La procureure de la CPI attendue vendredi à Abidjan

Afriquinfos Editeur 5 Vues
2 Min de Lecture

Le communiqué du ministère ivoirien de la Justice qui annonce l'arrivée de Mme Bensouda ne précise ni le calendrier de son séjour ni l'objet de sa visite.

La CPI poursuit l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, détenu à La Haye depuis novembre 2011 pour "crimes de guerre" et " crimes contre l'humanité" lors de la crise post-électorale de 2010- 2011 qui a fait 3 000 morts en Côte d'Ivoire.

La CPI a, par ailleurs, lancé un mandat d'arrêt contre l'épouse de M. Gbagbo en détention à Odienné, dans le nord de la côte d'Ivoire, et réclame son transfèrement à La Haye.

Alors que des voix s'élèvent pour dénoncer le fait que seuls les partisans de M. Gbagbo sont poursuivis et que le camp du président actuel, Alassane Ouattara, n'est pas inquiété, Mme Bensouda assure qu'aucun présumé ne sera épargné.

"J'ai dit que toutes les parties au conflit seraient soumises à examen (et) cela demeure vrai", a-t-elle soutenu mercredi dans un journal français.

Dans sa stratégie sur la Côte d'Ivoire, elle n'entend pas se "disperser".

"Il faut bien partir de quelque part, commencer nos enquêtes en regardant partout en même temps serait inefficace", explique Mme Bensouda qui fait savoir que "le dossier Gbagbo est le premier en Côte d'Ivoire" mais "ce ne sera pas le dernier".

Début juin, l'audience de confirmation ou non des charges contre Laurent Gbagbo a été ajournée, les juges ont demandé des " preuves supplémentaires" avant un éventuel procès contre l'ex président ivoirien.

Mme Bensouda a fait appel de la décision et soutient qu'"il ne s'agit ni d'un acquittement, ni d'un rejet complet du dossier", se disant "confiante" quant à la suite du processus.

"J'ai confiance dans le fait que les éléments complémentaires que nous verserons aboutiront à confirmer les charges contre Laurent Gbagbo", a déclaré la procureure de nationalité gambienne.