Première tournée africaine de S. Séjourné: Enjeux, acquis et principales rencontres effectuées

Afriquinfos Editeur
7 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Nairobi (© 2024 Afriquinfos)- Kenya, Rwanda, Côte d’Ivoire: au total quelque 20.000 kilomètres parcourus par le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, depuis Paris pour sa toute première tournée africaine. Ce déplacement intervient alors depuis l’année dernière, l’influence de la France s’est effondrée au Sahel, et le narratif anti-français est devenu une rhétorique populaire dans certains pays.

A Nairobi, pour sa première escale sur le continent africain depuis son arrivée à la tête du ministère des Affaires étrangères, en janvier 2024, Stéphane Séjourné a mis en avant un partenariat qui sort du prisme sécuritaire. «En Afrique, il n’y a pas que le Sahel», a affirmé le ministre Stéphane Séjourné qui a reconnu que le Kenya n’est pas, selon ses mots, un partenaire traditionnel de la France, mais Paris souhaite, justement, diversifier ses partenariats et les rendre bénéfiques pour les pays africains.

’Le Kenya n’est pas un partenaire traditionnel de la France, mais nous renforçons nos partenariats, nous les diversifions et, parce que nos destins sont liés, nous relevons également des défis communs. C’est tout l’enjeu de notre feuille de route: diversifier ces partenariats, les rendre bénéfiques, également, pour les pays sur lesquels nous allons investir, c’est le cas, dans le respect de ces échanges. Et aussi dans la lucidité du fait que l’Afrique devient un continent incontournable sur toutes les questions culturelles, économiques et diplomatiques’’, s’est expliqué le ministre Stéphane Séjourné.

Le partenariat économique avec le Kenya était, par exemple, au cœur des discussions Paris-Nairobi le 06 avril dernier. Le nombre d’entreprises françaises dans le pays a presque triplé, en dix ans. Il y en a 140 aujourd’hui qui emploient directement plus de 30.000 personnes. Les deux ministres ont également discuté de leur coopération sur les sujets environnementaux. Le Kenya et la France poussent ensemble pour une taxe internationale qui permettrait d’aider les pays en développement à faire face au changement climatique. Musalia Mudavadi, ministre kényan des Affaires étrangères, a appelé ‘’tous les pays à rejoindre ce Groupe de travail’’. ‘’Le Kenya et la France reconnaissent le besoin d’une solidarité mondiale pour faire face aux défis climatiques. Nous invitons d’ailleurs tous les pays à rejoindre le Groupe de travail pour une taxation internationale mise en place par la France, le Kenya et la Barbade, pour accélérer le développement et l’action climatique’’, a vanté Musalia Mudavadi.

- Advertisement -

Enfin, il a aussi été question de la guerre au Soudan qui dure, depuis près d’un an, car Paris va accueillir, le 15 avril 2024, une « Conférence internationale pour discuter des enjeux, humanitaires », notamment au Soudan. Locomotive de l’Afrique de l’Est anglophone, le Kenya où Emmanuel Macron s’était rendu en 2019, incarne ces pays où la France espère dorénavant gagner du terrain en Afrique. Un peu comme au Rwanda. Le Président William Ruto ambitionne de devenir l’un des porte-voix de l’Afrique sur la scène internationale. Et il a su, depuis son arrivée au pouvoir en 2022, ménager ses partenaires occidentaux tout en nouant de nouvelles alliances.

Rwanda et Côte d’Ivoire dans une autre dimension

Après Nairobi, le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, s’est rendu à Kigali, au Rwanda, où il a assisté dimanche 7 avril aux commémorations du 30ème anniversaire du génocide. Trois décennies de reconstruction pour le pays. Stéphane Séjourné a conclu sa première tournée africaine en posant le pied en Côte d’Ivoire. A Abidjan, M. Séjourné a salué la «diaspora très active» entre les deux pays, la qualifiant de pont précieux entre les cultures et les économies. Le ministre français des Affaires étrangères a également souligné les ‘’bons résultats de l’économie ivoirienne» et le rôle important de la Côte d’Ivoire dans la stabilité régionale. Le Président Ouattara a, quant à lui, réaffirmé les ‘’liens historiques, d’amitié et de coopération particulièrement étroits’’ qui unissent la France et la Côte d’Ivoire. Il a exprimé sa gratitude envers la France pour son soutien constant dans divers domaines.

M. Séjourné a quitté Abidjan lundi soir, laissant un message: la France est résolue à construire une « nouvelle dynamique de collaboration avec l’Afrique, basée sur des partenariats plus justes et plus solidaires ». La tournée africaine de Stéphane Séjourné a permis de réaffirmer l’importance des liens entre la France et ses partenaires africains, tout en soulignant la nécessité d’une collaboration renouvelée et plus équilibrée.

Selon le Quai d’Orsay, cette tournée de Stéphane Séjourné illustre qu’il ‘’y a des partenariats fructueux pour la France en Afrique’’. ‘’Notre relation avec les pays africains n’est pas fondée sur le tout-sécuritaire et sur les liens historiques. On ne veut pas se laisser enfermer. Elle s’étend sur tous les plans, économique, culturel, sociétal, mémoriel…’’, poursuit-il. ‘’Il faut que la France montre qu’elle investit du temps là où ses relations bilatérales sont bonnes. Nous voulons réaffirmer que l’Afrique est une de nos priorités’’, confie un diplomate sur le sujet.

Cette mini-tournée s’inscrit dans la ligne impulsée par Emmanuel Macron à son arrivée au pouvoir en mai 2017. «Je suis d’une génération qui n’a pas connu l’Afrique coloniale», mais la «victoire de Mandela sur l’apartheid», clamait-il en 2017, avant de prôner des partenariats avec de nouveaux Etats et sous de nouvelles formes. Mais alors que le Président français semble sans cesse rattrapé par les fantômes du passé –adoubant une succession dynastique au Tchad, effectuant en 2023 une tournée au Congo de Denis Sassou-N’Guesso ou au Gabon d’Ali Bongo–, le nouveau ministre des Affaires étrangères est chargé de faire oublier les faux pas et les incompréhensions.

Afriquinfos