Le Président Tebboune remet une couche sur le froid entre Alger et Rabat

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Alger (© 2023 Afriquinfos)- Les dernières déclarations du Président algérien Abdelmadjid Tebboune sur les relations Algérie-Maroc ne risquent pas d’apaiser les tensions entre les deux pays. Tebboune a affirmé que les relations entre l’Algérie et le Maroc ont ‘’atteint un point de non-retour’’. Tout en exprimant ses «regrets» que les rapports entre les deux Etats aient atteint ce niveau de détérioration. 

Depuis août 2021, les relations diplomatiques ont été coupées entre l’Algérie et le Maroc. Cette décision unilatérale du pouvoir d’Alger avait surpris plus d’un, en raison des nombreux gestes d’apaisement de Rabat, notamment la main tendue par le Roi Mohamed VI lors du discours du Trône l’année dernière.

Les tensions entre les deux pays voisins risquent de connaître une escalade au regard des propos du Président algérien lors de son entretien avec la chaîne qatarie Al Jazeera. Abdelmadjid Tebboune, en évoquant les relations avec le Maroc, a affirmé qu’ ‘’elles ont atteint le point de non retour’’ tout en exprimant ses ‘’regrets’’ que les relations entre les deux pays aient atteint ce stade de dégradation. Il a souligné que la position de l’Algérie est une réaction aux actions hostiles du Maroc.

Le Président algérien n’a pas tiré à boulets rouges que sur le Royaume chérifien, mais aussi sur ses alliés. Ainsi Abdelmadjid Tebboune évoquant le rapprochement maroco-espagnol, considère que l’Espagne a ‘’oublié’’ qu’elle était l’ancienne ‘’puissance coloniale’’ du Sahara et que ‘’sa responsabilité est toujours engagée’’, estimant que la position du gouvernement de Pedro Sanchez est ‘’partiale’’. Ces nouvelles déclarations aggravent donc les tensions entre les deux pays maghrébins.

- Advertisement -

La réaction de Rabat est attendue ou pas. Dans une interview en février 2022, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, avait indiqué que cela faisait ‘’longtemps qu’il ne suivait plus ce que dit l’Algérie’’, ajoutant que “tout ce qui est excessif est insignifiant”, parlant des dirigeants algériens qui ont transformé le Maroc en un « ennemi éternel« .

S. B.