Soudan du Sud : un génocide en cours contre des ethnies autres que celle du président Salva Kiir, selon l’opposition

Juba (© Afriquinfos 2017)-Dans un communiqué, une coalition de partis politiques accuse les autorités de chercher à exterminer les populations n’appartenant pas à l’ethnie Dinka qui est celle du président Salva Kiir. En effet, l’armée régulière et des milices dinkas se seraient livrées à des représailles contre des civils non-dinkas.

Face à l’ampleur des violences ainsi orchestrées, une coalition de l’opposition politique y compris la faction dissidente du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), fidèle à l’ex vice-président Riek Machar, accuse le président Salva Kiir de chercher à exterminer les minorités n’appartenant pas à l’ethnie Dinka. Une accusation contenue dans un communiqué duquel il ressort que les violences en cours s’apparentent à un «génocide».

Selon Hakim Dario, le président du Mouvement populaire démocratique (PDM, parti signataire du communiqué), les atrocités perpétrées « s’apparentent à un nettoyage ethnique ». Et d’ajouter, « Les preuves que des meurtres de masse ciblant des groupes ethniques ont été commis sont de plus en plus accablantes ».

Du côté des défenseurs des droits de l’homme, l’on estime que la situation ne cesse de se dégrader au Soudan du Sud, tout en soulignant que l’opposition a, elle aussi, du sang sur les mains.

Pour sa part, l’ONU rapporte que les récents combats ont forcé 100 000 personnes à fuir la région de Jonglei. Et selon un rapport publié par ses services, l’organisation mondiale a prévenu que les violences pourraient aggraver la crise alimentaire que connaît déjà le plus jeune Etat du continent noir.

 

V.A

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés