Congo: L’Etat va-t-il lutter autrement contre la corruption « à grande échelle » qui handicape le développement?

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture
Le président congolais Denis Sassou Nguesso à Kigali le 7 avril 2019 (AFP).

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a sanctionné des juges de son pays, évoquant un « ver dans le fruit », pour dénoncer la corruption parmi les magistrats, a annoncé 29 mars dernier le Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Le chef de l’Etat a présidé lundi dernier à Brazzaville la session ordinaire du CSM. « La conclusion que nous tirons, c’est qu’il y a le ver dans le fruit. Et nous devons le détruire. Peut-être pas seulement dans le secteur de la justice, mais dans tous les secteurs d’Etat« , y a-t-il déclaré, cité dans un communiqué du CSM.

M. Sassou Nguesso, 80 ans en 2023, dont presque 40 cumulés à la tête du pays, a souvent déploré la corruption « à grande échelle » qui gangrène le Congo-Brazzaville. La presse locale a fait état mercredi dernier « d’un grand ménage à la justice« , car une vingtaine de magistrats ont été soit révoqués, soit rétrogradés à l’occasion de cette session du CSM. D’autres ont vu certaines de leurs fonctions leur être retirées. D’autres encore ont simplement été réprimandés.

Au total, neuf magistrats ont été révoqués, pour des motifs qui n’ont pas été précisés par le CSM. Michel Oniangué, longtemps procureur général près la Cour d’appel de Brazzaville, figure parmi eux.

- Advertisement -

Dans son allocution devant le CSM, le Président congolais a rappelé que par le passé, des magistrats avaient déjà été relevés de leurs fonctions « face aux dérapages observés ». « On en avait nommé d’autres. Et, quelques mois seulement après, les nouveaux magistrats ont commencé à faire comme ceux qui venaient d’être relevés, et même pire« , a-t-il affirmé, cité par le communiqué du CSM.