C. Theron enterre l’afrikaans et réveille une vieille polémique sur les 11 langues en Afrique du Sud

Afriquinfos Editeur 23 Vues
3 Min de Lecture
DURBAN, SOUTH AFRICA - AUGUST 2: HIV/AIDS campaigner and actress Charlize Theron visits a Youth Ambassador Project funded by the Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis & Malaria at the Malangeni Thusong Centre, on August 2, 2013 in the Ugu district of KwaZulu Natal, South Africa. Charlize Theron spoke with beneficiaries of the Youth Ambassador Program, joined group discussions and refereed a soccer match between ambassadors and beneficiaries of the project to help prevent the spread of HIV. The program, supported by the Global Fund to Fight AIDS, Tuberculosis and Malaria, trains young men and women in KwaZulu Natal province to disseminate HIV prevention messages by engaging with youth in schools, support groups, churches, at sport events and in their homes. (Photo by Justin Barlow/Getty Images for The Global Fund)

Johannesburg (© 2022 Afriquinfos)- L’actrice Sud-africaine aujourd’hui installée aux Etats-Unis, Charlize Theron s’est attirée les foudres de ses compatriotes en minimisant l’usage de l’afrikaans, langue des descendants des colons d’Afrique du Sud.

Ce qui devait être pour elle une boutade est vite devenue une affaire nationale. Charlize Theron en participant à l’émission ‘’Smartless’’ animé par des acteurs hollywoodiens ne pensait sûrement pas créer une telle polémique dans son pays, l’Afrique du Sud. Répondant à une question sur sa langue natale, l’afrikaans, l’actrice a déclaré : « Il y a environ 44 personnes qui la parlent encore, c’est définitivement une langue en voie de disparition. Ce n’est pas une langue très utile ».

Des propos qui sont très mal passés au sein de la communauté afrikaner dont elle est originaire jusque dans les sphères politiques. « Charlize Theron est peut-être une actrice exceptionnelle mais elle est mal informée s’agissant de sa langue natale », a fustigé jeudi dans un communiqué le petit parti afrikaner ‘’Freedom Front Plus’’, en détaillant les statistiques.

« L’usage de l’afrikaans a globalement augmenté », a défendu un internaute, parmi les nombreux commentaires sur Twitter. « Vous êtes irrespectueuse des personnes parlant afrikaans et de votre famille », a posté un autre. D’autre part, ceux qui ont subi les affres de l’apartheid eux, prennent la défense de l’actrice : « Merci Charlize Theron, cette langue raciste est en train de mourir », a pour sa part commenté un Sud-Africain sur le réseau social.

En réalité, l’afrikaans est la troisième langue la plus parlée (12,2%) après le zoulou (25,6%) et le xhosa (14,8%). L’actrice elle-même aujourd’hui âgée de 47 ans, a avoué ne parler qu’afrikaans et ne pas avoir vraiment su parler anglais avant de débarquer aux Etats-Unis à 19 ans.

La question de l’afrikaans reste très sensible aux Etats-Unis. En 2020, la décision controversée d’une des plus grandes universités du pays, University of South Africa (UNISA), d’abolir la langue des descendants des colons néerlandais, a fini par être annulée par la justice. Lors des émeutes meurtrières de Soweto en 1976 contre le régime d’apartheid, les écoliers s’étaient à l’origine soulevés contre l’afrikaans imposé comme langue d’enseignement dans les écoles noires.

Boniface T.