La CENCO renvoie les prêtres pères à leurs responsabilités familiales!

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Kinshasa (© 2022 Afriquinfos)- En République Démocratique du Congo (RDC), il ne fait plus bon d’être prêtre catholique et d’avoir derrière soit une flopée d’enfants qui vous appelle «papa». La Conférence épiscopale de la RDC (CENCO) a exhorté les prêtres se trouvant dans cette situation à se décharger de leurs obligations cléricales, afin de s’adonner pleinement à leur vie de père de famille.

Alors que le Pape François est annoncé en RDC pour une visite officielle en juillet prochain, il semble que les Evêques veulent faire le ménage au sein de l’église catholique dans un pays où 40% de la population revendique, y appartenir. La déclaration de la CENCO intitulée «A l’école de Jésus-Christ. Pour une vie sacerdotale authentique», est une adresse aux prêtres catholiques, leur rappelant leur serment proféré lors de leur ordination. Celui de la chasteté sacerdotale.  Le document daté du 3 mars dernier, est aussi un appel au respect du droit des enfants et des personnes vulnérables. Nombre de ces enfants nés d’une union avec un prêtre sont indexés comme le fruit du péché et marginalisés. Une maltraitance que veut réparer la CENCO.

On peut en effet lire dans ce qu’ils considèrent comme une exhortation, que «considérant d’une part les droits et obligations des parents à l’égard de leur famille, d’autre part l’incompatibilité de la charge de ‘’père de famille’’ avec le ministère et la vie sacerdotale en régime catholique romain, nous demandons à tout prêtre (…) ayant un enfant d’aller s’en occuper complètement et pour ce faire de solliciter la dispense des obligations sacerdotales auprès du Saint-père».

Le document de 19 pages, signé par les évêques des 47 diocèses de la RDC ne se contente pas d’interpeller les prêtres contrevenants. Il évoque aussi les sanctions : «Dans le cas où le prêtre avec descendance résisterait et ne voudrait pas demander la dispense des obligations cléricales, il reviendrait à l’évêque de présenter le cas au Saint-Siège pour la peine maximale de renvoi de l’état clérical», précise la CENCO.

- Advertisement -

Boniface T.