Sahel et extrémisme: L’Allemagne maintiendra son contingent au Mali jusqu’en 2024 à ces conditions

Bamako (© 2022 Afriquinfos)-  Les troupes allemandes resteront positionnées au Mali au moins jusqu’en mai 2024 à certaines conditions. Cette annonce a été faite par la ministre allemande de la Défense en visite à Bamako le 15 décembre dernier. Berlin avait annoncé en novembre dernier qu’il mettrait fin à son engagement au sein de la Minusma.

Dans la foulée du désengagement de certaines forces européennes au Mali au motif des accointances de la junte malienne avec le groupe paramilitaire russe Wagner, Berlin a annoncé le 22 novembre dernier, le retrait de ses troupes engagées dans le pays. Une opération qui ne va pas se faire dans l’immédiat. C’est ce qui ressort des déclarations de Christine Lambrecht en visite à Bamako.

La ministre allemande de la Défense s’adressait à son homologue malien, le colonel Sadio Camara, ‘’le gouvernement allemand a pris la décision de continuer à soutenir le processus de transition jusqu’en mai 2024, mais c’est lié à des conditions qui doivent être remplies. Si une de ces conditions n’étaient pas remplies, nous serions amenés à revoir notre décision », a-t-elle ajouté.

Parlant de conditions, l’émissaire de Berlin évoque l’organisation d’élections selon l’engagement pris par les hommes forts de Bamako de rendre le pouvoir aux civils en février 2024. Il s’agit aussi de la possibilité pour les troupes allemandes de mener leur mission sans aucune contrainte. L’une des conditions de la présence allemande est « que nous puissions remplir notre contrat opérationnel, réaliser notre mission au sein de la Minusma, une mission de reconnaissance, ce qui n’a pas été possible malheureusement durant de longues semaines », a dit Mme Lambrecht.

Les autorités maliennes ont en effet durci les conditions de circulation dans le pays notamment aux troupes de la Minusma. Il s’agit notamment d’interdictions de survol ou l’instauration de demandes préalables. Des conditions, que la ministre allemande veut voir lever. Du côté de Bamako, on se réjouit surtout de la démarche de Berlin qui planifie son retrait en collaboration avec les autorités maliennes.

Lors de son séjour au Mali, Christine Lambrecht a notamment rencontré des représentants de la Minusma, la mission onusienne, et de la mission de formation de l’Union européenne au Mali, l’EUTM. Ces deux missions comptent dans leurs rangs respectivement 1170 et 328 soldats allemands.

S. B.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés