Angola: Bol d’air judiciaire pour la famille dos Santos avec l’annulation d’une condamnation contre Jose Filomeno

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture
Jose Filomeno dos Santos, fils de l'ex-Président angolais José Eduardo dos Santos, le 14 août 2020 à Luanda.

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

La condamnation à cinq ans de prison pour fraude prononcée en 2020 contre le fils de l’ex-Président angolais José Eduardo dos Santos a été annulée et jugée « inconstitutionnelle », a déclaré la Cour constitutionnelle dans une décision publiée jeudi 04 avril 2024.

La précédente décision concernant Jose Filomeno dos Santos, 46 ans, viole « les principes de légalité, du contradictoire, de jugement équitable et cohérent ainsi que les droits de la défense« , a estimé la plus haute juridiction du pays dans une décision. Il n’a pas été immédiatement précisé si Jose Filomeno dos Santos, dit « Zenu« , qui purge actuellement sa peine assigné à résidence, sera déclaré libre ou si un nouveau procès devra avoir lieu. Dirigeant du Fonds souverain angolais entre 2013 et 2018, il était accusé avec trois coprévenus d’avoir transféré illégalement 500 millions de dollars de la Banque centrale vers le compte londonien d’une agence du Crédit suisse, dans le cadre d’une fraude qui leur aurait permis de détourner jusqu’à 1,5 milliard de dollars.

Le Président angolais Jose Eduardo dos Santos avec son épouse Ana Paula lors d’un meeting de campagne à Kilamba Kaixi, dans la banlieue de Luanda, en Angola, le 29 août 2012.

Condamné en 2020 à cinq ans de prison, il avait été la première personnalité de l’ancien régime sanctionnée pour des faits de corruption. L’annulation de sa condamnation représente une victoire pour le clan de l’ancien Président José Eduardo dos Santos (décédé en 2022), qui a dirigé sans partage pendant 38 ans l’ancienne colonie portugaise d’Afrique australe riche en hydrocarbures. La famille dos Santos dénonce régulièrement une « persécution » et une campagne politiquement motivée dirigée contre elle par l’actuel Président Joao Lourenço.

Au pouvoir depuis 2017, ce dernier a limogé au nom de la lutte contre la corruption tous les proches que son prédécesseur avait placés à la tête des institutions, des entreprises publiques et de l’appareil sécuritaire du pays.

- Advertisement -

La Cour constitutionnelle a estimé dans sa décision que les juges pendant le procès n’ont pas tenu compte d’éléments apportés par la défense, et notamment une lettre rédigée par l’ex-Président José Eduardo dos Santos. Elle a également relevé des divergences entre les motifs de condamnation et les chefs d’inculpation retenus au départ. Pour sa part, la fille aînée de dos Santos, Isabel, qui dirigeait la compagnie pétrolière d’État Sonangol, est accusée d’avoir détourné des milliards de dollars d’entreprises publiques. Surnommée la « princesse » et déclarée la femme la plus riche d’Afrique par le magazine ‘Forbes’, elle est toujours visée par plusieurs enquêtes. 

Sindika Dokolo et Isabel dos Santos posent avant une table ronde sur l’évolution des affaires dans le domaine de l’énergie lors du Bloomberg Global Business Forum à l’hôtel Plaza à New York, le 26 septembre 2018.

© Afriquinfos & Agence France-Presse