Maroc :La bonne gouvernance se trouve en tête des priorités du PJD(SG du PJD)

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Dans un entretien publié mercredi par le journal Al Massae, M. Benkirane a souligné que le PJD accorde une grande importance à la question de la bonne gouvernance, notant que le manque de compétences n'est pas le noeud du problème mais le climat négatif qui régnait par le passé et qui ne permettait pas l'accomplissement des missions de la meilleure façon possible.

"La défense des intérêts suprêmes de la patrie et de sa stabilité constitueront toujours mes premières priorités", a-t-il assuré. "Si jamais je constate que l'action gouvernementale se dévie de ses objectifs, il ne sera jamais question pour moi d'agir de manière à préserver mon poste au mépris des principes qui m'y ont conduit", a-t-il tranché.

Sur un autre registre, le SG du PJD a exprimé la disposition de son parti de nouer des alliances avec d'autres formations, du moment qu'il ne peut, à lui seul, diriger le gouvernement, ajoutant, dans le même sens, qu'il n'hésitera pas à recourir aux compétences ayant fait leurs preuves dans certains secteurs, en l'occurrence les technocrates.

- Advertisement -

Et de souligner que le PJD "est destiné à travailler dans le cadre d'une approche démocratique, et dans le respect des prérogatives que lui confère la Constitution et des fonctions assignées au chef du gouvernement, aux ministres et aux hauts fonctionnaires".

Concernant les portefeuilles ministériels, M. Benkirane a fait savoir que la tendance est vers la réduction de leur nombre, de manière à inclure un plus grand nombre de secrétariats d'Etat dans un nombre limité de ministères. Cela permettra, selon lui, d'éviter l'enchevêtrement des compétences entre plusieurs départements ministériels.

Le roi Mohammed VI du Maroc a nommé mardi comme Premier ministre Abdelilah Benkirane, dont la formation fait sa première entrée dans un gouvernement du Maroc.

Le PJD qui a obtenu 107 des 395 sièges lors des élections législatives anticipées du 25 novembre va pour la première fois diriger un gouvernement de coalition, sous le contrôle du roi, selon la nouvelle constitution.