Afrique Centrale
3 septembre 2020

Paix et suppression des visas: chantiers prioritaires de la nouvelle Commission de la CEEAC

Libreville (© 2020 Afriquinfos)- Ce mardi 1er septembre 2020, c’était jour de passation de service à la Commission de la […]

16 août 2020 Afrique Centrale

Les dates-clés qui ont marqué la vie du Gabon depuis son indépendance en 1960 

Voici les dates-clés du Gabon, qui célèbre les 60 ans de son indépendance lundi 17 août.  Indépendance – Le 17 […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Solide relation entre Paris et Libreville 60 ans après l’indépendance du Gabon

Arrivée des voyageurs à l’aéroport de Libreville, l’humidité équatoriale embaume l’air, mais une seconde plus tard, c’est un effluve plus […]

Lire la suite »
20 juillet 2020 Afrique Centrale

Foot anglais/FA CUP : Aubameyang, bourreau de Man City, envoie les Gunners en finale

Londres (© 2020 Afriquinfos) – L’attaquant gabonais, Pierre-Emerick Aubameyang a été le grand artisan de la victoire d’Arsenal samedi dernier […]

Lire la suite »
3 juillet 2020 Afrique Centrale

Football : Aubameyang, 1er joueur d’Arsenal à inscrire 50 buts en 79 matches

Aubameyang inscrit 50 buts en 79 matches | Pierre-Emerick Aubameyang entre dans la légende à Arsenal. L’attaquant gabonais a atteint […]

Lire la suite »
2 juillet 2020 Afrique

Le Gabon dépénalise l’homosexualité

Le Gabon dépénalise l’homosexualité | La dépénalisation de l’homosexualité adoptée lundi au Gabon est un soulagement pour la très discrète […]

Lire la suite »
23 juin 2020 Afrique Centrale

Andrew Dawes nommé PDG d’ARISE Ports & Logistics

Andrew Dawes | Andrew Dawes supervisera les actifs d’ARISE P&L et dirigera toutes les futures réalisations de l’entité d’ARISE dédiée […]

Lire la suite »
11 mai 2020 Afrique Centrale

Football : le Real Madrid s’active sur le dossier Aubameyang

Aubameyang au Real Madrid | Ecarté par la légende catalane Xavi, des potentiels pistes du FC Barcelone pour le mercato […]

Lire la suite »
13 avril 2020 Afrique Centrale

Aubameyang invité à rejoindre un club plus huppé (Président de la FEGAFOOT)

Libreville (© 2020 Afriquinfos)– Le Président de la Fédération gabonaise de Football (Fégafoot) s’intéresse à l’avenir sportif de son joueur […]

Lire la suite »
10 avril 2020 Afrique Centrale

Gabon: confinement total de Libreville et ses alentours dès dimanche

Le gouvernement du Gabon a annoncé vendredi le confinement total de Libreville et de trois communes limitrophes de la capitale […]

Lire la suite »
28 février 2020 Afrique Centrale

Europa League : buteur puis auteur d’un gros raté, Aubameyang ne verra pas les 8èmes de finale avec Arsenal

Londres (© 2020 Afriquinfos)- L’international gabonais et capitaine des Gunners d’Arsenal est passé par toutes les émotions jeudi soir lors […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique Centrale

Gabon : La 44ème Assemblée générale de la FANAF ouverte à Libreville

Libreville (© 2020 Afriquinfos)-Ce lundi 17 février, ce sont ouverts les travaux de la 44ème Assemblée générale de la Fédération […]

Lire la suite »
29 janvier 2020 Gabon

Présumés enlèvements d’enfants au Gabon : un appel à témoin lancé et début des interpellations

Libreville (© 2020 Afriquinfos)- Les Forces de police nationale du Gabon ont lancé un appel à témoin ce mardi 28 […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Gabon: une femme tuée par une « balle perdue » lors des récents incidents de Libreville

Une femme a été tuée par « une balle perdue » lors des incidents qui ont secoué vendredi Libreville après des rumeurs […]

Lire la suite »
14 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Quatre marins chinois kidnappés au Gabon libérés au Nigéria

Quatre marins chinois enlevés à la mi-décembre dans l’Estuaire du Gabon, zone habituellement préservée de la piraterie de la région, […]

Lire la suite »
10 décembre 2019 Afrique Centrale

Premier League : après 9 matchs de disette le duo Pepe-Aubemeyang offre une victoire à Arsenal

Londres (© 2019 Afriquinfos)- Cela faisait neuf matchs que les Gunners n’avaient plus remporté la moindre victoire et restait bloqué […]

Lire la suite »
9 décembre 2019 Gabon

Gabon: le fils du président Bongo n’a pas été promu comme « poulain » (porte-parole)

Libreville (© 2019 Afriquinfos)- D’après le porte-parole du président gabonais, le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba n’a pas nommé […]

Lire la suite »
4 décembre 2019 Afrique Centrale

Gabon: L’ex-directeur de Cabinet du président au coeur d’une opération anticorruption

La vaste opération anticorruption lancée récemment au Gabon contre son entourage a rattrapé l’ancien tout-puissant directeur de cabinet du président […]

Lire la suite »
25 novembre 2019 Football

Multiples reports du championnat national : Patrice Neveu s’agace !

Libreville (© 2019 Afriquinfos)- Les Panthères du Gabon avec une victoire (2-1) face à l’Angola et un match nul (0-0) […]

Lire la suite »
14 novembre 2019 Football

Déplacement périlleux du Gabon en RDC avec Aubameyang promu capitaine des Gunners

Kinshasa (© 2019 Afriquinfos)- Ce jeudi, le Gabon grand absent de la dernière CAN, se lance dans la course à […]

Lire la suite »
12 novembre 2019 Gabon

CEEAC/ Réforme : un sommet extraordinaire prévue le 18 décembre

Libreville (© 2019 Afriquinfos)– La date et l’ordre du jour du prochain Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats […]

Lire la suite »
27 septembre 2019 Football

Après un entretien avec Patrice Neveu, Aubameyang sera de retour chez les Panthères

Libreville (© 2019 Afriquinfos)- Alors que l’on pensait la page de la sélection nationale définitivement tournée pour Pierre Emerick-Aubameyang, il […]

Lire la suite »
15 septembre 2019 Cuisine

Au Gabon, le difficile retour à la terre pour sortir du tout-pétrole (Reportage)

Lorsque Bollah Muslim a annoncé à sa mère qu’il voulait devenir agriculteur, elle en a pleuré de honte. C’était il […]

Lire la suite »
2 septembre 2019 Fil AFP

Santé du président gabonais: La Cour d’appel se dessaisit de la demande d’expertise

Une Cour d’appel gabonaise a refusé lundi d’entendre des opposants qui demandaient une audience sur leur demande d’examen médical du […]

Lire la suite »
26 août 2019 Fil AFP

Gabon: L’audience en appel sur une expertise médicale du président Bongo n’a pas eu lieu

LIBREVILLE (© 2019 AFP)- La Cour d’appel de Libreville n’a pas tenu une audience prévue lundi sur l’opportunité d’une expertise […]

Lire la suite »
22 août 2019 Fil AFP

Demande d’expertise de santé du Président gabonais: Le gouvernement suspend la juge

Libreville (© 2019 AFP) – La magistrate qui devait examiner la demande faite par l’opposition gabonaise d’une expertise pour juger […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Gabon: Ali Bongo Ondimba « retrouve son aisance oratoire » (la Présidence)

LIBREVILLE (© 2019 AFP) – Le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, victime d’un AVC il y a dix mois, […]

Lire la suite »
Fil AFP

Pour la fête nationale, les Gabonais sont venus voir leur président de leurs propres yeux

LIBREVILLE (© 2019 AFP) – Dix mois après son AVC, le président Ali Bongo Ondimba a assisté samedi dernier au […]

Lire la suite »
13 août 2019 Football

Pierre Emerick Aubameyang à Arsenal : Le Gabonais fait mieux que Thierry Henry et Ian Wright

Londres (© 2019 Afriquinfos)- Après cinquante matchs disputés sous les couleurs d’Arsenal, Pierre-Emerick Aubameyang efface des tablettes Thierry Henry et […]

Lire la suite »
12 août 2019 Gabon

Kevazingo gate/L’Etat met la main sur les conteneurs incriminés

Libreville, (© 2019 Afriquinfos)- Le jeudi 8 août 2019,  le ministre gabonais en charge de la Forêt, Lee White,  accompagné […]

Lire la suite »
10 août 2019 Arts

Le Gabon octroie sa nationalité à l’acteur américain Samuel Jackson

Libreville (© 2019 Afriquinfos)-Samuel Jackson, l’acteur et producteur de cinéma américain, est désormais détenteur  de la nationalité gabonaise. Acteur engagé […]

Lire la suite »
4 décembre 2018 Gabon

Les plus hautes autorités gabonaises se rendent chez Ali Bongo à Rabat

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Le Premier ministre et le vice-président, gabonais se sont rendus ce mardi à Rabat où le […]

Lire la suite »
12 novembre 2018 Gabon

Gabon : Ali Bongo est « en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques » (Présidence)

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Les langues se délient un peu plus au sujet de l’état de santé du président gabonais […]

Lire la suite »
8 novembre 2018 Gabon

Hospitalisation d’Ali Bongo à Ryad : les Gabonais sevrés d’informations, s’inquiètent

Libreville © 2018 Afriquinfos)- Depuis le Communiqué de la Présidence Gabonaise annonçant l’hospitalisation du président à Ryad, pour cause de […]

Lire la suite »
30 octobre 2018 Gabon

Gabon/Législatives : le parti d’Ali Bongo grand vainqueur

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Après le deuxième tour des élections législatives tenu dimanche, les résultats officiels sont connus. Le Parti […]

Lire la suite »
29 octobre 2018 Gabon

Gabon : une soixantaine de sites gouvernementaux, victimes de cyber-attaques

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- L’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) a signalé une attaque massive des serveurs […]

Lire la suite »
26 octobre 2018 Gabon

Gabon : en déplacement à Ryad pour un forum, Ali Bongo hospitalisé

Ryad (© 2018 Afriquinfos)- Le Chef d’Etat gabonais,  Ali Bongo est hospitalisé depuis mercredi dans un hôpital de la capitale […]

Lire la suite »
16 octobre 2018 Gabon

Gabon : le budget exercice 2019 fixé à 2806,9 milliards de FCFA

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Le budget 2019 du Gabon est fixé à 2806,9 milliards de FCFA contre 2918,5 milliards de FCFA […]

Lire la suite »
7 octobre 2018 Gabon

Gabon : des élections législatives sans engouement

Libreville (© 2018 Afriquinfos)-Au Gabon,  L’heure est maintenant à l’attente de connaître qui parmi les candidats ont été élus.les élections […]

Lire la suite »
5 octobre 2018 Gabon

Gabon/ Elections : fermeture pour 48h des frontières terrestres et maritimes

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Plus moyen d’entrer ou de sortir par voies terrestres ou maritimes pour les prochaines 48 heures […]

Lire la suite »
25 septembre 2018 Gabon

Sélection/Panthères du Gabon : exit Pierre Aubame, Daniel Cousin seul aux commandes

Libreville (© 2018 Afriquinfos)-  Alors que quelques jours plus tôt, la Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot) a annoncé le tandem […]

Lire la suite »
19 septembre 2018 Gabon

Task Force sur l’Education : Libreville mobilisera 1250 milliards de FCFA pour réformer son système éducatif

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Mise en place il y a quatre semaines par le gouvernement, la Task Force sur l’éducation […]

Lire la suite »
12 septembre 2018 Gabon

Gabon : les recours électoraux auprès de la Cour Constitutionnelle sont désormais tarifés

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Après deux ans de reports, les élections législatives auront lieu les 6 et 27 octobre 2018 […]

Lire la suite »
30 août 2018 Gabon

An 2 de son  second mandat : Ali Bongo sera face à la Nation ce jeudi à 19h30

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Le président Gabonais Ali Bongo Ondimba sera face à son peuple ce jeudi 30 août sur le […]

Lire la suite »
23 août 2018 Gabon

Gabon: France 2 et un journal d’opposition suspendus

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Au Gabon, la chaine publique française France 2 vient d’être suspendu pour un an la diffusion. Celle-ci […]

Lire la suite »
10 août 2018 Gabon

Agri : La FAO et le PRASAC s’allient pour de meilleures politiques agricoles en Afrique Centrale  

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- Le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Pôle régionale de recherches Appliquées […]

Lire la suite »
7 août 2018 Gabon

Gabon : les législatives prévues pour les 6 et 27 Octobre

Libreville (© 2018 Afriquinfos)-Après plusieurs reports des élections législatives au Gabon, depuis deux ans, celles-ci auront finalement lieu les 6 […]

Lire la suite »
20 juillet 2018 Gabon

L’ONEP en guerre contre Total Gabon

Libreville (© 2018 Afriquinfos)-Des divergences opposent Total Gabon et l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP). Il est reproché à […]

Lire la suite »
2 juillet 2018 Gabon

Gabon : Le personnel de la présidence réduit de 40%

Libreville (© 2018 Afriquinfos)- En vue de réduire des dépenses publiques au Gabon, il a décidé de mettre en place […]

Lire la suite »
27 juin 2018 Gabon

GABON : Arbitrairement détenu, l’ONU demande la libération de l’ex-ministre du Pétrole

New York (© 2018 Afriquinfos) – Accusé de détournement de fonds publics,  l’ex-ministre gabonais du Pétrole, Etienne Ngoubou est incarcéré […]

Lire la suite »
1 2 3 12

Le Gabon, officiellement la République gabonaise, est un pays de la côte ouest de l’Afrique centrale. Situé sur l’équateur, le Gabon est bordé par la Guinée équatoriale au nord-ouest, le Cameroun au nord, la République du Congo à l’est et au sud et le golfe de Guinée à l’ouest. Il a une superficie de près de 270 000 kilomètres carrés (100 000 milles carrés) et sa population est estimée à 2,1 millions de personnes. Sa capitale et sa plus grande ville est Libreville. Depuis son indépendance de la France en 1960, l’État souverain du Gabon a eu trois présidents. Au début des années 90, le Gabon a introduit un système multipartite et une nouvelle constitution démocratique qui a permis un processus électoral plus transparent et a réformé de nombreuses institutions gouvernementales. Le pétrole abondant et les investissements privés étrangers ont contribué à faire du Gabon l’un des pays les plus prospères de l’Afrique subsaharienne, avec le 7e IDH le plus élevé et le quatrième PIB par habitant (PPP) (après Maurice, la Guinée équatoriale et les Seychelles) dans la région. Le PIB a augmenté de plus de 6% par an de 2010 à 2012. Cependant, en raison des inégalités dans la répartition des revenus, une proportion importante de la population reste pauvre.

L’histoire du Gabon

Les premiers habitants de la région étaient des peuples pygmées. Ils ont été en grande partie remplacés et absorbés par les tribus bantoues lors de leur migration. Au XVe siècle, les premiers Européens sont arrivés. Au 18ème siècle, un royaume de langue Myeni connu sous le nom d’Orungu s’est formé au Gabon. Le 10 février 1722, Bartholomew Roberts, un pirate gallois connu sous le nom de Black Bart, mourut en mer au large du cap Lopez. Il a attaqué des navires au large des Amériques et de l’Afrique de l’Ouest de 1719 à 1722. L’explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza a mené sa première mission dans la région du Gabon-Congo en 1875. Il a fondé la ville de Franceville, puis a été gouverneur colonial. Plusieurs groupes bantous vivaient dans la région qui est aujourd’hui le Gabon lorsque la France l’occupa officiellement en 1885. En 1910, le Gabon est devenu l’un des quatre territoires de l’Afrique équatoriale française, une fédération qui a survécu jusqu’en 1959. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont envahi le Gabon afin de renverser l’administration coloniale pro-Vichy France. Les territoires de l’Afrique équatoriale française sont devenus indépendants le 17 août 1960. Le premier président du Gabon, élu en 1961, était Léon M’ba, avec Omar Bongo Ondimba comme vice-président. Après l’accession de M’ba au pouvoir, la presse a été réprimée, les manifestations politiques interdites, la liberté d’expression restreinte, d’autres partis politiques progressivement exclus du pouvoir, et la Constitution a changé dans le sens français pour conférer le pouvoir à la présidence, un poste que M’ba se reprit. Cependant, lorsque M’ba a dissous l’Assemblée nationale en janvier 1964 pour instituer un régime à parti unique, un coup d’État a tenté de le chasser du pouvoir et de restaurer la démocratie parlementaire. Les parachutistes français sont arrivés par avion dans les 24 heures pour remettre M’ba au pouvoir. Après quelques jours de combats, le coup d’État a pris fin et l’opposition a été emprisonnée, malgré des protestations et des émeutes généralisées. À ce jour, des soldats français restent toujours au Camp de Gaulle, à la périphérie de la capitale gabonaise. À la mort de M’Ba en 1967, Bongo l’a remplacé comme président.

En mars 1968, Bongo a déclaré le Gabon un État à parti unique en dissolvant le BDG et en créant un nouveau parti, le Parti démocratique gabonais (PDG). Il a invité tous les Gabonais, quelle que soit leur appartenance politique précédente, à participer. Bongo a cherché à forger un mouvement national unique pour soutenir les politiques de développement du gouvernement, en utilisant le PDG comme outil pour submerger les rivalités régionales et tribales qui avaient divisé la politique gabonaise dans le passé. Bongo a été élu président en février 1975; en avril 1975, le poste de vice-président est aboli et remplacé par le poste de Premier ministre, qui n’a pas droit à la succession automatique. Bongo a été réélu président en décembre 1979 et novembre 1986 pour un mandat de 7 ans. Au début des années 1990, le mécontentement économique et le désir de libéralisation politique ont provoqué de violentes manifestations et grèves d’étudiants et de travailleurs. En réponse aux griefs des travailleurs, Bongo a négocié avec eux sur une base sectorielle, faisant d’importantes concessions salariales. En outre, il a promis d’ouvrir le PDG et d’organiser une conférence politique nationale en mars-avril 1990 pour discuter du futur système politique du Gabon. Le PDG et 74 organisations politiques ont assisté à la conférence. Les participants se sont essentiellement divisés en deux coalitions lâches, le PDG au pouvoir et ses alliés, et le Front uni des associations et partis d’opposition, composé du parti dissident Morena Fundamental et du Gabonese Progress Party.

La conférence d’avril 1990 a approuvé des réformes politiques radicales, notamment la création d’un Sénat national, la décentralisation du processus budgétaire, la liberté de réunion et de presse et l’annulation d’une obligation de visa de sortie. Afin de guider la transformation du système politique en démocratie multipartite, Bongo a démissionné de son poste de président du PDG et a créé un gouvernement de transition dirigé par un nouveau Premier ministre, Casimir Oye-Mba. Le Groupement social-démocrate gabonais (RSDG), comme le nom du gouvernement résultant, était plus petit que le gouvernement précédent et comprenait des représentants de plusieurs partis d’opposition dans son cabinet. Le RSDG a rédigé une constitution provisoire en mai 1990 qui prévoyait une charte des droits fondamentaux et un pouvoir judiciaire indépendant mais qui conservait de puissants pouvoirs exécutifs pour le président. Après un nouvel examen par un comité constitutionnel et l’Assemblée nationale, ce document est entré en vigueur en mars 1991. L’opposition au PDG s’est toutefois poursuivie après la conférence d’avril 1990 et, en septembre 1990, deux tentatives de coup d’État ont été découvertes et avortées. Malgré les manifestations antigouvernementales après la mort prématurée d’un chef de l’opposition, les premières élections multipartites à l’Assemblée nationale en près de 30 ans ont eu lieu en septembre-octobre 1990, le PDG obtenant une large majorité.

Après la réélection du président Omar Bongo en décembre 1993 avec 51% des voix, les candidats de l’opposition ont refusé de valider les résultats des élections. De graves troubles civils et une répression violente ont conduit à un accord entre le gouvernement et les factions de l’opposition pour travailler à un règlement politique. Ces pourparlers ont abouti aux accords de Paris en novembre 1994, en vertu desquels plusieurs personnalités de l’opposition faisaient partie d’un gouvernement d’unité nationale. Cependant, cet arrangement est rapidement tombé en panne et les élections législatives et municipales de 1996 et 1997 ont jeté les bases d’une politique partisane renouvelée. Le PDG a remporté une victoire écrasante aux élections législatives, mais plusieurs grandes villes, dont Libreville, ont élu maires de l’opposition lors des élections locales de 1997. Face à une opposition divisée, le président Omar Bongo a connu une réélection facile en décembre 1998, avec une large majorité de voix. Alors que les principaux opposants de Bongo ont rejeté le résultat comme étant frauduleux, certains observateurs internationaux ont qualifié les résultats de représentatifs malgré de nombreuses irrégularités perçues, et il n’y a eu aucune des troubles civils qui ont suivi les élections de 1993. Des élections législatives pacifiques mais imparfaites tenues en 2001-2002, qui ont été boycottées par un certain nombre de petits partis d’opposition et ont été largement critiquées pour leurs faiblesses administratives, ont produit une Assemblée nationale presque entièrement dominée par le PDG et les indépendants alliés. En novembre 2005, le président Omar Bongo a été élu pour son sixième mandat. Il a facilement été réélu, mais les opposants affirment que le processus de scrutin a été entaché d’irrégularités. Il y a eu quelques cas de violence après l’annonce de sa victoire, mais le Gabon est resté généralement pacifique.

Des élections à l’Assemblée nationale ont eu lieu à nouveau en décembre 2006. Plusieurs sièges contestés en raison d’irrégularités de vote ont été annulés par la Cour constitutionnelle, mais les élections qui ont suivi au début de 2007 ont de nouveau donné lieu à une Assemblée nationale contrôlée par le PDG.

Le 8 juin 2009, le président Omar Bongo est décédé d’un arrêt cardiaque dans un hôpital espagnol de Barcelone, inaugurant une nouvelle ère dans la politique gabonaise. Conformément à la constitution amendée, Rose Francine Rogombé, Présidente du Sénat, est devenue Présidente par intérim le 10 juin 2009. Les premières élections contestées de l’histoire du Gabon qui n’incluaient pas Omar Bongo comme candidat se sont tenues le 30 août 2009 avec 18 candidats à la présidence. Avant les élections, des manifestations isolées ont eu lieu, mais aucune perturbation importante. Le fils d’Omar Bongo, le chef du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, a été officiellement déclaré vainqueur après un examen de trois semaines par la Cour constitutionnelle; son inauguration a eu lieu le 16 octobre 2009. L’examen de la Cour a été motivé par des allégations de fraude de la part de nombreux candidats de l’opposition, l’annonce des résultats des élections ayant déclenché des manifestations violentes sans précédent à Port-Gentil, la deuxième ville du pays et un bastion de longue date d’opposition au PDG. Les habitants de Port-Gentil sont descendus dans la rue et de nombreux magasins et résidences ont été incendiés, dont le consulat de France et une prison locale. Officiellement, seulement quatre morts se sont produites lors des émeutes, mais l’opposition et les dirigeants locaux en revendiquent beaucoup plus. Des gendarmes et des militaires ont été déployés à Port-Gentil pour soutenir la police assiégée et un couvre-feu est en vigueur depuis plus de trois mois. Une élection partielle législative a eu lieu en juin 2010. Une coalition de partis nouvellement créée, l’Union nationale (ONU), a participé pour la première fois. L’ONU est composée en grande partie de transfuges du PDG qui ont quitté le parti après la mort d’Omar Bongo. Sur les cinq sièges très disputés, le PDG en a remporté trois et l’ONU en a remporté deux; les deux parties ont remporté la victoire. En janvier 2019, il y a eu une tentative de coup d’État dirigée par des soldats contre le président Ali Bongo; le coup d’État a finalement échoué.

La politique du Gabon

Le Gabon est une république dotée d’un gouvernement présidentiel en vertu de la constitution de 1961 (révisée en 1975, réécrite en 1991 et révisée en 2003). Le président est élu au suffrage universel pour un mandat de sept ans; un amendement constitutionnel de 2003 a supprimé les limites du mandat présidentiel et facilité une présidence à vie. Le président peut nommer et révoquer le Premier ministre, le cabinet et les juges de la Cour suprême indépendante. Le président a également d’autres pouvoirs importants, tels que le pouvoir de dissoudre l’Assemblée nationale, de déclarer l’état de siège, de retarder la législation et de mener des référendums. Le Gabon a une législature bicamérale avec une Assemblée nationale et un Sénat. L’Assemblée nationale compte 120 députés élus au suffrage universel pour un mandat de 5 ans. Le Sénat est composé de 102 membres élus par les conseils municipaux et les assemblées régionales et dont le mandat est de 6 ans. Le Sénat a été créé lors de la révision constitutionnelle de 1990-1991, bien qu’il n’ait été créé qu’après les élections locales de 1997. Le président du Sénat succède ensuite au président. Malgré le système démocratique de gouvernement, le rapport Liberté dans le monde répertorie le Gabon comme « non libre », et les élections de 2016 ont été contestées.

Culture politique

En 1990, le gouvernement a apporté des changements majeurs au système politique gabonais. Une constitution transitoire a été rédigée en mai 1990 dans le prolongement de la conférence politique nationale de mars-avril, puis révisée par un comité constitutionnel. Parmi ses dispositions figuraient une charte des droits de style occidental, la création d’un Conseil national de la démocratie pour superviser la garantie de ces droits, un conseil consultatif gouvernemental sur les questions économiques et sociales et un pouvoir judiciaire indépendant. Après approbation par l’Assemblée nationale, le Comité central du PDG et le Président, l’Assemblée a adopté à l’unanimité la constitution en mars 1991. Des élections législatives multipartites ont eu lieu en 1990-1991, malgré le fait que les partis d’opposition n’avaient pas été déclarés officiellement légaux. Malgré cela, les élections ont donné naissance au premier représentant, l’Assemblée nationale multipartite. En janvier 1991, l’Assemblée a adopté à l’unanimité une loi régissant la légalisation des partis d’opposition. Après la réélection du président Omar Bongo en 1993, lors d’une élection contestée où seuls 51% des suffrages ont été exprimés, des troubles sociaux et politiques ont conduit à la conférence et aux accords de Paris de 1994. Celles-ci ont fourni un cadre pour les prochaines élections. Les élections locales et législatives ont été retardées jusqu’en 1996-1997. En 1997, des amendements constitutionnels proposés des années plus tôt ont été adoptés pour créer le Sénat et le poste de vice-président, ainsi que pour prolonger le mandat du président à sept ans. En octobre 2009, le président nouvellement élu, Ali Bongo Ondimba, a commencé à rationaliser le gouvernement. Dans un effort pour réduire la corruption et le gonflement du gouvernement, il a supprimé 17 postes de niveau ministériel, aboli la vice-présidence et réorganisé les portefeuilles de nombreux ministères, bureaux et directions. En novembre 2009, le président Bongo Ondimba a annoncé une nouvelle vision de la modernisation du Gabon, baptisée « Gabon Emergent ». Ce programme comprend trois piliers: Gabon vert, Gabon des services et Gabon industriel. Les objectifs de Gabon Emergent sont de diversifier l’économie afin que le Gabon devienne moins dépendant du pétrole, d’éliminer la corruption et de moderniser la main-d’œuvre. Dans le cadre de ce programme, les exportations de bois brut ont été interdites, un recensement à l’échelle du gouvernement a eu lieu, la journée de travail a été modifiée pour éliminer une longue pause de midi et une société pétrolière nationale a été créée.

Dans les résultats provisoires, le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir a remporté 84 des 120 sièges parlementaires. Le 25 janvier 2011, le chef de l’opposition André Mba Obame a revendiqué la présidence, affirmant que le pays devait être dirigé par quelqu’un que le peuple voulait vraiment. Il a également sélectionné 19 ministres pour son gouvernement, et l’ensemble du groupe, ainsi que des centaines d’autres, ont passé la nuit au siège de l’ONU. Le 26 janvier, le gouvernement a dissous le parti de Mba Obame. Le président de l’UA, Jean Ping, a déclaré que l’action de Mba Obame « porte atteinte à l’intégrité des institutions légitimes et met également en danger la paix, la sécurité et la stabilité du Gabon ». Le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, a accusé Mba Obame et ses partisans de trahison. [10] Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déclaré qu’il reconnaissait Ondimba comme le seul président gabonais officiel. L’élection présidentielle de 2016 a été contestée, avec des résultats officiels très proches rapportés. Des manifestations ont éclaté dans la capitale et se sont heurtées à une répression brutale qui a abouti au bombardement présumé du siège du parti d’opposition par la garde présidentielle. Entre 50 et 100 citoyens ont été tués par les forces de sécurité et 1 000 arrêtés. Les observateurs internationaux ont critiqué les irrégularités, notamment le taux de participation anormalement élevé signalé pour certains districts. La Cour suprême du pays a jeté des locaux suspects, mais un recomptage complet n’a pas été possible car les bulletins de vote avaient été détruits. L’élection a été déclarée en faveur du président sortant Ondimba. Le Parlement européen a publié 2 résolutions dénonçant les résultats peu clairs de l’élection et appelant à une enquête indépendante sur les violations des droits de l’homme.

L’économie du Gabon

L’économie du Gabon est dominée par le pétrole. Les recettes pétrolières représentent environ 46% du budget du gouvernement, 43% du produit intérieur brut (PIB) et 81% des exportations. La production de pétrole est actuellement en baisse rapide par rapport à son point culminant de 370 000 barils par jour en 1997. Certaines estimations suggèrent que le pétrole gabonais sera dépensé d’ici 2025. Malgré la baisse des recettes pétrolières, la planification ne fait que commencer pour un scénario d’après-pétrole. [8] Le champ pétrolifère de Grondin a été découvert dans des profondeurs d’eau de 50 m (160 pi) à 40 km (25 mi) au large, en 1971 et produit à partir des grès de Batanga de l’âge maastrichtien formant un piège structurel de sel anticlinal qui est d’environ 2 km (1,2 mi) de profondeur . Les dépenses publiques gabonaises des années d’importantes recettes pétrolières n’ont pas été dépensées efficacement. Les dépenses excessives sur le chemin de fer transgabonais, la dévaluation du franc CFA de 1994 et les périodes de bas prix du pétrole ont causé de graves problèmes d’endettement qui affligent encore le pays.

Le Gabon s’est taillé une mauvaise réputation auprès du Club de Paris et du Fonds monétaire international (FMI) pour la gestion de sa dette et de ses revenus. Les missions successives du FMI ont critiqué le gouvernement pour avoir dépensé des dépenses hors budget (pendant les bonnes et les mauvaises années), avoir emprunté à la Banque centrale et avoir retardé le calendrier de privatisation et de réforme administrative. Cependant, en septembre 2005, le Gabon a conclu avec succès un accord de confirmation de 15 mois avec le FMI. Un autre accord de confirmation de trois ans avec le FMI a été approuvé en mai 2007. En raison de la crise financière et de l’évolution sociale entourant la mort du président Omar Bongo et les élections, le Gabon n’a pas été en mesure d’atteindre ses objectifs économiques dans le cadre de l’accord de confirmation. en 2009. Les négociations avec le FMI étaient en cours. Les revenus pétroliers du Gabon lui ont donné un PIB par habitant de 8 600 dollars, un chiffre inhabituellement élevé pour la région. Cependant, une répartition inégale des revenus et de mauvais indicateurs sociaux sont évidents. Les 20% les plus riches de la population gagnent plus de 90% des revenus tandis qu’environ un tiers de la population gabonaise vit dans la pauvreté.

L’économie dépend fortement de l’extraction, mais les matières premières sont abondantes. Avant la découverte du pétrole, l’exploitation forestière était le pilier de l’économie gabonaise. Aujourd’hui, l’exploitation forestière et l’exploitation du manganèse sont les deuxièmes plus importants générateurs de revenus. Des explorations récentes suggèrent la présence du plus grand gisement de minerai de fer inexploité au monde. Pour beaucoup de ceux qui vivent dans des zones rurales sans accès à des opportunités d’emploi dans les industries extractives, les envois de fonds des membres de la famille dans les zones urbaines ou les activités de subsistance fournissent un revenu. Les observateurs étrangers et locaux ont déploré le manque de diversité de l’économie gabonaise. Jusqu’à présent, divers facteurs ont limité le développement de nouvelles industries: le marché est petit, environ un million dépendant des importations en provenance de France incapable de capitaliser sur les marchés régionaux le zèle entrepreneurial pas toujours présent chez les Gabonais un flux assez régulier de «rente» pétrolière, même si elle diminue La poursuite des investissements dans les secteurs agricole ou touristique est compliquée par la médiocrité des infrastructures. Les petits secteurs de transformation et de services qui existent sont largement dominés par quelques investisseurs locaux de premier plan. Sur l’insistance de la Banque mondiale et du FMI, le gouvernement a lancé dans les années 90 un programme de privatisation de ses entreprises publiques et de réforme administrative, y compris la réduction de l’emploi dans le secteur public et la croissance des salaires, mais les progrès ont été lents. Le nouveau gouvernement a exprimé son engagement à œuvrer à une transformation économique du pays, mais fait face à des défis importants pour atteindre cet objectif.

La démographie du Gabon

Le Gabon compte environ 2,1 millions d’habitants. Des facteurs historiques et environnementaux ont provoqué un déclin de la population du Gabon entre 1900 et 1940. Le Gabon a l’une des densités de population les plus faibles de tous les pays d’Afrique et le quatrième indice de développement humain le plus élevé d’Afrique subsaharienne.

La démographie du Gabon est la composition de la population du Gabon. En 2018, le Gabon comptait 2119275 habitants. La population du Gabon est relativement jeune avec 35,5% de sa population de moins de 15 ans et seulement 4,3% de sa population de plus de 65 ans. Le Gabon a un partage presque égal entre les hommes et les femmes avec 0,99 homme pour chaque femme de la population. Entre 15 et 65 ans, la ration est exactement de 1 mâle pour 1 femelle. L’espérance de vie du Gabon est inférieure à la moyenne mondiale. L’espérance de vie de la population gabonaise à la naissance est de 53,11 ans alors que la moyenne mondiale est de 67,2 ans en 2010. Ethniquement, le plus grand groupe au Gabon est le peuple Fang avec plus de 500 000 personnes, soit environ un tiers de la population gabonaise, appartenant à ce groupe ethnique. La plus grande religion au Gabon est le christianisme, avec entre 55 et 75% de la population du Gabon étant chrétienne.

L’éducation du Gabon

Le système éducatif du Gabon est réglementé par deux ministères: le ministère de l’Éducation, en charge de la maternelle à la dernière année du secondaire, et le ministère de l’Enseignement supérieur et des Technologies innovantes, en charge des universités, de l’enseignement supérieur et des écoles professionnelles. L’éducation est obligatoire pour les enfants de 6 à 16 ans en vertu de la loi sur l’éducation. La plupart des enfants au Gabon commencent leur vie scolaire en fréquentant des crèches ou « crèches », puis des jardins d’enfants appelés « Jardins d’Enfants ». A 6 ans, ils sont inscrits à l’école primaire, « École Primaire » qui se compose de six classes. Le niveau suivant est « École Secondaire », qui se compose de sept classes. L’âge prévu pour l’obtention du diplôme est de 19 ans. Ceux qui obtiennent leur diplôme peuvent demander leur admission dans des établissements d’enseignement supérieur, y compris des écoles d’ingénieurs ou des écoles de commerce. Au Gabon, en 2012, le taux d’alphabétisation de sa population âgée de 15 ans et plus était de 82%. Le gouvernement a utilisé les recettes pétrolières pour la construction d’écoles, le paiement des salaires des enseignants et la promotion de l’éducation, y compris dans les zones rurales. Cependant, l’entretien des structures scolaires, ainsi que les salaires des enseignants, sont en baisse. En 2002, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 132% et en 2000, le taux net de scolarisation dans le primaire était de 78%. Les taux brut et net de scolarisation sont basés sur le nombre d’élèves officiellement inscrits à l’école primaire et ne reflètent donc pas nécessairement la fréquentation scolaire réelle. En 2001, 69 pour cent des enfants qui ont commencé l’école primaire étaient susceptibles d’atteindre la cinquième année. Les problèmes du système éducatif comprennent une mauvaise gestion et planification, un manque de supervision, des enseignants peu qualifiés et des salles de classe surpeuplées.

Les langues du Gabon

Le français est la seule langue officielle du pays. On estime que 80% de la population gabonaise peut parler français et que 30% des habitants de Libreville sont des locuteurs natifs de la langue. Au niveau national, 32% des Gabonais parlent la langue Fang comme langue maternelle. Le recensement de 2013 a révélé que seulement 63,7% de la population gabonaise pouvait parler une langue gabonaise, ventilée par 86,3% dans les zones rurales et 60,5% dans les zones urbaines parlant au moins une langue nationale. En octobre 2012, juste avant le 14e sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie, le pays avait déclaré son intention d’ajouter l’anglais comme deuxième langue officielle, apparemment en réponse à une enquête de la France sur la corruption dans le pays africain, bien qu’un porte-parole du gouvernement insisté sur le fait que c’était uniquement pour des raisons pratiques. Il a ensuite été précisé que le pays avait l’intention d’introduire l’anglais comme première langue étrangère dans les écoles, tout en conservant le français comme moyen général d’enseignement et comme seule langue officielle.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés