Burkina Faso
2 juillet 2011

Des résultats nets de 51 milliards de F CFA en 2010 pour 13 sociétés d’Etat

OUAGADOUGOU (Xinhua) – La 19e assemblée générale des sociétés d’Etat burkinabès s’est tenue, le 30 juin et le 1er juillet à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre, Luc Adolphe Tiao.

29 juin 2011 Burkina Faso

Le président du Faso au sommet de l’UA sur la jeunesse et le développement durable

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Le président burkinabé, Blaise Compaoré, participera du 29 juin au 1er juillet 2011 à Malabo, (Guinée-Equatoriale), à la 17ème session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), annonce, mardi un communiqué de presse de la direction de la communication de la présidence du Faso.

Lire la suite »
28 juin 2011 Burkina Faso

Partenariat entre l’Université de Bobo-Dioulasso et la Banque mondiale

BOBO-DIOULASSO (Xinhua) – Des responsables de la Banque mondiale et de l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso ont inauguré mardi, un centre d’ information public satellite (CIP) au sein de la bibliothèque de cette université, permettant ainsi aux étudiants d’accéder aux données de la banque, a-t-on constaté sur place.

Lire la suite »
24 juin 2011 Burkina Faso

Burkina Faso: Installation du nouveau directeur général de la SOFITEX

BOBO-DIOULASSO (Xinhua) – Le nouveau patron de la Société des fibres textiles du Burkina Faso (SOFITEX) Gomdaogo Jean Paul Sawadogo a pris service jeudi soir à Bobo- Dioulasso, a constaté sur place le correspondant de Xinhua.

Lire la suite »
23 juin 2011 Burkina Faso

La société sucrière SN-SOSUCO va relancer ses activités

OUAGADOUGOU (Xinhua) – La Nouvelle Société sucrière de la Comoé (SN-SOSUCO) du Burkina Faso va relancer ses activités conformément à la signature mercredi d’un protocole d’accord avec les syndicats.

Lire la suite »
19 juin 2011 Burkina Faso

Compaoré informé des préparatifs des législatives en Guinée

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence guinéenne, François Fall, émissaire de son chef d’Etat, Alpha Condé, a présenté les préparatifs des élections législatives guinéennes au président burkinabé Blaise Compaoré, ancien médiateur de la crise guinéenne, samedi soir à Ouagadougou.

Lire la suite »
17 juin 2011 Burkina Faso

Annulation de la commémoration du 51e anniversaire de l’indépendance

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Le gouvernement burkinabé a annoncé jeudi avoir décidé de surseoir à la célébration festive du 51e anniversaire de l’indépendance du pays qui devait avoir lieu à Koudougou (100 km à l’Ouest de Ouagadougou), tenant compte de la situation nationale.

Lire la suite »
Burkina Faso

Les commerçants seront indemnisés à partir du 22 juin

BOBO-DIOULASSO (Xinhua) – Le ministre burkinabè de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Patiendé Arthur Kafando, a annoncé jeudi à Bobo-Dioulasso, capitale économique du Burkina Faso, que les commerçants victimes de pillages des soldats mutins, seront indemnisés à partir du 22 juin par le gouvernement.

Lire la suite »
14 juin 2011 Burkina Faso

Manifestation des agents du ministère des Finances

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Des centaines de travailleurs du ministère de l’Economie et des Finances ont manifesté lundi à Ouagadougou pour exiger une égalité dans la répartition des fonds communs.

Lire la suite »
Burkina Faso

Audiences: La représentante de la BM et l’ambassadeur du Canada chez le Premier ministre

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Le Premier ministre burkinabé, Luc Adolphe Tiao, a reçu en audience lundi à Ouagadougou la représentante de la Banque mondiale (BM) au Burkina, Galina Sotoruva et l’ambassadeur du Canada au Burkina, Jules Savaria, venus évoquer des questions de coopération bilatérale avec le chef du gouvernement.

Lire la suite »
Burkina Faso

La société sucrière de la Comoé fermée pour deux mois

BOBO-DIOULASSO (Xinhua) – Les activités de la SN SOSUCO sont désormais suspendues pour deux mois minimum.

Lire la suite »
Burkina Faso

Toutes les garnisons du pays seront fouillées, pour récupérer les objets volés

BOBO-DIOULASSO (Xinhua) – Le commandant de la deuxième région militaire de Bobo-Dioulasso, le colonel Léon Traoré, a annoncé mardi que toutes les casernes du Burkina Faso touchées par les mutineries seront fouillées, afin de récupérer les objets volés par les soldats.

Lire la suite »
11 juin 2011 Burkina Faso

Le parti au pouvoir soutient l’opération de rétablissement de l’ordre à Bobo-Dioulasso

OUAGADOUGOU (Xinhua) – Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti au pouvoir au Burkina Faso, a salué, dans une déclaration rendue publique vendredi, le rétablissement de la discipline et le respect des valeurs de la démocratie.

Lire la suite »

Burkina Faso officiellement la République du Burkina Faso est un pays sans littoral en Afrique de l’Ouest. Il couvre une superficie d’environ 274 200 kilomètres carrés (105 900 milles carrés) et est entouré de six pays : le Mali au nord ; Le Niger à l’est ; Bénin au sud-est ; Le Togo au sud-est ; Le Ghana au sud ; et la Côte d’Ivoire au sud-ouest. L’estimation de la population de juillet 2019 par les Nations Unies était de 20321378 habitants. La langue officielle du gouvernement et des affaires du pays est le français. Environ 50% de la population parle nativement la langue mossi. Anciennement appelé la République de Haute-Volta (1958-1984), le pays a été rebaptisé « Burkina Faso » le 4 août 1984 par l’ancien président Thomas Sankara. Ses citoyens sont connus sous le nom de Burkinabé. Sa capitale est Ouagadougou. La République de Haute-Volta a été créée le 11 décembre 1958 en tant que colonie autonome au sein de la Communauté française et, le 5 août 1960, elle a acquis sa pleine indépendance, avec Maurice Yaméogo comme président. Après les protestations des étudiants et des membres des syndicats, Yaméogo a été destitué lors du coup d’État de 1966, dirigé par Sangoulé Lamizana, devenu président. Son règne a coïncidé avec la sécheresse et la famine au Sahel et face aux problèmes des syndicats traditionnellement puissants du pays, il a été destitué lors du coup d’État de 1980, dirigé par Saye Zerbo. Rencontrant à nouveau la résistance des syndicats, le gouvernement de Zerbo a été renversé lors du coup d’État de 1982, dirigé par Jean-Baptiste Ouédraogo.

Le chef de la faction de gauche du gouvernement d’Ouédraogo, Thomas Sankara, a été nommé Premier ministre mais a été emprisonné par la suite. Les efforts pour le libérer ont conduit au coup d’État de 1983, soutenu par la population, dont il est devenu président. Sankara a rebaptisé le pays Burkina Faso et a lancé un ambitieux programme socio-économique qui comprenait une campagne d’alphabétisation à l’échelle nationale, la redistribution des terres aux paysannes, la construction de chemins de fer et de routes et l’interdiction des mutilations génitales féminines, les mariages forcés et la polygamie. Sankara a été renversé et tué lors du coup d’État de 1987 dirigé par Blaise Compaoré – la détérioration des relations avec l’ancien colonisateur France et son allié la Côte d’Ivoire était la raison invoquée pour le coup d’État. En 1987, Blaise Compaoré est devenu président et, après une prétendue tentative de coup d’État en 1989, a ensuite été élu en 1991 et 1998, élections qui ont été boycottées par l’opposition et ont reçu une participation considérablement faible, ainsi qu’en 2005. Il est resté chef de l’État jusqu’à il a été évincé du pouvoir par le bouleversement populaire des jeunes du 31 octobre 2014, après quoi il a été exilé en Côte d’Ivoire. Michel Kafando est devenu par la suite président de transition du pays. Le 16 septembre 2015, un coup d’État militaire contre le gouvernement de Kafando a été exécuté par le régiment de la sécurité présidentielle, l’ancienne garde présidentielle de Compaoré. Le 24 septembre 2015, sous la pression de l’Union africaine, de la CEDEAO et des forces armées, la junte militaire a accepté de démissionner et Michel Kafando a été réintégré en tant que président par intérim. Lors des élections législatives du 29 novembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré a gagné au premier tour avec 53,5% des suffrages et a prêté serment de président le 29 décembre 2015.

L’histoire du Burkina Faso

Histoire ancienne

La partie nord-ouest du Burkina Faso actuel était peuplée de chasseurs-cueilleurs de 14000 avant JC à 5000 avant JC. Leurs outils, y compris des grattoirs, des ciseaux et des pointes de flèches, ont été découverts en 1973 lors de fouilles archéologiques. Les établissements agricoles ont été établis entre 3600 et 2600 avant JC. La culture Bura était une civilisation de l’âge du fer centrée dans la partie sud-ouest du Niger moderne et dans la partie sud-est du Burkina Faso contemporain. L’industrie sidérurgique, dans la fusion et le forgeage d’outils et d’armes, s’était développée en Afrique subsaharienne en 1200 avant JC. Du 3ème au 13ème siècle après JC, la culture Bura de l’âge du fer a existé sur le territoire de l’actuel sud-est du Burkina Faso et du sud-ouest du Niger. Divers groupes ethniques du Burkina Faso actuel, tels que les Mossi, les Peuls et les Dioulas, sont arrivés par vagues successives entre le VIIIe et le XVe siècle. À partir du 11ème siècle, le peuple Mossi a établi plusieurs royaumes distincts.

Dans les années 1890, lors de la Scramble européenne pour l’Afrique, le territoire du Burkina Faso a été envahi par la France, et le contrôle colonial a été établi à la suite d’une guerre de conquête entre 1896 et 1904. Le territoire a été intégré à l’Afrique occidentale française en 1904, et la colonie de la Haute-Volta française a été établie le 1er mars 1919. La colonie a été nommée pour son emplacement sur les cours supérieurs de la Volta (la Volta noire, rouge et blanche).

8ème siècle au 18ème siècle

Les historiens ont commencé à débattre des dates exactes auxquelles les nombreux groupes ethniques du Burkina Faso sont arrivés dans la région. Les Proto-Mossi sont arrivés dans la partie extrême-orientale de ce qui est aujourd’hui le Burkina Faso entre le VIIIe et le XIe siècle [26], les Samo sont arrivés vers le XVe siècle, les Dogon ont vécu dans les régions du nord et du nord-ouest du Burkina Faso jusqu’à un certain temps aux XVe ou XVIe siècles, et de nombreux autres groupes ethniques qui composent la population du pays sont arrivés dans la région pendant cette période.

Au Moyen Âge, les Mossi ont établi plusieurs royaumes distincts, y compris ceux de Tenkodogo, Yatenga, Zandoma et Ouagadougou. Entre 1328 et 1338, des guerriers Mossi ont attaqué Tombouctou, mais les Mossi ont été vaincus par Sonni Ali de Songhai lors de la bataille de Kobi au Mali en 1483. Au début du XVIe siècle, les Songhaï ont mené de nombreux raids d’esclaves dans ce qui est aujourd’hui le Burkina Faso. Au cours du XVIIIe siècle, l’empire Gwiriko a été établi à Bobo Dioulasso et des groupes ethniques tels que les Dyan, Lobi et Birifor se sont installés le long de la Volta noire. 

De la colonie à l’indépendance (1890– 1958)

À partir du début des années 1890, une série d’officiers militaires britanniques, français et allemands ont tenté de revendiquer une partie de ce qui est aujourd’hui le Burkina Faso. Parfois, ces colonialistes et leurs armées ont combattu les populations locales ; ils ont parfois noué des alliances avec eux et conclu des traités. Les officiers colonialistes et leurs gouvernements d’origine ont également conclu des traités entre eux. À travers une série d’événements complexes, ce qui est aujourd’hui le Burkina Faso est finalement devenu un protectorat français en 1896.

Les régions de l’est et de l’ouest, où une confrontation contre les forces du puissant souverain Samori Ture a compliqué la situation, sont tombées sous occupation française en 1897. En 1898, la majorité du territoire correspondant au Burkina Faso était nominalement conquise; cependant, le contrôle français de nombreuses parties est resté incertain. La convention franco-britannique du 14 juin 1898 a créé les frontières modernes du pays. Sur le territoire français, une guerre de conquête contre les collectivités locales et les pouvoirs politiques s’est poursuivie pendant environ cinq ans. En 1904, les territoires largement pacifiés du bassin de la Volta ont été intégrés dans la colonie du Haut-Sénégal et du Niger de l’Afrique occidentale française dans le cadre de la réorganisation de l’empire colonial français ouest-africain. La colonie avait sa capitale à Bamako. La langue de l’administration coloniale et de la scolarisation est devenue le français. Le système d’enseignement public est né de modestes origines. L’enseignement supérieur a été dispensé pendant de nombreuses années pendant la période coloniale à Dakar. Des soldats du territoire ont participé aux fronts européens de la Première Guerre mondiale dans les bataillons des fusils sénégalais. Entre 1915 et 1916, les districts de la partie ouest de l’actuel Burkina Faso et de la frange orientale du Mali sont devenus le théâtre d’une des oppositions armées les plus importantes au gouvernement colonial : la guerre de Volta-Bani.

Le gouvernement français a finalement supprimé le mouvement mais seulement après avoir subi des défaites. Il a également dû organiser sa plus grande force expéditionnaire de son histoire coloniale pour envoyer dans le pays pour réprimer l’insurrection. L’opposition armée a ravagé le nord du Sahel lorsque les Touaregs et les groupes alliés de la région de Dori ont mis fin à leur trêve avec le gouvernement.

La Haute-Volta française a été créée le 1er mars 1919. Les Français craignaient une réapparition du soulèvement armé et avaient des considérations économiques connexes. Pour renforcer son administration, le gouvernement colonial a séparé le territoire actuel du Burkina Faso du Haut-Sénégal et du Niger. La nouvelle colonie a été nommée Haute Volta et François Charles Alexis Édouard Hesling est devenu son premier gouverneur. Hesling a lancé un ambitieux programme de construction de routes pour améliorer les infrastructures et promouvoir la croissance du coton destiné à l’exportation. La politique du coton basée sur la coercition – a échoué et les revenus générés par la colonie ont stagné. La colonie a été démantelée le 5 septembre 1932, divisée entre les colonies françaises de Côte d’Ivoire, du Soudan français et du Niger. La Côte d’Ivoire a reçu la plus grande part, qui comprenait la majeure partie de la population ainsi que les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. La France a inversé ce changement pendant la période d’agitation anticoloniale intense qui a suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 4 septembre 1947, il fait revivre la colonie de la Haute-Volta, avec ses frontières antérieures, en tant que partie de l’Union française. Les Français ont désigné ses colonies comme départements de la France métropolitaine sur le continent européen. Le 11 décembre 1958, la colonie est devenue autonome en tant que République de Haute-Volta ; il a rejoint la Communauté franco-africaine. Une révision de l’organisation des territoires français d’outre-mer avait débuté avec l’adoption de la loi-cadre du 23 juillet 1956. Cette loi a été suivie de mesures de réorganisation approuvées par le Parlement français au début de 1957 afin d’assurer une large autonomie gouvernement pour les territoires individuels. La Haute-Volta est devenue une république autonome de la communauté française le 11 décembre 1958. La pleine indépendance de la France a été reçue en 1960.

Haute-Volta (1958-1984)

La République de Haute-Volta a été créée le 11 décembre 1958 en tant que colonie autonome au sein de la Communauté française. Le nom de la Haute-Volta se rapportait à l’emplacement de la nation le long du cours supérieur de la Volta. Les trois affluents du fleuve sont appelés la Volta Noire, Blanche et Rouge. Celles-ci étaient exprimées dans les trois couleurs de l’ancien drapeau national. Avant d’accéder à l’autonomie, elle avait appartenu à la Haute-Volta française et faisait partie de l’Union française. Le 5 août 1960, il accède à la pleine indépendance de la France. Le premier président, Maurice Yaméogo, était le chef de l’Union démocratique voltaïque (UDV). La constitution de 1960 prévoyait l’élection au suffrage universel d’un président et d’une assemblée nationale pour un mandat de cinq ans. Peu après son arrivée au pouvoir, Yaméogo a interdit tous les partis politiques autres que l’UDV. Le gouvernement a duré jusqu’en 1966. Après de nombreux troubles, notamment des manifestations de masse et des grèves d’étudiants, de syndicats et de fonctionnaires, l’armée est intervenue.

Règle de Lamizana et coups d’État multiples

Le coup d’État militaire de 1966 a destitué Yaméogo, suspendu la constitution, dissous l’Assemblée nationale et placé le lieutenant-colonel Sangoulé Lamizana à la tête d’un gouvernement d’officiers supérieurs de l’armée. L’armée est restée au pouvoir pendant quatre ans. Le 14 juin 1976, les Voltans ont ratifié une nouvelle constitution établissant une période de transition de quatre ans vers un régime civil complet. Lamizana est resté au pouvoir pendant les années 1970 en tant que président de gouvernements militaires ou civils-militaires mixtes. Le règne de Lamizana a coïncidé avec le début de la sécheresse et de la famine au Sahel qui ont eu un impact dévastateur sur la Haute-Volta et les pays voisins. Après un conflit sur la constitution de 1976, une nouvelle constitution a été rédigée et approuvée en 1977. Lamizana a été réélue par des élections ouvertes en 1978. Le gouvernement de Lamizana a rencontré des problèmes avec les syndicats traditionnellement puissants du pays, et le 25 novembre 1980, le colonel Saye Zerbo a renversé le président Lamizana dans un coup d’État sans effusion de sang. Le colonel Zerbo a créé le Comité militaire de relance pour le progrès national en tant qu’autorité gouvernementale suprême, supprimant ainsi la constitution de 1977. Le colonel Zerbo a également rencontré la résistance des syndicats et a été renversé deux ans plus tard par le major Jean-Baptiste Ouédraogo et le Conseil du salut populaire (CSP) lors du coup d’État du Haut-Voltan de 1982. Le CSP a continué d’interdire les partis et organisations politiques, mais a promis une transition vers un régime civil et une nouvelle constitution. 

Coup d’État de 1983

Coup d’État de 1983 Les luttes intestines se sont développées entre les factions droite et gauche du CSP. Le chef des gauchistes, le capitaine Thomas Sankara, a été nommé Premier ministre en janvier 1983, mais arrêté par la suite. Les efforts pour le libérer, dirigés par le capitaine Blaise Compaoré, ont abouti à un coup d’État militaire le 4 août 1983. Le coup d’État a amené Sankara au pouvoir et son gouvernement a commencé à mettre en œuvre une série de programmes révolutionnaires qui comprenaient des vaccinations de masse, des améliorations des infrastructures, l’expansion des droits des femmes, l’encouragement de la consommation agricole nationale et des projets de lutte contre la désertification.

Burkina Faso (depuis 1984)

Le 4 août 1984, à l’initiative du président Sankara, le nom du pays est passé de «Haute-Volta» à «Burkina Faso» ou terre des honnêtes hommes ; (la traduction littérale est la terre des hommes droits). Le démonyme du peuple du Burkina Faso, « Burkinabé », comprend les expatriés ou les descendants des Burkinabè origine.

Le gouvernement de Sankara comprenait le Conseil national pour la révolution avec Sankara comme président et a créé des comités populaires pour la défense de la révolution (CDR). Le programme pour les jeunes Pionniers de la révolution a également été créé. Sankara a lancé un ambitieux programme socio-économique de changement, l’un des plus importants jamais entrepris sur le continent africain. Sa politique étrangère était centrée sur l’anti-impérialisme, son gouvernement rejetant toute aide étrangère, poussant à une réduction de la dette odieuse, nationalisant toutes les richesses foncières et minérales et évitant le pouvoir et l’influence du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Ses politiques nationales comprenaient une campagne d’alphabétisation à l’échelle nationale, la redistribution des terres aux paysannes, la construction de chemins de fer et de routes et l’interdiction des mutilations génitales féminines, des mariages forcés et de la polygamie. Sankara a fait pression pour l’autosuffisance agraire et a promu la santé publique en vaccinant 2 500 000 enfants contre la méningite, la fièvre jaune et la rougeole. Son programme national comprenait également la plantation de plus de 10 000 000 d’arbres pour stopper la désertification croissante du Sahel. Sankara a appelé chaque village à construire un dispensaire médical et plus de 350 communautés ont construit des écoles avec leur propre main-d’œuvre.

Coup d’État de 1987

Le 15 octobre 1987, Sankara, avec douze autres responsables, est décédé lors d’un coup d’État organisé par Blaise Compaoré, l’ancien collègue de Sankara, qui a été président du Burkina Faso d’octobre 1987 à octobre 2014. Après le coup d’État et bien que Sankara soit connue Pour être morts, certains CDR ont opposé une résistance armée à l’armée pendant plusieurs jours. Une majorité de Burkinabè estime que le ministère français des Affaires étrangères, le Quai d’Orsay, a soutenu Compaoré dans l’organisation du coup d’État.

Compaoré a donné comme l’une des raisons du coup d’État la détérioration des relations avec les pays voisins. Compaoré a soutenu que Sankara avait compromis les relations étrangères avec l’ancienne puissance coloniale (France) et avec la Côte d’Ivoire voisine. Après le coup d’État, Compaoré a immédiatement renversé les nationalisations, renversé la quasi-totalité des politiques de Sankara, replacé le pays dans le giron du FMI et finalement rejeté la majeure partie de l’héritage de Sankara. Suite à une prétendue tentative de coup d’État en 1989, Compaoré a introduit des réformes démocratiques limitées en 1990. En vertu de la nouvelle constitution (1991), Compaoré a été réélu sans opposition en décembre 1991. En 1998, Compaoré a remporté les élections lors d’un glissement de terrain. En 2004, 13 personnes ont été jugées pour avoir préparé un coup d’État contre le président Compaoré et le cerveau présumé du coup d’État a été condamné à la prison à vie. En 2014, le Burkina Faso restait l’un des pays les moins avancés du monde. Le gouvernement de Compaoré a joué le rôle de négociateur dans plusieurs différends ouest-africains, notamment la crise ivoirienne de 2010-2011, le Dialogue inter-togolais (2007) et la crise malienne de 2012. Entre février et avril 2011, la mort d’un écolier a provoqué des manifestations dans tout le pays, couplées à une mutinerie militaire et à une grève des magistrats.

Manifestations d’octobre 2014

À partir du 28 octobre 2014, des manifestants ont commencé à marcher et à manifester à Ouagadougou contre le président Blaise Compaoré, qui semblait prêt à modifier la constitution et à prolonger son mandat de 27 ans. Le 30 octobre, certains manifestants ont incendié le bâtiment du Parlement et ont pris le contrôle du siège de la télévision nationale. L’aéroport international de Ouagadougou a fermé ses portes et les députés ont suspendu le vote sur la modification de la constitution (ce changement aurait permis à Compaoré de se présenter aux élections en 2015). Plus tard dans la journée, l’armée a dissous toutes les institutions gouvernementales et imposé un couvre-feu. Le 31 octobre 2014, le président Compaoré, face à une pression croissante, a démissionné après 27 ans de mandat. Le lieutenant-colonel Isaac Zida a déclaré qu’il dirigerait le pays pendant sa période de transition avant l’élection présidentielle prévue en 2015, mais il y avait des inquiétudes. Au sujet de ses liens étroits avec l’ancien président. En novembre 2014, les partis d’opposition, les groupes de la société civile et les chefs religieux ont adopté un projet d’autorité de transition pour guider le Burkina Faso vers les élections. Selon le plan, Michel Kafando est devenu président de transition du Burkina Faso et le lieutenant-colonel Zida est devenu Premier ministre par intérim et ministre de la Défense.

Coup d’État de 2015 

Le 16 septembre 2015, le Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a saisi le président et le Premier ministre du pays, puis a déclaré le Conseil national pour la démocratie le nouveau gouvernement national. Cependant, le 22 septembre 2015, le chef du coup d’État, Gilbert Diendéré, s’est excusé et a promis de rétablir le gouvernement civil. Le 23 septembre 2015, le Premier ministre et le président par intérim ont été ramenés au pouvoir.

Élection de novembre 2015

Des élections législatives ont eu lieu au Burkina Faso le 29 novembre 2015. Roch Marc Christian Kaboré a remporté l’élection au premier tour avec 53,5% des voix, battant l’homme d’affaires Zéphirin Diabré, qui en a obtenu 29,7%. Kaboré a prêté serment en tant que président le 29 décembre 2015.

Attaques terroristes

En février 2016, une attaque terroriste s’est produite au Splendid Hotel et au café-bar Capuccino dans le centre de Ouagadougou : 30 personnes sont décédées. Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Al-Mourabitoun, deux groupes qui opéraient jusque-là principalement au Mali voisin, ont revendiqué la responsabilité de l’attaque. Depuis lors, des groupes similaires ont mené de nombreuses attaques quantifiées dans le nord et l’est du pays. Un attentat terroriste s’est produit dans la soirée du vendredi 11 octobre 2019 dans une mosquée du village de Salmossi, près de la frontière avec le Mali, faisant 16 morts et deux blessés.

La politique du Burkina Faso

Avec l’aide de la France, Blaise Compaoré a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1987. Il a renversé son ami de longue date et allié Thomas Sankara, tué lors du coup d’État. La constitution du 2 juin 1991 a institué un gouvernement semi-présidentiel: son parlement pourrait être dissous par le président de la République, qui devait être élu pour un mandat de sept ans. En 2000, la constitution a été amendée pour ramener le mandat présidentiel à cinq ans et en limiter la durée à deux, empêchant ainsi une réélection successive. L’amendement est entré en vigueur lors des élections de 2005. S’il avait été adopté au préalable, il aurait empêché Compaoré d’être réélu. D’autres candidats à la présidentielle ont contesté les résultats des élections. Mais en octobre 2005, le conseil constitutionnel a jugé que, parce que Compaoré était président en exercice en 2000, l’amendement ne s’appliquerait à lui qu’à la fin de son deuxième mandat. Cela a ouvert la voie à sa candidature aux élections de 2005. Le 13 novembre 2005, Compaoré a été réélu lors d’un glissement de terrain, en raison d’une opposition politique divisée. Lors des élections présidentielles de 2010, le président Compaoré a été réélu. Seulement 1,6 million de Burkinabés ont voté, sur une population totale dix fois plus grande. Les manifestations burkinabè de 2011 étaient une série de manifestations populaires appelant à la démission de Compaoré, à des réformes démocratiques, à des salaires plus élevés pour les soldats et les fonctionnaires et à la liberté économique. En conséquence, les gouverneurs ont été remplacés et les salaires des fonctionnaires ont été augmentés. Le Parlement se composait d’une chambre connue sous le nom d’Assemblée nationale, qui comptait 111 sièges avec des membres élus pour un mandat de cinq ans. Il existe également une chambre constitutionnelle, composée de dix membres, et un conseil économique et social dont les fonctions sont purement consultatives. La constitution de 1991 a créé un parlement bicaméral, mais la chambre haute (Chambre des représentants) a été abolie en 2002.

L’administration Compaoré avait œuvré à la décentralisation du pouvoir en déléguant certains de ses pouvoirs aux régions et aux autorités municipales. Mais la méfiance généralisée envers les politiciens et le manque d’implication politique de nombreux habitants ont compliqué ce processus. Les critiques ont décrit cela comme une décentralisation hybride. Les libertés politiques sont sévèrement restreintes au Burkina Faso. Des organisations de défense des droits de l’homme ont critiqué l’administration Compaoré pour de nombreux actes de violence parrainés par l’État contre des journalistes et d’autres membres politiquement actifs de la société. À la mi-septembre 2015, le gouvernement de Kafando, ainsi que le reste de l’ordre politique post-octobre 2014, a été temporairement renversé lors d’une tentative de coup d’État du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP). Ils ont nommé Gilbert Diendéré à la présidence du nouveau Conseil national pour la démocratie. Le 23 septembre 2015, le Premier ministre et le président par intérim ont été ramenés au pouvoir.  Les élections nationales ont ensuite été reportées au 29 novembre. Kaboré a remporté l’élection au premier tour de scrutin, obtenant 53,5% des voix contre 29,7% pour le candidat à la deuxième place, Zephirin Diabré. Il a prêté serment en tant que président le 29 décembre 2015. La BBC a décrit le président comme un « banquier de formation française … qui se considère comme un social-démocrate et s’est engagé à réduire le chômage des jeunes, à améliorer l’éducation et les soins de santé et à offrir gratuitement des soins de santé aux enfants de moins de six ans ». Le Premier ministre est chef du gouvernement et est nommé par le président avec l’approbation de l’Assemblée nationale. Il est chargé de recommander un cabinet à nommer par le président. Paul Kaba Thieba a été nommé Premier ministre début 2016. Selon un rapport de la Banque mondiale fin 2018, le climat politique était stable ; le gouvernement était confronté à « un mécontentement social marqué par de grandes grèves et manifestations, organisées par les syndicats de plusieurs secteurs économiques, pour exiger des augmentations de salaire et des avantages sociaux … et des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes ». Les prochaines élections se tiendront en 2020.

L’économie du Burkina Faso

La valeur des exportations du Burkina Faso est passée de 2,77 milliards de dollars en 2011 à 754 millions de dollars en 2012. L’agriculture représente 32% de son produit intérieur brut et occupe 80% de la population active. Il consiste principalement à élever du bétail. Surtout dans le sud et le sud-ouest, la population cultive du sorgho, du millet perlé, du maïs (maïs), des arachides, du riz et du coton, avec des excédents à vendre. Une grande partie de l’activité économique du pays est financée par l’aide internationale, malgré l’abondance de minerais d’or. Les cinq principaux produits d’exportation en 2017 étaient les suivants, par ordre d’importance : gemmes, métaux précieux, 1,9 milliard de dollars américains (78,5% des exportations totales), coton, 198,7 millions de dollars (8,3%), minerais, scories, cendres, 137,6 millions de dollars ( 5,8%), fruits, noix : 76,6 millions de dollars (3,2%) et graines oléagineuses : 59,5 millions de dollars (2,5%). Un rapport de décembre 2018 de la Banque mondiale indique qu’en 2017, la croissance économique est passée à 6,4% en 2017 (contre 5,9% en 2016) principalement en raison de la production d’or et de l’augmentation des investissements dans les infrastructures. L’augmentation de la consommation liée à la croissance de la masse salariale a également soutenu la croissance économique. L’inflation est restée faible, 0,4% cette année-là mais le déficit public a atteint 7,7% du PIB (contre 3,5% en 2016). Le gouvernement continuait à obtenir une aide financière et des prêts pour financer la dette. Pour financer le déficit public, le gouvernement a combiné l’aide concessionnelle et l’emprunt sur le marché régional. La Banque mondiale a déclaré que les perspectives économiques restaient favorables à court et à moyen terme, bien que cela puisse être affecté négativement. Les risques comprenaient des prix élevés du pétrole (importations), des prix plus bas de l’or et du coton (exportations) ainsi que des menaces terroristes et des grèves de main-d’œuvre.

Le Burkina Faso fait partie de l’Union monétaire et économique ouest-africaine (UMEOA) et a adopté le franc CFA. Il est émis par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), située à Dakar, au Sénégal. La BCEAO gère la politique monétaire et de réserve des États membres et assure la régulation et la surveillance du secteur financier et de l’activité bancaire. Un cadre juridique concernant l’octroi de licences, les activités bancaires, les exigences en matière d’organisation et de capital, les inspections et les sanctions (tous applicables à tous les pays de l’Union) est en place, après avoir été considérablement réformé en 1999. Les institutions de microfinance sont régies par une loi distincte, qui régit la microfinance dans tous les pays de l’UEMOA. Le secteur de l’assurance est réglementé par la Conférence interafricaine des marchés de l’assurance (CIMA).

En 2018, le tourisme était quasi inexistant dans de grandes parties du pays. Le gouvernement américain (et d’autres) avertit leurs citoyens de ne pas voyager dans de grandes parties du Burkina Faso : « La région frontalière du nord du Sahel partagée avec le Mali et le Niger en raison de la criminalité et du terrorisme. Les provinces de Kmoandjari, Tapoa, Kompienga et Gourma dans l’Est Région en raison de la criminalité et du terrorisme « . Le CIA World Factbook 2018 fournit ce résumé mis à jour. « Le Burkina Faso est un pays pauvre et enclavé qui dépend de précipitations adéquates. Des régimes irréguliers de précipitations, des sols pauvres et le manque de communications adéquates et d’autres infrastructures contribuent à la vulnérabilité de l’économie aux chocs externes. Environ 80% de la population est engagée dans l’agriculture de subsistance et le coton sont les principales cultures commerciales. Le pays a peu de ressources naturelles et une base industrielle faible. Le coton et l’or sont les principales exportations du Burkina Faso. Le pays a connu une reprise de l’exploration, de la production et des exportations d’or. Alors que la fin de la crise politique a permis à l’économie du Burkina Faso de reprendre une croissance positive, la situation sécuritaire fragile du pays pourrait mettre ces gains en péril. L’insécurité politique au Mali voisin, l’approvisionnement en énergie peu fiable et les mauvaises liaisons de transport posent des défis à long terme. « Le rapport met également en évidence le programme 2018-2020 du Fonds monétaire international, y compris le plan du gouvernement pour » réduire le déficit budgétaire et préserver les dépenses essentielles en services publics et investissements publics prioritaires « .

Un rapport de 2018 du Groupe de la Banque africaine de développement a discuté d’une évolution macroéconomique : « des investissements plus élevés et des dépenses continues dans les services sociaux et la sécurité qui aggraveront le déficit budgétaire ». La prévision de ce groupe pour 2018 indiquait que le déficit budgétaire serait ramené à 4,8% du PIB en 2018 et à 2,9% en 2019. La dette publique associée au Plan national de développement économique et social était estimée à 36,9% du PIB en 2017.  Le Burkina Faso est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA).  Le pays appartient également aux Nations Unies, au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale du commerce.

Exploitation minière 

Il existe des mines de cuivre, de fer, de manganèse, d’or, de cassitérite (minerai d’étain) et de phosphates. Ces opérations créent des emplois et génèrent une aide internationale. La production d’or a augmenté de 32% en 2011 sur six sites miniers d’or, faisant du Burkina Faso le quatrième producteur d’or en Afrique, après l’Afrique du Sud, le Mali et le Ghana. Un rapport de 2018 indiquait que le pays s’attendait à un record de 55 tonnes d’or cette année-là, une augmentation des deux tiers par rapport à 2013. Selon Oumarou Idani, il y a un problème plus important. « Nous devons diversifier notre production. Nous ne produisons principalement que de l’or, mais nous avons un énorme potentiel dans le manganèse, le zinc, le plomb, le cuivre, le nickel et le calcaire ».

La démographie du Burkina Faso

Le Burkina Faso est un État laïc intégré sur le plan ethnique. La majorité de la population du Burkina Faso est concentrée dans le sud et le centre du pays, où leur densité dépasse parfois 48 personnes par kilomètre carré (125 / sq. Mi.). Des centaines de milliers de Burkinabè migrent régulièrement en Côte d’Ivoire et au Ghana, principalement pour des travaux agricoles saisonniers. Ces flux de travailleurs sont affectés par des événements externes; la tentative de coup d’État de septembre 2002 en Côte d’Ivoire et les combats qui ont suivi ont entraîné le retour de centaines de milliers de Burkinabè au Burkina Faso. L’économie régionale a souffert de leur incapacité de travailler. En 2015, la plupart de la population appartenait à « l’un des deux groupes culturels ethniques ouest-africains : les Voltaïques et les Mandé. Les Mossi voltaïques représentent environ 50% de la population et sont issus de guerriers qui se sont installés dans la région du Ghana vers 1100, établir un empire qui a duré plus de 800 ans « . Le taux de fécondité total du Burkina Faso est de 5,93 enfants nés par femme (estimations de 2014), le sixième plus élevé au monde. En 2009, le rapport du Département d’État américain sur la traite des personnes a signalé que l’esclavage au Burkina Faso persistait et que les enfants burkinabè étaient souvent les victimes. L’esclavage dans les États du Sahel en général, est une institution bien établie avec une longue histoire qui remonte à la traite négrière arabe. En 2018, environ 82 000 personnes dans le pays vivaient sous «l’esclavage moderne» selon le Global Slavery Index.

L’éducation du Burkina Faso

L’éducation au Burkina Faso est divisée en enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le lycée coûte environ 25 000 CFA (50 $ US) par an, ce qui est bien supérieur aux moyens de la plupart des familles burkinabè. Les garçons sont privilégiés à l’école ; en tant que tels, les taux d’éducation et d’alphabétisation des filles sont bien inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. Une augmentation de la scolarisation des filles a été observée en raison de la politique du gouvernement visant à rendre l’école moins chère pour les filles et à leur octroyer davantage de bourses. Pour passer du primaire au collège, du collège au lycée ou du lycée au collège, les examens nationaux doivent être réussis. Les établissements d’enseignement supérieur comprennent l’Université de Ouagadougou, l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso et l’Université de Koudougou, qui est également un établissement de formation des enseignants. Il existe quelques petits collèges privés dans la capitale, Ouagadougou, mais ils ne sont abordables que pour une petite partie de la population. Il y a également l’École internationale de Ouagadougou (ISO), une école privée basée aux États-Unis située à Ouagadougou. Le rapport 2008 du Programme des Nations Unies pour le développement a classé le Burkina Faso comme le pays ayant le niveau d’alphabétisation le plus bas du monde, malgré un effort concerté pour doubler son taux d’alphabétisation de 12,8% en 1990 à 25,3% en 2008.

Les langues du Burkina Faso

Le Burkina Faso est un pays multilingue. La langue officielle est le français, introduit pendant la période coloniale. Le français est la langue principale des institutions administratives, politiques et judiciaires, des services publics et de la presse. C’est la seule langue pour les lois, l’administration et les tribunaux. Au total, on estime que 69 langues sont parlées dans le pays, dont environ 60 langues indigènes. La langue mossi (Mossi : Mòoré) est la langue la plus parlée au Burkina Faso, parlée par environ la moitié de la population, principalement dans la région centrale autour de la capitale, Ouagadougou, ainsi que d’autres langues gurunsi étroitement liées disséminées dans tout le Burkina. Selon le recensement de 2006, les langues parlées au Burkina Faso étaient le mossi par 50,5% de la population, le fula par 9,3%, le gourmanché par 6,1%, le bambara par 4,9%, le bissa par 3,2%, le bwamu par 2,1%, le dagara par 2 %, San de 1,9%, Lobiri avec 1,8%, Lyélé avec 1,7%, Bobo et Sénoufo avec 1,4% chacun, Nuni de 1,2%, Dafing de 1,1%, Tamasheq de 1%, Kasséna de 0,7%, Gouin de 0,4%, Dogon, Songhai et Gourounsi de 0,3% chacun, Ko, Koussassé, Sembla et Siamou de 0,1% chacun, d’autres langues nationales de 5%, d’autres langues africaines de 0,2%, le français (la langue officielle) de 1,3% et d’autres langues étrangères de 0,1%. À l’ouest, les langues mandé sont largement parlées, la plus prédominante étant le dioula (également connu sous le nom de Jula ou Dyula), d’autres comme le bobo, le samo et la marka. Le fula est répandu, en particulier dans le nord. Gourmanché est parlé à l’est, tandis que Bissa est parlé au sud.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés