Le Pape François critique vertement en RDC le néocolonialisme financier international

Afriquinfos Editeur
5 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Kinshasa (© 2023 Afriquinfos)- Au premier jour de sa visite en RD Congo ce mardi 31 janvier 2023, le pape François n’a pas lésiné à dénoncer les diverses formes d’exploitation que l’Afrique continue à subir. Le souverain pontife a d’ailleurs plaidé pour plus de poids et de représentation du continent parmi les nations.
Le chef de l’église catholique a eu des mots très forts pour dénoncer le « colonialisme économique  » en Afrique et plus particulièrement en RD Congo. Il a fustigé la prédation des ressources alors que les populations souffrent tout en appelant les pays riches à  » cesser d’étouffer  » le continent.
 « Ôtez vos mains de la République démocratique du Congo, ôtez vos mains de l’Afrique ! Cessez d’étouffer l’Afrique : elle n’est pas une mine à exploiter ni une terre à dévaliser. Que l’Afrique soit protagoniste de son destin « , a lancé le souverain pontife dans un discours prononcé peu après son arrivée, mardi, en début d’après-midi, en RD Congo pour une étape de quatre jours, dans le plus grand pays catholique d’Afrique.
Au contraire, a continué le chef de l’Église catholique, « ce pays et ce continent méritent d’être respectés et écoutés, ils méritent espace et attention ». Et François de formuler ce vœu: « Que l’Afrique soit protagoniste de son destin! Que l’Afrique, sourire et espérance du monde, compte davantage, qu’elle ait plus de poids et de représentation parmi les nations! (…) Que le monde se souvienne des désastres commis au cours des siècles au détriment des populations locales et qu’il n’oublie pas ce pays ni ce continent. « , a-t-il ajouté dans un discours prononcé au palais présidentiel, devant les autorités et le corps diplomatique.
Le Pape s’est également désolé que la RD Congo, et plus largement le continent africain, souffrent encore de diverses formes d’exploitation et d’un pillage des abondantes ressources.
« C’est une tragédie que ces terres, et plus généralement tout le continent africain, continuent à subir diverses formes d’exploitation « , tout en exhortant les Congolais à ne pas « glisser dans le tribalisme et la confrontation « .
Faisant spécifiquement référence à la RD Congo, il a estimé que « le poison de la cupidité a ensanglanté ses diamants », déplorant un  » drame devant lequel le monde économiquement plus avancé ferme souvent les yeux, les oreilles et la bouche « .
Le chef de l’Eglise catholique a par ailleurs appelé la classe dirigeante congolaise à « favoriser des élections libres, transparentes et crédibles » face à la menace de la corruption, alors qu’une élection présidentielle est prévue dans le pays le 20 décembre.
La RD Congo abrite des gisements de diamants, d’or, de cuivre, de cobalt, d’étain, de tantale et de lithium parmi les plus riches du monde, mais les deux tiers des quelque 100 millions d’habitants vivent avec moins de 2,15 dollars par jour. Ces richesses naturelles alimentent également des conflits sanglants entre des groupes rebelles soutenus par des pays étrangers et les forces gouvernementales.
Une messe tant attendue 
Ce mercredi, pour sa deuxième journée en RDC, le Pape a prêché la paix dans le pays mais également sur tout le continent africain.
S’exprimant d’abord en lingala, l’une des 4 langues nationales de la RDC, François a ensuite prononcé le reste de son homélie en italien :  » Alors que dans le cœur des disciples il y a la ruine, Jésus proclame la paix : alors qu’ils sentent en eux la mort, il annonce la vie. En d’autres termes, la paix de Jésus arrive au moment où tout semble fini pour eux, au moment le plus inattendu et inespéré où il n’y a aucune lueur de paix. C’est ainsi que fait le Seigneur : il nous surprend, il nous tend la main quand nous sommes sur le point de sombrer, il nous relie quand il nous tend la main quand nous sommes sur le point de sombrer, il nous lie quand nous touchons le fond.« 
Selon l’agenda établi, le pape a rencontré ce même mercredi des victimes du conflit dans l’est du pays. Il s’est entretenu ensuite avec des représentants d’organisations caritatives. Le séjour du pape François à Kinshasa prend fin ce vendredi 3 février.