L’Afrique, en attente de notre vision plus réaliste

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Leur idée de l'Afrique varie beaucoup : pauvre et désordonnée pour certains, trop chaude pour d'autres, gangrenée par la corruption ou encore peuplée d'habitants sans éducation pour beaucoup; cependant, à l'autre extrémité de l'imaginaire chinois on trouve l'idée qu'il s'agit d'un continent où l'on trouve de l'or par terre et des opportunités partout.

Cependant, le développement de l'Afrique est évident car au cours des dix dernières années, le taux de croissance économique de l'Afrique était presque équivalent à celui de l'Asie; le PIB par habitant de la Namibie, du Gabon et du Botswana a dépassé celui de la Chine; le "paradis des animaux", le Kenya, est devenu un des premiers pays où se sont développés les services bancaires sur cellulaire.

Le préjugé le plus commun est que nous voyons l'Afrique comme "un pays". Si nous revenons d'un voyage en Tanzanie ou en Afrique du Sud, nous déclarons en effet : "j'ai voyagé en Afrique".

En fait, le monde arabe dans le nord de l'Afrique ne reflète absolument pas ce que nous appelons le "continent noir". A Nairobi, capitale du Kenya, chaque saison ressemble au printemps, alors que la chaleur à Bamako, capitale du Mali, persiste durant toute l'année. Dans un même pays, l'écart d'univers entre la capitale et la province dépasse l'imagination.

Il faut savoir que l'Afrique compte plus de 50 pays. Les pays dans le nord et au bord du golfe de Guinée produisent du pétrole, alors que ceux dans le sud sont riches en diamants. Dans l'est du continent, co-existent la Somalie sinistrée par les flammes des conflits et le Ruanda qui a recouvré le calme.

L'Afrique n'a rien de bizarre si nous prenons en considération l'histoire et les forces concernées en lutte sourde sur le continent, alors que nous ne sommes informés que des désordres lors d'élections présidentielles, des émeutes et de la corruption.

En outre, culturellement, l'Afrique et la Chine ont des similarités, bien que les deux civilisations soient éloignées l'une et l'autre. Selon un danseur camerounais, des gestes de taïchi se retrouvent dans les danses folkloriques camerounaises et les frappes du pied dans la danse africaine sont également utilisées dans les danses des ethnies chinoises Dai et tibétaine.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang se rendra du 4 au 11 mai en Ethiopie, au Nigéria, en Angola et au Kenya. Il s'agit de sa première visite en Afrique depuis sa prise de fonction en 2013, et ce déplacement marque également le 50e anniversaire de la première visite de l'ancien Premier ministre chinois Zhou Enlai sur le continent.

Il s'agit d'une nouvelle opportunité pour les Chinois de réexaminer et de mieux comprendre ce continent, à la fois familier et si étranger.