Suppression des primes de guerre des ex-Forces de défense et de sécurité

ecapital
2 Min de Lecture

Selon le capitaine Alla, la décision du chef du gouvernement ivoirien en charge du portefeuille de la Défense s'explique par le fait qu'il n'y a plus de belligérance dans le pays.

"Aujourd'hui, la guerre est terminée. Une nouvelle armée appelée Forces républicaines de Côte d'Ivoire est née", a énoncé l'officier, précisant que cette nouvelle armée est composée d'éléments des ex-Forces de défense et de sécurité et des ex- combattants issus des ex-Forces armées des forces nouvelles (FAFN).

Le porte-parole a par ailleurs estimé qu'il faut "mettre fin aux injustices et repartir sur de nouvelles bases".

- Advertisement -

"Le Premier ministre, ministre de la Défense a pris la résolution de supprimer les primes de guerre en vue de mettre fin aux inégalités, à la méfiance et à la suspicion au sein de la nouvelle armée", a souligné le capitaine Alla.

Les primes de guerre appelées communément "haut-les-coeurs" en Côte d'Ivoire avaient été accordées aux soldats ivoiriens depuis le déclenchement de la crise militaro-politique entre les FDS (ex- armée loyaliste) et les FAFN (ex-rébellion armée) en 2002 afin de les encourager à aller au front.

Ces primes d'un montant de 50 000 F (environ 80 euros) étaient versées tous les mois à chaque militaire, gendarme ou policier membre des ex-FDS.