Fin de la campagne pour le référendum constitutionnel au Maroc

ecapital
4 Min de Lecture

Durant 10 jours, les partis politiques et les syndicats ont organisé des meetings et des rencontres de communication à travers les différentes régions du Maroc pour exprimer leurs positions, vulgariser le contenu de la future Constitution et contribuer à la mobilisation des citoyens en vue de participer à ce scrutin.

Dans le même contexte, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) du Maroc a énoncé une série de principes et de règles déontologiques observés par les médias audiovisuels publics et privés pendant la période de la consultation référendaire.

Ainsi, la supervision de l'utilisation des médias audiovisuels publics a été confiée à une commission qui comprenait un représentant du ministère marocain de la Communication et des représentants des partis politiques et des organisations syndicales participant à la campagne référendaire, ainsi que des représentants des différents moyens audiovisuels publics. Douze minutes ont été accordées aux partis et syndicats qui comptent des groupes dans une des deux chambres du Parlement marocain, sept pour les structures politiques représentées dans le Parlement et trois pour les partis reconnus et non représentés dans l'hémicycle.

- Advertisement -

La majorité des partis politiques se sont déclarés satisfaits quant au projet de réforme de la Constitution, qui consacre de larges prérogatives au Premier ministre qui devient président du gouvernement et définit le régime de gouvernance au Maroc comme monarchie constitutionnelle démocratique, parlementaire et sociale.

La plupart des partis politiques ont appelé à voter "oui". Mais d'autres, moins représentés au Parlement, ainsi que le mouvement du 20 février ont appelé à boycotter le scrutin. Les principales centrales syndicales se sont également exprimées en faveur du projet de la nouvelle Constitution, à l'exception de la Confédération démocratique du travail (CDT).

Cette dernière a en effet décidé de boycotter le référendum, suite à une décision prise lundi lors de la réunion de son conseil national.

L'opération de vote devra commencer dans les différents bureaux installés à travers le pays à 08h00 et prendre fin à 19h00 sans possibilité de prorogation. Pour mener à bien le référendum, 320.000 personnes et 40.000 bureaux ont été mobilisés. La wilaya du grand Casablanca (80 km au sud de Rabat) compte, à elle seule, 3.400 bureaux contre 900 bureaux installés à Rabat, alors que 520 bureaux seront ouverts dans différents consulats et ambassades du royaume à travers le monde.

Selon l'article 129 du code électoral, les procès-verbaux des bureaux de vote ainsi que les listes d'émargement sont déposés, pendant quatre jours francs au siège de la commune où les votants peuvent les consulter et formuler toute réclamation à leur sujet.

A l'expiration de ce délai, le bureau centralisateur procède au recensement des votes émis dans la commune compte tenu des suffrages reconnus valables par les différents bureaux de vote qui en dépendent. Un communiqué du ministère marocain chargé des MRE a indiqué que les Marocains résidant à l'étranger participent aussi au référendum sur le nouveau texte de la Constitution marocaine, les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 juillet 2011, au sein des consulats du royaume de leurs circonscriptions, ainsi qu'aux ports espagnoles d'Almeria et Algésiras pour les Marocains en route vers le Maroc.