Afrique
3 novembre 2020

Congo : Total garde la concession du terminal pétrolier de Pointe Noire pour 20 ans supplémentaires

Le groupe pétrolier français Total a renouvelé pour vingt ans son contrat de gestion du plus important terminal pétrolier qui […]

5 août 2020 Afrique Centrale

La CEMAC veut plus d’intégration pour booster ses économies

Brazzaville (@Afriquinfos 2020) – Les Ministres des Finances des pays d’Afrique Centrale travaillent à un plan de relance économique après […]

Lire la suite »
30 juin 2020 Afrique

Passé colonial belge : le roi Philippe exprime ses « profonds regrets » aux Congolais

Le roi des Belges a présenté mardi « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale […]

Lire la suite »
29 juin 2020 Afrique

60 ans après l’indépendance du Congo, Patrice Lumumba reste une icône puissante

60 ans d’indépendance du Congo | La République démocratique du Congo célèbre mardi le 60e anniversaire de son indépendance de […]

Lire la suite »
17 avril 2020 Afrique Centrale

COVID-19 : les solutions préconisées par l’OMS en Afrique

Brazzaville (© 2020 Afriquinfos) – Le 14 février 2020, avec un premier cas signalé en Egypte, l’Afrique enregistrait sa première […]

Lire la suite »
31 mars 2020 Afrique Centrale

L’ex Président congolais, Yhombi Opango, nouvelle personnalité africaine victime du Covid-19

Brazzaville, (© 2020 Afriquinfos) – M. Jacques Joachim Yhombi Opango, ex-président du Congo  s’est éteint, le 30 mars à Paris, […]

Lire la suite »
22 mars 2020 Afrique Centrale

COVID-19 : 28 décès en Afrique parmi lesquels le « roi du Soukous »

 Brazzaville (© 2020 Afriquinfos)- Le Centre Africain de Prévention et de Contrôle des Maladies (CDC-Afrique) a, en fin de journée […]

Lire la suite »
18 mars 2020 Afrique Centrale

L’épidémiologiste Pierre M’Pele : « l’Afrique doit prendre des mesures de riposte sans compter sur les autres »

Pointe-Noire (© 2020 Afriquinfos)-  Spécialiste de santé publique, d’épidémiologie et maladies tropicales, Ancien Représentant de l’OMS, Ancien Directeur Régional de […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Congo

Congo : une nouvelle dette cachée de 3,3 milliards dollars adossée au pétrole Global Witness

Brazzaville (© 2020 Afriquinfos)-D’après un rapport de l’ONG Global Witness publié le lundi 27 janvier 2020, au Congo, la dette […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique Centrale

Congo: Sassou Nguesso candidat de son parti à la présidentielle de 2021

Le président Denis Sassou Nguesso a été désigné candidat de son parti à la présidentielle de 2021, à l’issue du […]

Lire la suite »
16 novembre 2019 Congo

France : une stèle en hommage aux soldats africains érigée à Verquin

Verquin (© 2019 Afriquinfos)- A l’initiative des autorités congolaises et de l’association des maires du Pas-de-Calais, une stèle de 3,50 […]

Lire la suite »
20 septembre 2019 Congo

Economie congolaise: Après 3 ans de récession, le FMI observe les premiers signaux d’amélioration

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)-  Après 3 ans de récession, l’économie congolaise connait une délégation, c’est la conclusion à laquelle est […]

Lire la suite »
4 septembre 2019 Congo

Le Président Sassou vient discuter environnement à Paris à bord d’un luxueux avion de ligne privé

Le président congolais Denis Sassou Nguesso est venu discuter mardi avec son homologue français Emmanuel Macron du sort de la […]

Lire la suite »
21 août 2019 Congo

Le programme de santé de l’Afrique pour les cinq années à venir au cœur des discussions d’une réunion à Brazzaville

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)-Dans le cadre de la 69ème session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) […]

Lire la suite »
20 août 2019 Congo

69è session du Comité régional : Dr Matshidiso Moeti rempile à la tête de l’OMS-Afrique

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)- Les 19 et 20 août, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, a tenu à […]

Lire la suite »
16 août 2019 Congo

Production du pétrole en Afrique/La découverte du gisement du ‘Delta de la Cuvette’ recentre le Congo

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)- La récente découverte onshore annoncée le 10 août par SARPD Oil et PEPA, un consortium congolais […]

Lire la suite »
15 août 2019 Congo

59 ans du Congo: Les projections de développement sur le moyen terme du Président Nguesso

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)- A la veille du 59ème  anniversaire de l’indépendance de son pays, le président congolais Denis Sassou-Nguesso […]

Lire la suite »
8 août 2019 Congo

La République Centrafricaine et le Congo Brazzaville signent onze accords et protocoles

Bangui (© 2019 Afriquinfos)-La clôture de la 5ème session de la grande commission mixte de coopération entre le Congo (Brazzaville) […]

Lire la suite »
6 août 2019 Congo

Congo: Un fils Sassou accusé par une ONG de détournement de 50 millions de dollars

BRAZZAVILLE (© 2019 AFP) – L’ONG britannique Global Witness a, dans un rapport rendu public mardi, accusé le fils cadet […]

Lire la suite »
25 juillet 2019 Congo

RDC: 663 exécutions sommaires et extrajudiciaires en six mois, selon l’ONU

KINSHASA (© 2019 AFP) – Près de 700 personnes ont été victimes d’exécutions sommaires et extrajudicaires de janvier à juin […]

Lire la suite »
23 octobre 2018 Congo

Des Congolais expulsés d’Angola meurent de la tuberculose

Kamako (© 2018 Afriquinfos)- Parmi les centaines de milliers de Congolais expulsés d’Angola, au moins quinze personnes sont morts de tuberculose. […]

Lire la suite »
27 août 2018 Congo

Congo : Christel Sassou N’guesso ne sera pas candidat en 2021 mais voit bien son père rempiler

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos)-  Christel Sassou N’Guesso travaille à la réélection de son père en 2021. Il ne sera donc […]

Lire la suite »
Congo

Fin du procès de l’ex-chef de guerre Ntaganda

La Haye (© 2018 Afriquinfos)- Environ trois ans après l’ouverture des débats devant la Cour pénale,  internationale (CPI), dans le […]

Lire la suite »
26 juillet 2018 Congo

Une ONG accuse la police de la mort de 13 jeunes à Brazzaville

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos)- Au Congo, la police du pays est accusée d’avoir tué 13 jeunes hommes à Brazzaville dans […]

Lire la suite »
18 mai 2018 Congo

CPI- Affaire Bemba : La Chambre d’appel se prononcera le 8 juin

La Haye (© 2018 Afriquinfos) –La Cour pénale internationale, a affirmé dans une note rendue publique vendredi, qu’elle rendra son […]

Lire la suite »
14 mai 2018 Congo

Certains Brazzavillois estiment que les faits reprochés au général sont irréfutables

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)-La cour criminelle de Brazzaville a lourdement condamné le général Jean Marie Michel Mokoko, à l’issue d’un […]

Lire la suite »
12 mai 2018 Congo

Congo Brazzaville: le général Mokoko condamné à 20 ans de prison ferme

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)-Ex-chef d’état-major et ex-conseiller du président Sassou, Jean-Marie Michel Mokoko, en détention depuis juin 2016, a été […]

Lire la suite »
7 mai 2018 Congo

Congo: ouverture lundi à Brazzaville du procès du général Mokoko

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)-Le Congo-Brazzaville commence lundi à juger les opposants au président Denis Sassou Nguesso poursuivis depuis sa réélection […]

Lire la suite »
27 avril 2018 Congo

Changements climatiques : le grand enjeu du sommet sur le Fonds bleu du Bassin du Congo

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos) – Brazzaville, la capitale du Congo abrite du 27 au 29 avril, le tout premier sommet […]

Lire la suite »
26 avril 2018 Congo

Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)- Le Chef de l’Etat libérien est arrivé ce jeudi à Brazzaville pour une visite officielle de trois […]

Lire la suite »
22 mars 2018 Congo

Congo : des ONG dénoncent le silence de la communauté internationale sur la violation des droits humains

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos) Dans un communiqué conjoint rendu public hier, des ONG dénoncent de « graves » violations des droits […]

Lire la suite »
6 mars 2018 Congo

Violences faites aux femmes : des réserves sur le numéro vert en perspectives au Congo

Brazzaville (© Afriquinfos 2018) – Afin d’aider les femmes à dénoncer de multiples violences en dehors ou au sein des […]

Lire la suite »
22 février 2018 Congo

Congo: sept magistrats révoqués pour « fautes graves »

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)-Le Conseil supérieur de la magistrature, présidé mardi par le chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, […]

Lire la suite »
22 décembre 2017 Congo

RDC: les élections dans un an normalement

Kinshasa (© Afriquinfos 2017)-En République démocratique du Congo RDC, le compte à rebours commence officiellement samedi pour des scrutins qui […]

Lire la suite »
11 décembre 2017 Congo

Des académies de football seront disponibles au Congo dès 2018

Brazzaville (© Afriquinfos 2017)-Le Congo sera doté de six académies de football dès l’année prochaine sur décision de la CAF. […]

Lire la suite »
24 novembre 2017 Congo

Congo : le milliardaire nigérian Aliko Dangote  inaugure une nouvelle cimenterie

Brazzaville (© Afriquinfos 2017)- L’homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote a ouvert une nouvelle cimenterie jeudi dernier au Congo. […]

Lire la suite »
14 novembre 2017 Congo

Congo Brazzaville : liberté pour des proches du « pasteur Ntumi»

Brazzaville (© Afriquinfos 2017)-  Des proches de Frédéric Bintsamou alias « Pasteur Ntumi » ont été libérés ce mardi après deux ans de […]

Lire la suite »
11 novembre 2017 Congo

Congo-Brazzaville : Sassou N’Guesso appelle à un soutien du calendrier électoral en RDC

Brazzaville (© Afriquinfos 2017)- Dans une déclaration rendue publiée samedi à Brazzaville,  le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, a appelé […]

Lire la suite »
31 juillet 2017 Congo

Congo: Des incidents à Brazzaville lors du deuxième tour des législatives

Brazzaville (© Afriquinfos 2017)- Le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou-Nguesso devait disposer d’une nouvelle majorité confortable à l’Assemblée aux termes […]

Lire la suite »
20 juin 2017 Congo

Centrafrique: l’ONU va renvoyer les Casques bleus congolais chez eux

New York (© Afriquinfos 2017)-Plus de 600 soldats du Congo travaillant pour l’ONU en Centrafrique et accusés d’agressions sexuelles vont […]

Lire la suite »
17 mai 2017 Congo

Congo-Brazzaville : le président Denis Sassou N’Guesso inaugure le plus grand projet pétrolier du pays

Pointe-Noire (© Afriquinfos 2017)- le gisement pétrolier de Moho Nord, situé à 75 km de Pointe-Noire, la capitale économique de […]

Lire la suite »
13 mai 2017 Congo

L’Epidémie d’Ebola fait irruption en RDC et fait 3 morts

Genève (© Afriquinfos 2017)-Dans un communiqué diffusé ce vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que la fièvre […]

Lire la suite »
11 mai 2017 Congo

Congo : la police a abattu une fillette de 3 ans dans le Sud

Bouenza (© Afriquinfos 2017)- La police congolaise a abattu involontairement mercredi une fillette de trois ans à Mouyondzi, dans la […]

Lire la suite »
15 avril 2017 Congo

Congo–Brazzaville : La répression à huit clos se poursuit au Pool et dans le reste du pays

Paris (© Afriquinfos 2017)- Un an après les premiers bombardements dans la zone du Pool au sud de la capitale […]

Lire la suite »
2 avril 2017 Congo

Affaire de « Biens mal acquis »: l’étau se resserre autour du clan Sassou Nguesso

Paris (© 2017 Afriquinfos) –La justice française resserre son étau sur l’entourage de Denis Sassou Nguesso: l’enquête sur le patrimoine […]

Lire la suite »
18 mars 2017 Congo

Congo : Rencontre entre le gouvernement et les ONG de défense des droits de l’Homme

Brazzaville (© 2017 Afriquinfos) –Quelques jours après la publication du rapport dénommé “une gouvernance par la terreur et le mépris […]

Lire la suite »
13 mars 2017 Congo

Congo : les droits de l’homme sont violés selon un rapport des Etats-Unis

Washington  (© 2017 Afriquinfos) – Le code de procédure pénale et les traités internationaux, ont été violés en République du […]

Lire la suite »
7 mars 2017 Congo

RDC : l’UE réclame la nomination d’un Premier ministre issu du Rassemblement

Bruxelles (© 2017 Afriquinfos) – Le Conseil de l’Union européenne a livré ce lundi son rapport sur la situation en République […]

Lire la suite »
1 mars 2017 Congo

RDC : Les forces de défense et de sécurité ont commis de graves violations des droits de l’homme en décembre 2016

New York  (© 2017 Afriquinfos)-Les forces de défense et de sécurité de la République démocratique du Congo (RDC) ont fait […]

Lire la suite »
12 février 2017 Congo

Congo-Brazzaville : Amnesty International dénonce les conditions de détention de l’opposant Paulin Makaya

Brazzaville (© 2017 Afriquinfos) –  L’ONG Amnesty International a dans un communiqué dénoncé les conditions de détention de l’opposant Paulin […]

Lire la suite »
1 2 3 8
La République du Congo, également connue sous le nom de Congo-Brazzaville, la République du Congo, RotC, ou simplement le Congo, est un pays situé sur la côte ouest de l’Afrique centrale. Il est bordé par cinq pays: le Gabon à l’ouest; Le Cameroun au nord-ouest et la République centrafricaine au nord-est; la République démocratique du Congo au sud-est et l’enclave angolaise de Cabinda au sud; et l’océan Atlantique au sud-ouest. La région était dominée par des tribus bantoues il y a au moins 3 000 ans, qui ont établi des liens commerciaux menant au bassin du fleuve Congo. Le Congo faisait autrefois partie de la colonie française d’Afrique équatoriale. La République du Congo a été créée le 28 novembre 1958 mais a obtenu son indépendance de la France en 1960. C’était un État marxiste-léniniste de 1969 à 1992, sous le nom de République populaire du Congo. L’État souverain a organisé des élections multipartites depuis 1992, bien qu’un gouvernement démocratiquement élu ait été renversé lors de la guerre civile en République du Congo en 1997, et le président Denis Sassou Nguesso, arrivé au pouvoir pour la première fois en 1979, a statué pour 35 de ces élections. 40 ans. La République du Congo est devenue le quatrième plus grand producteur de pétrole du golfe de Guinée, procurant au pays une certaine prospérité malgré l’instabilité politique et économique dans certaines régions et la répartition inégale des revenus pétroliers à l’échelle nationale. L’économie du Congo est fortement dépendante du secteur pétrolier, et la croissance économique a considérablement ralenti depuis la chute des prix du pétrole après 2015.

L’histoire du Congo

Précolonial

Les peuples de langue bantoue qui ont fondé des tribus pendant les expansions bantoues ont en grande partie déplacé et absorbé les premiers habitants de la région, le peuple pygmée, vers 1500 avant JC. Les Bakongo, un groupe ethnique bantou qui occupait également certaines parties de l’Angola, du Gabon et de la République démocratique du Congo actuels, ont constitué la base des affinités ethniques et des rivalités entre ces pays. Plusieurs royaumes bantous, notamment ceux du Kongo, du Loango et du Teke, ont établi des liens commerciaux menant au bassin du fleuve Congo. L’explorateur portugais Diogo Cão a atteint l’embouchure du Congo en 1484. Les relations commerciales se sont rapidement développées entre les royaumes bantous de l’intérieur et les marchands européens qui échangeaient divers produits de base, produits manufacturés et personnes capturées dans l’arrière-pays. Après des siècles en tant que plaque tournante du commerce transatlantique, la colonisation européenne directe du delta du fleuve Congo a commencé à la fin du XIXe siècle, érodant par la suite le pouvoir des sociétés bantoues dans la région.

Époque coloniale française

La zone au nord du fleuve Congo est tombée sous la souveraineté française en 1880 à la suite du traité de Pierre de Brazza avec le roi Makoko du Bateke. Cette colonie du Congo est d’abord connue sous le nom de Congo français, puis comme Congo moyen en 1903. En 1908, la France organise l’Afrique équatoriale française (AEF), comprenant le Congo moyen, le Gabon, le Tchad et Oubangui-Chari (la République centrafricaine moderne). Les Français ont désigné Brazzaville comme capitale fédérale. Le développement économique au cours des 50 premières années de la domination coloniale au Congo s’est concentré sur l’extraction des ressources naturelles. Les méthodes étaient souvent brutales: la construction du chemin de fer Congo-océan après la Première Guerre mondiale aurait coûté au moins 14 000 vies. Pendant l’occupation nazie de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Brazzaville a fonctionné comme la capitale symbolique de la France libre entre 1940 et 1943. La Conférence de Brazzaville de 1944 a annoncé une période de réforme majeure de la politique coloniale française. Le Congo a profité de l’expansion d’après-guerre des dépenses administratives et d’infrastructure coloniales en raison de sa situation géographique centrale au sein d’AEF et de la capitale fédérale à Brazzaville. Il a également reçu une législature locale après l’adoption de la constitution de 1946 qui a établi la quatrième République. À la suite de la révision de la constitution française qui a créé la Ve République en 1958, l’AEF s’est dissoute en ses parties constituantes, chacune devenant une colonie autonome au sein de la Communauté française. Au cours de ces réformes, le Congo moyen est devenu la République du Congo en 1958 et a publié sa première constitution en 1959. Antagonisme entre les Mbochis (qui ont favorisé Jacques Opangault) et les Laris et Kongos (qui ont favorisé Fulbert Youlou, le premier maire noir élu) en Afrique équatoriale française) a provoqué une série d’émeutes à Brazzaville en février 1959, que l’armée française a maîtrisées. De nouvelles élections ont eu lieu en avril 1959. Au moment où le Congo est devenu indépendant en août 1960, Opangault, l’ancien opposant à Youlou, a accepté de servir sous ses ordres. Youlou est devenu le premier président de la République du Congo. La tension politique étant si forte à Pointe-Noire, Youlou a transféré la capitale à Brazzaville.

L’ère post-indépendance

La République du Congo a reçu la pleine indépendance de la France le 15 août 1960. Youlou a gouverné en tant que premier président du pays jusqu’à ce que des éléments ouvriers et des partis politiques rivaux provoquent un soulèvement de trois jours qui l’a évincé. L’armée congolaise a brièvement pris le contrôle du pays et a mis en place un gouvernement civil provisoire dirigé par Alphonse Massamba-Débat. En vertu de la constitution de 1963, Massamba-Débat a été élu président pour un mandat de cinq ans. Pendant le mandat de Massamba-Débat, le régime a adopté le «socialisme scientifique» comme idéologie constitutionnelle du pays. [19] En 1965, le Congo a établi des relations avec l’Union soviétique, la République populaire de Chine, la Corée du Nord et le Nord Vietnam. Dans la nuit du 14 au 15 février 1965, trois hauts fonctionnaires de la République du Congo ont été enlevés; Lazare Matsocota (procureur de la République), Joseph Pouabou (président de la Cour suprême) et Massouémé Anselme (directeur de l’Agence congolaise de l’information). Les corps de deux d’entre eux ont ensuite été retrouvés, mutilés, par le fleuve Congo. Le régime de Massamba-Débat a également invité plusieurs centaines de soldats de l’armée cubaine dans le pays pour former les unités de milice de son parti et ces troupes ont aidé son gouvernement à survivre à un coup d’État de 1966 dirigé par des parachutistes fidèles au futur président Marien Ngouabi. Néanmoins, Massamba-Débat n’a pas été en mesure de réconcilier diverses factions institutionnelles, tribales et idéologiques à l’intérieur du pays et son régime a pris fin brutalement avec un coup d’État sans effusion de sang en septembre 1968.

Ngouabi, qui avait participé au coup d’État, a pris la présidence le 31 décembre 1968. Un an plus tard, le président Ngouabi a proclamé la première « République populaire » du Congo, la République populaire du Congo, et a annoncé la décision du Mouvement révolutionnaire national de changer son nom au Parti travailliste congolais (PCT). Il a survécu à une tentative de coup d’État en 1972 mais a été assassiné le 16 mars 1977. Un Comité militaire du Parti (CMP) de 11 membres a ensuite été nommé à la tête d’un gouvernement intérimaire, avec Joachim Yhombi-Opango pour présider la République. Deux ans plus tard, Yhombi-Opango est contraint de quitter le pouvoir et Denis Sassou Nguesso devient le nouveau président. Sassou Nguesso a aligné le pays sur le bloc de l’Est et a signé un pacte d’amitié de vingt ans avec l’Union soviétique. Au fil des ans, Sassou a dû s’appuyer davantage sur la répression politique et moins sur le favoritisme pour maintenir sa dictature. Pascal Lissouba, qui est devenu le premier président élu du Congo (1992–1997) pendant la période de la démocratie multipartite, a tenté de mettre en œuvre des réformes économiques avec le soutien du FMI pour libéraliser l’économie. En juin 1996, le FMI a approuvé une facilité d’ajustement structurel renforcée (FASR) de 69,5 millions de DTS (100 millions de dollars) sur trois ans et était sur le point d’annoncer un nouvel accord annuel lorsque la guerre civile a éclaté au Congo au milieu de 1997. Les progrès démocratiques du Congo ont déraillé en 1997, lorsque Lissouba et Sassou ont commencé à se battre pour le pouvoir dans la guerre civile. À l’approche des élections présidentielles prévues pour juillet 1997, les tensions entre les camps de Lissouba et de Sassou se sont intensifiées. Le 5 juin, les forces gouvernementales du président Lissouba ont encerclé le complexe de Sassou à Brazzaville et Sassou a ordonné aux membres de sa milice privée (connue sous le nom de « Cobras ») de résister. Ainsi a commencé un conflit de quatre mois qui a détruit ou endommagé une grande partie de Brazzaville et fait des dizaines de milliers de morts parmi les civils. Début octobre, le régime angolais a commencé une invasion du Congo pour installer Sassou au pouvoir. À la mi-octobre, le gouvernement de Lissouba est tombé. Peu de temps après, Sassou s’est déclaré président.

Lors des élections controversées de 2002, Sassou a gagné avec près de 90% des suffrages exprimés. Ses deux principaux rivaux, Lissouba et Bernard Kolelas, ont été empêchés de participer et le seul rival crédible restant, André Milongo, a conseillé à ses partisans de boycotter les élections, puis s’est retiré de la course. Une nouvelle constitution, approuvée par référendum en janvier 2002, a accordé au président de nouveaux pouvoirs, a prolongé son mandat à sept ans et a introduit une nouvelle assemblée bicamérale. Les observateurs internationaux ont contesté l’organisation de l’élection présidentielle et du référendum constitutionnel, qui rappellent tous deux leur organisation de l’ère congolaise de l’État à parti unique. Après les élections présidentielles, les combats ont repris dans la région du Pool entre les forces gouvernementales et les rebelles dirigés par le pasteur Ntumi; un traité de paix pour mettre fin au conflit a été signé en avril 2003. Sassou a également remporté l’élection présidentielle suivante en juillet 2009. Selon l’Observatoire congolais des droits de l’homme, une organisation non gouvernementale, l’élection a été marquée par une participation « très faible » et « des fraudes et irrégularités ». En mars 2015, Sassou a annoncé qu’il souhaitait briguer un nouveau mandat et un référendum constitutionnel en octobre a abouti à une modification de la constitution qui lui a permis de se présenter lors de l’élection présidentielle de 2016. Il a remporté l’élection, considérée par beaucoup comme frauduleuse. Après de violentes manifestations dans la capitale, Sassou a attaqué la région de Pool, où étaient basés les rebelles ninja de la guerre civile, dans ce qui était censé être une distraction. Cela a conduit à une renaissance des rebelles Ninja qui ont lancé des attaques contre l’armée en avril 2016, conduisant 80 000 personnes à fuir leurs maisons. Un accord de cessez-le-feu a été signé en décembre 2017.

La politique du Congo

Gouvernement

Le Congo-Brazzaville a un système politique multipartite depuis le début des années 90, bien que le système soit largement dominé par le président Denis Sassou Nguesso; il a manqué de concurrence sérieuse aux élections présidentielles tenues sous son règne. Sassou Nguesso est soutenu par son propre Parti congolais du travail  ainsi que par une série de petits partis. Le régime de Sassou a été touché par des révélations de corruption malgré les tentatives de les censurer. Une enquête française a trouvé plus de 110 comptes bancaires et des dizaines de somptueuses propriétés en France; Sassou a dénoncé les enquêtes sur les détournements de fonds comme étant « racistes » et « coloniales ». Denis Christel Sassou-Nguesso, fils de Denis Sassou Nguesso, a été nommé en association avec les Panama Papers. Le 27 mars 2015, Sassou Nguesso a annoncé que son gouvernement organiserait un référendum sur la modification de la constitution du pays de 2002 pour lui permettre de briguer un troisième mandat consécutif. Le 25 octobre, le gouvernement a organisé un référendum pour permettre à Sassou Nguesso de se présenter aux prochaines élections. Le gouvernement a affirmé que la proposition avait été approuvée par 92% des électeurs, 72% des électeurs éligibles ayant participé. L’opposition, qui a boycotté le référendum, a déclaré que les statistiques du gouvernement étaient fausses et que le vote était faux. L’élection a soulevé des questions et s’est accompagnée de troubles civils et de fusillades policières contre des manifestants; au moins 18 personnes ont été tuées par les forces de sécurité lors de rassemblements de l’opposition menant au référendum tenu en octobre.

L’économie du Congo

L’économie est un mélange d’agriculture villageoise et d’artisanat, un secteur industriel basé en grande partie sur le pétrole, des services de soutien et un gouvernement caractérisé par des problèmes budgétaires et un sureffectif. L’extraction de pétrole a supplanté la foresterie en tant que pilier de l’économie. En 2008, le secteur pétrolier représentait 65% du PIB, 85% des recettes publiques et 92% des exportations. Le pays possède également de grandes richesses minérales inexploitées. Au début des années 80, l’augmentation rapide des revenus pétroliers a permis au gouvernement de financer des projets de développement à grande échelle avec une croissance du PIB de 5% par an en moyenne, l’un des taux les plus élevés d’Afrique. Le gouvernement a hypothéqué une partie substantielle de ses revenus pétroliers, contribuant à une pénurie de revenus. Le 12 janvier 1994, la dévaluation des monnaies de la zone franc de 50% a entraîné une inflation de 46% en 1994, mais l’inflation s’est apaisée depuis.

Les efforts de réforme économique se sont poursuivis avec le soutien d’organisations internationales, notamment la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Le programme de réforme a pris fin en juin 1997 lorsque la guerre civile a éclaté. Lorsque Sassou Nguesso est revenu au pouvoir à la fin de la guerre en octobre 1997, il a exprimé publiquement son intérêt pour aller de l’avant avec les réformes économiques et la privatisation et pour renouveler la coopération avec les institutions financières internationales. Cependant, le progrès économique a été gravement touché par la chute des prix du pétrole et la reprise du conflit armé en décembre 1998, qui a aggravé le déficit budgétaire de la République. L’administration actuelle préside à une paix intérieure difficile et fait face à des problèmes économiques difficiles pour stimuler la reprise et réduire la pauvreté, malgré des prix record du pétrole depuis 2003. Le gaz naturel et les diamants sont également des exportations congolaises importantes récemment, bien que le Congo ait été exclu du processus de Kimberley en 2004 au milieu d’allégations selon lesquelles la plupart de ses exportations de diamants étaient en fait sorties clandestinement de la République démocratique du Congo voisine; il a été réadmis dans le groupe en 2007. La République du Congo possède également d’importants gisements inexploités de métaux communs, d’or, de fer et de phosphate. Le pays est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). Le gouvernement congolais a signé un accord en 2009 pour louer 200 000 hectares de terres à des agriculteurs sud-africains afin de réduire sa dépendance aux importations. Le PIB de la République du Congo a augmenté de 6% en 2014 et devrait avoir augmenté de 7,5% en 2015. En 2018, la République du Congo a rejoint l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

La démographie du Congo

La population clairsemée de la République du Congo est concentrée dans la partie sud-ouest du pays, laissant les vastes zones de jungle tropicale du nord pratiquement inhabitées. Ainsi, le Congo est l’un des pays les plus urbanisés d’Afrique, avec 70% de sa population totale vivant dans quelques zones urbaines, à savoir à Brazzaville, Pointe-Noire ou l’une des petites villes ou villages bordant les 534 kilomètres (332 mi ) ferroviaire qui relie les deux villes. Dans les zones rurales, l’activité industrielle et commerciale a décliné rapidement ces dernières années, laissant les économies rurales tributaires du gouvernement pour leur soutien et leur subsistance. Ethniquement et linguistiquement la population de la République du Congo est diverse Ethnologue reconnaît 62 langues parlées dans le pays mais peut être regroupé en trois catégories. Les Kongo sont le groupe ethnique le plus important et forment environ la moitié de la population. Les sous-groupes les plus importants du Kongo sont Laari, dans les régions de Brazzaville et de Pool, et le Vili, autour de Pointe-Noire et le long de la côte atlantique. Le deuxième groupe en importance est celui des Teke, qui vivent au nord de Brazzaville, avec 17% de la population. Boulangui (M’Boshi) vit dans le nord-ouest et à Brazzaville et représente 12% de la population. Les pygmées représentent 2% de la population du Congo. Avant la guerre de 1997, environ 9 000 Européens et autres non-Africains vivaient au Congo, dont la plupart étaient français; il ne reste qu’une fraction de ce nombre. Environ 300 expatriés américains résident au Congo. Selon CIA World Factbook, le peuple de la République du Congo est en grande partie un mélange de catholiques (33,1%), d’éveil des luthériens (22,3%) et d’autres protestants (19,9%). Les adeptes de l’islam représentent 1,6%; cela est principalement dû à un afflux de travailleurs étrangers dans les centres urbains. Selon une enquête de 2011-2012, l’indice synthétique de fécondité était de 5,1 enfants nés par femme, dont 4,5 en zone urbaine et 6,5 en zone rurale.

L’éducation du Congo

Les dépenses publiques du PIB ont été moindres en 2002-2005 qu’en 1991. L’enseignement public est théoriquement gratuit et obligatoire pour les moins de 16 ans mais, dans la pratique, des dépenses existent. Le taux net de scolarisation dans le primaire était de 44% en 2005, beaucoup moins que les 79% en 1991. [63] L’éducation entre six et seize ans est obligatoire. Les élèves qui terminent six ans d’école primaire et sept ans d’école secondaire obtiennent un baccalauréat. Le pays a des universités. À l’université, les étudiants peuvent obtenir un baccalauréat en trois ans et une maîtrise après cinq ans. L’université Marien Ngouabi, qui propose des cours de médecine, de droit et d’autres domaines, est la seule université publique du pays. L’enseignement à tous les niveaux est en français et le système éducatif dans son ensemble modèle le système français.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés