Afrique australe
25 février 2020

L’UA et l’ONU travaillent à réduire la pauvreté et la faim en Afrique

Victoria Falls (© 2020 Afriquinfos)- En marge de la sixième session du Forum régional africain pour le développement durable (ARFSD […]

Fil AFP

Démarrage du 6ème forum régional africain pour le développement durable

Victoria Falls, (© 2020 Afriquinfos)-C’est ce lundi que démarre la sixième session du Forum régional pour le développement durable (ARFSD). […]

Lire la suite »
30 janvier 2020 Afrique australe

Zimbabwe: les fonctionnaires acceptent une première hausse de leurs salaires

Les fonctionnaires du Zimbabwe ont accepté mercredi, après de longs mois de négociations avec le gouvernement, une première hausse importante […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique australe

La Chine veut renforcer sa coopération avec le Zimbabwe

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi s’est engagé dimanche à renforcer la coopération avec le Zimbabwe malgré une […]

Lire la suite »
16 décembre 2019 Afrique australe

Zimbabwe: Marry Mubaiwa l’épouse du vice-président arrêtée pour fraude

Harare (© 2019 Afriquinfos)- Marry Mubaiwa, l’épouse de l’actuel vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, a été arrêtée pour fraude et […]

Lire la suite »
4 décembre 2019 Afrique australe

Zimbabwe: L’ex-président Mugabe a laissé 10 millions de dollars et des propriétés

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, décédé en septembre à l’âge de 95 ans, a laissé 10 millions de dollars, dix […]

Lire la suite »
1 novembre 2019 Afrique australe

Brian Nichols, ambassadeur américain à couteaux tirés avec le gouvernement zimbabwéen

Harare (© 2019 Afriquinfos)– Les autorités d’Harare accusent l’Ambassadeur américain en poste dans le pays de se comporter en opposant. […]

Lire la suite »
27 septembre 2019 Afrique du Sud

Nouveau rebondissement au Zimbabwe: Mugabe sera finalement enterré au village

L’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, décédé le 6 septembre à l’âge de 95 ans, sera finalement enterré dans son village natal […]

Lire la suite »
Fil AFP

Zimbabwe: L’ex-président Mugabe sera finalement enterré dans son village

L’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, décédé le 6 septembre, sera finalement enterré dans son village et non au monument des héros […]

Lire la suite »
23 septembre 2019 Afrique australe

L’ex-chef d’Mugabe souffrait d’un « cancer à un stade avancé » (Mnangagwa)

Harare (© 2019 Afriquinfos)- D’après le journal Zimbabwe, The Herald l’ex-chef d’Etat Robert Mugabe, souffrait d’un « cancer à un stade […]

Lire la suite »
18 septembre 2019 Non classé

Le 6ème Forum régional africain pour le développement durable se tiendra au Zimbabwe

Harare (© 2019 Afriquinfos)- Le 6ème Forum régional africain pour le développement durable (FRADD), prévu pour 24 au 27 février […]

Lire la suite »
16 septembre 2019 Fil AFP

Hommage à l’ex-président Robert Mugabe ce lundi dans son village natal

La dépouille de l’ex-président du Zimbabwe Robert Mugabe sera transportée lundi dans son village de Kutama, au nord-ouest de la […]

Lire la suite »
15 septembre 2019 Fil AFP

Les deux dernières années de Mugabe, ou la lente fin d’un despote amer

Jusqu’à son dernier souffle, il a refusé de faire le deuil du pouvoir. Poussé vers la sortie par l’armée il […]

Lire la suite »
Fil AFP

Au Zimbabwe, les hôpitaux publics à l’agonie, héritage des années Mugabe

Des gants de latex en guise de sonde urinaire, des salles d’opération à l’arrêt faute d’éclairage, des patients contraints de […]

Lire la suite »
11 septembre 2019 Fil AFP

Le corps de Mugabe quitte Singapour pour le Zimbabwe

Le corps de Robert Mugabe a quitté mercredi Singapour, où l’ex-président du Zimbabwe est décédé le 6 septembre à l’âge […]

Lire la suite »
Fil AFP

Zimbabwe: La famille de Mugabe à Singapour pour récupérer sa dépouille

Plusieurs membres de la famille de Robert Mugabe et une délégation du gouvernement zimbabwéen ont quitté lundi Harare à destination […]

Lire la suite »
Fil AFP

La famille de Mugabe à Singapour pour ramener sa dépouille au Zimbabwe

Des membres de la famille de Robert Mugabe et une délégation du gouvernement zimbabwéen devaient rejoindre lundi Singapour pour ramener […]

Lire la suite »
Afrique australe

Proches et officiels assistent à une messe pour Mugabe à Singapour

Des membres de la famille de l’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, ainsi que des officiels venus d’Harare, ont assisté mardi à […]

Lire la suite »
6 septembre 2019 Afrique australe

Robert Mugabe, héros de l’indépendance devenu despote

Pendant son règne de trente-sept ans à la tête du Zimbabwe jusqu’à sa chute en 2017, Robert Mugabe, décédé à […]

Lire la suite »
Fil AFP

L’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe est mort à 95 ans

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, héros de l’indépendance qui a dirigé d’une main de fer son pays de 1980 à […]

Lire la suite »
Afrique

L’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe est mort

L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, qui a dirigé d’une main de fer son pays de 1980 à 2017, est décédé […]

Lire la suite »
29 août 2019 Non classé

Zimbabwe : tableau noir pour la première année de mandat d’Emmerson Mnangagwa

Harare  (© 2019 Afriquinfos)-Les notes obtenus par le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa après une année de gouvernances sont visiblement […]

Lire la suite »
13 août 2019 Zimbabwe

Une Zimbabwéenne devient la première femme noire à être couronnée Miss Londres

Londres (© 2019 Afriquinfos)- Vimbai Chapungu, d’origine zimbabwéenne, a été couronnée Miss London 2019. Ce sera la première fois qu’une […]

Lire la suite »
26 juillet 2019 Afrique australe

Le nombre d’entraineurs démissionnaires ou limogés après la CAN 2019 passe à 7

Hararé (© 2019 Afriquinfos)- L’après Coupe d’Afrique des Nations (CAN) n’est pas de tout repos pour les entraineurs. Avec le […]

Lire la suite »
25 juillet 2019 Fil AFP

Zimbabwe: La ministre du Tourisme arrêtée pour corruption présumée

HARARE (© 2019 AFP) – La ministre zimbabwéenne de l’Environnement et du Tourisme a été arrêtée par la Commission anti-corruption […]

Lire la suite »
23 novembre 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : baisse de 5% des salaires des hauts fonctionnaires

Harare (© 2018 Afriquinfos)-  A compter du 1er janvier 2019, les dirigeants zimbabwéens percevront 5 % de moins de leur salaire. Ainsi […]

Lire la suite »
22 août 2018 Zimbabwe

Présidentielle/Requête en annulation : la Cour Constitutionnelle débute ses travaux ce mercredi

Harare (© 2018 Afriquinfos La plus haute juridiction du Zimbabwe  a débuté ce mercredi ses travaux visant à examiner la […]

Lire la suite »
Zimbabwe

Zimbabwe: la justice se penche sur l’élection contestée de Mnangagwa

Harare (© 2018 Afriquinfos)- Une requête de l’opposition visant à annuler l’élection qu’elle qualifie de frauduleuse et qui a porté […]

Lire la suite »
8 août 2018 Zimbabwe

Elections au Zimbabwe: arrestation du haut responsable de l’opposition zimbabwéenne Tendai Biti

Harare (© 2018 Afriquinfos)-Au Zimbabwe, Tendai Biti un haut responsable de l’opposition a été arrêté mercredi à la frontière zambienne […]

Lire la suite »
7 août 2018 Zimbabwe

Zimbabwe/violences post-électorales: les 27 opposants libérés sous caution

Harare (© 2018 Afriquinfos)-Les vingt-sept opposants zimbabwéens arrêtés la semaine dernière dans le sillage des violences post-électorales après l’annonce de […]

Lire la suite »
4 août 2018 Afrique australe

Zimbabwe: le président élu défend une élection crédible, l’opposition crie à la fraude

Harare (© 2018 Afriquinfos)-Au Zimbabwe, le leader de l’opposition zimbabwéenne et candidat malheureux à la présidentielle, Nelson Chamisa, a rejeté […]

Lire la suite »
3 août 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : l’opposant Nelson Chamisa empêché de tenir une conférence de presse

Harare (© 2018 Afriquinfos)-   Ce jeudi, au Zimbabwe, le principal opposant et candidat malheureux à la présidentielle, Nelson Chamisa, a […]

Lire la suite »
2 août 2018 Zimbabwe

Tensions post-électorales au Zimbabwe : l’ONU appelle à rejeter toute forme de violence

New York  (© 2018 Afriquinfos)- Après les violences meurtrières qui ont suivi les élections générales au Zimbabwe, le chef de l’ONU […]

Lire la suite »
Zimbabwe

Zimbabwe: les manifestations post-électorales à Harare font trois morts (police)

Harare (© 2018 Afriquinfos)- Au Zimbabwe, trois personnes ont été tuées lors des manifestations post-électorales mercredi à Harare, après l’intervention de […]

Lire la suite »
1 août 2018 Zimbabwe

Zimbabwe: le parti au pouvoir décroche la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale

Harare (© 2018 Afriquinfos)-Au Zimbabwe, la Zanu-FP, a obtenu la majorité absolue des sièges à l’assemblée nationale, lors des élections […]

Lire la suite »
Zimbabwe

Zimbabwe : les premiers résultats publiés par la Commission électorale

Harare (© 2018 Afriquinfos)-  Au Zimbabwe, la Commission électorale (ZEC) a publié mardi les premiers résultats pour les sept circonscriptions […]

Lire la suite »
30 juillet 2018 Zimbabwe

Afrique du sud: l’immunité accordée à grace mugabe contraire à la constitution (jugement)

Johannesburg (© 2018 Afriquinfos)- L’ex-première dame du Zimbabwe Grace Mugabe ne bénéficiait pas de l’immunité diplomatique lors de l’agression en […]

Lire la suite »
Zimbabwe

Mnangagwa répond à Mugabe

Harare  (© 2018 Afriquinfos)- Au Zimbabwe, 9 mois après la chute du président Robert Mugabé en novembre dernier, le pays vit […]

Lire la suite »
29 juillet 2018 Zimbabwe

Mugabe refuse de voter pour Mnangagwa

Harare (© 2018 Afriquinfos)- Ce dimanche, à quelques heure du premier scrutin qui va permettre au Zimbabwe de commencer une […]

Lire la suite »
5 juillet 2018 Zimbabwe

L’armée du Zimbabwe nie toute implication dans les prochaines élections

Harare (© 2018 Afriquinfos) –  Au Zimbabwe, les Forces de défense (ZDF) ont assuré mercredi n’avoir joué aucun rôle en […]

Lire la suite »
28 juin 2018 Zimbabwe

Explosion à Harare : Mnangagwa pointe du doigt des pro-Mugabe

Bulawayo (© 2018 Afriquinfos) – Des responsables de la ZANU PF (au pouvoir)  mais exclus du parti pour s’être alignés […]

Lire la suite »
23 juin 2018 Zimbabwe

Zimbabwe: Cible d’un probable attentat à la bombe le président Mnangawa s’en sort sain et sauf

Bulawayo  (© 2018 Afriquinfos) –  Le Zimbabwe fait la une des médias depuis cet-après midi. Tandis qu’il prenait part  à […]

Lire la suite »
20 juin 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : l’ex-président Mugabe à nouveau en visite médicale à Singapour (presse)

Harare (© 2018 Afriquinfos) –L’ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe, âgé de 94 ans, se trouve actuellement à Singapour pour […]

Lire la suite »
27 mai 2018 Zimbabwe

Commonwealth : le retour du Zimbabwe à l’étude

Harare (© 2018 Afriquinfos)-LLes efforts déployés par le Zimbabwe pour revenir au sein du Commonwealth sont favorables, au vu des […]

Lire la suite »
22 mai 2018 Zimbabwe

Le Zimbabwe réaffirme sa volonté de réintégrer le Commonwealth

Harare (© 2018 Afriquinfos) –Si ce n‘était qu’une intention personnelle, c’est désormais une affaire d‘État. Emmerson Mnangagwa a formellement engagé […]

Lire la suite »
2 mars 2018 Zimbabwe

Zimbabwe/ Présidentiel : le principal parti d’opposition a désigné son candidat

Harare (© 2018 Afriquinfos) –Le président en exercice du principal parti d’opposition du Zimbabwe, Nelson Chamisa, a été investi jeudi […]

Lire la suite »
21 février 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : l’ancien président Mugabe célèbre son anniversaire en toute discrétion

Harare (© Afriquinfos 2018) – Les Zimbabwéens ont marqué mercredi le 94e anniversaire de l’ancien président Robert Mugabe en observant un […]

Lire la suite »
19 février 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : des hommages rendus au chef de l’opposition, « Doyen De La Démocratie »

Harare (© Afriquinfos 2018)-Plusieurs milliers de partisans de l’opposition zimbabwéenne et des responsables politiques régionaux ont rendu hommage lundi à […]

Lire la suite »
15 février 2018 Zimbabwe

Zimbabwe : l’opposant Morgan Tsvangirai n’est plus

Harare (© 2018 Afriquinfos)- Le Chef de file de l’opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai est mort mercredi en Afrique du Sud […]

Lire la suite »
8 janvier 2018 Zimbabwe

Zimbabwe: enquête sur le doctorat suspect de l’ex-première dame Grace Mugabe

Harare (© Afriquinfos 2018)-Les autorités anticorruption du Zimbabwe ont annoncé lundi avoir ouvert une enquête sur les conditions dans lesquelles […]

Lire la suite »
1 2 3 8
Le Zimbabwe officiellement la République du Zimbabwe, anciennement Rhodésie, est un pays enclavé situé en Afrique australe, entre les fleuves Zambèze et Limpopo, bordé par l’Afrique du Sud, le Botswana, la Zambie et le Mozambique. La capitale et la plus grande ville est Harare. La deuxième plus grande ville est Bulawayo. Pays d’environ 14 millions d’habitants, le Zimbabwe compte 16 langues officielles, l’anglais, le shona et le ndebele étant les plus courants. Depuis le XIe siècle, le Zimbabwe actuel a été le site de plusieurs États et royaumes organisés ainsi qu’une voie majeure de migration et de commerce. La Compagnie britannique d’Afrique du Sud de Cecil Rhodes a d’abord délimité le territoire actuel dans les années 1890 ; il est devenu la colonie britannique autonome de la Rhodésie du Sud en 1923. En 1965, le gouvernement minoritaire blanc conservateur a unilatéralement déclaré l’indépendance de la Rhodésie. L’État a enduré l’isolement international et une guérilla de 15 ans avec les forces nationalistes noires ; cela a abouti à un accord de paix qui a établi l’affranchissement universel et la souveraineté de jure en tant que Zimbabwe en avril 1980. Le Zimbabwe a ensuite rejoint le Commonwealth des nations, dont il a été suspendu en 2002 pour violations du droit international par son gouvernement d’alors, et duquel il retiré en décembre 2003. L’État souverain est membre des Nations Unies, de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), de l’Union africaine (UA) et du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA). Il était autrefois connu comme le « joyau de l’Afrique » pour sa grande prospérité. Robert Mugabe est devenu Premier ministre du Zimbabwe en 1980, lorsque son parti ZANU-PF a remporté les élections après la fin du régime de la minorité blanche ; il a été président du Zimbabwe de 1987 jusqu’à sa démission en 2017. Sous le régime autoritaire de Mugabe, l’appareil de sécurité de l’État dominait le pays et était responsable de violations généralisées des droits de l’homme. Mugabe a maintenu la rhétorique socialiste révolutionnaire de l’ère de la guerre froide, accusant les malheurs économiques du Zimbabwe de conspirer les pays capitalistes occidentaux. Les dirigeants politiques africains contemporains étaient réticents à critiquer Mugabe, qui a été poli par ses références anti-impérialistes, bien que l’archevêque Desmond Tutu le qualifie de « personnage de dessin animé d’un dictateur africain archétypal ». Le pays connaît un déclin économique depuis les années 1990, avec plusieurs accidents et hyperinflation en cours de route. Le 15 novembre 2017, à la suite de plus d’un an de protestations contre son gouvernement et contre la dégradation rapide de l’économie du Zimbabwe, Mugabe a été assigné à résidence par l’armée nationale du pays lors d’un coup d’État. Le 19 novembre 2017, la ZANU-PF a limogé Robert Mugabe en tant que chef du parti et a nommé l’ancien vice-président Emmerson Mnangagwa à sa place. Le 21 novembre 2017, Mugabe a remis sa démission avant la fin de la procédure de destitution. Le 30 juillet 2018, le Zimbabwe a tenu ses élections générales, remportées par le parti ZANU-PF dirigé par Emmerson Mnangagwa. Nelson Chamisa, qui dirigeait le principal parti d’opposition MDC Alliance, a contesté les résultats des élections et déposé une requête auprès de la Cour constitutionnelle du Zimbabwe. Le tribunal a confirmé la victoire de Mnangagwa, faisant de lui le président nouvellement élu après Mugabe.

L’histoire du Zimbabwe

Avant 1887

Les archives archéologiques datent de l’établissement humain du Zimbabwe actuel il y a au moins 100 000 ans. Les premiers habitants connus étaient probablement des San, qui ont laissé des pointes de flèches et des peintures rupestres. Les premiers agriculteurs bantous sont arrivés lors de l’expansion bantoue il y a environ 2 000 ans. Des sociétés parlant des langues proto-shona sont apparues pour la première fois dans la moyenne vallée du Limpopo au 9ème siècle avant de s’installer sur les hauts plateaux du Zimbabwe. Le plateau zimbabwéen est finalement devenu le centre des États Shona suivants, à partir du 10e siècle. Vers le début du Xe siècle, le commerce s’est développé avec des marchands arabes sur la côte de l’océan Indien, contribuant au développement du royaume de Mapungubwe au XIe siècle. Ce fut le précurseur des civilisations Shona qui domineraient la région du XIIIe au XVe siècle, comme en témoignent les ruines du Grand Zimbabwe, près de Masvingo, et d’autres sites plus petits. Le site archéologique principal utilise une architecture unique en pierre sèche. Le Royaume de Mapungubwe était le premier d’une série d’États commerçants qui s’étaient développés au Zimbabwe au moment où les premiers explorateurs européens sont arrivés du Portugal. Ces États échangeaient de l’or, de l’ivoire et du cuivre contre du tissu et du verre. De 1300 à 1600 environ, le Royaume du Zimbabwe a éclipsé Mapungubwe. Cet état de Shona a encore affiné et développé l’architecture en pierre de Mapungubwe, qui subsiste à ce jour dans les ruines de la capitale du royaume, le Grand Zimbabwe. De c. 1450 à 1760 Le Zimbabwe a cédé la place au royaume de Mutapa. Cet État Shona a gouverné une grande partie de la zone de l’actuel Zimbabwe, ainsi que certaines parties du centre du Mozambique. Il est connu sous de nombreux noms, y compris l’Empire Mutapa, également connu sous le nom de Mwene Mutapa ou Monomotapa ainsi que «Munhumutapa», et était réputé pour ses routes commerciales stratégiques avec les Arabes et le Portugal. Les Portugais ont cherché à monopoliser cette influence et ont commencé une série de guerres qui ont laissé l’empire dans un quasi-effondrement au début du XVIIe siècle.

En réponse directe à l’augmentation de la présence européenne à l’intérieur, un nouvel État Shona a émergé, connu sous le nom d’Empire Rozwi (1684-1834). S’appuyant sur des siècles de développement militaire, politique et religieux, les Rozwi (signifiant « destroyers ») ont expulsé les Portugais du plateau zimbabwéen par la force des armes. Ils ont poursuivi les traditions de construction de pierres des royaumes du Zimbabwe et de Mapungubwe tout en ajoutant des fusils à leur arsenal et en recrutant une armée professionnelle pour défendre les conquêtes récentes. Vers 1821, le général zoulou Mzilikazi du clan Khumalo se révolta avec succès contre le roi Shaka et fonda son propre clan, le Ndebele. Les Ndebele ont frayé un chemin vers le nord dans le Transvaal, laissant une trace de destruction dans leur sillage et entamant une ère de dévastation généralisée connue sous le nom de Mfecane. Lorsque les trekboers hollandais ont convergé sur le Transvaal en 1836, ils ont conduit la tribu encore plus au nord, avec l’aide des guerriers Tswana Barolong et des commandos Griqua. En 1838, les Ndebele avaient conquis l’Empire Rozwi, ainsi que les autres petits États Shona, et les avaient réduits à la vassalité. Après avoir perdu leurs terres sud-africaines restantes en 1840, Mzilikazi et sa tribu se sont définitivement installés dans le sud-ouest du Zimbabwe actuel dans ce qui est devenu connu sous le nom de Matabeleland, établissant Bulawayo comme leur capitale. Mzilikazi a ensuite organisé sa société en un système militaire avec des kraals régimentaires, similaires à ceux de Shaka, qui était suffisamment stable pour repousser de nouvelles incursions des Boers. Mzilikazi est décédé en 1868 ; suite à une violente lutte pour le pouvoir, son fils Lobengula lui succède.

Époque coloniale et Rhodésie (1888-1964)

Dans les années 1880, les colons européens sont arrivés avec la British South Africa Company (BSAC) de Cecil Rhodes. En 1888, Rhodes a obtenu une concession pour les droits miniers du roi Lobengula des peuples Ndebele. Il a présenté cette concession pour persuader le gouvernement du Royaume-Uni d’accorder une charte royale à la société sur le Matabeleland, et ses États concernés comme le Mashonaland également. Rhodes a utilisé ce document en 1890 pour justifier l’envoi de la colonne des pionniers, un groupe d’Européens protégés par la police britannique bien armée de l’Afrique du Sud (BSAP) à travers le Matabeleland et sur le territoire de Shona pour établir Fort Salisbury (maintenant Harare), et ainsi établir le règne de l’entreprise sur la zone. En 1893 et ​​1894, avec l’aide de leurs nouveaux canons Maxim, le BSAP continuerait à vaincre le Ndebele dans la Première Guerre de Matabele. Rhodes a en outre demandé l’autorisation de négocier des concessions similaires couvrant tout le territoire entre le fleuve Limpopo et le lac Tanganyika, alors connu sous le nom de « Zambie ». Conformément aux termes des concessions et traités susmentionnés, les règlements massifs ont été encouragés, les Britanniques conservant le contrôle de la main-d’œuvre ainsi que des métaux précieux et autres ressources minérales.

En 1895, le BSAC a adopté le nom de «Rhodésie» pour le territoire, en l’honneur de Rhodes. En 1898, la «Rhodésie du Sud» est devenue le nom officiel de la région au sud du Zambèze, qui est devenu plus tard le Zimbabwe. La région au nord a été administrée séparément et appelée plus tard la Rhodésie du Nord (maintenant la Zambie). Peu de temps après le désastreux raid Jameson de Rhodes sur la République sud-africaine, les Ndebele se sont rebellés contre le gouvernement blanc, dirigé par leur chef religieux charismatique, Mlimo. La deuxième guerre de Matabele a duré dans le Matabeleland jusqu’en 1896, lorsque Mlimo a été assassiné. Les agitateurs Shona ont organisé des révoltes infructueuses (connues sous le nom de Chimurenga) contre le règne de l’entreprise en 1896 et 1897. À la suite de ces insurrections ratées, les groupes Ndebele et Shona ont finalement été maîtrisés par l’administration Rhodes, qui a organisé la terre avec un parti pris disproportionné en faveur des Européens, déplaçant ainsi de nombreux peuples autochtones. La Rhodésie du Sud a été annexée par le Royaume-Uni le 12 septembre 1923. Peu de temps après l’annexion, le 1er octobre 1923, la première constitution de la nouvelle colonie de Rhodésie du Sud est entrée en vigueur.

En vertu de la nouvelle constitution, la Rhodésie du Sud est devenue une colonie britannique autonome après un référendum de 1922. Les Rhodésiens de toutes races ont servi au nom du Royaume-Uni pendant les deux guerres mondiales. Proportionnelle à la population blanche, la Rhodésie du Sud a contribué plus par habitant aux Première et Seconde Guerres mondiales que toute autre partie de l’Empire, y compris la Grande-Bretagne elle-même. En 1953, face à l’opposition africaine, la Grande-Bretagne a consolidé les deux Rhodésie avec le Nyassaland (Malawi) dans la malheureuse Fédération centrafricaine, qui était essentiellement dominée par la Rhodésie du Sud. Le nationalisme africain croissant et la dissidence générale, en particulier dans le Nyassaland, ont persuadé la Grande-Bretagne de dissoudre l’Union en 1963, formant trois divisions distinctes. Alors que la démocratie multiraciale a finalement été introduite en Rhodésie du Nord et au Nyasaland, cependant, les Rhodésiens du Sud d’ascendance européenne ont continué à jouir d’un régime minoritaire. Avec l’indépendance de la Zambie, le Rhodesian Front (RF) d’Ian Smith a abandonné la désignation «Sud» en 1964 (alors que la Rhodésie du Nord changeait son nom en Zambie, le mot Sud devenant inutile avant que le nom de Rhodésie devienne inutile et que la nation soit simplement connue sous le nom de Rhodésie par la suite) et a publié une déclaration unilatérale d’indépendance (communément abrégée en « UDI ») du Royaume-Uni le 11 novembre 1965, dans l’intention de répudier efficacement la politique britannique récemment adoptée « pas d’indépendance avant la règle de la majorité ». Il s’agissait du premier cours de ce type suivi par une colonie britannique depuis la déclaration américaine de 1776, qui, selon Smith et d’autres, constituait en effet un précédent approprié à leurs propres actions.

UDI et guerre civile (1965-1980)

Après la Déclaration unilatérale d’indépendance (UDI), le gouvernement britannique a adressé une pétition aux Nations Unies pour des sanctions contre la Rhodésie en attendant des discussions infructueuses avec l’administration de Smith en 1966 et 1968. En décembre 1966, l’organisation s’est conformée, imposant le premier embargo commercial obligatoire à un État autonome. Ces sanctions ont été à nouveau étendues en 1968. Le Royaume-Uni a considéré la déclaration rhodésienne comme un acte de rébellion, mais n’a pas rétabli le contrôle par la force. Une guerre de guérilla a ensuite éclaté lorsque l’Union populaire africaine du Zimbabwe (ZAPU) de Joshua Nkomo et l’Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU) de Robert Mugabe, soutenues activement par les puissances communistes et les pays africains voisins, ont lancé des opérations de guérilla contre le gouvernement majoritairement blanc de la Rhodésie. Le ZAPU était soutenu par l’Union soviétique, le Pacte de Varsovie et des nations associées telles que Cuba, et a adopté une idéologie marxiste-léniniste; Entre-temps, la ZANU s’est alignée sur le maoïsme et le bloc dirigé par la République populaire de Chine. Smith a déclaré la Rhodésie république en 1970, à la suite des résultats d’un référendum de l’année précédente, mais cela n’a pas été reconnu au niveau international. Pendant ce temps, le conflit interne de la Rhodésie s’est intensifié, l’obligeant finalement à ouvrir des négociations avec les militants communistes. En mars 1978, Smith parvint à un accord avec trois dirigeants africains, dirigés par Mgr Abel Muzorewa, qui proposa de laisser la population blanche confortablement enracinée en échange de l’instauration d’une démocratie biraciale. À la suite du règlement interne, des élections ont eu lieu en avril 1979 et se sont conclues par le fait que le Conseil national uni africain (UANC) détenait la majorité des sièges parlementaires. Le 1er juin 1979, Muzorewa, le chef de l’UANC, est devenu Premier ministre et le nom du pays a été changé pour la Rhodésie du Zimbabwe. Le règlement interne a laissé aux Blancs le contrôle des Forces de sécurité rhodésiennes, de la fonction publique, du pouvoir judiciaire et d’un tiers des sièges au Parlement. Le 12 juin, le Sénat américain a voté pour lever la pression économique sur l’ex-Rhodésie. À la suite de la cinquième réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM), tenue à Lusaka (Zambie) du 1er au 7 août 1979, le gouvernement britannique a invité Muzorewa, Mugabe et Nkomo à participer à une conférence constitutionnelle à Lancaster House. Le but de la conférence était de discuter et de parvenir à un accord sur les termes d’une constitution d’indépendance, et de prévoir des élections supervisées sous l’autorité britannique permettant au Zimbabwe Rhodesia de procéder à l’indépendance légale. Sous la présidence de Lord Carrington, Secrétaire d’État aux affaires étrangères et au Commonwealth du Royaume-Uni, ces discussions se sont tenues du 10 septembre au 15 décembre 1979, produisant au total 47 séances plénières. Le 21 décembre 1979, des délégations de tous les principaux intérêts représentés sont parvenues à l’accord de Lancaster House, mettant ainsi fin à la guérilla. Le 11 décembre 1979, l’Assemblée de la Rhodésie a voté à 90 voix contre zéro pour revenir au statut colonial britannique (les votes «oui» incluaient Ian Smith lui-même). Le projet de loi a ensuite passé le Sénat et a été approuvé par le président. Avec l’arrivée de Lord Soames, le nouveau gouverneur, juste après 14 heures le 12 décembre 1979, la Grande-Bretagne a officiellement pris le contrôle de la Rhodésie du Zimbabwe en tant que colonie de la Rhodésie du Sud, bien que le 13 décembre Soames ait déclaré que pendant son mandat, le nom de Rhodésie et de la Rhodésie du Zimbabwe continuerait d’être utilisé. La Grande-Bretagne a levé les sanctions le 12 décembre et les Nations Unies le 16 décembre, avant d’appeler ses États membres à faire de même le 21 décembre. La Zambie, le Mozambique, la Tanzanie, l’Angola et le Botswana ont donc levé les sanctions les 22 et 23 décembre ; l’Australie a partiellement anticipé cela, levant toutes les sanctions sauf commerciales le 18 décembre et les sanctions commerciales le 21 décembre. Lors des élections de février 1980, Robert Mugabe et le parti ZANU ont remporté une victoire écrasante. Le prince Charles, en tant que représentant de la Grande-Bretagne, a officiellement accordé l’indépendance à la nouvelle nation du Zimbabwe lors d’une cérémonie à Harare en avril 1980.

L’ère de l’indépendance (de 1980 à nos jours)

Le premier président du Zimbabwe après son indépendance a été Canaan Banana dans ce qui était à l’origine un rôle principalement cérémoniel en tant que chef de l’État. Robert Mugabe, chef du parti ZANU, a été le premier Premier ministre et chef du gouvernement du pays. Une opposition à ce qui était perçu comme une prise de contrôle Shona a immédiatement éclaté autour de Matabeleland. Les troubles de Matabele ont conduit à ce qui est devenu connu sous le nom de Gukurahundi (Shona: « la pluie précoce qui emporte l’ivraie avant les pluies de printemps »). La cinquième brigade, une unité d’élite formée en Corée du Nord qui relevait directement du Premier ministre zimbabwéen, est entrée dans le Matabeleland et a massacré des milliers de civils accusés de soutenir des « dissidents ». Les estimations du nombre de décès au cours de la campagne quinquennale de Gukurahundi allaient de 3 750 à 80 000. Des milliers d’autres ont été torturés dans des camps d’internement militaire. La campagne a officiellement pris fin en 1987 après que Nkomo et Mugabe sont parvenus à un accord d’unité qui a fusionné leurs partis respectifs, créant l’Union nationale africaine du Zimbabwe – Front patriotique (ZANU-PF). Les élections de mars 1990 ont abouti à une nouvelle victoire de Mugabe et du parti ZANU-PF, qui a remporté 117 des 120 sièges contestés.

Au cours des années 1990, les étudiants, les syndicalistes et d’autres travailleurs ont souvent manifesté leur mécontentement croissant à l’égard des politiques du Mugabe et du ZANU-PF. En 1996, des fonctionnaires, des infirmières et des médecins débutants se sont mis en grève pour des questions de salaire. La santé générale de la population a également commencé à décliner de manière significative ; en 1997, environ 25% de la population avait été infectée par le VIH dans une pandémie qui touchait la majeure partie de l’Afrique australe. La redistribution des terres est réapparue comme le principal problème pour le gouvernement de la ZANU-PF vers 1997. Malgré l’existence d’un programme de réforme agraire « consentant-acheteur-vendeur-vendeur » depuis les années 1980, la population minoritaire blanche du Zimbabwe d’environ 0,6% a continué de détiennent 70% des terres agricoles les plus fertiles du pays. En 2000, le gouvernement a poursuivi son programme de réforme agraire accélérée, une politique d’acquisition obligatoire de terres visant à redistribuer les terres de la population blanche minoritaire à la population noire majoritaire. Les confiscations de terres agricoles blanches, les sécheresses continues et une baisse importante des financements extérieurs et autres aides ont entraîné une forte baisse des exportations agricoles, qui étaient traditionnellement le premier secteur producteur-exportateur du pays. Quelque 58 000 agriculteurs noirs indépendants ont depuis lors connu un succès limité dans la relance des secteurs des cultures commerciales éviscérées grâce à des efforts à plus petite échelle. Le président Mugabe et la direction du parti ZANU-PF se sont retrouvés assaillis par un large éventail de sanctions internationales. En 2002, la nation a été suspendue du Commonwealth des nations en raison des saisies imprudentes de fermes et de la falsification flagrante des élections. L’année suivante, les autorités zimbabwéennes ont volontairement mis fin à leur adhésion au Commonwealth. La loi de 2001 sur la démocratie et la relance économique au Zimbabwe (ZDERA) est entrée en vigueur en 2002, créant un gel des crédits du gouvernement zimbabwéen par le biais de la section 4 C, Restriction du financement multilatéral. Le projet de loi était parrainé par Bill Frist et coparrainé par les sénateurs américains Hillary Clinton, Joe Biden, Russ Feingold et Jesse Helms. Par le biais de la section 4C de ZDERA, le secrétaire au Trésor est invité à ordonner aux directeurs américains des institutions financières internationales énumérées à la section 3 « de s’opposer et de voter contre – (1) toute prolongation par l’institution respective de tout prêt, crédit ou garantie au gouvernement du Zimbabwe ; ou (2) toute annulation ou réduction de la dette due par le gouvernement du Zimbabwe aux États-Unis ou à toute institution financière internationale. « 

En 2003, l’économie du pays s’était effondrée. On estime que jusqu’à un quart des 11 millions d’habitants du Zimbabwe ont fui le pays. Les trois quarts des Zimbabwéens restants vivaient avec moins d’un dollar américain par jour. Après les élections de 2005, le gouvernement a lancé «l’opération Murambatsvina», un effort pour réprimer les marchés illégaux et les bidonvilles émergeant dans les villes, laissant une partie importante des pauvres urbains sans abri. Le gouvernement zimbabwéen a décrit l’opération comme une tentative de fournir un logement décent à la population, bien que, selon des critiques comme Amnesty International, les autorités n’aient pas encore étayé leurs allégations.

Le 29 mars 2008, le Zimbabwe a organisé une élection présidentielle et des élections parlementaires. Les résultats de cette élection ont été suspendus pendant deux semaines, après quoi il a été généralement reconnu que le Mouvement pour le changement démocratique – Tsvangirai (MDC-T) avait obtenu la majorité d’un siège à la chambre basse du Parlement. Le 10 juillet 2008, la Russie et la Chine ont opposé leur veto aux sanctions de l’ONU au Zimbabwe imposées par la Grande-Bretagne et les États-Unis. Les États-Unis ont rédigé le dossier, qui aurait imposé un embargo sur les armes au régime de Mugabe. Cependant, neuf des 15 pays du Conseil de l’ONU s’y sont opposés, notamment le Vietnam, l’Afrique du Sud et la Libye, qui ont fait valoir que le Zimbabwe n’était pas une «menace pour la paix et la sécurité internationales». Fin 2008, les problèmes au Zimbabwe ont atteint des proportions de crise dans les domaines du niveau de vie, de la santé publique (avec une importante épidémie de choléra en décembre) et de diverses affaires fondamentales. Au cours de cette période, les ONG ont pris le relais du gouvernement en tant que principal fournisseur de nourriture pendant cette période d’insécurité alimentaire au Zimbabwe. En septembre 2008, un accord de partage du pouvoir a été conclu entre Tsvangirai et le président Mugabe, autorisant ce dernier à occuper le poste de Premier ministre. En raison de divergences ministérielles entre leurs partis politiques respectifs, l’accord n’a été pleinement mis en œuvre que le 13 février 2009. En décembre 2010, Mugabe menaçait d’exproprier complètement les entreprises privées restantes au Zimbabwe, à moins que les « sanctions occidentales » ne soient levées.

Une enquête réalisée en 2011 par Freedom House a suggéré que les conditions de vie s’étaient améliorées depuis l’accord de partage du pouvoir. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a déclaré dans son document de planification 2012-2013 que « la situation humanitaire s’est améliorée au Zimbabwe depuis 2009, mais les conditions restent précaires pour de nombreuses personnes ». Le 17 janvier 2013, le vice-président John Nkomo est décédé d’un cancer à l’hôpital Sainte-Anne de Harare à l’âge de 78 ans. Une nouvelle constitution approuvée lors du référendum constitutionnel du Zimbabwe en 2013 restreint les pouvoirs présidentiels. Mugabe a été réélu président lors des élections générales de juillet 2013 au Zimbabwe que The Economist a qualifiées de «truquées» et le Daily Telegraph comme «volées». Le Mouvement pour le changement démocratique a allégué une fraude massive et a tenté de demander réparation auprès des tribunaux. Dans un moment de franchise surprenant au congrès de la ZANU-PF en décembre 2014, le président Robert Mugabe a accidentellement laissé échapper que l’opposition avait en fait remporté les scrutins controversés de 2008 par un incroyable 73%. Après avoir remporté les élections, le gouvernement de Mugabe ZANU-PF a rétabli le régime d’un parti, a doublé la fonction publique et, selon The Economist, s’est lancé dans « une mauvaise gestion et une corruption éblouissante ». Une étude de 2017 menée par l’Institut d’études de sécurité (ISS) a conclu qu’en raison de la détérioration du gouvernement et de l’économie « le gouvernement encourage la corruption à compenser son incapacité à financer ses propres institutions » avec des barrages routiers de la police répandus et informels pour infliger des amendes aux voyageurs en étant une manifestation. En juillet 2016, des manifestations à l’échelle nationale ont eu lieu concernant l’effondrement économique du pays et le ministre des Finances a admis: «Pour l’instant, nous n’avons littéralement rien. En novembre 2017, l’armée a mené un coup d’État à la suite du limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa, mettant Mugabe en résidence surveillée. L’armée a nié que leurs actions aient constitué un coup d’État. Mugabe a démissionné le 21 novembre 2017, après avoir dirigé le pays pendant 37 ans. Bien qu’en vertu de la Constitution du Zimbabwe, Mugabe devrait être remplacé par le vice-président Phelekezela Mphoko, un partisan de Grace Mugabe, le fouet en chef de la ZANU-PF, Lovemore Matuke, a déclaré à l’agence de presse Reuters que Mnangagwa serait nommé président.

En décembre 2017, le site Internet Zimbabwe News, calculant le coût de l’ère Mugabe à l’aide de diverses statistiques, a déclaré qu’au moment de l’indépendance en 1980, le pays connaissait une croissance économique d’environ 5% par an, et cela depuis longtemps. temps. Si ce taux de croissance avait été maintenu pendant les 37 prochaines années, le Zimbabwe aurait en 2016 un PIB de 52 milliards de dollars américains. Au lieu de cela, il avait un PIB du secteur formel de seulement 14 milliards de dollars américains, un coût de 38 milliards de dollars américains en perte de croissance. La croissance démographique en 1980 était parmi les plus élevées d’Afrique avec environ 3,5% par an, doublant tous les 21 ans. Si cette croissance s’était maintenue, la population aurait été de 31 millions d’habitants. Au lieu de cela, en 2018, il est d’environ 13 millions. Les divergences seraient dues en partie à la mort due à la famine et à la maladie, et en partie à une baisse de la fertilité. L’espérance de vie a diminué de moitié et le nombre de décès dus à des violences à motivation politique parrainées par le gouvernement dépasse les 200 000 depuis 1980. Le gouvernement Mugabe a directement ou indirectement causé la mort d’au moins trois millions de Zimbabwéens en 37 ans. Selon le Programme alimentaire mondial, plus de deux millions de personnes sont confrontées à la famine en raison des récentes sécheresses que le pays traverse.

La politique du Zimbabwe

Le Zimbabwe est une république avec un système présidentiel de gouvernement. Le système semi-présidentiel a été aboli avec l’adoption d’une nouvelle constitution après un référendum en mars 2013. En vertu des modifications constitutionnelles de 2005, une chambre haute, le Sénat, a été rétablie. La Chambre d’assemblée est la chambre basse du Parlement. L’Union nationale africaine du Zimbabwe de l’ancien président Robert Mugabe – Front patriotique (communément abrégé ZANU-PF) est le parti politique dominant au Zimbabwe depuis l’indépendance.

En 1987, le premier ministre d’alors Mugabe a révisé la constitution, abolissant la présidence de cérémonie et les postes de premier ministre pour former un président exécutif, un système présidentiel. Son parti ZANU a remporté toutes les élections depuis l’indépendance, lors des élections de 1990, le deuxième parti, le Zimbabwe Unity Movement d’Edgar Tekere, n’a obtenu que 20% des voix. Lors des élections législatives de 1995, la plupart des partis d’opposition, y compris le ZUM, ont boycotté le vote, ce qui a entraîné un quasi-balayage du parti au pouvoir. Lorsque l’opposition est revenue aux urnes en 2000, elle a remporté 57 sièges, soit cinq de moins que la ZANU. Des élections présidentielles ont de nouveau eu lieu en 2002 sur fond d’allégations de fraude électorale, d’intimidation et de fraude. Les élections législatives de 2005 au Zimbabwe ont eu lieu le 31 mars et de multiples allégations de fraude électorale, de fraude électorale et d’intimidation ont été formulées par le MDC et Jonathan Moyo, appelant à des enquêtes sur 32 des 120 circonscriptions. Jonathan Moyo a participé aux élections malgré les allégations et a remporté un siège de député indépendant. Des élections générales ont de nouveau eu lieu au Zimbabwe le 30 mars 2008. Les résultats officiels ont nécessité un second tour entre Mugabe et Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition ; le MDC a contesté ces résultats, alléguant une fraude électorale généralisée de la part du gouvernement Mugabe.  Le second tour était prévu pour le 27 juin 2008. Le 22 juin, citant l’injustice persistante du processus et refusant de participer à une « imposture violente et illégitime d’un processus électoral », Tsvangirai s’est retiré du second tour présidentiel, le La ZEC a retenu le second tour et le président Mugabe a obtenu une majorité écrasante.

Le MDC-T dirigé par Morgan Tsvangirai est désormais majoritaire à la Chambre basse du Parlement. Le MDC s’est divisé en deux factions. Une faction (MDC-M), désormais dirigée par Arthur Mutambara, a contesté les élections au Sénat, tandis que l’autre, dirigée par Tsvangirai, s’est opposée à la contestation des élections, affirmant que la participation à une élection truquée équivaut à soutenir l’affirmation de Mugabe selon laquelle les élections passées étaient libres et équitables. Les partis d’opposition ont repris leur participation aux élections nationales et locales en 2006. Les deux camps du MDC ont eu leurs congrès en 2006, Tsvangirai étant élu pour diriger le MDC-T, qui est devenu plus populaire que l’autre groupe. Mutambara, professeur de robotique et ancien spécialiste de la robotique de la NASA a remplacé Welshman Ncube qui était le chef par intérim du MDC-M après la scission. Morgan Tsvangirai n’a pas participé aux élections sénatoriales, tandis que la faction Mutambara y a participé et a remporté cinq sièges au Sénat. La formation Mutambara a été affaiblie par les défections de députés et d’individus déçus par leur manifeste. En 2008, le Mouvement pour le changement démocratique est devenu le plus populaire, avec des foules allant jusqu’à 20 000 personnes assistant à leurs rassemblements, contre entre 500 et 5 000 pour l’autre formation. Le 28 avril 2008, Tsvangirai et Mutambara ont annoncé lors d’une conférence de presse conjointe à Johannesburg que les deux formations du MDC coopéraient, permettant au MDC d’avoir une majorité parlementaire claire. Tsvangirai a déclaré que Mugabe ne pouvait pas rester président sans une majorité parlementaire. Le même jour, Silaigwana a annoncé que les recomptages pour les cinq dernières circonscriptions avaient été achevés, que les résultats étaient en cours de compilation et qu’ils seraient publiés le 29 avril. À la mi-septembre 2008, après des négociations prolongées supervisées par les dirigeants de l’Afrique du Sud et du Mozambique, Mugabe et Tsvangirai ont signé un accord de partage du pouvoir qui verrait Mugabe garder le contrôle de l’armée. Les pays donateurs ont adopté une attitude attentiste, voulant que de véritables changements soient apportés par cette fusion avant de s’engager à financer des efforts de reconstruction, qui devraient durer au moins cinq ans. Le 11 février 2009, Tsvangirai a prêté serment en tant que Premier ministre par le président Mugabe.

En novembre 2008, le gouvernement du Zimbabwe a dépensé 7,3 millions de dollars EU donnés par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Un représentant de l’organisation a refusé de spéculer sur la façon dont l’argent a été dépensé, sauf qu’il n’était pas destiné à l’usage prévu, et le gouvernement n’a pas honoré les demandes de restitution de l’argent. En février 2013, le chef des élections du Zimbabwe, Simpson Mtambanengwe, a démissionné en raison de problèmes de santé. Sa démission est intervenue plusieurs mois avant le référendum constitutionnel et les élections dans le pays. La politique sur le statut du Zimbabwe a été remise en question par un coup d’État qui a eu lieu en novembre 2017, mettant fin à la présidence présidentielle de Mugabe. Emmerson Mnangagwa a été nommé président à la suite de ce coup d’État et élu officiellement avec 50,8% des voix lors des élections générales de 2018 au Zimbabwe, évitant ainsi un second tour et faisant de lui le 3e président du Zimbabwe.

L’économie du Zimbabwe

Les minéraux, l’or et l’agriculture sont les principales exportations étrangères du Zimbabwe. Le tourisme joue également un rôle clé dans son économie. Le secteur minier reste très lucratif, certaines des plus grandes réserves de platine du monde étant exploitées par Anglo American plc et Impala Platinum. Les champs de diamants de Marange, découverts en 2006, sont considérés comme la plus grande découverte de diamants depuis plus d’un siècle. Ils ont le potentiel d’améliorer considérablement la situation fiscale du pays, mais presque tous les revenus provenant du terrain ont disparu dans les poches des officiers de l’armée et des politiciens de la ZANU-PF. En termes de carats produits, le champ de Marange est l’un des plus grands projets de production de diamants au monde, estimant à 12 millions de carats en 2014 pour une valeur de plus de 350 millions de dollars. Le Zimbabwe est le plus grand partenaire commercial de l’Afrique du Sud sur le continent. Les taxes et les tarifs sont élevés pour les entreprises privées, tandis que les entreprises d’État sont fortement subventionnées. La réglementation de l’État coûte cher aux entreprises ; démarrer ou fermer une entreprise est lent et coûteux. Les dépenses publiques devraient atteindre 67% du PIB en 2007. Le tourisme était une industrie importante pour le pays, mais a échoué ces dernières années. Le Zimbabwe Conservation Task Force a publié un rapport en juin 2007, estimant que 60% de la faune du Zimbabwe est décédée depuis 2000 en raison du braconnage et de la déforestation. Le rapport avertit que la perte de vies humaines combinée à une déforestation généralisée est potentiellement désastreuse pour l’industrie touristique.

Le secteur des TIC du Zimbabwe a connu une croissance rapide. Un rapport de la société de navigateur Internet mobile Opera, en juin / juillet 2011, a classé le Zimbabwe comme le marché le plus dynamique d’Afrique.

Depuis le 1er janvier 2002, le gouvernement du Zimbabwe a gelé ses lignes de crédit auprès d’institutions financières internationales, en vertu d’une législation américaine appelée Zimbabwe Democracy and Economic Recovery Act of 2001 (ZDERA). La section 4C charge le Secrétaire au Trésor de diriger les directeurs des institutions financières internationales pour opposer leur veto à l’octroi de prêts et de crédits au gouvernement zimbabwéen. Selon les États-Unis, ces sanctions ne visent que sept entreprises spécifiques détenues ou contrôlées par des fonctionnaires et non par des citoyens ordinaires.

Le Zimbabwe a maintenu une croissance économique positive tout au long des années 80 (croissance du PIB de 5% par an) et des années 90 (croissance du PIB de 4,3% par an). L’économie a décliné à partir de 2000 : baisse de 5% en 2000, 8% en 2001, 12% en 2002 et 18% en 2003. L’implication du Zimbabwe de 1998 à 2002 dans la guerre en République démocratique du Congo a drainé des centaines de millions de dollars de l’économie. De 1999 à 2009, le Zimbabwe a connu la croissance économique la plus faible jamais enregistrée avec une baisse annuelle du PIB de 6,1%. La spirale descendante de l’économie a été attribuée principalement à la mauvaise gestion et à la corruption du gouvernement et à l’expulsion de plus de 4 000 fermiers blancs dans les confiscations de terres controversées de 2000. Le gouvernement zimbabwéen et ses partisans attestent que ce sont les politiques occidentales pour venger l’expulsion de leurs proches qui ont saboté l’économie. En 2005, le pouvoir d’achat du Zimbabwéen moyen était tombé aux mêmes niveaux en termes réels qu’en 1953. En 2005, le gouvernement, dirigé par le gouverneur de la banque centrale Gideon Gono, a commencé à faire des ouvertures pour que les fermiers blancs puissent revenir. Il en restait 400 à 500 dans le pays, mais une grande partie des terres confisquées n’étaient plus productives. En 2016, il y avait environ 300 fermes appartenant à des fermiers blancs laissées sur les 4500 d’origine. Les fermes abandonnées étaient soit trop éloignées, soit leurs propriétaires avaient payé pour leur protection ou collaboré avec le régime. En janvier 2007, le gouvernement a accordé des baux à long terme à certains agriculteurs blancs. Dans le même temps, cependant, le gouvernement a également continué d’exiger que tous les fermiers blancs restants, qui avaient reçu des avis d’expulsion plus tôt, quittent la terre ou risquent d’être arrêtés. Mugabe a indiqué que les gouvernements étrangers et le « sabotage » présumé étaient la cause de la chute de l’économie zimbabwéenne, ainsi que le taux de chômage officiel de 80% du pays.

L’inflation est passée d’un taux annuel de 32% en 1998 à un sommet officiel estimé à 11 200 000% en août 2008 selon l’Office central des statistiques du pays. Cela représentait un état d’hyperinflation, et la banque centrale a introduit un nouveau billet de 100 billions de dollars. Le 29 janvier 2009, afin de lutter contre l’inflation galopante, le ministre des Finances par intérim, Patrick Chinamasa, a annoncé que les Zimbabwéens seraient autorisés à utiliser d’autres devises plus stables pour faire des affaires, parallèlement au dollar zimbabwéen. Afin de lutter contre l’inflation et de favoriser la croissance économique, le dollar zimbabwéen a été suspendu indéfiniment le 12 avril 2009. En 2016, le Zimbabwe a autorisé le commerce du dollar des États-Unis et de diverses autres devises telles que le rand (Afrique du Sud), le pula (Botswana), l’euro et la livre sterling (Royaume-Uni). En février 2019, le gouverneur de la RBZ a introduit une nouvelle monnaie locale, le dollar RTGS, afin de relever certains des défis économiques et financiers du Zimbabwe. Après la formation du gouvernement d’unité et l’adoption de plusieurs devises au lieu du dollar zimbabwéen en 2009, l’économie zimbabwéenne a rebondi. Le PIB a augmenté de 8 à 9% par an entre 2009 et 2012. En novembre 2010, le FMI a décrit l’économie zimbabwéenne comme « achevant sa deuxième année de croissance économique soutenue ». En 2014, le Zimbabwe avait retrouvé les niveaux observés dans les années 90, mais entre 2012 et 2016, la croissance avait ralenti. Zimplats, la plus grande société de platine du pays, a procédé à des extensions de 500 millions de dollars américains et poursuit également un projet distinct de 2 milliards de dollars américains, malgré les menaces de Mugabe de nationaliser la société. La banque d’investissement panafricaine IMARA a publié un rapport favorable en février 2011 sur les perspectives d’investissement au Zimbabwe, invoquant une amélioration de la base de revenus et une augmentation des recettes fiscales. Fin janvier 2013, le ministère zimbabwéen des Finances a indiqué qu’il ne disposait que de 217 dollars dans sa trésorerie et demanderait des dons pour financer les prochaines élections, dont le coût est estimé à 107 millions de dollars. En octobre 2014, Metallon Corporation était le plus grand mineur d’or du Zimbabwe. Le groupe envisage d’augmenter sa production à 500 000 onces troy par an d’ici 2019. L’inflation au Zimbabwe était de 42% en 2018. En juin 2019, le taux d’inflation a atteint 175%, entraînant des troubles massifs à travers le pays et à Harare.

Le tourisme

Depuis le programme de réforme agraire de 2000, le tourisme au Zimbabwe a régulièrement diminué. Mais en 2018, 2,6 millions de touristes sont arrivés au Zimbabwe, ce qui est le niveau record jusqu’à présent. En 2016, la contribution totale du tourisme au Zimbabwe était de 1,1 milliard de dollars (USD), soit environ 8,1% du PIB du Zimbabwe. Il devrait augmenter de 1,4% en 2017. L’emploi dans les voyages et le tourisme, ainsi que dans les industries des voyages et du tourisme, représente indirectement 5,2% de l’emploi national et devrait augmenter de 1,4% en 2017. Plusieurs compagnies aériennes se sont retirées du Zimbabwe entre 2000 et 2007. L’Australienne Qantas, l’Allemagne Lufthansa et Austrian Airlines ont été parmi les premières à se retirer et en 2007, British Airways a suspendu tous les vols directs à destination de Harare. La compagnie aérienne phare du pays, Air Zimbabwe, qui assurait des vols à travers l’Afrique et quelques destinations en Europe et en Asie, a cessé ses activités en février 2012. En 2017, plusieurs grandes compagnies aériennes commerciales avaient repris leurs vols vers le Zimbabwe. Le Zimbabwe possède plusieurs attractions touristiques majeures. Les chutes Victoria sur le Zambèze, qui sont partagées avec la Zambie, sont situées dans le nord-ouest du Zimbabwe. Avant les changements économiques, une grande partie du tourisme pour ces endroits était du côté du Zimbabwe, mais maintenant la Zambie est le principal bénéficiaire. Le parc national des chutes Victoria se trouve également dans cette zone et est l’un des huit principaux parcs nationaux du Zimbabwe, dont le plus grand est le parc national de Hwange. Les Highlands de l’Est sont une série de zones montagneuses près de la frontière avec le Mozambique. Le plus haut sommet du Zimbabwe, le mont Nyangani, à 2 593 m (8 507 pi), se trouve ici, ainsi que les montagnes Bvumba et le parc national de Nyanga. La vision du monde est dans ces montagnes et c’est d’ici que des endroits aussi éloignés que 60 à 70 km (37 à 43 mi) sont visibles et, par temps clair, la ville de Rusape peut être vue. Le Zimbabwe est inhabituel en Afrique, car il existe un certain nombre d’anciennes villes en ruine construites dans un style unique en pierre sèche. Parmi les plus célèbres d’entre elles figurent les ruines du Grand Zimbabwe à Masvingo. Les autres ruines comprennent les ruines de Khami, le Zimbabwe, Dhlo-Dhlo et Naletale. Les collines Matobo sont une zone de kopjes granitiques et de vallées boisées commençant à environ 35 km (22 mi) au sud de Bulawayo, dans le sud du Zimbabwe. Les collines ont été formées il y a plus de 2 000 millions d’années avec du granit forcé à la surface, puis érodé pour produire des «dwalas» de baleines lisses et des kopjes brisés, parsemés de rochers et entrecoupés de fourrés de végétation. Mzilikazi, fondateur de la nation Ndebele, a donné son nom à la région, ce qui signifie «têtes chauves». Ils sont devenus une attraction touristique en raison de leurs formes anciennes et de la faune locale. Cecil Rhodes et d’autres premiers pionniers blancs comme Leander Starr Jameson sont enterrés dans ces collines sur un site nommé World’s View.

La démographie du Zimbabwe

La population totale du Zimbabwe est de 12,97 millions d’habitants. Selon l’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies, l’espérance de vie des hommes était de 56 ans et celle des femmes de 60 ans (2012). Une association de médecins au Zimbabwe a appelé le président Mugabe à prendre des mesures pour aider les services de santé malades. Le taux d’infection par le VIH au Zimbabwe était estimé à 14% pour les personnes âgées de 15 à 49 ans en 2009. L’UNESCO a signalé une baisse de la prévalence du VIH parmi les femmes enceintes de 26% en 2002 à 21% en 2004. 85% des Zimbabwéens sont chrétiens ; 62% de la population assiste régulièrement aux services religieux. Les plus grandes églises chrétiennes sont anglicanes, catholiques romaines, adventistes du septième jour et méthodistes. Comme dans d’autres pays africains, le christianisme peut être mélangé avec des croyances traditionnelles durables. Le culte ancestral est la religion non chrétienne la plus pratiquée, impliquant l’intercession spirituelle; le mbira dzavadzimu, qui signifie «voix des ancêtres», un instrument lié à de nombreux lamellophones omniprésents dans toute l’Afrique, est au cœur de nombreuses procédures cérémonielles. Mwari signifie simplement « Dieu le Créateur » (musika vanhu à Shona). Environ 1% de la population est musulmane.

L’éducation du Zimbabwe

En raison d’importants investissements dans l’éducation depuis l’indépendance, le Zimbabwe a le taux d’alphabétisation des adultes le plus élevé d’Afrique, qui était de 90,70% en 2013. Ce chiffre est inférieur aux 92% enregistrés en 2010 par le Programme des Nations Unies pour le développement et aux 97,0% enregistrés lors du recensement de 2002, tout en restant nettement supérieur à 80,4% enregistrés lors du recensement de 1992. Le département de l’éducation a déclaré que 20 000 enseignants ont quitté le Zimbabwe depuis 2007 et que la moitié des enfants du Zimbabwe n’ont pas dépassé le niveau primaire. La partie la plus aisée de la population envoie généralement ses enfants dans des écoles indépendantes, contrairement aux écoles publiques qui sont fréquentées par la majorité car elles sont subventionnées par le gouvernement. L’enseignement scolaire a été rendu gratuit en 1980, mais depuis 1988, le gouvernement a régulièrement augmenté les frais attachés à la scolarisation jusqu’à ce qu’ils dépassent désormais largement la valeur réelle des frais de scolarité en 1980. Le ministère de l’Éducation du Zimbabwe maintient et gère les écoles publiques, mais le les frais facturés par les écoles indépendantes sont réglementés par le cabinet du Zimbabwe. Le système éducatif du Zimbabwe comprend deux ans d’enseignement préscolaire, sept ans d’enseignement primaire et six ans d’enseignement secondaire avant que les étudiants puissent entrer à l’université dans le pays ou à l’étranger. L’année scolaire au Zimbabwe s’étend de janvier à décembre, avec trois trimestres, divisés par un mois de vacances, avec un total de 40 semaines d’école par an. Les examens nationaux sont rédigés au cours du troisième trimestre de novembre, des matières de niveau « O » et « A » étant également proposées en juin. Il existe au Zimbabwe sept universités publiques (gouvernementales) ainsi que quatre universités confessionnelles entièrement accréditées au niveau international. L’Université du Zimbabwe, la première et la plus grande, a été construite en 1952 et est située dans la banlieue de Harare à Mount Pleasant. Les anciens élèves notables des universités zimbabwéennes incluent Welshman Ncube; Peter Moyo (d’Amabhubesi); Tendai Biti, Chenjerai Hove, poète, romancier et essayiste zimbabwéen; et Arthur Mutambara. De nombreux politiciens du gouvernement du Zimbabwe ont obtenu des diplômes d’universités américaines ou d’autres universités à l’étranger.

L’Université nationale des sciences et de la technologie (NUST) est la deuxième plus grande université de recherche publique du Zimbabwe située à Bulawayo. Il a été créé en 1991. L’Université nationale des sciences et de la technologie s’efforce de devenir une institution florissante et réputée non seulement au Zimbabwe et en Afrique australe, mais aussi parmi la fraternité internationale des universités. Son orientation, ses valeurs culturelles encouragent tous ses membres et la société à adopter des attitudes de loyauté, de compréhension, de tolérance et de respect des personnes et des opinions qui sont essentielles pour la réalisation et le maintien de la justice, de la paix et de l’harmonie à tout moment. L’Africa University est une institution universitaire liée aux méthodistes unis située à Manicaland qui attire des étudiants d’au moins 36 pays africains. L’institution n’a cessé de croître et dispose de matériel d’étude et d’installations d’apprentissage stables. Le plus haut conseil professionnel des comptables est l’Institut des comptables agréés du Zimbabwe (ICAZ) qui entretient des relations directes avec des organismes similaires en Afrique du Sud, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie. Un comptable agréé du Zimbabwe est également membre d’organes similaires dans ces pays après avoir rédigé un document de conversion. De plus, les médecins formés au Zimbabwe n’ont besoin que d’un an de résidence pour être pleinement agréés aux États-Unis. La Zimbabwe Institution of Engineers (ZIE) est la plus haute commission professionnelle pour les ingénieurs. L’éducation au Zimbabwe est devenue menacée depuis les changements économiques de 2000, les enseignants se sont mis en grève en raison des bas salaires, des étudiants incapables de se concentrer à cause de la faim et du prix des uniformes qui ont fait de cette norme un luxe. Les enseignants ont également été l’une des principales cibles des attaques de Mugabe car il pensait qu’ils n’étaient pas de fervents partisans.

Les langues du Zimbabwe

L’anglais est la principale langue utilisée dans les systèmes éducatif et judiciaire. Les langues bantoues Shona et Ndebele sont les principales langues indigènes du Zimbabwe. Le shona est parlé par 70% de la population, le ndebele par 20%. Les autres langues minoritaires bantoues comprennent le venda, le tsonga, le shangaan, le kalanga, le sotho, le ndau et le nambya. Moins de 2,5%, principalement les minorités blanches et « colorées » (métisses), considèrent l’anglais comme leur langue maternelle. Shona a une riche tradition orale, qui a été incorporée dans le premier roman Shona, Feso de Solomon Mutswairo, publié en 1956. L’anglais est parlé principalement dans les villes, mais moins dans les zones rurales. Des informations à la radio et à la télévision sont désormais diffusées à Shona, Sindebele et en anglais. Le Zimbabwe a 16 langues officielles et en vertu de la constitution, une loi du Parlement peut prescrire d’autres langues comme langues officiellement reconnues.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés