L’Agence internationale de coopération de l’Algérie veut rattraper son retard sur ses concurrents au sud du Sahara

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Alger (© 2023 Afriquinfos)- L’Agence algérienne de coopération internationale entamera, dans un mois, la réalisation d’une école, d’un dispensaire et d’un puits à Kidal au Mali, comme elle réalisera un lycée et une mosquée au Niger. C’est le sens d’une annonce faite par le Président algérien Abdelmadjid Tebboune le 3 mai 2023.

Abdelmadjid Tebboune a fait savoir que ces projets «seront lancés, dans un mois, au Nord du Mali et au Niger». Il a indiqué, dans ce sens, «avoir nommé, il y a une semaine, un nouveau directeur de l’Agence». Les premiers chantiers à lancer, a-t-il précisé, portent sur «la réalisation d’un dispensaire et d’une école, ainsi que le forage d’un puits pour assurer un approvisionnement en eau potable à Kidal au Mali».

«L’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement a pour mission de contribuer à résorber la pauvreté et lutter contre la soif et le manque d’infrastructures de soins et d’évacuation des eaux», a-t-il expliqué.

Au Niger, a-t-il fait savoir, l’agence «a également élaboré un programme pour concrétiser des projets de réalisation d’un lycée et le parachèvement de la réalisation d’une mosquée, à la demande de la population locale».

- Advertisement -

Créée en 2020, l’Agence algérienne de coopération internationale a obtenu une enveloppe financière d’un milliard de dollars pour financer des projets dans les pays africains qui le souhaitent. «De tels projets constitueront une opportunité pour les médecins algériens de se déployer en Afrique plutôt que de se diriger vers l’Europe», a estimé le président Tebboune.

Cette agence, a pour missions de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique nationale de coopération internationale en matière économique, sociale, humanitaire, culturelle, éducative, scientifique et technique et de contribuer à la préparation du projet de budget de la coopération internationale et d’en assurer l’exécution.

Elle est également chargée d’apporter son concours à l’action de l’appareil diplomatique et des ministères concernés pour la mobilisation optimale de l’assistance technique et financière extérieure au service du développement national et d’assurer le suivi de la gestion technique et financière des projets d’assistance et de coopération internationale, en faveur de pays tiers.

L’Algérie, selon son président, «qui s’efforce de revenir dans le giron africain», a «retrouvé aujourd’hui sa place sur le continent». Il a noté, dans ce cadre, que l’objectif de l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, c’est «le développement et la fraternité en Afrique».

Outre l’Agence algérienne de coopération internationale, il existe également  au Maghreb l’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI) créée en 1986 pour contribuer à renforcer la Coopération Internationale du Royaume du Maroc, avec une forte orientation pour la promotion de la Coopération Sud-Sud prônée par le Roi Mohammed VI. Dans le même domaine oeuvre l’Agence Tunisienne de Coopération Technique (ATCT).

L’Egypte, pays du Machrek regroupant aussi la Syrie, la Jordanie et le Liban s’est aussi dotée d’une Agence de coopération similaire.

Afriquinfos