Tunisie : Des milliers de personnes célèbrent le 9e anniversaire de la révolution

Tunis (© 2020 Afriquinfos)-C’est dans une ambiance festive que des milliers de Tunisiens ont célébré mardi au centre de Tunis, le neuvième anniversaire de la révolution qui a chassé du pouvoir le président Zine el Abidine Ben Ali à la suite d’un soulèvement populaire.

Parents et enfants, des groupes de jeunes, des adultes: hommes et femmes ont défilé dans le calme sur l’avenue Habib Bourguiba, décorée par les drapeaux tunisiens.

Certaines personnes ont brandi des affiches sur lesquelles on pouvait lire des messages d’espoir comme « un peuple qui a réussi à se débarrasser de la dictature est capable d’améliorer son avenir » ou « l’impossible n’est pas tunisien! ».

« Je suis venu avec mes enfants pour leur revivre les évènements d’un jour important dans l’histoire de la Tunisie.

Malgré la situation politique, nous sommes fiers de notre révolution! », dit à l’AFP Mohamed Majed, 44 ans.

A quelques dizaines de mètres de cette avenue, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le siège de la centrale syndicale l’UGTT scandant le slogan phare de la révolution: « Travail! Liberté! Dignité! ».

S’adressant à la foule, le secrétaire général de cette puissante centrale syndicale, Noureddine Tabboubi a dénoncé une classe politique qui veut « diviser les Tunisiens ».

« Neuf ans sont passés, et la scène politique s’est pourrie depuis avec des hommes politiques qui s’intéressent au pouvoir plutôt qu’aux intérêts du pays », a déploré M. Tabboubi, ajoutant que la détérioration de la situation a rendu l’Etat tunisien « faible, sans prestige et incapable d’imposer la loi ».

La célébration du 9e anniversaire de la révolution intervient dans un contexte politique tendu notamment après le rejet par le Parlement, vendredi dernier, du gouvernement proposé par le parti d’inspiration islamiste Ennahdha.

Il revient désormais au président Kaïs Saied, un universitaire farouchement indépendant et très critique du système parlementaire, de désigner un autre  Premier ministre capable de convaincre les députés.

Si le candidat choisi par M. Saied échouait à son tour à former un gouvernement, l’heure serait alors à la dissolution de l’Assemblée, au risque de retarder encore les mesures nécessaires pour juguler l’inflation et le chômage pesant sur les ménages tunisiens.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés