Samuel Eto’o n’est pas candidat à la présidentielle 2025 au Cameroun, réaffirme sous soutien à Paul Biya (Officiel)

Afriquinfos Editeur 152 Vues
4 Min de Lecture

Yaoundé (© 2024 Afriquinfos)- Samuel Eto’o va s’en tenir à la gestion du football camerounais, il ne vise pas plus haut. Et surtout pas la Présidence de la République. Mieux, il réaffirme son soutien au Président Paul Biya âgé de 91 ans, au pouvoir depuis plus de 40 ans. C’est ce qui ressort d’une mise au point faite par le Président de la Fecafoot sur ses pages officielles.

Engagé dans un bras de fer avec le Ministère des Sports autour de la gestion de la sélection nationale, Samuel Eto’o fait face à toutes sortes d’allégations de la part de ses détracteurs. L’une des plus répandues est que le quadruple ‘’Ballon d’Or africain’’ se servirait de cette brouille pour gagner encore plus en popularité; et ainsi se présenter à une élection présidentielle. Des intentions qui, dans le ‘’continent’’ (surnom donné par les Camerounais à leur pays), peuvent être lourdes de conséquences. Tant le commun des mortels sait que la convoitise du fauteuil présidentiel de Paul Biya est un crime de lèse-majesté.

Samuel Eto’o a aussitôt réagi pour tuer cette rumeur dans l’œuf car craignant pour sa «sécurité». Dans une publication  titrée «Mise au Point» qu’il a postée sur sa page Facebook, le président de la Fecafoot se réjouit d’entrée du soutien de ses millions de fans. «Que serai-je sans votre affection? Je suis béni de compter mes amis par millions. Combien de légions êtes-vous pour faire rempart face à l’adversité qui me traque? Vous plaidez ma cause quand les mensonges me harcèlent. Vous me défendez contre la diffamation qui veut m’abattre. Vous faites barrage quand la mauvaise foi m’accable. Je vous en remercie infiniment», écrit-il.

Il rappelle ensuite que le football est toute sa vie et c’est à cela qu’il continuera de se consacrer: «J’ai consacré ma vie au football. Joueur depuis mon enfance jusqu’à l’âge adulte et, aujourd’hui, dirigeant sportif, j’ai donné le meilleur de moi-même. Elu à la tête de la Fecafoot, je m’efforce de relever notre football. Je travaille vingt heures par jour pour offrir à notre jeunesse les commodités qui ont manqué à ma génération. C’est un sens donné à ma vie que de transmettre et servir mes cadets».

Loin de lui donc l’idée de manœuvrer pour se présenter à une élection présidentielle. Aussi, réaffirme-t-il son soutien à l’actuel Chef d’Etat. «Vous, qui m’aimez et m’appréciez, savez que je ne me cache pas pour exprimer mes idées. Oui, en 2018, j’ai voté pour le Président Paul Biya. Et je lui conserve mon soutien indéfectible. Je l’assume. Et non, je ne laisserai personne me priver de mes droits de citoyen», martèle le célèbre numéro 9.

Samuel Eto’o clarifie définitivement les choses: «En ce qui me concerne, soyons clairs: la présidence de la Fecafoot n’est pas un tremplin pour accéder à la Présidence de la République. Je le redis haut et fort: Moi, Samuel Eto’o fils, je ne suis pas candidat à la Présidence du Cameroun. Cette clarification me semble nécessaire pour que cesse cette focalisation malsaine sur ma modeste personne. Elle fait souffrir ma famille, fait peur à mes amis, entrave notre projet sportif et fait peser une menace sur ma sécurité».

L’ancien attaquant du FC Barcelone ne rêve donc pas d’un destin à la George Weah: la légende du football libérien qui après sa carrière footballistique a accédé à la Présidence de la République. ‘’Yeux connaît bagage qui est lourd’’, disent les Ivoiriens.

Boniface T.