La police congolaise s’emploiera toujours à sécuriser les citoyens et les étrangers, selon le porte-parole

Afriquinfos Editeur 2 Vues
2 Min de Lecture

"Il n'y a pas une mesure particulière pour sécuriser les étrangers sur le sol congolais, mais la police s'emploiera comme toujours dans ses missions, à sécuriser l'ensemble des citoyens congolais y compris les étrangers", a-t-il affirmé face à la récrudescence des actes criminels comme assassinats, viols ou braquage dont sont victimes des réssortissants étrangers.

M. Alakoua a confirmé les faits sur l'assassinat d'un réssortissant chinois, abattu le 13 juillet dans un restaurant de la capitale Brazzaville par trois ex-militaires centrafricains et deux policiers congolais qui sont connus des services de la policière judiciaire congolaise pour ce genre d'actes criminels.

Selon lui, les malfaiteurs interpéllés et écroués depuis le 27 juillet ont avoué avoir commis ce meurtre pour des bésoins d'argent.

C'est un crime qui est prévu et punit par la loi, et les malfaiteurs qui sont tous aux arrêts, attendent la fin de l'enquête pour être présentés devant un tribunal, a-t-il indiqué.

Pour le porte-parole de la police, les étrangers au Congo ne doivent pas se sentir en insécurité, car la force publique met tout en oeuvre pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur tout le térritoire national. Les citoyens congolais et même les étrangers doivent vaquer en toute quiétude à leurs occupations habituelles, a rassuré M. Alakoua.

Huit autres malfaiteurs, dont trois militaires des forces armées conglaises (FAC) ont été par ailleurs arrétés le 20 juillet dernier dans le district de Loumou, Département du Pool, au sud du pays, par la police pour avoir entre autres commis des braquages sur des congolais et des étrangers et violé une femme française, aux alentours d'un site touristique situé dans ce département.