Afrique Centrale
6 août 2020

Foot: Le Germano-camerounais Y. Moukoko, prochain plus jeune joueur de l’histoire de la Bundesliga

Dortmund (@Afriquinfos 2020)- Serait-il la prochaine superstar du football mondial ? Youssoufa Moukoko à seulement 15 ans est déjà sous […]

4 août 2020 Afrique Centrale

Émotion et hommages après le décès de Tataw, capitaine des Lions du Cameroun au mondial 1990

Yaoundé (@Afriquinfos 2020)- Le vendredi 31 juillet dernier, le monde sportif international a appris le décès à 57 ans des […]

Lire la suite »
10 juillet 2020 Afrique

Au Cameroun, un plasticien peint la fragilité du monde face au coronavirus

De larges mains obstruant la vision de jeunes citadins ou dirigées vers le ciel où flotte un masque de protection: […]

Lire la suite »
7 juillet 2020 Afrique Centrale

Buffon, grand admirateur du portier camerounais Nkono, bat le record des matchs joués en série A italienne

Turin (© 2020 Afriquinfos)- La légende italienne de football, Gianluigi Buffon a établi samedi dernier, lors de la 30è journée du […]

Lire la suite »
30 juin 2020 Afrique Centrale

Football : Roger Milla, auteur d’un record mondial qui tient depuis 26 ans 

Record mondial de Roger Milla | Le 28 juin 1994, la légende camerounaise du football, Roger Milla, écrivait à jamais […]

Lire la suite »
20 juin 2020 Afrique Centrale

Fête de la musique 2020 : le Cameroun, grenier de bassistes émérites en Afrique !

Fête de la musique 2020 | Le monde s’apprête, dans des conditions particulières en raison de la pandémie de la Covid-19, […]

Lire la suite »
11 juin 2020 Afrique Centrale

Cameroun : Gaëlle Enganamouit, héroïne du foot féminin, raccroche ses crampons

Gaëlle Enganamouit | A la surprise générale et même de ses encadreurs, l’internationale camerounaise, Gaëlle Enganamouit a annoncé le mardi […]

Lire la suite »
8 juin 2020 Afrique Centrale

Il y a 30 ans, le Cameroun d’Oman-Biyick battait l’Argentine de Maradona au Mondial !

Cameroun – Argentine à la Coupe du Monde 1990 | Ce lundi 08 juin 2020, le Cameroun et l’Afrique entière […]

Lire la suite »
4 juin 2020 Afrique Centrale

Le Cameroun accusé d’avoir traité le coronavirus à la légère

Traitement du coronavirus au Cameroun | « Gestion calamiteuse », absence de « rigueur », « maladresses »: les mesures pour lutter contre le coronavirus au […]

Lire la suite »
29 mai 2020 Afrique Centrale

Cameroun: la lutte contre le coronavirus ravive la guerre des chefs

Lutte contre le coronavirus au Cameroun | La lutte contre le coronavirus a ravivé au Cameroun une guerre des chefs […]

Lire la suite »
4 mai 2020 Afrique Centrale

Eto’o invite l’Afrique à tirer des leçons du Covid-19

Tirer des leçons du Covid-19 | Samuel Et’o’o, l’ancien international camerounais est connu pour son franc-parler et pas que sur […]

Lire la suite »
30 avril 2020 Afrique Centrale

Football : André Onana va quitter l’Ajax Amsterdam

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos) –  L’international camerounais André Onana sera l’une des attractions du prochain mercato estival. Le gardien de […]

Lire la suite »
29 avril 2020 Afrique Centrale

Samuel Eto’o favorable à un report de la CAN 2021 camerounaise

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos) –  CAN 2021 camerounaise – Avec ses 1705 cas de contaminations confirmés au nouveau coronavirus et […]

Lire la suite »
8 avril 2020 Afrique Centrale

Cameroun: le parti du président Biya remporte les législatives partielles

Législatives partielles du Cameroun | Le parti du président Paul Biya a remporté les 13 sièges remis en jeu lors […]

Lire la suite »
6 avril 2020 Afrique Centrale

Cameroun: sept civils tués par deux kamikazes de Boko Haram

Kamikazes de Boko Haram | Sept civils camerounais, dont deux adolescents, ont été tués dimanche soir dans un double attentat-suicide […]

Lire la suite »
1 avril 2020 Afrique Centrale

Antoine Bell, grande gueule africaine, salue le parcours hors-pairs de Pape Mababa Diouf 

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- Un florilège d’hommages a sanctionné l’annonce du décès de l’ancien Président de l’Olympique de Marseille (OM), Pape […]

Lire la suite »
24 mars 2020 Afrique Centrale

Manu Dibango, la légende de l’Afro-Jazz décède du coronavirus

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Testé positif il y a quelques jours au Coronavirus, la légende africaine de la musique Manu […]

Lire la suite »
18 mars 2020 Afrique Centrale

COVID-19/ la CAF reporte le CHAN 2020

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)-  A l’instar de nombreuses compétitions à l’échelle mondiale, le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020 ne […]

Lire la suite »
16 mars 2020 Afrique Centrale

CAF : les villes de Douala et Rabat désignées pour abriter les finales des coupes continentales

Douala (© 2020 Afriquinfos)- La Confédération Africaine de Football (CAF) a dévoilé les stades qui abriteront les finals des coupes […]

Lire la suite »
4 mars 2020 Afrique Centrale

Partenariat FECAFOOT-QFA : le Qatar se rapproche de plus en plus de l’Afrique

Doha (© 2020 Afriquinfos)- Après le Gabon en février dernier, au tour du Cameroun de sceller un accord avec le […]

Lire la suite »
3 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Cameroun: 10 séparatistes « neutralisés » selon le gouvernement, qui dément la mort de civils

Le gouvernement camerounais a assuré lundi avoir « neutralisé 10 terroristes » séparatistes lors d’une opération militaire samedi dans une localité de […]

Lire la suite »
25 février 2020 Afrique Centrale

CHAN 2020 : le calendrier complet de la compétition dévoilé

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- La Confédération Africaine de Football (CAF) a rendu public du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020 […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Cameroun: la présidence rejette des « propos surprenants » d’Emmanuel Macron

La présidence camerounaise s’est offusquée lundi soir des « propos surprenants » du chef d’Etat français Emmanuel Macron, qui a promis samedi […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique de l'Ouest

Massacre au Cameroun: l’ONU veut une enquête « indépendante, impartiale »

L’ONU a réclamé mardi aux autorités camerounaises une enquête « indépendante, impartiale et complète » après la mort de plus 23 personnes, […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

CHAN Cameroun 2020/ Tirage au sort : les équipes en lice fixées sur leurs adversaires

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- La confédération Africaine de Football (CAF) a procédé ce lundi 17 février à Yaoundé, l’une des […]

Lire la suite »
17 février 2020 Afrique Centrale

Un étudiant camerounais contracte et guérit du Coronavirus en Chine

Jingzhou (© 2020 Afriquinfos)- Alors que la situation est toujours aussi inquiétante en Chine malgré un troisième jour de suite […]

Lire la suite »
13 février 2020 Afrique Centrale

Cameroun anglophone: plus de cent rapts par des séparatistes avant les législatives

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- Plus de cent personnes ont été enlevées par des séparatistes armés dans les régions anglophones du […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Cameroun

Défilé officiel de la Fédération de la haute couture et de la mode : l’Afrique pour la première fois à l’honneur avec le styliste camerounais Imane

Paris (© 2020 Afriquinfos)-Le styliste camerounais Imane Ayissi est le premier créateur d’Afrique sub-saharienne invité à défiler dans le calendrier […]

Lire la suite »
20 janvier 2020 Afrique Centrale

CHAN Cameroun 2020 : les Lions indomptables locaux veulent remporter le trophée à domicile

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- Le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020, se tient 4 au 25 avril prochain au Cameroun. Hôtes […]

Lire la suite »
15 janvier 2020 Afrique Centrale

CAN 2021/ La compétition fait son retour en janvier-février

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)-  On s’y attendait. La phase finale de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2021 se […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Afrique : les éliminatoires Coupe du monde 2022 reportées à novembre 2020

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)-  Initialement prévu pour mars prochain, le démarrage des éliminatoires Coupe du monde 2022 aura finalement lieu […]

Lire la suite »
12 janvier 2020 Cameroun

Ahmad Ahmad entame une visite de trois jours au Cameroun dès lundi

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)-Dès demain lundi, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, est attendu au […]

Lire la suite »
2 janvier 2020 Afrique Centrale

Ecarté de la gestion du Port de Douala, Bolloré s’en remet à la justice

Douala (© 2020 Afriquinfos)- Le 31 décembre dernier, le contrat liant le Port autonome de Douala (PAD) et le Douala International […]

Lire la suite »
16 décembre 2019 Afrique Centrale

Cameroun : Un projet en cours pour établir un statut spécial pour les régions anglophones

Yaoundé (© 2019 Afriquinfos)-Le parlement camerounais étudie depuis ce vendredi un projet octroyant un statut spécial aux deux régions anglophones […]

Lire la suite »
27 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

En plein coeur du conflit séparatiste, la Silicon Mountain du Cameroun anglophone se meurt (Reportage)

Le grand plateau d’ActivSpaces, un incubateur de start-up en plein coeur de la Silicon Mountain du Cameroun, prometteuse il y […]

Lire la suite »
13 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Cameroun: Le cardinal Tumi supplie les séparatistes anglophones de participer au dialogue

A 89 ans, le cardinal Christian Tumi, mène peut-être l’un de ses derniers combats. Inlassable partisan d’un grand dialogue national […]

Lire la suite »
12 juin 2018 Afrique de l'Ouest

Cameroun/violences sécessionnistes : Amnesty épingle soldats et séparatistes

Londres (© 2018 Afriquinfos) –Un nouveau rapport d’Amnesty International, publié mardi et portant sur l’escalade de violence « meurtrière » […]

Lire la suite »
8 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Cameroun: des leaders sécessionnistes sous le coup de mandats d’arrêts internationaux

Douala (© Afriquinfos 2017)-Le chef de file des mouvements sécessionnistes Ayuk Tabe et quelques figures de la lutte pour l’indépendance […]

Lire la suite »
Cameroun officiellement la République du Cameroun est un pays d’Afrique centrale. Il est bordé par le Nigéria à l’ouest et au nord ; Tchad au nord-est ; la République centrafricaine à l’est; et la Guinée équatoriale, le Gabon et la République du Congo au sud. La côte camerounaise est située sur la baie du Biafra, une partie du golfe de Guinée et de l’océan Atlantique. Bien que le Cameroun ne soit pas un État membre de la CEDEAO, il est géographiquement et historiquement en Afrique de l’Ouest avec le Cameroun méridional qui forme désormais ses régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avec une forte histoire ouest-africaine. Cependant, depuis 2017, des éléments des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest ont depuis déclaré un État indépendant (mais non reconnu internationalement) appelé Ambazonie. Le pays est parfois identifié comme ouest-africain et d’autres fois comme centrafricain en raison de sa position stratégique au carrefour entre l’Afrique occidentale et centrale. Le Cameroun abrite plus de 250 langues maternelles parlées par près de 20 millions de personnes. Les langues officielles du pays sont le français et l’anglais. Les premiers habitants du territoire comprenaient la civilisation sao autour du lac Tchad et les chasseurs-cueilleurs baka dans la forêt tropicale du sud-est. Les explorateurs portugais ont atteint la côte au XVe siècle et ont nommé la zone Rio dos Camarões (rivière aux crevettes), qui est devenue le Cameroun en anglais. Les soldats peuls ont fondé l’émirat d’Adamawa au nord au XIXe siècle, et divers groupes ethniques de l’ouest et du nord-ouest ont établi de puissantes chefferies et fondations. Le Cameroun est devenu une colonie allemande en 1884 connue sous le nom de Kamerun. Après la Première Guerre mondiale, le territoire a été divisé entre la France et le Royaume-Uni en tant que mandats de la Société des Nations. Le parti politique de l’Union des populations du Cameroun (UPC) prône l’indépendance, mais est interdit par la France dans les années 1950, entraînant la guerre de Bamileke entre les forces françaises et l’UPC jusqu’au début de 1971. En 1960, la partie du Cameroun administrée par la France devient indépendante comme la République du Cameroun sous le président Ahmadou Ahidjo. La partie sud du Cameroun britannique s’est fédérée avec elle en 1961 pour former la République fédérale du Cameroun. La fédération a été abandonnée en 1972. Le pays a été rebaptisé République-Unie du Cameroun en 1972 et République du Cameroun en 1984. Un grand nombre de Camerounais vivent comme agriculteurs de subsistance. Paul Biya, le président en exercice, dirige le pays depuis 1982 ; il avait auparavant occupé le poste de Premier ministre, de 1975 jusqu’à son accession à la présidence. Le pays a connu des tensions venant des territoires anglophones. Les politiciens des régions anglophones ont plaidé pour une plus grande décentralisation et même une séparation ou une indépendance totale (comme au sein du Conseil national du Cameroun méridional) du Cameroun. En 2017, les tensions concernant la création d’un État ambazonien dans les territoires anglophones ont dégénéré en guerre ouverte. Les langues officielles du Cameroun sont le français et l’anglais. Les langues des anciens Cameroun français coloniaux et du Cameroun britannique et de sa population religieuse sont composées à 70% de chrétiens et à 20% de musulmans. Elle est gouvernée comme une république présidentielle unitaire et entretient de bonnes relations avec les grandes puissances de la France, du Royaume-Uni et de la Chine. Le pays est souvent appelé « l’Afrique en miniature » pour sa diversité géologique et culturelle. Les caractéristiques naturelles incluent les plages, les déserts, les montagnes, les forêts tropicales et les savanes. Le point culminant à près de 4100 mètres (13500 pieds) est le mont Cameroun dans la région sud-ouest du pays, et les plus grandes villes en termes de population sont Douala sur le fleuve Wouri, sa capitale économique et principal port maritime, Yaoundé, sa capitale politique, et Garoua. Le pays est bien connu pour ses styles de musique natifs, en particulier le Makossa et le Bikutsi, et pour son équipe nationale de football à succès. Le Cameroun est un État membre de l’Union africaine, des Nations Unies, du Mouvement des pays non alignés et de l’Organisation de coopération islamique.

L’histoire du Cameroun

Le territoire du Cameroun actuel a été colonisé pour la première fois à l’époque néolithique. Les habitants continus les plus longs sont des groupes tels que les Baka (Pygmées). De là, les migrations bantoues vers l’Afrique orientale, australe et centrale sont censées provenir il y a environ 2 000 ans. La culture sao naquit autour du lac Tchad, v. 500 AD, et a cédé la place au Kanem et à son successeur, l’Empire Bornu. Des royaumes, des fondations et des chefferies sont apparus à l’ouest. Les marins portugais ont atteint la côte en 1472. Ils ont noté une abondance de crevettes fantômes Lepidophthalmus turneranus dans le fleuve Wouri et l’ont baptisé Rio dos Camarões (Shrimp River), qui est devenu le Cameroun en anglais. Au cours des siècles suivants, les intérêts européens ont régularisé le commerce avec les peuples côtiers et les missionnaires chrétiens ont poussé à l’intérieur des terres.

Années 1800

Au début du 19e siècle, Modibo Adama a mené des soldats peuls sur un djihad dans le nord contre les peuples non musulmans et partiellement musulmans et a établi l’émirat d’Adamawa. Les peuples sédentaires qui ont fui les Peuls ont provoqué une redistribution importante de la population. La tribu Bamum a un système d’écriture, connu sous le nom de script Bamum ou Shu Mom. Le script leur a été donné par le sultan Ibrahim Njoya en 1896 et est enseigné au Cameroun par le Bamum Scripts and Archives Project. L’Allemagne a commencé à s’établir au Cameroun en 1868 lorsque la société Woermann de Hambourg a construit un entrepôt. Il a été construit sur l’estuaire de la rivière Wouri. Plus tard, Gustav Nachtigal a conclu un traité avec l’un des rois locaux pour annexer la région à l’empereur allemand. L’Empire allemand a revendiqué le territoire comme la colonie de Kamerun en 1884 et a commencé une poussée régulière à l’intérieur des terres. Les Allemands se heurtèrent à la résistance des autochtones qui ne voulaient pas que les Allemands s’établissent sur cette terre. Sous l’influence de l’Allemagne, les sociétés commerciales ont dû réglementer les administrations locales. Ces concessions utilisaient le travail forcé des Africains pour réaliser un profit. La main-d’œuvre était utilisée dans les plantations de bananes, d’hévéas, de palmiers à huile et de cacao. Ils ont lancé des projets pour améliorer l’infrastructure de la colonie, en s’appuyant sur un système sévère de travail forcé, qui a été très critiqué par les autres puissances coloniales.

Années 1900

Avec la défaite de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale, Kamerun est devenu un territoire sous mandat de la Société des Nations et a été divisé en Cameroun français et Cameroun britannique en 1919. La France a intégré l’économie du Cameroun avec celle de la France et a amélioré l’infrastructure avec des investissements en capital et les travailleurs qualifiés, modifiant le système colonial de travail forcé. Les Britanniques administraient leur territoire depuis le Nigeria voisin. Les autochtones se plaignaient que cela en faisait une « colonie de colonie » négligée. Les travailleurs migrants nigérians ont afflué vers le sud du Cameroun, mettant fin au travail forcé, mais mettant en colère les autochtones locaux, qui se sentaient submergés. Les mandats de la Société des Nations ont été convertis en tutelle des Nations Unies en 1946, et la question de l’indépendance est devenue un problème urgent au Cameroun français. La France a interdit le parti politique indépendantiste, l’Union des populations du Cameroun (UPC), le 13 juillet 1955. La réponse armée des colonialistes a déclenché une longue guerre de guérilla (également connue sous le nom de guerre de Bamileke) et l’assassinat de plusieurs des dirigeants du parti, dont Ruben Um Nyobè, Félix-Roland Moumié et Ernest Ouandie. Au Cameroun britannique, la question était de savoir s’il fallait réunir le Cameroun français ou rejoindre le Nigéria.

Indépendance (1960)

Le 1er janvier 1960, le Cameroun français a obtenu son indépendance de la France sous le président Ahmadou Ahidjo. Le 1er octobre 1961, l’ancien Cameroun méridional du Cameroun a obtenu son indépendance votée par l’Assemblée générale des Nations Unies et s’est joint au Cameroun français pour former la République fédérale du Cameroun, date qui est désormais célébrée comme le jour de l’unification, jour férié. Ahidjo a utilisé la guerre en cours contre l’UPC pour concentrer le pouvoir au sein de la présidence, poursuivant ainsi même après la suppression de l’UPC en 1971.  Son parti politique, l’Union nationale camerounaise (CNU), est devenu le seul parti politique légal le 1er septembre 1966 et le 20 mai 1972, un référendum a été adopté pour abolir le système fédéral de gouvernement en faveur d’une République-Unie du Cameroun, dirigée par Yaoundé. Ce jour est maintenant la fête nationale du pays, un jour férié. Ahidjo a poursuivi une politique économique de libéralisme planifié, privilégiant les cultures de rente et le développement pétrolier. Le gouvernement a utilisé l’argent du pétrole pour créer une réserve nationale de liquidités, payer les agriculteurs et financer les grands projets de développement; cependant, de nombreuses initiatives ont échoué lorsque Ahidjo a nommé des alliés non qualifiés pour les diriger. Ahidjo a démissionné le 4 novembre 1982 et a laissé le pouvoir à son successeur constitutionnel, Paul Biya. Cependant, Ahidjo est resté aux commandes de la CNU et a tenté de diriger le pays depuis les coulisses jusqu’à ce que Biya et ses alliés le poussent à démissionner. Biya a commencé son administration en s’orientant vers un gouvernement plus démocratique, mais un coup d’État manqué l’a poussé vers le style de leadership de son prédécesseur. Une crise économique est entrée en vigueur au milieu des années 80 jusqu’à la fin des années 90 en raison des conditions économiques internationales, de la sécheresse, de la chute des prix du pétrole et de plusieurs années de corruption, de mauvaise gestion et de copinage. Le Cameroun s’est tourné vers l’aide étrangère, a réduit les dépenses publiques et privatisé les industries. Avec la réintroduction de la politique multipartite en décembre 1990, les anciens groupes de pression britanniques du sud du Cameroun ont appelé à une plus grande autonomie, et le Conseil national du Sud du Cameroun a préconisé une sécession complète en tant que République d’Ambazonie. Le Code du travail de 1992 du Cameroun donne aux travailleurs la liberté d’appartenir à un syndicat ou de ne pas appartenir à un syndicat. C’est le choix d’un travailleur d’adhérer à n’importe quel syndicat dans sa profession puisqu’il existe plus d’un syndicat dans chaque profession.

21e siècle

En juin 2006, les pourparlers concernant un différend territorial sur la péninsule de Bakassi ont été résolus. Les pourparlers ont impliqué le président Paul Biya du Cameroun, puis le président Olusegun Obasanjo du Nigéria et le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, et ont abouti au contrôle camerounais de la péninsule riche en pétrole. La partie nord du territoire a été officiellement remise au gouvernement camerounais en août 2006, et le reste de la péninsule a été abandonnée au Cameroun 2 ans plus tard, en 2008. Le changement de frontière a déclenché une insurrection séparatiste locale, car de nombreux Bakassiens ont refusé d’accepter la domination camerounaise. Alors que la plupart des militants ont déposé les armes en novembre 2009, certains ont continué à se battre pendant des années. En février 2008, le Cameroun a connu sa pire violence en 15 ans lorsqu’une grève des syndicats des transports à Douala a dégénéré en violentes manifestations dans 31 zones municipales.  En mai 2014, à la suite de l’enlèvement d’écolières de Chibok, les présidents Paul Biya du Cameroun et Idriss Déby du Tchad ont annoncé qu’ils faisaient la guerre à Boko Haram et ont déployé des troupes à la frontière nigériane. Boko Haram a lancé plusieurs attaques contre le Cameroun, tuant 84 civils lors d’un raid de décembre 2014, mais subissant une lourde défaite lors d’un raid en janvier 2015. Le Cameroun a déclaré sa victoire sur Boko Haram sur le territoire camerounais en septembre 2018. Depuis novembre 2016, des manifestants des régions du nord-ouest et du sud-ouest à prédominance anglophone du pays font campagne pour que l’usage de l’anglais soit poursuivi dans les écoles et les tribunaux. Des personnes ont été tuées et des centaines emprisonnées à la suite de ces manifestations. En 2017, le gouvernement de Biya a bloqué l’accès des régions à Internet pendant trois mois. En septembre, les séparatistes ont déclenché une guérilla pour le retrait de la région anglophone sous le nom de République fédérale d’Ambazonie. Le gouvernement a répondu par une offensive militaire et l’insurrection s’est propagée dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Depuis 2019, les combats entre guérillas séparatistes et forces gouvernementales se poursuivent. Depuis 2016, plus de 450 000 personnes ont fui leurs maisons. Le conflit a indirectement entraîné une recrudescence des attaques de Boko Haram, les militaires camerounais s’étant largement retirés du nord pour se concentrer sur la lutte contre les séparatistes ambazoniens.

La politique du Cameroun

Le président du Cameroun est élu et élabore la politique, administre les agences gouvernementales, commande les forces armées, négocie et ratifie les traités et déclare l’état d’urgence. Le président nomme des représentants du gouvernement à tous les niveaux, du Premier ministre (considéré comme le chef officiel du gouvernement) aux gouverneurs provinciaux et aux officiers de division. Le président est choisi au suffrage universel tous les sept ans. Il y a eu 2 présidents depuis l’indépendance du Cameroun. L’Assemblée nationale légifère. L’organe est composé de 180 membres élus pour un mandat de cinq ans et se réunissant trois fois par an. Les lois sont votées à la majorité. L’assemblée a rarement modifié ou bloqué la législation proposée par le président. La constitution de 1996 établit une deuxième chambre du Parlement, le Sénat de 100 sièges, a été créée en avril 2013 et est dirigée par un président du Sénat qui est le successeur constitutionnel en cas de vacance prématurée de la présidence de la République. Le gouvernement reconnaît le pouvoir des chefs traditionnels, des fons et des lamibes de gouverner au niveau local et de résoudre les différends tant que ces décisions ne sont pas en conflit avec la législation nationale. Le système juridique du Cameroun est largement basé sur le droit civil français avec des influences de common law. Bien que nominalement indépendant, le pouvoir judiciaire relève de l’autorité du Ministère de la justice de l’exécutif. Le président nomme des juges à tous les niveaux. Le pouvoir judiciaire est officiellement divisé en tribunaux, en cour d’appel et en cour suprême. L’Assemblée nationale élit les membres d’une Haute Cour de justice de neuf membres qui juge les membres de haut rang du gouvernement dans le cas où ils seraient accusés de haute trahison ou d’atteinte à la sécurité nationale.

Culture politique

Le Cameroun est perçu comme une zone de corruption à tous les niveaux du gouvernement. En 1997, le Cameroun a créé des bureaux de lutte contre la corruption dans 29 ministères, mais seulement 25% sont devenus opérationnels et, en 2012, Transparency International a placé le Cameroun au 144e rang sur une liste de 176 pays classés du moins au plus corrompu. Le 18 janvier 2006, Biya a lancé une campagne anti-corruption sous la direction de l’Observatoire national anti-corruption. Il existe plusieurs domaines à haut risque de corruption au Cameroun, par exemple les douanes, le secteur de la santé publique et les marchés publics. Cependant, la corruption a empiré, indépendamment des bureaux anti-corruption existants, car Transparency International a classé le Cameroun 152e sur une liste de 180 pays en 2018. Le Mouvement démocratique populaire du Cameroun (RDPC) du président Biya était le seul parti politique légal jusqu’en décembre 1990. De nombreux groupes politiques régionaux se sont depuis formés. La principale opposition est le Front social-démocrate (SDF), basé en grande partie dans la région anglophone du pays et dirigé par John Fru Ndi. Biya et son parti ont maintenu le contrôle de la présidence et de l’Assemblée nationale lors des élections nationales, qui, selon ses rivaux, étaient injustes. Les organisations de défense des droits de l’homme affirment que le gouvernement restreint les libertés des groupes d’opposition en empêchant les manifestations, en perturbant les réunions et en arrêtant les dirigeants de l’opposition et les journalistes. En particulier, les anglophones sont victimes de discrimination ; les manifestations dégénèrent souvent en violents affrontements et meurtres. En 2017, le président Biya a fermé Internet dans la région anglophone pendant 94 jours, au prix de gêner cinq millions de personnes, y compris les startups de Silicon Mountain. Freedom House classe le Cameroun comme « non libre » en termes de droits politiques et de libertés civiles. Les dernières élections législatives ont eu lieu le 30 septembre 2013.

L’économie du Cameroun

Le PIB par habitant du Cameroun (parité du pouvoir d’achat) était estimé à 2 300 $ US en 2008, l’un des dix plus élevés d’Afrique subsaharienne. Les principaux marchés d’exportation sont la France, l’Italie, la Corée du Sud, l’Espagne et le Royaume-Uni. Le Cameroun ambitionne de devenir un pays émergent d’ici 2035. Le Cameroun a connu une décennie de solides performances économiques, avec une croissance du PIB en moyenne de 4% par an. Au cours de la période 2004-2008, la dette publique a été ramenée de plus de 60% du PIB à 10% et les réserves officielles ont quadruplé à plus de 3 milliards de dollars EU. Le Cameroun fait partie de la Banque des États de l’Afrique centrale (dont il est l’économie dominante), de l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale (UDEAC) et de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). Sa monnaie est le franc CFA. Le chômage était estimé à 4,4% en 2014 et environ un tiers de la population vivait en dessous du seuil international de pauvreté de 1,25 USD par jour en 2009. Depuis la fin des années 80, le Cameroun suit les programmes préconisés par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) pour réduire la pauvreté, privatiser les industries et accélérer la croissance économique. Le gouvernement a pris des mesures pour encourager le tourisme dans le pays.

Les ressources naturelles du Cameroun sont très bien adaptées à l’agriculture et à l’arboriculture. On estime que 70% de la population des exploitations agricoles et l’agriculture représentaient environ 19,8% du PIB en 2009. L’agriculture est pratiquée à l’échelle de subsistance par les agriculteurs locaux à l’aide d’outils simples. Ils vendent leurs produits excédentaires et certains entretiennent des champs séparés pour un usage commercial. Les centres urbains dépendent particulièrement de l’agriculture paysanne pour leurs denrées alimentaires. Les sols et le climat sur la côte encouragent la culture commerciale extensive de bananes, de cacao, de palmiers à huile, de caoutchouc et de thé. À l’intérieur des terres du plateau sud du Cameroun, les cultures de rente comprennent le café, le sucre et le tabac. Le café est une culture de rente importante dans les hautes terres de l’ouest, et dans le nord, les conditions naturelles favorisent des cultures telles que le coton, l’arachide et le riz. La dépendance à l’égard des exportations agricoles rend le Cameroun vulnérable aux fluctuations de leurs prix. Le bétail est élevé dans tout le pays. La pêche emploie 5 000 personnes et fournit plus de 100 000 tonnes de fruits de mer chaque année. La viande de brousse, longtemps un aliment de base pour les Camerounais ruraux, est aujourd’hui une délicatesse dans les centres urbains du pays. Le commerce commercial de la viande de brousse a maintenant dépassé la déforestation comme principale menace pour la faune sauvage au Cameroun. La forêt tropicale du sud possède de vastes réserves de bois, qui devraient couvrir 37% de la superficie totale du Cameroun. Cependant, de vastes zones de la forêt sont difficiles à atteindre. L’exploitation forestière, en grande partie gérée par des entreprises étrangères, fournit au gouvernement 60 millions de dollars par an en taxes (en 1998), et les lois prescrivent l’exploitation sûre et durable du bois. Néanmoins, dans la pratique, l’industrie est l’une des moins réglementées du Cameroun.

L’industrie industrielle représentait environ 29,7% du PIB en 2009. Plus de 75% de la puissance industrielle du Cameroun se situe à Douala et Bonabéri. Le Cameroun possède des ressources minérales importantes, mais celles-ci ne sont pas largement exploitées. L’exploitation pétrolière a diminué depuis 1986, mais il s’agit toujours d’un secteur important, de sorte que les baisses de prix ont un fort effet sur l’économie. Des rapides et des cascades obstruent les rivières du sud, mais ces sites offrent des opportunités de développement hydroélectrique et fournissent la majeure partie de l’énergie camerounaise. La rivière Sanaga alimente la plus grande centrale hydroélectrique, située à Edéa. Le reste de l’énergie camerounaise provient de moteurs thermiques à huile. Une grande partie du pays reste sans alimentation électrique fiable.

La démographie du Cameroun

La population totale du Cameroun était de 25 216 267 en 2018. L’espérance de vie est de 56 ans (55,9 ans pour les hommes et 58,6 ans pour les femmes). Selon le dernier recensement, le Cameroun compte encore un peu plus de femmes (50,6%) que d’hommes (49,4%). Près de 60% de la population a moins de 25 ans. Les personnes de plus de 65 ans ne représentent que 3,2% de la population totale. La population du Cameroun est divisée presque également entre les citadins et les ruraux. [136] La densité de population est la plus élevée dans les grands centres urbains, les hauts plateaux de l’ouest et la plaine du nord-est. Douala, Yaoundé et Garoua sont les plus grandes villes. En revanche, le plateau d’Adamawa, la dépression du sud-est de la Bénoué et la plupart du plateau du sud du Cameroun sont peu peuplés. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le taux de fécondité était de 4,8 en 2013 avec un taux de croissance démographique de 2,56%. Les habitants des hautes terres surpeuplées de l’ouest et du nord sous-développé se déplacent vers la zone de plantation côtière et les centres urbains pour trouver du travail. De plus petits mouvements se produisent alors que les travailleurs cherchent un emploi dans les scieries et les plantations du sud et de l’est. Bien que le ratio national soit relativement uniforme, ces migrants sortants sont principalement des hommes, ce qui conduit à des ratios déséquilibrés dans certaines régions.

Le mariage monogame et polygame est pratiqué, et la famille camerounaise moyenne est nombreuse et étendue. Dans le nord, les femmes s’occupent de la maison et les hommes gardent le bétail ou travaillent comme agriculteurs. Dans le sud, les femmes cultivent la nourriture de la famille et les hommes fournissent de la viande et cultivent des cultures de rente. La société camerounaise est dominée par les hommes, et la violence et la discrimination à l’égard des femmes sont courantes. Les estimations identifient de 230 à 282 personnes et groupes linguistiques différents au Cameroun. Le plateau d’Adamawa les divise largement en divisions nord et sud. Les peuples du nord sont des groupes soudanais, qui vivent dans les hauts plateaux du centre et les basses terres du nord, et les Peuls, qui sont répartis dans tout le nord du Cameroun. Un petit nombre d’Arabes Shuwa vivent près du lac Tchad. Le sud du Cameroun est habité par des locuteurs des langues bantoues et semi-bantoues. Des groupes bantouophones habitent les zones côtières et équatoriales, tandis que les locuteurs des langues semi-bantoues vivent dans les prairies occidentales. Quelque 5 000 peuples pygmées Gyele et Baka parcourent les forêts tropicales du sud-est et du littoral ou vivent dans de petites colonies en bordure de route. Les Nigérians constituent le plus grand groupe d’étrangers.

L’éducation du Cameroun

En 2013, le taux d’alphabétisation des adultes au Cameroun était estimé à 71,3%. Chez les jeunes de 15 à 24 ans, le taux d’alphabétisation était de 85,4% pour les hommes et de 76,4% pour les femmes. La plupart des enfants ont accès à des écoles publiques moins chères que les établissements privés et religieux. Le système éducatif est un mélange de précédents britannique et français avec la plupart des enseignements en anglais ou en français. Le Cameroun a l’un des taux de fréquentation scolaire les plus élevés d’Afrique. Les filles fréquentent l’école moins régulièrement que les garçons en raison des attitudes culturelles, des tâches domestiques, du mariage précoce, de la grossesse et du harcèlement sexuel. Bien que les taux de fréquentation soient plus élevés dans le sud, un nombre disproportionné d’enseignants y sont postés, ce qui laisse les écoles du Nord en sous-effectif chronique. En 2013, le taux de scolarisation dans le primaire était de 93,5%. La scolarisation au Cameroun est également affectée par le travail des enfants. En effet, les résultats du Département du travail des États-Unis sur les pires formes de travail des enfants ont indiqué que 56% des enfants âgés de 5 à 14 ans étaient des enfants qui travaillaient et que près de 53% des enfants âgés de 7 à 14 ans combinaient travail et études. En décembre 2014, une liste de biens produits par le travail des enfants ou le travail forcé publiée par le Bureau des affaires internationales du travail mentionnait le Cameroun parmi les pays qui avaient recours au travail des enfants dans la production de cacao.

Les langues du Cameroun

L’anglais et le français sont les langues officielles, bien que le français soit de loin la langue la plus comprise (plus de 80%). L’allemand, langue des premiers colonisateurs, a depuis longtemps été remplacé par le français et l’anglais. L’anglais pidgin camerounais est la lingua franca des anciens territoires administrés par les Britanniques. Un mélange d’anglais, de français et de pidgin appelé camfranglais gagne en popularité dans les centres urbains depuis le milieu des années 1970. Le gouvernement encourage le bilinguisme en anglais et en français et, à ce titre, les documents officiels du gouvernement, la nouvelle législation, les bulletins de vote, entre autres, sont écrits et fournis dans les deux langues. Dans le cadre de l’initiative visant à encourager le bilinguisme au Cameroun, six des huit universités du pays sont entièrement bilingues. En plus des langues coloniales, il y a environ 250 autres langues parlées par près de 20 millions de Camerounais. C’est pour cette raison que le Cameroun est considéré comme l’un des pays les plus diversifiés du monde sur le plan linguistique. En 2017, il y a eu des manifestations linguistiques de la population anglophone contre l’oppression perçue par les francophones. L’armée a été déployée contre les manifestants et des personnes ont été tuées, des centaines emprisonnées et des milliers ont fui le pays. Cela a abouti à la déclaration d’une République indépendante d’Ambazonie, qui a depuis évolué vers la crise anglophone.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés