Afrique du Nord
30 juillet 2020

Barrage controversé sur le Nil: Fattah al-Sissi s’attend à de longues négociations

Le Caire (@Afriquinfos 2020)- Comme on pouvait l’imaginer au vu de la taille diplomatique des différents protagonistes, les négociations autour […]

13 juillet 2020 Afrique du Nord

Mohamed Salah franchit la barre des 100 buts et établit un nouveau record avec Liverpool

Liverpool (© 2020 Afriquinfos)- La saison 2019-2020 est celle de tous les records pour les Reds de Liverpool, premier club […]

Lire la suite »
24 juin 2020 Afrique

L’Égypte se prépare-t-elle à faire la guerre en Libye ?

L’Égypte fera-t-elle la guerre en Libye ? | Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a adopté une posture martiale sur […]

Lire la suite »
22 juin 2020 Afrique de l'Ouest

Barrage sur le Nil : le Soudan et l’Égypte craignent une escalade

Barrage sur le Nil | En attendant une réunion en visioconférence de la Ligue arabe qui doit avoir lieu demain […]

Lire la suite »
15 juin 2020 Afrique

Barrage de la Renaissance : l’Égypte et l’Éthiopie campent sur leurs positions, les négociations dans l’impasse

L’Egypte a dénoncé samedi l’ »intransigeance » de l’Ethiopie et l’a accusé de vouloir la prendre en « otage » dans les négociations au […]

Lire la suite »
4 juin 2020 Afrique du Nord

Pétrole: nouvelle découverte en Egypte

Nouveau gisement de pétrole en Afrique | Un nouveau gisement pétrolier a été découvert en Égypte suite au forage d’un […]

Lire la suite »
2 juin 2020 Afrique du Nord

Mo Salah, seul Africain du classement Forbes des 50 sportifs les plus fortunés en 2020

Mohamed Salah | L’égyptien Mohamed Salah est le 5ème footballeur le mieux pays au monde mais aussi le seul africain […]

Lire la suite »
22 mai 2020 Afrique du Nord

Egypte: Des voleurs déguisés en Mo Salah sous les verrous

Des voleurs déguisés en Mo Salah en Égypte | Alors que les entrainements collectifs ont repris en Angleterre en vue […]

Lire la suite »
20 mai 2020 Afrique du Nord

Covid-19 : l’Egypte, au bord du précipice, résiste au virus

L’Égypte résiste au coronavirus | Trois mois après le premier cas de nouveau coronavirus détecté en Egypte, le système sanitaire […]

Lire la suite »
16 mai 2020 Afrique du Nord

Terrorisme en Libye : Nouvel appel du Caire pour une solution inclusive

Le Caire (© 2020 Afriquinfos) – Terrorisme en Libye – Alors qu’il s’entretenait au téléphone avec le ministre des Affaires […]

Lire la suite »
6 mai 2020 Afrique du Nord

Suspension à vie pour le tennisman égyptien Youssef Hossam, deux ans après son frère

Youssef Hossam | Décidemment, chez les Hossam, le Tennis est une affaire de famille mais la corruption aussi. Deux ans après […]

Lire la suite »
3 avril 2020 Afrique du Nord

Reporté en raison du Covid-19 : le CHAN pourrait être reprogrammé plus tard en 2020

Le Caire (© 2020 Afriquinfos) – Reporté en raison du Covid-19  : le CHAN pourrait être reprogrammé – Dans un […]

Lire la suite »
2 avril 2020 Afrique du Nord

Décès de Pape Diouf : la FIFA et la CAF saluent la mémoire d’un homme qui a marqué l’histoire du football mondial

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Depuis l’annonce de son décès le 31 mars à Dakar des suites du Covid-19, les […]

Lire la suite »
23 mars 2020 Afrique du Nord

Ahmad Ahmad appelle à une solidarité mondiale pour contrer le Coronavirus  

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Le président de la Confédération Africaine de Football s’est de nouveau prononcé sur la pandémie […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Covid-19 en Afrique du Nord/L’Egypte gère la situation « en toute transparence », le Maroc en urgence sanitaire

Rabat (© 2020 Afriquinfos) – Pour faire respecter l’état d’urgence sanitaire du au Coronavirus, que des groupes avaient défié dans […]

Lire la suite »
12 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus: 46 touristes d’un bateau de croisière rapatriés d’Egypte

Quarante-six touristes français et américains, retenus depuis vendredi sur un bateau de croisière à Louxor (sud de l’Egypte) en raison […]

Lire la suite »
9 mars 2020 Afrique du Nord

  Ligue des Champions de la CAF : les 4 qualifiés pour les demi-finales avec le Raja dans le viseur de la Commission de discipline

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Avec les quarts de finale retour  de la Ligue des Champions de la CAF joués […]

Lire la suite »
6 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus : la CAF dit suivre de très près la situation et n’exclut pas de faire annuler des matchs ou compétitions.

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Il y a quelques heures le Togo est devenu le 09ème pays africain touchés par […]

Lire la suite »
5 mars 2020 Afrique du Nord

Coronavirus: l’Egypte interdit l’entrée des citoyens qataris

Le Caire a décidé mercredi d’interdire l’accès au territoire égyptien aux ressortissants du Qatar, qui a pris des mesures similaires […]

Lire la suite »
4 mars 2020 Afrique du Nord

CAF : Abdelmounaïm Bah remplace provisoirement son compatriote Mouad Hajji au Secrétariat Général

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Comme annoncé, la CAF a rapidement pourvu au remplacement de Mouad Hajji, démissionnaire lundi de […]

Lire la suite »
3 mars 2020 Afrique du Nord

Le Marocain Mouad Hajji quitte son poste de Secrétaire général de la CAF

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- La Confédération Africaine de Football (CAF) est à nouveau sous le feu des projecteurs et pas […]

Lire la suite »
26 février 2020 Afrique du Nord

Mort d’Hosni Moubarak : des honneurs militaires pour le «héros de guerre» et des hommages d’Israël et de la Palestine

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est décédé lundi à l’âge de 91 ans au Caire. […]

Lire la suite »
25 février 2020 Afrique du Nord

Lutte contre les Menaces Terroristes : Le président égyptien rencontre les chefs des services de renseignements arabes

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)-Ce lundi, des moyens pour combattre le terrorisme, les idéologies extrémistes et le crime organisé dans […]

Lire la suite »
24 février 2020 Afrique du Nord

Décès à 37 ans d’Amr Fahmy, ancien SG de la CAF et candidat à la succession d’Ahmad Ahmad

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Amr Fahmy, ancien Secrétaire général de la Confédération Africaine de Football (CAF) est décédé le […]

Lire la suite »
19 février 2020 Afrique du Nord

Covid-19: l’OMS se félicite des « énormes progrès » dans la gestion de l’épidémie

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est félicitée mercredi au Caire des « énormes progrès » effectués dans la gestion de l’épidémie […]

Lire la suite »
14 février 2020 Afrique du Nord

Secteur pétrolier : l’émirati CAFU ouvre sa première filiale africaine en Egypte

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Spécialisée dans la livraison de carburant à la demande, la société émiratie CAFU s’implante en […]

Lire la suite »
13 février 2020 Afrique du Nord

CAN tous les 4 ans : Drogba et Eto’o, têtes de proue des positions divergentes sur le continent

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Depuis la proposition du président de la FIFA, Gianni Infantino de programmer la Coupe d’Afrique […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Sadio Mané et Mohamed Salah dans le top 5 des footballeurs les plus chers de la planète

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Les deux stars de Liverpool, le Sénégalais Sadio Mané et l’Egyptien Mohamed Salah figurent dans […]

Lire la suite »
12 février 2020 Afrique du Nord

Egypte: 17 jihadistes présumés tués par la police dans le Sinaï

La police égyptienne a abattu 17 jihadistes présumés lors d’une opération dans le nord de la péninsule du Sinaï, région […]

Lire la suite »
10 février 2020 Afrique du Nord

Audit de la FIFA : la CAF met en garde les médias contre de fausses interprétations

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Le 02 février dernier, une mission de la FIFA conduite par sa Secrétaire Générale, Fatma […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Baromètre CIAN Africaleads : radioscopie de l’image des partenaires étrangers de l’Afrique

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Les leaders d’opinion africains soutiennent l’approfondissement de l’intégration économique et souhaitent des partenariats internationaux plus équilibrés […]

Lire la suite »
6 février 2020 Afrique du Nord

Ligue des Champions CAF/Quarts de finale : de nombreux chocs en perspective

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- La Confédération Africaine de Football (CAF) a procédé le mercredi 05 février au tirage au […]

Lire la suite »
5 février 2020 Afrique du Nord

Super Coupe de la CAF : le Zamalek se ravise et sera bien à Doha pour la finale

Doha (© 2020 Afriquinfos)- Après avoir menacé de boycotter la finale de la Super Coupe de la CAF si elle […]

Lire la suite »
2 février 2020 Afrique du Nord

Le plan Trump pour le Moyen-Orient qualifié de déséquilibré (ONU)

New York (© 2020 Afriquinfos)-Le plan présenté cette semaine par le Président américain Donald Trump sur le conflit israélo-palestinien est […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique du Nord

Egypte: découverte de tombes de prêtres des dieux Thot et Horus

Des tombes de grands prêtres vieilles d’environ 3.000 ans et contenant des sarcophages en pierre et en bois, ont été […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Afrique du Nord

CAN 2020 de Futsal : début de la compétition mardi avec 3 places à prendre pour les mondiaux

Laâyoune (© 2020 Afriquinfos)- A compter de ce mardi 28 janvier, démarre à Laâyoune au Maroc, la Coupe d’Afrique des Nations […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Handball : l’Egypte championne d’Afrique valide son billet pour les JO de Tokyo

Tunis (© 2020 Afriquinfos)- Les Pharaons version Handball ont dominé la Tunisie en finale de la Coupe d’Afrique des Nations et […]

Lire la suite »
21 janvier 2020 Afrique du Nord

Éliminatoires de la Coupe du monde 2022 zone Afrique : les 10 groupes connus ce mardi au Caire

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)-  C’est ce mardi 21 janvier  que les sélections africaines seront fixées sur leur sort concernant […]

Lire la suite »
18 janvier 2020 Afrique de l'Est

Barrage du Nil : L’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan parviennent à un accord

Washington (© 2020 Afriquinfos)- Après près de neuf ans de discussions sans succès en vue de mettre fin aux tensions, […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique de l'Est

Barrage sur le Nil: Egypte, Ethiopie et Soudan esquissent un compromis

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan ont esquissé mercredi un compromis au sujet d’un immense barrage sur le Nil qui suscite […]

Lire la suite »
15 janvier 2020 Afrique du Nord

Egypte: début des importations de gaz naturel israélien

L’Egypte a annoncé mercredi avoir commencé à recevoir du gaz naturel d’Israël, qui sera liquéfié et exporté en Europe, dans […]

Lire la suite »
14 janvier 2020 Afrique du Nord

L’Égyptien Amr Fahmy démarre officiellement sa campagne pour renverser Ahmad Ahmad

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)-  Il l’avait annoncé il y a quelques jours, Amr Fahmy ancien secrétaire général de la […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

LdC CAF : après 4 journées, TP Mazembe et Mamelodi Sundowns déjà assurés d’être en quarts de finale

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Encore deux journées avant  la fin de la phase de groupes de LA Ligue des […]

Lire la suite »
10 janvier 2020 Afrique du Nord

Refus du Zamalek de jouer à Doha : la CAF menace de sanctionner le club égyptien

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- C’est le 14 février prochain que se jouera la finale de la Super Coupe de […]

Lire la suite »
7 janvier 2020 Afrique du Nord

FIFA Legends Talks : quatre légendes du football ont conversé avec la jeunesse africaine

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)- Comme annoncé, une session de questions-réponses organisée à l’initiative de la FIFA a mis face-à-face des […]

Lire la suite »
6 janvier 2020 Afrique du Nord

La FIFA organise ce lundi un ‘’Legends Talk’’ et un match de gala en marge des CAF Awards

Hurghada (© 2020 Afriquinfos)-  La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) ne veut pas rester en marge de la cérémonie […]

Lire la suite »
3 janvier 2020 Afrique du Nord

CAF Awards 2019 : à J-4 de la cérémonie, retour sur 28 ans d’histoire

Hurghada (© 2020 Afriquinfos)-  La 28ème édition de la cérémonie de récompenses des meilleurs footballeurs africains, CAF Awards aura lieu […]

Lire la suite »
20 décembre 2019 Afrique du Nord

Après quatre années de rupture, l’Egypte accueille le premier vol britannique à Charm el-Cheikh

Le Caire (© 2019 Afriquinfos)-Le Royaume-Uni vient de lever une interdiction de vol après quatre ans d’ultimatum permettant à la […]

Lire la suite »
12 décembre 2019 Afrique du Nord

Une inédite statue de Ramses II, sortie de terre à l’ouest du Caire

Le Caire (© 2019 Afriquinfos)- Après de nombreuses découvertes majeures cette année dans le domaine archéologique, l’Egypte vient d’enregistrer une […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Mondial 2022/ Tirage au sort : rendez-vous le 21 janvier pour la zone Afrique

Le Caire (© 2019 Afriquinfos)- La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a dévoilé la date du tirage au sort […]

Lire la suite »
1 2 3 31

L’Égypte, officiellement la République arabe d’Égypte, est un pays transcontinental qui s’étend sur le coin nord-est de l’Afrique et le coin sud-ouest de l’Asie par un pont terrestre formé par la péninsule du Sinaï. L’Égypte est un pays méditerranéen bordé par la bande de Gaza (Palestine) et Israël au nord-est, le golfe d’Aqaba et la mer Rouge à l’est, le Soudan au sud et la Libye à l’ouest. À travers le golfe d’Aqaba se trouve la Jordanie, à travers la mer Rouge se trouve l’Arabie saoudite, et à travers la Méditerranée se trouvent la Grèce, la Turquie et Chypre, bien qu’aucun ne partage une frontière terrestre avec l’Égypte. L’Égypte a l’une des plus longues histoires de tous les pays, remontant à son héritage du 6e au 4e millénaire avant notre ère. Considérée comme un berceau de la civilisation, l’Égypte ancienne a connu certains des premiers développements de l’écriture, de l’agriculture, de l’urbanisation, de la religion organisée et du gouvernement central. Des monuments emblématiques tels que la nécropole de Gizeh et son grand sphinx, ainsi que les ruines de Memphis, Thèbes, Karnak et la vallée des rois, reflètent cet héritage et restent un foyer important d’intérêt scientifique et populaire. Le patrimoine culturel long et riche de l’Égypte fait partie intégrante de son identité nationale, qui a subi et souvent assimilé diverses influences étrangères, notamment le grec, le persan, le romain, l’arabe, le turc ottoman et le nubien. L’Égypte a été un des premiers et importants centres du christianisme, mais a été largement islamisée au VIIe siècle et reste un pays à prédominance musulmane, bien qu’avec une importante minorité chrétienne.

Du 16e au début du 20e siècle, l’Égypte a été gouvernée par des puissances impériales étrangères : l’Empire ottoman et l’Empire britannique. L’Égypte moderne remonte à 1922, lorsqu’elle a obtenu son indépendance nominale de l’Empire britannique en tant que monarchie. Cependant, l’occupation militaire britannique de l’Égypte s’est poursuivie et de nombreux Égyptiens pensaient que la monarchie était un instrument du colonialisme britannique. Après la révolution de 1952, l’Égypte a expulsé des soldats et des bureaucrates britanniques et a mis fin à l’occupation britannique, a nationalisé le canal de Suez tenu par les Britanniques, a exilé le roi Farouk et sa famille et s’est déclarée république. En 1958, elle a fusionné avec la Syrie pour former la République arabe unie, qui s’est dissoute en 1961. Tout au long de la seconde moitié du 20e siècle, l’Égypte a subi des conflits sociaux et religieux et une instabilité politique, combattant plusieurs conflits armés avec Israël en 1948, 1956, 1967 et 1973 et occupant la bande de Gaza par intermittence jusqu’en 1967. En 1978, l’Égypte a signé les accords de Camp David, se retirant officiellement de la bande de Gaza et reconnaissant Israël. Le pays continue de faire face à des défis, des troubles politiques, y compris la récente révolution de 2011 et ses conséquences, au terrorisme et au sous-développement économique. Le gouvernement égyptien actuel est une république semi-présidentielle dirigée par le président Abdel Fattah el-Sissi, qui a été décrite par un certain nombre de chiens de garde comme autoritaire.

L’islam est la religion officielle de l’Égypte et l’arabe est sa langue officielle. Avec plus de 100 millions d’habitants, l’Égypte est le pays le plus peuplé d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et du monde arabe, le troisième plus peuplé d’Afrique (après le Nigéria et l’Éthiopie) et le treizième le plus peuplé du monde. La grande majorité de sa population vit près des rives du Nil, une zone d’environ 40 000 kilomètres carrés (15 000 miles carrés), où se trouvent les seules terres arables. Les grandes régions du désert du Sahara, qui constituent la majeure partie du territoire égyptien, sont peu habitées. Environ la moitié des résidents égyptiens vivent dans des zones urbaines, la plupart étant réparties dans les centres densément peuplés du Grand Caire, d’Alexandrie et d’autres grandes villes du delta du Nil.

L’Égypte est considérée comme une puissance régionale en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans le monde musulman, et une puissance moyenne mondiale. Avec l’une des économies les plus importantes et les plus diversifiées du Moyen-Orient, qui devrait devenir l’une des plus grandes au monde au 21e siècle, l’Égypte possède la troisième économie d’Afrique, la 40e économie mondiale en termes de PIB nominal. et le 19e en PPP. L’Égypte est membre fondateur des Nations Unies, du Mouvement des pays non alignés, de la Ligue arabe, de l’Union africaine et de l’Organisation de coopération islamique.

L’histoire de l’Égypte

Préhistoire et Egypte ancienne

Il existe des preuves de gravures rupestres le long des terrasses du Nil et dans les oasis du désert. Au 10e millénaire avant notre ère, une culture de chasseurs-cueilleurs et de pêcheurs a été remplacée par une culture de broyage des grains. Les changements climatiques ou le surpâturage vers 8000 avant notre ère ont commencé à dessécher les terres pastorales de l’Égypte, formant le Sahara. Les premiers peuples tribaux ont migré vers le Nil où ils ont développé une économie agricole sédentaire et une société plus centralisée. Vers 6000 avant notre ère, une culture néolithique enracinée dans la vallée du Nil. Au Néolithique, plusieurs cultures prédynastiques se sont développées indépendamment en Haute et Basse Egypte. La culture badarienne et la série Naqada qui lui succède sont généralement considérées comme les précurseurs de l’Égypte dynastique. Le premier site connu de Basse Égypte, Merimda, est antérieur au Badarien d’environ sept cents ans. Les communautés contemporaines de la Basse-Égypte ont coexisté avec leurs homologues du sud pendant plus de deux mille ans, restant culturellement distinctes, mais maintenant des contacts fréquents grâce au commerce. La première preuve connue d’inscriptions hiéroglyphiques égyptiennes est apparue au cours de la période prédynastique sur des vases de poterie Naqada III, datée d’environ 3200 avant notre ère.

Un royaume unifié a été fondé vers 3150 avant notre ère par le roi Ménès, conduisant à une série de dynasties qui ont gouverné l’Égypte pendant les trois millénaires suivants. La culture égyptienne a prospéré pendant cette longue période et est restée typiquement égyptienne dans sa religion, ses arts, sa langue et ses coutumes. Les deux premières dynasties régnantes d’une Egypte unifiée ont préparé le terrain pour la période de l’Ancien Empire, v. 2700–2200 avant notre ère, qui a construit de nombreuses pyramides, notamment la pyramide de Djéser de la troisième dynastie et les pyramides de Gizeh de la quatrième dynastie.

La première période intermédiaire a inauguré une période de bouleversements politiques pendant environ 150 ans. Des inondations plus fortes sur le Nil et la stabilisation du gouvernement, cependant, ont ramené une prospérité renouvelée pour le pays dans l’Empire du Milieu vers 2040 avant notre ère, atteignant un pic pendant le règne du pharaon Amenemhat III. Une deuxième période de désunion a annoncé l’arrivée de la première dynastie dirigeante étrangère en Égypte, celle des Hyksos sémites. Les envahisseurs Hyksos ont repris une grande partie de la Basse-Égypte vers 1650 avant notre ère et ont fondé une nouvelle capitale à Avaris. Ils ont été chassés par une force égyptienne supérieure dirigée par Ahmose I, qui a fondé la dix-huitième dynastie et transféré la capitale de Memphis à Thèbes.

Le Nouvel Empire 1550–1070 avant notre ère a commencé avec la dix-huitième dynastie, marquant la montée de l’Égypte en tant que puissance internationale qui s’est étendue au cours de sa plus grande extension à un empire aussi au sud que Tombos en Nubie, et comprenait des parties du Levant à l’est. Cette période est notée pour certains des pharaons les plus connus, notamment Hatchepsout, Thoutmosis III, Akhenaton et son épouse Néfertiti, Toutankhamon et Ramsès II. La première expression historiquement attestée du monothéisme est venue pendant cette période en tant qu’aténisme. Des contacts fréquents avec d’autres nations ont apporté de nouvelles idées au Nouvel Empire. Le pays a ensuite été envahi et conquis par les Libyens, les Nubiens et les Assyriens, mais les Égyptiens indigènes les ont finalement chassés et ont repris le contrôle de leur pays.

Égypte achéménide

En 525 avant notre ère, les puissants Perses achéménides, dirigés par Cambyse II, ont commencé leur conquête de l’Égypte, capturant finalement le pharaon Psamtik III à la bataille de Pélusium. Cambyse II a ensuite assumé le titre officiel de pharaon, mais a gouverné l’Égypte depuis son domicile de Suse en Perse (l’Iran moderne), laissant l’Égypte sous le contrôle d’un satrapie. La vingt-septième dynastie d’Égypte entière, de 525 à 402 avant notre ère, à l’exception de Petubastis III, était une période entièrement régie par les Perses, les empereurs achéménides se voyant tous octroyer le titre de pharaon. Quelques révoltes temporairement réussies contre les Perses ont marqué le cinquième siècle avant notre ère, mais l’Égypte n’a jamais été en mesure de renverser définitivement les Perses. La trentième dynastie a été la dernière dynastie dirigeante indigène à l’époque pharaonique. Il est de nouveau tombé aux mains des Perses en 343 avant notre ère après la défaite du dernier pharaon natif, le roi Nectanebo II. Cette trente et unième dynastie d’Égypte, cependant, n’a pas duré longtemps, car les Perses ont été renversés plusieurs décennies plus tard par Alexandre le Grand. Le général grec macédonien d’Alexandre, Ptolémée I Soter, a fondé la dynastie ptolémaïque.

Égypte ptolémaïque et romaine

Le royaume ptolémaïque était un puissant État hellénistique, s’étendant du sud de la Syrie à l’est, à Cyrène à l’ouest et au sud jusqu’à la frontière avec la Nubie. Alexandrie est devenue la capitale et un centre de la culture et du commerce grecs. Pour être reconnus par la population égyptienne indigène, ils se sont désignés comme les successeurs des pharaons. Les derniers Ptolémées ont repris les traditions égyptiennes, se sont fait représenter sur les monuments publics dans un style et une robe égyptiens, et ont participé à la vie religieuse égyptienne. Le dernier souverain de la lignée ptolémaïque était Cléopâtre VII, qui s’est suicidé à la suite de l’enterrement de son amant Mark Antony, décédé dans ses bras (d’une blessure auto-infligée), après qu’Octavian eut capturé Alexandrie et ses forces mercenaires avaient fui. Les Ptolémées ont fait face à des rébellions d’Égyptiens indigènes souvent provoquées par un régime indésirable et ont été impliquées dans des guerres étrangères et civiles qui ont conduit au déclin du royaume et à son annexion par Rome. Néanmoins, la culture hellénistique a continué de prospérer en Égypte bien après la conquête musulmane. Le christianisme a été introduit en Égypte par Saint Marc l’Évangéliste au 1er siècle. Le règne de Dioclétien (284-305 EC) a marqué la transition de l’époque romaine à l’époque byzantine en Égypte, quand un grand nombre de chrétiens égyptiens ont été persécutés. Le Nouveau Testament avait alors été traduit en égyptien. Après le Concile de Chalcédoine en 451 CE, une église copte égyptienne distincte a été fermement établie.

Moyen Âge (7e siècle – 1517)

Les Byzantins ont pu reprendre le contrôle du pays après une brève invasion perse sassanide au début du 7ème siècle au milieu de la guerre byzantine sassanide de 602–628 au cours de laquelle ils ont établi une nouvelle province de courte durée pendant dix ans connue sous le nom d’Égypte sassanide, jusqu’en 639 –42, lorsque l’Egypte a été envahie et conquise par l’Empire islamique par les Arabes musulmans. Lorsqu’ils ont vaincu les armées byzantines en Égypte, les Arabes ont amené l’islam sunnite dans le pays. Au début de cette période, les Égyptiens ont commencé à mélanger leur nouvelle foi avec les croyances et les pratiques indigènes, conduisant à divers ordres soufis qui ont prospéré à ce jour. Ces rites antérieurs avaient survécu à la période du christianisme copte. En 639, une armée de quelque 4 000 hommes a été envoyée contre l’Égypte par le second calife, Umar, sous le commandement d’Amr ibn al-As. Cette armée a été rejointe par 5000 autres hommes en 640 et a vaincu une armée byzantine à la bataille d’Héliopolis. Amr se dirigea ensuite vers Alexandrie, qui lui fut remise par un traité signé le 8 novembre 641. Alexandrie fut récupérée pour l’empire byzantin en 645 mais reprise par Amr en 646. En 654, une flotte d’invasion envoyée par Constans II fut repoussé. Depuis lors, aucun effort sérieux n’a été fait par les Byzantins pour reprendre possession du pays. Les Arabes ont fondé la capitale de l’Égypte, Fustat, qui a ensuite été incendiée pendant les croisades. Le Caire a ensuite été construit en 986 pour devenir la ville la plus grande et la plus riche de l’Empire arabe, et l’une des plus grandes et des plus riches du monde.

Période abbasside

La période abbasside a été marquée par de nouvelles taxes et les coptes se sont à nouveau révoltés au cours de la quatrième année de domination abbasside. Au début du 9ème siècle, la pratique de gouverner l’Égypte par l’intermédiaire d’un gouverneur a été reprise sous Abdallah ibn Tahir, qui a décidé de résider à Bagdad, envoyant un député en Égypte pour gouverner pour lui. En 828, une autre révolte égyptienne éclata et en 831, les Coptes se joignirent aux musulmans indigènes contre le gouvernement. Finalement, la perte de pouvoir des Abbassides à Bagdad a conduit le général sur le général à prendre le contrôle de l’Égypte, mais étant sous allégeance abbasside, les dynasties Ikhshids et Tulunids ont été parmi les plus réussies à défier le calife abbasside.

Le califat fatimide et les mamelouks

Les dirigeants musulmans nommés par le califat sont restés sous le contrôle de l’Égypte pendant les six siècles suivants, avec le Caire comme siège du califat fatimide. Avec la fin de la dynastie kurde ayyoubide, les Mamelouks, une caste militaire turco-circassienne, ont pris le contrôle vers 1250. À la fin du XIIIe siècle, l’Égypte a lié la mer Rouge, l’Inde, la Malaisie et les Indes orientales. La peste noire du milieu du 14ème siècle a tué environ 40% de la population du pays.

Début de l’époque moderne: l’Égypte ottomane (1517–1867)

L’Egypte a été conquise par les Turcs ottomans en 1517, après quoi elle est devenue une province de l’Empire ottoman. La militarisation défensive a endommagé sa société civile et ses institutions économiques. L’affaiblissement du système économique combiné aux effets de la peste ont rendu l’Égypte vulnérable aux invasions étrangères. Les commerçants portugais ont repris leur commerce. Entre 1687 et 1731, l’Égypte a connu six famines. La famine de 1784 lui a coûté environ un sixième de sa population. L’Égypte a toujours été une province difficile à contrôler pour les sultans ottomans, en partie en raison du pouvoir et de l’influence continus des Mamelouks, la caste militaire égyptienne qui dirigeait le pays depuis des siècles.

L’Égypte est restée semi-autonome sous les Mamelouks jusqu’à ce qu’elle soit envahie par les forces françaises de Napoléon Bonaparte en 1798. Après la défaite des Français par les Britanniques, un vide de pouvoir s’est créé en Égypte, et une lutte de pouvoir à trois a eu lieu entre les Ottomans. Les Turcs, les Mamelouks égyptiens qui avaient dirigé l’Égypte pendant des siècles et les mercenaires albanais au service des Ottomans.

La dynastie Muhammad Ali

Après l’expulsion des Français, le pouvoir a été saisi en 1805 par Muhammad Ali Pasha, un commandant militaire albanais de l’armée ottomane en Égypte. Alors qu’il portait le titre de vice-roi d’Égypte, sa subordination à la porte ottomane était simplement nominale. Muhammad Ali massacra les Mamelouks et établit une dynastie qui devait gouverner l’Égypte jusqu’à la révolution de 1952. L’introduction en 1820 du coton à fibres longues a transformé son agriculture en monoculture de cultures commerciales avant la fin du siècle, concentrant la propriété foncière et déplaçant la production vers les marchés internationaux. Muhammad Ali a annexé le nord du Soudan (1820-1824), la Syrie (1833) et certaines parties de l’Arabie et de l’Anatolie ; mais en 1841, les puissances européennes, craignant de renverser l’empire ottoman lui-même, l’obligèrent à rendre la plupart de ses conquêtes aux Ottomans. Son ambition militaire l’oblige à moderniser le pays : il construit des industries, un système de canaux d’irrigation et de transport, et réforme la fonction publique. Il a construit un État militaire avec environ quatre pour cent de la population servant l’armée pour élever l’Égypte à un positionnement puissant dans l’Empire ottoman d’une manière montrant diverses similitudes avec les stratégies soviétiques (sans communisme) menées au 20e siècle. Muhammad Ali Pacha a fait évoluer l’armée de celle qui s’est réunie selon la tradition de la corvée à une grande armée modernisée. Il introduisit la conscription de la paysannerie masculine dans l’Égypte du XIXe siècle et adopta une nouvelle approche pour créer sa grande armée, la renforçant en nombre et en compétence. L’éducation et la formation des nouveaux soldats sont devenues obligatoires ; les nouveaux concepts ont en outre été appliqués par l’isolement. Les hommes ont été détenus dans des casernes pour éviter de distraire leur croissance en tant qu’unité militaire avec laquelle il fallait compter. Le ressentiment pour le mode de vie militaire s’est finalement dissipé des hommes et une nouvelle idéologie s’est installée, celle du nationalisme et de la fierté. C’est avec l’aide de cette unité martiale qui vient de renaître que Muhammad Ali a imposé son règne sur l’Égypte. La politique que Mohammad Ali Pasha a suivie pendant son règne explique en partie pourquoi la numératie en Égypte par rapport aux autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient n’a augmenté qu’à un rythme remarquablement faible, car l’investissement dans la formation continue n’a eu lieu que dans le secteur militaire et industriel Muhammad Ali a été succédé brièvement par son fils Ibrahim (en septembre 1848), puis par un petit-fils Abbas I (en novembre 1848), puis par Said (en 1854), et Isma’il (en 1863) qui ont encouragé la science et l’agriculture et interdit l’esclavage en Égypte. 

Khédivate d’Égypte (1867-1914)

L’Egypte sous la dynastie Muhammad Ali est restée nominalement une province ottomane. Il obtint le statut d’État vassal autonome ou Khedivate en 1867, un statut juridique qui devait rester en place jusqu’en 1914 bien que les Ottomans n’aient aucun pouvoir ni aucune présence. Le canal de Suez, construit en partenariat avec les Français, a été achevé en 1869. Sa construction a été financée par les banques européennes. Des sommes importantes sont également allées au favoritisme et à la corruption. De nouvelles taxes ont provoqué un mécontentement populaire. En 1875, Isma’il évite la faillite en vendant toutes les parts de l’Égypte dans le canal au gouvernement britannique. En trois ans, cela a conduit à l’imposition de contrôleurs britanniques et français qui siégeaient dans le cabinet égyptien et, « avec le pouvoir financier des obligataires derrière eux, étaient le véritable pouvoir au sein du gouvernement ». D’autres circonstances, comme les maladies épidémiques (maladie du bétail dans les années 1880), les inondations et les guerres, ont poussé le ralentissement économique et accru encore la dépendance de l’Égypte à l’égard de la dette extérieure. L’insatisfaction locale à l’égard du Khédive et de l’intrusion européenne a conduit à la formation des premiers groupements nationalistes en 1879, avec Ahmad Urabi une figure éminente. Après des tensions croissantes et des révoltes nationalistes, le Royaume-Uni a envahi l’Égypte en 1882, écrasant l’armée égyptienne lors de la bataille de Tel El Kebir et les militaires occupant le pays. Par la suite, le Khédivat est devenu un protectorat britannique de facto sous souveraineté ottomane nominale.  En 1899, l’accord anglo-égyptien de copropriété a été signé : l’accord stipulait que le Soudan serait gouverné conjointement par le Khédivate d’Égypte et le Royaume-Uni. Cependant, le contrôle réel du Soudan était aux mains des seuls Britanniques. En 1906, l’incident de Dinshaway a incité de nombreux Égyptiens neutres à rejoindre le mouvement nationaliste.

Sultanat d’Égypte (1914-1922)

En 1914, l’Empire ottoman est entré dans la Première Guerre mondiale en alliance avec les empires centraux; Khedive Abbas II (qui était devenu de plus en plus hostile aux Britanniques les années précédentes) a décidé de soutenir la patrie en temps de guerre. À la suite d’une telle décision, les Britanniques l’ont retiré de force du pouvoir et l’ont remplacé par son frère Hussein Kamel.

Hussein Kamel a déclaré l’indépendance de l’Égypte de l’empire ottoman, assumant le titre de sultan d’Égypte. Peu de temps après l’indépendance, l’Égypte a été déclarée protectorat du Royaume-Uni.

Après la Première Guerre mondiale, Saad Zaghlul et le Parti Wafd ont mené le mouvement nationaliste égyptien à la majorité à l’Assemblée législative locale. Lorsque les Britanniques ont exilé Zaghlul et ses associés à Malte le 8 mars 1919, le pays est né dans sa première révolution moderne. La révolte a conduit le gouvernement britannique à publier une déclaration unilatérale d’indépendance de l’Égypte le 22 février 1922.

Royaume d’Égypte (1922-1953)

Après son indépendance de l’United Kingom, le sultan Fuad I prit le titre de roi d’Égypte ; bien qu’il soit nominalement indépendant, le Royaume était toujours sous occupation militaire britannique et le Royaume-Uni avait toujours une grande influence sur l’État.

Le nouveau gouvernement a rédigé et mis en œuvre une constitution en 1923 sur la base d’un système parlementaire. Le parti nationaliste Wafd a remporté une victoire écrasante lors des élections de 1923-1924 et Saad Zaghloul a été nommé nouveau Premier ministre. En 1936, le traité anglo-égyptien est conclu et les troupes britanniques se retirent d’Egypte, à l’exception du canal de Suez. Le traité n’a pas résolu la question du Soudan qui, aux termes de l’accord anglo-égyptien de copropriété de 1899, a déclaré que le Soudan devrait être gouverné conjointement par l’Égypte et la Grande-Bretagne, mais avec un pouvoir réel restant entre les mains des Britanniques.

La Grande-Bretagne a utilisé l’Égypte comme base pour les opérations alliées dans toute la région, en particulier les batailles en Afrique du Nord contre l’Italie et l’Allemagne. Ses priorités absolues étaient le contrôle de la Méditerranée orientale, et en particulier le maintien du canal de Suez ouvert aux navires marchands et aux liaisons militaires avec l’Inde et l’Australie. Le gouvernement égyptien et la population égyptienne ont joué un rôle mineur pendant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la guerre a commencé en septembre 1939, l’Égypte a déclaré la loi martiale et rompu les relations diplomatiques avec l’Allemagne. Il n’a pas déclaré la guerre à l’Allemagne, mais le Premier ministre a associé l’Égypte à l’effort de guerre britannique. Il a rompu les relations diplomatiques avec l’Italie en 1940, mais n’a jamais déclaré la guerre, même lorsque l’armée italienne a envahi l’Égypte. Le roi Farouk a adopté une position pratiquement neutre, ce qui correspond à l’opinion des élites parmi les Égyptiens. L’armée égyptienne n’a pas combattu. Il était apathique à propos de la guerre, les principaux officiers regardant les Britanniques comme des occupants et entretenant parfois une certaine sympathie privée avec l’Axe. En juin 1940, le roi limogea le Premier ministre Aly Maher, qui s’entendit mal avec les Britanniques. Un nouveau gouvernement de coalition a été formé avec l’Indépendant Hassan Pasha Sabri comme Premier ministre. Suite à une crise ministérielle en février 1942, l’ambassadeur Sir Miles Lampson, pressa Farouk de faire remplacer le gouvernement de Hussein Sirri Pasha par un gouvernement Wafd ou Wafd-coalition. Dans la nuit du 4 février 1942, des troupes et des chars britanniques encerclent le palais d’Abdeen au Caire et Lampson présente un ultimatum à Farouk. Farouk a capitulé et Nah a formé un gouvernement peu après. Cependant, l’humiliation a touché Farouk et les actions du Wafd en coopérant avec les Britanniques et en prenant le pouvoir, ont perdu le soutien des Britanniques et du Wafd parmi les civils et, plus important encore, les militaires égyptiens.

La plupart des troupes britanniques ont été retirées dans la zone du canal de Suez en 1947 (l’armée britannique a cependant maintenu une base militaire dans la région), mais les sentiments nationalistes et anti-britanniques ont continué de croître après la guerre. Les sentiments anti-monarchie se sont encore accrus à la suite des performances désastreuses du Royaume dans la première guerre arabo-israélienne. L’élection de 1950 a vu une victoire écrasante du parti nationaliste Wafd et le roi a été contraint de nommer Mostafa El-Nahas comme nouveau Premier ministre. En 1951, l’Égypte s’est retirée unilatéralement du traité anglo-égyptien de 1936 et a ordonné à toutes les troupes britanniques restantes de quitter le canal de Suez. Comme les Britanniques ont refusé de quitter leur base autour du canal de Suez, le gouvernement égyptien a coupé l’eau et refusé d’autoriser la nourriture dans la base du canal de Suez, a annoncé un boycott des marchandises britanniques, interdit aux travailleurs égyptiens d’entrer dans la base et parrainé des attaques de guérilla, transformer la zone autour du canal de Suez en une zone de guerre de bas niveau. Le 24 janvier 1952, des guérilleros égyptiens ont lancé une attaque féroce contre les forces britanniques autour du canal de Suez, au cours de laquelle la police auxiliaire égyptienne a été observée en train d’aider les guérilleros. En réponse, le 25 janvier, le général George Erskine a envoyé des chars et de l’infanterie britanniques pour encercler le poste de police auxiliaire d’Ismaïlia et a donné aux policiers une heure pour rendre leurs armes sous le prétexte que la police armait la guérilla. Le commandant de la police a appelé le ministre de l’Intérieur, Fouad Serageddin, le bras droit de Nahas, qui fumait des cigares dans son bain à l’époque, pour lui demander s’il devait se rendre ou se battre. Serageddin a ordonné à la police de se battre « jusqu’au dernier homme et à la dernière balle ». La bataille qui en a résulté a vu le poste de police rasé et 43 policiers égyptiens tués avec 3 soldats britanniques. L’incident d’Ismaïlia a outragé l’Égypte et le lendemain, le 26 janvier 1952, c’était le «samedi noir», comme on le savait, l’émeute anti-britannique, qui a vu une grande partie du centre-ville du Caire que le Khédive Ismaïl le Magnifique avait reconstruit dans le style de Paris, a brûlé. Farouk a blâmé la Wafd pour l’émeute du samedi noir et a destitué Nahas au poste de Premier ministre le lendemain et remplacé par Aly Maher Pasha.

Les 22 et 23 juillet 1952, le Mouvement des officiers libres, dirigé par Muhammad Naguib et Gamal Abdel Nasser, a lancé un coup d’État (Révolution égyptienne de 1952) contre le roi. Farouk Ier a abdiqué le trône à son fils Fouad II, qui était, à l’époque, un bébé de sept mois; la famille royale a quitté l’Égypte quelques jours plus tard et un conseil de régence, dirigé par le prince Muhammad Abdel Moneim, a été formé. Nasser. Les attentes populaires pour des réformes immédiates ont conduit aux émeutes des travailleurs à Kafr Dawar le 12 août 1952, qui ont abouti à deux condamnations à mort. Après une brève expérience du régime civil, les officiers libres abrogèrent la monarchie et la constitution de 1923 et déclarèrent l’Égypte république le 18 juin 1953. Naguib fut proclamé président, tandis que Nasser fut nommé nouveau Premier ministre.

République arabe d’Égypte (de 1953 à nos jours)

Après la révolution de 1952 du mouvement des officiers libres, le pouvoir égyptien est passé aux mains des militaires et tous les partis politiques ont été interdits. Le 18 juin 1953, la République égyptienne est déclarée, le général Muhammad Naguib étant le premier président de la République, en cette qualité pendant un peu moins d’un an et demi.

Président Nasser (1956-1970)

Naguib a été contraint de démissionner en 1954 par Gamal Abdel Nasser, un panarabiste et le véritable architecte du mouvement de 1952 et a ensuite été assigné à résidence. Après la démission de Naguib, le poste de président était vacant jusqu’à l’élection de Gamal Abdel Nasser en 1956. En octobre 1954, l’Égypte et le Royaume-Uni ont convenu d’abolir l’accord anglo-égyptien de copropriété de 1899 et d’accorder l’indépendance au Soudan ; l’accord est entré en vigueur le 1er janvier 1956. Nasser a pris le pouvoir en tant que président en juin 1956. Les forces britanniques ont achevé leur retrait de la zone occupée du canal de Suez le 13 juin 1956. Il a nationalisé le canal de Suez le 26 juillet 1956 ; son approche hostile envers Israël et le nationalisme économique a provoqué le début de la deuxième guerre israélo-arabe (crise de Suez), au cours de laquelle Israël (avec le soutien de la France et du Royaume-Uni) a occupé la péninsule du Sinaï et le canal. La guerre a pris fin en raison de l’intervention diplomatique des États-Unis et de l’URSS et le statu quo a été rétabli. En 1958, l’Égypte et la Syrie ont formé une union souveraine connue sous le nom de République arabe unie. L’union a été de courte durée, se terminant en 1961 lorsque la Syrie a fait sécession, mettant ainsi fin à l’union. Pendant la majeure partie de son existence, la République arabe unie était également dans une confédération lâche avec le Yémen du Nord (ou le Royaume Mutawakkilite du Yémen), connu sous le nom des États arabes unis. En 1959, le gouvernement pan-palestinien de la bande de Gaza, un État client égyptien, a été absorbé par la République arabe unie sous prétexte d’union arabe et n’a jamais été rétabli. L’Union socialiste arabe, un nouvel État-parti nassérien, a été fondé en 1962. Au début des années 1960, l’Égypte est devenue pleinement impliquée dans la guerre civile du nord du Yémen. Le président égyptien, Gamal Abdel Nasser, a soutenu les républicains yéménites avec pas moins de 70 000 soldats égyptiens et des armes chimiques. Malgré plusieurs mouvements militaires et conférences de paix, la guerre est tombée dans une impasse. L’engagement égyptien au Yémen a été considérablement sapé par la suite. À la mi-mai 1967, l’Union soviétique a averti Nasser d’une attaque israélienne imminente contre la Syrie. Bien que le chef d’état-major Mohamed Fawzi les ait vérifiés comme « sans fondement », Nasser a pris trois mesures successives qui ont rendu la guerre pratiquement inévitable: le 14 mai, il a déployé ses troupes dans le Sinaï près de la frontière avec Israël, le 19 mai. il a expulsé les soldats de la paix de l’ONU stationnés à la frontière de la péninsule du Sinaï avec Israël, et le 23 mai, il a fermé le détroit de Tiran à la navigation israélienne. Le 26 mai, Nasser a déclaré : « La bataille sera générale et notre objectif fondamental sera de détruire Israël ». Israël a réitéré que la fermeture du détroit de Tiran était un Casus belli. Cela a déclenché le début de la troisième guerre israélo-arabe (guerre des six jours) au cours de laquelle Israël a attaqué l’Égypte et occupé la péninsule du Sinaï et la bande de Gaza, que l’Égypte occupait depuis la guerre israélo-arabe de 1948. Pendant la guerre de 1967, une loi d’urgence a été promulguée et est restée en vigueur jusqu’en 2012, à l’exception d’une interruption de 18 mois en 1980/81. En vertu de cette loi, les pouvoirs de police ont été étendus, les droits constitutionnels suspendus et la censure légalisée. Au moment de la chute de la monarchie égyptienne au début des années 1950, moins d’un demi-million d’Égyptiens étaient considérés comme des classes supérieures et riches, quatre millions des classes moyennes et 17 millions des classes inférieures et pauvres. Moins de la moitié des enfants en âge de fréquenter l’école primaire fréquentaient l’école, la plupart étant des garçons. Les politiques de Nasser ont changé cela. La réforme et la distribution foncières, la croissance spectaculaire de l’enseignement universitaire et le soutien du gouvernement aux industries nationales ont considérablement amélioré la mobilité sociale et aplati la courbe sociale. De l’année scolaire 1953-1954 à 1965-1966, les inscriptions globales dans les écoles publiques ont plus que doublé. Des millions d’Égyptiens auparavant pauvres, grâce à l’éducation et à des emplois dans le secteur public, ont rejoint la classe moyenne. Les médecins, les ingénieurs, les enseignants, les avocats, les journalistes constituaient l’essentiel de la classe moyenne en Égypte sous Nasser. Au cours des années 1960, l’économie égyptienne est passée de la lenteur au bord de l’effondrement, la société est devenue moins libre et l’attrait de Nasser a considérablement diminué.

Président Sadate (1970-1981)

En 1970, le président Nasser est décédé d’une crise cardiaque et a été remplacé par Anwar Sadat. Sadate a changé l’allégeance de la guerre froide en Égypte de l’Union soviétique aux États-Unis, expulsant les conseillers soviétiques en 1972. Il a lancé la politique de réforme économique d’Infitah, tout en réprimant l’opposition religieuse et laïque. En 1973, l’Égypte, avec la Syrie, a lancé la quatrième guerre arabo-israélienne (guerre de Yom Kippour), une attaque surprise pour reprendre une partie du territoire du Sinaï qu’Israël avait conquis 6 ans plus tôt. Il a présenté à Sadate une victoire qui lui a permis de regagner le Sinaï plus tard en échange de la paix avec Israël. En 1975, Sadate a changé la politique économique de Nasser et a cherché à utiliser sa popularité pour réduire les réglementations gouvernementales et encourager les investissements étrangers à travers son programme d’Infitah. Grâce à cette politique, des incitations telles que la réduction des taxes et des tarifs d’importation ont attiré certains investisseurs, mais les investissements étaient principalement dirigés vers des entreprises à faible risque et rentables comme le tourisme et la construction, abandonnant les industries naissantes de l’Égypte. Même si la politique de Sadate visait à moderniser l’Égypte et à aider la classe moyenne, elle a principalement profité à la classe supérieure et, en raison de l’élimination des subventions sur les produits alimentaires de base, a conduit aux émeutes du pain égyptien de 1977. En 1977, Sadate a dissous l’Union arabe socialiste et l’a remplacée par le Parti national démocrate. Sadate a effectué une visite historique en Israël en 1977, qui a conduit au traité de paix de 1979 en échange du retrait israélien du Sinaï. L’initiative de Sadate a déclenché une énorme controverse dans le monde arabe et a conduit à l’expulsion de l’Égypte de la Ligue arabe, mais elle a été soutenue par la plupart des Égyptiens. Sadate a été assassiné par un extrémiste islamique en octobre 1981.

Président Moubarak (1981-2011)

Hosni Moubarak est arrivé au pouvoir après l’assassinat de Sadate lors d’un référendum dont il était le seul candidat. Hosni Moubarak a réaffirmé les relations de l’Égypte avec Israël, tout en apaisant les tensions avec les voisins arabes de l’Égypte. Au pays, Moubarak a été confronté à de graves problèmes. Même si la production agricole et industrielle a augmenté, l’économie n’a pas pu suivre le rythme de la croissance démographique. La pauvreté de masse et le chômage ont conduit les familles rurales à affluer vers des villes comme le Caire où elles se sont retrouvées dans des bidonvilles surpeuplés, réussissant à peine à survivre. Le 25 février 1986, la police de sécurité a déclenché des émeutes, protestant contre les informations selon lesquelles leur mandat allait être prolongé de 3 à 4 ans. Des hôtels, des discothèques, des restaurants et des casinos ont été attaqués au Caire et des émeutes ont éclaté dans d’autres villes. Un couvre-feu de jour a été imposé. Il a fallu 3 jours à l’armée pour rétablir l’ordre. 107 personnes ont été tuées. Dans les années 1980, 1990 et 2000, les attaques terroristes en Égypte sont devenues nombreuses et graves et ont commencé à viser les coptes chrétiens, les touristes étrangers et les représentants du gouvernement. Dans les années 1990, un groupe islamiste, Al-Gama’a al-Islamiyya, s’est engagé dans une longue campagne de violence, allant des meurtres et tentatives de meurtre d’éminents écrivains et intellectuels au ciblage répété de touristes et d’étrangers. De graves dommages ont été causés au plus grand secteur de l’économie égyptienne – le tourisme – et à son tour au gouvernement, mais cela a également dévasté les moyens de subsistance de nombreuses personnes dont le groupe dépendait pour son soutien.

Pendant le règne de Moubarak, la scène politique était dominée par le Parti national démocratique, créé par Sadate en 1978. Il a adopté la loi de 1993 sur les syndicats, la loi de 1995 sur la presse et la loi de 1999 sur les associations non gouvernementales qui ont entravé les libertés d’association et d’expression en imposant de nouvelles réglementations. et des sanctions draconiennes pour les violations. [citation nécessaire] En conséquence, à la fin des années 1990, la politique parlementaire était devenue pratiquement hors de propos et les autres voies d’expression politique étaient également réduites.

Le 17 novembre 1997, 62 personnes, pour la plupart des touristes, ont été massacrées près de Louxor. Fin février 2005, Moubarak a annoncé une réforme de la loi sur l’élection présidentielle, ouvrant la voie à des scrutins à plusieurs candidats pour la première fois depuis le mouvement de 1952.  Cependant, la nouvelle loi a imposé des restrictions aux candidats et a permis à Moubarak de remporter facilement la réélection. La participation électorale était inférieure à 25%. Les observateurs électoraux ont également allégué l’ingérence du gouvernement dans le processus électoral. Après les élections, Moubarak a emprisonné Ayman Nour, le deuxième. Le rapport de Human Rights Watch de 2006 sur l’Égypte a détaillé les graves violations des droits de l’homme, y compris la torture de routine, les détentions arbitraires et les procès devant les tribunaux militaires et de sécurité d’État. En 2007, Amnesty International a publié un rapport alléguant que l’Égypte était devenue un centre international pour la torture, où d’autres pays envoyaient des suspects pour interrogatoire, souvent dans le cadre de la guerre contre le terrorisme. Le ministère égyptien des Affaires étrangères a rapidement réfuté ce rapport. Les modifications constitutionnelles votées le 19 mars 2007 interdisaient aux partis d’utiliser la religion comme base de leurs activités politiques, permettaient la rédaction d’une nouvelle loi antiterroriste, autorisaient de larges pouvoirs d’arrestation et de surveillance de la police et donnaient au président le pouvoir de dissoudre le Parlement et de mettre fin aux poursuites judiciaires. surveillance des élections. En 2009, le Dr Ali El Deen Hilal Dessouki, secrétaire aux médias du Parti démocratique national (NPD), a décrit l’Égypte comme un système politique « pharaonique » et la démocratie comme un « objectif à long terme ». Dessouki a également déclaré que « le véritable centre du pouvoir en Egypte est l’armée ».

Révolution (2011)

Le 25 janvier 2011, de vastes manifestations ont commencé contre le gouvernement de Moubarak. Le 11 février 2011, Moubarak a démissionné et a fui Le Caire. Des célébrations jubilantes ont éclaté sur la place Tahrir du Caire à la nouvelle. L’armée égyptienne a alors assumé le pouvoir de gouverner. Mohamed Hussein Tantawi, président du Conseil suprême des forces armées, est devenu de facto le chef de l’État par intérim. Le 13 février 2011, l’armée a dissous le Parlement et suspendu la constitution. Un référendum constitutionnel a eu lieu le 19 mars 2011. Le 28 novembre 2011, l’Égypte a tenu ses premières élections législatives depuis que le précédent régime était au pouvoir. Le taux de participation a été élevé et aucun cas d’irrégularités ou de violence graves n’a été signalé.

Président Morsi (2012-2013)

Mohamed Morsi a été élu président le 24 juin 2012. Le 2 août 2012, le Premier ministre égyptien Hisham Qandil a annoncé la composition de son cabinet de 35 membres comprenant 28 nouveaux arrivants, dont quatre des Frères musulmans. Des groupes libéraux et laïcs sont sortis de l’assemblée constituante parce qu’ils pensaient qu’elle imposerait des pratiques islamiques strictes, tandis que les partisans des Frères musulmans ont apporté leur soutien derrière Morsi. Le 22 novembre 2012, le président Morsi a publié une déclaration temporaire immunisant ses décrets contre toute contestation et cherchant à protéger le travail de l’assemblée constituante. Cette décision a entraîné des manifestations massives et des actions violentes dans toute l’Égypte. Le 5 décembre 2012, des dizaines de milliers de partisans et d’opposants au président Morsi se sont affrontés, dans ce qui a été décrit comme la plus grande bataille violente entre les islamistes et leurs ennemis depuis la révolution du pays.  Mohamed Morsi a offert un « dialogue national » avec les dirigeants de l’opposition mais a refusé d’annuler le référendum constitutionnel de décembre 2012. 

Crise politique (2013)

Le 3 juillet 2013, après une vague de mécontentement public face aux excès autocratiques du gouvernement des Frères musulmans de Morsi, l’armée a destitué Morsi de ses fonctions, dissous le Conseil de la Shura et installé un gouvernement provisoire provisoire. Le 4 juillet 2013, le juge en chef de la Cour constitutionnelle suprême d’Égypte, Adly Mansour, âgé de 68 ans, a prêté serment en tant que président par intérim du nouveau gouvernement à la suite de la destitution de Morsi. Les nouvelles autorités égyptiennes ont réprimé les Frères musulmans et leurs partisans, emprisonnant des milliers de personnes et dispersant avec force les manifestations pro-Morsi et / ou pro-Frères. De nombreux dirigeants et militants des Frères musulmans ont été condamnés à mort ou à la réclusion à perpétuité dans une série de procès de masse. Le 18 janvier 2014, le gouvernement intérimaire a institué une nouvelle constitution à la suite d’un référendum approuvé par une écrasante majorité d’électeurs (98,1%). 38,6% des électeurs inscrits ont participé au référendum un nombre plus élevé que les 33% qui ont voté lors d’un référendum pendant le mandat de Morsi.

Président el-Sisi (2014-présent)

Le 26 mars 2014, le maréchal Abdel Fattah el-Sisi, ministre égyptien de la Défense et commandant en chef des forces armées égyptiennes, a pris sa retraite de l’armée, annonçant qu’il se présenterait comme candidat à l’élection présidentielle de 2014. Le scrutin, qui s’est tenu du 26 au 28 mai 2014, a abouti à une victoire écrasante pour el-Sissi. Sissi a prêté serment en tant que président de l’Égypte le 8 juin 2014. Les Frères musulmans et certains groupes d’activistes libéraux et laïcs ont boycotté le vote. Même si les autorités intérimaires ont prolongé le vote à un troisième jour, le taux de participation de 46% était inférieur au taux de participation de 52% aux élections de 2012. Une nouvelle élection parlementaire a eu lieu en décembre 2015, entraînant une victoire écrasante pour les partis pro-Sissi, qui a obtenu une forte majorité à la nouvelle Chambre des représentants. En 2016, l’Égypte est entrée dans une crise diplomatique avec l’Italie à la suite du meurtre du chercheur Giulio Regeni : en avril 2016, le Premier ministre Matteo Renzi a rappelé l’ambassadeur italien d’El-Le Caire en raison du manque de coopération du gouvernement égyptien dans l’enquête. L’ambassadeur a été renvoyé en Égypte en 2017 par le nouveau Premier ministre Paolo Gentiloni. El-Sissi a été réélu en 2018, sans aucune opposition sérieuse. En 2019, une série d’amendements constitutionnels ont été approuvés par le parlement, augmentant encore le pouvoir du président et des militaires, augmentant les mandats présidentiels de 4 à 6 ans et permettant à El-Sissi de se présenter pour deux autres mandats. Les propositions ont été approuvées lors d’un référendum.

La politique de l’Égypte 

La Chambre des représentants, dont les membres sont élus pour un mandat de cinq ans, est spécialisée dans la législation. Les dernières élections ont eu lieu entre novembre 2011 et janvier 2012, puis ont été dissoutes. Les prochaines élections législatives ont été annoncées dans les six mois suivant la ratification de la constitution le 18 janvier 2014 et se sont déroulées en deux phases, du 17 octobre au 2 décembre 2015. À l’origine, le parlement devait être formé avant l’élection du président, mais la présidente par intérim Adly Mansour a repoussé la date. L’élection présidentielle égyptienne de 2014 s’est déroulée du 26 au 28 mai 2014. Les chiffres officiels indiquent une participation de 25 578 233, soit 47,5%, Abdel Fattah el-Sissi l’emportant avec 23,78 millions de voix, soit 96,9% contre 757 511 (3,1%) pour Hamdeen Sabahi. Après une vague de mécontentement public face aux excès autocratiques du gouvernement des Frères musulmans du président Mohamed Morsi , le 3 juillet 2013, le général de l’époque Abdel Fattah el-Sissi a annoncé la destitution de Morsi de ses fonctions et la suspension de la constitution. Un comité de constitution de 50 membres a été formé pour modifier la constitution qui a ensuite été publiée pour vote public et a été adoptée le 18 janvier 2014. En 2013, Freedom House a évalué les droits politiques en Égypte à 5 (1 représentant les plus libres et 7 les moins) et les libertés civiles à 5, ce qui lui a valu la cote de liberté « partiellement libre ». Le nationalisme égyptien est antérieur à son homologue arabe de nombreuses décennies, ayant ses racines au 19e siècle et devenant le mode d’expression dominant des activistes et intellectuels anticolonialistes égyptiens jusqu’au début du 20e siècle. L’idéologie adoptée par les islamistes tels que les Frères musulmans est principalement soutenue par les couches moyennes inférieures de la société égyptienne. L’Égypte possède la plus ancienne tradition parlementaire continue du monde arabe. La première assemblée populaire a été créée en 1866. Elle a été dissoute à la suite de l’occupation britannique de 1882, et les Britanniques n’ont autorisé à siéger qu’un organe consultatif. En 1923, cependant, après la proclamation de l’indépendance du pays, une nouvelle constitution prévoyait une monarchie parlementaire.

L’économie de l’Égypte

L’économie de l’Égypte dépend principalement de l’agriculture, des médias, des importations de pétrole, du gaz naturel et du tourisme ; il y a également plus de trois millions d’Egyptiens travaillant à l’étranger, principalement en Libye, en Arabie saoudite, dans le golfe Persique et en Europe. L’achèvement du barrage d’Assouan en 1970 et le lac Nasser qui en a résulté ont modifié la place séculaire du Nil dans l’agriculture et l’écologie de l’Égypte. Une population en croissance rapide, des terres arables limitées et une dépendance à l’égard du Nil continuent de surcharger les ressources et de stresser l’économie. Le gouvernement a investi dans les communications et dans les infrastructures physiques. L’Égypte reçoit de l’aide étrangère des États-Unis depuis 1979 (en moyenne 2,2 milliards de dollars par an) et est le troisième plus grand bénéficiaire de ces fonds des États-Unis après la guerre en Irak. L’économie égyptienne dépend principalement de ces sources de revenus: le tourisme, les envois de fonds des Égyptiens travaillant à l’étranger et les revenus du canal de Suez. L’Égypte a un marché de l’énergie développé basé sur le charbon, le pétrole, le gaz naturel et l’hydroélectricité. D’importants gisements de charbon dans le nord-est du Sinaï sont exploités à raison d’environ 600 000 tonnes (590 000 tonnes longues; 660 000 tonnes courtes) par an. Le pétrole et le gaz sont produits dans les régions désertiques occidentales, le golfe de Suez et le delta du Nil. L’Égypte possède d’énormes réserves de gaz, estimées à 2 180 kilomètres cubes (520 m3), et du GNL jusqu’en 2012 exporté vers de nombreux pays. En 2013, l’Egyptian General Petroleum Co (EGPC) a déclaré que le pays allait réduire ses exportations de gaz naturel et demander aux principales industries de ralentir sa production cet été pour éviter une crise énergétique et éviter les troubles politiques, a rapporté Reuters. L’Égypte compte sur le premier exportateur de gaz naturel liquide (GNL), le Qatar, pour obtenir des volumes de gaz supplémentaires en été, tout en encourageant les usines à planifier leur maintenance annuelle pour les mois de pointe de la demande, a déclaré le président de l’EGPC, Tarek El Barkatawy. L’Égypte produit sa propre énergie, mais est un importateur net de pétrole depuis 2008 et devient rapidement un importateur net de gaz naturel.  Les conditions économiques ont commencé à s’améliorer considérablement, après une période de stagnation, en raison de l’adoption de politiques économiques plus libérales par le gouvernement ainsi que de l’augmentation des revenus du tourisme et d’un marché boursier en plein essor. Dans son rapport annuel, le Fonds monétaire international (FMI) a classé l’Égypte parmi les premiers pays au monde à entreprendre des réformes économiques.  Certaines réformes économiques majeures entreprises par le gouvernement depuis 2003 comprennent une réduction spectaculaire des droits de douane et des tarifs. Une nouvelle loi fiscale mise en place en 2005 a fait passer l’impôt sur les sociétés de 40% à 20% actuellement, entraînant une augmentation déclarée de 100% des recettes fiscales d’ici 2006.

L’investissement étranger direct (IED) en Égypte a considérablement augmenté avant la suppression de Hosni Moubarak, dépassant 6 milliards de dollars en 2006, en raison des mesures de libéralisation économique et de privatisation prises par le ministre de l’investissement Mahmoud Mohieddin. Depuis la chute de Hosni Moubarak en 2011 , L’Égypte a connu une chute drastique des investissements étrangers et des revenus du tourisme, suivie d’une baisse de 60% des réserves de change, d’une baisse de 3% de la croissance et d’une dévaluation rapide de la livre égyptienne. Bien que l’un des principaux obstacles auxquels l’économie égyptienne soit encore confrontée soit le faible apport de richesse à la population moyenne, de nombreux Égyptiens critiquent leur gouvernement pour les prix plus élevés des produits de base tandis que leur niveau de vie ou leur pouvoir d’achat reste relativement stagnant. La corruption est souvent citée par les Égyptiens comme le principal obstacle à la poursuite de la croissance économique. Le gouvernement a promis une reconstruction majeure de l’infrastructure du pays, en utilisant l’argent payé pour la troisième licence mobile nouvellement acquise (3 milliards de dollars) par Etisalat en 2006. Dans l’indice de perception de la corruption 2013, l’Égypte était classée 114e sur 177.

Les multinationales égyptiennes les plus importantes sont le Groupe Orascom et le Raya Contact Center. Le secteur des technologies de l’information (TI) s’est développé rapidement au cours des dernières années, de nombreuses start-ups vendant des services d’externalisation en Amérique du Nord et en Europe, opérant avec des sociétés telles que Microsoft, Oracle et d’autres grandes sociétés, ainsi que de nombreuses petites et entreprises de taille moyenne. Certaines de ces sociétés sont le Xceed Contact Center, Raya, E Group Connections et C3. Le secteur informatique a été stimulé par de nouveaux entrepreneurs égyptiens avec l’encouragement du gouvernement. On estime que 2,7 millions d’Égyptiens à l’étranger contribuent activement au développement de leur pays grâce aux envois de fonds (7,8 milliards de dollars en 2009), ainsi qu’à la circulation du capital humain et social et des investissements. Les envois de fonds, l’argent gagné par les Égyptiens vivant à l’étranger et renvoyés chez eux, ont atteint un record de 21 milliards de dollars en 2012, selon la Banque mondiale. La société égyptienne est modérément inégale en termes de répartition des revenus, avec environ 35 à 40% de la population égyptienne gagnant moins de l’équivalent de 2 dollars par jour, alors que seulement 2 à 3% environ peuvent être considérés comme riches.

Tourisme

Le tourisme est l’un des secteurs les plus importants de l’économie égyptienne. Plus de 12,8 millions de touristes ont visité l’Égypte en 2008, générant des revenus de près de 11 milliards de dollars. Le secteur du tourisme emploie environ 12% de la main-d’œuvre égyptienne. Le ministre du Tourisme, Hisham Zaazou, a déclaré aux professionnels de l’industrie et aux journalistes que le tourisme avait généré environ 9,4 milliards de dollars en 2012, une légère augmentation par rapport aux 9 milliards enregistrés en 2011. La nécropole de Gizeh est l’une des attractions touristiques les plus connues d’Égypte ; c’est la seule des sept merveilles du monde antique qui existe encore. Les plages égyptiennes sur la Méditerranée et la mer Rouge, qui s’étendent sur plus de 3 000 kilomètres (1 900 milles), sont également des destinations touristiques populaires; les plages du golfe d’Aqaba, Safaga, Charm el-Cheikh, Hurghada, Louxor, Dahab, Ras Sidr et Marsa Alam sont des sites populaires.

La démographie de l’Égypte

L’Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe et le troisième plus peuplé du continent africain, avec environ 95 millions d’habitants en 2017. Sa population a augmenté rapidement de 1970 à 2010 en raison des progrès de la médecine et de l’augmentation de la productivité agricole permise par la Révolution verte. La population de l’Égypte était estimée à 3 millions lorsque Napoléon a envahi le pays en 1798. Le peuple égyptien est fortement urbanisé, concentré le long du Nil (notamment au Caire et à Alexandrie), dans le delta et près du canal de Suez. Les Égyptiens sont répartis démographiquement entre ceux qui vivent dans les principaux centres urbains et les fellahins, ou agriculteurs, qui résident dans les villages ruraux. La superficie totale habitée ne représente que 77 041 km², ce qui porte la densité physiologique à plus de 1 200 personnes par km2, comme au Bangladesh. Alors que l’émigration était limitée sous Nasser, des milliers de professionnels égyptiens ont été envoyés à l’étranger dans le contexte de la guerre froide arabe.  L’émigration égyptienne a été libéralisée en 1971, sous le président Sadate, atteignant un nombre record après la crise pétrolière de 1973. On estime que 2,7 millions d’Égyptiens vivent à l’étranger. Environ 70% des migrants égyptiens vivent dans les pays arabes (923 600 en Arabie saoudite, 332 600 en Libye, 226 850 en Jordanie, 190 550 au Koweït avec le reste ailleurs dans la région) et les 30% restants résident principalement en Europe et en Amérique du Nord (318 000 en aux États-Unis, 110 000 au Canada et 90 000 en Italie). Le processus d’émigration vers des États non arabes est en cours depuis les années 1950.

L’éducation de l’Égypte

Le taux d’analphabétisme a diminué depuis 1996, passant de 39,4 à 25,9% en 2013. Le taux d’alphabétisation des adultes en juillet 2014 était estimé à 73,9%. Le taux d’analphabétisme est le plus élevé chez les plus de 60 ans, estimé à environ 64,9%, tandis que l’analphabétisme chez les jeunes de 15 à 24 ans était répertorié à 8,6%. Un système éducatif de style européen a été introduit pour la première fois en Égypte par les Ottomans au début du 19e siècle pour nourrir une classe de bureaucrates et d’officiers de l’armée loyaux. Sous l’occupation britannique, l’investissement dans l’éducation a été considérablement réduit et les écoles publiques laïques, qui étaient auparavant gratuites, ont commencé à facturer des frais. Dans les années 1950, le président Nasser a progressivement mis en place une éducation gratuite pour tous les Égyptiens. Le programme d’études égyptien a influencé d’autres systèmes éducatifs arabes, qui employaient souvent des enseignants formés en Égypte. La demande a rapidement dépassé le niveau des ressources publiques disponibles, entraînant une détérioration de la qualité de l’enseignement public. Aujourd’hui, cette tendance a abouti à de mauvais ratios enseignant-élève (souvent entre un et cinquante) et à des inégalités persistantes entre les sexes.

L’éducation de base, qui comprend six ans d’école primaire et trois ans d’école préparatoire, est un droit pour les enfants égyptiens à partir de six ans. Après la 9e année, les élèves sont inscrits dans l’un des deux volets de l’enseignement secondaire : les écoles générales ou techniques. L’enseignement secondaire général prépare les étudiants à la poursuite de l’enseignement, et les diplômés de cette filière rejoignent normalement les établissements d’enseignement supérieur sur la base des résultats du Thanaweya Amma, l’examen de fin. L’enseignement secondaire technique comporte deux volets, l’un d’une durée de trois ans et un enseignement plus avancé de cinq ans. Les diplômés de ces écoles peuvent avoir accès à l’enseignement supérieur en fonction de leurs résultats à l’examen final, mais cela est généralement rare. L’université du Caire est classée entre 401 et 500 selon le classement académique des universités mondiales (classement de Shanghai) et entre 551 et 600 selon le classement des universités mondiales QS. L’American University in Cairo est classée 360 ​​selon le classement QS World University et l’Université Al-Azhar, l’Université d’Alexandrie et l’Université Ain Shams font partie de la catégorie 701+. L’Égypte ouvre actuellement de nouveaux instituts de recherche dans le but de moderniser la recherche dans le pays, dont l’exemple le plus récent est Zewail City of Science and Technology.

Les langues de l’Égypte

La langue officielle de la République est l’arabe. Les langues parlées sont : l’arabe égyptien (68%), l’arabe sa’idi (29%), l’arabe bedawi égyptien oriental (1,6%), l’arabe soudanais (0,6%), le domari (0,3%), le nobiin (0,3%), le beja (0,1%), Siwi et autres. De plus, le grec, l’arménien et l’italien, et plus récemment, les langues africaines comme l’amharique et le tigrigna sont les principales langues des immigrants. Les principales langues étrangères enseignées dans les écoles, par ordre de popularité, sont l’anglais, le français, l’allemand et l’italien. Historiquement, on parlait égyptien, dont la dernière étape est l’Égypte copte. Le copte parlé était en grande partie éteint au 17e siècle, mais peut avoir survécu dans des poches isolées en Haute-Égypte jusqu’au 19e siècle. Il reste utilisé comme langue liturgique de l’Église copte orthodoxe d’Alexandrie. Il forme une branche distincte parmi la famille des langues afro-asiatiques.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés