USA : Une loi historique en passe d’être votée pour compenser les inégalités créées par l’esclavage

Washington (© 2021 Afriquinfos)- C’est une idée qui fait son bonhomme de chemin depuis des siècles mais a été remis à l’ordre du jour aux Etats-Unis suite au mouvement ‘Black Lives Matter’. Washington envisage de mettre en place un mécanisme qui permettra de réparer les effets de l’esclavage. L’argument principal est que les descendants de ceux qui ont été soumis à l’esclavage devraient recevoir une compensation financière pour les dommages qui ont survécu aux générations dont la vie a été directement affectée par le travail forcé. Le Projet de loi historique déjà adopté la semaine dernière par la Commission des affaires judiciaires de la Chambre des Représentants par 25 voix contre 17.

C’est une grande victoire pour les partisans des réparations de l’esclavage qui ont repris du poil de la bête depuis que le mouvement contre les inégalités raciales a été relancé suite à la mort de George Floyd le 25 mai 2020. Il faut dire que ce débat prévaut aux USA depuis belle lurette où la question des réparations a été débattue au Congrès dès 1865, et plus récemment en 2019, et où il y a eu aussi des cas isolés de dédommagement de descendants d’esclaves.

Les militants ont mis l’accent sur les victimes de la traite transatlantique des esclaves, c’est-à-dire l’asservissement et la traite vers les Amériques de quelque 11 millions d’hommes, de femmes et d’enfants africains entre le XVIe et le XIXe siècle. L’un des arguments avancés par le mouvement de réparation est que l’impact de ce racisme et de cette ségrégation s’est traduit par des disparités persistantes et une inégalité économique qui doivent être rééquilibrées. Aux États-Unis, les ménages blancs sont en moyenne dix fois plus riches que les ménages noirs, et cet écart se reflète également dans de nombreux autres indicateurs tels que l’accession à la propriété et l’accès à l’enseignement supérieur.

Mais les questions qui reviennent souvent sont : à combien chiffre-t-on ces réparations et qui doit les payer ? Le projet prévoit la création d’une Commission d’experts qui sera chargée de faire des propositions pour l’indemnisation par le Gouvernement des descendants des quelques 4 millions d‘Africains amenés de force aux Etats-Unis entre 1619 et 1865.

Ces experts auront des précédents desquels s’inspirer. En effet, pour étayer leurs revendications, les partisans des réparations font cas des initiatives similaires qui ont déjà eu lieu : Certaines institutions aux États-Unis et au Royaume-Uni ont déjà lancé leurs propres programmes pour indemniser certaines victimes de l’esclavage.

Un cas célèbre est la décision de l’université de Georgetown de créer un fonds de 400.000 dollars par an pour les descendants d’un groupe de 272 esclaves que l’institution a vendus en 1838 afin d’équilibrer les comptes ; Au Royaume-Uni, l’université de Glasgow a annoncé en 2019 qu’elle allait dépenser environ 25 millions de dollars en réparations pour compenser d’une manière ou d’une autre les dons qu’elle avait reçus des propriétaires d’esclaves aux XVIIIe et XIXe siècles. Mais avant d’en arriver là, la loi devra être entérinée par le Congrès et le Sénat. Si elle a de fortes chances de passer devant les Congressmen majoritairement Démocrates, la tâche sera plus rude devant le Sénat dominé par les Républicains.

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés