Pendant le ramadan, le mode de vie change radicalement au Maroc

Afriquinfos Editeur 5 Vues
4 Min de Lecture

Une ambiance de fête anime la vie nocturne, avec des familles entières qui déambulent sur les grandes artères ou bien se retrouvent aux terrasses des nombreux cafés pour se rafraîchir. L'atmosphère y est très festive. Dans la journée, le rythme est ralenti dans la rue et au bureau. Le soir, les Marocains veillent tard.

Dans la vie pratique, les administrations publiques et les collectivités locales marocaines adoptent un horaire continu du lundi au vendredi, soit de 09h00 du matin à 15h00. Selon un communiqué du ministère marocain chargé de la Fonction Publique et de la Modernisation de l'Administration, les horaires sont aménagés pendant le mois de ramadan pour faciliter la tâche aux fonctionnaires et agents de l'Etat, principalement en ce qui concerne l'accomplissement de la prière du vendredi.

Pendant le ramadan, il est recommandé d'éviter les excès alimentaires, de garder un style de vie sain, notamment d'essayer de dormir aux alentours de minuit si possible et de prendre une légère somme avant le lever du soleil. Pour rassurer les consommateurs, le gouvernement marocain a annoncé avoir pris une batterie de mesures douanières qui favoriseraient l'importation de produits de grande consommation en vue de couvrir les besoins du marché.

Le ministre délégué marocain chargé des Affaires générales et de la gouvernance Mohamed Louafa a fait savoir que la demande en sucre durant le ramadan atteindrait 98.400 tonnes pour une offre estimée à 419.000 tonnes. Pour les dattes, l'offre s'établirait à 34.000 tonnes pour une demande de 18.000 tonnes.

Pour sa part, la Direction de l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a renforcé le contrôle des produits alimentaires. Ce renforcement du contrôle vise à s'assurer de la qualité sanitaire des produits alimentaires et retirer du circuit de commercialisation les produits impropres à la consommation humaine ou douteux pour une meilleure sécurité des consommateurs, indique un communiqué de l'ONSSA.

Compte tenu de l'accroissement de la consommation de certaines denrées durant la période de ramadan et du caractère périssable de ces denrées qui pourraient porter préjudice à la santé des consommateurs chaque fois que les conditions de distribution et de commercialisation ne sont pas respectées, la direction régionale de l'ONSSA a renforcé le contrôle par les brigades de l'Office ou dans le cadre de commissions mixtes locales de contrôle organisées à cet effet, précise le communiqué. Les lieux concernés par ce contrôle sont, notamment les établissements de production, les points de vente, les lieux de restauration collective à caractère social et commercial, les principaux axes routiers et les aires de repos, ajoute la même source.

A noter que cette période de jeûne, qui se tient chaque année lors du neuvième mois du calendrier hégirien, dure de 29 à 30 jours. Le ramadan est un des cinq piliers de l'islam, avec la profession de foi, la prière, l'aumône et le pèlerinage. Il marque le début de la révélation du Coran faite au prophète Mahomet. Le ramadan, qui constitue une interdiction formelle de s'adonner à un quelconque plaisir, physique (voyeurisme, embellissement), psychique (comme le mensonge, la médisance ou la calomnie) mais aussi et surtout les plaisirs du ventre, avec un jeûne total s'étalant du lever au coucher du soleil, se devait d'être prolongé par des soirées de prières et de recueillement. Les actions caritatives en ce mois sacré se multiplient. L'idée est de venir en aide aux personnes démunies en cette période où charité et don de soi sont des valeurs mises en avant. Inscrites dans le temps, ces initiatives ont pour but d'éliminer la mendicité.