Soudan: Quatre années sans Omar el- Béchir…

Afriquinfos Editeur 24 Vues
3 Min de Lecture

Khartoum (© 2023 Afriquinfos)- Le 11 avril prochain, cela fera 4 ans que des manifestations pacifiques ont mis fin au règne d’Omar el-Béchir. Au pouvoir depuis 30 ans, il avait été destitué par l’armée qui avait mis en place un Conseil militaire pour une période transitoire de deux ans. Quatre ans plus tard, le pays est toujours en proie à des manifestations exigeant le départ des dirigeants militaires.

Rien ou presque n’a changé au Soudan quatre ans après la destitution d’Omar el-Béchir. Les militaires tiennent toujours le pays d’une main de fer. La situation s’est exacerbée depuis le coup d’Etat militaire qui a vu le Général Abdel Fattah al-Burhane, évincé le pouvoir civil. Des manifestations quasi quotidiennes rythment le pays et rejette tout accord impliquant les dirigeants militaires. « Nous n’accepterons rien d’autre qu’un gouvernement civil », clament les manifestations à Khartoum.

Ce jeudi 6 avril alors que la signature d’un accord devant relancer la transition était prévue, elle a été reportée sine die. La raison, le blocage des négociations sur les modalités de l’intégration des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du Général Mohamed Daglo, numéro 2 du régime militaire, aux Forces régulières.

Les manifestants s’opposent notamment à l’accord-cadre signé le 5 décembre 2022 par les militaires et plusieurs groupes civils, notamment les Forces pour la liberté et le changement (FFC) dont les représentants avaient été évincés lors du coup d’Etat du 25 octobre 2021.

Les manifestations au Soudan interdites et réprimées ont fait plus d’une centaine de morts, 125, selon des médecins prodémocratie. La rue maintient pourtant la pression et exige le retour á un gouvernement civil. Ce jeudi encore les rues de Khartoum étaient quadrillées par des militaires pour empêcher la manifestation prévue par  les Forces de la liberté et du changement (FLC), pour ‘’ « la liberté, la paix et la justice », contre les militaires et « le retour de l’ancien régime’’. De nombreuses figures de l’ancien régime d’Omar el-Béchir ont retrouvé leurs postes dans l’administration à la faveur du putsch de 2021. Le président déchu lui est toujours en prison.

S.B.