Algérie
9 juillet 2011

Le projet de gazoduc Lagos-Alger sera entamé dès l’achèvement des études

ALGER (Xinhua) – Les travaux de réalisation du projet de gazoduc devant relier Lagos à Alger seront entamés dès l’achèvement des études nécessaires sur le long du tracé de ce méga projet, a affirmé vendredi le ministre algérien de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, cité par l’agence de presse APS.

Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER, 9 juillet (Xinhua) — Voici les principales informations de journaux algériens parus samedi:

Lire la suite »
8 juillet 2011 Algérie

Signature d’accords de coopération et de mémorandums d’entente entre l’Algérie et l’Angola

ALGER (Xinhua) – Les travaux de la 4ème session de la commission mixte de coopération algéro-angolaise ont pris fin, jeudi soir à Alger, par la signature d’accords de coopération et de mémorandums d’entente couvrant différents domaines de coopération, a rapporté vendredi l’agence de presse APS.

Lire la suite »
7 juillet 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus jeudi

Lire la suite »
Algérie

L’Algérie réaffirme sa position "constante" sur la crise libyenne basée sur une "stratégie de paix"

ALGER (Xinhua) – Le ministre délégué algérien chargé des Affaires africaines et maghrébines, Abdelkader Messahel, a réaffirmé jeudi à Alger la position « constante » de son pays par rapport à la crise en Libye, une position reposant sur une stratégie de paix pour parvenir à une solution politique.

Lire la suite »
6 juillet 2011 Algérie

La France "se réjouit" de la volonté du roi marocain d’améliorer les relations avec l’Algérie

PARIS (Xinhua) – La France « se réjouit » de la déclaration du roi du Maroc, qui souhaite améliorer les relations bilatérales avec l’Algérie, et la qualifie d' »annonce forte ».

Lire la suite »
Algérie

Les accusations contenues dans le rapport américain sur le trafic d’êtres humains en Algérie sont "exagérées"

ALGER (Xinhua) – « Le rapport américain sur le trafic d’être humain en Algérie est exagéré et sans fondements ».

Lire la suite »
5 juillet 2011 Algérie

Algérie : deux décrets présidentiels portant mesures de grâce

ALGER (Xinhua) — Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a promulgué deux décrets présidentiels relatifs à des mesures de grâce, à l’occasion du 49e anniversaire de l’indépendance nationale, annonce lundi la présidence algérienne dans un communiqué.

Lire la suite »
Algérie

Le président Bouteflika préside une cérémonie de remise de grades à des officiers supérieurs de l’armée nationale

ALGER (Xinhua) – Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, a présidé mardi au siège du ministère de la Défense nationale, une cérémonie de remise de grades à des officiers supérieurs de l’Armée nationale populaire.

Lire la suite »
4 juillet 2011 Algérie

L’Algérie répondra officiellement au rapport américain sur le trafic d’êtres humains

ALGER (Xinhua) – Le ministre algérien de la Justice, garde des sceaux, Tayeb Belaiz, a affirmé dimanche à Alger, que l’Algérie répondra officiellement au rapport américain publié récemment qui inscrit l’Algérie sur la liste des pays qui ne luttent pas contre le trafic d’êtres humains.

Lire la suite »
Algérie

Un islamiste égyptien condamné à neuf ans de prison ferme

ALGER (Xinhua) – Yasser Salem, dit Abou Djihad Al- Misri, un Egyptien âgé de 49 ans, a été condamné à neuf ans de prison ferme dimanche par le tribunal criminel près la Cour d’Alger, pour appartenance à un groupe terroriste, a rapporté l’agence de presse officielle APS.

Lire la suite »
Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus lundi.

Lire la suite »
Algérie

Descentes punitives à M’sila

M’SILA (© 2011 Afriquinfos) – C’est la deuxième fois en un mois que des femmes soupçonnées de prostitution sont attaquées.

Lire la suite »
Algérie

Algérie : un policier et un islamiste armé tués lors d’un accrochage dans la province de Tizi Ouzou

ALGER (Xinhua) – Un policier a été tué, un autre blessé et un islamiste armé abattu lors d’un accrochage, lundi matin vers 11h00 locales (10h00 GMT) au centre ville de Ain El Hammam, à 45 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, a rapporté le quotidien local El Watan sur son site internet.

Lire la suite »
3 juillet 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus dimanche :

Lire la suite »
2 juillet 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus samedi.

Lire la suite »
30 juin 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus jeudi:

Lire la suite »
Algérie

L’APN ratifie avec l’Algérie un traité d’assistance judiciaire

BEIJING (Xinhua) – Le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN) a ratifié jeudi un traité avec l’Algérie portant sur l’assistance judiciaire mutuelle dans les affaires commerciales et civiles.

Lire la suite »
29 juin 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus mercredi

Lire la suite »
27 juin 2011 Algérie

Le ministre algérien des AE reçoit le secrétaire libyen aux Affaires étrangères

ALGER (Xinhua) – Le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a reçu dimanche à Alger le secrétaire aux Affaires étrangères du congrès général du peuple libyen, Slimane Chahoumi, a rapporté l’agence de presse APS.

Lire la suite »
Algérie

Le président Abdelaziz Bouteflika prendra part au 17e sommet de l’UA

ALGER (Xinhua) – Le président algérien Abdelaziz Bouteflika participera à la 17e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA), qui se tiendra les 30 juin et 1er juillet à Malabo (Guinée-équatoriale) , indique lundi la présidence algérienne dans un communiqué.

Lire la suite »
26 juin 2011 Algérie

Algérie : Excédent commercial de 10 milliards de dollars durant les 5 premiers mois 2011

ALGER (Xinhua) – L’Algérie a réalisé un excédent commercial de 10,39 milliards de dollars durant les cinq premiers mois de l’année 2011 contre 8,20 milliards à la même période en 2010, a indiqué dimanche le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis).

Lire la suite »
25 juin 2011 Algérie

Algérie : légère baisse du rythme annuel d’inflation au mois de mai

ALGER (Xinhua) – Le rythme d’inflation annuel a atteint 3,7% au mois de mai 2011, enregistrant une légère baisse par rapport au mois d’avril dernier (3,9%), a indiqué samedi l’Office national des statistiques (ONS).

Lire la suite »
23 juin 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus jeudi

Lire la suite »
22 juin 2011 Algérie

L’Algérie souhaite parvenir rapidement avec l’UE à un accord sur le démantèlement tarifaire

ALGER (Xinhua) – Le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci a indiqué à Luxembourg que l’Algérie souhaitait parvenir rapidement avec l’Union européenne à un accord sur le démantèlement tarifaire.

Lire la suite »
Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus mercredi

Lire la suite »
Algérie

Le technicien bosniaque Vaihd Halilhodzic devient le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale de football de l’Algérie

ALGER (Xinhua) – Le technicien bosniaque Vahid Halilhodzic est devenu mercerdi le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale de football, pour succéder à Abdelhak Benchikha, a annoncé la Fédération algérienne de football (FAF).

Lire la suite »
21 juin 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus mardi

Lire la suite »
20 juin 2011 Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus lundi

Lire la suite »
Algérie

L’UE préconise la revalorisation de la coopération régionale en Afrique du Nord

BRUXELLES (Xinhua) – L’Union européenne (UE) soutient toujours toutes formes de coopération et d’intégration régionale en Afrique du Nord et estime que la coopération qui est en train de se mettre en place entre l’Algérie et le Maroc est de bon augure, a indiqué lundi la présidence hongroise de l’UE.

Lire la suite »
19 juin 2011 Algérie

Signature de trois accords de coopération agricole entre l’Algérie et le Maroc

ALGER (Xinhua) – L’Algérie et le Maroc ont signé, samedi à Alger, trois accords de coopération dans le domaine agricole, à l’occasion de la visite du ministre marocain de l’Agriculture et de la Pêche, Aziz Akhannouch.

Lire la suite »
Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) – Voici les principales informations de journaux algériens parus dimanche :

Lire la suite »
Algérie

Algérie : ouverture des travaux des assises nationales de l’urbanisme

ALGER (Xinhua) – Les travaux des premières assises nationales de l’urbanisme ont débuté dimanche au Palais des nations, à la banlieue ouest d’Alger, avec la participation de plus de 1.200 délégués qui élaboreront une charte pour l’amélioration de l’urbanisme en Algérie.

Lire la suite »
Algérie

Une délégation de l’UE à Alger pour des consultations sur la lutte antiterroriste

ALGER (Xinhua) – Une délégation de l’Union européenne (UE) conduite par Gilles De Kerchove, coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme, séjourne en Algérie depuis samedi, a rapporté l’agence de presse APS citant une source officielle.

Lire la suite »
Algérie

Algérie : ouverture des travaux des assises nationales de l’urbanisme

ALGER (Xinhua) – Les travaux des premières assises nationales de l’urbanisme ont débuté dimanche au Palais des nations, à la banlieue ouest d’Alger, avec la participation de plus de 1.200 délégués qui élaboreront une charte pour l’amélioration de l’urbanisme en Algérie.

Lire la suite »
17 juin 2011 Algérie

Algérie-France: il n’y a plus de difficultés dans les relations entre les deux pays

ALGER (Xinhua) – Le ministre français des Affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, a affirmé jeudi à Alger qu’il n’y avait « plus de difficultés » dans les relations entre l’Algérie et la France, a rapporté l’agence de presse officielle APS.

Lire la suite »
16 juin 2011 Algérie

Le chef de la diplomatie française en visite en Algérie

ALGER (Xinhua) – Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé est arrivé mercredi soir à Alger pour une visite de travail de deux jours et a eu peu après son arrivée un entretien avec son homologue algérien Mourad Medelci.

Lire la suite »
Algérie

Alain Juppé dément l’implication de l’Algérie dans l’acheminement de mercenaires en Libye

ALGER (Xinhua) – Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes de la France, Alain Juppé, a démenti jeudi à Alger l’implication de l’Algérie dans l’acheminement de mercenaires en Libye, qualifiant cette information « d’infondée ».

Lire la suite »
Algérie

L’Algérie et la France d’accord pour un règlement politique de la crise libyenne

ALGER (Xinhua) – L’Algérie et la France considèrent que le règlement de la crise libyenne ne peut se réaliser qu’à travers une solution politique, a déclaré jeudi à Alger, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci.

Lire la suite »
15 juin 2011 Algérie

Le président Bouteflika entend "libérer la parole" de la société civile

ALGER (Xinhua) – « Le président de la République m’a demandé de transmettre à l’ ensemble des participants son sentiment intime de soutien et d’ écoute ».

Lire la suite »
Algérie

Accord à Alger sur le règlement du différend sur les prix du gaz entre Sonatrach et Gas natural

ALGER (Xinhua) – L’Algérie, pays membre de l’OPEP, est l’un des principaux fournisseurs de gaz des pays européens.

Lire la suite »
Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) — Voici les principales informations de journaux algériens parus mercredi :

Lire la suite »
Algérie

Les frontières Est de l’Algérie sécurisées et bien maîtrisées

ALGER (Xinhua) – Les frontières Est du territoire algérien « sont sécurisées et bien maîtrisées » grâce à la coordination entre tous les acteurs.

Lire la suite »
Algérie

Les avions d’Air Algérie cloués au sol à cause d’une grève du personnel commercial de bord

ALGER (Xinhua) – Quelque 900 travailleurs appartenant à la corporation du personnel navigant de la compagnie nationale Air Algérie dans l’Algérois ont entamé ce mercredi une « grève illimitée » pour la « revalorisation » de leurs droits socioprofessionnels, a rapporté l’agence de presse APS.

Lire la suite »
14 juin 2011 Algérie

L’Algérie table sur une production céréalière de 4,5 millions de tonnes en 2011

ALGER (Xinhua) – La production céréalière de l’Algérie prévue pour l’année 2010/2011 devrait tourner autour de 4,5 millions de tonnes, avec d' »excellents rendements » de blé dur, a annoncé lundi le directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), Nourddine Kehal.

Lire la suite »
Algérie

Revue de la presse algérienne

ALGER (Xinhua) — Voici les principales informations de journaux algériens parus dimanche :

Lire la suite »
Algérie

Discussion algéro-américaine sur les risques de prolifération d’armes en relation avec la crise libyenne

ALGER (Xinhua) — Selon un communiqué de l´ambassade des Etats-Unis à Alger, cité mardi par El Watan et L’Expression, cette visite représente une nouvelle étape dans la coopération sécuritaire et antiterroriste croissante entre les Etats-Unis et l´Algérie.

Lire la suite »
Algérie

Algérie : ouverture des travaux des premiers états généraux de la société civile

ALGER (Xinhua) — Les travaux des premiers états généraux de la société civile algérienne se sont ouverts mardi matin au palais des Nations, en présence d’un millier de participants venant d’horizons professionnels, sociaux, culturels et universitaires divers.

Lire la suite »
13 juin 2011 Algérie

Le ministère algérien des AE dément l’exil du leader libyen en Algérie

ALGER (Xinhua) – Le ministère algérien des Affaires étrangères a démenti dimanche l’information selon laquelle le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi s’exile en Algérie.

Lire la suite »
Algérie

Alain Juppé attendu mercredi à Alger

ALGER (Xinhua) – Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes de la France, Alain Juppé, effectuera mercredi et jeudi une « visite de travail » en Algérie, à l’invitation de son homologue algérien, Mourad Medelci, a-t-on annoncé officiellement lundi à Alger, selon l’agence de presse officielle APS.

Lire la suite »
L’Algérie, officiellement République démocratique populaire d’Algérie, est un pays de la région du Maghreb en Afrique du Nord. La capitale et la ville la plus peuplée est Alger, située à l’extrême nord du pays sur la côte méditerranéenne. Avec une superficie de 2 381 741 kilomètres carrés (919 595 milles carrés), l’Algérie est le dixième plus grand pays du monde et le plus grand par superficie de l’Union africaine et du monde arabe. Avec une population estimée à plus de 42 millions d’habitants, c’est le huitième pays le plus peuplé d’Afrique. L’Algérie est bordée au nord-est par la Tunisie, à l’est par la Libye, au sud-est par le Niger, au sud-ouest par le Mali, la Mauritanie et le territoire saharien occidental, à l’ouest par le Maroc et au nord par la mer Méditerranée. C’est une république semi-présidentielle composée de 48 provinces et 1 541 communes (comtés). L’Algérie d’avant 1962 a connu de nombreux empires et dynasties, y compris d’anciens Numides, Phéniciens, Carthaginois, Romains, Vandales, Byzantins, Omeyyades, Abbassides, Idrisides, Aghlabides, Rustamides, Fatimides, Zirides, Hammadides, Almoravides, Almohades, Zayyanides, Espagnols, Ottomans et, enfin, l’empire colonial français. L’Algérie est une puissance régionale et moyenne. Il a l’indice de développement humain le plus élevé de tous les pays africains non insulaires et l’une des plus grandes économies du continent, basé en grande partie sur les exportations d’énergie. L’Algérie possède les 16e plus grandes réserves de pétrole au monde et le 2e plus grand d’Afrique, alors qu’elle possède les neuvième plus grandes réserves de gaz naturel. Sonatrach, la compagnie pétrolière nationale, est la plus grande entreprise en Afrique, fournissant de grandes quantités de gaz naturel à l’Europe. L’Algérie possède l’une des plus grandes armées d’Afrique et le plus gros budget de défense. Il est membre de l’Union africaine, de la Ligue arabe, de l’OPEP, des Nations Unies et de l’Union du Maghreb arabe, dont il est membre fondateur.

L’histoire de l’Algérie

Préhistoire et histoire ancienne

Dans la région d’Ain Hanech (province de Saïda), des vestiges précoces (200 000 avant JC) de l’occupation des hominidés en Afrique du Nord ont été découverts. Les fabricants d’outils néandertaliens produisirent des haches à main dans les styles levalloisien et moustérien (43 000 avant JC) similaires à celles du Levant. L’Algérie a été le site du plus haut stade de développement des techniques d’outils en flocons du Paléolithique moyen. Les outils de cette époque, commençant à environ 30 000 avant JC, sont appelés Aterian (d’après le site archéologique de Bir el Ater, au sud de Tebessa). Les premières industries des pales en Afrique du Nord sont appelées ibéromaurusiennes (situées principalement dans la région d’Oran). Cette industrie semble s’être répandue dans les régions côtières du Maghreb entre 15 000 et 10 000 avant JC. La civilisation néolithique (domestication animale et agriculture) s’est développée au Maghreb saharien et méditerranéen peut-être dès 11 000 avant JC ou entre 6000 et 2000 avant JC. Cette vie, richement représentée dans les peintures du Tassili n’Ajjer, a prédominé en Algérie jusqu’à la période classique. Le mélange de peuples d’Afrique du Nord s’est finalement fusionné en une population indigène distincte qui est devenue les Berbères, qui sont les peuples autochtones d’Afrique du Nord. Depuis leur principal centre de pouvoir à Carthage, les Carthaginois se sont développés et ont établi de petites colonies le long de la côte nord-africaine; en 600 avant JC, une présence phénicienne existait à Tipasa, à l’est de Cherchell, Hippo Regius (Annaba moderne) et Rusicade (Skikda moderne). Ces colonies servaient de bourgs et d’ancrages.
À mesure que le pouvoir carthaginois augmentait, son impact sur la population indigène augmentait considérablement. La civilisation berbère était déjà à un stade où l’agriculture, l’industrie, le commerce et l’organisation politique soutenaient plusieurs États. Les liens commerciaux entre Carthage et les Berbères de l’intérieur se sont développés, mais l’expansion territoriale a également entraîné l’asservissement ou le recrutement militaire de certains Berbères et l’extraction d’hommages à d’autres. Masinissa (c. 238–148 avant JC), premier roi de Numidie Jugurtha (vers 160–104 avant JC), roi de Numidie Au début du IVe siècle avant JC, les Berbères formaient le plus grand élément de l’armée carthaginoise. Dans la révolte des mercenaires, les soldats berbères se sont rebellés de 241 à 238 avant JC après avoir été impayés après la défaite de Carthage lors de la première guerre punique. Ils ont réussi à obtenir le contrôle d’une grande partie du territoire nord-africain de Carthage, et ils ont frappé des pièces de monnaie portant le nom Libyen, utilisées en grec pour décrire les indigènes de l’Afrique du Nord. L’État carthaginois a décliné en raison des défaites successives des Romains lors des guerres puniques. En 146 avant JC, la ville de Carthage a été détruite. Alors que le pouvoir carthaginois diminuait, l’influence des chefs berbères dans l’arrière-pays augmenta. Au IIe siècle av. J.-C., plusieurs grands royaumes berbères, peu administrés, étaient apparus. Deux d’entre eux ont été établis en Numidie, derrière les zones côtières contrôlées par Carthage. À l’ouest de la Numidie se trouvait la Mauritanie, qui s’étendait sur la rivière Moulouya dans le Maroc moderne jusqu’à l’océan Atlantique. Le point culminant de la civilisation berbère, inégalé jusqu’à l’arrivée des Almohades et des Almoravides plus d’un millénaire plus tard, a été atteint sous le règne de Masinissa au IIe siècle avant JC. Numidie avec l’Egypte, Rome et Carthage 200 avant JC Après la mort de Masinissa en 148 avant JC, les royaumes berbères furent divisés et réunis plusieurs fois. La lignée de Masinissa a survécu jusqu’à 24 après JC, lorsque le territoire berbère restant a été annexé à l’Empire romain.

Après la mort de Masinissa en 148 avant JC, les royaumes berbères furent divisés et réunis plusieurs fois. La lignée de Masinissa a survécu jusqu’à 24 après JC, lorsque le territoire berbère restant a été annexé à l’Empire romain. Pendant plusieurs siècles, l’Algérie a été dirigée par les Romains, qui ont fondé de nombreuses colonies dans la région. Comme le reste de l’Afrique du Nord, l’Algérie était l’un des paniers à pain de l’empire, exportant des céréales et d’autres produits agricoles. Saint Augustin était l’évêque d’Hippone Regius (l’Algérie moderne), situé dans la province romaine d’Afrique. Les Vandales germaniques de Geiseric se sont déplacés en Afrique du Nord en 429 et par 435 Numidies côtières contrôlées. Ils n’ont fait aucun règlement significatif sur la terre, car ils étaient harcelés par les tribus locales. En fait, au moment où les Byzantins sont arrivés, Leptis Magna a été abandonné et la région de Msellata était occupée par les indigènes Laguatan qui avaient été occupés à faciliter un renouveau politique, militaire et culturel amazigh.

Moyen Âge

Après une résistance négligeable de la population locale, les Arabes musulmans du califat omeyyade ont conquis l’Algérie au début du VIIIe siècle.

Un grand nombre de peuples berbères indigènes se sont convertis à l’islam. Les chrétiens, les berbères et les latino-américains sont restés en grande majorité en Tunisie jusqu’à la fin du IXe siècle et les musulmans ne sont devenus une grande majorité au cours du Xe siècle. Après la chute du califat omeyyade, de nombreuses dynasties locales ont vu le jour, notamment les Aghlabides, les Almohades, les Abdalwadid, les Zirids, les Rustamids, les Hammadids, les Almoravids et les Fatimids. Les chrétiens sont partis en trois vagues: après la conquête initiale, au Xe siècle et au XIe. Les derniers ont été évacués vers la Sicile par les Normands et les quelques restants se sont éteints au 14ème siècle. Au Moyen Âge, l’Afrique du Nord abritait de nombreux grands érudits, saints et souverains, dont Judah Ibn Quraysh, le premier grammairien à mentionner les langues sémitiques et berbères, les grands maîtres soufis Sidi Boumediene (Abu Madyan) et Sidi El Houari, et les émirs Abd Al Mu’min et Yāghmūrasen. C’est à cette époque que les Fatimides ou enfants de Fatima, fille de Mahomet, sont venus au Maghreb. Ces « Fatimides » ont ensuite fondé une dynastie de longue durée s’étendant à travers le Maghreb, le Hedjaz et le Levant, bénéficiant d’un gouvernement intérieur laïque, ainsi que d’une puissante armée et marine, composée principalement d’Arabes et de Levantins s’étendant de l’Algérie à leur capitale. état du Caire. Le califat fatimide a commencé à s’effondrer lorsque ses gouverneurs, les Zirides, ont fait sécession. Afin de les punir, les Fatimides ont envoyé les Arabes Banu Hilal et Banu Sulaym contre eux. La guerre qui en résulte est racontée dans l’épopée Tāghribāt. À Al-Tāghrībāt, le héros amazigh ziride Khālīfā Al-Zānatī demande quotidiennement, pour des duels, de vaincre le héros hilalan Ābu Zayd al-Hilalī et de nombreux autres chevaliers arabes dans une série de victoires. Les Zirids, cependant, ont finalement été vaincus, inaugurant une adoption des coutumes et de la culture arabes. Les tribus indigènes amazighes, cependant, sont restées largement indépendantes, et selon la tribu, le lieu et le temps contrôlaient différentes parties du Maghreb, parfois en les unifiant (comme sous les Fatimides). L’État islamique fatimide, également connu sous le nom de califat fatimide, a fait un empire islamique qui comprenait l’Afrique du Nord, la Sicile, la Palestine, la Jordanie, le Liban, la Syrie, l’Égypte, la côte de la mer Rouge d’Afrique, Tihamah, le Hedjaz et le Yémen. Les califats d’Afrique du Nord ont fait du commerce avec les autres empires de leur temps, ainsi que faisant partie d’un réseau de soutien et de commerce confédéré avec d’autres États islamiques pendant l’ère islamique.

Les Amazighs étaient historiquement constitués de plusieurs tribus. Les deux branches principales étaient les tribus Botr et Barnès, qui étaient divisées en tribus, et encore en sous-tribus. Chaque région du Maghreb comptait plusieurs tribus (par exemple, Sanhadja, Houara, Zenata, Masmouda, Kutama, Awarba et Berghwata). Toutes ces tribus ont pris des décisions territoriales indépendantes. Plusieurs dynasties amazighes ont vu le jour au Moyen Âge au Maghreb et dans d’autres pays voisins. Ibn Khaldun fournit un tableau résumant les dynasties amazighes de la région du Maghreb, les Zirid, Banu Ifran, Maghrawa, Almoravid, Hammadid, Almohad, Merinid, Abdalwadid, Wattasid, Meknassa et Hafsid.

Il régnait à Ifriqiya, actuelle Tunisie, une famille berbère, Zirid, reconnaissant en quelque sorte la suzeraineté du calife fatimide du Caire. Probablement en 1048, le souverain ou vice-roi ziride, el-Mu’izz, a décidé de mettre fin à cette suzeraineté. L’État fatimide était trop faible pour tenter une expédition punitive; Le vice-roi, el-Mu’izz, a également trouvé un autre moyen de vengeance. Entre le Nil et la mer Rouge, vivaient des tribus bédouines expulsées d’Arabie pour leur perturbation et leur influence turbulente, Banu Hilal et Banu Sulaym entre autres, dont la présence perturbait les agriculteurs de la vallée du Nil car les nomades pillaient souvent. Le vizir fatimide d’alors imagina de renoncer au contrôle du Maghreb et obtint l’accord de son souverain. Cela a non seulement incité les Bédouins à partir, mais le Trésor fatimide leur a même accordé une petite allocation en espèces pour l’expatriation. Des tribus entières sont parties avec des femmes, des enfants, des ancêtres, des animaux et du matériel de camping. Certains se sont arrêtés en chemin, notamment en Cyrénaïque, où ils sont encore l’un des éléments essentiels de la colonie mais la plupart sont arrivés à Ifriqiya par la région de Gabès. Le souverain Zirid a tenté d’arrêter cette marée montante, mais à chaque rencontre, la dernière sous les murs de Kairouan, ses troupes ont été vaincues et les Arabes sont restés maîtres du terrain.

Le déluge montait toujours, et en 1057, les Arabes se sont répandus dans les hautes plaines de Constantine où ils ont progressivement étouffé Qalaa de Banu Hammad, comme ils l’avaient fait à Kairouan il y a quelques décennies. De là, ils ont progressivement gagné les hautes plaines d’Alger et d’Oran. Certains ont été pris de force par les Almohades dans la seconde moitié du XIIe siècle. On peut dire qu’au 13ème siècle les Arabes étaient dans toute l’Afrique du Nord, à l’exception des principales chaînes de montagnes et de certaines régions côtières qui restaient entièrement berbères. L’afflux de tribus bédouines était un facteur majeur dans la langue , l’arabisation culturelle du Maghreb et la propagation du nomadisme dans les zones où l’agriculture avait précédemment été dominante. Ibn Khaldun a noté que les terres ravagées par les tribus Banu Hilal étaient devenues un désert complètement aride. Au début du XVIe siècle, l’Espagne a construit des avant-postes fortifiés (presidios) sur ou près de la côte algérienne. L’Espagne a pris le contrôle de quelques villes côtières comme Mers el Kebir en 1505 ; Oran en 1509 ; et Tlemcen, Mostaganem et Ténès en 1510. La même année, quelques marchands d’Alger cédèrent l’un des îlots rocheux de leur port à l’Espagne, qui y construisit un fort. Les presidios en Afrique du Nord se sont révélés être une entreprise militaire coûteuse et largement inefficace qui ne garantissait pas l’accès à la flotte marchande espagnole.

L’ère ottomane

La région d’Algérie a été partiellement dirigée par les Ottomans pendant trois siècles de 1516 à 1830. En 1516, les frères corsaires turcs Aruj et Hayreddin Barbarossa, qui opéraient avec succès sous les Hafsides, ont déplacé leur base d’opérations à Alger. Ils ont réussi à conquérir Jijel et Alger des Espagnols, mais ont finalement pris le contrôle de la ville et de la région environnante, forçant le précédent souverain, Abu Hamo Musa III de la dynastie Bani Ziyad, à fuir. Quand Aruj fut tué en 1518 lors de son invasion de Tlemcen, Hayreddin lui succéda comme commandant militaire d’Alger. Le sultan ottoman lui a donné le titre de beylerbey et un contingent d’environ 2 000 janissaires. Avec l’aide de cette force, Hayreddin a conquis toute la zone entre Constantine et Oran (bien que la ville d’Oran soit restée aux mains des Espagnols jusqu’en 1792).

Le prochain beylerbey était le fils de Hayreddin Hasan, qui a assumé le poste en 1544. Jusqu’en 1587, la région était gouvernée par des officiers qui purgeaient des mandats sans limites fixes. Par la suite, avec l’institution d’une administration ottomane régulière, des gouverneurs au titre de pacha ont statué pour des mandats de trois ans. Le pacha était assisté par des janissaires, connus en Algérie sous le nom d’ojaq et dirigés par un agha. Le mécontentement des ojaq a augmenté au milieu des années 1600 parce qu’ils n’étaient pas payés régulièrement, et ils se sont révoltés à plusieurs reprises contre le pacha. En conséquence, l’agha a accusé le pacha de corruption et d’incompétence et a pris le pouvoir en 1659. La peste a frappé à plusieurs reprises les villes d’Afrique du Nord. Alger a perdu de 30 000 à 50 000 habitants à cause de la peste en 1620–21 et a subi de nombreux décès en 1654–57, 1665, 1691 et 1740–42. En 1671, le taifa s’est rebellé, a tué l’agha et a placé un des siens au pouvoir. Le nouveau chef a reçu le titre de Dey. Après 1689, le droit de choisir le dey passa au divan, un conseil d’une soixantaine de nobles. Elle était d’abord dominée par les ojaq ; mais au XVIIIe siècle, il était devenu l’instrument de la divinité. En 1710, le dey persuada le sultan de le reconnaître, lui et ses successeurs, comme régent, remplaçant le pacha dans ce rôle, bien qu’Alger reste une partie de l’Empire ottoman.

Le dey était en effet un autocrate constitutionnel. Le dey a été élu pour un mandat à vie, mais au cours des 159 années (1671–1830) de survie du système, quatorze des vingt-neuf deys ont été assassinés. Malgré l’usurpation, les coups d’État militaires et la domination occasionnelle de la mafia, le fonctionnement quotidien du gouvernement ottoman était remarquablement ordonné. Bien que la régence ait patronné les chefs tribaux, elle n’a jamais eu l’allégeance unanime de la campagne, où les lourdes taxes provoquaient fréquemment des troubles. Les États tribaux autonomes étaient tolérés et l’autorité de la régence était rarement appliquée en Kabylie.

Les pirates barbaresques se nourrissaient de navires chrétiens et autres navires non islamiques dans la Méditerranée occidentale. Les pirates emmenaient souvent les passagers et l’équipage sur les navires et les vendaient ou les utilisaient comme esclaves. Ils ont également fait une bonne affaire en rachetant certains des captifs. Selon Robert Davis, du 16e au 19e siècle, les pirates ont capturé 1 million à 1,25 million d’Européens comme esclaves. Ils ont souvent fait des raids, appelés Razzias, sur les villes côtières européennes pour capturer des esclaves chrétiens à vendre sur les marchés aux esclaves en Afrique du Nord et dans d’autres parties de l’Empire ottoman. En 1544, par exemple, Hayreddin Barbarossa a capturé l’île d’Ischia, faisant 4 000 prisonniers, et asservi quelque 9 000 habitants de Lipari, presque toute la population. En 1551, le gouverneur ottoman d’Alger, Turgut Reis, asservit toute la population de l’île maltaise de Gozo. Les pirates barbaresques attaquaient souvent les îles Baléares. La menace était si grave que les habitants ont abandonné l’île de Formentera. L’introduction de voiliers à large voile depuis le début du XVIIe siècle leur a permis de se ramifier dans l’Atlantique.

En juillet 1627, deux navires pirates d’Alger sous le commandement du pirate néerlandais Jan Janszoon naviguèrent jusqu’en Islande, attaquant et capturant des esclaves. Deux semaines plus tôt, un autre bateau pirate de Salé au Maroc avait également fait une descente en Islande. Certains des esclaves amenés à Alger ont ensuite été rachetés en Islande, mais certains ont choisi de rester en Algérie. En 1629, des navires pirates d’Algérie ont attaqué les îles Féroé. Les raids barbares en Méditerranée ont continué d’attaquer la marine marchande espagnole et, par conséquent, la marine espagnole a bombardé Alger en 1783 et 1784. Pour l’attaque de 1784, la flotte espagnole devait être rejointe par des navires d’ennemis aussi traditionnels d’Alger que Naples. , Le Portugal et les Chevaliers de Malte. Plus de 20 000 boulets de canon ont été tirés, une grande partie de la ville et ses fortifications ont été détruites et la majeure partie de la flotte algérienne a été coulée. Au 19ème siècle, les pirates ont forgé des affiliations avec des puissances caribéennes, payant une « taxe de licence » en échange de la protection de leurs navires. La piraterie sur les navires américains en Méditerranée a conduit les États-Unis à déclencher la première guerre (1801-1805) et la seconde guerre de Barbarie (1815). Après ces guerres, l’Algérie était plus faible et les Européens, avec une flotte anglo-néerlandaise commandée par le britannique Lord Exmouth, ont attaqué Alger. Après un bombardement de neuf heures, ils ont obtenu un traité du Dey qui a réaffirmé les conditions imposées par le capitaine (plus tard commodore) Stephen Decatur (U.S.Navy) concernant les demandes d’hommages. En outre, le Dey a accepté de mettre fin à la pratique de l’asservissement des chrétiens. Malgré son éloignement d’Algérie au XIXe siècle, l’Espagne a conservé une présence au Maroc. L’Algérie s’est constamment opposée aux forteresses et au contrôle espagnols dans le Maroc voisin tout au long du 20e siècle.

Colonisation française (1830-1962)

Sous prétexte d’un léger à leur consul, les Français ont envahi et capturé Alger en 1830. L’historien Ben Kiernan a écrit sur la conquête française de l’Algérie: « En 1875, la conquête française était terminée. La guerre avait tué environ 825 000 Algériens indigènes depuis 1830 .  » Les pertes françaises de 1831-1851 ont fait 92 329 morts à l’hôpital et seulement 3 336 tués au combat. La population de l’Algérie, qui s’élevait à environ 2,9 millions en 1872, atteignait près de 11 millions en 1960. La politique française était fondée sur la « civilisation » du pays. La traite négrière et la piraterie en Algérie ont cessé après la conquête française. La conquête de l’Algérie par les Français a pris un certain temps et a entraîné un bain de sang considérable. Une combinaison de violence et d’épidémies de maladies a provoqué un déclin de près d’un tiers de la population algérienne indigène de 1830 à 1872. Pendant cette période, une petite mais influente élite indigène francophone s’est formée, composée de Berbères, principalement des Kabyles. En conséquence, le gouvernement français a favorisé les Kabyles. Environ 80% des écoles autochtones ont été construites pour Kabyles.

De 1848 à l’indépendance, la France a administré toute la région méditerranéenne de l’Algérie en tant que partie intégrante et département de la nation. L’un des territoires d’outre-mer les plus anciens de France, l’Algérie est devenue une destination pour des centaines de milliers d’immigrants européens, connus sous le nom de colons et plus tard, de Pied-Noirs. Entre 1825 et 1847, 50 000 Français ont émigré en Algérie.  Ces colons ont bénéficié de la confiscation par le gouvernement français des terres communales des peuples indigènes et de l’application de techniques agricoles modernes qui ont augmenté la quantité de terres arables terre. De nombreux Européens se sont installés à Oran et à Alger et, au début du XXe siècle, ils formaient la majorité de la population dans les deux villes.
À la fin du 19e et au début du 20e siècle; la part européenne représentait près d’un cinquième de la population. Le gouvernement français visait à faire de l’Algérie une partie assimilée de la France, ce qui comprenait des investissements éducatifs substantiels, surtout après 1900. La résistance culturelle et religieuse indigène s’est fortement opposée à cette tendance, mais contrairement à la trajectoire des autres pays colonisés en Asie centrale et dans le Caucase, L’Algérie a conservé ses compétences individuelles et une agriculture relativement intensive en capital humain. Peu à peu, l’insatisfaction de la population musulmane, qui n’avait pas de statut politique et économique dans le système colonial, a suscité des revendications pour une plus grande autonomie politique et, éventuellement, l’indépendance de la France. En mai 1945, le soulèvement contre les forces françaises d’occupation a été réprimé par ce qui est maintenant connu comme le massacre de Sétif et Guelma. Les tensions entre les deux groupes de population ont atteint un sommet en 1954, lorsque les premiers événements violents de ce que l’on a appelé plus tard la guerre d’Algérie ont commencé. Les historiens ont estimé qu’entre 30 000 et 150 000 Harkis et leurs dépendants ont été tués par le Front de Libération Nationale (FLN) ou par des lynchages en Algérie. Le FLN a utilisé des attaques par délit en Algérie et en France dans le cadre de sa guerre, et les Français ont exercé de sévères représailles. La guerre a entraîné la mort de centaines de milliers d’Algériens et de centaines de milliers de blessés. Des historiens, comme Alistair Horne et Raymond Aron, affirment que le nombre réel de morts musulmans algériens à la guerre était bien supérieur au FLN d’origine et aux estimations officielles françaises, mais inférieur au million de morts déclaré par le gouvernement algérien après l’indépendance. Horne a estimé le nombre de victimes algériennes sur une période de huit ans à environ 700 000 personnes. La guerre a déraciné plus de 2 millions d’Algériens. La guerre contre la domination française s’est terminée en 1962, lorsque l’Algérie a obtenu son indépendance complète à la suite des accords d’Evian de mars 1962 et du référendum d’autodétermination de juillet 1962.

Les trois premières décennies de l’indépendance (1962–1991)

Le nombre de Pieds-Noirs européens qui ont fui l’Algérie ont totalisé plus de 900 000 entre 1962 et 1964. L’exode vers la France métropolitaine s’est accéléré après le massacre d’Oran de 1962, au cours duquel des centaines de militants sont entrés dans les sections européennes de la ville et ont commencé à attaquer des civils. Le premier président algérien a été le chef du Front de libération nationale (FLN), Ahmed Ben Bella. La revendication du Maroc sur des parties de l’ouest de l’Algérie a conduit à la guerre du sable en 1963. Ben Bella a été renversé en 1965 par Houari Boumédiène, son ancien allié et ministre de la Défense. Sous Ben Bella, le gouvernement était devenu de plus en plus socialiste et autoritaire ; Boumédienne a poursuivi cette tendance. Mais, il comptait beaucoup plus sur l’armée pour son soutien et réduisait le seul parti légal à un rôle symbolique. Il a collectivisé l’agriculture et lancé une campagne d’industrialisation massive. Les installations d’extraction de pétrole ont été nationalisées. Cela a été particulièrement bénéfique pour les dirigeants après la crise pétrolière internationale de 1973. Dans les années 1960 et 1970, sous le président Houari Boumediene, l’Algérie a poursuivi un programme d’industrialisation au sein d’une économie socialiste contrôlée par l’État. Le successeur de Boumediene, Chadli Bendjedid, a introduit quelques réformes économiques libérales. Il a promu une politique d’arabisation dans la société algérienne et la vie publique. Des professeurs d’arabe, venus d’autres pays musulmans, ont répandu la pensée islamique conventionnelle dans les écoles et semé les graines d’un retour à l’islam orthodoxe. L’économie algérienne est devenue de plus en plus dépendante du pétrole, ce qui a entraîné des difficultés lorsque le prix s’est effondré pendant la surabondance de pétrole des années 80. La récession économique provoquée par l’effondrement des cours mondiaux du pétrole a provoqué des troubles sociaux en Algérie pendant les années 80 ; à la fin de la décennie, Bendjedid a introduit un système multipartite. Des partis politiques se sont développés, comme le Front islamique du salut (FIS), une large coalition de groupes musulmans.

Guerre civile (1991-2002) et séquelles

En décembre 1991, le Front islamique du salut a dominé le premier des deux tours des élections législatives. Craignant l’élection d’un gouvernement islamiste, les autorités sont intervenues le 11 janvier 1992, annulant les élections. Bendjedid a démissionné et un haut conseil d’État a été installé pour assurer la présidence. Il a interdit le FIS, déclenchant une insurrection civile entre la branche armée du Front, le Groupe islamique armé et les forces armées nationales, dans lesquelles plus de 100 000 personnes seraient mortes. Les militants islamistes ont mené une violente campagne de massacres civils. À plusieurs moments du conflit, la situation en Algérie est devenue un sujet de préoccupation internationale, notamment pendant la crise entourant le vol 8969 d’Air France, un détournement perpétré par le Groupe islamique armé. Le Groupe islamique armé a déclaré un cessez-le-feu en octobre 1997. L’Algérie a organisé des élections en 1999, considérées comme biaisées par les observateurs internationaux et la plupart des groupes d’opposition, remportées par le président Abdelaziz Bouteflika. Il a œuvré pour restaurer la stabilité politique du pays et a annoncé une initiative de « concorde civile », approuvée lors d’un référendum, en vertu de laquelle de nombreux prisonniers politiques ont été graciés et plusieurs milliers de membres de groupes armés ont été exemptés de poursuites dans le cadre d’une amnistie limitée, en vigueur jusqu’au 13 janvier 2000. L’AIS a été dissous et les niveaux de violence des insurgés ont chuté rapidement. Le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), un groupe dissident du Groupe islamique armé, a poursuivi une campagne terroriste contre le gouvernement. Bouteflika a été réélu lors de l’élection présidentielle d’avril 2004 après avoir fait campagne sur un programme de réconciliation nationale. Le programme comprenait des réformes économiques, institutionnelles, politiques et sociales pour moderniser le pays, élever le niveau de vie et lutter contre les causes de l’aliénation. Il comprenait également une deuxième initiative d’amnistie, la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, qui a été approuvée lors d’un référendum en septembre 2005. Il a offert l’amnistie à la plupart des guérilleros et des forces de sécurité gouvernementales. En novembre 2008, la Constitution algérienne a été modifiée à la suite d’un vote au Parlement, supprimant la limite de deux mandats des titulaires présidentiels. Ce changement a permis à Bouteflika de se présenter aux élections présidentielles de 2009, et il a été réélu en avril 2009. Pendant sa campagne électorale et à la suite de sa réélection, Bouteflika a promis de prolonger le programme de réconciliation nationale et de 150 $. programme de dépenses d’un milliard de dollars pour créer trois millions de nouveaux emplois, construire un million de nouveaux logements et poursuivre les programmes de modernisation du secteur public et des infrastructures. Une série continue de manifestations à travers le pays a commencé le 28 décembre 2010, inspirée par des manifestations similaires à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Le 24 février 2011, le gouvernement a levé l’état d’urgence de l’Algérie, âgé de 19 ans. Le gouvernement a promulgué une législation concernant les partis politiques, le code électoral et la représentation des femmes dans les organes élus. En avril 2011, Bouteflika a promis de nouvelles réformes constitutionnelles et politiques. Cependant, les élections sont régulièrement critiquées par les groupes d’opposition car les groupes internationaux de défense des droits de l’homme sont injustes et déclarent que la censure des médias et le harcèlement des opposants politiques continuent. Le 2 avril 2019, Bouteflika a démissionné de la présidence.

La politique de l’Algérie

Les politiciens élus ont relativement peu d’influence sur l’Algérie. Au lieu de cela, un groupe de « décideurs » civils et militaires non élus, appelés « le pouvoir », dirigent le pays, décidant même qui devrait être président. L’homme le plus puissant est sans doute Mohamed Mediène, le chef du renseignement militaire. Ces dernières années, nombre de ces généraux sont morts ou ont pris leur retraite. Après la mort du général Larbi Belkheir, Bouteflika a placé des loyalistes à des postes clés, notamment à Sonatrach, et a obtenu des amendements constitutionnels qui le rendent rééligible indéfiniment. Le chef de l’Etat est le président de l’Algérie, élu pour cinq ans. Le président était auparavant limité à deux mandats de cinq ans, mais un amendement constitutionnel adopté par le Parlement le 11 novembre 2008 a supprimé cette limitation. La prochaine élection présidentielle devait avoir lieu en avril 2019, mais des manifestations généralisées ont éclaté le 22 février contre la décision du président de participer aux élections, ce qui a conduit le président Bouteflika à annoncer sa démission le 3 avril. L’Algérie a le suffrage universel à 18 ans. Le président est le chef de l’armée, du Conseil des ministres et du Conseil supérieur de sécurité. Il nomme le Premier ministre qui est également le chef du gouvernement. Le parlement algérien est bicaméral; la chambre basse, l’Assemblée nationale populaire, compte 462 membres élus au suffrage direct pour un mandat de cinq ans, tandis que la chambre haute, le Conseil de la nation, compte 144 membres pour un mandat de six ans, dont 96 sont choisis par les élus locaux. les assemblées et 48 sont nommées par le président. Selon la constitution, aucune association politique ne peut être formée si elle est « fondée sur des différences de religion, de langue, de race, de sexe, de profession ou de région ». En outre, les campagnes politiques doivent être exemptées des sujets susmentionnés. Les dernières élections législatives ont eu lieu en mai 2012 et ont été jugées largement libres par des observateurs internationaux, bien que des groupes locaux aient allégué des fraudes et des irrégularités. Aux élections, le FLN a remporté 221 sièges, le Rassemblement national pour la démocratie, soutenu par l’armée, 70, et l’Alliance islamiste pour l’Algérie verte, 47.

L’économie de l’Algérie

L’Algérie est classée parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure par la Banque mondiale. La monnaie de l’Algérie est le dinar (DZD). L’économie reste dominée par l’État, héritage du modèle de développement socialiste post-indépendance du pays. Ces dernières années, le gouvernement algérien a mis fin à la privatisation des industries publiques et imposé des restrictions sur les importations et la participation étrangère à son économie. Ces restrictions commencent tout juste à être levées récemment, bien que des questions sur l’économie algérienne se diversifiant lentement persistent. L’Algérie a eu du mal à développer des industries en dehors des hydrocarbures en partie à cause des coûts élevés et d’une bureaucratie d’État inerte. Les efforts du gouvernement pour diversifier l’économie en attirant des investissements étrangers et nationaux en dehors du secteur de l’énergie n’ont guère contribué à réduire les taux de chômage élevés des jeunes ou à remédier aux pénuries de logements. Le pays est confronté à un certain nombre de problèmes à court et à moyen terme, notamment la nécessité de diversifier l’économie, de renforcer les réformes politiques, économiques et financières, d’améliorer le climat des affaires et de réduire les inégalités entre les régions. Une vague de protestations économiques en février et mars 2011 a incité le gouvernement algérien à offrir plus de 23 milliards de dollars de subventions publiques et des augmentations rétroactives des salaires et des avantages sociaux. Les dépenses publiques ont augmenté de 27% par an au cours des 5 dernières années. Le programme d’investissement public 2010-2014 coûtera 286 milliards de dollars américains, dont 40% au développement humain.

L’économie algérienne a progressé de 2,6% en 2011, tirée par les dépenses publiques, notamment dans le secteur de la construction et des travaux publics, et par la croissance de la demande intérieure. Si les hydrocarbures sont exclus, la croissance a été estimée à 4,8%. Une croissance de 3% est attendue en 2012 pour atteindre 4,2% en 2013. Le taux d’inflation était de 4% et le déficit budgétaire de 3% du PIB. L’excédent du compte courant est estimé à 9,3% du PIB et, à la fin de décembre 2011, les réserves officielles s’établissaient à 182 milliards de dollars EU. L’inflation, la plus faible de la région, est restée stable à 4% en moyenne entre 2003 et 2007. En 2011, l’Algérie a annoncé un excédent budgétaire de 26,9 milliards de dollars, une augmentation de 62% par rapport à l’excédent de 2010. En général, le pays a exporté pour 73 milliards de dollars de produits de base alors qu’il en a importé 46 milliards. Grâce à de fortes recettes d’hydrocarbures, l’Algérie dispose d’un coussin de 173 milliards de dollars de réserves de change et d’un important fonds de stabilisation des hydrocarbures. En outre, la dette extérieure de l’Algérie est extrêmement faible, à environ 2% du PIB. L’économie reste très dépendante de la richesse en hydrocarbures et, malgré des réserves de change élevées (178 milliards de dollars, soit trois ans d’importations), la croissance actuelle des dépenses rend le budget algérien plus vulnérable au risque de baisse prolongée des revenus des hydrocarbures. En 2011, le secteur agricole et les services ont enregistré une croissance de 10% et 5,3% respectivement. Environ 14% de la population active est employée dans le secteur agricole. La politique budgétaire en 2011 est restée expansionniste et a permis de maintenir le rythme des investissements publics et de contenir la forte demande d’emplois et de logements. L’Algérie n’a pas rejoint l’OMC, malgré plusieurs années de négociations. En mars 2006, la Russie a accepté d’effacer 4,74 milliards de dollars de la dette algérienne de l’ère soviétique lors d’une visite du président russe Vladimir Poutine dans le pays, la première d’un dirigeant russe en un demi-siècle. En retour, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a accepté d’acheter 7,5 milliards de dollars d’avions de combat, de systèmes de défense aérienne et d’autres armes à la Russie, selon le chef de l’exportateur d’armes d’État russe Rosoboronexport. Le conglomérat de Dubaï Emarat Dzayer Group a déclaré qu’il avait signé un accord de joint-venture pour développer une usine sidérurgique de 1,6 milliard de dollars en Algérie.

Hydrocarbures

L’Algérie, dont l’économie est tributaire du pétrole, est membre de l’OPEP depuis 1969. Sa production de pétrole brut s’élève à environ 1,1 million de barils / jour, mais elle est également un important producteur et exportateur de gaz, avec des liens importants avec l’Europe.  Les hydrocarbures ont longtemps été l’épine dorsale de l’économie, représentant environ 60% des recettes budgétaires, 30% du PIB et plus de 95% des recettes d’exportation. L’Algérie possède les dixièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde et est le sixième exportateur de gaz. La Energy Information Administration des États-Unis a indiqué qu’en 2005, l’Algérie disposait de 4,5 billions de mètres cubes (160 × 1012 pieds cubes) de réserves prouvées de gaz naturel. Il se classe également au 16e rang des réserves de pétrole. La croissance hors hydrocarbures pour 2011 était projetée à 5%. Pour faire face aux demandes sociales, les autorités ont augmenté les dépenses, en particulier pour le soutien alimentaire de base, la création d’emplois, le soutien aux PME et les salaires plus élevés. Les prix élevés des hydrocarbures ont amélioré le compte courant et la position déjà importante des réserves internationales. Les revenus tirés du pétrole et du gaz ont augmenté en 2011 en raison de la persistance de prix élevés du pétrole, bien que la tendance du volume de production soit à la baisse. La production du secteur pétrolier et gazier en volume, continue de baisser, passant de 43,2 millions de tonnes à 32 millions de tonnes entre 2007 et 2011. Néanmoins, le secteur a représenté 98% du volume total des exportations en 2011, contre 48% en 1962 et 70% des recettes budgétaires, soit 71,4 milliards de dollars. La compagnie pétrolière nationale algérienne est Sonatrach, qui joue un rôle clé dans tous les aspects des secteurs du pétrole et du gaz naturel en Algérie. Tous les opérateurs étrangers doivent travailler en partenariat avec Sonatrach, qui détient généralement la majorité des accords de partage de production.

Tourisme

Le développement du secteur du tourisme en Algérie avait auparavant été entravé par le manque d’installations, mais depuis 2004, une vaste stratégie de développement du tourisme a été mise en œuvre, ce qui a permis la construction de nombreux hôtels de haut niveau moderne. Il existe plusieurs sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Algérie, notamment Al Qal’a de Beni Hammad, la première capitale de l’empire hammadide ; Tipasa, ville phénicienne puis romaine ; et Djémila et Timgad, deux ruines romaines ; La vallée du M’Zab, une vallée calcaire contenant une grande oasis urbanisée ; et la Casbah d’Alger, une importante citadelle. Le seul site naturel du patrimoine mondial est le Tassili n’Ajjer, une chaîne de montagnes.

La démographie de l’Algérie

En janvier 2016, la population algérienne était estimée à 40,4 millions d’habitants, principalement d’origine arabo-berbère. Au début du XXe siècle, sa population était d’environ quatre millions d’habitants. Environ 90% des Algériens vivent dans la zone côtière du nord; les habitants du désert du Sahara sont principalement concentrés dans des oasis, bien que quelque 1,5 million restent nomades ou partiellement nomades. 28,1% des Algériens ont moins de 15 ans. Les femmes représentent 70% des avocats du pays et 60% de ses juges et dominent également le domaine de la médecine. De plus en plus, les femmes contribuent davantage au revenu du ménage que les hommes. Selon des chercheurs universitaires, 60% des étudiants universitaires sont des femmes. Entre 90 000 et 165 000 Sahraouis du Sahara occidental vivent dans les camps de réfugiés sahraouis, dans le désert occidental du Sahara algérien. Il y a également plus de 4 000 réfugiés palestiniens, qui sont bien intégrés et n’ont pas demandé l’aide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). En 2009, 35 000 travailleurs migrants chinois vivaient en Algérie. La plus grande concentration de migrants algériens hors d’Algérie se trouve en France, qui aurait plus de 1,7 million d’Algériens jusqu’à la deuxième génération.

L’éducation de l’Algérie

Depuis les années 1970, dans un système centralisé conçu pour réduire considérablement le taux d’analphabétisme, le gouvernement algérien a introduit un décret par lequel la scolarisation est devenue obligatoire pour tous les enfants âgés de 6 à 15 ans qui ont la possibilité de suivre leur apprentissage à travers le 20 établissements construits depuis l’indépendance, le taux d’alphabétisation est désormais d’environ 78,7%.

Depuis 1972, l’arabe est utilisé comme langue d’enseignement pendant les neuf premières années de scolarité. À partir de la troisième année, le français est enseigné et c’est aussi la langue d’enseignement des cours de sciences. Les étudiants peuvent également apprendre l’anglais, l’italien, l’espagnol et l’allemand. En 2008, de nouveaux programmes à l’élémentaire sont apparus, donc la scolarité obligatoire ne commence plus à l’âge de six ans, mais à l’âge de cinq ans. Outre les 122 écoles privées, les universités de l’État sont gratuites. Après neuf ans d’école primaire, les élèves peuvent aller au lycée ou dans un établissement d’enseignement. L’école propose deux programmes: général ou technique. À la fin de la troisième année du secondaire, les élèves réussissent l’examen du baccalauréat, qui permet, une fois réussi, de poursuivre des études supérieures dans les universités et les instituts. L’éducation est officiellement obligatoire pour les enfants de 6 à 15 ans. En 2008, le taux d’analphabétisme des plus de 10 ans était de 22,3%, 15,6% pour les hommes et 29,0% pour les femmes. La province avec le taux d’analphabétisme le plus bas était la province d’Alger avec 11,6%, tandis que la province avec le taux le plus élevé était la province de Djelfa avec 35,5%. L’Algérie compte 26 universités et 67 établissements d’enseignement supérieur, qui doivent accueillir un million d’Algériens et 80 000 étudiants étrangers en 2008. L’Université d’Alger, fondée en 1879, est la plus ancienne, elle propose un enseignement dans diverses disciplines (droit, médecine, sciences et des lettres). 25 de ces universités et la quasi-totalité des établissements d’enseignement supérieur ont été créés après l’indépendance du pays. Même si certains d’entre eux proposent un enseignement en arabe comme les domaines du droit et de l’économie, la plupart des autres secteurs comme la science et la médecine continuent d’être dispensés en français et en anglais. Parmi les universités les plus importantes, il y a l’Université des sciences et technologies Houari Boumediene, l’Université de Mentouri Constantine et l’Université d’Oran Es-Senia. L’Université d’Abou Bekr Belkaïd à Tlemcen et l’Université de Batna Hadj Lakhdar occupent les 26e et 45e rangs en Afrique.

Les langues de l’Algérie

L’arabe standard moderne et le berbère sont les langues officielles. L’arabe algérien (Darja) est la langue utilisée par la majorité de la population. L’arabe algérien familier est fortement imprégné d’emprunts au français et au berbère. Le berbère a été reconnu comme « langue nationale » par l’amendement constitutionnel du 8 mai 2002. Le kabyle, la langue berbère prédominante, est enseigné et est partiellement co-officiel (avec quelques restrictions) dans certaines parties de la Kabylie. En février 2016, la constitution algérienne a adopté une résolution qui ferait du berbère une langue officielle aux côtés de l’arabe. Bien que le français n’ait pas de statut officiel, l’Algérie est le deuxième plus grand pays francophone au monde en termes de locuteurs, et le français est largement utilisé dans le gouvernement, les médias (journaux, radio, télévision locale) et le système éducatif (de l’école primaire) ) et le monde universitaire en raison de l’histoire coloniale de l’Algérie. Elle peut être considérée comme une lingua franca d’Algérie. En 2008, 11,2 millions d’Algériens savaient lire et écrire en français. Une étude de l’Institut Abassa en avril 2000 a révélé que 60% des ménages pouvaient parler et comprendre le français, soit 18 millions dans une population de 30 millions d’alors. Après une période antérieure pendant laquelle le gouvernement algérien a tenté d’éliminer le français (c’est pourquoi il n’a pas de statut officiel), au cours des dernières décennies, le gouvernement a fait marche arrière et a renforcé l’étude du français et les programmes de télévision ont renforcé l’utilisation de la langue. L’Algérie est devenue un État bilingue après 1962. L’arabe algérien est parlé par environ 72% de la population et le berbère par 27-30%.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés