Maroc : les attentes de l’Afrique à la COP 22

Afriquinfos Vue
3 Min de Lecture

Marrakech (© 2016 Afriquinfos) – La  22e conférence sur le climat a été lancé ce lundi à Marrakech, au Maroc. Réunis dans la ville ocre, les États signataires de la convention-cadre vont réfléchir sur comment traduire en action les engagements pris à Paris, lors de la COP21.

Il faut agir vite et efficacement pour le climat qui se détériore selon les scientifiques, à mesure que les années passent. De plus en plus d‘États en prennent conscience. C’est probablement ce qui a favorisé la ratification en un temps record de l’Accord de Paris par 100 pays.

La réunion de Marrakech sera l’occasion de passer de la parole à l’acte. Concrètement, mettre un plan d’action pour l’application effective des engagements de la COP21 à Paris.

L’Afrique présente au Maroc, devra mobiliser une attention particulière, car étant le continent le plus   touché par les changements climatiques, alors qu’il n‘émet que 3 % des gaz à effet de serre émis sur la planète.

D’ailleurs, selon le cabinet britannique d’analyse des risques Verisk Maplecroft, sur les 10 pays les plus explosés par les dérèglements climatiques, sept sont africains (Éthiopie, Érythrée, Soudan du Sud, Tchad, Centrafrique, Nigeria, Sierra Leone).

Les surfaces agricoles de l’Afrique, frappées par une sévère sécheresse sont moins fertiles, favorisant l’insécurité alimentaire dans plusieurs régions du continent ; les ressources hydriques sont de plus en plus réduites ; les surfaces des lacs naturels s’amenuisent…Les conséquences du réchauffement climatique s’amplifient.

L’Afrique prioritaire à la COP 22

 Les États africains doivent à la rencontre de Marrakech pouvoir  définir comment ils comptent non seulement réduire leur capacité de nuisance atmosphérique, mais également comment les pays développés entendent appuyer les pays les plus touchés par les changements climatiques. L’accord de Paris appelle à limiter le réchauffement climatique en deçà de +2° Celsius.

Un sommet d’une trentaine de chefs d‘État africains prévu le 16 novembre dans le cadre de la COP22 devrait notamment permettre de porter haut la voix de l’Afrique, mais surtout, « d’engager concrètement les 10 milliards de dollars promis aux pays africains à la COP21 », dans le cadre de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables.

A côté de cela, un triptyque Adaptation, Agriculture, Afrique dénommé initiative “Triple A” regroupera une vingtaine de pays africains qui travailleront sur de nouvelles pratiques de gestion des sols, de maîtrise de l’eau, d’agroforesterie et d’aide aux petits exploitants.

Innocente Nice