Afrique du Nord
30 juillet 2020

Le legs de la Franco-tunisienne Halimi, pionnière de la dépénalisation de l’IVG, salué par tous en France

PARIS (© 2020 Afriquinfos)- La Franco-tunisienne Gisèle Halimi est décédée ce mardi à 93 ans en France. Avocate, femme politique […]

27 juillet 2020 Afrique du Nord

Tunisie : qui est Hichem Mechichi, le choix surprenant du président Kaïs Saïed pour le poste de chef du gouvernement ?

TUNIS (© 2020 Afriquinfos)- Douze jours après la démission d’Elyes Fakhfakh, emporté par un scandale de conflit d’intérêts et poussé […]

Lire la suite »
20 juillet 2020 Afrique

La Tunisie accueille son premier vol de touristes depuis trois mois

« On ne peut pas sauver toute la saison mais on va tout essayer pour en sauver une partie »: le ministre […]

Lire la suite »
18 juillet 2020 Afrique du Nord

La Tunisie en passe d’accueillir le Final Tour de la Champions League 2019-2020

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- Le Cameroun s’étant retiré de l’organisation du « Final 4 » de la Ligue des Champions Africaine, évoquant […]

Lire la suite »
16 juillet 2020 Afrique du Nord

Tunisie : fin de partie pour Elyes Fakhfakh, le Premier ministre pris en flagrant délit de conflit d’intérêt

TUNIS (© 2020 Afriquinfos)- Il ne sera donc resté à son poste qu’un peu plus de quatre mois. Investi par […]

Lire la suite »
9 juillet 2020 Afrique du Nord

Le Franco-tunisien Ben Yedder, au centre du projet sportif 2021 de l’AS Monaco

Monaco (© 2020 Afriquinfos)- Pas à son avantage lors de la saison 2019-2020 où elle occupait la 9ème place avant […]

Lire la suite »
1 juillet 2020 Afrique du Nord

Qui est Mohamed Ayachi Ajroudi, l’homme d’affaires franco-tunisien positionné sur le rachat de l’OM

Rachat de l’OM par Mohamed Ayachi Ajroudi | Jusque-là, on ne le connaissait que sous l’appellation de «l’homme d’affaires franco-tunisien» […]

Lire la suite »
30 juin 2020 Afrique du Nord

‘Made in Africa’ : Telnet Holding, auteur du 1er drone 100% tunisien

1er drone 100% africain | Fruit d’un projet lancé en 2018, « Phénix » a été présenté lundi par Telnet […]

Lire la suite »
26 juin 2020 Afrique

Tunisie : l’État est (presque) en faillite, alerte le Premier ministre

Faillite de l’État tunisien | Le chef du gouvernement tunisien Elyes Fakhfakh a averti jeudi que l’économie de son pays, […]

Lire la suite »
9 juin 2020 Afrique du Nord

La Tunisie, première équipe nationale africaine de football à reprendre les entraînements

Équipe nationale de Tunisie | Les Aigles de Carthage seront les premiers internationaux africains à retrouver le pré après la suspension […]

Lire la suite »
2 juin 2020 Afrique du Nord

La ville tunisienne Tozeur convoite la distinction de “capitale arabe de l’environnement”

Capitale arabe de l’environnement | La municipalité de Tozeur prépare son dossier de candidature au concours de la capitale arabe […]

Lire la suite »
25 mai 2020 Afrique du Nord

Disparition d’Albert Memmi : le monde salue un pourfendeur de la colonisation et du racisme

Disparition d’Albert Memmi | L’écrivain et essayiste français d’origine tunisienne, Albert Memmi est décédé le 22 mai dernier à Paris […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

L’écrivain Albert Memmi, auteur du ‘Portrait du colonisé’, est mort

Albert Memmi, auteur du ‘Portrait du colonisé’ | Héritier d’une triple culture – juif, tunisien et  français -, l’écrivain et […]

Lire la suite »
20 mai 2020 Afrique du Nord

Les 50 ans de Francophonie seront célébrés à Djerba en 2021

50 ans de Francophonie 2021 à Djerba | C’est désormais officiel ! Le XVIIIe Sommet de la Francophonie est reporté à 2021 […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie, premier décès du Coronavirus depuis 10 jours.

Premier décès du coronavirus en Tunisie | Un homme décédé à Mahdia (centre) a été testé positif au nouveau coronavirus, […]

Lire la suite »
15 mai 2020 Afrique du Nord

Tunisie : le président de la Fédération de football (FTF) candidat à la présidence de la CAF

Tunis (© 2020 Afriquinfos) – Wadi Al Jari, président de la Fédération Tunisienne de Football (FTF) sera l’année prochaine sur […]

Lire la suite »
13 mai 2020 Afrique du Nord

La Tunisie lancera en juillet son premier satellite de télécommunication

Le premier satellite de télécommunication tunisien | Annoncé fin 2019, le lancement du 1er satellite de communication tunisien sera effectif […]

Lire la suite »
5 mai 2020 Afrique du Nord

Confinement obligatoire pour les mères de famille : l’énorme bourde du gouvernement tunisien

Confinement obligatoire pour les mères de famille en Tunisie | Le gouvernement tunisien a annoncé dimanche qu’il allait reformuler un […]

Lire la suite »
1 avril 2020 Afrique du Nord

Tunisie: le confinement prolongé de 15 jours malgré des manifestations

COVID-19 en Tunisie – Le confinement général en place depuis le 22 mars en Tunisie a été prolongé de 15 […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie: des centaines de précaires manifestent contre le confinement

Plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux travailleurs précaires, ont manifesté mardi dans un quartier populaire de Tunis pour protester […]

Lire la suite »
20 mars 2020 Afrique du Nord

50ème anniversaire de l’OIF/Coronavirus : l’organisation reporte les manifestations d’envergure mais la fête aura lieu

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- C’est ce 20 mars 2020 que l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) célèbre son 50ème anniversaire. […]

Lire la suite »
4 mars 2020 Afrique du Nord

Tunisie: la production industrielle en baisse de 3,1% sur l’ensemble de l’année 2019

Tunis (© 2020 Afriquinfos)-La baisse des performances du secteur de l’énergie, des industries mécaniques et électriques (IME) et celles du […]

Lire la suite »
27 février 2020 Afrique du Nord

Tunisie : le nouveau gouvernement proposé fera face à huit priorités majeures

Tunis (© 2020 Afriquinfos)-En Tunisie, à l’issue du vote de confiance prévu tard dans la soirée de ce mercredi, il […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie : le gouvernement de Elyes Fakhfakh obtient sans surprise la confiance du Parlement

Le gouvernement de Elyes Fakhfakh a obtenu sans surprise la confiance du Parlement tunisien, un cabinet formé après quatre mois […]

Lire la suite »
20 février 2020 Afrique du Nord

Le rugby féminin a une nouvelle patronne à sa tête

Dublin (© 2020 Afriquinfos)- La Tunisienne Maha Zaoui vient d’être nommée responsable du rugby féminin à Rugby Afrique. Un chantier […]

Lire la suite »
19 février 2020 Afrique du Nord

Kais Zouaghi remplace l’Espagnol Juan Carlos Garrido à la tête de l’Etoile du Sahel

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- L’Etoile du Sahel a fait appel à Kais Zouaghi pour remplacer le technicien espagnol Juan Carlos […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique du Nord

Tunisie : Le président prévient contre toute infraction à la Constitution

Tunis (© 2020 Afriquinfos)-Le président tunisien Kaïs Saïed a mis en garde contre toute infraction à la Constitution tunisienne, ce […]

Lire la suite »
13 février 2020 Afrique du Nord

La Tunisie ébranlée par un imbroglio diplomatique sur la question palestinienne

Le président tunisien Kaies Saied, novice qui avait exalté la défense de la cause palestinienne lors de son élection, s’est […]

Lire la suite »
10 février 2020 Afrique du Nord

Tunisie : Pour la première fois depuis 60 ans, un évêque catholique ordonné

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- Lors d’une cérémonie sans précédent depuis 60 ans, un prêtre du diocèse a été ordonné évêque […]

Lire la suite »
7 février 2020 Afrique du Nord

L’initiative américaine « Prosper Africa » lancée à Tunis

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- C’est sur initiative conjointe de l’ambassade américaine et de la Chambre de commerce américaine en Tunisie […]

Lire la suite »
2 février 2020 Afrique du Nord

Tunisie : Elyes Fakhfakh fait de l’économie une priorité

Tunis (© 2020 Afriquinfos)-Ce vendredi Le chef du gouvernement tunisien désigné Elyes Fakhfakh a présenté les grands axes de son […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Afrique du Nord

Ligue des Champions CAF : l’ES Tunis établit un nouveau record de 20 matchs sans défaite

Tunis(© 2020 Afriquinfos)-  Samedi dernier pour le compte de la 5ème journée de la phase de poules de la Ligue […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie: décès de la blogueuse Lina Ben Mhenni, une figure de la révolution

La célèbre blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenni, à la pointe du soulèvement ayant permis la chute du régime Ben Ali […]

Lire la suite »
9 janvier 2020 Afrique du Nord

Tunisie: La composition gouvernementale d’Habib Jemli reste inchangée deux jours avant le vote de confiance

Tunisie (© 2020 Afriquinfos)- En Tunisie, le chef du gouvernement désigné Habib Jemli, a annoncé mercredi à la presse locale […]

Lire la suite »
3 janvier 2020 Afrique du Nord

Le Premier ministre tunisien annonce un gouvernement d’indépendants

Le Premier ministre tunisien Habib Jemli, désigné par le parti d’inspiration islamiste Ennahdha, a présenté jeudi son gouvernement composé de […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Tunisie

La Tunisie proroge l’état d’urgence d’un mois supplémentaire

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- L’Etat d’urgence en Tunisie va être prolongé d’un mois supplémentaire sur l’ensemble du territoire national à […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Afrique du Nord

Lancement d’une Conférence régionale sur l’amélioration de la productivité de l’eau dans l’agriculture (FAO)

Tunis (© 2019 Afriquinfos)-L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a tenu dans la capitale tunisienne une Conférence […]

Lire la suite »
3 décembre 2019 Afrique du Nord

Accident de bus en Tunisie: Le bilan monte à 27 morts

Une victime est décédée de ses blessures portant à 27 le nombre de personnes mortes dans un accident de bus […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Afrique du Nord

L’ex-président tunisien, Moncef Marzouki tourne le dos à sa carrière politique

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- C’est à travers un message vidéo diffusé ce dimanche 24 novembre 2019, que l’ex-chef d’Etat de […]

Lire la suite »
25 novembre 2019 Afrique du Nord

CAF : 20 nominés pour « le joueur Africain Interclubs de l’Année »

Le Caire (© 2019 Afriquinfos)- Après avoir été zappés dans l’édition précédente, les joueurs africains évoluant sur le continent, sont […]

Lire la suite »
18 novembre 2019 Afrique du Nord

Un sifflet contre le harcèlement sexuel lors d’un festival en Tunisie

Patrouilles et distribution de sifflets: une association tunisienne de défense des droits des femmes a mené une campagne de prévention […]

Lire la suite »
1 novembre 2019 Afrique du Nord

OIF/36e session de la CMF : Tunis désignée ville hôte du XVIIIe Sommet de la Francophonie et Kinshasa les IXes Jeux en 2021

Monaco (© 2019 Afriquinfos)–  Les ministres des Etats et gouvernements de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) se sont réunis […]

Lire la suite »
24 octobre 2019 Afrique du Nord

Tunisie : Kaïs Saïed investi dans ses fonctions après son passage devant le Parlement

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- Le nouveau Président tunisien Kaïs Saïed est officiellement rentré dans ses fonctions. Il a prêté serment […]

Lire la suite »
21 octobre 2019 Afrique du Nord

Afrique/Handball : les quatre groupes pour la CAN 2020 constitués

Tunis (© 2019 Afriquinfos)– La Confédération Africaine de Handball (CAHB) a procédé le samedi 19 octobre dernier au tirage au sort […]

Lire la suite »
15 octobre 2019 Afrique du Nord

Diplomatie, anticorruption, décentralisation: Les dossiers du futur président tunisien

Si les prérogatives de Kais Saied relèveront essentiellement de la sécurité et la diplomatie, le futur président tunisien est très […]

Lire la suite »
14 octobre 2019 Afrique du Nord

Réactions en Tunisie après l’élection de K. SAIED en TUNISIE

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- Alors que les résultats définitifs ne sont pas encore publiés (ils devraient l’être ce lundi), Kais […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Présidentielle en Tunisie: Kais Saied, la révolution austère

Universitaire devenu commentateur politique, le nouveau président tunisien Kais Saied est une énigme: quasi inclassable sur l’échiquier politique, cet homme […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie: Le juriste Kais Saied élu président avec plus de 75% (TV nationale)

Le constitutionnaliste Kais Saied a remporté la présidentielle tunisienne avec 76,9% des voix, a annoncé la chaîne publique Wataniya, selon […]

Lire la suite »
10 octobre 2019 Afrique du Nord

Tunisie/législatives: les résultats partiels proclament Ennahdha vainqueur avec 52 sièges

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- Alors qu’en Tunisie, les résultats définitifs des élections législatives sont prévus au plus tard le 13 […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Tunisie: Nabil Karoui, figure controversée des médias à l’assaut de la présidence

Homme d’affaires et des médias tunisien, Nabil Karoui, qui a été libéré quatre jours avant le second tour de la […]

Lire la suite »
1 2 3 38
La Tunisie officiellement la République de Tunisie est un pays de la région du Maghreb en Afrique du Nord, couvrant 163 610 kilomètres carrés (63 170 milles carrés). Son point le plus septentrional, le cap Angela, est également le point le plus septentrional du continent africain. La Tunisie est bordée par l’Algérie à l’ouest et au sud-ouest, la Libye au sud-est et la mer Méditerranée au nord et à l’est. La population tunisienne était de 11,5 millions d’habitants en 2017. Le nom de la Tunisie est dérivé de sa capitale, Tunis (nom indigène berbère : Tunest), qui est située sur sa côte nord-est. Géographiquement, la Tunisie contient l’extrémité orientale des montagnes de l’Atlas et la partie nord du désert du Sahara. Une grande partie du reste des terres du pays est un sol fertile. Ses 1300 kilomètres (810 miles) de littoral comprennent la conjonction africaine des parties ouest et est du bassin méditerranéen et, au moyen du détroit de Sicile et du canal sarde, présentent les deuxième et troisième points les plus proches du continent africain en Europe après Gibraltar.

La Tunisie est une république démocratique représentative unitaire semi-présidentielle. Il est considéré comme le seul État souverain pleinement démocratique du monde arabe. Son indice de développement humain est élevé. Il a un accord d’association avec l’Union européenne; est membre de la Francophonie, de l’Union pour la Méditerranée, du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, de l’Union du Maghreb arabe, de la Ligue arabe, de l’OCI, de la Grande zone de libre-échange arabe, de la Communauté des États sahélo-sahariens, de la Union africaine, Mouvement des pays non alignés, Groupe des 77 ; et a obtenu le statut de principal allié non-OTAN des États-Unis. En outre, la Tunisie est également un État membre des Nations Unies et un État partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Des relations étroites avec l’Europe, notamment avec la France et l’Italie, se sont nouées par la coopération économique, la privatisation et la modernisation industrielle. Dans les temps anciens, la Tunisie était principalement habitée par des Berbères. L’immigration phénicienne a commencé au 12ème siècle avant JC ; ces immigrants ont fondé Carthage. Grande puissance marchande et rivale militaire de la République romaine, Carthage a été vaincue par les Romains en 146 av. Les Romains ont occupé la Tunisie pendant la plupart des 800 prochaines années, ont introduit le christianisme et laissé des héritages architecturaux comme l’amphithéâtre El Djem. Après plusieurs tentatives à partir de 647, les musulmans ont conquis toute la Tunisie par 697 et introduit l’islam. Après une série de campagnes commençant en 1534 pour conquérir et coloniser la région, l’Empire ottoman établit le contrôle en 1574 et régna plus de 300 ans après. La colonisation française de la Tunisie a eu lieu en 1881. La Tunisie a obtenu son indépendance avec Habib Bourguiba et a déclaré la République tunisienne en 1957. En 2011, la révolution tunisienne a entraîné le renversement du président Zine El Abidine Ben Ali, suivie d’élections législatives. Le pays a de nouveau voté pour le parlement le 26 octobre 2014 et pour le président le 23 novembre 2014. En conséquence, la Tunisie est le seul pays d’Afrique du Nord classé «libre» par l’organisation Freedom House et est également considéré par The Economist Magazine’s Democracy Index comme la seule démocratie dans le monde arabe.

L’histoire de la Tunisie

Antiquité

Les méthodes agricoles ont atteint la vallée du Nil depuis la région du Croissant fertile vers 5000 avant JC, et se sont propagées au Maghreb vers 4000 avant JC. Les communautés agricoles des plaines côtières humides du centre de la Tunisie étaient alors les ancêtres des tribus berbères d’aujourd’hui. On croyait dans l’Antiquité que l’Afrique était à l’origine peuplée de Gaétuliens et de Libyens, deux peuples nomades. Selon l’historien romain Salluste, le demi-dieu Hercule est mort en Espagne et son armée polyglotte orientale a été laissée pour coloniser la terre, certains migrant vers l’Afrique. Les Perses sont allés à l’Ouest et se sont mariés avec les Gaetuliens et sont devenus les Numides. Les Mèdes se sont installés et étaient connus comme Mauri, plus tard Maures. Les Numides et les Maures appartenaient à la race dont sont descendus les Berbères. La signification traduite de Numidian est Nomade et en effet le peuple était semi-nomade jusqu’au règne de Masinissa de la tribu Massyli.  Au début de l’histoire enregistrée, la Tunisie était habitée par des tribus berbères. Sa côte a été colonisée par les Phéniciens dès le XIIe siècle avant JC (Bizerte, Utica). La ville de Carthage a été fondée au 9ème siècle avant JC par les Phéniciens. La légende raconte que Didon de Tyr, aujourd’hui au Liban, a fondé la ville en 814 avant JC, comme le raconte l’écrivain grec Timée de Tauromenium. Les colons de Carthage ont apporté leur culture et leur religion de la Phénicie, aujourd’hui le Liban actuel et les régions adjacentes. Après la série de guerres avec les cités-états grecques de la Sicile au 5ème siècle avant JC, Carthage a pris le pouvoir et est finalement devenue la civilisation dominante en Méditerranée occidentale. Les habitants de Carthage adoraient un panthéon de dieux du Moyen-Orient, dont Baal et Tanit. Le symbole de Tanit, une simple figure féminine aux bras étendus et à la robe longue, est une icône populaire trouvée dans les sites anciens. Les fondateurs de Carthage ont également créé un Tophet, qui a été modifié à l’époque romaine. Une invasion carthaginoise de l’Italie dirigée par Hannibal pendant la deuxième guerre punique, l’une d’une série de guerres avec Rome, a presque paralysé la montée du pouvoir romain. Depuis la fin de la deuxième guerre punique en 202 avant JC, Carthage a fonctionné comme un État client de la République romaine pendant encore 50 ans. Après la bataille de Carthage qui a commencé en 149 avant JC pendant la troisième guerre punique, Carthage a été conquise par Rome en 146 avant JC. Après sa conquête, les Romains ont rebaptisé Carthage en Afrique, l’incorporant comme une province. Pendant la période romaine, la zone de ce qui est aujourd’hui la Tunisie a connu un énorme développement. L’économie, principalement sous l’Empire, est en plein essor : la prospérité de la région dépend de l’agriculture. Appelée le grenier de l’Empire, la région actuelle de la Tunisie et de la Tripolitaine côtière, selon une estimation, produisait un million de tonnes de céréales chaque année, dont un quart était exporté vers l’Empire. Les cultures supplémentaires comprenaient des haricots, des figues, des raisins et d’autres fruits. Au IIe siècle, l’huile d’olive rivalisait avec les céréales comme produit d’exportation. En plus des cultures et de la capture et du transport d’animaux sauvages exotiques des montagnes occidentales, la principale production et les exportations comprenaient les textiles, le marbre, le vin, le bois, le bétail, la poterie comme le Red Slip africain et la laine.

Il y avait même une énorme production de mosaïques et de céramiques, exportées principalement vers l’Italie, dans la zone centrale d’El Djem (où se trouvait le deuxième plus grand amphithéâtre de l’Empire romain). L’évêque berbère Donatus Magnus était le fondateur d’un groupe chrétien connu sous le nom de Donatists. Au cours des 5e et 6e siècles (de 430 à 533 après JC), les Vandales germaniques ont envahi et régné sur un royaume en Afrique du Nord-Ouest qui comprenait l’actuel Tripoli. La région a été facilement reconquise en 533-534 après JC, sous le règne de l’empereur Justinien I, par les Romains orientaux dirigés par le général Bélisaire.

Moyen Âge

Entre la seconde moitié du 7e siècle et le début du 8e siècle, la conquête arabo-musulmane a eu lieu dans la région. Ils ont fondé la première ville islamique d’Afrique du Nord-Ouest, Kairouan. C’est là en 670 après JC que la mosquée d’Uqba, ou la grande mosquée de Kairouan, a été construite.  Cette mosquée est le sanctuaire le plus ancien et le plus prestigieux de l’Occident musulman avec le plus ancien minaret debout au monde, elle est également considérée comme un chef-d’œuvre de l’art et de l’architecture islamiques. Tunis a été prise en 695, reprise par les Romains byzantins en 697, mais perdue finalement en 698. Le passage d’une société berbère chrétienne latino-américaine à une société musulmane et majoritairement arabophone a pris plus de 400 ans (le processus équivalent en Égypte et le Croissant fertile a pris 600 ans) et a entraîné la disparition définitive du christianisme et du latin aux 12e ou 13e siècles. La majorité de la population n’était musulmane que vers la fin du IXe siècle; une grande majorité le fut au cours du 10. De plus, certains chrétiens tunisiens ont émigré ; certains membres les plus riches de la société l’ont fait après la conquête de 698 et d’autres ont été accueillis par les dirigeants normands en Sicile ou en Italie aux 11e et 12e siècles – la destination logique en raison de la connexion étroite de 1200 ans entre les deux régions. Les gouverneurs arabes de Tunis ont fondé la dynastie des Aghlabides, qui a gouverné la Tunisie, la Tripolitaine et l’est de l’Algérie de 800 à 909. La Tunisie a prospéré sous la domination arabe lorsque de vastes systèmes ont été construits pour alimenter les villes en eau à usage domestique et en irrigation, ce qui a favorisé l’agriculture (en particulier la production d’olives). Cette prospérité a permis une vie de cour luxueuse et a été marquée par la construction de nouvelles villes de palais comme al-Abassiya (809) et Raqadda (877).

Après avoir conquis le Caire, les Fatimides ont abandonné la Tunisie et certaines parties de l’Algérie orientale aux Zirides locaux (972–1148). La Tunisie ziride a prospéré dans de nombreux domaines: l’agriculture, l’industrie, le commerce et l’apprentissage religieux et laïque. La gestion par les derniers émirs zirides était cependant négligente, et l’instabilité politique était liée au déclin du commerce et de l’agriculture tunisiens. La déprédation des campagnes tunisiennes par les Banu Hilal, une tribu bédouine arabe guerrière encouragée par les Fatimides d’Égypte à s’emparer de l’Afrique du Nord-Ouest, a plongé la vie économique rurale et urbaine de la région dans un nouveau déclin. En conséquence, la région a connu une urbanisation rapide, les famines dépeuplant les campagnes et l’industrie passant de l’agriculture aux produits manufacturés. L’historien arabe Ibn Khaldun a écrit que les terres ravagées par les envahisseurs Banu Hilal étaient devenues un désert complètement aride. Les principales villes tunisiennes ont été conquises par les Normands de Sicile sous le royaume d’Afrique au XIIe siècle, mais après la conquête de la Tunisie en 1159-1160 par les Almohades, les Normands ont été évacués vers la Sicile. Des communautés de chrétiens tunisiens existeraient encore à Nefzaoua jusqu’au 14e siècle. Les Almohades ont d’abord régné sur la Tunisie par l’intermédiaire d’un gouverneur, généralement un proche parent du calife. Malgré le prestige des nouveaux maîtres, le pays était toujours indiscipliné, avec des émeutes et des combats continus entre les citadins et les Arabes et les Turcs errants, ces derniers étant les sujets de l’aventurier arménien musulman Karakush. De plus, la Tunisie a été occupée par les Ayyoubides entre 1182 et 1183 et de nouveau entre 1184 et 1187. La plus grande menace à la domination almohade en Tunisie était les Banu Ghaniya, parents des Almoravides, qui, depuis leur base de Majorque, ont tenté de rétablir la domination almoravide sur le Maghreb. Vers 1200, ils ont réussi à étendre leur domination sur toute la Tunisie jusqu’à ce qu’ils soient écrasés par les troupes almohades en 1207. Après ce succès, les Almohades ont installé Walid Abu Hafs comme gouverneur de la Tunisie. La Tunisie est restée partie de l’Etat almohade, jusqu’en 1230 lorsque le fils d’Abu Hafs s’est déclaré indépendant. Pendant le règne de la dynastie Hafsid, des relations commerciales fructueuses ont été établies avec plusieurs États chrétiens méditerranéens. À la fin du XVIe siècle, la côte est devenue un bastion de pirates.

Tunisie ottomane

Dans les dernières années de la dynastie Hafsid, l’Espagne a saisi de nombreuses villes côtières, mais celles-ci ont été récupérées par l’Empire ottoman.

La première conquête ottomane de Tunis a eu lieu en 1534 sous le commandement de Barbarossa Hayreddin Pasha, le frère cadet d’Oruç Reis, qui était le Kapudan Pacha de la flotte ottomane sous le règne de Soliman le Magnifique. Cependant, ce n’est que lors de la dernière reconquête ottomane de Tunis en Espagne en 1574 sous Kapudan Pacha Uluç Ali Reis que les Ottomans ont définitivement acquis l’ancienne Hafsid Tunisie, la conservant jusqu’à la conquête française de la Tunisie en 1881. Initialement sous la domination turque d’Alger, la porte ottomane nomme bientôt pour Tunis un gouverneur appelé Pacha soutenu par les forces janissaires. En peu de temps, cependant, la Tunisie est devenue en fait une province autonome, sous le Bey local. Sous ses gouverneurs turcs, les Beys, la Tunisie a atteint la quasi-indépendance. La dynastie Hussein de Beys, établie en 1705, a duré jusqu’en 1957. Cette évolution de statut a été de temps en temps contestée sans succès par Alger. À cette époque, les conseils de gouvernement contrôlant la Tunisie sont restés en grande partie composés d’une élite étrangère qui a continué de mener des affaires d’État en turc. Les attaques contre la navigation européenne ont été menées par des corsaires, principalement d’Alger, mais aussi de Tunis et de Tripoli, mais après une longue période de raids en déclin, la puissance croissante des États européens a finalement forcé sa fin. Sous l’Empire ottoman, les frontières de la Tunisie se sont contractées; il a perdu du territoire à l’ouest (Constantine) et à l’est (Tripoli).

Les épidémies de peste ont ravagé la Tunisie en 1784–1785, 1796–1797 et 1818–1820. Au 19e siècle, les dirigeants tunisiens ont pris conscience des efforts en cours de réforme politique et sociale dans la capitale ottomane. Le Bey de Tunis a alors, par ses propres lumières mais informé par l’exemple turc, tenté de procéder à une réforme modernisatrice des institutions et de l’économie. La dette internationale tunisienne est devenue ingérable. Ce fut la raison ou le prétexte des forces françaises pour établir un protectorat en 1881.

Tunisie française (1881-1956)

En 1869, la Tunisie s’est déclarée en faillite et une commission financière internationale a pris le contrôle de son économie. En 1881, sous le prétexte d’une incursion tunisienne en Algérie, les Français envahissent avec une armée d’environ 36 000 hommes et forcent le Bey à accepter les termes du traité de Bardo de 1881 (Al Qasr as Sa’id). Avec ce traité, la Tunisie est officiellement devenue un protectorat français, face aux objections de l’Italie. Sous la colonisation française, les implantations européennes dans le pays ont été activement encouragées ; le nombre de colons français est passé de 34 000 en 1906 à 144 000 en 1945. En 1910, il y avait 105 000 Italiens en Tunisie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Tunisie française était dirigée par le gouvernement collaborationniste de Vichy situé en France métropolitaine. Le Statut antisémite sur les Juifs promulgué par les Vichy a également été mis en œuvre à Vichy en Afrique du Nord-Ouest et dans les territoires français d’outre-mer. Ainsi, la persécution et le meurtre des Juifs de 1940 à 1943 faisaient partie de la Shoah en France. De novembre 1942 à mai 1943, Vichy Tunisie a été occupée par l’Allemagne nazie. Le commandant SS Walter Rauff a continué à y mettre en œuvre la solution finale. De 1942 à 1943, la Tunisie a été le théâtre de la Campagne de Tunisie, une série de batailles entre l’Axe et les forces alliées. La bataille a commencé avec un succès initial par les forces allemandes et italiennes, mais l’offre massive et la supériorité numérique des Alliés ont conduit à la capitulation de l’Axe le 13 mai 1943.

Après l’indépendance (1956-2011)

La Tunisie a obtenu son indépendance de la France le 20 mars 1956 avec Habib Bourguiba comme Premier ministre. Le 20 mars est célébré chaque année comme le jour de l’indépendance tunisienne. Un an plus tard, la Tunisie est déclarée république, avec Bourguiba comme premier président. De l’indépendance en 1956 jusqu’à la révolution de 2011, le gouvernement et le Rassemblement démocratique constitutionnel (RCD), anciennement Neo Destour et Parti socialiste destourien, en étaient effectivement un. À la suite d’un rapport d’Amnesty International, The Guardian a qualifié la Tunisie de « l’un des pays les plus modernes mais répressifs du monde arabe ». En novembre 1987, les médecins ont déclaré Bourguiba inapte à gouverner et, dans un coup d’État sans effusion de sang, le Premier ministre Zine El Abidine Ben Ali a assumé la présidence conformément à l’article 57 de la constitution tunisienne. L’anniversaire de la succession de Ben Ali, le 7 novembre, a été célébré comme fête nationale. Il a été systématiquement réélu avec une énorme majorité tous les cinq ans (bien plus de 80% des voix), le dernier étant le 25 octobre 2009, jusqu’à ce qu’il quitte le pays au milieu des troubles populaires en janvier 2011. Ben Ali et sa famille ont été accusés de corruption et de pillage de l’argent du pays. La libéralisation économique a fourni de nouvelles opportunités de mauvaise gestion financière, tandis que des membres corrompus de la famille Trabelsi, notamment dans les cas d’Imed Trabelsi et de Belhassen Trabelsi, contrôlaient une grande partie du secteur des entreprises du pays. La Première Dame Leila Ben Ali a été décrite comme une « accro du shopping sans vergogne » qui a utilisé l’avion d’État pour effectuer de fréquents voyages officieux dans les capitales européennes de la mode. La Tunisie a refusé une demande française d’extradition de deux neveux du président, du côté de Leila, accusés par le procureur de la République d’avoir volé deux méga-yachts dans une marina française. Selon la rumeur, le gendre de Ben Ali, Sakher El Materi, serait prêt à prendre le contrôle du pays. Des groupes indépendants de défense des droits humains, tels qu’Amnesty International, Freedom House et Protection International, ont documenté que les droits humains et politiques fondamentaux n’étaient pas respectés. Le régime a entravé de quelque manière que ce soit le travail des organisations locales de défense des droits de l’homme. En 2008, en matière de liberté de la presse, la Tunisie était classée 143e sur 173.

Post-révolution (depuis 2011)

La révolution tunisienne a été une campagne intensive de résistance civile qui a été précipitée par un taux de chômage élevé, une inflation alimentaire, la corruption, un manque de liberté d’expression et d’autres libertés politiques et de mauvaises conditions de vie. Les syndicats auraient fait partie intégrante des manifestations. Les manifestations ont inspiré le printemps arabe, une vague d’actions similaires dans le monde arabe. Le catalyseur des manifestations de masse a été la mort de Mohamed Bouazizi, un vendeur de rue tunisien de 26 ans, qui s’est enflammé le 17 décembre 2010 pour protester contre la confiscation de ses marchandises et l’humiliation infligée à lui par un fonctionnaire municipal nommé Faida. Hamdy. La colère et la violence se sont intensifiées après la mort de Bouazizi le 4 janvier 2011, conduisant finalement le président de longue date Zine El Abidine Ben Ali à démissionner et à fuir le pays le 14 janvier 2011, après 23 ans au pouvoir. Les protestations se sont poursuivies pour l’interdiction du parti au pouvoir et l’expulsion de tous ses membres du gouvernement de transition formé par Mohammed Ghannouchi. Finalement, le nouveau gouvernement a cédé aux demandes. Un tribunal de Tunis a interdit l’ex-parti au pouvoir RCD et confisqué toutes ses ressources. Un décret du ministre de l’Intérieur a interdit la « police politique », des forces spéciales qui ont été utilisées pour intimider et persécuter les militants politiques.

Le 3 mars 2011, le président par intérim a annoncé que les élections à une assemblée constituante auraient lieu le 24 juillet 2011. Le 9 juin 2011, le Premier ministre a annoncé que l’élection serait reportée au 23 octobre 2011. Les observateurs internationaux et internes ont déclaré le vote libre et juste. Le Mouvement Ennahda, auparavant interdit sous le régime de Ben Ali, a remporté une pluralité de 90 sièges sur un total de 217. Le 12 décembre 2011, l’ancien dissident et ancien militant des droits humains Moncef Marzouki a été élu président. En mars 2012, Ennahda a déclaré qu’elle ne soutiendrait pas de faire de la charia la principale source de législation dans la nouvelle constitution, maintenant le caractère laïc de l’État. La position d’Ennahda sur la question a été critiquée par les islamistes extrémistes, qui voulaient une charia stricte, mais a été saluée par les partis laïques. Le 6 février 2013, Chokri Belaid, le chef de l’opposition de gauche et critique éminent d’Ennahda, a été assassiné. En 2014, le président Moncef Marzouki a créé la Commission tunisienne de la vérité et de la dignité, un élément clé de la création d’une réconciliation nationale. La Tunisie a été frappée par deux attaques terroristes contre des touristes étrangers en 2015, tuant d’abord 22 personnes au Musée national du Bardo, puis 38 personnes au bord de la plage de Sousse. Le président tunisien Beji Caid Essebsi a renouvelé l’état d’urgence en octobre pour trois mois de plus. Le Quatuor de dialogue national tunisien a remporté le prix Nobel de la paix 2015 pour son travail dans la construction d’un ordre politique pacifique et pluraliste en Tunisie.

La politique de la Tunisie

La Tunisie est une démocratie représentative et une république avec un président à la tête de l’État, un Premier ministre à la tête du gouvernement, un parlement monocaméral et un système judiciaire civil. La Constitution tunisienne, adoptée le 26 janvier 2014, garantit les droits des femmes et stipule que la religion du président « sera l’islam ». En octobre 2014, la Tunisie a tenu ses premières élections conformément à la nouvelle constitution après le printemps arabe. La Tunisie (n ° 69 mondial) est la seule démocratie en Afrique du Nord. Le nombre de partis politiques légalisés en Tunisie a considérablement augmenté depuis la révolution. Il existe maintenant plus de 100 partis légaux, dont plusieurs existaient sous l’ancien régime. Sous le règne de Ben Ali, seuls trois fonctionnaient comme des partis d’opposition indépendants: le PDP, les FDTL et le Tajdid. Alors que certains partis plus anciens sont bien établis et peuvent s’inspirer des structures des partis précédents, bon nombre des plus de 100 partis existant en février 2012 sont de petite taille. Rares pour le monde arabe, les femmes occupaient plus de 20% des sièges au parlement bicaméral pré-révolutionnaire du pays. Lors de l’Assemblée constituante de 2011, les femmes détenaient entre 24% et 31% de tous les sièges. La Tunisie fait partie de la politique européenne de voisinage (PEV) de l’Union européenne, qui vise à rapprocher l’UE et ses voisins. Le 23 novembre 2014, la Tunisie a tenu sa première élection présidentielle après le printemps arabe de 2011. Le système juridique tunisien est fortement influencé par le droit civil français, tandis que la loi sur le statut personnel est basée sur le droit islamique. Les tribunaux de la charia ont été abolis en 1956. Un code du statut personnel a été adopté peu après l’indépendance en 1956, qui, entre autres, a donné aux femmes un statut juridique complet (leur permettant de diriger et de posséder des entreprises, d’avoir des comptes bancaires et de demander des passeports sous leur propre autorité). Le code interdit les pratiques de polygamie et de répudiation et le droit d’un mari de divorcer unilatéralement sa femme. D’autres réformes en 1993 ont inclus une disposition permettant aux femmes tunisiennes de transmettre la nationalité même si elles sont mariées à un étranger et vivent à l’étranger. La loi sur le statut personnel s’applique à tous les Tunisiens quelle que soit leur religion. Le Code du statut personnel reste l’un des codes civils les plus progressistes d’Afrique du Nord et du monde musulman.

L’économie de la Tunisie

La Tunisie est un pays tourné vers l’exportation en train de libéraliser et de privatiser une économie qui, tout en enregistrant une croissance moyenne de 5% de son PIB depuis le début des années 90, a souffert de la corruption au profit d’élites politiquement connectées. Le Code pénal tunisien incrimine plusieurs formes de corruption, notamment la corruption active et passive, l’abus de pouvoir, l’extorsion de fonds et les conflits d’intérêts, mais le cadre anti-corruption n’est pas appliqué efficacement. Cependant, selon l’indice de perception de la corruption publié chaque année par Transparency International, la Tunisie a été classée comme le pays d’Afrique du Nord le moins corrompu en 2016, avec un score de 41. La Tunisie a une économie diversifiée, allant de l’agriculture, des mines, de la fabrication et du pétrole produits, au tourisme. En 2008, elle avait un PIB de 41 milliards de dollars EU (taux de change officiels), ou 82 milliards de dollars EU (parité de pouvoir d’achat). Le secteur agricole représente 11,6% du PIB, l’industrie 25,7% et les services 62,8%. Le secteur industriel est principalement composé de la fabrication de vêtements et de chaussures, de la production de pièces automobiles et de machines électriques. Bien que la Tunisie ait connu une croissance moyenne de 5% au cours de la dernière décennie, elle continue de souffrir d’un chômage élevé, en particulier chez les jeunes. La Tunisie était en 2009 classée l’économie la plus compétitive d’Afrique et la 40e au monde par le Forum économique mondial. La Tunisie a réussi à attirer de nombreuses sociétés internationales telles qu’Airbus et Hewlett-Packard. Le tourisme représentait 7% du PIB et 370 000 emplois en 2009.

L’Union européenne reste le premier partenaire commercial de la Tunisie, représentant actuellement 72,5% des importations tunisiennes et 75% des exportations tunisiennes. La Tunisie est l’un des partenaires commerciaux les plus établis de l’Union européenne dans la région méditerranéenne et se classe au 30e rang des partenaires commerciaux de l’UE. La Tunisie a été le premier pays méditerranéen à signer un accord d’association avec l’Union européenne, en juillet 1995, bien qu’avant même la date d’entrée en vigueur, la Tunisie ait commencé à démanteler les tarifs sur le commerce bilatéral de l’UE. La Tunisie a finalisé le démantèlement tarifaire des produits industriels en 2008 et a donc été le premier pays méditerranéen non membre de l’UE à entrer dans une zone de libre-échange avec l’UE. Tunis Sports City est une ville sportive entière en cours de construction à Tunis, en Tunisie. La ville qui comprendra des immeubles à appartements ainsi que plusieurs installations sportives sera construite par le groupe Bukhatir au coût de 5 milliards de dollars. Le port de Tunis Financial fournira le premier centre financier offshore d’Afrique du Nord à Tunis Bay dans le cadre d’un projet d’une valeur de développement final de 3 milliards de dollars américains. Tunis Telecom City est un projet de 3 milliards de dollars visant à créer un centre informatique à Tunis. Tunisia Economic City est une ville en construction près de Tunis à Enfidha. La ville comprendra des bâtiments résidentiels, médicaux, financiers, industriels, de divertissement et touristiques ainsi qu’une zone portuaire pour un coût total de 80 milliards de dollars américains. Le projet est financé par des entreprises tunisiennes et étrangères. Les 29 et 30 novembre 2016, la Tunisie a organisé une conférence sur l’investissement Tunisie2020 pour attirer 30 milliards de dollars de projets d’investissement. Quelques jours avant les élections législatives tunisiennes de 2019, la nation se retrouve aux prises avec une économie atone. Le seul État démocratique du monde arabe a lutté durement contre le régime dictatorial du président Zine El Abidine Ben Ali pendant le printemps arabe. Néanmoins, la Tunisie ne pouvait rien faire de plus que la liberté et la démocratie. Il se trouve toujours suspendu entre l’inflation et le chômage tout en attendant les élections du 6 octobre dans l’espoir d’une réforme.

Tourisme

Parmi les attractions touristiques de la Tunisie figurent sa capitale cosmopolite de Tunis, les anciennes ruines de Carthage, les quartiers musulmans et juifs de Djerba et les stations balnéaires à l’extérieur de Monastir. Selon le New York Times, la Tunisie est « connue pour ses plages dorées, son temps ensoleillé et son luxe abordable ».

La démographie de la Tunisie

Selon la CIA, en 2017, la Tunisie comptait 11.403.800 habitants. Le gouvernement a soutenu un programme de planification familiale réussi qui a réduit le taux de croissance démographique à un peu plus de 1% par an, contribuant à la stabilité économique et sociale de la Tunisie.

Les Tunisiens sont principalement d’origine berbère ancestrale (> 60%). Alors que l’influence ottomane a été particulièrement importante dans la formation de la communauté turco-tunisienne, d’autres peuples ont également migré vers la Tunisie au cours de différentes périodes, y compris les Africains subsahariens, les Grecs, les Romains, les Phéniciens (Puniques), les Juifs et les colons français. Néanmoins, en 1870, la distinction entre la masse tunisienne arabophone et l’élite turque s’était estompée. Il existe également une petite population purement berbère (1% au plus) située dans les montagnes de Dahar et sur l’île de Djerba au sud-est et dans la région montagneuse de Khroumire au nord-ouest. De la fin du XIXe siècle à l’après-Seconde Guerre mondiale, la Tunisie abritait de grandes populations de Français et d’Italiens (255 000 Européens en 1956), bien que presque tous, avec la population juive, soient partis après l’indépendance de la Tunisie. L’histoire des Juifs en Tunisie remonte à environ 2 000 ans. En 1948, la population juive était estimée à 105 000, mais en 2013, il n’en restait qu’environ 900.

L’éducation de la Tunisie

Le taux d’alphabétisation des adultes en 2008 était de 78% et ce taux monte à 97,3% si l’on considère uniquement les personnes de 15 à 24 ans. L’éducation est prioritaire et représente 6% du PNB. Une éducation de base pour les enfants âgés de 6 à 16 ans est obligatoire depuis 1991. La Tunisie est classée 17ème dans la catégorie « qualité du système éducatif supérieur » et 21ème dans la catégorie « qualité de l’enseignement primaire » dans The Global Rapport 2008-2009 sur la compétitivité, publié par le Forum économique mondial. Alors que les enfants acquièrent généralement l’arabe tunisien à la maison, lorsqu’ils entrent à l’école à l’âge de 6 ans, ils apprennent à lire et à écrire en arabe standard. Dès l’âge de 7 ans, ils apprennent le français tandis que l’anglais est introduit à l’âge de 8 ans. Les quatre années de l’enseignement secondaire sont ouvertes à tous les titulaires du Diplôme de Fin d’Études de l’Enseignement de Base où les étudiants se concentrent sur l’entrée au niveau universitaire ou rejoignent le marché du travail après l’achèvement. L’enseignement secondaire est divisé en deux étapes: académique générale et spécialisée. Le système d’enseignement supérieur en Tunisie a connu une expansion rapide et le nombre d’étudiants a plus que triplé au cours des 10 dernières années, passant d’environ 102 000 en 1995 à 365 000 en 2005. Le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur en 2007 était de 31%, avec indice de parité des sexes de TBS de 1,5.

Les langues de la Tunisie

L’arabe est la langue officielle et l’arabe tunisien, connu sous le nom de Tounsi, est la variété nationale et vernaculaire de l’arabe et est utilisé par le public. Il existe également une petite minorité de locuteurs de langues berbères connus collectivement sous le nom de Jebbali ou Shelha. Le français joue également un rôle majeur dans la société tunisienne, bien qu’il n’ait pas de statut officiel. Il est largement utilisé dans l’enseignement (par exemple, comme langue d’enseignement des sciences au secondaire), la presse et les affaires. En 2010, il y avait 6 639 000 francophones en Tunisie, soit environ 64% de la population. L’italien est compris et parlé par une petite partie de la population tunisienne. Les enseignes, les menus et les panneaux de signalisation en Tunisie sont généralement écrits en arabe et en français.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés