Afrique
20 août 2020

Français tués au Niger: un « suspect arrêté »

Un suspect a été arrêté après l’assassinat de huit personnes dont six humanitaires français par des hommes armés près de […]

Afrique de l'Ouest

L’engagement français au Sahel à l’épreuve du coup d’Etat au Mali

Le coup d’Etat perpétré par l’armée au Mali fragilise la stratégie de la France, intensément engagée au Sahel avec plus […]

Lire la suite »
26 juin 2020 Sahel

Un sommet décisif pour le G5 Sahel le 30 juin à Nouakchott

Sommet décisif pour le G5 Sahel | 6 mois après le sommet de Pau (Sud-Ouest de la France), un sommet […]

Lire la suite »
19 juin 2020 Afrique

Sahel: La situation sécuritaire s’améliore, mais profondément fragile, selon Florence Parly

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Au sommet de Pau (France) en janvier, le président français et ses homologues du G5 Sahel […]

Lire la suite »
14 juin 2020 Afrique

Coalition internationale pour le Sahel : Le Maroc veut désormais y jouer un rôle de 1er plan

Coalition internationale pour le Sahel | Alors qu’il intervenait à l’occasion de la première réunion ministérielle de la Coalition internationale […]

Lire la suite »
12 juin 2020 Afrique

Sahel: Paris et ses partenaires tablent sur des « perspectives très encourageantes »

Perspectives encourageantes au Sahel | Tout en se félicitant des progrès réalisés dans la lutte contre les groupes jihadistes ces […]

Lire la suite »
8 juin 2020 Afrique

Sahel : qui sont les hommes forts du Djihad après la mort de Droukdal, l’émir d’AQMI ?

Après la mort du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) Abdelmalek Droukdal, trois figures dominent plus que jamais la scène jihadiste […]

Lire la suite »
5 juin 2020 Afrique

Les armées du Mali, du Niger et du Burkina accusées d’exactions contre les civils au Sahel

Disparitions forcées, exécutions sommaires… Les accusations d’exactions sur les populations locales se multiplient contre les soldats du Mali, du Burkina […]

Lire la suite »
15 mai 2020 Afrique

Sahel : l’ONU alerte sur un prochain péril humanitaire majeur

Bruxelles (© 2020 Afriquinfos) – Les crises cumulées à savoir sécuritaire et sanitaires alliées aux aléas climatiques risquent de plonger […]

Lire la suite »
11 mai 2020 Afrique

Sahel : le coronavirus ne suffit pas à dissuader les migrants

Le coronavirus ne ralentit pas le flux des migrants | Coronavirus ou non, des milliers d’Africains continuent de tenter la […]

Lire la suite »
29 avril 2020 Sahel

Sahel : Le G5 a besoin du Tchad pour stabiliser la région

Stabiliser la région tchadienne | Dans une déclaration commune, les ministres des Affaires étrangères des pays du G5 Sahel et […]

Lire la suite »
12 avril 2020 Afrique

Pour gagner du respect, l’Afrique doit lutter contre le Covid-19 avec ses propres forces

Dakar (© 2020 Afriquinfos)- IAASS – C’est l’enseignant-chercheur et directeur-exécutif du think tank ‘’IAASS’’ (études africaines et asiatiques au Sahel), […]

Lire la suite »
3 avril 2020 Afrique

Sahel : en pleine pandémie du Covid-19, risque d’insécurité alimentaire pour 5 millions de personnes

Ouagadougou (© 2020 Afriquinfos)- C’est le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) qui tire à nouveau la sonnette d’alarme sur la grave […]

Lire la suite »
Afrique

Sahel: 4 premiers cas confirmés de coronavirus parmi les soldats de Barkhane

Quatre officiers français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane ont été testés positifs au coronavirus, a […]

Lire la suite »
1 avril 2020 Afrique Centrale

Le Tchad déploie des militaires au Nigeria et au Niger pour lutter contre Boko Haram

Le Tchad a envoyé des soldats au Niger et au Nigeria dans le cadre de l’opération de lutte contre Boko […]

Lire la suite »
25 mars 2020 Afrique Centrale

Boko Haram au Sahel: Hommages aux soldats tués au Tchad

Boma (© 2020 Afriquinfos)- Boko Haram au Sahel, ce mercredi, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby, a passé sa […]

Lire la suite »
16 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Opération Takuba : la Suède envisage l’envoi de 150 soldats au Sahel

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- Les autorités suédoises comptent contribuer à l’effort mené par des pays européens pour combattre le terrorisme […]

Lire la suite »
11 mars 2020 Fil AFP

Lutte Anti-terrorisme: Les Européens « mal coordonnés » au Sahel, selon un général américain

New York (© 2020 Afriquinfos)- D’après le chef du commandement américain pour l’Afrique (Africom), le général Stephen Townsend, non seulement […]

Lire la suite »
28 février 2020 Afrique de l'Ouest

3000 soldats de l’UA au Sahel pour renforcer les force G5 Sahel et Barkhane

Bamako (© 2020 Afriquinfos)- Alors que les terroristes continuent leurs incursions meurtrières au Sahel notamment dans le zone des 3 […]

Lire la suite »
27 février 2020 Afrique de l'Ouest

Menace terroriste au Sahel : Le Mali et le Burkina Faso répondent au Conseil des droits de l’homme

Genève (© 2020 Afriquinfos)-S’exprimant lors de la 43ème session ordinaire du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à […]

Lire la suite »

Le Sahel est la zone de transition écoclimatique et biogéographique en Afrique entre le Sahara au nord et la savane soudanienne au sud. Ayant un climat semi-aride, il s’étend à travers les latitudes du centre-sud de l’Afrique du Nord entre l’océan Atlantique et la mer Rouge. Le nom est dérivé du terme arabe pour « côte, rivage » : cela s’explique comme étant utilisé dans un sens figuré (en référence à la bordure sud du vaste Sahara). Cependant, une telle utilisation figurative n’est pas attestée en arabe classique, et il a été suggéré que le mot pourrait à l’origine être dérivé du mot arabe sahl سهل « plain » à la place. 

La partie sahélienne de l’Afrique comprend de l’ouest à l’est du nord du Sénégal, le sud de la Mauritanie, le centre du Mali, le nord du Burkina Faso, l’extrême sud de l’Algérie, le Niger, l’extrême nord du Nigéria, l’extrême nord du Cameroun et la République centrafricaine, centre Tchad, centre et sud du Soudan, extrême nord du Soudan du Sud, Érythrée et extrême nord de l’Éthiopie.

Historiquement, la partie occidentale du Sahel était parfois connue comme la région du Soudan (bilād as-sūdān بلاد السودان « terres des noirs »). Cette ceinture était à peu près située entre le Sahara et les zones côtières de l’Afrique de l’Ouest.

Géographie

Le Sahel s’étend sur 5 900 km (3 670 mi) de l’océan Atlantique à l’ouest à la mer Rouge à l’est, dans une ceinture qui varie de plusieurs centaines à mille kilomètres (environ 600 miles) de largeur, couvrant une superficie de 3 053 200 kilomètres carrés (1178850 milles carrés). C’est une écorégion de transition de prairies semi-arides, de savanes, de steppes et de broussailles épineuses se trouvant entre la savane soudanienne boisée au sud et le Sahara au nord.

La topographie du Sahel est principalement plate; la majeure partie de la région se situe entre 200 et 400 mètres (660 et 1 310 pieds) d’altitude. Plusieurs plateaux et chaînes de montagnes isolés s’élèvent du Sahel, mais sont désignés comme écorégions distinctes car leur flore et leur faune sont distinctes des basses terres environnantes. Les précipitations annuelles varient d’environ 100 à 200 mm (4 à 8 pouces) dans le nord du Sahel à environ 700 à 1 000 mm (28 à 39 pouces) dans le sud.

La faune et la flore

Le Sahel est principalement couvert de prairies et de savanes, avec des zones boisées et des arbustes. Le couvert herbacé est assez continu dans la région, dominé par des espèces de graminées annuelles telles que Cenchrus biflorus, Schoenefeldia gracilis et Aristida stipoides. Les espèces d’acacia sont les arbres dominants, avec Acacia tortilis le plus commun, avec Acacia senegal et Acacia laeta. D’autres espèces d’arbres comprennent Commiphora africana, Balanites aegyptiaca, Faidherbia albida et Boscia senegalensis. Dans la partie nord du Sahel, des zones d’arbustes désertiques, notamment Panicum turgidum et Aristida sieberana, alternent avec des zones de prairies et de savane. Pendant la longue saison sèche, de nombreux arbres perdent leurs feuilles et les graminées à prédominance annuelle meurent.

Le Sahel abritait autrefois de grandes populations de mammifères brouteurs, notamment l’oryx à cornes de cimeterre (Oryx dammah), la gazelle dama (Gazella dama), la gazelle Dorcas (Gazella dorcas), la gazelle à front rouge (Gazella rufifrons), le buffle préhistorique géant (Pelorovis) et Bubal hartebeest (Alcelaphus busephalus buselaphus), ainsi que de grands prédateurs comme le chien sauvage d’Afrique (Lycaon pictus), le guépard d’Afrique du Nord-Ouest (Acinonyx jubatus hecki), le guépard d’Afrique du Nord-Est (Acinonyx jubatus soemmeringii), le lion (Panthera Leo). Les plus grandes espèces ont été considérablement réduites en nombre par la chasse excessive et la concurrence avec le bétail, et plusieurs espèces sont vulnérables (gazelle Dorcas, guépard, lion et gazelle à front rouge), en danger (gazelle Dama et chien sauvage d’Afrique), ou disparues ( l’oryx à cornes de cimeterre est probablement éteint à l’état sauvage, et Pelorovis et le bubale bubal sont maintenant éteints).

Les zones humides saisonnières du Sahel sont importantes pour les oiseaux migrateurs se déplaçant en Afrique et sur les voies de migration Afrique-Eurasie.

Climat

Le Sahel a un climat tropical et steppique chaud (classification climatique de Köppen BSh). Le climat est généralement chaud, ensoleillé, sec et quelque peu venteux toute l’année. Le climat du Sahel est similaire, mais moins extrême que le climat du désert du Sahara situé juste au nord.

Le Sahel reçoit principalement une quantité de précipitations faible à très faible chaque année. La steppe a une saison sèche très longue et dominante et une courte saison des pluies. Les précipitations sont également extrêmement irrégulières et varient considérablement d’une saison à l’autre. La plupart des pluies tombent généralement pendant quatre à six mois au milieu de l’année, tandis que les autres mois peuvent rester absolument secs. L’intérieur de la région du Sahel reçoit généralement entre 200 mm et 700 mm de pluie par an. Un système de subdivisions souvent adopté pour le climat sahélien basé sur les précipitations annuelles est le suivant : le climat saharo-sahélien, avec des précipitations annuelles moyennes entre environ 100 et 200 mm (comme à Khartoum, au Soudan), le climat sahélien strict, avec une moyenne annuelle des précipitations comprises entre environ 200 et 700 mm (comme Niamey, Niger) et le climat sahélo-soudanien, avec des précipitations annuelles moyennes entre environ 700 et 1000 mm (comme Bamako, Mali). L’humidité relative dans la steppe est faible à très faible, souvent entre 10% et 25% pendant la saison sèche et entre 25% et 75% pendant la saison des pluies. Les endroits les moins humides ont une humidité relative inférieure à 35%.

Le Sahel se caractérise par une chaleur constante et intense, avec une température constante. Le Sahel connaît rarement des températures froides. Pendant la période la plus chaude, les températures moyennes élevées se situent généralement entre 36 et 42 ° C (97 et 108 ° F) (et encore plus dans les régions les plus chaudes), souvent pendant plus de trois mois, tandis que les températures moyennes basses sont d’environ 25 à 31 ° C (77 à 88 ° F). Pendant la « période la plus froide », les températures moyennes élevées se situent entre 27 et 33 ° C (81 et 91 ° F) et les basses températures moyennes se situent entre 15 et 21 ° C (59 et 70 ° F). Partout au Sahel, la température moyenne moyenne est supérieure à 18 ° C (64 ° F).

Le Sahel a une durée d’ensoleillement élevée à très élevée toute l’année, entre 2 400 heures (environ 55% des heures de clarté) et 3 600 heures (plus de 80% des heures de clarté). La durée d’ensoleillement au Sahel se rapproche des niveaux du désert, et est comparable à celle du désert d’Arabie, par exemple, même si le Sahel n’est qu’une steppe et non un désert. La couverture nuageuse est faible à très faible. Par exemple, Niamey, au Niger, a 3 082 heures de soleil brillant ; Gao, au Mali, a près de 3 385 heures de soleil ; Tombouctou, au Mali, a 3 409 heures de soleil et N’Djamena, au Tchad, 3 205 heures de soleil. 

Culture

Traditionnellement, la plupart des habitants du Sahel étaient des semi-nomades, élevant et élevant du bétail dans un système de transhumance, qui est probablement la manière la plus durable d’utiliser le Sahel. La différence entre le nord sec avec des niveaux plus élevés de nutriments du sol et le sud plus humide avec plus de végétation, est utilisée en faisant paître les troupeaux avec des aliments de haute qualité dans le nord pendant la saison des pluies, et en parcourant plusieurs centaines de kilomètres au sud pour brouter sur des aliments plus abondants, mais moins nutritifs pendant la période sèche. 

Au Sahel occidental, la polygamie et le mariage des enfants sont courants. Les mutilations génitales féminines sont également pratiquées à travers le Sahel. 

Sahel : Histoire

L’agriculture primitive

Vers 4000 avant JC, le climat du Sahara et du Sahel a commencé à devenir plus sec à un rythme extrêmement rapide. Ce changement climatique a entraîné une diminution assez importante des lacs et des rivières et une augmentation de la désertification. Ceci, à son tour, a diminué la quantité de terres propices aux implantations et a provoqué des migrations des communautés agricoles vers le climat plus humide de l’Afrique de l’Ouest.

Royaumes sahéliens

Les royaumes sahéliens étaient une série de monarchies centrées au Sahel entre le IXe et le XVIIIe siècle. La richesse des États provient du contrôle des routes commerciales transsahariennes à travers le désert, en particulier de la traite des esclaves avec le monde islamique. Leur pouvoir provenait d’avoir de gros bêtes de somme comme des chameaux et des chevaux qui étaient assez rapides pour garder un grand empire sous contrôle central et étaient également utiles au combat. Tous ces empires étaient assez décentralisés, les villes membres jouissant d’une grande autonomie. Les premiers grands royaumes sahéliens ont vu le jour après 750 après JC et ont soutenu plusieurs grandes villes commerçantes de la région du Niger Bend, dont Tombouctou, Gao et Djenné.

Les États du Sahel ont été empêchés de s’étendre vers le sud dans la zone forestière des peuples Ashanti et Yoruba, car les guerriers montés étaient presque inutiles dans les forêts et les chevaux et les chameaux ne pouvaient pas survivre à la chaleur et aux maladies de la région.

Période coloniale

Le Sahel occidental est tombé en France à la fin du 19e siècle dans le cadre de l’Afrique occidentale française. Le Tchad a été ajouté en 1900 dans le cadre de l’Afrique équatoriale française. Les territoires français ont été décolonisés en 1960.

Le Sahel oriental (la partie de ce qui est maintenant le Soudan) n’est pas tombé sous les pouvoirs européens mais a été annexé par Muhammad Ali d’Egypte en 1820. Il est passé sous administration britannique dans le cadre du Sultanat d’Egypte en 1914. Le Sahel soudanais est devenu partie du Soudan indépendant en 1956, et le Soudan du Sud a à son tour obtenu son indépendance du Soudan proprement dit en 2011.

Sécheresses récentes

Pendant des centaines d’années, la région du Sahel a connu des sécheresses et des méga-sécheresses régulières. Une méga-sécheresse a duré de 1450 à 1700, 250 ans. Il y a eu une grande sécheresse au Sahel en 1914 causée par des pluies annuelles bien en dessous de la moyenne, conduisant à une famine à grande échelle. De 1951 à 2004, le Sahel a connu certaines des sécheresses les plus graves et les plus graves d’Afrique. Les années 1960 ont vu une forte augmentation des précipitations dans la région, rendant la région plus sèche du nord plus accessible. Il y a eu une poussée, soutenue par les gouvernements, pour que les gens se déplacent vers le nord. Lorsque la longue période de sécheresse de 1968 à 1974 a commencé, le pâturage est rapidement devenu insoutenable et un dénudage à grande échelle du terrain a suivi. Comme la sécheresse de 1914, cela a conduit à une famine à grande échelle, mais cette fois quelque peu tempérée par la visibilité internationale et un afflux d’aide. Cette catastrophe a conduit à la création du Fonds international de développement agricole.

Sécheresse de 2010

Entre juin et août 2010, la famine a frappé le Sahel. Les cultures du Niger n’ont pas mûri sous la chaleur, 350 000 personnes ont dû mourir de faim et 1 200 000 étaient menacées de famine. Au Tchad, la température a atteint 47,6 ° C (117,7 ° F) le 22 juin à Faya-Largeau, battant un record établi en 1961 au même endroit. Le Niger a égalé son record de température le plus élevé établi en 1998, également le 22 juin, à 47,1 ° C à Bilma. Ce record a été battu le lendemain, lorsque Bilma a atteint 48,2 ° C (118,8 ° F). La température la plus chaude enregistrée au Soudan a été atteinte le 25 juin, à 49,6 ° C (121,3 ° F) à Dongola, battant un record établi en 1987. Le 14 juillet, le Niger a signalé que la diarrhée, la famine, la gastro-entérite, la malnutrition et les maladies respiratoires avaient rendu malades ou tué de nombreux enfants. La nouvelle junte militaire a fait appel à l’aide alimentaire internationale et a pris des mesures sérieuses pour faire appel à l’aide à l’étranger. Le 26 juillet, la chaleur a atteint des niveaux presque records au Tchad et au Niger et, dans le nord du Niger, une vingtaine de personnes seraient mortes de déshydratation au 27 juillet.

Désertification et perte de sol

La région du Sahel est confrontée à des problèmes environnementaux qui contribuent au réchauffement climatique. Si le changement climatique dans la région du Sahel « n’est pas ralenti et que la désertification peut être inversée grâce à des pratiques durables et à toute forme de reboisement, ce n’est qu’une question de temps avant » que des pays comme le Niger perdent toute leur masse continentale au profit du désert en raison d’incontrôlables non durables. La surexploitation, le surpâturage, la surpopulation des terres marginales et l’érosion naturelle des sols ont provoqué une grave désertification de la région. Cela a affecté la construction d’abris, ce qui a rendu nécessaire le changement des matériaux utilisés. Le projet de construction sans bois a été introduit au Sahel en 1980 par l’Atelier de développement, réalisant depuis lors un fort impact social dans la région. 

Des tempêtes de poussière importantes sont également fréquentes. En novembre 2004, un certain nombre de grandes tempêtes de poussière ont frappé le Tchad, à l’origine de la dépression de Bodélé. Il s’agit d’une zone commune pour les tempêtes de poussière, qui se produisent en moyenne 100 jours par an.

Le 23 mars 2010, une importante tempête de sable a frappé la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée-Bissau, la Guinée et la Sierra Leone intérieure. Un autre a frappé en même temps le sud de l’Algérie, l’intérieur de la Mauritanie, le Mali et le nord de la Côte d’Ivoire.

Instabilité et violence

Des organisations terroristes, dont Boko Haram, al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) opérant au Sahel, ont contribué à la violence, à l’extrémisme et à l’instabilité de la région. En mars 2020, les États-Unis ont envoyé un envoyé spécial pour la région du Sahel pour lutter contre la montée de la violence des groupes terroristes.

L’envoyé Peter Pham a commencé son nouveau rôle plus tôt cette semaine, a déclaré le porte-parole. Il est envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs africains depuis novembre 2018.

Les violents conflits éleveurs-agriculteurs au Nigéria, au Mali, au Soudan et dans d’autres pays de la région du Sahel ont été exacerbés par le changement climatique, la dégradation des terres et la croissance démographique. Les sécheresses et les pénuries alimentaires sont également liées au conflit dans le nord du Mali.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés