Mondial 2014/Scandale : L’agent de Karim Benzema aurait frappé un journaliste

ecapital
3 Min de Lecture

Le bilan de la France pour le Mondial 2014 est positif. Malgré leur défaite 0-1 en quart de finale face à l’Allemagne, les bleus sont revenus triomphants en France. Ils ont rempli leur principal objectif : redorer l’image de l’équipe nationale auprès des français, fortement entachée par les scandales qui avaient marqué la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud.

Toutefois, un premier scandale est en train d’émerger, tel une bombe prête à exploser. Il pourrait bien faire beaucoup de dégâts si les faits étaient avérés, car il concerne Karim Benzema, le joueur le plus acclamé de l’équipe avec Paul Pogba. L’attaquant n’est pas simplement acclamé, il est aussi mondialement reconnu. Pour l’heure, il est ainsi en tête du classement FIFA des meilleurs joueurs du Mondial. Au vu du top 5, il est fort probable qu’il le reste et soit sacré meilleur joueur de la compétition.

Il serait donc fort dommage qu’un scandale vienne détruire cette belle histoire, qualifiée de « monde des bisounours » par le spécialiste du ballon rond Pierre Ménès. Selon lui, l’agent et ami de Karim Benzema, Karim Djaziri, aurait menacé trois journalistes de L’Equipe puis frappé l’un d’entre eux. L’évènement se serait produit dans une boîte de nuit à Ribeirao Preto lors de la soirée d’adieu des Bleus. C’est sur le plateau du Grand Journal de Canal + qu’il a fait ses déclarations, précisant que ce geste était dû à des critiques envers le footballeur. De son côté, l’agent a été défendu par Hervé Mathoux, le présentateur, qui a rappelé que celui-ci affirme avoir été lui aussi agressé, recevant notamment un verre dans la tête.

- Advertisement -

Le 17 juin, le même agent avait déjà insulté et menacé physiquement un autre journaliste de l’équipe, lors du match entre la Suisse et le Honduras. La rédaction de L’Equipe se fait pour l’instant discrète sur le sujet. Elle a toutefois affirmé que les trois victimes se réservent le droit de porter plainte pour menaces, coups et blessures et entrave à la liberté d’expression. Elle a par ailleurs souligné que s’ils prennent cette voie, ils seront soutenus par le journal, qui s’associera à ces actions judiciaires.

Afriquinfos