Mawazine 2014 : Quand les stars mettent le feu au Maroc

Afriquinfos Editeur 5 Vues
5 Min de Lecture
Le logo du festival Mawazine 2013

– Justin Timberlake, the Prince of Pop –

Le festival Mawazine s’est magistralement ouvert vendredi sur un concert de Justin Timberlake, l’artiste le plus primé de l’année. Un concert mémorable qui a donné aux marocains bien plus qu’un avant-gout de ce qui les attend jusqu’au samedi 7 juin. Pour sa première représentation au Maroc, le chanteur américain a su faire danser la foule. Loin de son image de chanteur pour adolescentes, il a revisité certains de ses classiques, les remettant au gout de sa nouvelle tournée et séduisant de ce fait tout le monde, de 7 à 77 ans… Celui qu’on surnomme the Prince of Pop a offert aux spectateurs ses plus belles chansons ainsi que des reprises de ses idoles, comme Michael Jackson ou encore Elvis Presley. Le concert s’est achevé sur The 20/20 Experience, l’un des plus grands tubes du dernier album de Justin Timberlake. Les fans ont qualifié ce spectacle haut en couleurs de « show de la décennie ».

– Ben l’Oncle soul, un concert empli d’émotion –

Samedi, c’est Ben l’Oncle soul qui a enflammé le Maroc. Tout aussi attendu, il a transporté son public dans une autre ambiance. Plus convivial, plus proche de ses spectateurs, celui qui donne du bonheur a su captiver son auditoire. Il a offert aux marocains quelques heures de partage et d’intensité musicale. A travers ses rêves, il a su proposer un long voyage musical parcourant son album.

– Retour dans le passé avec The Commodores –

Mieux vaudrait ne pas enterrer trop vite les Commodores. Samedi soir sur la scène du Mawazine ils ont une fois de plus fait étalage de leur énergie. Après 40 ans de carrière et 50 albums ils sont toujours là, et ont ravi le public marocain. C’est un retour dans le passé, et des retrouvailles avec leurs plus grands classiques qu’ils ont offert au public : 40 ans de musique dans un concert mémorable. Le fameux groupe de  funk et rythm’n’ blues ne s’est pas contenté de chanter. Il s’est aussi rapproché du public. C’est ainsi que J.D.Nicholas serrait des mains entre deux couplets, ou que ses acolytes invitaient le public à danser.

– IAM, un premier pas vers leur rêve –

Hier soir, IAM a enflammé le public de Rabat, début d’une histoire d’amour avec le Maroc. Le groupe rêve en effet de jouer avec des musiciens marocains. Le Mawazine pourrait donc être le début d’une longue série de concert dans le Royaume.

– Stromae se fait attendre –

Stromae a du mal à faire patienter ses fans à quelques heures de son concert. Il montera sur scène ce soir mais a déjà suscité des émotions. L’effet Stromae s’est fait sentit sur Rabat dès l’ouverture du festival. Vendredi, c’est une foule émue qui l’attendait à l’entrée de la Villa des Arts. Fans en pleurs, enfants de 4 à 5 ans entonnant ses chansons, le maestro a compris qu’il est dans le cœur des marocains. Lors d’une interview, il a confié que c’est « impressionnant » d’être au Maroc pour le Mawazine. Stromae se sait attendu et dit espérer ne pas décevoir ses fans lors de son concert de ce soir.

– Un mélange de cultures et de genres –

Au-delà des grands noms de la musique internationale, le Mawazine a déjà proposé un incroyable mélange de culture. Des artistes aux styles variés sont montés sur les scènes de ce festival unique. Samedi soir, Jason Derülo a déclanché une tornade sur Rabat. La star américaine a invité petits et grands à s’enfiévrer pour sa musique R&B. Le même jour, sur une autre scène de Rabat, le chanteur algérien Abdelkader Chaou transportait son public dans la tradition musicale algérienne, sans oublier de la revisiter ou de la moderniser en y intégrant de nouveaux instruments comme le piano et la guitare. Un concert qui a fait découvrir au Maroc les richesses de la musique traditionnelle de son voisin. Le Mawazine accueille aussi des chanteurs locaux, comme Wael Jassar, un jeune casablancais qui en est déjà à sa deuxième prestation dans ce célèbre festival. L’occasion pour lui de saluer et de remercier ce public qui le soutient depuis le début, en reprenant son premier single, « Ihssas ».

 Afriquinfos