6è édition de la ‘Sub-Sahara Spectrum Management Conference’: Engagement d’acteurs publics et de Huawei pour la connectivité pour tous

Casablanca (© 2021 Afriquinfos) -La sixième édition de la ‘Sub-Sahara Spectrum Management Conference’ s’est tenue du 20 au 22 juillet en présence de régulateurs, d’experts et d’autres acteurs du secteur des télécommunications du continent. L’objectif : définir une stratégie africaine de la gestion du spectre radio.

Alors que le continent africain est de plus en plus connecté, la gestion du spectre radio sera essentielle pour garantir un accès Internet abordable et équitable sur tout le continent. L’Afrique compte encore 800 millions de personnes non connectées aux réseaux internet mobiles, et moins de la moitié de la population est couverte par la 4G. Aujourd’hui encore, 520 millions d’africains sont en capacité de se connecter mais en sont empêchés, en raison de plusieurs facteurs. Tels que la non-possession de smartphones, ou encore le manque de compétences. D’autres 270 millions ne peuvent accéder à l’internet mobile parce qu’ils ne disposent pas de la couverture requise.

Une meilleure gestion du spectre radio peut jouer un rôle majeur pour compléter ces lacunes. « La bande 6 GHz pourrait enrichir la 5G déployée en Afrique, sur laquelle reposent les espoirs et les ambitions de la transformation numérique du continent », déclare DU Yeqing, Vice president of 5G product line of Huawei.

« Nous vivons à une époque où l’on parle de numérique par défaut, de transformation numérique de nos économies, et de la nécessité d’une société entièrement connectée », déclare Mario Maniewicz, directeur du Bureau des radiocommunications de l’UIT. « Pour que cela devienne une réalité, la connectivité à large bande doit être rendue accessible à tous, même dans les zones les plus reculées. »

« Les besoins croissants de la société en matière de technologies radioélectriques et les possibilités considérables de développement social que ces technologies offrent ont renforcé l’importance du spectre des fréquences radioélectriques et de la gestion nationale de ce spectre », ajoute-t-il. John Omo, secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications (UAT), fait écho à ces besoins, soulignant la nécessité de collaborer et de trouver des solutions communes. «Les événements des 18 derniers mois, dit-il, n’ont fait que rendre ce besoin plus urgent».

« La crise de la COVID-19 a créé de la distance, mais le spectre des réseaux mobiles a construit des ponts et nous a permis d’être ensemble », dit-il. « Le succès de notre quête pour réduire davantage le fossé numérique et relever d’autres défis repose sur notre sens du devoir et de la portée que nous voulons donner à l’utilisation du spectre pour relever ces défis. » Il souligne également que la mise en ligne de 1,1 milliard d’Africains nécessitera «des efforts exceptionnels et coordonnés du gouvernement, du secteur privé, des partenaires au développement et de la société civile».

Samuel Chen, Vice-président de la Région Afrique australe de Huawei, partage cet avis. « Le spectre radioélectrique joue un rôle important dans l’augmentation de la pénétration de la bande large et du débit en Afrique. Les pays africains peuvent allouer davantage de spectre aux opérateurs afin d’accélérer le déploiement des réseaux haut débit sans fil et d’accroître l’accès des populations aux services haut débit et données sans fil à des prix abordables, ce qui favorisera à son tour le développement de l’économie numérique africaine ».

Parmi les autres questions qui ont été abordées lors de la conférence, figurent l’importance des bandes de fréquences 700Mhz-800Mhz pour une couverture étendue, et la nécessité de combler le déficit de compétences en matière d’installation des technologies qui permettront l’adoption généralisée du spectre.

Huawei et ses mensurations 

Huawei est l’un des principaux fournisseurs mondiaux d’infrastructures de technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’appareils intelligents. Grâce à des solutions intégrées dans quatre domaines clés – réseaux de télécommunications, informatique, appareils intelligents et services en Cloud – nous nous engageons à apporter le numérique à chaque personne, chaque foyer et chaque organisation pour un monde intelligent et entièrement connecté. Le portefeuille de produits, de solutions et de services de bout en bout de Huawei est à la fois compétitif et sécurisé.

Grâce à une collaboration ouverte avec des partenaires de l’écosystème, nous créons une valeur durable pour nos clients, en œuvrant à l’autonomisation des personnes, à l’enrichissement de la vie domestique et à l’inspiration de l’innovation dans des organisations de toutes formes et de toutes tailles. Chez Huawei, l’innovation est axée sur les besoins des clients. Nous investissons massivement dans la recherche fondamentale, en nous concentrant sur les percées technologiques qui font avancer le monde. Nous comptons 197.000 employés, et nous sommes présents dans plus de 170 pays et régions. Créé en 1987, Huawei est une société privée entièrement détenue par ses employés.

Afriquinfos

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés