Bénin : La corporation des magistrats en grève s’oppose à toute réquisition de leur membre

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Dans une correspondance adressée au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Marie-Elise Gbèdo, l'Unamab indique que l'article 13 de la loi béninoise sur le droit de grève prévoit que "les fonctionnaires et les agents des établissements publics, semi- publics ou privés à caractère essentiel dont la cessation totale de travail porterait de graves préjudices à la sécurité et la santé des population, sont tenus d'assurer un service minium obligatoire".

"Il résulte de l'esprit et de la lettre de ces dispositions, qu'il ne peut être recouru à une réquisition en cas de cessation concertée de travail dans le milieu judicaire", précise la correspondance de l'Unamab.

"En conséquence, toute réquisition faite en cette matière est illégale, donc nulle et non avenue et en saurait lier les magistrats", a poursuit l'Unamab.

- Advertisement -

La corporation des magistrats entame une deuxième semaine de grève de 72 heures pour exiger des excuses publiques du ministre de la Justice qui a, lors d'une manifestation publique contre la corruption en décembre dernier à Cotonou, indiqué que les magistrats béninois étaient "dans leur ensemble" corrompus. Ces propos ont été largement diffusés par la presse locale.