RDC/Massacre de Beni d’août 2016: Encore de la fermeté sur le papier de l’ONU…

Afriquinfos
2 Min de Lecture

«Le Secrétaire général condamne dans les termes les plus forts cette attaque dans le territoire de Beni où, depuis octobre 2014, des centaines de civils ont été tués par des membres présumés des ADF», a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée lundi soir. Ban Ki-moon a présenté ses condoléances aux familles des victimes et au Gouvernement de la RDC. Il a demandé que «les responsables de cette attaque soient traduits en justice».

«Il réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir les autorités de la RDC dans leurs efforts pour faire face aux menaces des groupes armés et faire cesser l’impunité, en conformité avec le mandat de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO)», a relaté son porte-parole.

A Genève, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a appelé ce mardi les autorités congolaises à enquêter rapidement sur ce massacre. Selon le HCDH, au moins 47 civils, dont deux enfants, auraient été tués par des membres présumés des ADF, quatre autres blessés et 10 maisons incendiées.

Bilan humain insoutenable

- Advertisement -

«Cela porte à plus de 645 le nombre de victimes civiles résultant des attaques présumées des ADF depuis le 1er janvier 2014. C’est la violence la plus grave affectant la région depuis la fin de 2014, lorsque l’ONU a recensé au moins 237 civils tués sur une période de trois mois entre le 1er octobre et le 31 décembre 2014», a détaillé une porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, lors d’un point de presse.

«Nous exhortons le Gouvernement de la RDC à intensifier ses efforts pour protéger les civils, enquêter sur ces violations graves du droit international et garantir que les auteurs de violations et d’abus soient traduits en justice», a-t-elle ajouté.

Bella EDITH