Le gouvernement s’engage à garantir une sécurité alimentaire durable dans le pays

ecapital
2 Min de Lecture

M. Coulibaly qui intervenait dans le cadre du lancement officiel du Projet de réhabilitation agricole et de la réduction de la pauvreté (PRAREP) a expliqué qu'en décidant de réduire l'insécurité alimentaire et la pauvreté, le gouvernement entend améliorer les conditions de vie des communautés rurales si durement touchées par la crise.

"La crise militaro-politique que vient de vivre la Côte d'Ivoire, a eu des conséquences graves sur la vie économique et sociale des populations. Et particulièrement en milieu rural où la pauvreté prend une ascension fulgurante chaque jour", a-t-il noté, soulignant que dans les régions des Savanes, de la Vallée du Bandama et du Zanzan, qui sont les plus touchées, le taux de pauvreté est passé respectivement à 85%, 66% et 59%, alors que la moyenne nationale se situe autour de 50%.

A en croire le représentant du ministre de l'Agriculture, le PRAREP consistera de façon concrète à doter les ménages de ces trois régions durement affectées par la crise, de kits et d'intrants de qualité au niveau des cultures vivrières telles que le riz, le manioc et l'igname, tout en leur fournissant également l'assistance technique nécessaire pour améliorer la productivité et la production.

- Advertisement -

"Dans les cinq prochaines années, la production du riz, du manioc et de l'igname dans ces régions va croître de manière significative, en vue de permettre aux populations de manger à leur faim et d'en commercialiser pour se faire des revenus substantiels", a souligné M. Coulibaly.

Le projet dont le coût s'élève à près de 12 milliards de FCFA (environ 18 millions d'euros) est financé par l'Etat ivoirien avec l'appui de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) et du Fonds international pour le développement agricole (FIDA).

Selon sa coordonnatrice, Cécile Kouakou, il devrait au-delà des régions concernées offrir l'opportunité au secteur agricole ivoirien de participer de manière significative, à la croissance économique post-crise.