Après son arrestation, la chanteuse Rokia Traoré reçoit le soutien du gouvernement malien

Rokia Traoré

Bamako (© 2020 Afriquinfos)-Suite à l’arrestation de la chanteuse malienne Rokia Traoré en France en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par la justice belge dans un litige sur la garde de sa fille, née de père belge,  le gouvernement malien s’est dit samedi solidaire de la célèbre chanteuse.

Bamako « exprime sa solidarité à notre compatriote » et assure à l’opinion malienne « que les services consulaires et diplomatiques sont mobilisés pour un heureux dénouement de la question », indique un communiqué qui souligne que Mme Traoré est titulaire d’un passeport diplomatique malien, confortant ainsi les griefs de l’avocat de l’artiste contre les autorités françaises, coupables selon lui d’avoir ignoré cet état de fait.

Selon Me Kenneth Feliho, l’interpellation est liée à un mandat d’arrêt européen émis à Bruxelles contre elle pour « enlèvement, séquestration et prise d’otage » parce qu’elle n’a pas remis sa fille de cinq à son père belge, dont Rokia Traoré est séparé, alors qu’un jugement de 2019 l’y contraignait.

En fait, a précisé le parquet belge à l’AFP, l’artiste a fait l’objet de deux mandats d’arrêt européen.Le premier a été émis le 23 octobre 2019 pour non-respect du jugement de première instance rendu quelques mois auparavant.

Entendue le 22 janvier 2020 par un juge bruxellois, Mme Traoré avait déclaré qu’elle reviendrait présenter l’enfant dans un délai d’un mois, ce qu’elle n’a pas fait, suscitant un second mandat d’arrêt pour non-présentation d’enfant, a souligné le parquet.

La chanteuse conteste depuis le début la décision de la justice belge de confier la garde exclusive de l’enfant à son père, selon Me Feliho. Elle a interjeté appel du jugement de première instance.

La chanteuse a été arrêtée mardi à l’aéroport parisien de Roissy à sa descente d’un avion en provenance de Bamako.

Rokia Traoré chanteuse et guitariste, est aussi connue pour son engagement en faveur des réfugiés et pour avoir été nommée en 2016 ambassadrice de bonne volonté par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Elle a été incarcérée après son interpellation et une audience est désormais prévue à Paris le 18 mars pour examiner la demande de remise de la chanteuse à la Belgique.

« Elle allait à Paris pour prendre ensuite un train pour son audience d’appel à Bruxelles, mais aussi dans le cadre d’une mission des affaires culturelles maliennes pour laquelle elle avait un passeport diplomatique », a protesté son avocat.

I.N.

Ne ratez pas de nouvelles sur le Mali.

Santé : Les pays de la CEDEAO s’arment contre la propagation du COVID-19

Culture : après un lifting, le musée de l’Afrique de Tervuren a rouvert ses portes

Des stars togolaises saluent la mémoire de DJ ARAFAT

Lire aussi

Related Posts

None found

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés