Annulation du procès de Blé Goudé à Abidjan en raison d’un pourvoi en cassation (avocat)

Annulation du procès de Blé Goudé à Abidjan en raison d’un pourvoi en cassation (avocat)

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-Prévu pour se tenir ce mercredi devant le tribunal criminel d’Abidjan-Plateau, le procès de Charles Blé Goudé n’a finalement pas eu lieu, à la suite d’un pourvoi en cassation d’un avocat de son Conseil Me Emile Suy Bi, a indiqué  Me Dohora Blédé, un autre avocat.

« L’audience ne s’est pas tenue » en raison du pourvoi en cassation, a dit Me Dohora Blédé, insinuant que Me Suy Bi a brandi devant le tribunal criminel le recours en cassation. Cette requête devrait être examinée par la Cour de cassation.

Selon Me Dohora Blédé, plusieurs issues peuvent être données à ce recours en cassation. La Cour de cassation peut ramener l’affaire devant la Chambre d’institution pour instruire à nouveau le dossier si le pouvoir est mal fondé ou encore annuler la procédure. 

S’exprimant lors d’une conférence de presse mardi, Me Claver Ndry, l’un de ses avocats, a relevé que l’Etat ivoirien a décidé, en mars 2014, de remettre M. Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI), alors l’Etat s’est dessaisi. Par conséquent, son client ne peut être jugé en Côte d’Ivoire pour les mêmes faits. 

Le Conseil de M. Blé Goudé s’est déporté le 6 novembre 2019 devant la Chambre d’instruction. Me Suy Bi, avocat de la défense, avait fait un pourvoi en cassation contre l’arrêt de la Chambre d’instruction. Pour Me Dohora Blédé « il ne peut pas être jugé devant un tribunal criminel ». 

Me Blédé s’est insurgé de la décision de juger M. Blé Goudé, actuellement en liberté conditionnelle à la Haye, devant un tribunal criminel, sans qu’il ne soit informé et ne puisse se défendre, alors qu’il attend un dénouement total de son jugement à la CPI. 

Il est retenu contre Charles Blé Goudé des faits de « viol, torture et meurtres », celui-là qui initialement était poursuivi pour « crimes contre populations civiles et prisonniers de guerre », des faits abrogés par le Code pénal, la Chambre d’instruction a requalifié les infractions.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire