Ouganda
16 juillet 2012

Ouganda : Les USA doivent revoir leur stratégie sur l’Afrique (Museveni)

KAMPALA (Xinhua) – Le président ougandais Yoweri Museveni a déclaré que le gouvernement américain devait revoir sa stratégie africaine et se concentrer davantage sur les problèmes vitaux et non sur les clichés.

6 juillet 2012 Ouganda

L’Ouganda dans le Top 3 des pays africains les plus innovateurs

KAMPALA (© 2012 Afriquinfos) – D’après la Martin Prosperity Institute, l’Ouganda fait partie du Top 3 des pays africains disposant des technologies les plus avancées et d’une grande capacité d’innovation.

Lire la suite »
29 juin 2012 Ouganda

Ouganda : La police craint des attentats terroristes ce week-end

KAMPALA (Xinhua) – Vendredi, la police ougandaise a émis une alerte terroriste avant deux grands événements sportifs majeurs qui se dérouleront ce week-end, appelant la population à rester vigilante.

Lire la suite »
27 juin 2012 Ouganda

Ouganda : Pire pays pour les homosexuels

KAMPALA (© 2012 Afriquinfos) – L’émission américaine de la BBC « The World’s Worst Place to be Gay ? » révèle que l’Ouganda est le pire pays pour les homosexuels.

Lire la suite »
21 juin 2012 Ouganda

Ouganda : Les communautés homosexuelles en danger

KAMPALA (© 2012 Afriquinfos) – Hier, le gouvernement ougandais a annoncé l’interdiction de 38 ONG de protection des homosexuels. Elles sont accusées de promouvoir l’homosexualité, en particulier chez les enfants.

Lire la suite »
19 juin 2012 Ouganda

L’Ouganda va déployer une unité spéciale en Somalie

KAMPALA (Xinhua) – L’Ouganda va déployer une unité de police spéciale composée de 140 membres en Somalie pour y effectuer la mission de maintien de la paix et de la sécurité, a déclaré mardi à Xinhua une porte-parole de la police ougandaise.

Lire la suite »
14 juin 2012 Ouganda

L’Ouganda financera 75% de son budget national 2012-2013

KAMPALA (Xinhua) – Le gouvernement ougandais a annoncé jeudi qu’il financerait 75% de son budget national pour l’année fiscale 2012/2013, ce qui signifie une baisse de la dépendance vis-à-vis de l’aide étrangère.

Lire la suite »
7 juin 2012 Ouganda

Le président ougandais condamne le rapportage unilatéral des médias

KAMPALA (Xinhua) – Le président ougandais Yoweri Museveni a mis en garde jeudi les médias locaux qu’ils risquent de perdre leurs licences d’exploitation si elles continuent avec ce qu’il appelait une couverture politique partiale.

Lire la suite »
22 mai 2012 Ouganda

Ouganda : Adoption d’une loi pour rapatrier les citoyens dans les prisons étrangères

KAMPALA (Xinhua) – L’Ouganda a adopté une loi permettant à ce pays d’Afrique de l’Est de faire rapatrier ses citoyens emprisonnés à l’étranger, a rapporté mardi la presse locale.

Lire la suite »
8 mai 2012 Ouganda

La MINUAD indique que les vols entre Darfour et l’Ouganda ont été arrêtés, Khartoum dément

KHARTOUM (Xinhua) – La Mission de l’Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a indiqué mardi que les autorités soudanaises ont empêché la mission d’effectuer des vols entre Darfour et les aéroports ougandais, mais le ministère soudanais des Affaires étrangères a nié l’allégation.

Lire la suite »
4 mai 2012 Ouganda

L’UNHCR et l’Ouganda réinstallent 3 500 réfugiés congolais

KAMPALA (Xinhua) – Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et le gouvernement ougandais ont réinstallé plus de 3 500 réfugiés congolais dans le disctrit de Kamwenge, dans l’ouest de l’Ouganda.

Lire la suite »
24 avril 2012 Ouganda

Ouganda : Le parti au pouvoir bloque les appels au rétablissement de la limite sur les mandats présidentiels

KAMPALA (Xinhua) – Le Mouvement de Résistance nationale (NRM), le parti au pouvoir en Ouganda, a bloqué les appels au rétablissement de la limite de deux mandats de cinq ans pour la fonction de président.

Lire la suite »
3 avril 2012 Ouganda

Le vice-PM chinois appelle à des efforts conjoints pour promouvoir les relations sino-ougandaises

KAMPALA (Xinhua) – Le vice-Premier ministre chinois Hui Liangyu appelle la Chine et l’Ouganda à prendre le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques bilatérales comme une opportunité pour promouvoir conjointement les relations d’amitié et de coopération bilatérales.

Lire la suite »
1 avril 2012 Ouganda

Ouganda : Le sommet de l’UIP se penche sur la crise en Syrie

KAMPALA (Xinhua) – Les parlementaires mondiaux ont réunis à Kampala, capitale ougandaise, pour la 126e assemblée de l’Union interparlementaire (UIP) en vue de discuter de la crise syrienne, a déclaré samedi un porte-parole de la conférence Lulume Bayiga.

Lire la suite »
18 mars 2012 Ouganda

L’Ouganda libère 78 pêcheurs congolais clandestins arrêtés sur le lac Edouard

KINSHASA (Xinhua) – 78 pêcheurs congolais arrêtés mercredi dernier par la marine ougandaise pour pêche clandestine dans l’espace ougandais sur le lac Edouard, ont été libérés samedi dernier sans condition, a indiqué dimanche à la presse, Kalonda Amisi Bernard, administrateur du territoire de Béni, au Nord-Kivu, dans l’est de la RDC.

Lire la suite »
3 mars 2012 Ouganda

Chavirement d’un bâteau sur le lac Victoria, probables pertes en vies humaines

KAMPALA (Xinhua) – Un bâteau transportant un nombre inconnu de personnes a coulé sur le lac Victoria, dans l’ouest de l’Ouganda, a affirmé samedi un commissaire de la police locale.

Lire la suite »
Ouganda

Ouganda : 14 personnes auraient péri dans l’accident sur le lac Victoria

KAMPALA (Xinhua) – La police ougandaise a confirmé samedi que 14 personnes auraient péri dans le chavirement d’un bâteau jeudi soir sur le lac Victoria.

Lire la suite »
29 février 2012 Ouganda

L’Ouganda met en place une unité de la police touristique

KAMPALA (Xinhua) – La police ougandaise en vertu de son département de lutte contre le terrorisme, a créé mardi une unité de police du tourisme chargé d’assurer la sécurité des touristes pendant leur visite dans le pays d’Afrique orientale.

Lire la suite »
16 février 2012 Ouganda

Démission de deux ministres ougandais accusés d’abus de fonction

KAMPALA (Xinhua) – Deux ministres ougandais accusés avec le gouverneur de la banque central d’avoir causé une perte financière au contribuable et d’avoir abusé de leurs fonctions ont démissionné de leurs fonctions gouvernementales.

Lire la suite »
13 février 2012 Ouganda

Ouganda: création d’une commission conjointe chargée de lutter contre les exportations illégales d’ivoire

KAMPALA (Xinhua) – L’Autorité des recettes de l’Ouganda (URA) et l’Autorité de la faune de l’Ouganda (UWA) ont créé une commission conjointe pour lutter contre le commerce illégal d’ivoire, a rapporté lundi la presse locale.

Lire la suite »
10 février 2012 Ouganda

Le gouvernement ougandais va mettre en place une compagnie pétrolière nationale et l’autorité pétrolière

KAMPALA (Xinhua) – Le gouvernement ougandais va mettre en place une société nationale de pétrole et une autorité de pétrole comme le pays d’Afrique orientale s’apprête à démarrer la production commerciale de pétrole, ont rapporté vendredi les médias locaux.

Lire la suite »
4 février 2012 Ouganda

L’Ouganda et Tullow signent des accords de partage de la production pétrolière

KAMPALA (Xinhua) – La compagnie pétrolière britannique Tullow Oil a déclaré vendredi avoir signé deux nouveaux accords de partage de production (PSA) avec le gouvernement ougandais qui ouvriront la voie à la production commerciale.

Lire la suite »
Ouganda

L’Ouganda en alerte face à la sécheresse et aux maladies

KAMPALA (Xinhua) – Le département météorologique d’Ouganda a mis en garde vendredi face à la sécheresse du climat et à ses conséquences comme la rareté de l’eau, la diminution des pâturages et l’apparition de maladies.

Lire la suite »
1 février 2012 Ouganda

L’Ouganda lance un plan pour éliminer la transmission mère-enfant du VIH d’ici 2015

ENTEBBE (Xinhua) – Le gouvernement ougandais a lancé une nouvelle stratégie de prévention du VIH / SIDA et un plan pour l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH d’ici 2015, a déclaré mercredi un haut responsable du ministère de la santé.

Lire la suite »
12 janvier 2012 Ouganda

Le président ougandais rencontre un haut responsable chinois

KAMPALA (Xinhua) – Le président de l’Ouganda Yoweri Museveni, qui est également président du Mouvement de résistance nationale (MRN), a rencontré mercredi à Kampala Li Yuanchao, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinoise (PCC), en visite en Ouganda.

Lire la suite »
10 janvier 2012 Ouganda

Ouganda : l’opposition écarte la rébellion armée contre Museveni

KAMPALA (Xinhua) – Le leader de l’opposition ougandaise, Kizza Besigye, a écarté le recours à la rébellion armée pour renverser le président Yoweri Museveni, ont rapporté mardi les médias locaux.

Lire la suite »
7 janvier 2012 Ouganda

Le HCR referme le chapitre des déplacés internes en Ouganda

GENEVE (Xinhua) – Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a mis fin à son opération d’assistance à près de deux millions de déplacés internes en Ouganda, alors qu’une vaste majorité d’entre eux sont rentrés chez eux, a annoncé vendredi le HCR.

Lire la suite »
Ouganda

Ouganda : une maladie mystérieuse tue plus de 100 personnes dans le nord

KITGUM (Xinhua) – Une maladie mystérieuse, qui est apparue en 2009, a causé une centaine de morts et infecté plus de 2.000 personnes dans plusieurs disctricts du nord de l’Ouganda.

Lire la suite »
3 janvier 2012 Ouganda

Ouganda : les utilisateurs de téléphones mobiles appelés à enregistrer leurs cartes SIM

KAMPALA (Xinhua) – Le gouvernement ougandais a appelé tous les utilisateurs de téléphones mobiles du pays à enregistrer leurs cartes SIM afin de mettre un frein aux crimes.

Lire la suite »
Ouganda

L’Ouganda va honorer le président kenyan avec un doctorat pour son service panafricain

KAMPALA (Xinhua) – La première université de l’Ouganda va honorer le président kenyan Mwai Kibaki avec un doctorat honorifique pour son service panafricain et un leadership stable dans la région.

Lire la suite »
14 décembre 2011 Ouganda

Le président ougandais appelle la Russie à réaffirmer son intérêt pour l’Afrique

KAMPALA (Xinhua) – Le président ougandais Yoweri Museveni a appelé mercredi la Russie à réaffirmer son intérêt pour l’Afrique, estimant que ce continent avait un grand potentiel pour stabiliser le monde.

Lire la suite »
13 décembre 2011 Ouganda

Ouganda: un avion transportant des militaires s’écrase à l’atterrissage, pas de victimes

KAMPALA (Xinhua) – Un avion transportant quatre officiers ougandais et trois étrangers a pris feu peu après avoir fait un atterrissage en catastrophe dans le district frontalier d’Arua, dans le nord-ouest de l’Ouganda, ont rapporté les médias locaux

Lire la suite »
25 novembre 2011 Ouganda

Museveni inaugure la première voiture électrique du pays

KAMPALA (Xinhua) – Le président ougandais Yoweri Museveni a inauguré jeudi la première voiture électrique du pays, soulignant que cette nouvelle manifestait la renaissance que connaît le continent africain.

Lire la suite »
L’Ouganda, officiellement la République d’Ouganda, est un pays enclavé d’Afrique de l’Est et centrale. Il est bordé à l’est par le Kenya, au nord par le Soudan du Sud, à l’ouest par la République démocratique du Congo, au sud-ouest par le Rwanda et au sud par la Tanzanie. La partie sud du pays comprend une partie substantielle du lac Victoria, partagée avec le Kenya et la Tanzanie. L’Ouganda est dans la région des Grands Lacs africains. L’Ouganda se trouve également dans le bassin du Nil et a un climat équatorial varié mais généralement modifié. L’Ouganda tire son nom du royaume du Buganda, qui englobe une grande partie du sud du pays, y compris la capitale Kampala. Le peuple ougandais était chasseur-cueilleur jusqu’à il y a 1 700 à 2 300 ans, lorsque les populations de langue bantoue ont migré vers le sud du pays. À partir de 1894, la région a été gouvernée comme protectorat par le Royaume-Uni, qui a établi une loi administrative sur tout le territoire. L’Ouganda a obtenu son indépendance du Royaume-Uni le 9 octobre 1962. Depuis, la période a été marquée par de violents conflits, notamment une dictature militaire d’extrême droite de 8 ans dirigée par Idi Amin. De plus, une longue guerre civile contre l’Armée de résistance du Seigneur dans la région du Nord dirigée par Joseph Kony a fait des centaines de milliers de victimes. Les langues officielles sont l’anglais et le swahili, bien que « toute autre langue puisse être utilisée comme moyen d’enseignement dans les écoles ou autres établissements d’enseignement ou à des fins législatives, administratives ou judiciaires, conformément à la loi ». Le luganda, une langue centrale, est largement parlé à travers le pays, et plusieurs autres langues sont également parlées, notamment l’acholi, le runyoro, le runyankole, le rukiga, le luo et le lusoga. L’actuel président de l’Ouganda est Yoweri Kaguta Museveni, arrivé au pouvoir en janvier 1986 après une longue période de guérilla de six ans. Il a depuis supprimé les limites du mandat présidentiel et de la limite d’âge présidentielle ; en raison de la nature de la politique ougandaise, cela le rend effectivement président à vie.

L’histoire d’Ouganda

Les résidents de l’Ouganda étaient des chasseurs-cueilleurs jusqu’à il y a 1 700–2 300 ans. Des populations bantoues, probablement originaires d’Afrique centrale, ont migré vers le sud du pays. Selon la tradition orale, l’Empire de Kitara couvrait une partie importante de la région des grands lacs, des lacs septentrionaux Albert et Kyoga aux lacs méridionaux Victoria et Tanganyika. Bunyoro-Kitara est revendiquée comme l’antécédent des royaumes Buganda, Toro, Ankole et Busoga. Les résidents de l’Ouganda étaient des chasseurs-cueilleurs jusqu’à il y a 1 700–2 300 ans. Des populations bantoues, probablement originaires d’Afrique centrale, ont migré vers le sud du pays. Selon la tradition orale, l’Empire de Kitara couvrait une partie importante de la région des grands lacs, des lacs septentrionaux Albert et Kyoga aux lacs méridionaux Victoria et Tanganyika. Bunyoro-Kitara est revendiquée comme l’antécédent des royaumes Buganda, Toro, Ankole et Busoga.

Certains Luo ont envahi la région de Bunyoro et s’y sont assimilés avec les Bantous, établissant la dynastie Babiito de l’actuel Omukama (dirigeant) de Bunyoro-Kitara. Les commerçants arabes se sont déplacés à l’intérieur des terres de la côte de l’océan Indien d’Afrique de l’Est dans les années 1830. Ils ont été suivis dans les années 1860 par des explorateurs britanniques à la recherche de la source du Nil. Des missionnaires anglicans britanniques sont arrivés dans le royaume du Buganda en 1877 (une situation qui a provoqué la mort des martyrs de l’Ouganda) et ont été suivis par des missionnaires catholiques français en 1879. Le gouvernement britannique a affrété l’Imperial British East Africa Company (IBEAC) pour négocier accords commerciaux dans la région à partir de 1888. À partir de 1886, il y a eu une série de guerres de religion au Buganda, d’abord entre musulmans et chrétiens, puis, à partir de 1890, entre les protestants ba-ingleza et les catholiques ba-fransa. En raison de troubles civils et de charges financières, l’IBEAC a affirmé qu’il n’était pas en mesure de «maintenir son occupation» dans la région. Les intérêts commerciaux britanniques étaient ardents pour protéger la route commerciale du Nil, ce qui a incité le gouvernement britannique à annexer le Buganda et les territoires voisins pour créer le protectorat de l’Ouganda en 1894.

Protectorat de l’Ouganda (1894-1962)

Dans les années 1890, 32 000 travailleurs de l’Inde britannique ont été recrutés en Afrique de l’Est en vertu de contrats de travail sous contrat pour construire le chemin de fer de l’Ouganda. La plupart des Indiens survivants sont rentrés chez eux, mais 6 724 ont décidé de rester en Afrique de l’Est après l’achèvement de la ligne. Par la suite, certains sont devenus commerçants et ont pris le contrôle de l’égrenage du coton et de la vente au détail vestimentaire. De 1900 à 1920, une épidémie de maladie du sommeil dans le sud de l’Ouganda, le long des rives nord du lac Victoria, a tué plus de 250 000 personnes.

Indépendance (1962 à 1965)

L’Ouganda a obtenu son indépendance du Royaume-Uni le 9 octobre 1962 avec la reine Elizabeth II à la tête de l’État et la reine d’Ouganda. En octobre 1963, l’Ouganda est devenu une république mais a maintenu son appartenance au Commonwealth des nations. Les premières élections post-indépendance, tenues en 1962, ont été remportées par une alliance entre le Congrès du peuple ougandais (UPC) et Kabaka Yekka (KY). L’UPC et KY ont formé le premier gouvernement post-indépendance avec Milton Obote comme Premier ministre exécutif, le Buganda Kabaka (roi) Edward Muteesa II occupant le poste de président en grande partie cérémoniel.

Crise du Buganda (1962-1966)

Les années qui ont suivi l’indépendance de l’Ouganda ont été dominées par les relations entre le gouvernement central et le plus grand royaume régional du Buganda. Depuis le moment où les Britanniques ont créé le protectorat de l’Ouganda, la question de savoir comment gérer la plus grande monarchie dans le cadre d’un État unitaire a toujours été un problème. Les gouverneurs coloniaux n’avaient pas réussi à trouver une formule qui fonctionnait. Cela a été encore compliqué par l’attitude nonchalante du Buganda à l’égard de ses relations avec le gouvernement central. Le Buganda n’a jamais cherché l’indépendance, mais a plutôt semblé à l’aise avec un arrangement lâche qui leur garantissait des privilèges au-dessus des autres sujets au sein du protectorat ou un statut spécial lorsque les Britanniques sont partis. Cela a été démontré en partie par les hostilités entre les autorités coloniales britanniques et le Buganda avant l’indépendance. Au sein du Buganda, il y avait des divisions entre ceux qui voulaient que le Kabaka reste un monarque dominant et ceux qui voulaient se joindre au reste de l’Ouganda pour créer un État laïque moderne. La scission a abouti à la création de deux partis dominants basés sur le Buganda, le Kabaka Yekka (Kabaka uniquement) KY, et le Parti démocrate (DP) qui avait des racines dans l’Église catholique. L’amertume entre ces deux partis a été extrêmement intense, surtout à l’approche des premières élections du Parlement post-colonial. Le Kabaka n’aimait pas particulièrement le chef du PDD, Benedicto Kiwanuka. En dehors du Buganda, un politicien silencieux du nord de l’Ouganda, Milton Obote, avait forgé une alliance de politiciens non-Buganda pour former le Congrès du peuple ougandais (UPC). L’UPC, en son cœur, était dominé par des politiciens qui voulaient rectifier ce qu’ils considéraient comme l’inégalité régionale qui favorisait le statut spécial du Buganda. Cela a attiré un soutien substantiel de l’extérieur du Buganda. Le parti est cependant resté une alliance d’intérêts lâche, mais Obote a montré une grande habileté à les négocier en un terrain d’entente basé sur une formule fédérale.

À l’indépendance, la question du Buganda est restée non résolue. L’Ouganda est l’un des rares territoires coloniaux à avoir accédé à l’indépendance sans parti politique dominant avec une nette majorité au Parlement. Lors des élections d’avant l’indépendance, l’UPC n’a présenté aucun candidat au Buganda et a remporté 37 des 61 sièges directement élus (hors Buganda). Le DP a remporté 24 sièges à l’extérieur du Buganda. Le « statut spécial » accordé au Buganda signifiait que les 21 sièges du Buganda étaient élus au scrutin proportionnel reflétant les élections au Parlement du Buganda – Lukikko. KY a remporté une victoire retentissante sur DP, remportant les 21 sièges. L’UPC a atteint un sommet à la fin de 1964 lorsque le chef du PDD au Parlement, Basil Kiiza Bataringaya, a franchi le parquet avec cinq autres députés, laissant le PDP avec seulement neuf sièges. Les députés du PDD n’étaient pas particulièrement heureux que l’hostilité de leur chef Benedicto Kiwanuka envers le Kabaka entrave leurs chances de compromis avec KY. Le filet de défections s’est transformé en une inondation lorsque 10 membres de KY ont traversé le sol quand ils ont réalisé que la coalition formelle avec l’UPC n’était plus viable. Les discours charismatiques d’Obote à travers le pays balayaient tout devant lui, et l’UPC gagnait presque toutes les élections locales et augmentait son contrôle sur tous les conseils de district et les législatures en dehors du Buganda. La réponse du Kabaka a été muette – probablement satisfaite de son rôle cérémoniel et de son symbolisme dans sa partie du pays. Cependant, il y avait aussi de grandes divisions au sein de son palais qui lui ont rendu difficile d’agir efficacement contre Obote. Au moment où l’Ouganda était devenu indépendant, le Buganda « était une maison divisée avec des forces sociales et politiques rivales ». Il y a cependant eu des problèmes de brassage à l’intérieur de l’UPC. Alors que ses rangs grossissaient, les intérêts ethniques, religieux, régionaux et personnels ont commencé à ébranler le parti. La force apparente du parti s’est érodée dans une séquence complexe de conflits entre factions dans ses structures centrales et régionales. Et en 1966, l’UPC se déchirait. Les conflits ont été encore intensifiés par les nouveaux arrivants qui avaient franchi le parquet parlementaire de DP et KY.

Les délégués de l’UPC sont arrivés à Gulu en 1964 pour leur conférence de délégués. C’était la première démonstration de la façon dont Obote perdait le contrôle de son parti. La bataille pour le secrétaire général du parti a été un affrontement âpre entre la candidate du nouveau modéré Grace Ibingira et le radical John Kakonge. Ibingira est devenu par la suite le symbole de l’opposition à Obote au sein de l’UPC. C’est un facteur important lorsque l’on examine les événements ultérieurs qui ont conduit à la crise entre le Buganda et le gouvernement central. Pour ceux en dehors de l’UPC (y compris les partisans de KY), c’était un signe que Obote était vulnérable. Des observateurs passionnés ont réalisé que l’UPC n’était pas une unité cohérente. L’effondrement de l’alliance UPC-KY a ouvertement révélé l’insatisfaction qu’Obote et d’autres avaient du « statut spécial » du Buganda. En 1964, le gouvernement a répondu aux demandes de certaines parties du vaste royaume du Buganda de ne pas être les sujets de Kabaka. Avant la domination coloniale, le Buganda avait été concurrencé par le royaume Bunyoro voisin. Le Buganda avait conquis des parties de Bunyoro et les colonialistes britanniques l’avaient officialisé dans les accords de Buganda. Connus sous le nom de « comtés perdus », les habitants de ces régions souhaitaient revenir à Bunyoro. Obote a décidé d’autoriser un référendum, ce qui a mis en colère le Kabaka et la majeure partie du reste du Buganda. Les habitants des comtés ont voté pour retourner à Bunyoro malgré les tentatives du Kabaka pour influencer le vote. Ayant perdu le référendum, KY s’est opposé au projet de loi de passer les comtés à Bunyoro, mettant ainsi fin à l’alliance avec l’UPC. La nature tribale de la politique ougandaise se manifestait également au sein du gouvernement. L’UPC, qui était auparavant un parti national, a commencé à rompre avec les lignes tribales lorsque Ibingira a défié Obote au sein de l’UPC. Le clivage ethnique « Nord / Sud », qui avait été évident dans les sphères économiques et sociales, s’ancre désormais dans la politique. Obote s’entourait principalement de politiciens du nord – A. A. Neykon, Felix Onama, Alex Ojera – tandis que les partisans d’Ibingira qui ont ensuite été arrêtés et emprisonnés avec lui, étaient principalement du Sud – George Magezi, B. Kirya, Matthias Ngobi. Avec le temps, les deux factions ont acquis des étiquettes ethniques – « Bantu» (la faction principalement du sud d’Ibingira) et «Nilotic» (la faction principalement du nord d’Obote). La perception que le gouvernement était en guerre avec les Bantous s’est encore renforcée lorsque Obote a arrêté et emprisonné les ministres principalement bantous qui soutenaient Ibingira. Ces labels ont apporté au mix deux influences très puissantes. Premier Buganda, les habitants du Buganda sont des Bantous et sont donc naturellement alignés sur la faction Ibingira. La faction Ibingira a fait avancer cette alliance en accusant Obote de vouloir renverser le Kabaka. Ils étaient maintenant alignés sur Obote opposé. Deuxièmement, les forces de sécurité des colonialistes britanniques avaient recruté l’armée et la police presque exclusivement dans le nord de l’Ouganda en raison de leur aptitude perçue à ces rôles. À l’indépendance, l’armée et la police étaient dominées par les tribus du nord – principalement nilotiques. Ils se sentiraient désormais plus affiliés à Obote, et il en profita pleinement pour consolider son pouvoir. En avril 1966, Obote a distribué huit cents nouvelles recrues de l’armée à Moroto, dont soixante-dix pour cent venaient de la région du Nord. Il est vrai qu’à l’époque, on avait tendance à considérer le gouvernement central et les forces de sécurité comme dominés par des « habitants du Nord », en particulier les Acholis qui, par le biais de l’UPC, avaient un accès important aux postes gouvernementaux au niveau national. Dans le nord de l’Ouganda, il existait également divers degrés de sentiments anti-Buganda, en particulier concernant le « statut spécial » du royaume avant et après l’indépendance, et tous les avantages économiques et sociaux qui accompagnaient ce statut. « Obote a amené un nombre important de habitants du Nord dans l’État central, à la fois par la fonction publique et l’armée, et a créé une machine de patronage dans le nord de l’Ouganda ». Cependant, les étiquettes « Bantu » et « Nilotic » représentent toutes deux des ambiguïtés importantes. La catégorie Bantu, par exemple, comprend à la fois des rivaux historiquement amers du Buganda et du Bunyoro. L’étiquette nilotique comprend les Lugbara, Acholi et Langi qui ont des rivalités amères qui devaient définir la politique militaire de l’Ouganda plus tard. Malgré ces ambiguïtés, ces événements ont involontairement mis en évidence la fracture politique nord / sud qui, dans une certaine mesure, continue d’influencer la politique ougandaise. La fragmentation de l’UPC s’est poursuivie lorsque les adversaires ont senti la vulnérabilité d’Obote. Au niveau local, où l’UPC a dominé la plupart des conseils, le mécontentement a commencé à défier les dirigeants des conseils en place. Même dans le district d’origine d’Obote, des tentatives ont été faites pour évincer le chef du conseil de district local en 1966. Un fait plus inquiétant pour l’UPC était que les prochaines élections nationales se profilaient en 1967 et sans le soutien de KY (qui était désormais susceptible de soutenir le DP), et le factionalisme croissant dans l’UPC, il y avait la possibilité réelle que l’UPC soit hors de pouvoir dans des mois.

Obote a poursuivi KY avec une nouvelle loi du Parlement au début de 1966 qui a bloqué toute tentative de KY de s’étendre en dehors du Buganda. KY a semblé répondre au parlement par l’intermédiaire de l’un de leurs rares députés restants, Daudi Ochieng, en phase terminale. Ochieng était une ironie, bien qu’originaire du nord de l’Ouganda, il était monté dans les rangs de KY et soit devenu un proche confident du Kabaka qui lui avait donné de gros titres fonciers au Buganda. En l’absence d’Obote du Parlement, Ochieng a mis à nu le pillage illégal d’ivoire et d’or du Congo qui avait été orchestré par le chef d’état-major de l’armée d’Obote, le colonel Idi Amin. Il a en outre allégué qu’Obote, Onama et Neykon avaient tous bénéficié du programme. Le Parlement a massivement voté en faveur d’une motion visant à censurer Amin et à enquêter sur la participation d’Obote. Cela a ébranlé le gouvernement et accru les tensions dans le pays. KY a en outre démontré sa capacité à défier Obote de son parti lors de la conférence UPC Buganda où Godfrey Binaisa (le procureur général) a été évincé par une faction soupçonnée d’avoir le soutien de KY, Ibingira et d’autres éléments anti-Obote au Buganda. La réponse d’Obote a été d’arrêter Ibingira et d’autres ministres lors d’une réunion du cabinet et d’assumer des pouvoirs spéciaux en février 1966. En mars 1966, Obote a également annoncé que les fonctions de président et de vice-président cesseraient d’exister, destituant effectivement le Kabaka. Obote a également donné à Amin plus de pouvoir en lui donnant le poste de commandant de l’armée sur le titulaire précédent (Opolot) qui avait des relations avec le Buganda par le mariage (croyant peut-être qu’Opolot serait réticent à prendre des mesures militaires contre les Kabaka s’il en venait à cela). Obote a aboli la constitution et a effectivement suspendu les élections prévues dans quelques mois. Obote est allé à la télévision et à la radio pour accuser le Kabaka de diverses infractions, y compris la demande de troupes étrangères, qui semble avoir été explorée par les Kabaka à la suite des rumeurs d’Amin complotant un coup d’État. Obote a encore démantelé l’autorité du Kabaka en annonçant entre autres mesures : L’abolition des commissions indépendantes de la fonction publique pour les unités fédérales. Cela a retiré à Kabaka le pouvoir de nommer des fonctionnaires au Buganda. L’abolition de la Haute Cour du Buganda supprimant toute autorité judiciaire dont disposait le Kabaka. La mise sous contrôle central de la gestion financière du Buganda. Abolition de terres pour les chefs du Buganda. La terre est l’une des principales sources du pouvoir de Kabaka sur ses sujets.

Les lignes étaient maintenant tracées pour une confrontation entre le Buganda et le gouvernement central. Les historiens peuvent se demander si cela aurait pu être évité grâce à un compromis. C’était peu probable car Obote se sentait maintenant enhardi et considérait le Kabaka comme faible. En effet, en acceptant la présidence quatre ans plus tôt et en prenant parti pour l’UPC, le Kabaka avait divisé son peuple et pris parti pour l’un contre l’autre. Au sein des institutions politiques du Buganda, les rivalités motivées par la religion et l’ambition personnelle ont rendu les institutions inefficaces et incapables de répondre aux mouvements du gouvernement central. Le Kabaka était souvent considéré comme distant et ne répondant pas aux conseils des jeunes politiciens du Buganda qui comprenaient mieux la nouvelle politique post-indépendance, contrairement aux traditionalistes qui étaient ambivalents à ce qui se passait tant que leurs avantages traditionnels étaient maintenus. Le Kabaka a favorisé les néo-traditionalistes. En mai 1966, le Kabaka a fait son pas. Il a demandé de l’aide étrangère et le Parlement du Buganda a exigé que le gouvernement ougandais quitte le Buganda (y compris la capitale, Kampala). En réponse, Obote a ordonné à Idi Amin d’attaquer le palais de Kabaka. La bataille pour le palais de Kabaka a été féroce, les gardes de Kabaka opposant plus de résistance que prévu. Les Britanniques ont formé le capitaine du Kabaka avec environ 120 hommes armés qui ont gardé Idi Amin à distance pendant douze heures. On estime que jusqu’à 2 000 personnes sont mortes dans la bataille qui s’est terminée lorsque l’armée a fait appel à des canons plus lourds et a envahi le palais. Le soulèvement prévu de la campagne au Buganda ne s’est pas concrétisé et quelques heures plus tard, un Obote rayonnant a rencontré la presse pour savourer sa victoire. Le Kabaka s’est échappé par-dessus les murs du palais et a été transporté en exil à Londres par des partisans. Il y est décédé trois ans plus tard.

1966-1971 (avant le coup d’État)

En 1966, à la suite d’une lutte pour le pouvoir entre le gouvernement dirigé par Obote et le roi Muteesa, Obote a suspendu la constitution et destitué le président et le vice-président de cérémonie. En 1967, une nouvelle constitution proclame l’Ouganda république et abolit les royaumes traditionnels. Obote a été déclaré président.

1971 (après le coup d’État) – 1979 (fin du régime d’Amin)

Après un coup d’État militaire le 25 janvier 1971, Obote est destitué du pouvoir et le général Idi Amin prend le contrôle du pays. Amin a dirigé l’Ouganda en tant que dictateur avec le soutien de l’armée pendant les huit prochaines années. Il a perpétré des massacres à l’intérieur du pays pour maintenir son règne. On estime que 80 000 à 500 000 Ougandais ont perdu la vie pendant son régime. Outre ses brutalités, il a expulsé de force l’Ouganda de la minorité indienne entrepreneuriale. En juin 1976, des terroristes palestiniens ont détourné un vol d’Air France et l’ont forcé à atterrir à l’aéroport d’Entebbe. Cent des 250 passagers à bord étaient retenus en otage jusqu’à ce qu’un raid de commandos israéliens les sauve dix jours plus tard. Le règne d’Amin a pris fin après la guerre entre l’Ouganda et la Tanzanie en 1979, au cours de laquelle les forces tanzaniennes aidées par des exilés ougandais ont envahi l’Ouganda.

1979-présent

Yoweri Museveni est président depuis que ses forces ont renversé le régime précédent en janvier 1986. Les partis politiques en Ouganda ont été limités dans leurs activités à partir de cette année, dans une mesure ostensiblement conçue pour réduire la violence sectaire. Dans le système de « mouvement» non parti institué par Museveni, les partis politiques continuent d’exister, mais ils ne peuvent exploiter qu’un siège. Ils ne pouvaient pas ouvrir de succursales, organiser des rassemblements ou présenter directement des candidats (bien que les candidats aux élections puissent appartenir à des partis politiques). Un référendum constitutionnel a annulé cette interdiction de dix-neuf ans de la politique multipartite en juillet 2005. Du milieu à la fin des années 1990, Museveni a été salué par les pays occidentaux comme faisant partie d’une nouvelle génération de dirigeants africains. Sa présidence a toutefois été entachée par l’invasion et l’occupation de la République démocratique du Congo pendant la deuxième guerre du Congo, faisant environ 5,4 millions de morts depuis 1998, et par la participation à d’autres conflits dans la région des Grands Lacs en Afrique. Il a lutté pendant des années dans la guerre civile contre l’Armée de résistance du Seigneur, qui a commis de nombreux crimes contre l’humanité, notamment l’esclavage des enfants, le massacre d’Atiak et d’autres meurtres de masse. Le conflit dans le nord de l’Ouganda a tué des milliers de personnes et déplacé des millions.

Le Parlement a aboli les limites des mandats présidentiels en 2005, prétendument parce que Museveni a utilisé des fonds publics pour payer 2 000 $ US à chaque député qui soutenait la mesure. Des élections présidentielles ont eu lieu en février 2006. Museveni s’est présenté contre plusieurs candidats, le plus important d’entre eux étant Kizza Besigye. Le 20 février 2011, la Commission électorale ougandaise a déclaré le président sortant Yoweri Kaguta Museveni le candidat vainqueur des élections de 2011 qui se sont tenues le 18 février 2011. L’opposition n’est cependant pas satisfaite des résultats, les condamnant comme des impostures et des truquages. . Selon les résultats officiels, Museveni a remporté 68% des voix. Cela a facilement dépassé son adversaire le plus proche, Besigye, qui avait été le médecin de Museveni et a déclaré aux journalistes que lui et ses partisans « rejetaient carrément » le résultat ainsi que la règle ininterrompue de Museveni ou de toute personne qu’il pourrait nommer. Besigye a ajouté que les élections truquées conduiraient certainement à une direction illégitime et qu’il appartient aux Ougandais de procéder à une analyse critique. La mission d’observation des élections de l’Union européenne a rendu compte des améliorations et des défauts du processus électoral ougandais : « La campagne électorale et le jour du scrutin se sont déroulés de manière pacifique. Cependant, le processus électoral a été entaché d’échecs administratifs et logistiques évitables qui ont conduit à un nombre inacceptable. Des citoyens ougandais privés de leurs droits.  » Depuis août 2012, le groupe hacktiviste Anonymous a menacé des responsables ougandais et piraté des sites Web officiels du gouvernement sur ses projets de loi anti-gay. Certains donateurs internationaux ont menacé de réduire l’aide financière au pays si les projets de loi anti-homosexuels continuaient. Les indicateurs d’un plan de succession du fils du président, Muhoozi Kainerugaba, ont accru les tensions.

La politique d’Ouganda

Le président de l’Ouganda est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. Le président nomme un vice-président et un Premier ministre pour l’aider à gouverner. Le parlement est formé par l’Assemblée nationale, qui compte 449 membres. Ceux-ci inclus; 290 représentants de circonscription, 116 femmes représentantes de district, 10 représentants des Forces de défense du peuple ougandais, 5 représentants des jeunes, 5 représentants des travailleurs, 5 représentants des personnes handicapées et 18 anciens membres officiels.

La corruption

Transparency International a classé le secteur public ougandais comme l’un des plus corrompus au monde. En 2016, l’Ouganda se classait au 151e rang sur 176 et avait un score de 25 sur une échelle de 0 (perçue comme la plus corrompue) à 100 (perçue comme propre). Les indicateurs de gouvernance mondiale 2015 de la Banque mondiale classent l’Ouganda dans le pire 12 centile de tous les pays. Selon le rapport 2012 du Département d’État des États-Unis sur les droits de l’homme sur l’Ouganda, « les indicateurs de gouvernance mondiaux les plus récents de la Banque mondiale ont montré que la corruption était un problème grave » et que « le pays perd chaque année 768,9 milliards de shillings (286 millions de dollars) à cause de la corruption ». En 2014, les parlementaires ougandais ont gagné 60 fois ce que gagnaient la plupart des employés de l’État et ils ont demandé une augmentation importante. Cela a provoqué de nombreuses critiques et protestations, notamment la contrebande de deux porcelets au Parlement en juin 2014 pour mettre en évidence la corruption parmi les parlementaires. Les manifestants, qui ont été arrêtés, ont utilisé le mot « MPigs » pour souligner leur grief. Un scandale spécifique, qui a eu des conséquences internationales importantes et a mis en évidence la présence de corruption dans les bureaux gouvernementaux de haut niveau, a été le détournement de 12,6 millions de dollars de fonds de donateurs du Cabinet du Premier ministre en 2012. Ces fonds ont été « désignés comme un soutien crucial pour reconstruire le nord de l’Ouganda, ravagé par une guerre de 20 ans, et Karamoja, la région la plus pauvre de l’Ouganda.  » Ce scandale a incité l’UE, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Danemark, l’Irlande et la Norvège à suspendre l’aide. La grande et petite corruption généralisée impliquant des fonctionnaires et des systèmes de favoritisme politique a également gravement affecté le climat d’investissement en Ouganda. L’un des domaines à haut risque de corruption est celui des marchés publics dans lesquels des paiements en espèces non transparents sous-jacents sont souvent demandés aux responsables des achats. Ce qui peut finalement aggraver ce problème, c’est la disponibilité du pétrole. Le projet de loi sur le pétrole, adopté par le Parlement en 2012 et présenté par le NRM comme apportant de la transparence au secteur pétrolier, n’a pas plu aux commentateurs politiques et économistes nationaux et internationaux. Par exemple, Angelo Izama, analyste énergétique ougandais à l’Open Society Foundation, basée aux États-Unis, a déclaré que la nouvelle loi équivalait à « remettre un distributeur automatique de billets » à Museveni et à son régime. Selon Global Witness en 2012, une organisation non gouvernementale vouée au droit international, l’Ouganda dispose désormais de « réserves de pétrole susceptibles de doubler les revenus du gouvernement d’ici six à dix ans, d’une valeur estimée à 2,4 milliards de dollars par an ». La loi sur les organisations non gouvernementales (modification), adoptée en 2006, a étouffé la productivité des ONG en érigeant des barrières à l’entrée, à l’activité, au financement et à l’assemblage dans le secteur. Procédures d’enregistrement lourdes et corrompues (c’est-à-dire nécessitant des recommandations de la part des fonctionnaires; réenregistrement annuel), réglementation déraisonnable des opérations (c’est-à-dire exigeant une notification du gouvernement avant d’entrer en contact avec des personnes dans le domaine d’intérêt de l’ONG), et la condition préalable pour que tous les fonds étrangers soient passés par le biais de la Banque d’Ouganda, entre autres, limitent considérablement la production du secteur des ONG. En outre, la liberté d’expression du secteur a été continuellement bafouée par le recours à l’intimidation, et le récent projet de loi sur la gestion de l’ordre public (restreignant sévèrement la liberté de réunion) ne fera qu’ajouter au stock de munitions du gouvernement.

L’économie d’Ouganda

La Bank of Uganda est la banque centrale de l’Ouganda et gère la politique monétaire ainsi que l’impression du shilling ougandais. En 2015, l’économie ougandaise a généré des revenus d’exportation grâce aux marchandises suivantes: café (402,63 millions de dollars), réexportations de pétrole (131,25 millions de dollars), métaux et produits de base (120,00 millions de dollars), poisson (117,56 millions de dollars), maïs (États-Unis) 90,97 millions de dollars), ciment (80,13 millions de dollars), tabac (73,13 millions de dollars), thé (69,94 millions de dollars), sucre (66,43 millions de dollars), cuirs et peaux (62,71 millions de dollars), fèves de cacao (55,67 millions de dollars), fèves (53,88 millions de dollars), simsim (52,20 millions de dollars), fleurs (51,44 millions de dollars) et autres produits (766,77 millions de dollars). Le pays connaît une croissance économique constante. Au cours de l’exercice 2015-2016, l’Ouganda a enregistré une croissance du produit intérieur brut de 4,6% en termes réels et de 11,6% en termes nominaux. Cela se compare à une croissance réelle de 5,0% au cours de l’exercice 2014-2015. Le pays dispose de réserves largement inexploitées de pétrole brut et de gaz naturel. Alors que l’agriculture représentait 56% de l’économie en 1986, le café étant sa principale exportation, elle est désormais dépassée par le secteur des services, qui représentait 52% du PIB en 2007. Dans les années 50, le régime colonial britannique encourageait quelque 500 000 les agriculteurs de subsistance à rejoindre les coopératives. Depuis 1986, le gouvernement (avec le soutien de pays étrangers et d’agences internationales) a agi pour réhabiliter une économie dévastée pendant le régime d’Idi Amin et la guerre civile qui a suivi. En 2012, la Banque mondiale inscrivait toujours l’Ouganda sur la liste des pays pauvres très endettés. La croissance économique n’a pas toujours conduit à la réduction de la pauvreté. Malgré une croissance annuelle moyenne de 2,5% entre 2000 et 2003, le niveau de pauvreté a augmenté de 3,8% pendant cette période. Cela a souligné l’importance d’éviter la croissance sans emploi et fait partie de la prise de conscience croissante dans les cercles de développement de la nécessité d’une croissance équitable non seulement en Ouganda, mais dans le monde en développement. Avec les bourses de valeurs ougandaises établies en 1996, plusieurs actions ont été cotées. Le gouvernement a utilisé le marché boursier comme voie de privatisation. Toutes les émissions de trésorerie du gouvernement sont cotées en bourse. La Capital Markets Authority a agréé 18 courtiers, gestionnaires d’actifs et conseillers en placement, notamment : African Alliance Investment Bank, Baroda Capital Markets Uganda Limited, Crane Financial Services Uganda Limited, Crested Stocks and Securities Limited, Dyer & Blair Investment Bank, Equity Stock Brokers Uganda Limited, Renaissance Capital Investment Bank et UAP Financial Services Limited. En tant que moyen d’augmenter l’épargne intérieure formelle, la réforme du secteur des retraites est au centre de l’attention (2007). L’Ouganda dépend traditionnellement du Kenya pour accéder au port de Mombasa dans l’océan Indien. Les efforts se sont intensifiés pour établir une deuxième voie d’accès à la mer via les ports lacustres de Bukasa en Ouganda et de Musoma en Tanzanie, reliés par chemin de fer à Arusha dans l’intérieur de la Tanzanie et au port de Tanga sur l’océan Indien. L’Ouganda est membre de la Communauté de l’Afrique de l’Est et membre potentiel de la future Fédération de l’Afrique de l’Est. L’Ouganda a une grande diaspora, résidant principalement aux États-Unis et au Royaume-Uni. Cette diaspora a énormément contribué à la croissance économique de l’Ouganda grâce aux envois de fonds et à d’autres investissements (notamment immobiliers). Selon la Banque mondiale, l’Ouganda a reçu en 2016 environ 1,099 milliard de dollars en envois de fonds de l’étranger, juste derrière le Kenya (1,574 milliard de dollars) dans la Communauté d’Afrique de l’Est. L’Ouganda sert également de plaque tournante économique pour un certain nombre de pays voisins comme la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Rwanda. Le Bureau ougandais des statistiques a annoncé que l’inflation était de 4,6% en novembre 2016. Le 29 juin 2018, l’agence statistique ougandaise a déclaré que le pays avait enregistré une baisse de l’inflation à 3,4% au cours de l’exercice se terminant en 2017/18, contre 5,7% enregistrés dans le rapport financier en 2016/17.

La démographie d’Ouganda

La population de l’Ouganda est passée de 9,5 millions de personnes en 1969 à 34,9 millions en 2014. En ce qui concerne la dernière période intercensitaire (septembre 2002), la population a augmenté de 10,6 millions de personnes au cours des 12 dernières années. L’âge médian de l’Ouganda de 15 ans est le plus bas du monde. L’Ouganda a le cinquième taux de fécondité total le plus élevé au monde, avec 5,97 enfants nés par femme (estimations de 2014). Il y avait environ 80 000 Indiens en Ouganda avant qu’Idi Amin n’exige l’expulsion des Ougandais-Asiatiques (principalement d’origine indienne) en 1972, ce qui a réduit la population à 7 000. Cependant, de nombreux Indiens sont revenus en Ouganda après la chute d’Amin en 1979. Environ 90% des Indiens ougandais résident à Kampala. Selon le HCR, l’Ouganda accueille plus de 1,1 million de réfugiés sur son sol en novembre 2018. La plupart viennent des pays voisins de la région des Grands Lacs africains, en particulier du Soudan du Sud (68,0%) et de la République démocratique du Congo (24,6%).

L’éducation d’Ouganda

Le système d’enseignement en Ouganda a une structure de 7 ans d’enseignement primaire, 6 ans d’enseignement secondaire (divisé en 4 ans de premier cycle du secondaire et 2 ans de deuxième cycle du secondaire) et 3 à 5 ans d’enseignement postsecondaire. Le gouvernement ougandais reconnaît l’éducation comme un droit humain fondamental et continue de s’efforcer de fournir un enseignement primaire gratuit à tous les enfants du pays. Cependant, des problèmes de financement, de formation des enseignants, de populations rurales et d’installations inadéquates continuent d’entraver les progrès du développement de l’éducation en Ouganda. Les filles en Ouganda font l’objet d’une discrimination disproportionnée en termes d’éducation ; elles se heurtent à des barrières plus dures lorsqu’elles tentent d’obtenir une éducation et cela a laissé la population féminine privée de ses droits, malgré les efforts du gouvernement pour combler l’écart.

Les langues d’Ouganda

Le swahili, une langue largement utilisée dans toute la région des Grands Lacs africains, a été approuvée comme deuxième langue nationale officielle du pays en 2005. L’anglais était la seule langue officielle jusqu’à la modification de la constitution en 2005. Bien que le swahili n’ait pas été favorisé par les bantuophones populations du sud et du sud-ouest du pays, c’est une importante lingua franca dans les régions du nord. Il est également largement utilisé dans les forces de police et les forces militaires, ce qui peut être le résultat historique du recrutement disproportionné de Nordistes dans les forces de sécurité pendant la période coloniale. Le statut du swahili a ainsi alterné avec le groupe politique au pouvoir. Par exemple, Idi Amin, originaire du nord-ouest, a déclaré le swahili comme langue nationale.

 
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés