Une mission du FMI apprécie les politiques "macro-économiques » et "financières » de la Guinée

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Selon une déclaration transmise par le Bureau de presse de la présidence mercredi, cette mission du FMI avait pour objectif d'analyser les développements économiques récents, mener les consultations pour l'année 2011 au titre de l'Article IV des statuts du FMI, et discuter avec les autorités guinéennes d'un programme macro-économique et financier qui pourrait être soutenu par les partenaires stratégiques au développement.

"La Guinée fait de bons progrès en 2011 dans le cadre de son programme économique suivi par les services du FMI à la demande des autorités. Grâce à la normalisation de la situation politique et à la croissance élevée du secteur agricole, l'économie guinéenne pourrait croître de 4% environ en 2011", a indiqué le chef de la mission du FMI, avant d'ajouter que le nouveau gouvernement a pris des mesures importantes pour "stabiliser'' la situation budgétaire, éliminant le besoin de recourir à de nouveaux crédits de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) et jeter les bases pour "réduire'' le taux d'inflation dans le futur.

Selon le constat fait lors des travaux entre la mission et les autorités guinéennes, il s'est avéré que la gestion des finances publiques a été renforcée, en particulier grâce à l'utilisation de la gestion budgétaire sur base caisse, tandis que l'adoption d'un nouveau code minier devrait permettre d'augmenter la part de l'Etat les recettes de l'exploitation des ressources naturelles.

- Advertisement -

C'est pourquoi, dit-on, le gouvernement a l'intention de finaliser le processus vers le point d'achèvement de l'initiative renforcée PPTE en 2012 ; ceci permettrait l'allégement définitif du lourd fardeau de la dette extérieurs de la Guinée et la mise à disposition de ces ressources pour d'autres utilisations.

Les experts du FMI ont également souligné que "les perspectives d'une croissance économique plus forte dans les années à venir sont bonnes", car les investissements publics devraient augmenter fortement en 2011, financés par des recettes exceptionnelles du secteur minier et par une reprise de l'assistance extérieure.

Avec d'importants efforts de réforme et des investissements élevés dans le secteur minier, la croissance annuelle devrait être de l'ordre de 4-5 pour cent.

Dans sa conclusion, la mission a affirmé avoir obtenu un accord ad referendum sur les éléments clés d'un programme macro- économique et financier, notamment sur le budget de 2012, qui pourrait être soutenu par le FMI au titre de la FEC.
Les discussions se poursuivront dans les semaines à venir dans le but de soumettre le programme à l'approbation du Conseil d'administration du FMI au début de l'année 2012.

C'est donc un "ouf'' de soulagement pour les autorités guinéennes, quant à la conduite de sa politique macroéconomique et financière, dont la finalité vise tout d'abord l'annulation de plus de deux milliards de dollars US de dette extérieurs du pays par les Institutions de breton Wood.

Cette avancée est le résultat de plusieurs efforts et sacrifices, d'une discipline budgétaire et surtout du travail abattu par l'équipe gouvernementale, a dit le ministre guinéen de l'Economie et des Finances, Kerfalla Yansané interrogé par la presse locale