Le célèbre écrivain kenyan Binyavanga Wainaina révèle son homosexualité

<strong style="margin-right:4px;">Photo publiée par l'utilisateur de Wikipedia Binyavanga Wainaina au Festival du Livre de Brooklyn 2009. CC BY 3.0.</strong> Binyavanga Wainaina au Festival du Livre de Brooklyn 2009

Le romancier et nouvelliste kenyan&nbsp;Binyavanga Wainaina&nbsp;[fr] a publi&eacute; un chapitre qu&#39;il avait &eacute;t&eacute; laiss&eacute; de c&ocirc;t&eacute; dans son livre autobiographique de 2011&nbsp;&rdquo;One Day I Will Write About This Place&rdquo; [Un jour je vais &eacute;crire sur cet endroit, non traduit en fran&ccedil;ais], intitul&eacute;&nbsp;&ldquo;I am homosexual, mum&rdquo; (Je suis homosexuel, maman).&nbsp;Wainaina, qui est le r&eacute;dacteur en chef et fondateur de la c&eacute;l&egrave;bre revue africaine de litt&eacute;rature&nbsp;Kwani?,&nbsp;est un auteur qui a remport&eacute; plusieurs prix litt&eacute;raires, et dont le r&eacute;cit autobiographique a fait partie de la liste du club des livres d&#39;Oprah Winfrey en 2011.

Wainaina raconte des &eacute;v&eacute;nements ant&eacute;rieurs &agrave; la mort de sa m&egrave;re et sa lutte pour r&eacute;v&eacute;ler son orientation sexuelle aux gens que cela int&eacute;ressait. Dans ce qu&#39;il appelle un chapitre perdu de &ldquo;Un jour je vais &eacute;crire sur cet endroit&rdquo;, il&nbsp;a r&eacute;v&eacute;l&eacute;&nbsp;:

&quot;Moi, Binyavanga Wainaina, jure honn&ecirc;tement que je savais que j&#39;&eacute;tais homosexuel depuis que j&#39;avais cinq ans.&nbsp;Je n&#39;ai jamais touch&eacute; &agrave; un homme sexuellement.&nbsp;J&#39;ai couch&eacute; avec trois femmes dans ma vie.&nbsp;Une, avec succ&egrave;s.&nbsp;Seulement une fois avec elle.&nbsp;C&#39;&eacute;tait incroyable.&nbsp;Mais le lendemain, je n&#39;y ai plus r&eacute;ussi.

Il me faudra cinq ans apr&egrave;s la mort de ma m&egrave;re pour trouver un homme qui me fasse un massage et un bref amour tarif&eacute;.&nbsp;Earl&rsquo;s Court, &agrave;&nbsp;Londres.&nbsp;Et je serai lib&eacute;r&eacute;, et dirai &agrave; mon meilleur ami, qui va me surprendre par sa compr&eacute;hension, sans comprendre.&nbsp;Je lui dirai ce que j&#39;ai fait, mais sans lui dire que je suis gay.&nbsp;Je n&#39;ai pas pu prononcer le mot gay jusqu&#39;&agrave; l&#39;&acirc;ge de trente-neuf, quatre ans apr&egrave;s cette br&egrave;ve rencontre de masage.&nbsp;Aujourd&#39;hui, nous sommes le 18 Janvier 2013, et j&#39;en ai quarante-trois.&quot;

La r&eacute;v&eacute;lation est venue peu de temps apr&egrave;s que l&#39;adoption par le parlement ougandais d&#39;une loi&nbsp;sanctionnant les homosexuels par des peines&nbsp;de prison&nbsp;et l&#39;approbation par le pr&eacute;sident Goodluck Jonathan d&rsquo;une nouvelle&nbsp;loi&nbsp;qui criminalise les relations homosexuelles et pr&eacute;voit des peines de prison allant jusqu&#39;&agrave; 14 ans.

Cit&eacute; par le journal kenyan&nbsp;The Star, Wainaina a dit&nbsp;que la loi anti-gay au Nigeria a &eacute;t&eacute; l&#39;une des choses qui lui l&#39;ont d&eacute;cid&eacute; &agrave; faire son coming out.

Il a &eacute;galement publi&eacute; une vid&eacute;o de six &eacute;pisodes sur YouTube intitul&eacute;e &nbsp;&rdquo;We Must Free Our Imagination&rdquo; (Nous devons lib&eacute;rer notre imagination)&nbsp;traitant de sa d&eacute;cision de r&eacute;v&eacute;ler son homosexualit&eacute;, de l&#39;homosexualit&eacute; en Afrique, de la position de l&#39;Eglise et des lois anti-sodomie sur le continent.&nbsp;Ci-dessous la premi&egrave;re partie de sa s&eacute;rie vid&eacute;o :&nbsp;

Apr&egrave;s la d&eacute;claration publique de son orientation sexuelle, le blog&nbsp;Cal Advocacy&nbsp;a demand&eacute;, &ldquo;Where are the voices of African lesbians?&rdquo; (O&ugrave; sont les voix des lesbiennes africaines ?) :

&quot;Les lesbiennes peuvent-elles faire entendre leurs voix publiquement et fi&egrave;rement sans crainte de repr&eacute;sailles de la part des conservateurs ou des syst&egrave;mes patriarcaux de silence et d&#39;oppression?&nbsp;Et si nous le pouvons, alors pourquoi ne le faisons-nous pas ?&nbsp;Quels sont les syst&egrave;mes d&#39;oppression qui nous contraignent toujours au silence et au calme ?&nbsp;Lorsqu&#39;on parle de l&#39;homosexualit&eacute; en Afrique, d&#39;un ton rh&eacute;torique et emphatique, soit pour affirmer ou contester les droits des personnes non-h&eacute;t&eacute;ro, il s&#39;agit le plus souvent d&#39;hommes gays. Binyavanga est un gay et il l&#39;a dit publiquement.&nbsp;Mais qu&#39;est-ce que cela signifie pour les bisexuelles, trans et lesbiennes ? &nbsp;Est-ce que la r&eacute;v&eacute;lation de Binyavanga qu&#39;il est gay nous donne-t-il &agrave; nous aussi une voix et un espace pour revendiquer nos droits &agrave; exister dans des espaces qui sont hostiles &agrave; notre diff&eacute;rence ?&nbsp;Une femme lesbienne, en Afrique, peut copier-coller et modifier sa lettre comme un r&eacute;cit de sa propre histoire ?&quot;

A-t-il, en substance, parl&eacute; pour nous tous ?&nbsp;La sexualit&eacute; des femmes dans son ensemble est une partie compl&egrave;tement ignor&eacute;e et non reconnue de la f&eacute;minit&eacute;, dans laquelle les soci&eacute;t&eacute;s, les cultures, les traditions et les religions refusent de reconna&icirc;tre les droits sexuels des femmes et leur autonomie corporelle.&nbsp;Dans cette optique, les lesbiennes luttent pour leur l&eacute;gitimit&eacute; dans un monde phallocrate, o&ugrave; l&#39;absence de p&eacute;nis signifie l&#39;absence de sexe et de sexualit&eacute;. On peut m&ecirc;me faire valoir que les lois coloniales n&#39;ont jamais consid&eacute;r&eacute; les relations lesbiennes parce que la pens&eacute;e m&ecirc;me que deux femmes, ou des femmes seules, pouvaient avoir des relations sexuelles gratifiantes a &eacute;t&eacute; consid&eacute;r&eacute;e comme ridicule, et donc hors du champ de n&#39;importe quelles lois.

Le&nbsp;billet a continu&eacute;&nbsp;en faisant l&#39;&eacute;loge de l&#39;&eacute;crivain et en montrant la voie &agrave; suivre pour les lesbiennes africaines :

&quot;Binyavanga a contribu&eacute; &agrave; faire avancer un d&eacute;bat d&eacute;j&agrave; en cours dans un espace public, parmi les &nbsp;h&eacute;t&eacute;rosexuels. Notre &eacute;nergie pour d&eacute;clarer sans compromis et avec honn&ecirc;tet&eacute; notre sexualit&eacute; ne devrait pas s&#39;essouffler.&nbsp;Et la voix qu&#39;il utilise, fermement, pour r&eacute;v&eacute;ler son identit&eacute; homosexuelle, est admirable.&nbsp;Il ne fait aucune excuse, et ne propose pas d&#39;explications.&nbsp;Nous non plus ne devrions pas [nous excuser].&nbsp;Nous avons besoin de plus de voix lesbiennes, et de celles des femmes non conformistes en mati&egrave;re de genre, pour affirmer et occuper notre place sur le continent. Ce ne doit pas &ecirc;tre n&eacute;cessairement une r&eacute;v&eacute;lation de son homosexualit&eacute; et on a pas pas besoin d&#39;&ecirc;tre un g&eacute;ant de la litt&eacute;rature. &Ccedil;a doit &ecirc;tre simplement votre v&eacute;rit&eacute; en tant que lesbienne, bisexuelle ou transsexuelle, mais elle doit &ecirc;tre racont&eacute;e &agrave; haute voix, parce que, comme l&#39;a dit Audre Lorde dit : votre silence ne vous sauvera pas.&quot;

De nombreuses personnes ont salu&eacute; son courage sur Twitter, tandis que quelques voix l&#39;ont condamn&eacute; pour son choix :

Je pense que les gens devraient cesser de voir # BinyavangaWainaina comme le visage de l&#39;Afrique. Il a choisi son chemin, maintenant choisissez le v&ocirc;tre.

L&#39;auteur kenyan Binyavanga Wainaina r&eacute;v&egrave;le son homosexualit&eacute;, devenant l&#39;un des Kenyans les plus &eacute;minents &agrave; le faire. Une victoire pour les LGBT en Afrique

Binyavanga WAINAINA Pourquoi ce tapage au sujet de son homosexualit&eacute; ? C&#39;est un choix personnel et une affaire priv&eacute;e. Malheureusement, maintenant dans le domaine public

je dois dire &agrave; ceux d&#39;entre nous qui pensent que @ BinyavangaWainaina &eacute;tait brave, qu&#39;&ecirc;tre gay est un p&eacute;ch&eacute;. Lisez le L&eacute;vitique 18:22.

Haute Haiku, pour Global Voices&nbsp;Ecrit par Haute Haiku&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; Abdoulaye Bah, pour Global Voices&nbsp;Traduit par Abdoulaye Bah

Global Voices: The World is Talking, Are You Listening?

Lire cet article sur Global Voices

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés