Afrique du Nord
4 août 2020

Maroc : Salwa Akhannouch et Mouna Abassi mises à l’honneur dans un classement Forbes des femmes d’affaires les plus importantes du Moyen-Orient

Rabat (@Afriquinfos 2020)- Le classement 2020 « Women Behind Middle Eastern Brands » met en lumière parmi 40 femmes de […]

28 juillet 2020 Afrique

Coronavirus: chaos sur les routes du Maroc après la fermeture de huit villes

Embouteillages géants sur les routes et gares prises d’assaut: la décision éclair des autorités marocaines d’introduire de sévères restrictions de […]

Lire la suite »
8 juillet 2020 Afrique du Nord

Un nouvel ambassadeur marocain pour réchauffer l’axe diplomatique Rabat-Alger

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- Après une montée d’adrénaline en mai dernier entre Alger et Rabat en raison des déclarations du Consul […]

Lire la suite »
4 juillet 2020 Afrique du Nord

La Banque Centrale Populaire et Huawei renforcent leur partenariat stratégique à l’échelle du continent

Casablanca (© 2020 Afriquinfos) – La Banque Centrale Populaire (BCP), acteur bancaire panafricain de référence et Huawei, opérateur mondial du […]

Lire la suite »
24 juin 2020 Afrique du Nord

Football : la Botola League marocaine reprend le 24 juillet

Ligue marocaine de football | Le Maroc, vient de s’ajouter à la liste des pays africains qui iront au terme […]

Lire la suite »
23 juin 2020 Afrique du Nord

Six innovations de la Fintech pour accélérer l’inclusion financière en Afrique du Nord

Fintech en Afrique | Pour mettre en lumière les difficultés d’accès aux financements des communautés marginalisées de la région Moyen-Orient […]

Lire la suite »
17 juin 2020 Afrique du Nord

Afrique du nord: Universal Music Group fait de Casablanca son hub pour booster la musique maghrébine

Musique maghrébine | Après avoir effectué une percée en Afrique subsaharienne, Universal Music Group entend s’implanter en Afrique du Nord. […]

Lire la suite »
15 juin 2020 Afrique du Nord

Anniversaire : il y a 18 ans, disparaissait Saïd Belqola, 1er Africain arbitre d’une finale de Coupe du Monde

Saïd Belqola | Saïd Belqola demeure à ce jour, le seul arbitre africain à avoir dirigé une finale de Coupe […]

Lire la suite »
14 juin 2020 Afrique

Coalition internationale pour le Sahel : Le Maroc veut désormais y jouer un rôle de 1er plan

Coalition internationale pour le Sahel | Alors qu’il intervenait à l’occasion de la première réunion ministérielle de la Coalition internationale […]

Lire la suite »
10 juin 2020 Afrique du Nord

Nouvelle passe d’armes diplomatique entre Rabat et Alger

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- Nouvelle épisode dans le bras de fer diplomatique séculaire entre Alger et Rabat. Après que les autorités […]

Lire la suite »
3 juin 2020 Afrique du Nord

La Ghanéenne Hanna Serwaa Tetteh future envoyée spéciale de l’ONU en Libye?

Envoyée spéciale de l’ONU en Libye | Les États-Unis seraient le blocus depuis des semaines de la nomination d’une Ghanéenne […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Le Marocain Y. Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre Afrique 2020

Lauréat du prix Orange du livre Afrique 2020 | Sur décision d’un jury, composé de journalistes et d’écrivains africains et […]

Lire la suite »
27 mai 2020 Afrique du Nord

Pour Marca, les fans du Raja Casablanca sont les meilleurs au monde ! 

Casablanca (© 2020 Afriquinfos) – Au terme d’un sondage lancé par le célèbre journal espagnol Marca sur son site officiel […]

Lire la suite »
13 mai 2020 Afrique du Nord

Athlétisme : Nouvelles dates des ‘Diamond League’, Rabat absent du circuit

Diamond League sans Rabat | A compter de la mi-août les pistes d’athlétisme seront à nouveau martelées par les pointes des […]

Lire la suite »
11 mai 2020 Afrique du Nord

Football : le Marocain Medhi Benatia entre-ouvre la porte à un retour en sélection

Medhi Benatia, retour en équipe de Maroc de football | L’ancien capitaine de Lions de l’Atlas n’en a peut-être pas […]

Lire la suite »
7 mai 2020 Afrique du Nord

Huawei se renforce avec la nomination de deux nouveaux vice-présidents Nord Afrique

Nouveau président Huawei | Dans la droite ligne de sa stratégie de développement en Afrique Huawei Northern Africa a officialisé la […]

Lire la suite »
23 avril 2020 Afrique du Nord

Football : la FIFA au secours des championnats marocains

Rabat (© 2020 Afriquinfos) – La Fédération royale Marocaine de Football (FRMF) devrait bénéficier d’une aide substantielle de la Fédération Internationale […]

Lire la suite »
22 avril 2020 Afrique du Nord

Maroc : 60 contaminations en prison

Une soixantaine de cas de contaminations en prison au Maroc au nouveau coronavirus ont été enregistrés, surtout parmi les employés, […]

Lire la suite »
20 avril 2020 Afrique du Nord

Coronavirus : confinement prolongé à Alger et Rabat

Confinement prolongé à Alger et Rabat – Les autorités algériennes et marocaines ont annoncé samedi la prolongation des mesures de […]

Lire la suite »
18 avril 2020 Afrique du Nord

Covid-19 : Le Maroc proroge sa période transitoire de la mise en place du nouveau système de contrôle des produits industriels

Rabat (© 2020 Afriquinfos) – Le Maroc proroge sa période transitoire – Prévue initialement du 1er février au 19 avril […]

Lire la suite »
16 avril 2020 Afrique du Nord

Maroc : un masque en 3D et une appli détectent à distance le Covid-19 

Un masque en 3D détecte à distance le Covid-19 | Une équipe d’ingénieurs en technologie et de médecins marocains (TechCovid) […]

Lire la suite »
14 avril 2020 Afrique du Nord

Covid-19 : Mohammed VI plaide pour un cadre africain de coopération

Lutte contre le Covid-19 en Afrique | Le Roi Mohammed VI s’est entretenu respectivement ce lundi avec   présidents ivoirien, Alassane […]

Lire la suite »
10 avril 2020 Afrique du Nord

Le Maroc « peut faire figure de modèle » pour des pays européens (Média français)

Paris (© 2020 Afriquinfos) – Selon une analyse intitulé « Covid-19; un modèle marocain? », le Maroc, qui a su […]

Lire la suite »
8 avril 2020 Afrique du Nord

Virus: le Maroc annonce un recours inédit à la ligne de précaution du FMI

Coronavirus au Maroc | Le Maroc a annoncé mardi recourir à la ligne de précaution et de liquidité (LPL) du […]

Lire la suite »
5 avril 2020 Afrique du Nord

Covid-19 au Maroc : report de la 47ème édition du trophée Hassan II du golf

Rabat (© 2020 Afriquinfos) – Covid-19 au Maroc En raison de la pandémie du nouveau coronavirus, la 47ème édition du […]

Lire la suite »
2 avril 2020 Afrique du Nord

Décès de Mhamed Khadad, un des principaux dirigeants du Front Polisario

Madrid (© 2020 Afriquinfos) – Décès de Mhamed Khadad, un des principaux dirigeants du Front Polisario, mouvement qui milite pour […]

Lire la suite »
23 mars 2020 Afrique du Nord

Covid-19 en Afrique du Nord/L’Egypte gère la situation « en toute transparence », le Maroc en urgence sanitaire

Rabat (© 2020 Afriquinfos) – Pour faire respecter l’état d’urgence sanitaire du au Coronavirus, que des groupes avaient défié dans […]

Lire la suite »
17 mars 2020 Afrique du Nord

CHAN Cameroun 2020 : un trio 100% féminin sera de la partie

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- La Commission arbitrale de la Confédération Africaine de Football (CAF) a procédé du 10 au 14 […]

Lire la suite »
16 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus: Le Maroc annule l’édition 2020 du festival Mawazine

Rabat (© 2020 Afriquinfos)-Pour cette année 2020, le festival marocain « Mawazine rythmes du monde », l’un des plus grands festivals de […]

Lire la suite »
5 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus: alerte aux fake news, trois arrestations au Maroc

Les autorités marocaines ont lancé mercredi un appel à la vigilance face à la multiplication des « fake news » concernant l’épidémie […]

Lire la suite »
3 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus : le Maroc, 6ème pays africain touché par le COVID-19

Rabat  (© 2020 Afriquinfos)- Tout comme les autres continents où les cas de personnes atteintes se multiplient, l’Afrique recense également de […]

Lire la suite »
2 mars 2020 Afrique du Nord

Berlinale 2020 : « Clebs » de la Marocaine Halima Ouardiri reçoit l’Ours de Cristal du meilleur court métrage

Berlinale 2020 : « Clebs » de la Marocaine Halima Ouardiri reçoit l’Ours de Cristal du meilleur court métrage Berlin […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Coronavirus: Le Maroc participe à une réunion au Caire sur les mesures à prendre par les douanes arabes

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Des réflexions sur les mesures et plans de précaution pour faire face au Coronavirus étaient […]

Lire la suite »
26 février 2020 Afrique du Nord

Un mois à peine après son arrivée, Sébastien Desabre débarqué du Wydad Casablanca

Casablanca (© 2020 Afriquinfos)- Recruté en janvier dernier pour faire remonter le WAC dans le classement, Sébastien Desabre n’aura pas […]

Lire la suite »
25 février 2020 Afrique du Nord

Transfert : le Marocain Hakim Ziyech chez les Blues de Chelsea dès cet été

Londres (© 2020 Afriquinfos)- Hakim Ziyech sera un joueur de Chelsea dès cet été. L’International marocain a conclu un accord […]

Lire la suite »
24 février 2020 Afrique du Nord

Coupe de l’UNAF 2020 : les Marocaines puissance 4

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- La sélection Dames du Maroc a remporté pour la quatrième fois consécutive la Coupe féminine de […]

Lire la suite »
12 février 2020 Afrique du Nord

Football : les Ligues de football espagnole et marocaine signent un accord de partenariat

Madrid (© 2020 Afriquinfos)- La Ligue de Football Professionnelle du Maroc (LNFP) et son homologue espagnole sont désormais liées par […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Cyclisme : Mehdi Choukri, premier sportif marocain à intégrer une équipe israélienne

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- Jeune cycliste prometteur, Medhi Choukri a décidé de poursuivre son évolution au sein d’une équipe israélienne. […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Le Maroc, première destination touristique en Afrique en 2019

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a fait savoir que le royaume chérifien était la première destination […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Coupe Mohammed VI : le Raja Casablanca perd à domicile mais rejoint Al Ismaili en demi-finale

Casablanca (© 2020 Afriquinfos)-   La Raja Casablanca s’est fait peur à domicile pour le match retour contre le Mouloudia d’Alger […]

Lire la suite »
11 février 2020 Afrique du Nord

La 7ème édition de Visa For Music annoncé du 18-21 novembre 2020

Rabat (© 2020 Afriquinfos)-Rabat, la capitale du Maroc abrite du 18 au 21 Novembre 2020 la 7ème édition de Visa […]

Lire la suite »
10 février 2020 Afrique du Nord

CAN Futsal : Le Maroc, l’Egypte et l’Angola qualifié pour le Mondial en septembre

Laâyoune (© 2020 Afriquinfos)- Après leur sacre de 2016, les Lions de l’Atlas sont de nouveau sur le toit de […]

Lire la suite »
7 février 2020 Afrique du Nord

CAN Futsal : comme en 2016, Egypte et Maroc se retrouvent en finale et seront au Mondial

Laâyoune (© 2020 Afriquinfos)- L’affiche de l’édition 2020 de la CAN de Futsal est connue. Ce sera un remake de […]

Lire la suite »
5 février 2020 Afrique du Nord

CAN Futsal 2020 : deux affiches de rêve pour accéder à la finale

Laâyoune (© 2020 Afriquinfos)- La CAN de Futsal démarrée Cahin-Caha avec les polémiques liées au boycott de l’Afrique du Sud […]

Lire la suite »
3 février 2020 Afrique du Nord

Maroc : 74000 tentatives de migrations irrégulières stoppées par le royaume en 2019

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- C’est une source officielle qui donne ces chiffres. 74 000 tentatives de migrations vers l’Espagne ont […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Afrique /Mondial 2022: les légendes de la CAF en mission pour s’assurer de la conformité des stades

Salé (© 2020 Afriquinfos)- La Confédération Afrique de Football (CAF) s’est offerte les services d’une équipe 5 étoiles en prélude […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

CAF : fin de la mission d’audit de la FIFA ce dimanche 2 février

Rabat (© 2020 Afriquinfos)- La FIFA a annoncé dimanche avoir achevé sa mission de six mois au sein de la […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique du Nord

CAN Futsal : appelée à la rescousse, l’Ile Maurice jette aussi l’éponge et se prend une lourde sanction

Laâyoune (© 2020 Afriquinfos)- Alors que la compétition a  démarré le 28 janvier dernier et que les premiers scores tombent […]

Lire la suite »
29 janvier 2020 Afrique du Nord

Coronavirus: le Maroc va rapatrier ses étudiants résidents à Wuhan en Chine

Rabat (© 2020 Afriquinfos)-La centaine de ressortissants marocains, essentiellement des étudiants, se trouvant actuellement à Wuhan, épicentre de l’épidémie de […]

Lire la suite »
23 janvier 2020 Afrique du Nord

Capitales africaines de la culture: Rabat remplace Marrakech au pied levé

A huit jours du lancement officiel des festivités du premier événement panafricain « Capitales africaines de la culture », le Maroc a décidé de […]

Lire la suite »
1 2 3 58

Le Maroc officiellement le Royaume du Maroc, est un pays situé dans la région du Maghreb en Afrique du Nord. Il surplombe la mer Méditerranée au nord et l’océan Atlantique à l’ouest, avec une frontière terrestre avec l’Algérie à l’est et le Sahara occidental au sud. Le Maroc revendique également les exclaves de Ceuta, Melilla et Peñón de Vélez de la Gomera, toutes sous juridiction espagnole, ainsi que plusieurs petites îles sous contrôle espagnol au large de ses côtes. La capitale est Rabat et la plus grande ville est Casablanca. Le Maroc s’étend sur une superficie de 710 850 km2 (274 460 mi2) et compte plus de 36 millions d’habitants. Depuis la fondation du premier État marocain par Idris I en 788 après JC, le pays a été dirigé par une série de dynasties indépendantes, atteignant son apogée sous la domination almoravide et almohade, alors qu’il s’étendait sur certaines parties de la péninsule ibérique et du nord-ouest de l’Afrique. L’empire portugais a commencé au Maroc au XVe siècle, après les conquêtes portugaises le long de la côte marocaine, fondant des colonies qui ont duré jusqu’aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les dynasties Marinid et Saadi ont résisté à la domination étrangère au 17ème siècle, permettant au Maroc de rester le seul pays d’Afrique du Nord-Ouest à éviter l’occupation ottomane. La dynastie alaouite, qui règne encore aujourd’hui, prend le pouvoir en 1631. L’emplacement stratégique du pays près de l’embouchure de la Méditerranée suscite l’intérêt de l’Europe et, en 1912, le Maroc est divisé en protectorats français et espagnols, avec une zone internationale à Tanger. . Il a retrouvé son indépendance en 1956 et est depuis resté relativement stable et prospère par rapport aux normes régionales, avec la cinquième plus grande économie d’Afrique.

Le Maroc revendique le territoire non autonome du Sahara occidental, anciennement le Sahara espagnol, comme ses provinces du Sud. Après que l’Espagne a accepté de décoloniser le territoire au Maroc et en Mauritanie en 1975, une guérilla a éclaté avec les forces locales. La Mauritanie a renoncé à sa revendication en 1979 et la guerre a duré jusqu’au cessez-le-feu en 1991. Le Maroc occupe actuellement les deux tiers du territoire et les processus de paix n’ont jusqu’à présent pas réussi à sortir de l’impasse politique. L’État souverain est une monarchie constitutionnelle unitaire avec un parlement élu. Le pays exerce une influence significative à la fois en Afrique et dans le monde arabe, et est considéré comme une puissance régionale et une puissance moyenne. Le roi du Maroc détient de vastes pouvoirs exécutifs et législatifs, notamment en matière militaire, de politique étrangère et d’affaires religieuses. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement, tandis que le pouvoir législatif appartient au gouvernement et aux deux chambres du Parlement, à l’Assemblée des représentants et à l’Assemblée des conseillers. Le roi peut émettre des décrets appelés dahirs, qui ont force de loi. Il peut également dissoudre le parlement après avoir consulté le Premier ministre et le président de la cour constitutionnelle. La religion prédominante du Maroc est l’islam, et ses langues officielles sont l’arabe et le berbère, ce dernier ayant obtenu la reconnaissance officielle en 2011, ayant été la langue maternelle du Maroc avant la conquête musulmane au VIIe siècle avant notre ère. Le dialecte marocain de l’arabe, appelé Darija, et le français sont également largement parlés. La culture marocaine est un mélange d’influences berbères, arabes, juives séfarades, ouest-africaines et européennes. Le Maroc est membre de la Ligue arabe, de l’Union pour la Méditerranée et de l’Union africaine.

L’histoire du Maroc

Préhistoire et Antiquité

La région du Maroc actuel est habitée depuis le paléolithique, entre 190 000 et 90 000 av. JC. Une publication récente peut démontrer une période d’habitation encore plus ancienne, car les fossiles d’Homo sapiens découverts à la fin des années 2000 près de la côte atlantique à Jebel Irhoud étaient récemment datés d’environ 315 000 ans avant aujourd’hui.  Pendant le Paléolithique supérieur, le Maghreb était plus fertile qu’aujourd’hui, ressemblant davantage à une savane qu’au paysage aride d’aujourd’hui. Il y a vingt-deux mille ans, l’Aterian a été remplacé par la culture ibéromaurusienne, qui partageait des similitudes avec les cultures ibériques. Des similitudes squelettiques ont été suggérées entre les sépultures ibéro-mauriciennes « Mechta-Afalou » et les restes de Cro-Magnon européens. L’ibéromaurusien a été remplacé par la culture du bécher au Maroc. Des études sur l’ADN mitochondrial ont découvert un lien étroit entre les Berbères et les Saami de Scandinavie. Cela conforte les théories selon lesquelles la zone de refuge franco-cantabrique du sud-ouest de l’Europe était à l’origine d’expansions glaciaires tardives de chasseurs-cueilleurs qui ont repeuplé l’Europe du Nord après la dernière période glaciaire. L’Afrique du Nord-Ouest et le Maroc ont été lentement attirés dans le monde méditerranéen émergent par les Phéniciens, qui ont établi des colonies et des établissements commerciaux au début de la période classique. D’importantes colonies phéniciennes se trouvaient à Chellah, Lixus et Mogador. Mogador était une colonie phénicienne dès le début du 6ème siècle avant JC.

Le Maroc est devenu plus tard un royaume de la civilisation nord-africaine de l’ancienne Carthage dans le cadre de son empire. Le premier État marocain indépendant connu était le royaume berbère de Maurétanie sous le roi Baga. Cet ancien royaume remonte au moins à environ 225 av. La Mauritanie est devenue un royaume client de l’Empire romain en 33 avant JC. L’empereur Claude a annexé la Maurétanie directement en tant que province romaine en 44 après JC, sous un gouverneur impérial (soit un procureur Augusti, soit un legatus Augusti pro praetore). Pendant la crise du 3ème siècle, des parties de la Mauritanie ont été reconquises par des tribus berbères. La domination romaine directe s’est limitée à quelques villes côtières, comme Septum (Ceuta) en Maurétanie Tingitana et Cherchell en Maurétanie Caesariensis, à la fin du IIIe siècle. L’Empire romain a perdu ses possessions restantes en Maurétanie après que la région a été dévastée par les Vandales en 429 après JC. Après ce point, les rois mauro-romains locaux ont pris le contrôle (voir royaume mauro-romain). L’Empire romain oriental sous contrôle byzantin rétablit la domination impériale directe de Septum et Tingi dans les années 530. Tingis a été fortifiée et une église a été érigée.

Fondation et début de l’ère islamique

La conquête musulmane du Maghreb, qui a commencé au milieu du 7ème siècle, a été réalisée par le califat omeyyade au début du siècle suivant. Il a apporté à la fois la langue arabe et l’islam dans la région. Bien qu’il fasse partie du plus grand empire islamique, le Maroc était initialement organisé comme une province subsidiaire de l’Ifriqiya, les gouverneurs locaux étant nommés par le gouverneur musulman à Kairouan. Les tribus indigènes berbères ont adopté l’islam, mais ont conservé leurs lois coutumières. Ils ont également payé des impôts et rendu hommage à la nouvelle administration musulmane. Le premier État musulman indépendant dans la région du Maroc moderne a été le royaume de Nekor, un émirat dans les montagnes du Rif. Elle a été fondée par Salih I ibn Mansur en 710, en tant qu’Etat client du califat omeyyade. Après le déclenchement de la révolte berbère en 739, les Berbères ont formé d’autres États indépendants tels que le Miknasa de Sijilmasa et le Barghawata. Selon la légende médiévale, Idris ibn Abdallah avait fui au Maroc après le massacre des abbassides de sa tribu en Irak. Il a convaincu les tribus berbères Awraba de rompre leur allégeance aux lointains califes abbassides de Bagdad et il a fondé la dynastie Idrisid en 788. Les Idrisids ont établi Fès comme capitale et le Maroc est devenu un centre d’apprentissage musulman et une puissance régionale majeure. Les Idrissides ont été évincés en 927 par le califat fatimide et leurs alliés Miknasa. Après que Miknasa a rompu ses relations avec les Fatimides en 932, ils ont été retirés du pouvoir par les Maghraouis de Sijilmasa en 980.

Dynasties

A partir du XIe siècle, une série de dynasties berbères voit le jour. Sous la dynastie almoravide et la dynastie almohade, le Maroc dominait le Maghreb, une grande partie de l’Espagne et du Portugal actuels, et la région de la Méditerranée occidentale. À partir du XIIIe siècle, le pays a connu une migration massive des tribus arabes Banu Hilal. Aux XIIIe et XIVe siècles, les Mérinides détiennent le pouvoir au Maroc et s’efforcent de reproduire les succès des Almohades par des campagnes militaires en Algérie et en Espagne. Ils ont été suivis par les Wattassides. Au 15ème siècle, la Reconquista a mis fin à la domination musulmane dans le centre et le sud de l’Espagne et de nombreux musulmans et juifs ont fui vers le Maroc. Les efforts portugais pour contrôler le commerce de la mer de l’Atlantique au XVe siècle n’ont pas beaucoup affecté l’intérieur du Maroc, même s’ils ont réussi à contrôler certaines possessions sur la côte marocaine, mais sans s’aventurer plus loin à l’intérieur des terres.

Première période moderne

En 1549, la région est tombée aux dynasties arabes successives revendiquant la descendance du prophète islamique Muhammad : d’abord la dynastie Saadi qui a régné de 1549 à 1659, puis la dynastie Alaouite, qui reste au pouvoir depuis le XVIIe siècle. Sous la dynastie Saadi, le pays a repoussé les incursions ottomanes et une invasion portugaise lors de la bataille de Ksar el Kebir en 1578. Le règne d’Ahmad al-Mansur a apporté de nouvelles richesses et prestige au Sultanat, et une grande expédition en Afrique de l’Ouest a infligé un écrasement défaite de l’empire Songhay en 1591. Cependant, la gestion des territoires à travers le Sahara s’est avérée trop difficile. Après la mort d’al-Mansur, le pays a été divisé entre ses fils. En 1631, le Maroc a été réuni par la dynastie Alaouite, qui a été la maison dirigeante du Maroc depuis. Le Maroc était confronté à l’agression de l’Espagne et des alliés de l’Empire ottoman pressant vers l’ouest. Les Alaouites ont réussi à stabiliser leur position, et bien que le royaume soit plus petit que les précédents dans la région, il est resté assez riche. Contre l’opposition des tribus locales, Ismail Ibn Sharif (1672-1727) a commencé à créer un État unifié. Avec son Jaysh d’Ahl al-Rif (l’armée riffienne), il s’empara de Tanger des Anglais en 1684 et chassa les Espagnols de Larache en 1689. Les Portugais abandonnèrent Mazagão, leur dernier territoire au Maroc, en 1769. Cependant, le siège de Melilla contre les Espagnols se solda par une défaite en 1775. Le Maroc a été la première nation à reconnaître les États-Unis naissants comme une nation indépendante en 1777. Au début de la Révolution américaine, les navires marchands américains dans l’océan Atlantique ont été attaqués par les pirates barbaresques. Le 20 décembre 1777, le sultan marocain Mohammed III a déclaré que les navires marchands américains seraient sous la protection du sultanat et pourraient ainsi bénéficier d’un passage sûr. Le traité d’amitié maroco-américain, signé en 1786, est le plus ancien traité d’amitié non rompu des États-Unis.

Protectorats français et espagnol : 1912 à 1956

À mesure que l’Europe s’industrialisait, l’Afrique du Nord-Ouest était de plus en plus prisée pour son potentiel de colonisation. La France a manifesté un vif intérêt pour le Maroc dès 1830, non seulement pour protéger la frontière de son territoire algérien, mais aussi en raison de la position stratégique du Maroc avec des côtes sur la Méditerranée et le large de l’Atlantique. En 1860, un différend sur l’enclave espagnole de Ceuta a conduit l’Espagne à déclarer la guerre. L’Espagne victorieuse a gagné une nouvelle enclave et une Ceuta agrandie dans la colonie. En 1884, l’Espagne a créé un protectorat dans les zones côtières du Maroc. En 1904, la France et l’Espagne se sont taillé des zones d’influence au Maroc. La reconnaissance par le Royaume-Uni de la sphère d’influence de la France a provoqué une forte réaction de l’Empire allemand; et une crise se profile en 1905. La question est résolue lors de la Conférence d’Algésiras en 1906. La crise d’Agadir de 1911 fait monter les tensions entre les puissances européennes. Le traité de Fès de 1912 a fait du Maroc un protectorat de la France et a déclenché les émeutes de Fez de 1912. L’Espagne a continué d’exploiter son protectorat côtier. Par le même traité, l’Espagne a assumé le rôle de protection du pouvoir sur les zones nord et sud du Sahara. Des dizaines de milliers de colons sont entrés au Maroc. Certains ont acheté de grandes quantités de terres agricoles riches, d’autres ont organisé l’exploitation et la modernisation de mines et de ports. Les groupes d’intérêt qui se sont formés parmi ces éléments ont continuellement fait pression sur la France pour accroître son contrôle sur le Maroc – un contrôle qui était également rendu nécessaire par les guerres continues parmi les tribus marocaines, dont une partie avait pris parti pour les Français depuis le début de la conquête. Le gouverneur général Marshall Hubert Lyautey admirait sincèrement la culture marocaine et a réussi à imposer une administration conjointe maroco-française, tout en créant un système scolaire moderne. Plusieurs divisions de soldats marocains (Goumiers ou troupes et officiers réguliers) ont servi dans l’armée française pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, et dans l’armée nationaliste espagnole pendant la guerre civile espagnole et après (Regulares). L’institution de l’esclavage a été abolie en 1925. Entre 1921 et 1926, un soulèvement berbère dans les montagnes du Rif, dirigé par Abd el-Krim, a conduit à la création de la République du Rif. Les Espagnols ont perdu plus de 13 000 soldats lors de l’assemblée annuelle en juillet-août 1921. La rébellion a finalement été réprimée par les troupes françaises et espagnoles. En 1943, le parti Istiqlal (Parti de l’indépendance) a été fondé pour faire pression pour l’indépendance, avec le soutien discret des États-Unis. Ce parti a par la suite assuré l’essentiel de la direction du mouvement nationaliste. L’exil de la France du sultan Mohammed V en 1953 à Madagascar et son remplacement par l’impopulaire Mohammed Ben Aarafa ont déclenché une opposition active aux protectorats français et espagnol. La violence la plus notable s’est produite à Oujda, où des Marocains ont attaqué des Français et d’autres résidents européens dans les rues. La France a autorisé le retour de Mohammed V en 1955, et les négociations qui ont conduit à l’indépendance marocaine ont commencé l’année suivante. En mars 1956, le protectorat français a pris fin et le Maroc a retrouvé son indépendance de la France en tant que « Royaume du Maroc ». Un mois plus tard, l’Espagne a abandonné son protectorat dans le nord du Maroc au nouvel état, mais a conservé ses deux enclaves côtières (Ceuta et Melilla) sur la côte méditerranéenne qui datent de conquêtes antérieures. Le sultan Mohammed est devenu roi en 1957.

Post-indépendance

À la mort de Mohammed V, Hassan II est devenu roi du Maroc le 3 mars 1961. Le Maroc a tenu ses premières élections générales en 1963. Cependant, Hassan a déclaré l’état d’urgence et a suspendu le Parlement en 1965. En 1971, il n’y a eu aucune tentative de déposez le roi et établissez une république. Une commission vérité mise en place en 2005 pour enquêter sur les violations des droits de l’homme pendant son règne a confirmé près de 10 000 cas, allant de la mort en détention à l’exil forcé. Selon la commission vérité, quelque 592 personnes ont été tuées sous le règne de Hassan. L’enclave espagnole d’Ifni dans le sud a été rendue au Maroc en 1969. Le mouvement Polisario a été formé en 1973, dans le but d’établir un État indépendant dans le Sahara espagnol. Le 6 novembre 1975, le roi Hassan a demandé des volontaires pour pénétrer dans le Sahara espagnol. Quelque 350 000 civils auraient été impliqués dans la « Marche verte ». Un mois plus tard, l’Espagne a accepté de quitter le Sahara espagnol, qui deviendra bientôt le Sahara occidental, et de le transférer sous contrôle maroco-mauritanien, malgré les objections et les menaces d’une intervention militaire de l’Algérie. Les forces marocaines ont occupé le territoire. Les troupes marocaines et algériennes se sont bientôt affrontées au Sahara occidental. Le Maroc et la Mauritanie ont divisé le Sahara occidental. Les combats entre l’armée marocaine et les forces du Polisario se sont poursuivis pendant de nombreuses années. La guerre prolongée a été une ponction financière considérable pour le Maroc. En 1983, Hassan a annulé les élections prévues dans un contexte de troubles politiques et de crise économique. En 1984, le Maroc a quitté l’Organisation de l’unité africaine pour protester contre l’admission de la RASD au corps. Le Polisario a affirmé avoir tué plus de 5 000 soldats marocains entre 1982 et 1985. Les autorités algériennes ont estimé le nombre de réfugiés sahraouis en Algérie à 165 000. Les relations diplomatiques avec l’Algérie ont été rétablies en 1988. En 1991, un cessez-le-feu surveillé par l’ONU a commencé au Sahara occidental, mais le statut du territoire reste indécis et des violations du cessez-le-feu sont signalées. La décennie suivante a vu beaucoup de querelles sur un référendum proposé sur l’avenir du territoire, mais l’impasse n’a pas été brisée. Les réformes politiques des années 90 ont abouti à la création d’une législature bicamérale en 1997 et le premier gouvernement marocain dirigé par l’opposition est arrivé au pouvoir en 1998.

Le roi Hassan II est décédé en 1999 et a été succédé par son fils, Mohammed VI. C’est un modernisateur prudent qui a introduit une certaine libéralisation économique et sociale. Mohammed VI a effectué une visite controversée au Sahara occidental en 2002. Le Maroc a dévoilé un plan d’autonomie pour le Sahara occidental aux Nations Unies en 2007. Le Polisario a rejeté le plan et a présenté sa propre proposition. Le Maroc et le Front Polisario ont tenu des pourparlers parrainés par l’ONU à New York, mais n’ont pas réussi à se mettre d’accord. En 2010, les forces de sécurité ont pris d’assaut un camp de protestation au Sahara occidental, déclenchant de violentes manifestations dans la capitale régionale El Aaiún. En 2002, le Maroc et l’Espagne ont convenu d’une résolution négociée par les États-Unis sur l’île contestée de Perejil. Les troupes espagnoles ont pris l’île normalement inhabitée après que des soldats marocains y aient atterri et installé des tentes et un drapeau. Il y a eu de nouvelles tensions en 2005, alors que des centaines de migrants africains tentaient de prendre d’assaut les frontières des enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta. Le Maroc a expulsé des centaines de migrants illégaux. En 2006, le Premier ministre espagnol Zapatero a visité des enclaves espagnoles. Il a été le premier dirigeant espagnol en 25 ans à effectuer une visite officielle dans les territoires. L’année suivante, le roi d’Espagne Juan Carlos I s’est rendu à Ceuta et Melilla, ce qui a mis en colère le Maroc qui a exigé le contrôle des enclaves. Lors des manifestations marocaines de 2011-2012, des milliers de personnes se sont rassemblées à Rabat et dans d’autres villes pour réclamer une réforme politique et une nouvelle constitution restreignant les pouvoirs du roi. En juillet 2011, le roi a remporté une victoire écrasante lors d’un référendum sur une constitution réformée qu’il avait proposée pour apaiser les manifestations du printemps arabe. Malgré les réformes faites par Mohammed VI, les manifestants ont continué d’appeler à des réformes plus profondes. Des centaines de personnes ont participé à un rassemblement syndical à Casablanca en mai 2012. Les participants ont accusé le gouvernement de ne pas avoir mené à bien les réformes.

La politique du Maroc

Le Maroc était un régime autoritaire selon l’indice de démocratie de 2014. Le rapport Freedom of the Press 2014 lui a attribué la note « Pas libre ». Cependant, cela s’est amélioré depuis et en 2017, le Maroc est devenu un « régime hybride » selon l’indice de la démocratie en 2017 et le rapport Freedom of the Press en 2017 a révélé que le Maroc était « partiellement libre ». À la suite des élections de mars 1998, un gouvernement de coalition dirigé par le leader socialiste d’opposition Abderrahmane Youssoufi et composé en grande partie de ministres issus des partis d’opposition a été formé. Le gouvernement du Premier ministre Youssoufi a été le premier gouvernement composé principalement de partis d’opposition et représente également la première occasion pour une coalition de partis socialistes, de gauche et nationalistes de faire partie du gouvernement jusqu’en octobre 2002. C’était également le C’est la première fois dans l’histoire politique moderne du monde arabe que l’opposition prend le pouvoir à la suite d’une élection. Le gouvernement actuel est dirigé par Saadeddine Othmani. La Constitution marocaine prévoit une monarchie avec un Parlement et un pouvoir judiciaire indépendant. Avec les réformes constitutionnelles de 2011, le roi du Maroc conserve moins de pouvoirs exécutifs alors que ceux du Premier ministre ont été élargis. La constitution accorde au roi des pouvoirs honorifiques; il est à la fois le chef politique laïc et le «Commandant des fidèles» en tant que descendant direct du prophète Mahomet. Il préside le Conseil des ministres; nomme le Premier ministre du parti politique qui a remporté le plus de sièges aux élections législatives et, sur recommandation de ce dernier, nomme les membres du gouvernement. La constitution précédente de 1996 permettait théoriquement au roi de mettre fin au mandat de tout ministre et, après consultation des chefs des assemblées supérieures et inférieures, de dissoudre le Parlement, de suspendre la constitution, de convoquer de nouvelles élections ou de gouverner par décret. La seule fois où cela s’est produit, c’est en 1965. Le roi est officiellement le commandant en chef des forces armées.

L’économie du Maroc

L’économie du Maroc est considérée comme une économie relativement libérale régie par la loi de l’offre et de la demande. Depuis 1993, le pays a mené une politique de privatisation de certains secteurs économiques autrefois entre les mains du gouvernement. Le Maroc est devenu un acteur majeur des affaires économiques africaines  et est la 5ème économie africaine par PIB (PPA). Le Maroc a été classé comme le premier pays africain par l’indice de qualité de vie de l’Economist Intelligence Unit, devant l’Afrique du Sud. Cependant, dans les années qui ont suivi cette première place, le Maroc a glissé à la quatrième place derrière Egypte.

Les réformes gouvernementales et une croissance annuelle régulière dans la région de 4 à 5% de 2000 à 2007, dont une croissance annuelle de 4,9% en 2003-2007, ont aidé l’économie marocaine à devenir beaucoup plus robuste par rapport à quelques années plus tôt. Pour 2012, la Banque mondiale prévoit un taux de croissance de 4% pour le Maroc et de 4,2% pour l’année suivante, 2013. Le secteur des services représente un peu plus de la moitié du PIB et l’industrie, constituée des mines, de la construction et de la fabrication, représente un trimestre supplémentaire. Les industries qui ont enregistré la plus forte croissance sont le tourisme, les télécommunications, les technologies de l’information et le textile.

Tourisme

Le tourisme est l’un des secteurs les plus importants de l’économie marocaine. Il est bien développé avec une forte industrie touristique axée sur la côte, la culture et l’histoire du pays. Le Maroc a attiré plus de 11 millions de touristes en 2017. Le tourisme est la deuxième source de devises au Maroc après l’industrie du phosphate. Le gouvernement marocain investit massivement dans le développement du tourisme.En 2010, le gouvernement a lancé sa Vision 2020 qui prévoit de faire du Maroc l’une des 20 premières destinations touristiques au monde et de doubler le nombre annuel d’arrivées internationales à 20 millions d’ici 2020, avec le espérons que le tourisme atteindra alors 20% du PIB. De grandes campagnes de marketing parrainées par le gouvernement pour attirer les touristes ont annoncé que le Maroc était un endroit bon marché et exotique, mais sûr pour les touristes. La plupart des visiteurs au Maroc continuent d’être européens, les ressortissants français représentant près de 20% de tous les visiteurs. La plupart des Européens visitent en avril et en automne. Le nombre relativement élevé de touristes au Maroc a été aidé par sa situation géographique – le Maroc est proche de l’Europe et attire des visiteurs sur ses plages. En raison de sa proximité avec l’Espagne, les touristes des régions côtières du sud de l’Espagne effectuent des voyages d’un à trois jours au Maroc.

Depuis que les services aériens entre le Maroc et l’Algérie ont été établis, de nombreux Algériens se sont rendus au Maroc pour faire du shopping et rendre visite à leur famille et leurs amis. Le Maroc est relativement bon marché en raison de la dévaluation du dirham et de l’augmentation des prix des hôtels en Espagne. Le Maroc possède une excellente infrastructure routière et ferroviaire qui relie les principales villes et destinations touristiques aux ports et villes aux aéroports internationaux. Les compagnies aériennes à bas prix proposent des vols pas chers vers le pays.

Le tourisme est de plus en plus axé sur la culture marocaine, comme ses villes anciennes. L’industrie touristique moderne capitalise sur les anciens sites romains et islamiques du Maroc, ainsi que sur son paysage et son histoire culturelle. 60% des touristes marocains visitent pour sa culture et son patrimoine. Agadir est une importante station balnéaire et compte un tiers des nuits marocaines. C’est une base pour des excursions dans les montagnes de l’Atlas. D’autres stations balnéaires du nord du Maroc sont également très populaires. Casablanca est le principal port de croisière au Maroc, et possède le marché le plus développé pour les touristes au Maroc, Marrakech dans le centre du Maroc est une destination touristique populaire, mais est plus populaire parmi les touristes pour des excursions d’un ou deux jours qui donnent un avant-goût du Maroc. histoire et culture. Le jardin botanique Majorelle de Marrakech est une attraction touristique populaire. Il a été acheté par le créateur de mode Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé en 1980. Leur présence dans la ville a contribué à rehausser le profil de la ville en tant que destination touristique. Depuis 2006, le tourisme d’activité et d’aventure dans les montagnes de l’Atlas et du Rif est la zone de croissance la plus rapide du tourisme marocain. Ces endroits offrent d’excellentes possibilités de marche et de randonnée de la fin mars à la mi-novembre. Le gouvernement investit dans des circuits de trekking. Ils développent également le tourisme désertique en concurrence avec la Tunisie.

La démographie du Maroc

Le Maroc compte environ 36 029 093 habitants (2018). Selon la CIA, 99% des résidents sont arabo-berbères.

On estime qu’entre 41% et 80% des résidents sont d’origine ancestrale berbère. Une partie importante de la population est identifiée comme Haratin et Gnawa (ou Gnaoua), descendants d’esclaves ouest-africains ou métis, et Moriscos, musulmans européens expulsés d’Espagne et du Portugal au 17ème siècle. Selon le recensement de la population du Maroc de 2014, il y avait environ 84 000 immigrants dans le pays. Parmi ces résidents nés à l’étranger, la plupart étaient d’origine française, suivis par des individus provenant principalement de divers pays d’Afrique de l’Ouest et d’Algérie. Il existe également un certain nombre de résidents étrangers d’origine espagnole. Certains d’entre eux sont des descendants de colons coloniaux, qui travaillent principalement pour des multinationales européennes, tandis que d’autres sont mariés à des Marocains ou sont retraités. Avant l’indépendance, le Maroc comptait un demi-million d’Européens; qui étaient principalement des chrétiens. Avant l’indépendance également, le Maroc comptait 250 000 Espagnols. La minorité juive autrefois importante du Maroc a considérablement diminué depuis son pic de 265 000 en 1948, pour tomber à environ 2 500 aujourd’hui. Le Maroc a une grande diaspora, dont la plupart est située en France, qui aurait plus d’un million de Marocains de la troisième génération. Il existe également de grandes communautés marocaines en Espagne (environ 700 000 Marocains), aux Pays-Bas (360 000) et en Belgique (300 000). D’autres grandes communautés se trouvent en Italie, au Canada, aux États-Unis et en Israël, où les Juifs marocains constitueraient le deuxième plus grand sous-groupe ethnique juif.

L’éducation du Maroc

L’éducation au Maroc est gratuite et obligatoire à l’école primaire. Le taux d’alphabétisation estimé pour le pays en 2012 était de 72%. En septembre 2006, l’UNESCO a décerné au Maroc, entre autres pays comme Cuba, le Pakistan, l’Inde et la Turquie, le « Prix d’alphabétisation UNESCO 2006 ». Le Maroc compte plus de quatre douzaines d’universités, d’instituts d’enseignement supérieur et d’écoles polytechniques dispersées dans les centres urbains du pays. Ses principales institutions sont l’Université Mohammed V de Rabat, la plus grande université du pays, avec des succursales à Casablanca et Fès; l’Institut d’agriculture et de médecine vétérinaire Hassan II à Rabat, qui mène des recherches de pointe en sciences sociales en plus de ses spécialités agricoles; et l’Université Al-Akhawayn à Ifrane, la première université de langue anglaise en Afrique du Nord-Ouest, inaugurée en 1995 avec des contributions de l’Arabie saoudite et des États-Unis.

L’Université al-Qarawiyin, fondée par Fatima al-Fihri dans la ville de Fès en 859 comme une madrasa, est considérée par certaines sources, dont l’UNESCO, comme la « plus ancienne université du monde ». Le Maroc compte également quelques prestigieuses écoles de troisième cycle, notamment : l’Institut National des Postes et Télécommunications (INPT), l’École Nationale Supérieure d’Électricité et de Mécanique (ENSEM), EMI, ISCAE, INSEA, l’École Nationale des Industries Minérales, l’École Hassania des Travaux Publics, Les Écoles nationales de commerce et de gestion, École supérieure de technologie de Casablanca.

Les langues du Maroc

Les langues officielles du Maroc sont l’arabe et le berbère. Le groupe distinctif de dialectes arabes marocains du pays est appelé Darija. Environ 89,8% de la population totale peut communiquer dans une certaine mesure en arabe marocain. La langue berbère est parlée dans trois dialectes (Tarifit, Tashelhit et Central Atlas Tamazight). En 2008, Frédéric Deroche estimait à 12 millions le nombre de locuteurs berbères, soit environ 40% de la population. Le recensement de la population de 2004 a indiqué que 28,1% de la population parlait berbère. Le français est largement utilisé dans les institutions gouvernementales, les médias, les moyennes et grandes entreprises, le commerce international avec les pays francophones et souvent dans la diplomatie internationale. Le français est enseigné comme langue obligatoire dans toutes les écoles. En 2010, il y avait 10 366 000 francophones au Maroc, soit environ 32% de la population. Selon le recensement de 2004, 2,19 millions de Marocains parlaient une langue étrangère autre que le français. L’anglais, bien que loin derrière le français en termes de nombre de locuteurs, est la première langue étrangère de choix, car le français est obligatoire, chez les jeunes et les professionnels instruits. Selon Ethnologue, en 2016, il y avait 1 536 590 personnes (soit environ 4,5% de la population) au Maroc qui parlent espagnol. L’espagnol est principalement parlé dans le nord du Maroc et dans le Sahara espagnol, car l’Espagne avait auparavant occupé ces zones. Une partie importante du nord du Maroc reçoit les médias espagnols, les signaux de télévision et les ondes radio, ce qui faciliterait la maîtrise de la langue dans la région. Après que le Maroc a déclaré son indépendance en 1956, le français et l’arabe sont devenus les principales langues de l’administration et de l’éducation, entraînant le déclin du rôle de l’espagnol. Selon une étude réalisée en 2012 par le gouvernement espagnol, 98% des Marocains parlaient arabe marocain, 63% parlaient français, 43% amazigh, 14% parlaient anglais et 10% parlaient espagnol.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés