens, les Grecs indo-européens, les Romains et les Vandales se sont également installés en Afrique du Nord. D’importantes communautés berbères demeurent au Maroc et en Algérie au 21e siècle, tandis que, dans une moindre mesure, des locuteurs berbères sont également présents dans certaines régions de la Tunisie et de la Libye. Les Touaregs berbérophones et d’autres peuples souvent nomades sont les principaux habitants de l’intérieur saharien de l’Afrique du Nord. En Mauritanie, il y a une petite communauté berbère presque éteinte dans le nord et des peuples parlant le Niger-Congo dans le sud, bien que dans les deux régions la culture arabe et arabe prédomine. Au Soudan, bien que la culture arabe et arabe prédomine, elle est principalement habitée par des groupes qui parlaient à l’origine le nilo-saharien, tels que les Nubiens, les Fourrures, les Masalit et les Zaghawa, qui, au fil des siècles, se sont mélangés de diverses manières avec des migrants de la péninsule arabique. De petites communautés de nomades beja de langue afro-asiatique se trouvent également en Égypte et au Soudan.

Dans la Corne de l’Afrique, certains groupes éthiopiens et érythréens (comme les Amhara et les Tigrayans, appelés collectivement Habesha) parlent des langues de la branche sémitique de la famille des langues afro-asiatiques, tandis que les oromos et les somalis parlent des langues de la branche cushitique d’Afro -Asiatique.

Avant les mouvements de décolonisation de l’après-Seconde Guerre mondiale, les Européens étaient représentés dans toutes les régions de l’Afrique. La décolonisation au cours des années 1960 et 1970 a souvent entraîné l’émigration massive de colons blancs – en particulier d’Algérie et du Maroc (1,6 million de pieds-noirs en Afrique du Nord), Kenya, Congo, Rhodésie, Mozambique et Angola. Entre 1975 et 1977, plus d’un million de colons sont revenus au Portugal seulement. Néanmoins, les Africains blancs restent une minorité importante dans de nombreux États africains, en particulier le Zimbabwe, la Namibie, la Réunion et la République d’Afrique du Sud. Le pays avec la plus grande population blanche africaine est l’Afrique du Sud. Les diasporas hollandaises et britanniques représentent aujourd’hui les plus grandes communautés d’ascendance européenne du continent. 

La colonisation européenne a également amené des groupes importants d’Asiatiques, en particulier du sous-continent indien, dans les colonies britanniques. De grandes communautés indiennes se trouvent en Afrique du Sud, et de plus petites sont présentes au Kenya, en Tanzanie et dans certains autres pays d’Afrique australe et du sud-est. La grande communauté indienne d’Ouganda a été expulsée par le dictateur Idi Amin en 1972, bien que beaucoup soient revenus depuis. Les îles de l’océan Indien sont également peuplées principalement de personnes d’origine asiatique, souvent mélangées avec des Africains et des Européens. Le peuple malgache de Madagascar est un peuple austronésien, mais ceux le long de la côte sont généralement mélangés avec des origines bantoues, arabes, indiennes et européennes. Les ancêtres malais et indiens sont également des éléments importants dans le groupe de personnes connues en Afrique du Sud sous le nom de Cape Coloureds (personnes originaires d’au moins deux races et continents). Au cours du XXe siècle, de petites communautés économiquement importantes de Libanais et de Chinois se sont également développées dans les grandes villes côtières d’Afrique de l’Ouest et de l’Est, respectivement.

Afrique : Les langues

Selon la plupart des estimations, plus d’un millier de langues (l’UNESCO en a estimé environ deux mille) sont parlées en Afrique. La plupart sont d’origine africaine, bien que certains soient d’origine européenne ou asiatique. L’Afrique est le continent le plus multilingue du monde et il n’est pas rare que des individus parlent couramment non seulement plusieurs langues africaines, mais aussi une ou plusieurs langues européennes. Il existe quatre grandes familles de langues indigènes en Afrique :

  • Les langues afroasiatiques sont une famille de langues d’environ 240 langues et 285 millions de personnes réparties dans toute la Corne de l’Afrique, l’Afrique du Nord, le Sahel et l’Asie du Sud-Ouest.

  • La famille linguistique nilo-saharienne comprend plus d’une centaine de langues parlées par 30 millions de personnes. Les langues nilo-sahariennes sont parlées par des groupes ethniques au Tchad, en Éthiopie, au Kenya, au Nigéria, au Soudan, au Soudan du Sud, en Ouganda et dans le nord de la Tanzanie.

  • La famille de langues Niger-Congo couvre une grande partie de l’Afrique subsaharienne. En termes de nombre de langues, c’est la plus grande famille de langues en Afrique et peut-être l’une des plus grandes au monde.

  • Les langues khoisan sont au nombre d’une cinquantaine et sont parlées en Afrique australe par environ 400 000 personnes. De nombreuses langues khoisan sont menacées. Les peuples Khoi et San sont considérés comme les premiers habitants de cette partie de l’Afrique.

Après la fin du colonialisme, presque tous les pays africains ont adopté des langues officielles originaires de l’extérieur du continent, bien que plusieurs pays aient également accordé une reconnaissance juridique aux langues autochtones (comme le swahili, le yoruba, l’igbo et le haoussa). Dans de nombreux pays, l’anglais et le français (voir le français africain) sont utilisés pour la communication dans la sphère publique comme le gouvernement, le commerce, l’éducation et les médias. L’arabe, le portugais, l’afrikaans et l’espagnol sont des exemples de langues dont l’origine remonte à l’extérieur de l’Afrique et qui sont utilisées par des millions d’Africains aujourd’hui, tant dans les sphères publiques que privées. L’italien est parlé par certains dans les anciennes colonies italiennes d’Afrique. L’allemand est parlé en Namibie, car c’était un ancien protectorat allemand.

La culture

Certains aspects des cultures traditionnelles africaines sont devenus moins pratiqués ces dernières années en raison de la négligence et de la suppression des régimes coloniaux et postcoloniaux. Par exemple, les coutumes africaines étaient découragées et les langues africaines étaient interdites dans les écoles de la mission. Léopold II de Belgique a tenté de « civiliser » les Africains en décourageant la polygamie et la sorcellerie. 

Obidoh Freeborn postule que le colonialisme est un élément qui a créé le caractère de l’art africain moderne. Selon les auteurs Douglas Fraser et Herbert M. Cole, « Les altérations précipitées de la structure du pouvoir provoquées par le colonialisme ont été rapidement suivies de changements iconographiques drastiques dans l’art. » Fraser et Cole affirment que, en Igboland, certains objets d’art « manquent de la vigueur et de l’artisanat minutieux des objets d’art antérieurs qui remplissaient des fonctions traditionnelles. L’auteur Chika Okeke-Agulu déclare que » l’infrastructure raciste de l’entreprise impériale britannique imposé aux gardiens politiques et culturels de l’empire le déni et la suppression d’une Afrique souveraine émergente et de l’art moderniste.  » Les rédacteurs F. Abiola Irele et Simon Gikandi commentent que l’identité actuelle de la littérature africaine trouve son origine dans la » rencontre traumatisante « . entre l’Afrique et l’Europe.  » D’un autre côté, Mhoze Chikowero pense que les Africains ont déployé de la musique, de la danse, de la spiritualité et d’autres cultures performatives pour (re) se valoriser en tant qu’agents actifs et intellectuels indigènes, pour défaire leur marginalisation coloniale et remodeler leurs propres destins.  » 

Il y a maintenant une résurgence des tentatives de redécouvrir et de revaloriser les cultures traditionnelles africaines, sous des mouvements tels que la Renaissance africaine, dirigée par Thabo Mbeki, l’afrocentrisme, dirigé par un groupe de chercheurs, dont Molefi Asante, ainsi que la reconnaissance croissante des traditions traditionnelles. le spiritisme par la dépénalisation du Vodou et d’autres formes de spiritualité.

Art visuel et architecture

L’art et l’architecture africains reflètent la diversité des cultures africaines. Les plus anciennes perles connues de la région étaient faites à partir de coquillages Nassarius et portées comme ornements personnels il y a 72 000 ans. La Grande Pyramide de Gizeh en Égypte a été la plus haute structure du monde pendant 4 000 ans, jusqu’à l’achèvement de la cathédrale de Lincoln vers 1300. Les ruines de pierre du Grand Zimbabwe sont également remarquables pour leur architecture, tout comme les églises monolithiques de Lalibela, en Éthiopie, comme l’église de Saint George.

Musique et danse

L’Égypte est depuis longtemps un centre culturel du monde arabe, tandis que le souvenir des rythmes de l’Afrique subsaharienne, en particulier de l’Afrique de l’Ouest, a été transmis par la traite des esclaves de l’Atlantique à la samba, au blues, au jazz, au reggae, au hip hop et au rock modernes. Les années 1950 à 1970 ont vu une conglomération de ces différents styles avec la popularisation de la musique Afrobeat et Highlife. La musique moderne du continent comprend le chant choral très complexe de l’Afrique australe et les rythmes de danse du genre musical soukous, dominé par la musique de la République démocratique du Congo. Les traditions musicales et de danse indigènes de l’Afrique sont maintenues par les traditions orales, et elles sont distinctes des styles de musique et de danse de l’Afrique du Nord et de l’Afrique australe. Les influences arabes sont visibles dans la musique et la danse nord-africaines et, en Afrique australe, les influences occidentales sont apparentes en raison de la colonisation.

Sports

Cinquante-quatre pays africains ont des équipes de football (soccer) dans la Confédération africaine de football. L’Egypte a remporté la Coupe d’Afrique à sept reprises et un record trois fois de suite. Le Cameroun, le Nigéria, le Sénégal, le Ghana et l’Algérie sont passés au stade à élimination directe des récentes Coupes du Monde de la FIFA. L’Afrique du Sud a accueilli le tournoi de la Coupe du monde 2010, devenant ainsi le premier pays africain à le faire.

Le cricket est populaire dans certains pays africains. L’Afrique du Sud et le Zimbabwe ont le statut Test, tandis que le Kenya est la principale équipe non testée et avait auparavant le statut de cricket international (ODI) d’un jour (du 10 octobre 1997 au 30 janvier 2014). Les trois pays ont accueilli conjointement la Coupe du monde de cricket 2003. La Namibie est l’autre pays africain à avoir disputé une Coupe du monde. Le Maroc en Afrique du Nord a également accueilli la Coupe du Maroc 2002, mais l’équipe nationale ne s’est jamais qualifiée pour un tournoi majeur. Le rugby est un sport populaire en Afrique du Sud, en Namibie et au Zimbabwe.

Religion

Les Africains professent une grande variété de croyances religieuses, et les statistiques sur l’appartenance religieuse sont difficiles à obtenir car elles sont souvent un sujet sensible pour les gouvernements à population religieuse mixte. Selon l’Encyclopédie mondiale du livre, l’islam et le christianisme sont les deux plus grandes religions d’Afrique : selon l’Encyclopædia Britannica, 45% de la population sont chrétiens, 40% musulmans et 10% suivent les religions traditionnelles. Un petit nombre d’Africains sont hindous, bouddhistes, confucianistes, baha’is ou juifs. Il y a également une minorité de personnes en Afrique qui ne sont pas religieuses.

Territoires et régions

Les pays de ce tableau sont classés selon le schéma des sous-régions géographiques utilisé par les Nations Unies, et les données incluses sont par source dans les articles avec références croisées. En cas de divergence, les conditions sont clairement indiquées.

Afrique du Nord

  • Algérie

  • Îles Canaries

  • Las Palmas de Gran Canaria, Santa Cruz de Tenerife Ceuta Ceuta Ceuta 

  • Égypte

  • Libye

  • Melilla

  • Maroc

  • Tunisie

  • Armoiries de la République arabe 

  • Sahara occidental 

Afrique de l’Est

  • Burundi
  • Djibouti
  • Érythrée
  • Éthiopie
  • Kenya
  • Madagascar
  • Malawi
  • Maurice
  • Mayotte
  • Mozambique
  • Réunion
  • Rwanda
  • Seychelles
  • Somalie
  • Soudan du Sud
  • Soudan
  • Tanzanie
  • Ouganda

Afrique centrale

  • Angola

  • Cameroun 

  • République centrafricaine

  • Tchad

  • République du Congo

  • République démocratique du Congo 

  • Guinée équatoriale 

  • Gabon

  • São Tomé et Príncipe 

Afrique du Sud

  • Botswana

  • Eswatini

  • Lesotho

  • Namibie

  • Zambie

  • Zimbabwe 

  • Afrique du Sud

Afrique de l’Ouest

  • Bénin
  • Burkina Faso
  • Cap-Vert
  • Gambie
  • Ghana
  • Guinée
  • Guinée-Bissau
  • Côte d’Ivoire
  • Libéria
  • Mali
  • Mauritanie
  • Niger
  • Nigéria
  • Sénégal
  • Sierra Leone
  • Togo
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés